Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Marcel MELTHERORONG invité du prochain SILO 2017

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo JP à Bernheim

Photo JP à Bernheim

Marcel MELTHERORONG invité du prochain SILO 2017

Le SILO édition 2017 se tiendra à Poindimié du 28 septembre au 1 octobre

 Né en 1975 en Nouvelle-Calédonie au sein d'une famille vanuataise émigrée, Marcel Melthérorong fait ses études à Bourail avant de quitter le Caillou pour retrouver en 1994 ses racines. À son arrivée au Vanuatu, il ne parle ni le bichelamar ni la langue de Vao, le village de ses ancêtres à Mallicolo. Il se sent déraciné et entreprend alors une initiation linguistique et culturelle.  Au début des années 2000, il est recruté par le Centre Culturel du Vanuatu pour gérer durant deux ans un programme destiné aux jeunes. Il crée le Premier Festival des Arts de la Parole, et intervient depuis pour l’Alliance française dans la coordination d’événements culturels et artistiques d’envergure.  En 2007, il écrit son premier roman, "Tôghàn", publié aux éditions Alliance française du Vanuatu. Il s’agit du premier roman à avoir été écrit par un auteur vanuatais. "Tôghàn" évoque le souvenir d’années difficiles dans une sorte d’auto-fiction. Il s’agit d’une œuvre originale et sincère qui dévoile, entre ombre et lumière, les aspirations d’une jeunesse océanienne en perte de repères.  Marcel est remarqué en 2007 par Jean-Marie Gustave Le Clézio, qui vient alors d’écrire "Raga, le Continent invisible", où il est question de l’île de Pentecôte en particulier. "Nagaemas", son second roman est paru en 2013.

Tôghàn

"avec Marcel Melthéorong, la famille de la littérature francophone s’enrichit d’une voix nouvelle, originale …"

J.-M.-G. Le Clézio

Résumé : Le Camp Est, prison de Nouméa — l'île de l'oubli — où Tôghàn doit séjourner quelques mois, semble une « réduction » de l'Océanie ; le monde des îles s'y concentre dans sa diversité et sa richesse humaine : originaires de Malakula, comme les parents de Tôghàn, ou d'Ambrym comme David, Wallisiens comme Sefo, Kanaks … tous laissés pour compte de la ville proche, Babylone-la-grande … chacun porteur d'une histoire et de valeurs durement éprouvées par l'emprise occidentale.

Cette retraite involontaire, et les rencontres qu'elle permet, contraignent Tôghàn à s'interroger sur les causes de la peine qu'il purge, et sur le cours qu'il entend donner aux jours qui suivront sa sortie du Camp Est ; il décide, contre l'avis de son père, de gagner le Vanuatu : « et si je veux aller là-bas, c'est pour apprendre la coutûme, c'est pour apprendre la langue … »

Auteur : Marcel Melthérorong dont la famille est d’origine vanuataise est né en 1975 à Nouméa. Il a vécu toute sa jeunesse en Nouvelle-Calédonie et a fait ses études à Bourail. En 1994, il quitte le territoire français et s’installe à Port-Vila, capitale du Vanuatu où il devient l’un des acteurs les plus dynamiques de la vie culturelle ; il participe régulièrement à l’organisation des plus grandes manifestations musicales de la capitale dont Fest’Napuan, la Fête de la Musique et FrancoSonik. Il est lui même musicien et a créé deux groupes très remarqués : XX Squad et Kalja Riddim Klan.

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article

Repost 0

Samuel Wallis raconté par l’historien Philippe Prudhomme

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La photo de Philippe Prud'homme  (article de Tahiti-Infos)
La photo de Philippe Prud'homme  (article de Tahiti-Infos)

La photo de Philippe Prud'homme (article de Tahiti-Infos)

Samuel Wallis, né le 23 avril 1728 près de Camelford, dans les Cornouailles. Il est mort le 21 janvier 1795 à Londres. C’était est un navigateur et explorateur britannique du XVIIIe siècle.

Il a continué les explorations entreprises par John Byron avec les navires Dolphin et Swallow.

Il abordera en 1767, au nord-est des Fidji, une île qui est baptisée en son honneur : Wallis (au sein des royaumes de Wallis-et-Futuna). C’est à peu prés les seules choses que l’on connait de ce navigateur. Mais en lisant l’ouvrage de Philippe Prud’homme on devrait en apprendre beaucoup plus.

Philippe Prudhomme, qui a déjà consacré plusieurs ouvrages à Bougainville, ce dernier ouvrage permettra de mieux comprendre la personnalité et le rôle de Wallis dans la rencontre entre deux cultures. Voir ci-dessous l’extrait d’un journal tahitien qui dévoile le contenu du dernier livre de l’historien. JP

Extrait de l’article de Tahiti infos consacré à ce livre rédigé par Delphine Barrais :

Philippe Prudhomme signe un ouvrage sur le navigateur Samuel Wallis

PAPEETE, le 17 août 2017 - "Il y a 250 ans, le 19 juin 1767, Samuel Wallis était le premier navigateur européen à découvrir les charmes et les mœurs du peuple de Tahiti", rappelle Philippe Prudhomme dans un ouvrage sur l’explorateur. À cette occasion, l’auteur "rétablit les choses" sur cette période de l’histoire qu’il considère comme un "choc culturel".

"Ils se sont comportés comme des pillards, des soudards et des paillards", assure Philippe Prudhomme, l’auteur de Samuel Wallis, explorateurs de l’Océanie du siècle des Lumières, en parlant de l’équipage du HMS Dolphin et de son capitaine. Avec son ouvrage, il veut "remettre les pendules à l’heure". Il n’entend pas rendre hommages aux faits et armes du célèbre navigateur mais "rétablir les choses" avec un texte, "peut-être un peu à charge".

Samuel Wallis, fidèle serviteur de la Couronne, est un navigateur anglais qui est arrivé en Polynésie le 19 juin 1767, il y a 250 ans. À cette occasion, Philippe Prudhomme revient sur l’homme, sur la préparation de l’expédition, sur l’expédition en elle-même, parlant de la médecine et de l’hygiène, de l’astronomie et de la navigation, puis, dans un second temps de l’arrivée dans la baie de Matavai, de la rencontre entre deux civilisations.

"L’équipage du Dolphin est arrivé dans la baie de Matavai dans des conditions dramatiques", rapporte Philippe Prudhomme. "Ils étaient tous plus ou moins malades, y compris Wallis et son second. Ils ont failli s’échouer sur le récif et ils avaient la trouille car l’île était peuplée. Il faut se remettre dans le contexte, ils arrivaient sur cette île un peu comme on arrive sur la lune, ils ne savaient rien."

L’auteur assure que "la réalité a été tragique et que l’on a interprété la découverte". D’après lui, Samuel Wallis et son équipage ont "pillé les ressources tahitiennes. Et je ne parle, en plus, des maladies vénériennes qu’ils ont apportées"... Suite Tahiti infos

Philippe Prudhomme est historien, il a enseigné l’histoire dans plusieurs îles françaises de l’océan Pacifique et Indien.

Voir aussi Samuel Wallis format kindle d’où provient le portrait de wallis d’illustration

Quelques unes de ses autres parutions :

Samuel Wallis raconté par l’historien Philippe Prudhomme

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article

Repost 0

Bastien LALLEMANT invité du prochain SILO 2017

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Bastien LALLEMANT invité du prochain SILO 2017
Bastien LALLEMANT invité du prochain SILO 2017
Bastien LALLEMANT invité du prochain SILO 2017

Le SILO édition 2017 se tiendra à Poindimié

du 28 septembre au 1 octobre

Image en Une du journal JSD octobre 2015 et au salon du livre de Polynésie en 2015 (photo de lire en Polynésie)

Bastien Lallemant est né en 1972. Enfant, il étudie la musique (solfège, piano, flûte traversière) au conservatoire de Dijon. Il se met à la guitare à 14 ans. Adolescent, il participe à différents groupes de musique. En 1991, il débute des études d’art plastique à l’Ecole Nationale des Beaux-arts de Dijon et obtient en 1998 son DNSEP avec félicitations du jury. Parallèlement, il participe dès 1994 au groupe « Les joueurs de biques » avec lequel il autoproduira trois albums, et donnera quelques 300 concerts en France. Il écrit alors ses premières chansons.

En 2002, Bastien signe un contrat d’artiste avec le label Tôt ou Tard. S’ensuivent deux albums « Les premiers instants » (2003) et « Les érotiques » (2005). Ce second disque, réalisé par Albin de la Simone, et avec la participation de Bertrand Belin, scelle une grande amitié entre les trois artistes, d’où découleront de nombreux projets en commun et des scènes partagées. C’est aussi la rencontre avec JP Nataf et Jeanne Cherhal à l’occasion du disque « Plutôt tôt, plutôt tard ». En 2007, quittant le Label Tôt ou Tard, il se rapproche du Studio Acousti (Paris), et de son directeur Alain Cluzeau. Ce dernier lui propose de coproduire son nouvel album. Accompagné d’Albin de la Simone et de Bertrand Belin, ainsi que d’autres amis musiciens, il enregistre « Le verger » qui paraît en 2010 (Quai de scène / Acousti / L’Autre Distribution). Inspiré du roman noir, « Le verger » est un recueil de douze chansons à la manière de courtes nouvelles. Le disque est unanimement salué par la critique. En outre, la tournure très littéraire que revêt l’ouvrage ouvre à Bastien de nouvelles collaborations, notamment avec des festivals de littérature tels que les Correspondances de Manosques, Paris en toutes Lettres et avec La Maison de la Poésie à Paris. En 2011 paraît son livre « Une lentille dans les cailloux », dans lequel il témoigne, sous forme de lettres à sa fille, de son métier et de son écriture. Depuis la sortie de son album « Le verger » et jusqu’à ce jour, Bastien arpente les scènes, dans différentes formules, du solo au quatuor. Parallèlement, il a initié « les siestes acoustiques », sortes de concerts très particuliers pour public endormi, et auxquelles ont participé depuis quelques 80 éditions, une centaine d’artistes et d’auteurs (dont Albin de la Simone, Bertrand Belin, JP Nataf, Jeanne Cherhal, Seb Martel, David Lafore, Holden, Peter Van Poehl, Marie Modiano, Claire Diterzi, Vanessa Paradis, Olivier Melano, Rodolphe Burger, Camélia Jordana, Vincent Delerm, Olivier Adam… ). Bastien Lallemant écrit et interprète également des musiques pour des lectures. Il a collaboré avec Denis Podalydes, plus récemment avec Arnaud Cathrine, et joué ses créations à la Société des Gens de Lettres (Paris). En 2014 il crée aux côtés de François Morel et Eric Caravaca "Correspondances de Robert Doisneau" qui sera repris en compagnie de Daniel Pennac et Emmanuel Noblet. Dans le même temps il participe à "Lazare mon amour" de et avec Gwenaëlle Aubry, en compagnie de Théo Hakola, Maëva Le Berre et Léopoldine Hummel.

Depuis 2011, il collabore avec le dessinateur et auteur de BD, Charles Berbérian pour des « concerts dessinés ».

Bastien a participé à la dernière édition du SILO. Il devrait revenir à Poindimié pour enregistrer une sélection de berceuses kanak. 

Imaginée en 2010 par Bastien Lallemant, les Siestes Acoustiques se sont, depuis, baladées aux quatre coins de la France, de l'Europe voir même du Monde.

De la mensuelle Siestes dominicale au Théâtre de la Loge à Paris ou juste à coté de chez vous, Bastien et sa bande offrent à ceux qui le souhaitent, une heure hors du temps, hors du monde, en douceur et en musique.

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article

Repost 0

« Groenland est » à Ouessant, le salon démarre la semaine prochaine

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

On peut reconnaître Anne Bihan sur cette photo du "staff" et le logo de la MLNC

On peut reconnaître Anne Bihan sur cette photo du "staff" et le logo de la MLNC

Le salon international du livre insulaire, organisé à Ouessant pour sa 19e édition du 24 au 27 août 2017, présentera au public :  livres rares, éditions souvent d’un loin ailleurs, écrivains nissologue ou nissophile, et des artistes , des créateurs.

Découvrir les Sagas islandaises? Pourquoi pas !

Cette 19e édition du salon du livre insulaire présente deux thèmes principaux qui s’entremêlent comme à chaque fois. A savoir un thème géographique et un thème littéraire et s’y ajoute un hommage au passé.

L’île qui nous intéresse est l’Islande et nous remercions tout particulièrement l’Association France-Islande pour son accompagnement et ses précieux conseils. Le public pourra trouver non seulement des livres de tous genres sur la littérature islandaise, mais aussi participer à des conférences ou dialoguer avec traducteur ou conférencier pour mieux connaître cette île.

Le thème littéraire que nous avons plaisir à vous faire découvrir est celui de la Saga.* Tout comme en Caraïbes nous avons des récits de pirates, en Islande nous avons des sagas, et cela depuis très longtemps.

La commémoration , l’hommage aux disparus, est celle d’une fortune de mer très célèbre : le naufrage en Islande du navire « Le pourquoi pas » en 1936, expédition polaire du Commandant Charcot, dont il y eu  un seul rescapé, un douarneniste, alors que les autres membres d’équipage, ouessantin ou finistériens périrent dans la catastrophe.

Ce fil conducteur vous permet de rencontrer des écrivains, des éditeurs, mais aussi des artistes. Le salon du livre insulaire est aussi le lieu de rencontres d’autres inspirations des îles, et vous pourrez y découvrir des livres d’autres îles comme celle de l’Océan Indien, ou aussi de Bretagne; y voir même des films sur les femmes du Cap Vert.

C’est un salon qui ne ressemble à aucun autre … et bien heureusement 😉

Merci à nos partenaires culturels, maritimes et financiers, merci à vous de venir nous visiter, et un salut amical très fort à tous els bénévoles de l’association qui ont tant travaillé pour vous.

Bon festival à tous !

Isabelle Le BAL (site du festival)

*Une saga (mot islandais, pluriel sögur) est un genre littéraire développé dans l’Islande médiévale, aux XIIe et XIIIe siècles, consistant en un récit historique en prose, ou bien une fiction ou légende.

PS : La nissophilie c'est la passion pour les îles. (J'ai vérifié pour moi, JP)

Plusieurs auteurs calédoniens sont en lice pour les prix littéraires voir la sélection

Par Isabelle LE BAL le 11 août 2017 un billet sur Sophie Tessier

Sophie Tessier fut lauréate du prix du Livre insulaire catégorie poésie en 2013 pour un premier recueil intitulé Groenland est. 5 ans plus tard, elle présente au salon d’Ouessant 2017 un nouveau livre, un premier roman, intitulé Varech paru aux éditions Diabase. En résumé le sujet présenté par l’éditeur : »Anselme, Le Chantôme, Gaspard. Sans oublier le chat. Ils attendent sur un rivage que les hommes ont fui, la mer les enserre et les appelle, dans une étrange suspension du temps où passé et présent, réalité et imaginaire, perdent peu à peu leurs frontières. Sophie Tessier tisse un récit où l’amour resurgit pour tout bouleverser et signe un premier roman d’une singulière puissance poétique. »

« Groenland est » à Ouessant, le salon démarre la semaine prochaine« Groenland est » à Ouessant, le salon démarre la semaine prochaine« Groenland est » à Ouessant, le salon démarre la semaine prochaine
« Groenland est » à Ouessant, le salon démarre la semaine prochaine

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost 0

C’est la rentrée en Polynésie, la Nouvelle-Calédonie est une exception

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L'éditeur Vent des Îles propose ses nouveautés pour la rentrée

L'éditeur Vent des Îles propose ses nouveautés pour la rentrée

La rentrée scolaire a lieu en Polynésie les 11, 14 et 16 août pour les enseignants et les 16 (second degré) et 17 août (CJA et 1er degré) pour les élèves. Les vacances de juillet / août sont réduites à 5 semaines et demie.

Ci-dessous un extrait d’article de 2016 de la Réunion LINFO.RE – créé le 30.07.2016 sur les dates de la rentrée outremer. La Calédonie est une exception. JP

La date de la rentrée scolaire n’est pas forcément la même pour la France métropolitaine et les départements d’outre-mer. Voici les dates importantes à ne pas oublier pour la rentrée des classes pour l’année 2016-2017.

Les élèves qui vont reprendre au mois de septembre

Pour les élèves en France métropolitaine, la date de la rentrée reste la même pour toutes les zones. Le jour de la reprise des études est le jeudi 1er septembre 2016, que ce soit pour la zone A, la B ou bien la C. En ce qui concerne les départements d’outre-mer, certaines régions ont adopté la même date que dans l’Hexagone pour la rentrée scolaire pour l’année 2016-2017. En effet, pour la Guyane française et la Martinique, la date est pratiquement la même, le 1er septembre. Pour la Guadeloupe, les responsables ont décidé de décaler d’une journée la rentrée des classes. Les élèves guadeloupéens commenceront donc leur nouvelle année scolaire le vendredi 2 septembre 2016, selon les sites officiels du ministère de l’Éducation nationale.

Ceux qui ont un calendrier décalé

Pour la Réunion, le calendrier scolaire est légèrement décalé par rapport à celui des élèves de l’Hexagone. La rentrée scolaire 2016-2017 des élèves réunionnais va se faire le mercredi 17 août 2016.

Selon le calendrier scolaire délivré par le vice-rectorat de Mayotte, les élèves mahorais devraient reprendre leurs cahiers et leurs stylos à partir du mercredi 24 août prochain. À noter que Mayotte adopte également un calendrier tout à fait différent de celui de la France Métropolitaine.

Les Polynésiens quant à eux vont commencer l’année scolaire le 16 août prochain. La rentrée des classes pour la Nouvelle-Calédonie est également très décalée des calendriers des autres départements. A Nouméa, la rentrée scolaire pour l’année 2016-2017 a été faite le lundi 15 février 2016 dernier.

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost 0

Tiko et Poapi de Yannick Prigent avec les images colorées de Dominique Berton

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L’histoire de Tiko et Poapi, merveilleusement racontée par Yannick Prigent, est une aventure rythmée, aux multiples rebondissements, puisée dans la mythologie mélanésienne. Les images colorées de Dominique Berton illustrent parfaitement ce conte, avec poésie et une pointe d’humour.

Poapi a été enlevée. Elle est prisonnière du dieu du pays des Morts. Tiko est courageux et rusé, mais pour la délivrer il doit voyager très loin, résoudre les énigmes du gardien, et déjouer les pièges tendus par le dieu.

Combien de temps marcha Tiko ?

Personne ne l’a jamais su…

Mais il marcha plus de jours et de nuits que ne compte de poils la barbe du gardien des Morts… Aé… Aé… Aé…

Tiko et Poapi est un récit puisé dans la mythologie mélanésienne, une aventure aux multiples rebondissements. L’écriture de Yannick Prigent est toujours plongée dans ce qui fait l’originalité de cette terre. L’histoire est parsemée de formules enchanteresses et de trouvailles géniales. L’aspect visuel de l’album, illustré par Dominique Berton, est également à souligner : les images colorées sont réalisées avec des techniques diverses – collage, empreintes, peinture, crayon – et illustrent le texte avec poésie et une pointe d’humour.

Dominique Berton, artiste plasticienne née en Nouvelle-Calédonie, a dessiné ce pays dès ses premières esquisses. Elle suit les enseignements de différents artistes calédoniens et de l’école d’Art de Nouméa avant d’obtenir son diplôme universitaire en Histoire des Arts en Océanie en 2013. Elle représente la Nouvelle-Calédonie au Salon du Livre de Paris et au Festival Rochefort Pacifique en 2017. Elle a déjà illustré des contes kanak aux éditions de l’ADCK-centre culturel Tjibaou : Adrapo & Wanimoc, L’igname amère et Xii, le faucon de Ngwéétu, et des romans jeunesse aux éditions Joy.

Yannick Prigent est né à Nouméa et, dès sa petite enfance, il est captivé par les récits, mythes et légendes kanak qu’on raconte autour de lui.
Il étudie à Paris, voyage, exerce divers métiers, puis décide de se consacrer à l’écriture. S’appuyant sur des notes prises pendant l’adolescence, il fait paraître deux recueils de nouvelles, Le Facteur de la Tchamba et Une enfance au Nuôc-Mâm. Il publie aussi des essais, des pièces de théâtre et des albums jeunesse. Il est lauréat du prix Popaï 2010 et l’invité du prix Livre Mon Ami en 2011 pour La petite tresseuse kanak illustré par Caroline Palayer et édité chez Vents d’ailleurs.

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Kate HOLDEN invité du prochain SILO 2017

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Kate HOLDEN invité du prochain SILO 2017
Kate HOLDEN invité du prochain SILO 2017

Le SILO édition 2017 se tiendra à Poindimié

du 28 septembre au 1 octobre

Photo en Une Kate Holden news.com.au

Kate HOLDEN

Kate Holden est née à Melbourne en 1972. Elle a vécu à Rome, Shanghai et Londres avant de fréquenter l'Université de Melbourne pour y étudier la littérature classique. Elle débute sa vie professionnelle comme serveuse en pâtisserie et mannequin coiffure avant de sombrer dans le monde des addictions. Kate est l'auteure, entre autre, d'un ouvrage dans lequel elle raconte comment une jeune fille de bonne famille, cultivée et raisonnable, s'enfonce dans la spirale de la drogue et de la prostitution. "Dans ma peau, mémoire d'une prostituée" raconte un flirt avec le diable, la véritable histoire d’une femme qui découvre son pouvoir sur les hommes en même temps que sa vulnérabilité face aux dépendances de la drogue et du sexe.

En dehors de sa production littéraire, Kate Holden exerce une activité de journaliste, éditorialiste et critique dans la presse australienne.

Dans ma peau : Mémoires d'une prostituée de Kate Holden

François Mazin (Traducteur)

Éditeur : EDITIONS HÉLOÏSE D'ORMESSON (05/11/2009)

Comment une jeune fille de bonne famille, cultivée, raisonnable, sombre-t-elle dans la spirale infernale de la drogue et de la prostitution ? Des notes de Nirvana et des volutes de soirées estudiantines à la griserie des corps et l'extase des expériences illicites, il n'y a qu'un pas. Dans ma peau est l'histoire vraie d'un flirt avec le diable, d'une jeune femme qui découvre son ascendant sur les hommes, et sa vulnérabilité face à la dépendance. Un témoignage cru qui explique, avec une simplicité déconcertante, le mécanisme insidieux qui fait glisser une vie dans l'engrenage de l'addiction à l'héroïne et au sexe.

« C'est mon premier livre, que j'ai commencé à écrire lors de mon écriture scolaire par écrit et qui a été publié par Text Publishing en 2005. Il s'agit des cinq années de ma vie où j'étais travailleuse du sexe et un utilisateur d'héroïne à Melbourne. J'ai écrit de façon honnête, ouverte et authentique que je le pouvais ». Avait-t-elle déclaré dans un article d’Anna Dunkley en 2011 (Titre en anglais In my skin)

Prix Nita B. Kibble Dobbie (Meilleures débuts) 2005; Prix ​​australien de la librairie et de l'édition (Best New-comer) 2006. Énuméré dans la promotion Books Alive Great Read en 2006; Vote du public l'un des 5 meilleurs titres de The State Readers de State Library of Victoria en 2007/8. Choisi comme support de lecture pour le programme CAE 2009 de Melbourne / Glasgow.

Dans la vidéo (en anglais) qui suit Kate Holden parle de son addiction en 2015

Partager cet article

Repost 0

Gotz laisse un beau souvenir à la Bi Bou

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photos JP
Photos JP

Photos JP

Le troisième jour, Gotz créa le collier de coquillages. C’était le stade de la création de ce jeudi matin, d’une fresque sur bois sur trois panneaux, un triptyque comme au Moyen Âge. Une grande peinture que Gotz affectionne de faire. Une femme noire, thème du festival de la BD 2017. Il n’en est pas à son coup d’essai. Il aime le grand format. « C’est comme pour visionner un film, je préfère le grand écran », dit-il. Bravo l’artiste !

Le peintre et illustrateur de Moorea s’est adonné à une performance avec cette peinture sur bois pour la bibliothèque de Boulouparis, la Bi Bou, dans le cadre du festival de la BD 2017. Il a travaillé trois matinées devant des admirateurs conquis.

Gotz vit en Polynésie depuis bientôt 27 ans. Il réside à Pao-Pao, dans "sa grotte" comme il aime à dire. En dehors de l’illustration BD (Pito Ma), il est sculpteur et peint beaucoup de vahiné avec une particularité : des femmes à la chevelure rouge. Ses sujets ne sont « que des supports », des prétextes pour exprimer ses émotions et les paysages et pour rechercher la lumière, la force des éléments de l'Univers (la terre, l'eau, le feu et l'air. Il s'inspire également des légendes comme celle de Pele, la déesse hawaiienne du feu, des éclairs, de la danse, des volcans et de la violence. Lors d'un voyage en Asie pour présenter ses sculptures Gotz a été mordu par la peinture chinoise. Cet autodidacte n’a pas eu besoin des beaux-arts pour apprendre et créer des œuvres magnifiques. Il expose régulièrement. JP

Son dernier album Pito Mâ, Tome 11, Radio cocotier, Gotz, Marotea, Au Vent Des Iles. Avec Pito Mâ Gotz (Dessinateur) Marotea (Scénario) est paru le 12 décembre 2016.

la bibliothécaire, Gotz et son assistante en herbe, Gotz fin content, Le collier de coquillages (début)la bibliothécaire, Gotz et son assistante en herbe, Gotz fin content, Le collier de coquillages (début)
la bibliothécaire, Gotz et son assistante en herbe, Gotz fin content, Le collier de coquillages (début)la bibliothécaire, Gotz et son assistante en herbe, Gotz fin content, Le collier de coquillages (début)

la bibliothécaire, Gotz et son assistante en herbe, Gotz fin content, Le collier de coquillages (début)

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article

Repost 0

La force du pardon : Hommage à Simone Veil par Jean Vanmai

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Image de Franceinfo Mort de Simone Veil : son biographe, Maurice Szafran, salue une vie marquée par "d'interminables combats difficiles et pénibles"

Image de Franceinfo Mort de Simone Veil : son biographe, Maurice Szafran, salue une vie marquée par "d'interminables combats difficiles et pénibles"

Cet article était dans le Chien Bleu que j'ai acheté ce matin. JP

Cet article était dans le Chien Bleu que j'ai acheté ce matin. JP

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Le guide des fruits de Daniel Pardon au Vent des îles

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le guide des fruits de Daniel Pardon au Vent des îles

GUIDE DES FRUITS DE TAHITI ET SES ÎLES.

Ce guide se veut avant tout pratique. Il est destiné aux amateurs, promeneurs, curieux, nouveaux arrivants et à tous les Polynésiens de souche ayant parfois perdu le souvenir des fruits dégustés pendant leur enfance. Ce livre s’adresse également à tous les enfants qui pourront ainsi donner un nom à ce qu’ils voient quotidiennement sans savoir précisément de quoi il s’agit. Fruits comestibles, fruits toxiques, des montagnes, des vallées, des parcs, des jardins, des atolls, des plantations, des fa’a’apu, notre sélection est forcément subjective et incomplète, mais elle devrait permettre à tous, avec plus de 250 espèces et variétés décrites et photographiées (plus de 1 200 références dans l’index), de s’y retrouver dans la “jungle” qu’est parfois la flore tropicale.

PRIX 29.4 € - 3 500 CFP

Seconde édition augmentée.

La passion et l’enthousiasme de Daniel Pardon, plus connu pour ses qualités de journaliste, lui ont permis de s’attaquer avec succès à ce juteux et coloré morceau que constituent les fruits polynésiens. Il a su aller chercher l’information, à partir de ses propres observations, auprès de nombreuses personnes ressources, dans différents ouvrages ou sur le net, afin de rédiger initialement en 2005 la première édition de ce guide puis de le refondre et l’actualiser en 2017.

Par cet ouvrage, il fait connaître la plupart des fruits qui ont fait la réputation de Tahiti et de la Polynésie française à travers le Pacifique, comme le fruit à pain lié à la Bounty, la banane plantain de montagne fë’i au régime érigé, l’orange autrefois exportée en Californie, le pamplemousse de Harrison Smith ou encore les très nombreux cultivars de manguiers rapprochés, quant à eux, de la pomme-Cythère ou vï en tahitien.

Préfacé par Jean-François Butaud.

PARDON DANIEL

Arrivé à Tahiti au début de l’année 1984, Daniel Pardon a été successivement rédacteur en chef du quotidien La Dépêche de Tahiti pendant près de dix-huit ans, puis, pendant treize ans, rédacteur en chef du pôle Magazines accolé à La Dépêche, pôle qu’il a créé en remettant à flot des titres comme Tiki Mag et Fenua’Orama ou en lançant certains autres titres, notamment Maisons du Fenua et Fenua Economie.

Originaire de Lyon, Daniel Pardon avait été journaliste une dizaine d’années entre Rhône et Saône dans divers médias, dont le groupe Dauphiné Libéré (il était, avant son départ à Tahiti, chef du service économique et boursier du Journal Rhône-Alpes). C’est sa passion pour la plongée sous-marine qui l’a fait s’installer à Tahiti où il a pu réaliser ses “rêves de gosse” et devenir notamment photographe sous-marin. Petit à petit, il a bifurqué vers l’étude de la flore locale ; on lui doit déjà un guide des fleurs de Tahiti et un guide des fruits de Tahiti.

Auteur de plusieurs livres, dont :

– Tahiti entre ciel et mer (Editions Glénat, 1992),

– Mururoa, Fangataufa, état des lieux (Editions Glénat, 1995),

– Guide des fruits de Tahiti (Editions Au vent des îles, 2005),

– Guide de l’île de Pâques (Editions Au vent des îles, 2008),

A Paraître :

AU LOUP ! JENNY PRADINES ET LEIA CHANG SOI

Victime de sa réputation, Monsieur Loup est traqué au coeur de ses montagnes. Une nuit, il décide de tout quitter pour vivre au bout du monde.

Monsieur Loup pose alors ses valises à Tahiti. Il espère y passer incognito mais sa réputation le rattrape et l’aventure commence !

À partir de 5 ans.

Disponible en novembre

LE PAIEN – ARIIRAU

Sunny Moana’Ura Walker est une figure du paysage culturel polynésien. Ce roman biographique retrace son parcours de vie atypique et le révèle aux trois âges de sa vie qui l’a mené jusqu’au marae Tupuhaea, dans la vallée de Hamuta. À travers son témoignage, nous voyageons dans le temps et dans l’espace, du Rurutu de la fin des années cinquante jusqu’au Tahiti d’aujourd’hui, en passant par l’Amérique, la France et l’Afrique. Une trajectoire au cours de laquelle il s’éveille à une spiritualité animiste et polythéiste, qui le conduit notamment sur la pirogue traditionnelle Faafaite. L’homme qui voue un culte aux ancêtres et se dit lui-même «païen», se dévoile comme un exemple de liberté, d’intégrité et d’amour pour son pays, pour ses ancêtres.

Disponible en novembre

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>