Peter Sipeli invité du salon de Polynésie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo association des éditeurs de Polynésie
Photo association des éditeurs de Polynésie
Photo association des éditeurs de Polynésie

Photo association des éditeurs de Polynésie

Peter Sipeli vit à Suva où il mène de front plusieurs combats à la fois au service de l’art, de la poésie et en faveur de la cause LGBT. Prônant la paix entre les peuples du Pacifique, son engagement est à la hauteur de son talent d’artiste.

Militant engagé et envoûtant, il captive lors de ses interventions (comme récemment à TEDx Suva) prenant la forme de storytelling, « le témoignage de mon vécu, en tant qu’homosexuel mais aussi qu’artiste, poète, car c’est un moyen authentique pour partager et parvenir à faire s’engager autrui ».

En parallèle, l’envie d’écrire l’habite depuis toujours. Des poèmes, principalement. « La souffrance des gens alimente mon engagement en tant qu’activiste et ma créativité en tant que poète. » C’est tout naturellement qu’il fonde en 2012 le « Poetry Shop » à Fidji, scène artistique et haut lieu de rencontres entre aficionados du genre et poètes. Peter Sipeli œuvre à inciter les jeunes talents littéraires à se révéler, tout en invitant les langues à se délier, les cœurs lourds à se délester. Les novices côtoient les plus chevronnés en toute simplicité. Et ainsi, il permet à de nouvelles voix océaniennes d’émerger. Soutien actif de The Spokenword Art Movement, il n’hésite pas à utiliser l’art, l’écriture et l’oralité comme thérapies libératrices.

La plume dans une main, le micro dans l’autre, il s’apprête à réaliser une performance nocturne, intitulée Maps to the ancestors. Sur la base de trois compositions littéraires et poétiques inédites, Peter Sipeli propose une mise en musique de ses textes et une mise en image de sa prose. Une balade singulière pour renouer avec les savoirs des ancêtres, dont la mémoire est activée par l’évocation des mots. A mi-chemin entre le slam et la déclamation, laissez-vous transporter par cette représentation unique !

 

Performance nocturne vendredi 17 à 19h

Dimanche 19 à 16 h 45 : Rencontre « Vers une autre forme d’expression »

Peter Sipeli a plus de deux décennies d'expertise dans l'utilisation de l'expression artistique comme une forme de défense des droits des homosexuels et d'activisme dans le Pacifique.

Paul Tavo, Peter Sipeli et Chantal Sptiz au Silon de Nouméa à l'ADCK en 2016. Photo JP

Paul Tavo, Peter Sipeli et Chantal Sptiz au Silon de Nouméa à l'ADCK en 2016. Photo JP

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article