Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

SALON INTERNATIONAL DU LIVRE OCEANIEN 2016

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

SALON INTERNATIONAL DU LIVRE OCEANIEN 2016

Organisé par la Bibliothèque Bernheim, l'ADCK-centre culturel Tjibaou et la Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie

Avec le soutien financier du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, du Fonds Pacifique et du Centre National du Livre

Dates et lieu : Du jeudi 6 au dimanche 9 octobre 2016 au centre culturel Tjibaou. Horaires : 9h à 20h.

Présentation :

Le SILO (Salon International du Livre Océanien) tiendra sa 9ème édition à Nouméa. Accueilli par le centre culturel Tjibaou, le salon vous proposera encore un programme dense pour les amoureux du livre et de l'art : 15 invités internationaux, plus de 60 invités locaux, des compagnies de théâtre, du slam, des siestes acoustiques,  des activités destinées à la jeunesse et une grande librairie océanienne habiteront ce début de printemps calédonien.

Téléchargez le programme complet

Programme sommaire

La librairie océanienne : elle est installée pour l'occasion et ouverte tout au long de l'événement. Elle proposera un large choix de livres calédoniens, du Pacifique et des auteurs invités.

Un programme de dédicaces s'étendra du jeudi après-midi au dimanche midi.

Les animations : elles seront proposées tout au long du SILO, pour les petits comme pour les grands. Nous retrouverons nos invités conteurs, les siestes acoustiques de Bastien Lallemant, des lectures,  des ateliers variés et des happenings artistiques déambulatoires.

Un programme de projections (adaptations d'œuvres d'auteurs invités) est proposé durant le week-end.

Les accueils de classes ont lieu le jeudi et le vendredi. Ils proposent rencontres et animations avec nos invités et intervenants.

Spectacles :

Jeudi 6 octobre à 18h30 : Paroles de Thio, de la compagnie Les Artgonautes.

Vendredi 7 octobre à 18h30 : soirée conte avec Cyril Coppini et Manfeï Obin.

Samedi 8 octobre à 18h00 : Paul Wamo « SOL» avec en première partie le Stabat Mater de Pergolèse (chœur d'enfants des Classes à horaires aménagés du Collège Baudoux, proposé en collaboration avec le Conservatoire de Musique de la Nouvelle Calédonie)

Ecrire un Océanie un espace de paroles et de dédicaces  de 9h00 à 11h30 le vendredi matin dans l’espace entretiens
Ecrire un Océanie un espace de paroles et de dédicaces  de 9h00 à 11h30 le vendredi matin dans l’espace entretiens

Ecrire un Océanie un espace de paroles et de dédicaces de 9h00 à 11h30 le vendredi matin dans l’espace entretiens

Retour sur le passé SILO avec des photos de mon album perso
Retour sur le passé SILO avec des photos de mon album perso
Retour sur le passé SILO avec des photos de mon album perso
Retour sur le passé SILO avec des photos de mon album perso
Retour sur le passé SILO avec des photos de mon album perso
Retour sur le passé SILO avec des photos de mon album perso
Retour sur le passé SILO avec des photos de mon album perso
Retour sur le passé SILO avec des photos de mon album perso
Retour sur le passé SILO avec des photos de mon album perso
Retour sur le passé SILO avec des photos de mon album perso
Retour sur le passé SILO avec des photos de mon album perso
Retour sur le passé SILO avec des photos de mon album perso
Retour sur le passé SILO avec des photos de mon album perso

Retour sur le passé SILO avec des photos de mon album perso

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article

EXPOSITION "En Apesanteur" - Mathieu venon & Jean-Marie Ganeval

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Deux artistes calédoniens que j'apprécie beaucoup. JP
Vidéo ajoutée le 16 sept. 2016

Exposition de peintures et sculptures

Voir LE BLOG DE JEAN-MARIE GANEVAL SCULPTEUR pour une présentation de ses œuvres.

Sur Facebook Mathieu Venon

Mathieu Venon est aussi illustrateur voir ce livre ci-dessous

Chaque baleine est une île, une œuvre de Mathieu Venon avec des textes de Stéphane Camille, un album illustré. Publié avec le soutien du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie en 2008.

EXPOSITION "En Apesanteur" - Mathieu venon & Jean-Marie Ganeval

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article

Voyage au centre de la bibliothèque Bernheim pour le mois du patrimoine

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Marguerite responsable du patrimoine et des livres (JP)
Marguerite responsable du patrimoine et des livres (JP)

Marguerite responsable du patrimoine et des livres (JP)

Dans le cadre du mois du patrimoine, la bibliothèque Bernheim a invité cette année les visiteurs à : Un "VOYAGE AU CENTRE DE LA BIBLIOTHEQUE BERNHEIM", ce samedi 17 septembre. Marguerite Baret responsable du secteur patrimoine était le guide érudit de ce parcours dans les coulisses de la vénérable bibliothèque.

Sur le thème « Le patrimoine qui fait rêver », Marguerite a fait découvrir au public nombreux, par petits groupes, les réserves où sont gardés les trésors patrimoniaux écrits calédoniens, un fond de 13 000 livres sur la Calédonie sans compter les ouvrages de l’extérieur. Les visiteurs ont pu découvrir un fond impressionnant, le fond Lenormand, une acquisition récente. Un voyage rare dans la caverne d'Ali Baba littéraire et historique. Cette caverne est un entrepôt presque frigorifique puisque pour conserver le papier des critères stricts sont à respecter comme 20 °C et un taux d’humidité inférieur à 60 %. Cette collection, que l’on ne peut toucher qu’avec les yeux, contient des trésors d’une valeur « inestimée », avec des lettres d’auteurs célèbres ou de communards comme Louise Michel. Une partie de cette collection sera numérisée prochainement. Actuellement les journaux calédoniens jusqu’en 1999 le sont.

Bibliothèque Bernheim − Texte : L.Talbi

La bibliothèque Bernheim fut inaugurée en 1905, sous une charpente métallique due à Gustave Eiffel

Le bâtiment de la bibliothèque Bernheim a été construit à Paris, tout spécialement pour l’Exposition Universelle de 1900, pour accueillir le pavillon de la Nouvelle-Calédonie. Cet événement était pour la France l’occasion de montrer au monde l’étendue de son patrimoine colonial et de son rayonnement culturel. Cet édifice est conçu par l’architecte Bley et sa charpente métallique est l’œuvre de Gustave Eiffel.

A cette même période, la Nouvelle-Calédonie ne dispose toujours pas de bibliothèque publique. C'est un don effectué par Lucien Bernheim en 1901 qui débloque la situation. Effectivement, cet homme cultivé et proche du gouverneur Feillet, exprime à ce dernier sa volonté de voir le pavillon de l’Exposition Universelle rejoindre la Nouvelle-Calédonie, afin d’accueillir une bibliothèque publique. Ainsi, il fait don de 100 000 F à la Colonie pour concrétiser ce projet. Dès lors, le pavillon est démonté puis envoyé à Nouméa. Le bâtiment est remonté en centre-ville et ouvre ses portes en 1905 sous l’appellation de « bibliothèque-musée ». A l’époque, les principaux ouvrages disponibles proviennent de la collection personnelle du gouverneur de la Richerie.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les collections de la bibliothèque sont déplacées et le bâtiment accueille une section du Quartier Général de l’armée américaine. En 1972, avec la création du Musée Territorial, le bâtiment est exclusivement dédié à la lecture.

Aujourd’hui, la bibliothèque Bernheim est un établissement public de la Nouvelle-Calédonie dont une des missions est de développer la lecture publique sur l’ensemble du territoire.

Classé au titre des monuments historiques par arrêté n° 353-2006/PS  en date du 24 avril 2006.

Crédit photo d’archive : Coll. MDV

La bibliothèque avant et ce samedi 17 septembre photo JP
La bibliothèque avant et ce samedi 17 septembre photo JP

La bibliothèque avant et ce samedi 17 septembre photo JP

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article

Remise des prix des Mots d'Or 2016 à la MLNC de Nouvelle-Calédonie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Remise des prix des Mots d'Or 2016 à la MLNC de Nouvelle-Calédonie
Remise des prix des Mots d'Or 2016 à la MLNC de Nouvelle-Calédonie

La boucle est bouclée avec la remise des prix des Mots d’Or offerts par l’Alliance Champlain à la maison du livre de Nouvelle-Calédonie. La MLNC étant bien connue pour être une  grande consommatrice de mots.

Concours du Mot d'Or

L’Alliance Champlain a été mandatée en 1998 par l’association française pour la promotion du français des affaires (APFA) pour l’organisation en Nouvelle-Calédonie du concours Le Mot d’Or. Le concours est organisé en Nouvelle-Calédonie grâce au vice-rectorat et à la chambre de commerce et d’industrie.

Plus sur l’alliance lors d’une cérémonie à la bibliothèque Bernheim

Ce concours lancé auprès des jeunes de terminale ou de BTS dont le point commun est l’apprentissage de la gestion commerciale et la connaissance du monde économique. Depuis, le succès ne s’est jamais démenti. C’est ainsi que chaque année, près de 400 étudiants dépendant du Vice-rectorat  ou de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nouvelle-Calédonie participent aux épreuves. En 2016, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont concouru aux Mots d’Or dans 35 pays.

Le lauréat se voit offrir un séjour d’une semaine à Paris, tous frais payés, grâce notamment à la participation des généreux sponsors comme la Cie AIR France ou le Lyons clubs un séjour au cours duquel il participe, avec les gagnants de quarante autre pays francophones, à la cérémonie du Mot d’Or parrainée par les Ministères de l’Économie et celui de la Culture. Une dizaine d'autres participants retenus parmi les meilleurs présentés par les établissements scolaires, se voit également récompensée lors de la cérémonie annuelle de remise des prix.

Des dizaines de classe du primaire comme du secondaire des trois Provinces qui constituent la Nouvelle-Calédonie ont décliné les dix mots 2016 tant en poésies, chants ou montages vidéo

Tour de Nouvelle-Calédonie pour les dix mots (un rappel des événements liés aux « Dix mots » pendant la semaine de la francophonie en mars).

Ci-dessous un résumé de la semaine de la francophonie en Calédonie proposé par Dis-moi dix mots le 09/05/2016

Enveloppe événementielle, © Alliance Champlain

Enveloppe événementielle, par Alliance Champlain

Du 12 au 22 mars 2016, la Semaine de la langue française et de la Francophonie s’est déroulée dans les trois provinces de la Nouvelle-Calédonie. Organisée et programmée par l’Alliance Champlain, elle a rencontré pour cette nouvelle édition un très grand succès.

Elle a débuté le samedi 12 mars par la Dictée du Pacifique dans la grande salle de la mairie de Nouméa. Près de 110 personnes étaient présentes dépassant les prévisions les plus optimistes. L’affluence a contraint l’Alliance Champlain à refuser des participants car les tables n’étaient pas assez nombreuses. La dictée était tirée de l’œuvre du grand auteur calédonien, Jean Mariotti. Elle fut radiodiffusée en direct par Radio NC 1ère.

Affiche de la dictée, par Alliance Champlain

Une enveloppe évènementielle fut émise, ce 12 mars, en l’honneur des dix mots. Réalisée par un graphiste local, elle est revêtue d’un cachet commémoratif apposé par l’Office des Postes de Nouvelle-Calédonie, partenaire de l’opération. Elle eut beaucoup de succès.

Le lundi 14 mars, la médiathèque de la commune de Païta était à l’honneur, pendant toute la matinée, avec l’inauguration de l’exposition sur les dix Mots et une prestation du slameur québécois Samian, l’invité 2016 de l’association. Plusieurs classes de CM2 et de 6e de la commune étaient présentes ainsi que de nombreux conseillers municipaux. Un petit déjeuner était offert à l’ensemble des participants.

Le lendemain matin mardi 15 mars, à Païta, un atelier de slam regroupant des ados de la ville était organisé autour du slameur québécois. Après un passage l’après-midi au collège de Dumbéa, le slameur se retrouva le soir à 18h à la grande médiathèque de Nouméa, la bibliothèque Bernheim, où eut lieu la soirée évènementielle annuelle de la francophonie. Dans une salle comble, en présence de personnalités du monde culturel ainsi que de l’éducation, l’exposition sur les dix mots fut inaugurée avec une déclinaison des dix mots 2016 par la Directrice de l’enseignement de la Nouvelle-Calédonie ainsi que par le Président de la culture de la Province Sud. Une prestation du slameur québécois fut ensuite appréciée puis un coquetel clôtura la cérémonie culturelle.

Le mercredi matin 16 mars ce fut au tour de la Commune du Mont-Dore de célébrer les dix mots avec la participation de Samian, l’invité d’honneur. La médiathèque Denise Frey était trop petite pour accueillir les nombreux jeunes spectateurs (une centaine de scolaires étaient présents) et moins jeunes (le maire de le commune présida la manifestation culturelle qui dura toute la matinée avec de nombreux conseillers municipaux et intervenants.). L’après-midi à 14h ce fut au tour de la médiathèque de la commune de Dumbéa de fêter les dix mots par le vernissage de l’exposition des affiches les représentant. De nombreux jeunes étaient présents. Un atelier de graphes avait, à cette occasion était mis à la disposition des artistes en herbe.

Le jeudi 17 mars, Samian fut pris en charge par le service culturel de la commune de Thio qui l’amena dans cette commune de la côte Est du pays à deux bonnes heures de route de Nouméa. Le marché et le collège furent les points de passage de cette journée dédiée à la francophonie et aux dix mots.

Le vendredi 18 mars, la commune de Poindimié était à l’honneur car la belle médiathèque de ce grand centre de la Province Nord, à près de 4 heures de route de Nouméa, inaugura l’exposition sur les dix mots. Certains intervenants s’amusèrent à décliner certains des dix mots dans la langue locale. Le vendredi soir à 19h se déroula une soirée festive dans la grande salle de la commune de Païta où se retrouvèrent plusieurs groupes de slameurs locaux et bien sûr l’invité de l’Alliance Champlain. Une soirée de qualité qui fut très appréciée par de très nombreux spectateurs.

Le samedi 19 mars, l’édition 2016 des Mots d’Or fut officiellement lancée par l’Alliance Champlain. Elle se déroulera jusqu’au mois de juin.

Le lundi 21 mars, c’est la commune d’Ouvéa dans la Province des Iles qui accueillait l’exposition des dix mots avec une prestation de Samian qui y passa la journée. La médiathèque de Hwaadrila était ornée avec les belles affiches de l’édition 2016 des dix mots.

Le mardi 22 mars à 17h30, clôture de la Semaine de la langue française et de la Francophonie dans la salle des rendez-vous culturels de la commune du Mont-Dore. Plusieurs chanteurs locaux avaient fait le déplacement pour relater des anecdotes francophones dans une ambiance des plus conviviales.

NB : L’Alliance Champlain lance le concours le PILOU DES MOTS 2016, en partenariat avec le Centre de Rencontres et d’Échanges Internationaux du Pacifique (CREIPAC) et dans le cadre de l’organisation par le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie du 9e Forum francophone du Pacifique qui se tiendra les 3, 4 et 5 novembre 2016 à Nouméa.

Remise des prix des Mots d'Or 2016 à la MLNC de Nouvelle-Calédonie
Remise des prix des Mots d'Or 2016 à la MLNC de Nouvelle-Calédonie
Remise des prix des Mots d'Or 2016 à la MLNC de Nouvelle-Calédonie
Remise des prix des Mots d'Or 2016 à la MLNC de Nouvelle-Calédonie

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article

L'édition calédonienne avec Noir au Blanc

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les trois dernières parutions des Editions Noir au Blanc
Les trois dernières parutions des Editions Noir au Blanc
Les trois dernières parutions des Editions Noir au Blanc

Les trois dernières parutions des Editions Noir au Blanc

Les éditions Noir au Blanc viennent de publier trois nouveaux romans, dans des styles totalement différents. 

Les éditions : Noir au blanc créées en 2011, ont vingt ouvrages à leur actif.

La ligne éditoriale se veut atypique, hors du cadre des collections, ce qui lui permet de proposer des ouvrages originaux.

Le coup de cœur et la qualité, tant du texte que de la relation avec l’auteur, sont les maîtres-mots des choix du comité de lecture.

Autre objectif : servir de tremplin aux talents de Nouvelle-Calédonie, et autres îles du Pacifique Sud-est, qui sont édités dans la série Voix d’Océanie.

Imaine Soudani, qui a publié le tome I du Monde des Aveugles aux éditions Velours, vous propose le tome II, "Héritage".

Georges Meunier, auteur de Deuxième Chance paru au printemps 2014, propose Le Pont transbordeur.

Enfin, dans la collection Voix d'Océanie, Firmin Mussard a commis le troisième volet de sa trilogie indo-pacifique, Nickel-plomb.

Du fantastique, de l'amour, du polar… Les éditions Noir au Blanc vous accompagnent dans vos lectures avec toujours le même souci de qualité dans ses choix.

Plus sur le site Noir au Blanc

À noter deux nouveautés calédoniennes en autoédition :

François Berger vient de publier deux ouvrages, un roman policier "l'impasse" et un recueil, "Recueil" comprenant un monologue et trois pièces courtes. Elles sont disponibles à la librairie Calédo Livres.

Originaire d’Auvergne, François Berger vit et travaille à Lifou depuis trente ans. Également auteur d’un recueil composé d’un monologue et de trois pièces courtes, il nous livre ici un polar calédonien. L’auteur fait intervenir des protagonistes de toute origine, avec leurs spécificités, leur caractère – souvent bien trempé – leur style et leurs coutumes. Celles-ci vont de la bonne chère du marin languedocien au tertre des Anciens au fin fond de la Chaîne, le tout mêlé subtilement, avec verve et humour.

Dans le Recueil, il fait preuve, là encore, d’humour, d’un humour décalé et jubilatoire qui s’exprime pleinement par le biais du monologue ou des pièces courtes. Ces textes sont une incursion dans des vies particulières, dans des mondes pour le moins étranges, où existent de drôles de possibles qui, pourtant, semblent naturellement réels.

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Pour souligner le 15e anniversaire du 11 septembre 2001 en poésie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Voici quelques poèmes de Madeleine Monette. Elle nous offre sa lecture des poèmes de Ciel à outrances: "Le lait du ciel", "Le corps panique" et Elan vital", inspirés par les événements du 11 septembre et par les grandes convulsions du monde actuel.

 

 

 

Comme elle le suggère en exergue : «Pour tous ceux-là, se souvenir. Surtout imaginer.»

Publié dans Poésie

Partager cet article

Table ronde sur des parcours individuels entre l'Indochine et la France au XXème siècle

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les fiançailles de l’empereur Hàm Nghi en 1904, © Droits réservés

Les fiançailles de l’empereur Hàm Nghi en 1904, © Droits réservés

Bétonsalon - Centre d’art et de recherche

Date: Samedi 17 septembre 2016

Heure: de 15h00 à 18h00

Lieu: 9, esplanade Pierre Vidal-Naquet 75013 PARIS 13ème (Rez-de-chaussée de la Halle aux farines)

Métro: Bibliothèque François Mitterrand

Intervenants: Amandine Dabat (historienne), Tran Minh Duc (artiste), Trinh Van Tao (professeur) et Pierre Daum (journaliste)

 

De 1862 à 1954, la France a engagé une politique de prise de possession (ou de « mise sous protection ») en Asie du Sud-Est intégrant ainsi la totalité du Cambodge, du Laos, du Viêt-Nam et une partie de la Chine orientale à son empire colonial.

Le centre d’art et de recherche propose de présenter les déplacements de quelques individus liés à l’histoire de l’Indochine en mettant en avant la manière dont ces trajectoires intimes entre l’Asie du Sud-est et la France permettent de percevoir dans leurs complexités les politiques de développements et de préservation du régime colonial, et en creux le développement clandestin de certains mouvements anticoloniaux.

Le prince Canh, Nguyen Phuc Canh (1780-1801), est une figure fondamentale de l’histoire des relations entre le Viêt-Nam et la France. Envoyé, à l’âge de cinq ans en mission à Versailles accompagné d’une délégation afin de convaincre Louis XVI de soutenir sa dynastie, son voyage va bouleverser l’échiquier politique de la région et les liens naissants entre la France et le Viêt-Nam.

Intervenant : Tran Minh Duc (1982, Hô-Chi-Minh-Ville, Viêt-Nam) est un artiste vietnamien. Il s’intéresse au passé, à ses modes fragmentaires de diffusion et à la manière dont il interagit avec le présent. Dans sa pratique, il cherche également à examiner le caractère de la vie urbaine vietnamienne. Pour se faire, il étudie les interactions entre les sphères collectives et individuelles, entre les idées du local/intérieur et de l’étranger/extérieur. Invité par Bétonsalon – Centre d’art et de recherche en résidence à Paris dans le cadre de l’exposition Anywhere But Here, Tran Minh Duc s’intéresse aux détails non explorés de la visite du jeune prince Canh en France.

L’Empereur Hàm Nghi (咸宜, 1871, Huế - 1944, Alger), appelé "Prince d'Annam" pendant son exil, qui utilisait son prénom "Tu Xuân" comme nom d'artiste, régna sur le Viêt-Nam pendant un an de ses 13 ans à ses 14 (en 1884-1885). Capturé trois ans plus tard, il est envoyé en exil par l'État Français en Algérie en 1889. À Alger l’administration française lui permit d’être formé aux beaux-arts par un professeur de peinture, agrément qui devint une pratique centrale dans sa vie.

Intervenant : Amandine Dabat est Docteur en Histoire de l'art, diplômée de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Sa thèse a pour sujet la vie et l'œuvre de l'empereur vietnamien Hàm Nghi (1871-1944). Amandine Dabat est également titulaire d'un Master en Etudes vietnamiennes de l'Université Paris-Diderot (Paris VII). Au cours de son doctorat, elle a effectué plusieurs séjours de recherche au Viêt-Nam et en Algérie, pour une durée totale de deux ans. Elle est l'auteur d'une dizaine d'articles et a participé à plusieurs colloques et conférences internationaux. Elle a enseigné durant un an à l'Université de Hanoi (Viêt-Nam).

Tran Duc Thao (1917, Hanoi- 1993, Paris) fut l'un des plus grands philosophes marxistes contemporains vietnamiens. Admis à l'École normale supérieure d'Ulm, il est brillamment reçu agrégé de philosophie. Élève de Cavailles, il est considéré comme l'un des meilleurs spécialistes de la phénoménologie et de E. Husserl après la publication de son livre Phénoménologie et matérialisme dialectique (Paris, 1950). Chef de file de la diaspora vietnamienne durant l'occupation allemande en France, il retourna dans son pays peu après le début de la guerre d'Indochine pour rejoindre la lutte anti coloniale en faveur de l'indépendance nationale. Critique marxiste et traducteur de Hegel et de K. Marx en langue vietnamienne, il a été l'objet de la répression du parti communiste durant la campagne des Cent Fleurs (1956-1957).

Intervenant : Trinh Van Tao (1938, Sud Viêt-Nam) a fait l'essentiel de ses études supérieures en France (Sciences Po, Dr d'état ès lettres à La Sorbonne). Il enseigne la sociologie et l'histoire contemporaine dans les universités françaises (Amiens, Lille, Aix Marseille, collège international de philosophie à Paris) et étrangères (Brésil, Canada, Japon...). Professeur émérite à AMU.

En 1939 avec l’entrée en guerre, ordre est donné à l’administration indochinoise d’envoyer plus de 20 000 hommes en métropole, non pas pour servir de soldats mais d’ouvriers dans les usines d’armement. Regroupés sous l’autorité de la M.O.I. (la Main d’Œuvre Indigène, dépendant du Ministère du Travail), ils sont désignés sous l’appellation d’« ouvriers non spécialisés » (ONS). À la suite de la défaite de juin 1940, ces travailleurs sont loués à des entreprises pour un salaire équivalent au dixième de celui d’un ouvrier français. En Camargue, une partie d’entre eux contribuèrent à la mise en place et au perfectionnement de rizières – culture aujourd’hui toujours implantée dans cette région. Intervenant : Journaliste, ancien correspondant de Libération, actuellement reporter au Monde diplomatique, Pierre Daum mène des enquêtes historiques sur le passé colonial de la France, au Viêt-Nam et en Algérie. En 2009, il publie Immigrés de force (éd. Actes Sud), qui révèle au grand public l’histoire enfouie des 20 000 « travailleurs indochinois » de la Seconde guerre mondiale.

Son livre est adapté au cinéma en 2013 (Công Binh, la longue nuit indochinoise, de Lam Lê), puis à la télévision en 2015 (Riz amer, d’Alain Lewkowicz).

Publié dans Colonisation

Partager cet article

France, Chine, Asie, des relations anciennes grâce aux jésuites

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

François Hollande en Chine le 04 septembre 2016

François Hollande en Chine le 04 septembre 2016

Dans la foulée de sa rencontre avec Xi Jinping, dimanche 04 septembre 2016,  le chef de l'État français s'envolera à destination du Vietnam où il effectuera une visite de 48 heures avec l'intention de promouvoir la "coopération économique avec l'Asie du Sud-Est dont la croissance est exceptionnelle, mais aussi la culture et la francophonie". Ce n’est pas d’aujourd’hui que la France et l’Asie se côtoient. Les civilisations asiatiques sont largement représentées dans les collections de la Bibliothèque nationale de France et de ses partenaires, dont une partie est aujourd'hui numérisée et accessible sur Gallica.

À l’origine ce sont les jésuites français qui pressent les rois de France de les envoyer dans l'empire de Chine. Les jésuites de l'époque envoyés par Louis XIV à la rencontre de l'empereur chinois Kangxi soulignent la similarité des destinées des deux princes, tous deux se prétendant les serviteurs d'un « Dieu » pour contrôler leurs régions respectives, reconnaissant la puissance du royaume de France en Europe, l'empire de Chine étant reconnu comme le plus puissant en Asie de l'est.

Pour aller sur le site Gallica

Ce que l’on peut découvrir sur Gallica (extrait)

A l'origine, l'Asie désigne l'ensemble des terres s'étendant à l'est du détroit du Bosphore. C'est à partir du XVIe siècle que le terme recouvre les limites territoriales reconnues aujourd'hui. Le continent asiatique couvre près de 44 millions de kilomètres carrés, du Proche-Orient à l'Asie du Sud-Est, de l'Inde à la Sibérie.

Ce corpus présente un large ensemble de documents numérisés qui témoignent des relations entre la Chine et la France depuis le Moyen Age jusqu’à l’entre-deux-guerres. La France s’est intéressée très tôt aux études chinoises et la Bibliothèque nationale a accompagné leur développement dès les premiers voyages des jésuites, au XVIIe siècle. Des noms illustres comme ceux de Nicolas Trigault, Joachim Bouvet, Jean-Baptiste Du Halde, Jean-Pierre Abel-Rémusat, Stanislas Julien, Edouard Chavannes ou Paul Pelliot sont devenus des références incontournables et expliquent que la BnF possède l’une des collections sinologiques les plus riches au monde.

Le terme « sinologie » (汉学), qui recouvre les études relatives à la Chine, est entendu au sens large et ne se limite pas aux quatre domaines classiques : religion et spiritualité (textes canoniques) (jing-经), histoire (Shi-史), philosophie (Zi-子), littérature (Ji-集). On y inclut la science et la médecine, les récits de voyage, les textes destinés à la diffusion du christianisme en Chine ainsi que des ouvrages de linguistique, notamment les premières publications importantes sur la langue chinoise.

Sinica est un corpus original en ce qu’il donne à découvrir un pays et sa civilisation à travers le regard d’un autre. Cet intérêt est très ancien et dure toujours. Ainsi, l’Histoire de l'expédition chrétienne au royaume de la Chine, du père Trigault, qui relate le voyage de Matteo Ricci, date de 1617 ; une des premières grammaires chinoises, Elementa linguae tartaricae, de 1682. Ce sont pour la majorité des ouvrages de la Bibliothèque nationale de France, écrits en latin ou en français, ou traduits en français, ou bilingues français-chinois. Ils sont libres de droits, c'est-à-dire tombés dans le domaine public 70 ans après la mort de l'auteur. Ce corpus contient aussi des documents iconographiques -images, cartes, photographies- appartenant à différents départements de la BNF.

Première mission en Chine

En 1685, Louis XIV envoie une ambassade au Siam menée par le chevalier de Chaumont et l'abbé de Choisy, qu'accompagnent six pères jésuites avec le titre de "mathématiciens du Roi" Jean de Fontaney, Joachim Bouvet, Jean-François Gerbillon, Louis Le Comte, Claude de Visdelou et Guy Tachard-. Ils ont pour mission de gagner la Chine et de se mettre au service de l’empereur.

Comme la Chine était un pays fermé dans lequel il était difficile de se rendre, les jésuites ont annoncé qu'ils partaient pour le Siam, ont débarqué sur cette terre et ont continué leur voyage séparément et à leurs risques et périls. Seul le père Tachard est resté au Siam, alors que les cinq autres ont pu gagner leur destination en 1687. L’empereur Kangxi (1654-1722) savait apprécier les compétences et s’entourer de jésuites instruits -mathématiciens, astronomes ou médecins-, qu’il protégeait en échange de services rendus. Le père Bouvet lui a enseigné l’astronomie et les mathématiques. Il a même écrit un livre sur la géométrie en mandchou, ainsi que des ouvrages présentant la Chine comme L'Estat présent de la Chine en figures. En 1693, l’empereur le charge d’aller chercher en France de nouveaux savants pour sa cour. Le père revient en 1698 avec huit nouveaux « mathématiciens du Roi », dont les pères Parrenin et Prémare. Ce dernier s’est distingué par sa connaissance de la culture chinoise, son intérêt pour la littérature de ce pays et ses travaux linguistiques.

Origine du fonds chinois

Les seize volumes ayant appartenu à Mazarin sont à l’origine du fonds chinois de la Bibliothèque royale. En 1680, le père Couplet, un jésuite d’origine belge missionnaire en Chine, l’augmente d’un fonds de classiques chinois et de livres de médecine. Louis XIV, qui voulait voir croître sa bibliothèque, a toujours encouragé la venue de livres étrangers.

Les jésuites ont répondu à la demande et le fonds chinois de la bibliothèque royale s’est étoffé en grande partie grâce à eux. Les premières directives d’achats datent du voyage au Siam des six « mathématiciens du Roi ». Joachim Bouvet rapporte, en 1697, 312 fascicules chinois offerts par l’empereur Kangxi au roi Louis XIV, puis c’est le père de Fontaney qui l’enrichit en 1700 de 72 cahiers de livres chinois et tartares. Le fonds a continué de s’étendre mais c’est avec l’abbé Bignon (1662-1743), devenu le bibliothécaire du roi en 1719, que la politique d’acquisition et le traitement des livres s’affirment.

Publié dans Divers

Partager cet article

Lyn Smith à la recherche de ses racines en Nouvelle-Calédonie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Lyn Smith à la recherche de ses racines en Nouvelle-Calédonie
Lyn Smith à la recherche de ses racines en Nouvelle-Calédonie

Depuis 1975, l'Association Témoignage d'Un Passé s'efforce d'agir auprès des institutions en faveur de la préservation des vestiges du passé de la Nouvelle-Calédonie, de Nouméa en particulier, dans le but de les présenter au public.

A son actif, citons : la villa-musée de Païta, la maison Célières, le musée du bagne, sans oublier la préfiguration du musée de la ville de Nouméa. Il ya toujours quelque chose à dénicher sur leur site comme cette histoire de Lyn Smith.

 

Lyn Smith, descendante australienne d'un libéré français

L'association accueille en cette dernière semaine du mois d'août une australienne Lyn Smith, descendante d'un condamné français, libéré en Nouvelle-Calédonie.

Au cours de son séjour, Lyn aura à coeur de rencontrer les acteurs du bagne afin de découvrir ce qu'a pu être la vie de son ancêtre.

On ne traine pas puisqu' arrivée la veille, elle s'est déjà rendu au site historique du bagne à Nouville et a effectué des recherches aux archives. La presse était présente pour immortaliser ces moments émouvants.

A partir des éléments retrouvés dans les dossiers de l'administration, les pièces du puzzle se mettent en place et de nouvelles hypothèses sont lancées.

http://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/une-australienne-sur-les-traces-de-son-arriere-grand-pere-deporte-392601.html 

Lyn sera accueillie mardi prochain par les descendants calédoniens du bagne afin de partager avec eux une histoire commune.

Retrouvez le reportage de Caroline Antic-Martin et Gaël Detchevery sur NC 1ère.

Publié dans Colonisation

Partager cet article

« Super Menteur », lauréat 2016 du concours Livre Mon Ami

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

« Super Menteur », lauréat 2016 du concours Livre Mon Ami

Les 8973 enfants de CM2 et de 6 ème inscrits à l'édition 2016 du prix Livre Mon Ami ont fait leur choix ce mercredi 31 août : c'est le livre Super Menteur écrit par Cécile Alix qui a remporté la majorité des suffrages.

C’était la 20ème édition du prix livre mon ami. Un prix annuel de littérature de jeunesse Livre, mon ami est créé en Nouvelle-Calédonie en 1997. Il permet à de jeunes enfants de cours moyen 2° année et de sixième, de participer activement, chaque année, à la sélection d’un ouvrage dont l’auteur est récompensé par un prix. Ce prix est conjointement organisé par le Vice-Rectorat, la Direction de l’Enseignement de Nouvelle Calédonie et par l’association Livre, mon ami.

La sélection 2016 :

La Forêt des totems, Muriel Zürcher, éditions Thierry Magnier, collection Romans Jeunesse

La grande rivière, Anne Rossi, éditions Magnard Jeunesse, collection Romans 8-12 ans

Le journal d’un nul débutant, Luc Blanvillain, éditions L’École des Loisirs, collection Neuf

Micro Girl, la mystérieuse boule orange, Claire Mazard, éditions Oskar Jeunesse, collection Fantastique

Un koala dans la tête, Elise Fontenaille, éditions du Rouergue, collection DacODac

À plumes, à poils et à paillettes, Véronique Massenot et Peggy Nille, éditions Gautier-Languereau

 Super Menteur, Cécile Alix, éditions Magnard Jeunesse, collection Romans 8-12 ans, le lauréat 2016

Thème : amitié

Comment un « moche-et-chétif-à-lunettes » devient l’idole de sa classe en inventant un mensonge plus gros que lui…

Aristide a le moral dans les chaussettes. Le jour de la rentrée dans a nouvelle école, c’est l’horreur. Tout le monde se moque de lui. Mais pas question pour Aristide de se laisser impressionner !

« Vous pouvez dire ce que vous voulez, moi, demain, j’amène mon chien. Ça va vous calmer ! » Effectivement, ça les calme instantanément.

Ils me regardent comme s’ils s’apercevaient de mon existence. De ma consistance, devrais-je dire. En une phrase, j’ai pris de l’épaisseur.

Le problème, c’est que je n’ai pas de chien… Et voilà comment moi, Aristide, nouveau-moche-et-chétif-serpent-à-lunettes, je me transforme, soudain, en super menteur. 

Qui est Cécile Alix ?

Cécile Alix collectionne les souvenirs à venir, les jolis mots de ses enfants et les poils de chat sur son pull noir…

Dans la vie, elle est professeur de philosophie, s'intéresse de près à la pédagogie sociale et elle intervient auprès de jeunes atteints de troubles cognitifs.

Elle écrit et met en scène des pièces de théâtre, anime des cours de théâtre et de relaxation pour enfants.

Elle invente de joyeuses petites histoires et publie des romans jeunesse chez divers éditeurs.

Extrait du site de livre mon ami :

Scrutin 2016 : le vote au collège de Tuband

Par Xavier Boussemart le 31 août 2016 Photos, Scrutin

Parents, grands parents même, professeurs des écoles et de français étaient présents ce mercredi 31 août au Collège de Tuband.

La présentation des votes de chaque classe des écoles et du Collège a eu lieu, avec pour l’animer un Diaporama de jeux, de questions ou devinettes élaborés au CDI par les 6èmes à l’attention de leurs camarades de CM2.

Cette après-midi agréable et festive s’est  terminée par un goûter. On est très content à Tuband, car une fois encore super menteur est arrivé en première position tout comme au résultat territorial !

Merci à Sabine Rintz et à Martine Scrignac pour l’animation du bureau de vote.

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>