"Le roman de Louise" d’Henri GOUGAUD (Editions Albin Michel)

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

"Le roman de Louise" d’Henri GOUGAUD (Editions Albin Michel)

L'auteur dresse le portrait de l'indomptable Louise Michel, de sa naissance en 1830 à sa mort en 1905. Elle lutta pour les droits de l'homme, la justice sociale, participa à la Commune et fut déportée en Nouvelle-Calédonie.

Fasciné par cette personnalité, l'écrivain nous la raconte avec son talent de conteur.

Henri Gougaud, auteur de chansons, homme de radio, pionnier du renouveau des contes, a écrit de nombreux livres parmi lesquels "Les sept plumes de l'aigle", "L'arbre d'amour et de sagesse", "L'arbre à soleils", "L'arbre aux trésors"...

"Le roman de Louise" d’Henri GOUGAUD (Editions Albin Michel)"Le roman de Louise" d’Henri GOUGAUD (Editions Albin Michel)

Cliquez sur l'image pour la voir en entier

Louise Michel, née le 29 mai 1830 à Vroncourt-la-Côte, Haute-Marne et morte le 9 janvier 1905 à Marseille, alias « Enjolras », est une institutrice, militante anarchiste, franc-maçonne, aux idées féministes et l’une des figures majeures de la Commune de Paris. Première à arborer le drapeau noir, elle popularise celui-ci au sein du mouvement anarchiste. Préoccupée très tôt par l'éducation, elle enseigne quelques années avant de se rendre à Paris en 1856. À 26 ans, elle y développe une activité littéraire, pédagogique, politique et activiste importante et se lie avec plusieurs personnalités révolutionnaires blanquistes de Paris des années 1860. En 1871, elle participe activement aux événements de la Commune de Paris, autant en première ligne qu'en soutien. Capturée en mai, elle est déportée en Nouvelle-Calédonie où elle se convertit à la pensée anarchiste. Elle revient en France en 1880, et, très populaire, multiplie les manifestations et réunions en faveur des prolétaires. Elle reste surveillée par la police et est emprisonnée à plusieurs reprises, mais poursuit inlassablement son militantisme politique dans toute la France, jusqu'à sa mort à l'âge de 74 ans. Elle demeure aujourd'hui une figure révolutionnaire et anarchiste.

Louise Michel en Nouvelle-Calédonie

L'histoire commence lorsque Louise, arrêtée en Mai 1871,sur la barricade de Clignancourt, est condamnée à la déportation... Embarquée sur le Virginie en août 1873 pour être déportée en Nouvelle-Calédonie, Louise Michel arrive sur l’île après quatre mois de voyage. À bord, elle fait la connaissance de Henri Rochefort, célèbre polémiste, et de Nathalie Lemel, elle aussi grande animatrice de la Commune ; c’est sans doute au contact de cette dernière que Louise Michel devient anarchiste. Elle reste sept années en Nouvelle-Calédonie, refusant de bénéficier d’un autre régime que celui des hommes. Elle crée le journal Petites Affiches de la Nouvelle-Calédonie et édite Légendes et chansons de gestes Kanak. Elle cherche à instruire les autochtones kanaks et, contrairement à certains Communards qui s’associent à leur répression, elle prend leur défense lors de leur révolte, en 18781. Elle obtient l’année suivante l’autorisation de s’installer à Nouméa et de reprendre son métier d’enseignante, d’abord auprès des enfants de déportés (notamment des Algériens de Nouvelle-Calédonie), puis dans les écoles de filles. Le Tigre Clemenceau, qui lui vouait une grande admiration, continuait de lui écrire durant sa déportation et lui adressait des mandats.

"Le roman de Louise" d’Henri GOUGAUD (Editions Albin Michel)

Publié dans Ecrivain calédonien

Commenter cet article