Gauguin - Voyage de Tahiti film du cinéaste Édouard Deluc

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le film du cinéaste Édouard Deluc a fait le choix de se concentrer sur la période tahitienne du célèbre peintre interprété par Vincent Cassel. L'acteur «incarne Paul Gauguin avec détermination et, par moments, un enthousiasme qui fait plaisir à voir disent les critiques.

Espérons que ce film, ça semble le cas, soit fidèle à l’histoire et la réalité car on se souvient de la réussite commerciale du film Les Révoltés du Bounty (Mutiny on the Bounty), un film américain réalisé par Lewis Milestone, sorti en 1962. Le film raconte l'histoire « authentique » de la mutinerie menée par Fletcher Christian qui a eu lieu en 1789 à bord du Bounty. Le capitaine William Bligh faisait preuve de cruauté envers son équipage et la plupart des officiers.

Je me souviens des conférences de l’inénarrable Riquet Goiran, un ancien compagnon du commandant Cousteau. Il ne tarissait pas d’éloges sur le vrai héros, d’après lui, le capitaine William Bligh. À la suite du tournage, Marlon Brando achètera l'île de Tetiaroa, proche de Tahiti, pour y fonder son foyer, c’est surement l’aspect le plus positif du film américain. JP

Bande-annonce de Gauguin - Voyage de Tahiti d'Édouard Deluc, en salles ce mercredi 20 septembre.

D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? est une des œuvres les plus connues de Paul Gauguin. Peinte à Tahiti en 1897-1898,

D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? est une des œuvres les plus connues de Paul Gauguin. Peinte à Tahiti en 1897-1898,

Paul Gauguin part à Tahiti 4 avril 1891 court extrait d’un article de Camille Vignolle publié sur Herodote.net en 2016

Le 4 avril 1891, Paul Gauguin (43 ans) s'embarque pour Tahiti à la recherche de nouvelles sensations.

L'artiste est alors au sommet de la gloire et il a déjà accompli une première révolution picturale. Son voyage va en occasionner une nouvelle et changer aussi notre regard sur la Polynésie.

L'artiste, de retour à Paris, profite de la vente de quelques œuvres pour organiser son départ pour Tahiti. Proche du symbolisme, il met en pratique à sa manière un célèbre poème de ce mouvement :

«La chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres.

Fuir ! Là-bas fuir ! Je sens que des oiseaux sont ivres

D'être parmi l'écume inconnue et les cieux !»

(Stéphane Mallarmé, Brise marine)

À Tahiti, colonisée depuis peu par la France, le peintre cherche auprès des indigènes maoris de nouvelles sources d'inspiration. Mais la réalité triviale le déçoit et il revient en Europe en juillet 1893. C'est pour repartir deux ans plus tard à Tahiti puis en août 1901 aux îles Marquises, encore païennes et tenues à l'écart de la civilisation occidentale. Dans ses refuges polynésiens, Gauguin se comporte en colon ordinaire, vindicatif à l'égard de l'administration, méprisant pour les indigènes, porté sur l'alcool et gavé de chair juvénile.

Nevermore O. Taiti, toile 60x116 cm (Paul Gauguin, 1897), Courtauld Institute, Londres

Ses peintures et ses sculptures représentent l'amour triste et les yeux vides des indigènes. Ponctuées de points d'interrogation («D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? »...), elles traduisent les affres d'une culture en crise ; la culture indigène ou la culture occidentale. À chacun de se faire son opinion.

Mort de misère et d'alcoolisme, le 8 mai 1903, aux Marquises, Gauguin fait figure de précurseur de l'Art nouveau.

Quelques livres sur Gauguin (choisis au hasard, il y en a des dizaines d'autres)
Quelques livres sur Gauguin (choisis au hasard, il y en a des dizaines d'autres)
Quelques livres sur Gauguin (choisis au hasard, il y en a des dizaines d'autres)

Quelques livres sur Gauguin (choisis au hasard, il y en a des dizaines d'autres)

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article