Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Károly Sándor Pallai, "Mosaïque des océans", un océaniste à découvrir

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L’ouvrage d’un océaniste hongrois, que je viens de découvrir et parcourir (un peu) avant de m’y remettre, parce que j’y ai vu des noms de gens connus ici, me semble remarquable. Ils sont impressionnants, pour moi, ces jeunes cerveaux bien pleins, comme le sien. (Károly Sándor Pallai écrit et publie de la poésie en dix langues). C’est probablement pour cela que je ne comprends pas toujours les messages de Paul Tavo notre intellectuel du Vanuatu, mon ami Face Book. JP

 

Károly Sándor Pallai, Mosaïque des océans : Idées, identités et enjeux dans les littératures contemporaines de la Caraïbe, de l'océan Indien et de l'Océanie (Sous la direction de Adrián Bene

 

Référence bibliographique : Károly Sándor Pallai, Mosaïque des océans : Idées, identités et enjeux dans les littératures contemporaines de la Caraïbe, de l'océan Indien et de l'Océanie (Sous la direction de Adrián Bene), Presses de l'Université de Pécs (Département d'Études Françaises), collection "Acta Romanica Quinqueecclesiensis (III.)", 2017. EAN13 : 9789634291169.

 

Dans Mosaïque des océans, Károly Sándor Pallai réunit les idées et les réflexions d’une dizaine d’écrivains, de poètes et d’acteurs culturels majeurs de la Caraïbe, de l’océan Indien et du Pacifique pour la première fois pour donner naissance à des échanges enrichissants, pour montrer les parallèles, les superpositions et inclusions au niveau des textes, des sujets abordés, des questions, des principaux enjeux et problèmes ainsi que les éventuelles différences et divergences des opinions.

Il s’agit notamment d’auteurs caribéennes : Gerty Dambury (Guadeloupe), Suzanne Dracius (Martinique), indianocéaniens :  Jean-Louis Robert (Réunion), Jean-François Samlong (Réunion), Umar Timol (Maurice), Khal Torabully (Maurice) et océaniens : Stéphanie Ari’irau Richard-Vivi (Polynésie française), Flora Devatine (Polynésie française), Vaimu’a Muliava (Wallis-et-Futuna), Chantal Spitz (Polynésie française), Paul Tavo (Vanuatu)…

L’ouvrage est disponible en ligne dans son intégralité en accès libre :

http://francia.btk.pte.hu/sites/francia.btk.pte.hu/files/files/pallai_karoly_sandor_acta_iii.pdf

 

Pour en savoir plus sur ce chercheur :

Károly Sándor Pallai est océaniste, chercheur, traducteur, poète et éditeur. Il a soutenu une thèse de doctorat avec félicitations du jury sur les littératures contemporaines de le Caraïbe, de l’océan Indien et de l’Océanie dans laquelle il a consacré une analyse psychologique et philosophique détaillée à l’identité dans les œuvres littéraires (La micrologie de l’identité archipélique). Membre de plusieurs sociétés savantes et littéraires (États-Unis, Australie, île Maurice, France, Colombie, Grèce, Thaïlande, Pays-Bas), il écrit et publie de la poésie en dix langues.

Auteur d’articles sur l’histoire littéraire de la Polynésie française (Topoï de contre-exotisme dans l’écriture de Titaua Peu; Corporéité, histoire et mémoire dans la littérature polynésienne contemporaine; Langue(s), identité(s), folie(s), dans Les gens 2 la folie de Philippe Neuffer; Histoire et identité dans l'écriture de Chantal Spitz; Jegyzetek a polinéziai irodalom történetéhez; Discontinu et fragmentaire dans l'écriture contemporaine de la Polynésie française), de Suriname (Suriname kortárs költészete) et des îles néerlandaises de la Caraïbe (A karibi holland szigetek költészete).

Il est le premier traducteur hongrois de plusieurs langues étrangères (papiamento, saramaka, hindoustani caribéen, créole seychellois, haïtien, guadeloupéen).

Il a été le premier chercheur à consacrer des articles à la poésie contemporaine de Wallis et Futuna (Identité, héritage et histoire dans la poésie contemporaine de Wallis-et-Futuna; Histoire, mythe et le paradigme identitaire dans la poésie wallisienne et futunienne).

Après avoir consacré des articles à la littérature seychelloise (Résonances, langages, écritures; Konzigezon filozofik size poetik; Paradigms of Space and Corporeity in the Contemporary Poetry of the Seychelles; Mondes multiples, chiralité; Lapoezi kontanporen seselwa), en 2017, il a publié une monographie sur la poésie seychelloise contemporaine (Subjectivités seychelloises, Presses de l’Université de Pécs, Département d’Études Françaises, 113 p.) consacrée à l’analyse psychologique et philosophique de l’identité dans les textes poétiques.

Dans Microlectures polynésiennes (Presses de l’Université de Pécs, 2017), il étudie les notions de l’île, de l’insularité, de l’héritage, de la pluralité linguistique et des langues dans les œuvres poétiques et romanesques de la Polynésie française… (Source FABULA)

 

Biographie (« exfiltrée » de son site)

Károly Sándor Pallai est chercheur doctorant à l’Université de Budapest – ELTE. Il est le concepteur, le fondateur et l’éditeur en chef de la revue électronique Vents Alizés, conçue pour assurer une diffusion d’accès libre étendue aux auteurs de l’océan Indien, de la Caraïbe, du Pacifique et d’ailleurs. Il est également le créateur et le directeur de la maison d’édition Edisyon Losean Endyen, créée pour améliorer l’accessibilité de la production littéraire de l’océan Indien, de la Caraïbe et du Pacifique.

Il est membre du comité de lecture de la revue littéraire seychelloise Sipay. Il écrit et publie des poèmes en français, en anglais, en créole seychellois, en hongrois et en espagnol. Ses poèmes étaient publiés en France, aux États-Unis, aux Philippines, aux Seychelles, en Hongrie, au Canada.

Son recueil, Soleils invincibles a paru en 2012, sa pièce de théâtre, Mangeurs d’anémones en 2013 (Éditions Arthée). En reconnaissance de son travail théorique, poétique et éditorial, il est choisi et primé dans le concours national « 50 jeunes talents hongrois » du magazine La femme. En 2013, Le Ministre de la Culture des Seychelles lui décerne un certificat de reconnaissance ministérielle pour ses activités réalisées pour la promotion de la littérature et de la culture seychelloises.

Károly Sándor Pallai - Nationalité : Hongrie Né à : Miskolc , le 5 juin 1986

Source : http://pallaikaroly.com

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost 0

La fille qui court comme le Vent (à partir de 7 ans)

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La fille qui court comme le Vent (à partir de 7 ans)

Vendredi 4 août – 18h et samedi 5 août – 15h et 18h

Au Petit Théâtre Durée : 45mn

Une production de Marie M, avec le soutien de la Ville du Mont-Dore

Texte, mise en scène et interprétation Marie M, avec l’aide à la mise en scène Marcela Pizarro

Plein tarif 1500 F - Tarif réduit 1200F - Tarif abonné 1000F

Gabrielle, botaniste passionnée fait une étrange découverte dans le maquis minier : une plante en voie d’apparition ?

Cette plante extraordinaire, la mènera pas à pas jusqu’aux berges du fleuve Ota au Japon. Gabrielle rencontrera Sadako Sasaki, une fillette atteinte du « mal de la bombe » qui lui demandera de prendre le relai de son message de paix.

Au centre culturel du Mont Dore dans la petite salle de spectacle : Réservez vos place facilement sur eticket.nc

Carole de Kermoysan est l’auteure de ce teaser fait à partir des photos de Mathieu Monneret.

La fille qui court comme le Vent (à partir de 7 ans)

Publié dans Notre Caillou

Partager cet article

Repost 0

L’Harmattan une solution d’édition pour les auteurs calédoniens

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Mon prochain livre, un roman, sera édité chez l’Harmattan dans la collection « Portes Océanes ». Sa parution est prévue pour la fin de l’année. Son titre « Les moustaches de tigre ». L’action se déroule dans la tourmente de la décolonisation de l’Indochine. J’ai hâte de vous le présenter.

Pourquoi ai-je choisi l’Harmattan ? Parce que j’ai déjà fait l’expérience de taper aux portes de nombreuses maisons mais les éditeurs ne sont pas des philanthropes. Ils essaient de miser gagnant pour ne pas perdre d’argent. On les comprend, donc ils acceptent peu manuscrits par rapport à la quantité qu’ils reçoivent. Il y a peu d’élus, je n’ai même pas cherché cette fois. J’avais la possibilité de retravailler avec Humanis mais mon roman est historique et comme Portes Océanes est dirigé par l’historien Frédéric Angleviel cela m’a semblé judicieux de le publier dans sa collection.

Il faut aussi rétablir la vérité sur l’Harmattan. Les controverses sur le contrat à compte d’éditeur mais à 0 % de droits d’auteur sur les 500 premiers livres n’a pas beaucoup d’importance pour les Calédoniens. Nos tirages sont limités, à l’échelle du pays, on peut se faire plaisir, mais il n’y a rien à gagner avec des romans ou des recueils de nouvelles. Il n’y a que la BD et la littérature jeunesse, me semble-t-il, qui peuvent rapporter. On peut néanmoins partager nos écrits avec nos amis du territoire sans passer par une grande maison d’édition. Nous avons l’aubaine d’avoir deux collections, Lettres du Pacifique et Portes Océanes, chez l’Harmattan, dirigées par des Calédoniens. Ces deux collections ont une centaine d’ouvrages au compteur depuis une dizaine d’années. Elles sont ouvertes et faites pour les auteurs d’ici. N’hésitez pas si vous cherchez une solution d’édition. Il y a encore des éditeurs en Calédonie et l’association Ecrire en Océanie mais ils ne manquent pas de travail. La Nouvelle-Calédonie compte autant d’écrivains que de lecteurs comme l’Islande. (La fibre littéraire de l’île est tellement développée là-bas que l’Islande est championne du nombre d’ouvrages publiés par habitant). JP

Lorsque l’on pose la question pour être publié dans la collection Portes Océanes. La réponse est la suivante :

« Oui, la collection Portes Océanes éditées aux éditions L’Harmattan serait heureuse de publier votre ouvrage.

D’une part, vous serez publié au niveau national, y compris une présence à la FNAC et à Gibert.

D’autre part, Pacifique Bookin (un des deux grossistes calédoniens) a une convention avec L’Harmattan et vend donc tous les ouvrages de la collection à Calédo livres et les propose aux autres libraires. »

Pour plus de détails on peut contacter Frédéric Angleviel (Tél. 25 15 98) ou Paul Fizin, co-directeur de la collection Portes Océanes.

Ci-dessous quelques-uns des derniers ouvrages parus en attendant Les Moustaches de tigre.

L’Harmattan une solution d’édition pour les auteurs calédoniens

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Les pépites de l’Obs (2)

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Bibliobs rubrique littéraire de l’Obs propose pour l’été dans l’hémisphère nord une rubrique « La Book Machine » : ce bon génie qui trouve le livre fait pour vous avec les 150 meilleurs romans, récits et polars du moment, sélectionnés par le service littéraire de "l’Obs". voir plus sur l’Obs JP

Exemple :

Le Fabuleux et triste destin d’Ivan et Ivana, par Maryse Condé

JC Lattès, 250 p., 19 euros.

L’écriture, Maryse Condé y est venue tard, à 42 ans, après douze années de galères en Afrique. Elle ne s’est jamais arrêtée. Son œuvre, que l’on étudie beaucoup aux Etats-Unis, ne se limite pas au grand succès remporté en 1984 par «Ségou », puissante saga historique sur le naufrage de l’empire bambara aux XVIIIe et XIXe siècles (« Ségou » vient d'entrer dans la collection « Classics » de Penguin). Elle compte une vingtaine de titres qui vont d'« Heremakhonon » à « la Vie sans fards », remarquable autobiographie qui court sur la première moitié de son existence, en passant par « les Derniers rois mages », « la Belle créole » ou « Histoire de la femme cannibale ».

Elle n’est jamais arrêtée d’écrire, mais à 80 ans, affaiblie par la maladie, la romancière de « la Vie scélérate » dit tirer sa révérence avec « le Fabuleux et triste destin d’Ivan et Ivana », qu'elle a dicté à son mari faute de pouvoir désormais utiliser elle-même un ordinateur. Ce sont les tribulations de deux jumeaux qui, après neuf mois fusionnels, restent fous amoureux alors que toutes les lois humaines condamnent leur passion. Ce couple maudit n’est pourtant pas née, prévient-elle, d’une méditation sur l’inceste, mais d'un événement passé inaperçu quand il y a eu l'attentat contre “Charlie Hebdo” : « Une policière municipale d'origine martiniquaise a été abattue par un terroriste. Ce terroriste était noir et venait du Mali. Il ne la connaissait pas mais s’en foutait, il l’a tuée. Pour moi, c’était un effondrement, un bouleversement terrible. C’était la fin de la négritude. La fin de la croyance selon laquelle les noirs sont des frères. »

A l'arrivée sa fable créole est un roman dont le réalisme magique, à la fois tragique et plein de fantaisie, navigue de la Guadeloupe à la banlieue parisienne en passant par les coulisses maliennes du djihadisme. C'est parfois drôle, souvent intelligent, toujours sensible. C'est même une manière assez gonflée de réfléchir aux liens entre la colonisation, ce fléau d'hier, et le terrorisme islamiste, cette plaie contemporaine. La preuve, en tout cas, que Maryse Condé reste une grande conteuse.

Grégoire Leménag

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost 0

Les éditions « plume de notou » propose ses bet-sellers en langues vernaculaires

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les éditions « plume de notou » propose ses bet-sellers en langues vernaculaires
Les éditions « plume de notou » propose ses bet-sellers en langues vernaculaires

LE SAVIEZ-VOUS ? "La chanson des poissons" et "Cagou", les deux best-sellers des éditions Plume de notou sont disponibles en FILM (fichier MP4).

sur le site de Pacific Bookin pour seulement 590F. Dans la langue de votre choix : français, drehu, nengone, iaai ou fagauvea. (texte du site Facebook plume de notou)

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Le député Moetai Brotherson dans la revue Tahiti Pacifique

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

 L'auteur du "Le roi absent"au salon du livre de Huahine. Crédit photo : DR

 L'auteur du "Le roi absent"au salon du livre de Huahine. Crédit photo : DR

Depuis qu’il est élu de la république, il fait parler de lui et son ouvrage littéraire "Le roi absent" est en tête de gondole. Voir ci-dessous un article qui lui est consacré. JP

"Le roi absent" par le néodéputé Moetai Brotherson

Jeudi 13 Juillet 2017 - écrit par Lucile Bambridge

Alors que Moetai Brotherson, premier député du Tavini Huira'atira fraîchement élu, occupe le devant de la scène politique depuis son arrivée tant remarquée dans l'hémicycle en tenue "décontractée", voilà l'occasion de revenir sur le parcours littéraire de cet intellectuel engagé en faveur de la culture polynésienne et de la réappropriation identitaire de son peuple. Un engagement déjà largement dévoilé dans son roman Le Roi absent, publié en 2007. Rencontre avec l'homme de lettres et immersion au cœur d'une fiction pétrie d'oralité.

Enfant curieux et ouvert d'esprit, Moetai Brotherson s'affirme indépendantiste à 11 ans et manie la plume facilement à 14 ans. Dès la parution de son premier roman Le Roi absent, alors qu'il est responsable du Service des Postes et Télécommunications au sein du gouvernement Temaru, il s'inscrit dans la lignée des écrivains autochtones engagés, telles que Chantal T. Spitz et Titaua Peu. L'auteur signe une fiction étonnamment enrichissante, oscillant entre le conte, les évocations à la mythologie polynésienne et la quête identitaire d'un peuple spectateur de sa propre perdition. La littérature polynésienne acquiert ainsi...

Pour lire l'intégralité de cet Article, commandez Tahiti Pacifique n° 359 en cliquant ICI

Un article sur Moetai sur ce blog

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article

Repost 0

Les Cap-Horniers causerie de Jacques Nozeran au musée maritime

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

image du site du musée maritime de Nouméa

image du site du musée maritime de Nouméa

Les derniers grands voiliers de légende

Jeudi 27 juillet à 18h,

entrée dans la limite des places disponibles, durée env. 1h"

Doubler le Cap Horn", une expression qui évoque des voiles claquantes sous la tempête sur la mer déchaînée des cinquantièmes hurlants...

Jacques Nozeran nous invite à revivre l'époque prodigieuse de ces grands voiliers, les cap-horniers, qui pendant 100 ans ont assuré le commerce maritime entre l'Europe et les ports du Pacifique en doublant ce cap mythique et dangereux au large de la pointe extrême de l'Amérique du Sud. A l'appui d'un diaporama richement illustré, un hommage est rendu à ces valeureux équipages et ces majestueux voiliers dont le déclin commence avec l'ouverture du canal de Panama en 1914.

(photo d'illustration Outre-mer 1er à l'occasion de l'émission sur les paquebots mixtes des Messageries Maritimes)

N’oubliez pas ce mercredi soir 19 juillet de venir découvrir LA SEVE BLEUE et échanger avec Nicole Chardon-Isch, à 18h à Calédo Livres

NB : Je suis l'auteur d'un roman "Le Calédonien" qui rend aussi, à ma manière, hommage aux Paquebots chers au coeur de Jacques Nozeran. Joël PAUL

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article

Repost 0

CONCOURS BD FOLIES 2017

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

MLNC Info :

Concours BD Folies Boulouparis : le Festival BD FOLIES qui se déroulera les 14 et 15 octobre 2017 à Boulouparis lance son concours

"Dessiner ou fabriquer une poupée noire".

Règlement ci-dessous

Jusqu'au 30 septembre.

Contact : Bibliothèque municipale de Boulouparis

43 12 18. /. bibou@mls.nc

CONCOURS BD FOLIES 2017

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article

Repost 0

14 juillet d’Éric Vuillard (un article de Télérama)

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

14 juillet d’Éric Vuillard (un article de Télérama)

Héros malgré eux, ils ont écrit l'Histoire de la Révolution française. Un bel hommage à ces hommes et femmes anonymes, évincés du mythe.

Au fond, il n'y a pas de petites gens. Et s'il y en a, ils sont capables de choses inouïes. Chaque nouveau récit d'Eric Vuillard nous le rappelle. L'auteur nous a appris, avec Congo (2012), La Bataille d'Occident (2012) ou Tristesse de la terre (2014), à regarder autrement ces héros malgré eux, ces hommes ou femmes qui font l'Histoire avant d'être dévorés par elle, jusqu'à l'oubli. Avec 14 juillet, il ne trahit pas cet engagement. Cette prise de la Bastille, la République l'a érigée en mythe, mais où sont passées la chair, la poussière sous les semelles, la peur au ventre de celles et ceux qui l'ont faite ? Reprenons l'assaut depuis le début. En partant des jardins de Versailles, parmi les gueuses et les gueux qui, sans y croire peut-être, sans le savoir sûrement, allaient faire basculer le destin du pays — et de l'humanité. Michelet ou Lavisse nous ont laissé les portraits des « grands » hommes ? Vuillard donne un nom aux petits. Comment s'appelaient-ils, d'ailleurs ? « Ce jour-là, à la Bastille, il y a Adam, né en Côte-d'Or, il y a Aumassip, marchand de bestiaux, né à Saint-Front-de-Périgueux, il y a Béchamp, cordonnier, Bersin, ouvrier du tabac, Bertheliez, journalier, venu du Jura, Bezou, dont on ne sait rien, Bizot, charpentier, Mammès Blanchot, dont on ne sait rien non plus, à part ce joli nom qu'il a et qui semble un mélange d'Egypte et de purin. » Des riens du tout, des invisibles, des intouchables, des « pauvres filles venues de Sologne et de Picardie, [...] mordues par la misère et parties en malle-poste, avec un simple ballot de frusques. Nul n'a jamais retracé leur itinéraire de Craponne à Paris [...]. Nul n'a jamais écrit leur fable amère. »

14 juillet leur rend justice. Et nous fait bondir de 1789 à 2016, d'une incise l'autre, de cette petite voix discrète qui, à intervalles réguliers, vient nous dire : « Hier, c'est aujourd'hui ! », et qui est aussi la signature de Vuillard. Car ces individus sans droits, qui ont ébranlé un régime archaïque et donné un nouveau « sens » à l'Histoire, nous parlent. Ils auraient pu se briser les poings sur la pierre de la Bastille, ils nous laissent la liberté et l'égalité en héritage. Et l'idée que ce qui a été fait une fois... Comme d'habitude, Eric Vuillard n'entre pas par effraction dans l'esprit de ses « héros ». Il ne leur invente pas des motivations, ne leur dresse pas de stèle. Il raconte simplement, avec un talent fou, les hésitations, mais aussi la trouille, la générosité et le grain de folie de ces « ci-devant » du 14 juillet — ses soeurs et ses frères, et finalement les nôtres aussi. — Olivier Pascal-Moussellard

| Ed. Actes Sud, 208 p., 19 €.

Olivier Pascal-Moussellard (Télérama)

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost 0

10è Forum francophone du Pacifique avec le Vanuatu comme pays invité

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

10è Forum francophone du Pacifique avec le Vanuatu comme pays invité

Dans le cadre du 10e Forum Francophone du Pacifique (7, 8 et 9 septembre 2017) organisé par le CREIPAC à l’initiative du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, l’Alliance Champlain et le CREIPAC lance le concours de poésie francophone « Le Pilou des Mots ». Il s’adresse à tous écrivains et poètes en herbe de tous âges.

Pour les 10 ans du Forum et du Pilou des Mots, le Vanuatu est à l’honneur, avec deux thèmes au choix :

Premier thème : Beauté volcanique du Vanuatu

Deuxième thème : Fraternité et partage

entre le Vanuatu et la Nouvelle-Calédonie

La présentation des textes est libre : poème, texte en prose, BD, slam d’une durée maximale de 5 mn, etc.

Attention, les textes doivent avoir être envoyés par courriel à : champlain@lagoon.nc ou bien par voie postale à : Alliance Champlain BP 8133 98807 Nouméa Cedex, au plus tard le 28 août 2017.

Pour plus de précisions, retrouvez le règlement ici : télécharger au format PDF.

UN ESPACE SUR LA NOUVELLE-CALÉDONIE À L’ALLIANCE FRANÇAISE DE BRISBANE

Grâce au soutien du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et du CREIPAC, l’Alliance Française de Brisbane (Australie) ouvre un nouvel espace culturel et linguistique dédié à la Nouvelle-Calédonie, au sein de son centre de ressources.

Le projet est né lors du 9ème Forum Francophone du Pacifique organisé par le CREIPAC, qui s’est tenu en novembre 2016 et qui permet aux différentes institutions culturelles de se rencontrer et de mutualiser leurs actions en faveur de la diffusion de la langue française et de la promotion de la francophonie et ses valeurs dans la région Asie-Pacifique largement anglo-saxonne.

Lors de ce Forum, l’Alliance Française de Brisbane a manifesté la volonté d’accueillir un espace culturel et linguistique dans ses locaux.

En juin 2017, l’espace Nouvelle-Calédonie a été inauguré avec un fonds d’ouvrages achetés essentiellement auprès des librairies de Nouméa.

Ce sont plus de 170 ouvrages qui sont désormais mis à la disposition des publics de l’Alliance Française de Brisbane et qui permettent de découvrir la Nouvelle-Calédonie à travers des thèmes très variés : histoire, cultures, art de vivre, biodiversité, tourisme.

Il a donc des ouvrages pour tous les goûts et pour tous les âges ! Rendez-vous à l’Alliance Française de Brisbane !

D’autres Alliances Françaises ont déjà leur espace, que ce soit celle de Sydney en Australie, celles de Christchurch, Palmerston North ou Wellington en Nouvelle-Zélande ou bien celle de Suva aux Iles Fidji.

Ci-dessous des photographies lors de la remise des prix 2016 à la MLNC pour la 9e édition du forum du Pacifique.

Photos 2016 (JP)
Photos 2016 (JP)

Photos 2016 (JP)

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>