DANS LES PAS DU LIEUTENANT DESTELLE EN NOUVELLE CALÉDONIE

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

DANS LES PAS DU LIEUTENANT DESTELLE EN NOUVELLE CALÉDONIE

Une mission, une carte, un rapport controversé de Jean-Pierre Destelle, Association In Memoriam

Collection Lettres du Pacifique chez l’Harmattan

ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, CIVILISATION GÉOGRAPHIE HISTOIRE OCÉAN PACIFIQUE Nouvelle Calédonie 

De 1878 à 1882, le lieutenant d'infanterie de marine Émile Destelle est affecté à la Mission topographique chargée d'établir la première carte complète de la Nouvelle-Calédonie. Ses carnets où il note jour après jour les événements et décrit les paysages traversés tout au long de ses expéditions, permettent au lecteur de placer ses pas dans les siens et de le suivre sur les sentiers alors méconnus de la Grande Terre.

E.H Destelle a fait plusieurs séjours de longue durée en Nouvelle-Calédonie. (Extrait du site Journaux du colonel Destelle)

°°°

Séjour à la presqu’île Ducos

Pendant un an, du 20 Juillet 1878 au 19 Juillet 1879, il est sur la presqu’île Ducos au poste de M’Bi, en face de l’île Nou où il est chargé notamment de la garde du camp des déportés politiques.

Il a 22 ans, il est sous-lieutenant  au 4ème régiment d’Infanterie de Marine.

C’est sa première affectation outre-mer après sa sortie de Saint-Cyr.

Puis pendant plus de trois ans et demi, du 20 Juillet 1879 au 26 Avril 1882, il est affecté aux brigades topographiques qui font les relevés nécessaires à l’établissement de la carte de la Nouvelle-Calédonie.

Au cours de ces missions, à chaque fois de plusieurs semaines, il parcourt avec sa brigade, l’île en tout sens, souvent dans des contrées inexplorées ou à peine connues.

Ils campent ou dorment à la belle étoile, et vivent à chaque fois dans des conditions très ardues, exposés aux rigueurs du climat (pluies torrentielles, ouragans) et aux difficultés du terrain (montagnes, rivières, forêts épaisses).

Ils rencontrent aussi des kanak, et de rares colons.

Il tient à cette occasion des carnets de route qui, grâce à des descriptions fouillées et des anecdotes variées sont des témoignages précieux sur la Nouvelle-Calédonie à cette époque.

Fin 1883, il est capitaine-adjudant-major au 4e Régiment d’Infanterie de Marine. Il retourne à Nouméa diriger et terminer la cartographie de l’île.

Il emmène avec lui sa femme Angèle, qu’il a épousée en Février 1883.

Ils habitent à Nouméa.

Pendant ce séjour, ils ont une petite fille, Émelie, qui naît le 15 Avril 1885, et qui meurt de maladie, à l’âge de 9 mois, le 31 Janvier 1886 à Nouméa.

Comme il destine ses carnets et son journal à sa femme, nous ne disposons pas de ses carnets pendant cette période.

On trouvera cependant des documents, notes, exemples de cartes.

Lieutenant Destelle et en groupe au centre à NouméaLieutenant Destelle et en groupe au centre à Nouméa

Lieutenant Destelle et en groupe au centre à Nouméa

Publié dans Ecrivain calédonien

Commenter cet article