Le SILO 2016 à l’ADCK est sur les rails

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Silo accueil et public (photos JP)
Silo accueil et public (photos JP)
Silo accueil et public (photos JP)

Silo accueil et public (photos JP)

Mr Emmanuel TJIBAOU, Direction Général de L'Agence de Développement de la Culture Kanak, le centre culturel Tjibaou, a ouvert le salon international du livre océanien avec un discours de bienvenue en compagnie de l’organisateur Christophe Augias, le directeur de la bibliothèque Bernheim.

Emmanuel Tjibaou a fait un émouvant et beau discours sur l’importance de l’écriture au pays de l’oralité qui peut contribuer à la paix et la connaissance et la reconnaissance culturelles du peuple kanak ainsi des autres ethnies. La parole d’Emanuel Tjibaou était pleine d’humanisme. Il a dit sa fierté de recevoir le SILO au centre culturel. Christophe Augias lui a répondu en soulignant l’honneur qu’il avait d’organiser ce salon dans un lieu aussi prestigieux.

Après ces discours, le SILO a réellement démarré avec une conférence sur le jumelage des salons, le SILO de Calédonie, La pirogue de Vanuatu et lire en Polynésie. En fait de jumelage, il s’agit d’un ménage à trois que les intervenants, Paul Tavo, Christophe Augias et Christian Robert ont longuement développé. Ils avaient la lourde mission de formaliser l’informel, ils ont réussi. Ils ont expliqué l’importance de s’entraider, de tisser des liens entre les pays francophones de la région et nos voisins anglo-saxons. Les salons sont de plus en plus bilingues. Ce regroupement a déjà commencé au dernier salon de Paris avec le pavillon des auteurs d’Océanie. « Unis, nous serons plus forts », pourrait devenir la nouvelle devise des acteurs de la littérature du Pacifique.

Les éditeurs "Pacifique" photo JP

Les éditeurs "Pacifique" photo JP

Tandis que les interviews d’auteurs démarraient avec Pierre Faessel, quatre éditeurs, deux de Tahiti et deux de Nouvelle-Calédonie, ont donné une conférence. Après une stigmatisation de l’autoédition qui fait plus de mal aux auteurs que de bien, ont-ils dit, en argumentant ces propos. Ils ont abordé les problèmes de fond de l’édition en notant que la qualité des productions littéraires s’améliorait mais que les ventes régressaient. Un des intervenants, éditeur de livre jeunesse, n’avait pas le même point de vue, « et sans financement public », a-t-il indiqué. Ils ont néanmoins été d’accord pour souligner l’étroitesse du marché du Pacifique francophone et la nécessité de rechercher des nouveaux débouchés. L’argent, c’est le nerf de la guerre, mais le livre n’est pas mort les nombreux visiteurs attendus en feront la preuve.

Le SILO est un lieu formidable pour enrichir ses connaissances sur la littérature en profitant des intervenants présents mais aussi des animations GRATUITES. Vendredi soir, par exemple, « Paroles de Thio » à 18h30, est une belle occasion de voir ce spectacle formidable ou samedi à 18h00 la soirée musique avec Paul Wamo. Plus voir avec le programme

Paroles de Thio à la bibliothèque Bernheim (Archive JP)

Paroles de Thio à la bibliothèque Bernheim (Archive JP)

Divers Silo de JP
Divers Silo de JP
Divers Silo de JP
Divers Silo de JP
Divers Silo de JP

Divers Silo de JP

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Commenter cet article