Silo 2017 avec Titaua Peu et Kate Holden

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Valérie et Kate Holden - Frédéric Ohlen et Titaua Peu (photo JP)
Valérie et Kate Holden - Frédéric Ohlen et Titaua Peu (photo JP)

Valérie et Kate Holden - Frédéric Ohlen et Titaua Peu (photo JP)

Les échanges avec les invités extérieurs ont été immensément enrichissants pour le public du Silo 2017 à Poindimié. Les grosses pointures, comme l’Australien Tim Flannery avec son charisme, son humanisme et ses connaissances sur les maux de la planète a fait sensation, mais deux auteures ont été bouleversantes par le contenu de leur récit de vie. L’Australienne, Kate Holden qui est descendue aux enfers et le énième jour est ressuscitée pour témoigner, fut un grand moment. L’ouvrage de Pina de Titaua Peu développé par l’auteure a littéralement passionné l’auditoire probablement à cause de l’environnement océanien du récit.

Il faut signaler l’excellente modération par Valérie, une enseignante franco-australienne en vacances sur la Caillou recrutée au pied levé pour remplacer Virginie Soula.

Le livre de Titaua, qui était « Popaïsable » pour beaucoup de monde. Il décrit la vie à Tahiti, après un premier ouvrage en 2003 qui avait fait du bruit. Titaua Peu a attendu plusieurs années avant de publier Pina car elle appréhendait la réaction des lecteurs. Son premier livre, très politique, avait parfois été violement attaqué. Les secrets dévoilés dans ce livre très noir avaient marqué les esprits. Pina a été bien mieux accueilli malgré ses craintes. Le livre est un chef-d’œuvre. C’est le livre de la maturité du style d’après Frédéric Ohlen qui est fin connaisseur. JP

A suivre

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article