Littéracies en Océanie : enjeux et pratiques

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Un livre savant pour découvrir cette notion définie comme « l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités » (sic) Wikipédia dans sa définition de la littératie, ou lettrure.

Le terme littéracie est actuellement utilisé par une minorité de chercheurs français. C’est ce que j’ai pu constater en me demandant pourquoi ces deux orthographes. Il y a surement des nuances à découvrir. Est-ce que littéracie veut dire la même chose que littératie ? Ce livre devrait éclairer les curieux. Les enseignants et les érudits vont surement apprécier cet ouvrage. JP  

Littéracies en Océanie : enjeux et pratiques

De Claire Colombel-Teuira, Véronique Fillol et Stéphanie Geneix-Rabault

Ce livre a pour ambition de contribuer à élargir le champ conceptuel de la notion de littéracie à partir de réflexions et travaux de recherche en Océanie. Il vise aussi à réhabiliter ou à (re)découvrir quelques usages littéraciques et à ouvrir de nouvelles perspectives de recherche sur la base de ces réflexions interdisciplinaires.

Cet ouvrage souhaite ainsi contribuer au repositionnement épistémologique du terme à partir d’une ouverture du concept de littéracie à la prise en compte des modalités de communication dites traditionnelles et technologiques, mais aussi à la nécessité d’une littéracie plus inclusive de la diversité linguistique et culturelle des sociétés océaniennes.

Littéracies en Océanie : enjeux et pratiques

Claire Colombel-Teuira, sociolinguiste et didacticienne enseigne à l’Institut de Formation des Maitres de la Nouvelle-Calédonie. Ses recherches concernent les langues océaniennes, avec une focalisation particulière sur l’éducation et les pratiques plurilingues en contexte pluridiglossique.

Véronique Fillol, sociolinguiste et sociodidacticienne enseigne à l’université de la Nouvelle-Calédonie. Elle a publié Stéréotypes et représentations en Océanie (Corail) et Vers une école plurilingue dans les collectivités française d’Océanie et de Guyane (l’Harmattan) avec Jacques Vernaudon ; et Terrains océaniens : enjeux et méthodes avec Pierre-Yves Le Meur (l’Harmattan) dans la collection « Cahiers du Pacifique Sud contemporain ».

Stéphanie Geneix-Rabault, ethnomusicologue enseigne à l’Université de la Nouvelle-Calédonie. Ses recherches, qui concernent les langues océaniennes, participent à la production de ressources multilingues en/sur les langues océaniennes, principalement sur les expressions artistiques et la littérature orale. Elles visent également à renforcer leurs visibilité et audibilité dans les médias. Elles ont collaboré à un programme de recherche sociolinguistique mettant en lumière la richesse et la complexité des dynamiques de contacts de langues et de cultures à Nouméa (Nouvelle-Calédonie). Elles travaillent conjointement à une meilleure contextualisation didactique des enseignements en Nouvelle-Calédonie, notamment en créant des outils d’éveil aux langues cultures océaniennes ou en accompagnant des pratiques innovantes dans les établissements scolaires.

Publié dans Ecrivain calédonien

Commenter cet article