Passerelles / Engenemel / Footbridges / Lakavanagi des nouvelles de Léopold Hnacipan

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Passerelles / Engenemel / Footbridges / Lakavanagi des nouvelles de Léopold Hnacipan

Léopold Hnacipan - Collection Archipels

Prix : papier : 9,9 € EBook : 2,99 €Français sur divers sites de vente en ligne ou chez l’éditeur Humanis et en librairie à Nouméa

Trois nouvelles évoquant le peuple kanak de Nouvelle-Calédonie. Trois nouvelles écrites en quatre langues, comme autant de passerelles posées sur l'océan.

Drehu (Nouvelle-Calédonie – New Caledonia) :

Köni tekes nyine anyipicine la melene la kanak atrene la nöje Kaledoni. Köni tekes hna ujën kowe la eketre lao qene hlapa, kösë ija engenemel feja hna jum kowe la hneopegejë.

English:

Three stories evoking the Kanak people of New Caledonia. Three short stories written in four languages, like so many footbridges on the ocean.

Hula (Papouasie Nouvelle-Guinée – Papua New Guinea):

Kanaka aunilimalimara New Caledoniai geria rikwana kokoikoi. Erikwana koikoi vanuga koikoi e kopunai geva vanagiaole no lakavanagi nanu kukunai rawaparai.

Léopold à Nouméa 2017 Photo Joël PAUL

Introduction par l’auteur :

Quand j’ai su que j’allais faire partie de la délégation représentant la Nouvelle-Calédonie au festival des arts de Papouasie-Nouvelle-Guinée en juillet 2014, je me suis tout de suite demandé de ce que j’allais présenter là-bas. J’ai choisi trois de mes nouvelles qui étaient déjà connues du public. Manger du rat, et Hélène sont deux récits autobiographiques. Pour la première fois chez Gaijoli est une nouvelle liée à la condition de la femme kanak, thème que je développe beaucoup dans mes écrits. Manger du rat et Pour la première fois chez Gaijoli ont été publiés dans Olé, Oléti en 2010. Hélène, la nouvelle qui m’a révélé au public, est sortie dans Épisode, un magazine littéraire, en 2008. Ces nouvelles ont également été reprises par la suite dans mes recueils De séduction en séduction et Les fleurs de potr, parus aux éditions Humanis.

Pour présenter quelque chose d’exceptionnel au festival, j’avais décidé de traduire mes trois nouvelles en deux langues : en anglais, et en hula (une langue de Papouasie-NouvelleGuinée). Il se trouve que l’épouse du directeur de l’établissement où je travaille vient des bords du fleuve Sépik. Il se trouve aussi que Madame Vali QAEZE (un nom évocateur puisque Valikara peut se traduire par « la nouvelle qui court »), est une dame charmante et généreuse, qui a eu la gentillesse d’accepter ma demande de traduction. Je la remercie chaleureusement pour cela.

Pour le présent recueil, j’ai également tenu à faire figurer une version en drehu, ma langue maternelle, parlée sur l’île de Lifou. Il n’a pas été si facile pour moi de transposer ces textes — que j’avais initialement écrits en français — dans ma langue d’origine. Je les avais « pensés » en français, et il m’a fallu faire une gymnastique mentale pour les faire revenir à l’endroit d’où ils venaient. Pour ce travail délicat, j’ai eu la chance de bénéficier de l’aide de Monsieur Nginie PASA que je remercie également de tout cœur pour sa contribution.

L’océan Pacifique est immense. Je ne sais pas si les passerelles que construit ce recueil seront suffisantes pour le traverser dans tous les sens. Mais, pourvu qu’il provoque ou facilite des échanges et des rencontres, il aura accompli sa mission.

Je vous souhaite une lecture agréable.

Léopold Hnacipan.

NB : Léopold sera l'un des auteurs calédoniens qui représenteront le Pacifique à Livre Paris. JP

Publié dans Ecrivain calédonien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article