Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Silo 2017 le programme complet avec les invités

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Silo 2017 le programme complet avec les invités
Silo 2017 le programme complet avec les invités
Silo 2017 le programme complet avec les invités
Silo 2017 le programme complet avec les invités
Silo 2017 le programme complet avec les invités
Silo 2017 le programme complet avec les invités
Silo 2017 le programme complet avec les invités
Silo 2017 le programme complet avec les invités
Silo 2017 le programme complet avec les invités

Et aussi  Gildas GÂTEBLÉ qui ne figure pas sur les fiches - Auteur scientifique de l'ouvrage "Flore ornementale de Nouvelle-Calédonie", éd. Au vent des îles - IAC, 2016). 
Prix Popaï documentaire 2016.

Véritable paradis botanique des mers du Pacifique Sud, la Nouvelle-Calédonie recèle des milliers de trésors floristiques aussi surprenants qu’originaux. Au travers de cet ouvrage, l’auteur vous invite dans un voyage haut en couleurs, à découvrir les perles ornementales du pays. Edition du Vent de Îles

Disponibilité : En stock
ISBN : 978-2-36734-078-4.

75.18 € 
8 950  XPF

Son livre lors de la présentation au dernier SILO avec Jean-Brice Peirano. Photo JP

 

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article

Repost 0

Gauguin - Voyage de Tahiti film du cinéaste Édouard Deluc

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le film du cinéaste Édouard Deluc a fait le choix de se concentrer sur la période tahitienne du célèbre peintre interprété par Vincent Cassel. L'acteur «incarne Paul Gauguin avec détermination et, par moments, un enthousiasme qui fait plaisir à voir disent les critiques.

Espérons que ce film, ça semble le cas, soit fidèle à l’histoire et la réalité car on se souvient de la réussite commerciale du film Les Révoltés du Bounty (Mutiny on the Bounty), un film américain réalisé par Lewis Milestone, sorti en 1962. Le film raconte l'histoire « authentique » de la mutinerie menée par Fletcher Christian qui a eu lieu en 1789 à bord du Bounty. Le capitaine William Bligh faisait preuve de cruauté envers son équipage et la plupart des officiers.

Je me souviens des conférences de l’inénarrable Riquet Goiran, un ancien compagnon du commandant Cousteau. Il ne tarissait pas d’éloges sur le vrai héros, d’après lui, le capitaine William Bligh. À la suite du tournage, Marlon Brando achètera l'île de Tetiaroa, proche de Tahiti, pour y fonder son foyer, c’est surement l’aspect le plus positif du film américain. JP

Bande-annonce de Gauguin - Voyage de Tahiti d'Édouard Deluc, en salles ce mercredi 20 septembre.

D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? est une des œuvres les plus connues de Paul Gauguin. Peinte à Tahiti en 1897-1898,

D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? est une des œuvres les plus connues de Paul Gauguin. Peinte à Tahiti en 1897-1898,

Paul Gauguin part à Tahiti 4 avril 1891 court extrait d’un article de Camille Vignolle publié sur Herodote.net en 2016

Le 4 avril 1891, Paul Gauguin (43 ans) s'embarque pour Tahiti à la recherche de nouvelles sensations.

L'artiste est alors au sommet de la gloire et il a déjà accompli une première révolution picturale. Son voyage va en occasionner une nouvelle et changer aussi notre regard sur la Polynésie.

L'artiste, de retour à Paris, profite de la vente de quelques œuvres pour organiser son départ pour Tahiti. Proche du symbolisme, il met en pratique à sa manière un célèbre poème de ce mouvement :

«La chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres.

Fuir ! Là-bas fuir ! Je sens que des oiseaux sont ivres

D'être parmi l'écume inconnue et les cieux !»

(Stéphane Mallarmé, Brise marine)

À Tahiti, colonisée depuis peu par la France, le peintre cherche auprès des indigènes maoris de nouvelles sources d'inspiration. Mais la réalité triviale le déçoit et il revient en Europe en juillet 1893. C'est pour repartir deux ans plus tard à Tahiti puis en août 1901 aux îles Marquises, encore païennes et tenues à l'écart de la civilisation occidentale. Dans ses refuges polynésiens, Gauguin se comporte en colon ordinaire, vindicatif à l'égard de l'administration, méprisant pour les indigènes, porté sur l'alcool et gavé de chair juvénile.

Nevermore O. Taiti, toile 60x116 cm (Paul Gauguin, 1897), Courtauld Institute, Londres

Ses peintures et ses sculptures représentent l'amour triste et les yeux vides des indigènes. Ponctuées de points d'interrogation («D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? »...), elles traduisent les affres d'une culture en crise ; la culture indigène ou la culture occidentale. À chacun de se faire son opinion.

Mort de misère et d'alcoolisme, le 8 mai 1903, aux Marquises, Gauguin fait figure de précurseur de l'Art nouveau.

Quelques livres sur Gauguin (choisis au hasard, il y en a des dizaines d'autres)
Quelques livres sur Gauguin (choisis au hasard, il y en a des dizaines d'autres)
Quelques livres sur Gauguin (choisis au hasard, il y en a des dizaines d'autres)

Quelques livres sur Gauguin (choisis au hasard, il y en a des dizaines d'autres)

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost 0

Nouveauté : LES MOUSTACHES DE TIGRE de Joël Paul invité du salon de Tahiti

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Couverture du roman "Les Moustaches de Tigre"

Couverture du roman "Les Moustaches de Tigre"

« En vɛ ʁ et contre tout, mon livre sera prêt pour le SILO de Tahiti, j’y vais comme invité reporter amateur et accessoirement écrivain, mais j’aurai l’air moins bête d’y aller avec un ouvrage récent. Je suis satisfait de mon travail, j’y ai mis tout mon cœur pour le plaisir de le partager avec vous, mes amis lecteurs. J’émerge doucement, j’ai le temps, je suis encore jeune. « Cette fois c’est la bonne ». L’espoir fait vivre.

La bonne correction, grâce à la bonne adresse fournit par Luc Deborde des éditions Humanis, et de la belle couverture d’Aldo Ganter de Totem production de Nouméa vont bien m’aider. Il est recommandé de le commander avant épuisement en attendant que Cathie Mannée de Pacifique Bookin, chargée de la distribution, en fasse venir sur le Caillou. » JP

 

Les Moustaches de Tigre - Une aventure indochinoise

Collection Portes océanes

LITTÉRATURE DOCUMENTS, RÉCITS ASIE Cambodge Chine Laos Vietnam

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, la situation en Indochine se dégrade très rapidement. Maurice Morin, jeune lieutenant et fils d'un riche colon, échappe au massacre et se réfugie au Laos. Isolé, il devient opiomane. Revenu sur le domaine familial grâce à son père qui veut le guérir, Maurice décide de repartir et de monter une affaire de transport avec Thanh, son frère de lait. Du Tonkin en Cochinchine, cette famille, victime de l'histoire, va se débattre dans les tourments de la décolonisation...

Broché ISBN : 978-2-343-12822-1 • septembre 2017 • 280 pages

Biographie de Joël PAUL

Fils de boulanger, né en 1952 en Picardie. Joël PAUL commencera sa vie active comme commis dans la boulangerie familiale. Son père ayant fait le choix de s’exiler en Nouvelle-Calédonie, il embarque à 17 ans sur Le Calédonien des messageries Maritimes en 1969 pour le rejoindre. Un voyage de 45 jours qui lui inspirera un roman paru en 2007 chez l’Harmattan Le Calédonien.

Joël PAUL ne quittera plus le Pacifique. Après une carrière à ENERCAL, Société Néo-Calédonienne d'Énergie. Titulaire d’un DESE du CNAM, il est aujourd’hui retraité. Il se consacre en dilettante à l’écriture et la rédaction d’articles principalement littéraires sur des blogs.

Père de quatre enfants, son épouse Vietnamienne lui permet de tisser des liens avec l’Indochine qui lui inspireront son dernier roman en 2017, Les Moustaches de Tigre, édité chez l’Harmattan dans la collection « Portes océanes » dirigée par Frédéric Angleviel, professeur des universités en histoire et Paul Magulue Fizin, docteur en histoire. Ce retour chez l’Harmattan a été entrecoupé de romans édités chez Humanis : Les visiteurs du Château Hagen et 3 minutes avant la fin du monde ainsi que des recueils de nouvelles en autoédition.

Deux ateliers d’écriture avec Yves Borrini comédien émérite à la maison du livre de Nouvelle-Calédonie pour la compagnie Kalachakra à la recherche de monologues sur « Métiers de Nuit NC » lui donneront l’envie d’écrire pour le théâtre deux sketchs pour la compagnie les Artgonautes du Pacifique. Il est également coauteur du spectacle « Paroles de Thio » encore en tournée en Nouvelle-Calédonie en 2017.

  • En 1998, lauréat d’un concours d’histoires pour la jeunesse organisé par la bibliothèque Bernheim à Nouméa avec La balade du petit tricot
  • Prix 2011 des bibliothécaires de la province Nord pour la nouvelle Che si ascuiga le castagne ora
  • En juillet 2011, sélection pour le coup de cœur du festival de Groix en Bretagne avec son roman Le Calédonien
  • Prix 2011 Destin Commun avec une nouvelle C’est ça le destin commun concours Ecrire Les vies D’Ici
  • En 2013, Finaliste du prix d’automne de Short édition avec Cthulhu et le Tabou Kanak
  • En 2015, sélection par la troupe les Artgonautes pour l’écriture d’une partie du spectacle Paroles de Thio.

Partager cet article

Repost 0

Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de viet kieu de BALOUP Clément, DAUM Pierre

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de viet kieu de BALOUP Clément, DAUM Pierre
Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de viet kieu de BALOUP Clément, DAUM Pierre

Suite d'un précédent article sur les Công Binh

L'histoire...

Mars 2004, Camargue. Alors qu’il couvre le conflit provoqué par la fermeture annoncée de l’usine Lustucru d’Arles, Pierre Daum, journaliste, découvre que cette usine ne fabrique pas seulement des pâtes : elle conditionne également le riz cultivé par des producteurs locaux. Il décide alors de se renseigner sur les conséquences de cette fermeture pour ces petits producteurs.

A l’occasion de ses recherches, il visite un Musée du riz où certaines photos l’interpellent : des Vietnamiens seraient venus planter du riz en Camargue pendant la Seconde Guerre Mondiale ? Pourquoi ce fait est-il si peu connu ?

Il entame alors une enquête minutieuse pour retrouver des témoins de cette époque, susceptibles de lui en dire davantage. Il découvre que 20.000 travailleurs indochinois ont été forcés dans les années 1940 à venir travailler en métropole pour “participer à l’effort de guerre”…

Une enquête prenante entre deux continents, qui s’attache à un pan volontairement oublié de l’Histoire. Un Hors Série émouvant et sensible des Mémoires de Viet-Kieu.

Prix : 14 €

Collection : Contre-cœur

Extrait de Culture BD la présentation de Pierre Daum

Pigiste pour Libération, Pierre Daum découvre par hasard un musée dédié au riz qu’il s’empresse de visiter. Une photo attire son regard : elle représente deux paysans indochinois en train de planter du riz en 1942 en Camargue. Son instinct le convainc très vite qu’il tient là un sacré sujet. Son livre, Immigrés de force, publié en 2009 n’a pas échappé au regard de Clément Baloup qui, dans la lignée de ses Mémoires de Viet Kieu, l’adapte en bande dessinée.

Les Linh Tho, qu’on peut traduire par « travailleurs soldats » ont été arrachés à leurs familles en 1939 par le colonisateur français en Indochine pour participer à l’effort de guerre. Ils sont 20 000 à être acheminés à bord de cargos, traités comme du bétail, pour venir travailler dans nos usines ou dans les exploitations agricoles. Leur expérience de la culture du riz a notamment été utilisée pour développer les rizières camarguaises. Mal nourris, mal logés, en butte au racisme « ordinaire », ils ont été exploités sans le moindre salaire, jusqu’en 1945 où la plupart sont repartis chez eux. Mais beaucoup sont aussi restés en France et ont fondé des familles.

NB : « Công Binh » ou « Linh Tho » au Viêt Nam

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost 0

Auriane Dumortier l’étoile filante de la littérature jeunesse calédonienne.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo nuit de la lecture 2017 Jean-Brice et Auriane photo JP

Photo nuit de la lecture 2017 Jean-Brice et Auriane photo JP

Elle est invitée au SILO de Poindimié et elle sera aussi présente au salon de Tahiti. Qui est cette météorite tombée depuis peu dans le paysage littéraire calédonien :

C’est la créatrice de la maison d’édition de Bas en haut, Nouvelle-Calédonie, une maison d’édition de livres pour enfants en Nouvelle-Calédonie. Le contenu des ouvrages encourage la bienveillance éducative et la communication non violente.

Sophie Dumortier, sa belle-sœur, est artiste peintre et expose depuis plus de vingt ans en Nouvelle-Calédonie ; elle transpose dans leurs livres l’univers coloré et onirique de ses tableaux.

Auriane est responsable des études de l’école de gestion et de commerce. Pendant son congé parental elle constate que l’approche de communication non-violente entre parents et enfants d’Adèle Faber & Elaine Mazlish, n’est pas très répandue dans la littérature jeunesse. C’est pour cela qu’elle créé Les Éditions De Bas En Haut.

En 2014 paraît Naomie est en colère. Leur second ouvrage à paraître en novembre 2015, Les cadeaux de Lucas, conte de Noël calédonien est lauréat du concours d’aide à la création de la Province sud.

Les droits d’auteurs de ces deux ouvrages ont été vendus à une maison d’édition canadienne : Aux Éditions du Phare qui diffusera leurs ouvrages dans toute la francophonie.

Auriane Dumortier a été la coorganisatrice de la nuit de lecture à la maison du livre

En 2015 la maison d’édition de Bas en haut a bénéficié du soutien du dispositif d'aide à la création artistique de la Province Sud pour éditer LES CADEAUX DE LUCAS.

A écouter sur https://soundcloud.com/auriane-dumortier/les-cadeaux-de-lucas

Elle déborde d’imagination. Pour rappel, l’exposition à la bibliothèque Bernheim sur les productions de 22 enfants des Maisons de Quartier de Tuband et de Rivière Salée suite à des ateliers créatifs suite à la lecture du conte pour enfants LES CADEAUX DE LUCAS, un beau conte de Noël calédonien.JP

 

Auriane Dumortier l’étoile filante de la littérature jeunesse calédonienne.
Auriane Dumortier l’étoile filante de la littérature jeunesse calédonienne.
Auriane Dumortier l’étoile filante de la littérature jeunesse calédonienne.
NB : En cliquant sur le images la définition est meilleure
NB : En cliquant sur le images la définition est meilleure

NB : En cliquant sur le images la définition est meilleure

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Célia le koala de Catherine C. Laurent, Bénédicte Némo

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Vert d'O, Éditions Cépages, 2017

Album à partir de 6 ans

Un feu s'est propagé dans la forêt d'eucalyptus où vit Célia le koala. La voici prisonnière des flammes, grâce à la bienveillance de l'homme, elle sera sauvée.

Cet album doux aux de magnifiques illustrations inspirées de l'art aborigène, donne envie de connaître davantage le koala, l'une de espèces emblématiques de l'Australie.

Avec de sa collection Vert d’O, les éditions Cépages souhaitent éveiller les enfants à la beauté de la nature et aux étonnants animaux qui la peuplent. À travers ses illustrations exotiques qui invitent au voyage, Vert d’O révèlera, aux petits comme aux grands, la richesse de la biodiversité.

Prix de vente public : 1390 XPF TTC

Célia le koala de Catherine C. Laurent, Bénédicte Némo

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Le salon de Tahiti dans le sillage du SILO

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le cyclone littéraire SILO est annoncé sur Poindimié fin septembre dans son sillage, la dépression tropicale du salon du livre de Tahiti est en formation. Le vent des îles tourbillonnant va emporter les amateurs de littérature océanienne vers les rives de la culture à partir du 28 septembre.

La culture a longtemps été considérée comme un trait caractéristique de l'humanité pour nous distinguer des animaux, les lettres y tiennent une bonne place, même dans nos îles du Pacifique. Notre littérature, considérée souvent comme encore émergente, est dans une phase d’ascension fulgurante. Les auteurs de notre immense région sont de plus en plus nombreux. Pour booster le niveau, rien de tel que d’échanger avec des auteurs internationaux. C’est ce que font chaque année les organisateurs des deux grandes manifestations littéraires océaniennes. Voir ci-dessous l’extrait d’un article de la dépêche de Tahiti. 

Titaua Peu est dans la « short list » du grand prix Métis. Elle est l’exemple de notre potentiel et aussi une auteure passerelle entre le Pacifique mélanésien et polynésien. Elle sera au SILO. Elle est à nous aussi Titaua. JP

Pina, de Titaua Peu, reste une grosse claque littéraire, pour moi ! Quelle force ! Et quels personnages, bon sang ! Marin Ledun.

Qui à dit que la misère était moins pénible au soleil ? Pina est un roman noir qui vous transporte dans une Polynésie loin des cartes postales. Une écriture puissante et sans concession. Julien Guerry, librairie Gibert Joseph St Michel.

La plume de Titaua Peu résonne dans un silence qu’elle tente de briser avec une prose d’une poésie noire et tourmentée. JDD.

Il y a des romans qui claquent comme des coups de fusil. Celui de Titaua Peu marque une révolution dans la littérature du Pacifique. Avec Pina, c’est l’autre visage de Tahiti qui apparaît, celui d’une société ravagée par le déracinement culturel, rongée par la misère, le colonialisme. Mediapart.

SALON DU LIVRE, UNE ÉDITION QUI MET LA TÊTE À L’AN VERS

Extrait d’un article de la Dépêche de Tahiti du mercredi 13 septembre 2017

Le 17e Salon du livre de Tahiti se tiendra du jeudi 16 au dimanche 19 novembre, à la Maison de la culture, sur le thème [vɛ ʁ]. En marge des auteurs locaux, 15 invités de l’Hexagone, d’outre-mer et de l’étranger ont déjà confirmé leur présence à ce rendez-vous littéraire. De nombreuses animations sont prévues pour le public, et notamment pour les scolaires, qui peuvent d’ores et déjà s’inscrire.

La prochaine édition du Salon du livre, qui se tiendra du 16 au 19 novembre, a été présentée, hier, par ses organisateurs, l’Association des éditeurs de Tahiti et des îles (AETI) et la Maison de la culture. Une présentation dans les grandes lignes faites deux mois en amont de l’événement, afin que tout un chacun, “les lecteurs et tous les acteurs du monde de l’enseignement”, puissent se préparer. Car c’est une 17e édition des plus originales qui est en train de s’organiser.

Originale déjà dans son thème, [vɛʁ], un mot phonétique qui peut avoir tellement de sens (ver, verre, vert, vers, vair…), et, qui guidera les nombreuses animations prévues pour le grand public, mais aussi pour les scolaires.

Pour ces derniers, un partenariat, entamé il y a deux éditions entre le centre de lecture et le Salon du livre, leur permettra de rencontrer des auteurs et illustrateurs jeunesse invités.

Pour cela, il suffit que l’enseignant mette en place un projet pédagogique autour de l’œuvre d’un des dits auteurs.

“Cela fait trois ans que nous avons monté ce partenariat autour du livre jeunesse à l’occasion du Salon du livre, explique Rainui Tirao, du Centre de lecture. Cet événement est devenu incontournable et les enseignants doivent se l’accaparer. Ces rencontres d’une heure sont donc autant pour les écoles que les collèges et les lycées. Cela dépendra surtout de la bibliographie des auteurs présents. Nous avons également pensé aux élèves de la Presqu’île et de Moorea, pour lesquels les auteurs iront sur place. » SUITE DE CET ARTICLE

Photo Les organisateurs du Salon du livre ont présenté hier la 17e édition en préparation, afin que les lecteurs et les acteurs du monde de l’enseignement puissent s’y préparer. (© Vaiana Hargou)

Le salon de Tahiti dans le sillage du SILOLe salon de Tahiti dans le sillage du SILO
Le salon de Tahiti dans le sillage du SILO
Le salon de Tahiti dans le sillage du SILO

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article

Repost 0

Le Premier Cycle du Graal de Frédéric Angleviel

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le Premier Cycle du Graal de Frédéric Angleviel

Nouvelles « historisées » d’une quête mythique revisitée disponible aux éditions Edilivre. Ce livre est vendu 16,00 Euros en ligne. Il sera prochainement disponible en librairie à Nouméa.

Les amateurs de théorie du complot, d’Illuminati, de templiers seront comblés. J’ai eu la primeur de le lire. Ça décoiffe ! Avec beaucoup de références, Frédéric est historien. JP

Sur le site Edilivre vous pourrez en lire un extrait

Du même auteur :

Poésies historiques néo-calédoniennes, 2016.

Kaléidoscope Kanak. Dix nouvelles calédoniennes, 2015.

La menace pourpre. Tome I, La parole perdue, Nantes, 2010.

De la vendetta à la Nouvelle-Calédonie. Paul Louis Mariotti, Roman historique, Paris, 2010

Un drame de la colonisation, Ouvéa, 1988, Paris, 2015 (Prix science du salon du livre insulaire d’Ouessant)

Histoire illustrée de la Nouvelle-Calédonie, Nouméa, 2013

(dir.), Religion et sacré en Océanie, colloque, Paris, 2000.

Les missions à Wallis et Futuna au XIXè siècle, Bordeaux, 1994. (Prix A. Pavie de l’Académie des Sciences d’Outremer)

Le Premier Cycle du Graal de Frédéric Angleviel

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Guillaume Berger est le lauréat de la résidence au château

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Guillaume Berger est le lauréat de la nouvelle résidence d’écriture lancée par la province Sud et la Maison du livre. Un auteur que j’ai eu l’occasion de rencontrer au Silo 2013 à Poindimié. Je l’avais trouvé plutôt génial et j’ai lu son livre l’Exil est mon royaume avec plaisir. Un ouvrage assez déroutant avec tellement d’humour que je me suis régalé. JP

Extrait du journal Local source MLNC

Extrait d’un article LNC par Julia Trison suite à sa sélection pour la résidence d'écriture du 16.09.2017

… Guillaume Berger, 33 ans, est le lauréat de la nouvelle résidence d’écriture lancée par la province Sud et la Maison du livre. La particularité du dispositif : il n’offre pas seulement un lieu de travail pendant trois mois (la petite maison Taragnat, dans l’enceinte du château Hagen) mais une rémunération de 300 000 francs mensuels. « Ce n’est pas seulement un prix de prestige, le prestige ne se mange pas même si c’est plaisant d’avoir une reconnaissance », pose avec humour l’auteur lauréat. Il dit consacrer 5 à 6 heures par jour à l’écriture.

Expérience latino-américaine

Auteur de deux romans parus chez Humanis (L’Exil est mon royaume, Les Enfants de salauds tiendront leur bière en enfer) et de quelques nouvelles, Guillaume Berger collabore aussi avec son père Bernard, créateur de La Brousse en folie, pour la partie recherche et réécriture de On ne refait pas l’histoire, sa série BD historique. Le projet pour lequel il va bénéficier de la résidence d’écriture est un roman, Paco, inspiré par son expérience de plusieurs années en Amérique latine et qui raconte l’arrivée d’un jeune Calédonien dans les bas-fonds de Quito. Le texte présenté a séduit le jury parce qu’il ouvre l’horizon à la littérature calédonienne.

Un récit à la première personne qui « trotte dans la tête [de l’auteur] depuis 17 ans ». Récit autobiographique ? Oui et non, répond le romancier : « Moi, ce que j’aime lire, ça sort des tripes. Il y a une grande mode de l’autofiction, mais une pure autobiographie, ça n’existe pas, on romance toujours un peu, et une fiction pure non plus, ça n’existe pas. »

Prévus en fin d’année, les trois mois de résidence devraient servir d’accélération à ce roman que Guillaume Berger pensait au départ finir courant 2018. Et lui mettre un coup de pression, aussi. « Normalement, on est seul, personne ne nous regarde trop, et on râle… », justifie l’écrivain, qui avoue être encore sous le coup d’une « heureuse surprise »… Suite sur votre quotidien Les Nouvelles Calédoniennes

L’Exil est mon royaume

Je mis un pied sur l’avenue et manquai me faire emporter par une fureur de camion hurlant. Je décidai d’être plus prudent. Il y avait suffisamment de ville de ce côté-ci de l’avenue. Les passants s’étaient arrêtés pour regarder. Ils me regardaient les yeux, puis les valises soigneusement bouclées, et quand ils me regardaient de nouveau les yeux, leurs regards étaient lourdement chargés de valises soigneusement bouclées. Je remontai mon pied sur le trottoir et redescendis vers la frontière.

« Un récit absolument étonnant, bourré de poésie, qui vous laisse essoufflé, ébahi, et bigrement rafraîchi. »

Né en 1984 en Nouvelle-Calédonie, Guillaume Berger quitte le territoire à 18 ans pour entreprendre des études supérieures en France, mais il abandonne rapidement les bancs de l’Université pour devenir écrivain.

La petite maison dans la prairie pour Guillaume

La petite maison dans la prairie pour Guillaume

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Remise des prix de mots d’or 2017 à la maison Célières + Pilou des mots

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les lauréats avec le grand vainqueur de La Perouse en BTS et comédien célèbre. Photo JP
Les lauréats avec le grand vainqueur de La Perouse en BTS et comédien célèbre. Photo JP

Les lauréats avec le grand vainqueur de La Perouse en BTS et comédien célèbre. Photo JP

C’est devant un public nombreux que la 20e remise des prix des Mots d’Or s’est déroulée dans une ambiance des plus chaleureuses à la maison Célières, la maison du livre de Nouvelle-Calédonie (encore pour un peu de temps, le déménagement aura lieu bientôt). Voir en détail la liste des lauréats sur le site de l’Alliance Champlain.

Le grand vainqueur Kylian en BTS au lycée Lapérouse va bénéficier d’un voyage à Paris comme la précédente lauréate qui a tenu à le féliciter avec un beau discours. Le lycée Do Kamo à obtenu deux récompenses, ils sont présent chaque année et avec de bons résultats. Le deuxième prix est revenu à un élève de la CCI qui n’a pas démérité puisque Daniel Miroux le président de l’Alliance Champlain a précisé que le niveau avait été très relevé cette année et que le jury a eu du mal à désigner les lauréats.

1er Kylian TAPI du Lycée Lapérouse
2e Manava TEPA de la C.C.I. (CFA)
3e Mélody KAQEA et 
Muidane TIDJINE du Lycée Do Kamo

L'Alliance Champlain est mandatée depuis 1998 par l'importante association française "actions pour promouvoir le français des affaires", (A.P.F.A) pour organiser en Nouvelle-Calédonie, le concours international du Mot d'Or qui en est à sa dix-septième édition sur le Caillou.

Rappel des autres manifestations littéraires pendant cette semaine folle de la francophonie.

10e Forum francophone du Pacifique

Le pays invité cette année par la Calédonie, était le Vanuatu, le pays frère du Caillou dont la culture et les coutumes mélanésiennes sont très proches.  Situé à une heure de vol à peine de Nouméa, nombreux sont les échanges entre les deux pays, la langue française étant le ciment de cette amitié. Amitié qui s’était encore renforcée depuis le passage du terrible cyclone Pam qui avait ravagé le territoire vanuatais en mars 2015.

L’ouverture du 10ème Forum francophone du Pacifique a été précédée d’une conférence de presse donnée le lundi 4 septembre au Centre de Rencontres et d’Échanges Internationaux du Pacifique (CREIPAC). Plus

Elle a eu lieu dans l’ancienne chapelle du centre pénitentiaire du quartier de Nouville à Nouméa, reconvertie en salle d’accueil pour les délégations des Alliances Françaises invitée et décorée par la très belle exposition de clichés signés de l’illustre photographe David Becker « Partageons nos racines », mise à disposition par le Vice-Rectorat jusqu’au 21 septembre 2017.

 Rencontres entre écrivains du Caillou et du Vanuatu

Le 10e Pilou des Mots a été lancé dans la presse et relayé dans tous les services culturels du pays. Les compositions devaient parvenir à l’Alliance Champlain au plus tard, le lundi 28 aout 2017. Sachant que la grande nouveauté, cette année, était qu’elles pouvaient être transmises par courriel, à raison de 3 compositions uniquement par candidat. Ce qui a permis aux organisateurs du concours de prendre en compte quelques retardataires.

Le jury, qui s’est réuni le lundi 4 septembre, a examiné les quelque 50 compositions qui lui étaient parvenues. La sélection des trois premiers prix parmi les groupes juniors, adolescents et adultes, n’a pas été si facile. Mais il a bien fallu faire des choix. Les résultats ont été publiés sur le présent site : voir le lien ci-dessus.

La dotation 2017 était particulièrement prestigieuse due à la générosité des partenaires du concours que l’Alliance Champlain tient à remercier. Ainsi, la Cie AIRCALIN dont un représentant était présent (voir ci-dessous) et la librairie-papeterie AS DE TRÈFLE ont offert respectivement, pour le 1er prix adultes un billet A/R pour le Vanuatu et pour le 1er prix Adolescent, une tablette dernier cri numérique.

La remise des prix a eu lieu le vendredi 8 septembre à 11 h dans l’une des salles de la magnifique villa coloniale sise au Quartier Latin de Nouméa, dite le « Château Hagen », du nom des propriétaires qui l’avaient fait construire au 19e siècle.

Daniel Miroux et Valérie Meunier ont remis leurs lots aux 3e premiers prix de chacune des catégories Juniors, Adolescents et Adultes.

Le prix spécial du Vanuatu attribué à l’Ecole Primaire du Lycée Jean-Marie Le Clézio de Port-Vila a été remis à l’un des représentants de ce pays, M. Thimothée Kolomulu.

La petite Lucie Cadé, (11 ans, catégorie Juniors) un peu émue, a lu son poème projeté sur un écran, en présence de M. Jean-Pierre Nirua, Ministre vanuatais de l’Éducation et de la Francophonie.

La gagnante du 1er prix Adolescents, Brigitte qui habite HMAENS à Lifou, a été représentée par sa grande sœur habitant à Nouméa. La dame avec son bébé a donc pris en charge la tablette offerte par l’As de Trèfle.

Quant à récipiendaire du 1er prix Adultes, Mme Anne-Marie Salignon, elle n’était pas présente non plus, étant en déplacement loin de Nouméa.

 (Source Alliance Champlain)

Photos JP, en cliquant sur les photos la définition est meilleure
Photos JP, en cliquant sur les photos la définition est meilleure
Photos JP, en cliquant sur les photos la définition est meilleure
Photos JP, en cliquant sur les photos la définition est meilleure
Photos JP, en cliquant sur les photos la définition est meilleure

Photos JP, en cliquant sur les photos la définition est meilleure

Publié dans Notre Caillou

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>