Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Nouveau : Outre-chœur (livre-CD) de Thierry Machuel

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

20 poètes du monde entier par la musique et le chant

Dans la collection Passage des arts, Éditions Bruno Doucey, 2017

Poésie

3 100 XPF / 25.98€

Cette anthologie, présentée par Thierry Machuel, réunit – par la musique et par le chant – vingt poètes du monde entier, dont Nicolas Kurtovitch de Nouvelle-Calédonie et Chantal Spitz de Polynésie française.

FICHE DÉTAILLÉE (source Pacifique Book’in)

Derrière ce titre, qui évoque l’Outremer, se cache un projet de voyage : celui que le musicien et compositeur Thierry Machuel nous propose à travers les richesses insoupçonnées des poésies du monde, convoquant tour à tour, Guillevic et Mahmoud Darwich, Gabriela Mistral du Chili et Maram al- Masri de Syrie, Gérald Bloncourt d’Haïti et le poète noir américain Langston Hughes. Vingt poètes du monde entier, reliés par un même territoire du souffle et de la voix. Car chaque texte de cette anthologie humaniste, accompagnée d’un CD, a été confié à l’ensemble vocal et instrumental que Thierry Machuel a su réunir autour de ses compositions. Des voix d’hommes et de femmes, ainsi que plusieurs instrumentistes entraînent la poésie vers la forme singulière, et souvent sublime, de l’opéra choral. 

Sommaire :

J’ai mal au monde - Gérald Bloncourt (Haïti)

Porque de Sophia - Mello Breyner (Portugal)

Qui-vive (Un coup. Un seul…) - Gerty Dambury (Guadeloupe)

Afraid & Homesick blues - Langston Hughes (Etats-Unis)

Dis-leur (Un oiseau passe…) - Ernest Pépin (Guadeloupe)

Ma fille, la mer… - Guillevic (France métropolitaine)

Rien n’est plus paradoxal… - Alexis Gloaguen

Dano mnie tielo… - Ossip Mandelstam (Russie, ex URSS)

Je suis d’ici devant toi… - Chantal Spitz (Polynésie française)

Eis, Eden (Es ist ein Land verloren…) - Paul Celan (Roumanie/Autriche)

Au-delà du présent (Nous parlions…) - Joseph Polius

Mbâgë tî lâ - Jean-Dominique Pénel (France métropolitaine)

Ceux dont les mains nous parlent (Tes doigts dessinent…) - Assunta Renau Ferrer (Guyane)

Niño mexicano - Gabriela Mistral (Chili)

Cris - Lucie Julia (Guadeloupe)

Amal waqti (n° 5) - Mahmoud Darwich (Palestine)

Humanitudes (Visages-Métis) - Édouard J. Maunick (île Maurice) & Gérald Bloncourt (Haïti)

Humanitudes (Frontière 2) - Tanella Boni (Côte d’Ivoire)

Humanitudes (Frontière 3) - Tanella Boni (Côte d’Ivoire)

Humanitudes (Cœur offert) - Maram al-Masri (Syrie)

L’homme en exil… - Nicolas Kurtovitch (Nouvelle-Calédonie)

Humanitudes (Final) - Tanella Boni (Côte d’Ivoire)

Publié dans Poésie

Partager cet article

Repost 0

Estelle Castro-Koshy invitée du salon du livre en Polynésie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Estelle Castro-Koshy invitée du salon du livre en Polynésie
Estelle Castro-Koshy invitée du salon du livre en Polynésie

Estelle Castro-Koshy invitée du salon du livre en Polynésie

Elle est enseignante-chercheuse et co-fondatrice du Salon du livre océanien de Rochefort. Son dernier livre aux éditions Au vent des îles (2017) sera présenté au salon.

Porté par les croyances d’un Ancien aborigène remarquable, Un homme de sagesse est le témoignage émouvant d’une vie qui transcende les discriminations. Le livre nous offre une rencontre authentique avec Banjo Clarke, bouleversant de simplicité, de profondeur et de compassion, par-delà̀ une histoire cruelle. Son amie Camilla a su capter l’essence de son message d’amour et de pardon à travers ses paroles recueillies durant vingt- cinq ans. Des leçons de vie et de bienveillance, universelles et intemporelles, puisées sur la terre de ses ancêtres et qu’il délivre au monde tout en restituant des pans méconnus de l’histoire australienne : des massacres d’Aborigènes, leur participation à la Grande Guerre, notamment en France, l’impact sur plusieurs générations des politiques australiennes d’enlèvement des enfants aborigènes à leurs parents… Un ouvrage dont le cœur encore vibrant garde vivant un homme inoubliable.

Estelle Castro-Koshy enseignante-chercheuse, est convaincue que, dans les pays ayant été́ structurellement démembrés par le colonialisme de peuplement, la construction d’une société juste et humaine ne peut se faire qu’avec les populations autochtones, elle travaille au plus près des auteurs aborigènes.

Depuis 2003, ses études portent sur la littérature aborigène et les festivals littéraires et culturels.

Discussion sur « Pina’ina’i : écho de l’esprit et des corps »

Estelle Castro-Koshy, Flora Aurima-Devatine, Moana’ura Tehei’ura et Tokai Devatine

Depuis 2011 se déroule chaque année à Tahiti l’événement « Pina’ina’i : écho de l’esprit et des corps », pendant lequel des écrivains et orateurs déclament des textes interprétés par des danseurs et des musiciens. « Danse des mots et poésie des corps prennent vie sur le paepae a Hiro » (Tehei’ura 2012) lors de ce spectacle mis en scène par Moana’ura Tehei’ura et organisé par l’association Littérama’ohi. Cet article souligne l’importance et les résonances poétiques, artistiques, sociopolitiques et axiologiques de Pina’ina’i, dont le succès croît chaque année. Dix-neuf contributeurs, pour la plupart polynésiens, chorégraphe-metteur en scène, compositeur, auteurs-lecteurs, danseurs, spectateurs, chercheurs analysent la spécificité et l’originalité de ce « nouveau territoire d’expression » (Tokai Devatine) qui célèbre la littérature autochtone, met en scène « l’expression des corps propres à la Polynésie » (Viri Taimana) et où « chaque art se transforme au contact des autres » (Tehei’ura).

Article complet sur le numéro 142-143 du journal de la société des océanistes

À lire aussi un article très instructif écrit avec la participation d’Estelle Castro_Koshy.

Poétiques, éthique et transmission sur la toile : l’univers littéraire et le patrimoine culturel de Flora Aurima-Devatine, Nathalie Heirani Salmon-Hudry et Chantal Spitz

La 12e édition du salon de rochefort se déroulera

du 29 mars au 2 avril 2018

Elle va nous transporter des rivages du Vanuatu à ceux des archipels des Iles Samoa.

Deux cultures, l’une mélanésienne et l’autre polynésienne, deux espaces : anglophones et francophones, deux gouvernances : états indépendants et territoire non incorporé aux Etats-Unis d’Amérique… La singularité de ce festival est de toujours nous étonner et de nous faire découvrir par l’image et l’écrit, des peuples et des cultures de cet immense espace océanien.

Autres liens sur le salon de Rochefort 2017 sur mon blog ecriavinducaillou

Ci-dessous :

Photos de groupe à Rochefort provient de la page FaceBook du salon de Rochefort ainsi que l'échange coutumier entre l’adjointe au maire et Déwé Gorodé. PHOTO K. C. à Rochefort en 2014.

 

On peut aussi dire que le salon de Rochefort inspire puisqu’en 2016 Nicolas Kurtovich avait publié un ouvrage sur son voyage.

Coutume à Rochefort, Dédicace de Frédéris Ohlen à Paris à Eric Orsenna avant Rochefort, La délégation Pacifique à Rochefort
Coutume à Rochefort, Dédicace de Frédéris Ohlen à Paris à Eric Orsenna avant Rochefort, La délégation Pacifique à Rochefort
Coutume à Rochefort, Dédicace de Frédéris Ohlen à Paris à Eric Orsenna avant Rochefort, La délégation Pacifique à Rochefort

Coutume à Rochefort, Dédicace de Frédéris Ohlen à Paris à Eric Orsenna avant Rochefort, La délégation Pacifique à Rochefort

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article

Repost 0

Rencontre au sommet de la poésie pour Nicolas Kurtovitch avec Adonis

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo de Nicolas avec Adonies et son ami Thatchom

Photo de Nicolas avec Adonies et son ami Thatchom

Il peut être fier notre Nicolas. En résidence en Chine, il trouve le moyen de rencontrer des Syriens. Ce qui prouve bien que la poésie n’a pas de frontière. JP

Adonis est le pseudonyme d'Ali Ahmed Saïd Esber, poète et critique littéraire syrien d'expression arabe et française, né le 1ᵉʳ janvier 1930.

Publié dans Poésie

Partager cet article

Repost 0

Lire en Polynésie présente son invité Joël PAUL

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Joël Paul, l’éternel challenger 

Joël 2017 août

Auteur d’autofictions, c’est-à-dire d’autobiographies romancées, Joël Paul écrit «probablement pour se prouver quelque chose». Il a signé des romans, des nouvelles, des vers, des pièces tout en alimentant un blog : écrivain du caillou.

Comment Joël Paul se voit-il ? « Je me vois, comme je suis, vieux. Je viens de fêter mes 65 ans. Je redoutais la vieillesse, mes doutes sont confirmés. » Comment se définit-il ? « Comme un éternel challenger. »

Les mots qu’il écrit pour lui, avec son cœur, sont des pansements. Des petites marches qu’il pose pour grimper vers son graal. Ce sont aussi des fenêtres ouvertes sur les écrits qui l’entourent. Joël Paul, amoureux de littérature, est un auteur-blogueur. Il nourrit jour après jour ecrivainducaillou, un blog qui parle des auteurs. Les articles s’y enchaînent chronologiquement et sont accessibles via des catégories comme Écrivain calédonien, Nouvelle-Calédonie, mais aussi Écrivain du Pacifique, poésie ou bien culture kanak.

« J’ai abandonné l’idée de devenir un “ grand ” écrivain ». Depuis quelques années je m’intéresse aux autres, aux auteurs du Pacifique, surtout ceux de Calédonie, en écrivant des billets, des articles sur des blogs. Je ne rate pratiquement jamais un événement littéraire en Nouvelle-Calédonie », indique-t-il. « Pour la première fois, je suis récompensé par une invitation au fenua. »

Une invitation qui ne manquera pas de résonner sur la toile. http://ecrivainducaillou.over-blog.com

Les moustaches de Tigre

Couverture MoustacheÉd. L’Harmattan (2017)

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la situation en Indochine se dégrade très rapidement. Les troupes japonaises attaquent l’armée française avec une sauvagerie inouïe tandis qu’Ho Chi Minh poursuit sa lutte pour l’indépendance. Maurice Morin, jeune lieutenant et fils d’un riche colon, échappe au massacre. Il se réfugie au Laos dans les hauts plateaux. Isolé, il devient opiomane. Du Tonkin en Cochinchine en passant par le Laos, cette famille, victime de l’histoire, va se débattre dans les tourments de la décolonisation. Un roman palpitant sur un territoire couvert de jungle où se croisaient animaux sauvages et hommes en lutte.

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Festival de la BD à Boulouparis (2) Dédicaces et Défilé de mode

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photos JP
Photos JP

Photos JP

Dédicaces à tout va. Photos JPDédicaces à tout va. Photos JP
Dédicaces à tout va. Photos JPDédicaces à tout va. Photos JP

Dédicaces à tout va. Photos JP

Photos JP
Photos JP

Photos JP

Les mannequins de Boulouparis ont assuré. Photos JP
Les mannequins de Boulouparis ont assuré. Photos JP
Les mannequins de Boulouparis ont assuré. Photos JP
Les mannequins de Boulouparis ont assuré. Photos JP
Les mannequins de Boulouparis ont assuré. Photos JP
Les mannequins de Boulouparis ont assuré. Photos JP
Les mannequins de Boulouparis ont assuré. Photos JP
Les mannequins de Boulouparis ont assuré. Photos JP
Les mannequins de Boulouparis ont assuré. Photos JP

Les mannequins de Boulouparis ont assuré. Photos JP

Partager cet article

Repost 0

Festival de la BD à Boulouparis (1) Coutume et rencontres

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les invités et les organisateurs. Photo JP

Les invités et les organisateurs. Photo JP

Le Festival de la BD à Boulouparis 2017 commencé aujourd’hui, il se poursuit demain. Il semble parti pour une réussite totale. Le thème de cette année « La femme noire » est très originale et les invités sont prestigieux Quelques images de l’ouverture en attendant le prochain article avec les photos du feu d'artifice des couleurs du magnifique défilé de mode. JP 

Coutume et amitié avant de fouler l'espace du festival. Photo JP
Coutume et amitié avant de fouler l'espace du festival. Photo JP
Coutume et amitié avant de fouler l'espace du festival. Photo JP
Coutume et amitié avant de fouler l'espace du festival. Photo JP

Coutume et amitié avant de fouler l'espace du festival. Photo JP

De belles rencontres autour du livre. Photo Jp

De belles rencontres autour du livre. Photo Jp

Quelques personnalités bien connues. Photos JP PS : Ne pas oublier de cliquer sur les photos pour les regarder plus en détail
Quelques personnalités bien connues. Photos JP PS : Ne pas oublier de cliquer sur les photos pour les regarder plus en détail
Quelques personnalités bien connues. Photos JP PS : Ne pas oublier de cliquer sur les photos pour les regarder plus en détail
Quelques personnalités bien connues. Photos JP PS : Ne pas oublier de cliquer sur les photos pour les regarder plus en détail
Quelques personnalités bien connues. Photos JP PS : Ne pas oublier de cliquer sur les photos pour les regarder plus en détail

Quelques personnalités bien connues. Photos JP PS : Ne pas oublier de cliquer sur les photos pour les regarder plus en détail

Partager cet article

Repost 0

ET SOUDAIN, LA LIBERTÉ Caroline LAURENT

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Parution : 31 août 2017 19,90 € voir le site Editeur

Mona Desforêt a pour elle la grâce et la jeunesse des fées. En Indochine, elle attire tous les regards. Mais entre les camps japonais, les infamies, la montée du Viet Minh, le pays brûle. Avec sa fille Lucie et son haut-fonctionnaire de mari, un maurrassien marqué par son engagement pétainiste, elle fuit en Nouvelle-Calédonie.

À Nouméa, les journées sont rythmées par la monotonie, le racisme ordinaire et les baignades dans le lagon. Lucie grandit ; Mona bovaryse. Jusqu'au jour où elle lit Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir. C'est la naissance d'une conscience, le début de la liberté.

De retour en France, divorcée et indépendante, Mona entraîne sa fille dans ses combats féministes : droit à l'avortement et à la libération sexuelle, égalité entre les hommes et les femmes. À cela s'ajoute la lutte pour la libération nationale des peuples. Dès lors, Lucie n'a qu'un rêve : partir à Cuba. Elle ne sait pas encore qu'elle y fera la rencontre d'un certain Fidel Castro...

Et soudain, la liberté, c'est aussi l'histoire d'un roman qui s'écrit dans le silence, tâtonne parfois, affronte le vide. Le portrait d'une rencontre entre Evelyne Pisier et son éditrice, Caroline Laurent – un coup de foudre amical, plus fou que la fiction. Tout aurait pu s'arrêter en février 2017, au décès d'Evelyne. Rien ne s'arrêtera : par-delà la mort, une promesse les unit.

Caroline LAURENT

PRIX PREMIERE PLUME du Furet du Nord, en partenariat avec le Crédit agricole

Caroline Laurent est née en 1988. Agrégée de lettres modernes, directrice littéraire et amie d’Evelyne Pisier, elle co-signe ici son dernier roman.

Aussi sur l'Indochine :

 

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

TAPA – De l’écorce à l’étoffe – Art millénaire d’Océanie, de l’Asie du Sud-Est à la Polynésie orientale

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

TAPA. De l’écorce à l’étoffe, art millénaire d’Océanie. De l’Asie du Sud-Est à la Polynésie orientale, sous la direction de Michel Charleux.

Info de dernière minute : « Une excellente nouvelle !!!

Le livre TAPA vient d'être nominé dans la short list pour recevoir le PRIX INTERNATIONAL DU LIVRE D'ART TRIBAL, éditions en français.

Publication Somogy Editions d’Art/Association tapa

Ce petit « opuscule » de presque 600 pages et d’environ 4,5kg est un ouvrage collectif avec la participation de Christophe Sand et Emmanuel Kasarherou. Il devrait être disponible chez Calédo Livres courant novembre. L’idée de ce livre est née d’un festival en 2014. C’est mon ami Alian Brianchon, co-auteur, avec 3 articles dans cet ouvrage et tout juste revenu de l’exposition qui vient de se tenir à Paris qui m’a annoncé sur cette parution. JP

Cliquez sur l'image pour une meilleure résolution
Capture d'écran journal de Polynésie en 2014

 

D’un festival au livre

Après une année entière d’intenses préparations, le premier Festival des tapa, liens culturels d’Océanie s’est tenu à Tahiti en novembre 2014. Cet événement qui regroupa plusieurs dizaines de spécialistes et tapa-makers de la zone Pacifique comprenait un colloque international de trois jours, un cycle de conférences, des démonstrations, des ateliers pratiques, une exposition au Musée de Tahiti et des Îles et trois expositions d’artistes associés volontairement au projet. Soutenu par les autorités du pays et largement médiatisé, l’événement remporta un vif succès populaire, suscitant un regain d’intérêt pour ce matériau plutôt méconnu du grand public.

C’est au cours de ce festival, et pour ne pas perdre tout ce qui avait pu être présenté, que l’idée d’un livre consacré au tapa est née. L’initiative fut proposée à la vingtaine d’intervenants du colloque qui y adhérèrent avec enthousiasme. Mais il n’était pas question que l’ouvrage soit les Actes du colloque et il fut donc décidé d’élargir la zone concernée et d’ouvrir la participation à de nouveaux auteurs, utilisant les réseaux spécialisés du Pacifique. C’est ainsi qu’une soixantaine de spécialistes communiquèrent leurs articles.

Dès le lancement du projet d’édition, les services du Haut-commissariat de la République en Polynésie française, les services du Ministère de la Culture de Polynésie française et la Direction des Patrimoines du MCC eurent à cœur de soutenir la publication. Le Fonds Pacifique (État), le Ministère Polynésien de la Culture, de l’Environnement, de l’Artisanat et des Mines, en charge de la promotion des langues et de la communication (Polynésie française), le Ministère de la Culture et de la Communication, Direction des Patrimoines (État), Air Tahiti Nui, la Communauté de Communes des Îles Marquises,(CODIM) et l’Association TAPA s’y associèrent financièrement également.

 

Préface :

- Chérif KHAZNADAR, Président du Comité Culture, Vice-Président de la Commission

Nationale française pour l’UNESCO, Maison des Cultures du Monde.

- Adrienne KAEPPLER, Curator of Oceanian Ethnology at the Smithsonian Institution, Washington DC.

- René BIDAL, Haut-Commissaire de la République en Polynésie française.

- Heremoana MAAMAATUAIAHUTAPU, Gouvernement de la Polynésie française, Ministre de la Culture, de l’environnement, de l’artisanat, de l’énergie et des mines, en charge de la promotion des langues et de la communication.

- Torea COLAS, Directeur Marketing et Communication, Air Tahiti Nui.

Les auteurs : (Une liste impressionnante à découvrir en téléchargeant le PDF)

Possibilité de télécharger depuis le site web de l’association

www.tapa-oceanie.com une sélection de photographies libres de droits pour la presse, avec les mentions d’origine des photos/du photographe.

Nous contacter

Par mail : evenement.tapa@gmail.com ou directement sur notre site : www.tapa-oceanie.com

Adresse postale :

BP380 013 Tamanu,

98718 Puna’Auia, Tahiti. Polynésie francaise.

Cliquez sur le images pour une meilleure définition
Cliquez sur le images pour une meilleure définition

Cliquez sur le images pour une meilleure définition

Partager cet article

Repost 0

Thanh-Van TRAN-NHUT romancière invitée du salon de Polynésie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Image de Tran-Van avec Pierre Faessel de JP
Image de Tran-Van avec Pierre Faessel de JP

Image de Tran-Van avec Pierre Faessel de JP

Lire en Polynésie tiendra sa 17e édition à la Maison de la culture de Tahiti (Papeete), du 16 au 19 novembre 2017.

Thanh-Van TRAN-NHUT est romancière, spécialisée dans le polar au travers des enquêtes menées par le mandarin Tân dans le Vietnam du XVIIe siècle.

Cette ancienne élève du lycée Cournot de Gray et lauréate en 2014 de la résidence d’écrivains Randell Cottage à Wellington, présentera « Les enquêtes du mandarin Tân », sa série de romans policiers situés dans le Viêt-Nam du XVIIe siècle ainsi que son dernier livre dont on sait peu de chose puisqu’il sera lancé pour l’occasion.

Kawekaweau

Éditeur : Au vent des îles

Résumé : Vicktor reçoit un colis de son amour de jeunesse, récemment décédée, accompagné de son ultime défi : résoudre l'énigme liée au lézard rapporté de Nouvelle-Zélande par un équipage au XIXe siècle, le mythique kawekaweau marqué d'une malédiction. En décryptant les indices trouvés dans le colis et en lisant le journal d’un célèbre amiral, Vicktor découvre un drame ignoré de tous.

 

Thanh-Van Tran-Nhut, née le 1er janvier 1962 à Hué au Viêt Nam et Kim Tran-Nhut, sa sœur, est née le 24 octobre 1963 dans la même ville, sont deux écrivains vietnamiennes, auteures, ensemble, au début, pour la série d'enquêtes menées par le mandarin Tân et son acolyte, le lettré Dinh.

La maison du livre de Nouvelle-Calédonie a eu le privilège de recevoir cette lettrée. Elle a laissé sur le Caillou un souvenir impérissable. Ses liens avec la Nouvelle-Calédonie viennent de sa scolarité au lycée Cournot de Gray.  Elle participe activement à diverses manifestations autour de l'écrivain Francis Carco et de Katherine Mansfield organisées par l'Office du tourisme de Val de Gray. Le 19 février 1915, après un long voyage en train de Paris, K. Mansfield arrive dans une petite ville dans l'est de la France. Elle tente d'entrer dans la zone des armées avec une fausse invitation d'une de ses "tantes" et est accueillie par un caporal qui lui intime de le suivre.

Le militaire est Francis Carco, mobilisé depuis novembre 1914. Ils passeront quatre nuits ensemble, avant que K. Mansfield ne reparte en Angleterre. Cette rencontre est racontée dans "An Indiscreet Journey", mais le nom de la ville est omis. Il faut regarder dans les carnets de Mansfield pour savoir que les amants se sont retrouvés à Gray, une ville au bord de la Saône.

Seuls les spécialistes de Mansfield savaient où cette brève histoire d'amour avait eu lieu. Thanh-Van Tran-Nhut est de ceux-là, une vraie révélation à l’époque que cette aventure entre ce Calédonien célèbre et une Néozélandaise tout aussi célèbre.

Dans un article écrit en 2014, je ne tarissais pas déloges sur cette romancière qui a su nous expliquer le mélange des religions et de philosophies pratiqué par les Vietnamiens en développant avec subtilité les différences entre le taoïsme et le confucianisme qui sont originaires de Chine, en rappelant au passage que la colonisation chinoise avait duré 1000 ans, ainsi que le bouddhisme en évoquant les rapports peu connus et anciens du Vietnam avec le Japon. Le choix du XVIIe siècle qu’elle affectionne n’est pas un hasard. C’est une époque charnière pour le Vietnam en rupture de leader ce qui faisait le jeu des seigneurs de la guerre, une phase de rivalité entre le Nord et Sud. Les seigneurs de la famille Trịnh dominent le Nord et ceux de la famille Nguyễn le Sud, tandis que les souverains Lê ne règnent plus que symboliquement. De plus, c'est de cette époque que date l’origine de la colonisation française.

 Pour sûr qu’elle va séduire et plaire au public au Fenua, c’est une lettrée, une vraie pas d’autres qualificatifs me viennent à l’esprit. JP

Livres de Tran-Van et à la librairie Calédo Livre avec Frédéric Ohlen et Jean-Brice Peirano
Livres de Tran-Van et à la librairie Calédo Livre avec Frédéric Ohlen et Jean-Brice Peirano

Livres de Tran-Van et à la librairie Calédo Livre avec Frédéric Ohlen et Jean-Brice Peirano

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article

Repost 0

Festival de la BD à Boulouparis, c’est le week-end prochain !

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Festival de la BD à Boulouparis, c’est le week-end prochain !

14 et 15 octobre 2017

 

Le Festival de la BD et des écrivains se déroule tous les deux ans.

Cette manifestation rencontre toujours un vif succès auprès des écrivains et des amateurs de ce genre de lecture.

Le thème de cette année « La femme noire » et les invités prestigieux augurent d’un bon cru. Il fait beau et ce n’est pas loin.

Les organisateurs de cette belle manifestation se donnent à fond depuis des mois. Votre présence les comblera. Je pense particulièrement à Claudine Jacques la régionale de l’étape. JP

Photo de Bernard Berger de Guy Solal.

Photo JP

Photo JP

Festival de la BD à Boulouparis, c’est le week-end prochain !
Sosthène Desanges au Silo 2017 Photo JP
Sosthène Desanges au Silo 2017 Photo JP

Sosthène Desanges au Silo 2017 Photo JP

Publié dans Notre Caillou

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>