L’inoubliable voyage des émigrants du café fait salle comble à Nouméa

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L’inoubliable voyage des émigrants du café fait salle comble à Nouméa

L’inoubliable voyage des émigrants du café. Entre illusions et émerveillement, la conférence de Christiane Terrier Professeur agrégée d’histoire et de géographie, Docteur ès Lettres de Jeudi 18 juin 2015 a été un franc succès. L’appel de Christiane a été entendu par les amateurs d’histoire et de bateaux, puisque c’est le musée maritime qui recevait. Malgré les travaux en cours, le public était nombreux car les conférences de l’historienne calédonienne sont prisées.

Rappel du thème :

Entre 1890 et 1920, environ 2 000 immigrants furent invités à venir s’installer en Nouvelle-Calédonie pour faire fortune puisque l’on parlait d’un Eldorado du café pour implanter des exploitations agricoles.

Afin de faciliter leur venue, l’Etat prenait en charge leur voyage sur les bateaux des Messageries Maritimes qui desservaient alors la Nouvelle-Calédonie. Cette conférence a retracé, à travers de nombreux témoignages représentés par des lettres, des journaux intimes ou des photos, le périple vécu par ces personnes qui n’avaient jamais voyagé jusque-là et qui a souvent représenté, pour elles, une extraordinaire aventure, hélas ensuite suivie de bien des désenchantements.

L’idée de cette conférence est venue à l’historienne en visitant le musée de l’immigration à New York sur Ellis Island et après la visite des musées de Melbourne et d’Adélaïde en Australie. Les Calédoniens sortent du même moule que les pionniers des Etats-Unis et ceux d’Australie. Christiane Terrier a donné des informations croustillantes sur les conditions de voyage, la propagande en métropole et la désillusions lorsqu’après plus d’un mois de mer, la quarantaine et le lâchage par le tour de côte, le futur colon se retrouvait embourbé dans la mangrove sur la côte Est de la Grande Terre. (Les familles de colons étaient larguées comme les concurrents du jeu de la téléréalité de Koh Lanta semble-t-il)

Les noms de ces premiers colons évoquent souvent des connaissances actuelles, des noms de rue parfois comme Jocteur, Michel-Villaz, Devillers, David, Féré, Letocart, Jeannin, Lapetite, Soury-Lavergne etc. De nombreux émigrants du café sont repartis aussitôt pour les Nouvelles-Hébrides ou l’Australie et y ont fait souche. Une conférence forte instructive pour les citoyens de ce pays. JP

Ce sont les Pères Maristes de la Conception qui amènent les premiers plants de café en 1856 en Nouvelle-Calédonie. Mais c'est véritablement à partir de 1890, sous l'impulsion du gouverneur Feillet que le café va se développer. Convaincus que la fortune les attend dans notre pays, 1500 colons libres, soit environ 700 familles, vont se lancer dans cette aventure loin, très loin de leur terre natale. Mais dès leur arrivée, sur notre territoire, les difficultés commencent… Ces volontaires découvrent l'immensité du travail qui les attend. Pour se faire aider dans leurs cultures, ils feront appel, dès 1896, à une main d'œuvre réputée pour son sérieux et son obéissance : les Javanais, des agriculteurs, spécialistes de la riziculture. Ces derniers se verront proposés des contrats d’engagés pour une durée de 5 ans renouvelable...

Ci-dessous une vidéo « Les pionniers du café », Ajoutée le 19 févr. 2015 sur You Tube d’une émission présentée par Duke Menango. Copyright © NCTV 2014

L’inoubliable voyage des émigrants du café fait salle comble à NouméaL’inoubliable voyage des émigrants du café fait salle comble à Nouméa
L’inoubliable voyage des émigrants du café fait salle comble à Nouméa

Publié dans Colonisation

Commenter cet article