Le guide des fruits de Daniel Pardon au Vent des îles

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le guide des fruits de Daniel Pardon au Vent des îles

GUIDE DES FRUITS DE TAHITI ET SES ÎLES.

Ce guide se veut avant tout pratique. Il est destiné aux amateurs, promeneurs, curieux, nouveaux arrivants et à tous les Polynésiens de souche ayant parfois perdu le souvenir des fruits dégustés pendant leur enfance. Ce livre s’adresse également à tous les enfants qui pourront ainsi donner un nom à ce qu’ils voient quotidiennement sans savoir précisément de quoi il s’agit. Fruits comestibles, fruits toxiques, des montagnes, des vallées, des parcs, des jardins, des atolls, des plantations, des fa’a’apu, notre sélection est forcément subjective et incomplète, mais elle devrait permettre à tous, avec plus de 250 espèces et variétés décrites et photographiées (plus de 1 200 références dans l’index), de s’y retrouver dans la “jungle” qu’est parfois la flore tropicale.

PRIX 29.4 € - 3 500 CFP

Seconde édition augmentée.

La passion et l’enthousiasme de Daniel Pardon, plus connu pour ses qualités de journaliste, lui ont permis de s’attaquer avec succès à ce juteux et coloré morceau que constituent les fruits polynésiens. Il a su aller chercher l’information, à partir de ses propres observations, auprès de nombreuses personnes ressources, dans différents ouvrages ou sur le net, afin de rédiger initialement en 2005 la première édition de ce guide puis de le refondre et l’actualiser en 2017.

Par cet ouvrage, il fait connaître la plupart des fruits qui ont fait la réputation de Tahiti et de la Polynésie française à travers le Pacifique, comme le fruit à pain lié à la Bounty, la banane plantain de montagne fë’i au régime érigé, l’orange autrefois exportée en Californie, le pamplemousse de Harrison Smith ou encore les très nombreux cultivars de manguiers rapprochés, quant à eux, de la pomme-Cythère ou vï en tahitien.

Préfacé par Jean-François Butaud.

PARDON DANIEL

Arrivé à Tahiti au début de l’année 1984, Daniel Pardon a été successivement rédacteur en chef du quotidien La Dépêche de Tahiti pendant près de dix-huit ans, puis, pendant treize ans, rédacteur en chef du pôle Magazines accolé à La Dépêche, pôle qu’il a créé en remettant à flot des titres comme Tiki Mag et Fenua’Orama ou en lançant certains autres titres, notamment Maisons du Fenua et Fenua Economie.

Originaire de Lyon, Daniel Pardon avait été journaliste une dizaine d’années entre Rhône et Saône dans divers médias, dont le groupe Dauphiné Libéré (il était, avant son départ à Tahiti, chef du service économique et boursier du Journal Rhône-Alpes). C’est sa passion pour la plongée sous-marine qui l’a fait s’installer à Tahiti où il a pu réaliser ses “rêves de gosse” et devenir notamment photographe sous-marin. Petit à petit, il a bifurqué vers l’étude de la flore locale ; on lui doit déjà un guide des fleurs de Tahiti et un guide des fruits de Tahiti.

Auteur de plusieurs livres, dont :

– Tahiti entre ciel et mer (Editions Glénat, 1992),

– Mururoa, Fangataufa, état des lieux (Editions Glénat, 1995),

– Guide des fruits de Tahiti (Editions Au vent des îles, 2005),

– Guide de l’île de Pâques (Editions Au vent des îles, 2008),

A Paraître :

AU LOUP ! JENNY PRADINES ET LEIA CHANG SOI

Victime de sa réputation, Monsieur Loup est traqué au coeur de ses montagnes. Une nuit, il décide de tout quitter pour vivre au bout du monde.

Monsieur Loup pose alors ses valises à Tahiti. Il espère y passer incognito mais sa réputation le rattrape et l’aventure commence !

À partir de 5 ans.

Disponible en novembre

LE PAIEN – ARIIRAU

Sunny Moana’Ura Walker est une figure du paysage culturel polynésien. Ce roman biographique retrace son parcours de vie atypique et le révèle aux trois âges de sa vie qui l’a mené jusqu’au marae Tupuhaea, dans la vallée de Hamuta. À travers son témoignage, nous voyageons dans le temps et dans l’espace, du Rurutu de la fin des années cinquante jusqu’au Tahiti d’aujourd’hui, en passant par l’Amérique, la France et l’Afrique. Une trajectoire au cours de laquelle il s’éveille à une spiritualité animiste et polythéiste, qui le conduit notamment sur la pirogue traditionnelle Faafaite. L’homme qui voue un culte aux ancêtres et se dit lui-même «païen», se dévoile comme un exemple de liberté, d’intégrité et d’amour pour son pays, pour ses ancêtres.

Disponible en novembre

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article