Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le bac des Cagous

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le bac des Cagous

En Australie, l'année scolaire s'étend de janvier à décembre et compte quatre périodes de vacances, dont les dates peuvent varier légèrement en fonction des États et territoires. En Nouvelle-Calédonie nous sommes plus proches de ce calendrier que de tous les autres territoires ultramarins français.

 En 2016 le calendrier scolaire calédonien a commencé le 15 février pour se terminer le 14 décembre. La seule collectivité d’outremer français qui a le même calendrier est le territoire de Wallis et Futuna. Les sites en français qu’on interroge sur le calendrier scolaire sont, presque tous, erronés, notre zone géographique n’est pas prise en compte. Les dates indiquées sont celles de l’hémisphère nord.  Juillet-Août sont les mois de grandes vacances, c’est l’été pour la terre entière pour certains ! Et bien non ! Les épreuves du BAC viennent d’avoir lieu et les derniers résultats du BAC général, corrigé en métropole par l’académie de Nice, pour la dernière fois, sont tombés aujourd’hui 09 décembre.

Ils sont légitimement heureux les lauréats et ils vont pouvoir profiter de l’été, le notre. Mon fils Patrick en fait partie, d’où ce billet. Bravo à tous les récipiendaires du Caillou et bons courages à ceux qui sont en rattrapage. JP

Partager cet article

La Brousse en Folie de Bernard Berger, le n°8. « Et que la fête continue ! »

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La Brousse en Folie de Bernard Berger, le n°8. « Et que la fête continue ! »

Bernard Berger, né à Nouméa, est un scénariste et dessinateur de bandes dessinées calédonien. C’est le créateur de la Brousse en folie, la BD calédonienne.

C'est en 1983 qu'il publie les premières pages de la série de la Brousse en folie dans un hebdomadaire de Nouméa. En 1984 il publie, à compte d'auteur, le premier album. Depuis 1986 le rythme des publications est de un par an avec une société d'édition : la Brousse en folie SARL.

Bernard Berger s’est aussi lancé dans le film d’animation en français et en langues vernaculaires kanak voir extrait ci-dessous. Pour les fêtes, son dernier ouvrage de la collection des INTÉGRALES devrait combler les amateurs. 

Il pleure comme tous les connaisseurs l’auteur Marcel Gotlib qui vient de mourir. « Marcel Gotlib était un de mes pères. », écrit-il sur sa page Facebook.

Marcel Gotlib

Marcel Gotlib

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

"Canala, de Napoléonville à la Grande terre", un livre d'histoire

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Evelyne Persan présente le livre au Mont-Dore photo AT LNC

Evelyne Persan présente le livre au Mont-Dore photo AT LNC

Ce nouveau livre "Canala, de Napoléonville à la Grande terre", 390 pages, 6 000 F, initié l’association Négropo mémoires et racines que la présidente de l’association Evelyne Persan a présenté lors d’une l’exposition « Familles pionnières de Canala et ses environs », à la mairie du Mont-Dore. Il raconte l’historique des premières familles arrivées à Canala de 1859 jusqu’à la Grande Guerre de 1914.

L’historien Jerry Delathière a participé à sa rédaction avec l’aide des généalogistes Serge et Rosemonde Jarossay.

Né à Nouméa en 1955, Jerry Delathière a passé son enfance et sa jeunesse au cœur de la brousse calédonienne qui inspire ses écrits. Historien, diplômé de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris (EHESS-Paris), il est vice-président de la Société d’Études Historiques de Nouvelle-Calédonie. Auteur d’ouvrages magistraux sur la colonisation dans l’arrondissement d’Uaraï (Ils ont créé La Foa), sur l’histoire municipale de La Foa (La Foa 120 ans d’histoire municipale), il a également écrit plusieurs articles à caractère historique dans des revues spécialisées comme le Bulletin de la Société d’Études Historiques de la Nouvelle-Calédonie, le bulletin de l’Association des Amis des Archives d’Outremer (Amarom) ou encore dans plusieurs ouvrages collectifs... (Source Book’in)

Quelques livres de Jerry Delathière

Quelques livres de Jerry Delathière

Partager cet article

Toi pays d'Anne Bihan

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

parution , 2016

 

Les Petites Allées

Poésie

Un poème émouvant sur les liens entre la terre de Nouvelle-Calédonie et une étrangère qui n’en est vraiment plus une. Texte publié à l’occasion du Salon du livre océanien de Rochefort de 2016.

 

Anne Bihan : biographie

Née en Bretagne, Anne Bihan s'envole pour la Nouvelle Calédonie un jour de mai 1989. Sa vie et son œuvre sont depuis profondément traversées par cet archipel d'Océanie dont elle partage durablement le destin.

Poète et dramaturge, auteure d'un court roman Miroirs d'îles, de nouvelles et d'essais divers, notamment sur les écritures océaniennes et les questions de genre, elle a été lauréate en 2003 d'une bourse du Centre National du Livre pour son parcours d'écriture théâtrale, et invitée de la Comédie Française en 2006 dans le cadre de la semaine de l'Océanie. Une dizaine de ses pièces ont été crées en scène, en Bretagne et en Océanie.

Invitée du Festival franco-anglais de poésie à Melbourne (Australie) en 2008, elle est régulièrement publiée en revue (La Traductière ; Sillages d'Océanie ; l'Archipel des lettres ; Episodes Nouvelle-Calédonie ; Litterama'ohi ; Le Mâche-Laurier ; Carnavalesques ; etc..).

En 2009, sa nouvelle Trois fragments d'épiphanie a paru dans Au nom de la fragilité : des mots d'écrivains, recueil collectif publié aux Éditions Érès sous la direction de Charles Gardou, avec le soutien de Tahar Ben Jelloun.

Les Éditions Bruno Doucey ont publié d’elle fin 2011 un recueil, Ton ventre est l'océan qui lui a valu d’être lauréate du prix de poésie Camille Lemercier d’Erm ; elle est également présente dans Nouvelles calédoniennes, aux éditions Vents d’ailleurs.

De janvier à avril 2013, elle a été accueillie en résidence d’écriture au sémaphore du Créac’h sur l’île d’Ouessant.

Ci-dessous une vidéo pour en savoir plus sur cette auteure

Ajoutée le 1 juin 2013 Dramaturge et critique, l'auteure Anne Bihan répond aux 5 Questions pour Île en île. Entretien réalisé par Thomas C. Spear à Nouméa le 28 août 2009.

Publié dans Poésie

Partager cet article

Ash et Vanille et Frimeurs des îles, deux nouveautés en 2016

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Ash et Vanille et Frimeurs des îles, deux nouveautés en 2016

Le chant du Mana Ash et Vanille Tome 2

Sosthène Desanges (Solo)

Les trois chouettes éditions, 2016

Roman

Le fantôme, la petite sorcière, l’oiseau marcheur, la jolie Vaaï et le jeune guerrier sont de retour ! L’improbable alliance revient dans un deuxième tome pour de nouvelles aventures !

L'appel de la voiture - T9 Frimeurs des îles

Niko & Solo

Badaboom éditions, 2016

Bande dessinée

Ressortez les jantes alu et le gros son… Après six ans d’absence, les pires frimeurs de Nouméa font leur comeback sur l’Anse Vata à travers un neuvième album de bande dessinée.

Des ouvrages disponibles en librairie et sur le site Pacific Book'in

Ash et Vanille et Frimeurs des îles, deux nouveautés en 2016

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Des livres, un geste vers l’autre… à la maison du livre

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Julie Revault, Jean Brice Peirano et Sandra Morand
Julie Revault, Jean Brice Peirano et Sandra Morand

Julie Revault, Jean Brice Peirano et Sandra Morand

Mardi 29 novembre à partir de 20 h rendez-vous à la Maison du Livre/Célières pour assister en direct et en public à l’émission "DES LIVRES ET NOUS » :

Des livres, un geste vers l’autre…

L’animatrice Virginie SOULA reçoit :

Julie Revault, chargée dactions culturelles "livre et de la lecture", direction culture de la province Sud.

Sandra MORAND, auteur et lauréate 2015 de l’aide à l’écriture, résidente 2016 à la MLNC.

Laure OZANON, auteur et lauréate 2015 de l’aide à l’écriture, résidente 2015 à la MLNC.

Nathalie GUIART, auteur et lauréate 2015 de l’aide à l’écriture.

Jean-Brice PEIRANO, directeur de la Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie.

Et en Live le groupe : Chavi

Des livres, un geste vers l’autre… à la maison du livre

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article

Sur les pas d'Hemingway à Cuba pour honorer le Lider Maximo

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Sur les pas d'Hemingway à Cuba pour honorer le Lider Maximo

Le père de la révolution cubaine s’est éteint vendredi 25 novembre. Une mort annoncé par son frère et successeur Raul Castro. Fidel Castro avait 90 ans. Trump le futur président des Etats-Unis a fait savoir que Castro était « un dictateur brutal qui a opprimé son propre peuple ». Pourtant, un américain que j’ai toujours admiré était son ami, Ernest Hemingway. L’homme et son œuvre sont indissociables, le proverbe Les amis des mes amis sont mes amis, me rapprocherait plutôt du « Lider Maximo ». Ci-dessous quelques informations extraites du site Cubalatina. JP

 

Ernest Hemingway, bien qu'américain, n'appartient pas aux yeux des Cubains aux yankees et autres impérialistes régulièrement dénoncés à La Havane.

Il aimait la littérature, mais aussi la fête et l'alcool, trois passions auxquelles il s'adonna sans réserve dans le périmètre magique de la vieille Havane. La capitale cultive le souvenir de ces escapades, Hemingway est entré dans la légende.

ERNEST HEMINGWAY (1899 – 1961)

Cojimar

Un monument en bord de mer, dans le petit port de Cojimar, est consacré à l'écrivain-pêcheur, Rebaptisé Marina Hemingway, le port sert maintenant de base aux compétitions de pêche au gros. Le romancier amateur de marlins est également présent de l'autre côté de La Havane : à Cojimar, le petit port de pêche où vivait Gregorio Fuentes, qui fut son inspiration pour le héros du "Vieil Homme et la Mer" qui lui valut son prix Nobel. Sa maison de San Francisco de Paula, une petite ville à une quinzaine de kilomètres de la capitale cubaine, est devenue un musée.

Les fidèles d'Hemingway peuvent encore hanter ses lieux de prédilection dans la vieille Havane, du bar " Floridita "à celui de " La Bodeguita del medio " en passant par l'hôtel Ambos Mundos où il séjourna dans les années 30.

Le Floridita

Hemingway passait tous les jours prendre son mojito. C'est un symbole de l'amitié entre nos deux peuples", ajoute le barman, face à une peinture murale où le romancier trinque avec le poète cubain Nicolas Guillen, sur fond de drapeaux des deux pays, qui ont rompu leurs relations diplomatiques en 1961.

Un peu plus haut dans la vieille ville, le Floridita honore l'écrivain avec une statue de lui, accoudé au bar où un daïquiri spécial lui avait été dédié : sans sucre, mais avec double ration de rhum... Non loin de la Finca, la Marina Barlovento servait de point de départ au romancier. C'est là, en mai 1960, qu'il fit la connaissance du jeune Fidel Castro, qui venait de prendre le pouvoir à Cuba.

Le vieil homme et la mer

Le Nobel de littérature dédié au peuple cubain

Le vieil homme et la mer : Santiago, un vieux pêcheur cubain n'a ferré aucun poisson depuis quatre-vingt-quatre jours. Laissant son jeune ami Manolin, le seul qui croit toujours en lui, il décide de partir en mer, très loin sur le Gulf Stream, en quête de la prise qui lui vaudra à nouveau l'estime de ses pairs. Loin des côtes, sa ligne se tend enfin. La chance serait-elle de retour ? Santiago réalise très vite qu'il s'agit là d'une prise hors du commun. Toute la nuit, il se laisse entraîner dans l'espoir de l'épuiser. Le second jour, son adversaire, remontant des eaux sombres de la mer, se révèle enfin à lui. Un gigantesque espadon, tel qu'il n'en a jamais vu, jaillit devant lui dans toute sa splendeur. Les espoirs et les craintes du vieil homme se confirment. Il savait déjà que la bataille serait longue, il sait maintenant qu'il y aura un seul gagnant. Le poisson replonge aussitôt comme s'il n'était venu que pour lui lancer un défi...

En 1954 il reçoit le Prix Nobel de la littérature et le dédie au peuple cubain. L’écrivain qui avait l’habitude de s’habiller avec une “guayabera”, une chemise cubaine, ne cachait jamais son admiration.”

Après tant de temps dans ce pays je me considère comme un cubain

Ernest Hemingway

Rencontre historique avec Castro

La rencontre historique entre Ernest Hemingway et Fidel Castro eu lieu le dimanche 15 mai 1960. Une poignée de main unissait deux personnes qui s’admiraient mutuellement. “Je n’ai jamais lu quelque chose d’aussi merveilleux que Le vieil homme et la mer”, a commenté Fidel Castro, pour qui ses livres furent une source de connaissances historiques et géographiques.

Fidel Castro affirma que Pour qui sonne le glas eu une grande influence dans une étape de sa vie quand il cherchait une sortie à une situation compliquée dans l’ile.

Extrait du site Cubalatina suivre le lien pour en savoir plus

Sur les pas d'Hemingway à Cuba pour honorer le Lider Maximo

Publié dans Divers

Partager cet article

Les itinérances de deux artistes Hélène Savoie et la peintre Béatrice Camallonga

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les itinérances de deux artistes Hélène Savoie et la peintre Béatrice Camallonga

LES ITINÉRANCES DE DEUX ARTISTES, une nouvelle parution calédonienne chez l’Harmattan dans la collection Lettre du Pacifique  qui sera présentée et dédicacée par ses auteurs Hélène Savoie et Béatrice Camallonga au cours de 3 événements culturels, avec des expositions-ventes d’ipadraws, originaux de l'artiste plasticienne Béatrice Camallonga, et des lectures de poèmes d'Hélène Savoie.

 

- le 19 novembre à Lifou, à la galerie d'art de l'association Uhmamana à Luecilla

- le 26 novembre à la galerie Lec lec tic de Nouméa (Promenade de l'Anse-Vata), de 15h30 à 18h00, dans le cadre de l'exposition "Petits formats".

* de 14h00 à 17h30

Henri Gama et Fabrice Ballay pour l'ouvrage "Fabrice Ballay. Amulettes. Conversations privées". Textes d’Henri Gama. Un livre plein de découvertes qui donne envie de faire ses propres amulettes. Petits et grands enfants peuvent suivre les conseils de l’artiste. Une belle aventure en images qui prolonge et multiplie la rencontre. Les amulettes nous ressemblent, comme nous elles portent des secrets, des attentes, des envies d’être en lien.

* de 15h00 à 17h30

Nicolas Vignoles pour son roman au format poche "César d'honneur". Un livre émouvant, plein de suspense... Pour les retardataires qui auront raté les séances de dédicaces des mois précédents...

- Le 21 janvier 2017, à Paris, dans l'espace "Poésie" de la librairie l’Harmattan (rue des Ecoles, dans le 5ème), de 15h à 18H.

Les itinérances de deux artistes : article LNC du 26.11.2016 à 04h25

L’écrivaine Hélène Savoie et la peintre Béatrice Camallonga viennent de publier aux Editions l’Harmattan, dans la collection Lettres du Pacifique, un ouvrage intitulé Itinérances. Les deux auteurs le dédicaceront aujourd’hui samedi de 15 h 30 à 18 heures à la galerie Lec lec tic à l’Anse-Vata (Nouméa), dans le cadre de l’exposition de peinture « Petits formats » où seront présentés les « ipadraws » de Béatrice Camallonga. Les deux auteures offrent dans ce livre un choix inédit de textes et d’œuvres picturales qui conduisent le lecteur en Nouvelle-Calédonie, vers l’Australie, au Vanuatu ou encore en Asie. Inlassable chercheuse en littérature et anthropologie, Hélène Savoie a créé la collection Lettres du Pacifique. Déléguée pour l’Océanie de la Société des poètes français, sociétaire de la Société des gens de Lettres et membre d’honneur du Cercle des auteurs du Pacifique, elle poursuit depuis 1982 son travail d’écriture.

Depuis les années 2000, Béatrice Camallonga, artiste peintre autodidacte qui vit à Lifou, n’a jamais cessé de créer, d’exposer ses aquarelles, et d’innover dans de nouveaux procédés artistiques comme les « ipadraws », nom qu’elle a donné à sa technique de dessins photographiques stylisés. Elle a fait de nombreuses expositions en Métropole, à Nouméa et à Lifou.

Images de l'exposition de la galerie Lec Lec Tic et de l'artiste peintreImages de l'exposition de la galerie Lec Lec Tic et de l'artiste peintre

Images de l'exposition de la galerie Lec Lec Tic et de l'artiste peintre

Publié dans Poésie

Partager cet article

Lancement d’un nouvel ouvrage sur Canala, causerie poétique et remise de prix.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Lancement d’un nouvel ouvrage sur Canala, causerie poétique et remise de prix.

Une semaine chargée pour la littérature calédonienne.

- Du 23 novembre au 4 décembre de 7h30 à 18h30 au centre culturel du Mont Dore à Boulari, l’association « Négropo mémoires et racines », née sous l'impulsion d'éric Gay et d'une trentaine d'habitants et anciens habitants de cette vallée de Canala, présente une exposition photo sur les familles pionnières de la région de Canala. Le nouvel ouvrage « Canala - de Napoléonville à la Grande Guerre ».

Cet ouvrage a demandé 3 ans de travail aux auteurs. Il sera en vente en salle d’Honneur de la Mairie au prix de 6 000 F. Le vernissage aura lieu ce mercredi 23 novembre à 18h00.

- Causerie avec Françoise DELMAS ce mercredi 23 novembre à 18h autour de l'ouvrage Passeurs de rives de Françoise et Sonia DELMAS à librairie CalédoLivres au centre ville de Nouméa. Un témoignages poétiques a ne pas rater. Des mots écrits à deux mains, souffle poétique et humaniste, passent des rives vers d’autres possibles.

- Remise du prix FÄRÄ PECII 2016

La Médiathèque municipale de Thio/Maison Page et l’ensemble de ses partenaires, vous invitent ce vendredi 25 novembre, à partir de 18 h, à la Maison du Livre / Célières pour la remise du prix littéraire Färä Pecii (2d édition).

Tristan l'auteur priméSuite aux votes des lecteurs des différentes médiathèques partenaires, cordonné par la médiathèque de Thio, le lauréat 2016 est l’écrivain Tristan Derycke pour son roman

« Protocole Fatal » (éd° Noir au blanc, 2015).

- Vernissage ce jeudi 24  novembre à la bibliothèque Bernheim de l'exposition des Batons De Souhaits

Lancement d’un nouvel ouvrage sur Canala, causerie poétique et remise de prix.
Lancement d’un nouvel ouvrage sur Canala, causerie poétique et remise de prix.
Lancement d’un nouvel ouvrage sur Canala, causerie poétique et remise de prix.

Partager cet article

EDMOND CAILLARD Sous la direction de Jean-Claude Roux et Max Shekleton

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

EDMOND CAILLARD Sous la direction de Jean-Claude Roux et Max Shekleton

Parution de novembre 2016 chez l’Harmattan

Les souvenirs du colon aux Nouvelles-Hébrides (Vanuatu)

1903-1913 Une jeunesse aux colonies d'antan

Collection Portes océanes

HISTOIRE OCÉAN PACIFIQUE Vanuatu

Cette suite de récits pris sur le vif présente les facettes variées de l'expérience vécue d'un jeune colon installé en 1902 avec sa famille au Vanuatu, un étrange archipel devenu alors un Far West insulaire disputé âprement entre France et Grande-Bretagne. Alors que son époque exalte "le devoir de colonisation", le jeune Edmond Caillard fait une plongée durable dans "le milieu indigène". Il mesure ainsi le choc de l'occidentalisation, avec ses nouveaux modes de consommation, ses pratiques commerciales, l'apparition des plantations.

Extrait d’un article de Laroche Marie-Charlotte. Edmond Caillard (1885-1969). In: Journal de la Société des océanistes, tome 25, 1969. pp. 301-302 dans notices nécrologiques.

Edmond CAILLARD. 1885-1969.

— Edmond Caillard, une des personnalités les plus marquantes des Nouvelles-Hébrides et de la Nouvelle-Calédonie, vient de disparaître à l'âge de 84 ans. Tous ceux qui l'ont connu conserveront le souvenir de son activité inlassable, de son intelligence à la fois réaliste et entreprenante, jointes à un esprit d'observation qui faisaient de lui un des plus sûrs experts des problèmes économiques et politiques de ces territoires, devenus sa seconde patrie. Né à Périers, en 1885, dans la Manche, Edmond Caillard avait 17 ans quand il quitta sa Normandie natale avec sa mère et son frère pour rejoindre aux Nouvelles-Hébrides, en 1902, « l'oncle Briault ». C'est à la rude école de ce bourlingueur des Mers du Sud qu'il s'initie à la vie de colon et aux difficultés du recrutement de la main-d'œuvre autochtone, la grande affaire des planteurs de l'époque. Très marqué par ces expériences de jeunesse, Edmond Caillard aimait à évoquer ce passé. Dans des récits encore inédits, il a décrit le défrichement et l'exploitation de sa plantation d'Aoré, les difficultés et les dangers des voyages à travers les îles. L'archipel hébridais était encore en ce début du xxe siècle le refuge de trafiquants d'armes et d'alcool, d'évadés du pénitencier de Nouméa. Les meurtres et les rixes étaient fréquents. Les bateaux de guerre chargés d'assurer la régularité des opérations de recrutement et la protection des indigènes avaient bien du mal à assurer la sécurité des individus. A travers ces pages, revit une époque maintenant révolue. Elle n'a pas été sans tremper fortement le caractère du jeune homme qui y participa. Vers 1920, attiré par la politique et même par la polémique, il s'installa en Nouvelle-Calédonie. Il est nommé Conseiller général. Il fait paraître de nombreux articles dans la France Australe. On y trouve de pertinentes informations sur les 302 SOCIETE DES OCEANISTES problèmes économiques et financiers des années 20 à 30, fruits d'une expérience acquise lors des années passées dans les terres françaises du Pacifique austral. Bientôt, il est repris par le goût d'une vie plus active et la nostalgie des terres quasi-vierges des Hébrides. Il devient le directeur d'une importante société : la Compagnie cotonnière des Nouvelles- Hébrides, qui s'implante à Mallicolo. Là, durant 25 années, avec dynamisme et sagacité, il gère les intérêts qui lui sont confiés sans cesser pour autant de collaborer régulièrement à la France Australe, au Néo-Hébridais et à Océanie Française. Sa grande connaissance des problèmes et des difficultés auxquelles doivent faire face les planteurs hébridais pour l'exploitation de leurs propriétés, le désignait pour défendre les intérêts de ceux dont il avait si longtemps partagé la vie et les préoccupations. Nommé Président du Syndicat des Planteurs des Nouvelles-Hébrides, il s'attache particulièrement à résoudre la question de la main-d'œuvre. Pour cela il voyage, il organise un courant de travail avec ce qui est alors l'Indochine ; regarde du côté de Wallis dont la population cherche des débouchés. Il semble qu'Edmond Caillard ait eu une vive et sensible compréhension des problèmes que posait entre les deux guerres cette période de développement économique. Très attaché à ces territoires, il a grandement contribué à leur mise en valeur : d'une part en réalisant lui-même une œuvre créatrice, d'autre part, en faisant connaître par la voie de la presse non seulement les immenses possibilités de ces terres isolées dans le Pacifique sud, mais aussi en proposant des solutions aux difficultés suscitées par l'éloignement, un climat souvent malsain et les contacts à établir avec une population autochtone aux mœurs et aux coutumes traditionnelles. La lecture de ses souvenirs auxquels Edmond Caillard avait donné le titre de Scènes de la vie hébridaise et dont nous espérons bientôt publier des extraits, ainsi que celle de bon nombre de ses articles nous fait mieux connaître la valeur de ce caractère et la qualité de sa personnalité, mais aussi la finesse d'un esprit philosophique qui savait tirer des conclusions pertinentes des riches expériences d'une vie bien remplie. Marie-Charlotte LAROCHE.

Carte postale 1910-1920

Carte postale 1910-1920

EDMOND CAILLARD Sous la direction de Jean-Claude Roux et Max Shekleton

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>