Le secret de la Seine au musée maritime de Nouvelle-Calédonie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

C’est en arrivant du côté de la Pouébo que James Cook a découvert la Nouvelle-Calédonie , le 5 septembre 1774 à Balade exactement. Des dizaines d’années plus tard, le 21 décembre 1843, Monsieur Douarre suit la même route et débarque du Bucéphale  et  avec lui, les révérends pères Rougeyron, Viards.  Les frères Blaises, Marmoiton et Jean Taragnat célébreront la première messe sur le bord de la plage à Mahamat. En 1844, le pavillon français est hissé à Balade sans que Napoléon III n’en soit officiellement informé. Ce drapeau sera retiré deux ans après.

En 1846, la corvette Seine échoue dans les environs. A son bord, 250 marins qui seront accueillis à la mission, mais les différents avec les kanaks deviennent plus en plus fréquents. Tant et si bien qu’en août 1847, les colons doivent évacuer la station après trois ans et demi d’apostolat. Les missionnaires s’enfuient à Pouébo. L’arrivée inattendue de la Brillante empêchera sans doute la tragédie. En avril 1853, Napoléon III donne l’ordre de prendre possession de la Nouvelle-Calédonie. Le 24 septembre 1853 à 15 heures, le contre-amiral Février-Despointes signe, à Balade, l’acte officiel de prise de possession avec les pères Rougeyron et Forestier, entourés de tous les officiers et de 150 Kanak. La tribu de Pouébo accepte la souveraineté de la France en février 1854. Le commandant Tardy de Montravel crée un poste de gendarmerie en 1863 à Pouébo.

Images tirées du site du musée maritime de la Nouvelle-Calédonie
Images tirées du site du musée maritime de la Nouvelle-Calédonie
Images tirées du site du musée maritime de la Nouvelle-Calédonie

Images tirées du site du musée maritime de la Nouvelle-Calédonie

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Commenter cet article