La bibliothèque Bernheim et ses antennes, un outil du progrès social et de l’égalité menacé

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Un article des Nouvelles Calédoniennes du 15 mars revient sur la situation préoccupante du financement des médiathèques du pays. C’est clair qu’il faut en prendre conscience. Bernheim et ses antennes sont des outils indispensables de diffusion de la culture et un investissement rentable pour régler les problèmes de la jeunesse. Mes pensées vont aussi à l’école de musique et d’autres structures très utiles mais le gaspillage dénoncé par le Chien Bleu, dans un article récent, est réel. De l’argent public est gaspillé par des doublons de structures pas très productives qui occultent parfois en récupérant le travail des associations, des bénévoles et des organismes territoriaux ou provinciaux par des relais opportunistes ou en récupérant des tâches qui étaient ou seraient mieux faites par d’autres. Quand il n’y a plus de sous dans les caisses, je pense que c’est un devoir de faire le ménage, de dire les choses avant que le navire coule. Je suis malheureux d’entendre mes amis bibliothécaires crier famine. JP

"Aucune garantie d’avenir" à Bernheim

Un article de Charlie Réné / charlie.rene@lnc.nc | Crée le 15.03.2018 à 04h25 | Mis à jour le 15.03.2018 à 07h29

La bibliothèque (et ses antennes) compte une cinquantaine de salariés et ne s’appuie plus que sur 290 millions de subventions. Les deux tiers viennent de la Nouvelle-Calédonie.

Photo Julien Cinier

Les salariés de la bibliothèque, à Nouméa et dans les antennes du Nord et de l’Ouest, s’inquiètent des baisses de budget. L’activité est déjà réduite au minimum.

Pas de mouvement de colère, mais des inquiétudes profondes à la bibliothèque Bernheim. Hier, sans banderole ni étiquette syndicale, les salariés se sont rassemblés devant le site historique de Nouméa et devant l’antenne de Poindimié, où s’était aussi réuni le personnel de la médiathèque de l’Ouest, à Koné. Une heure de débrayage, des discussions et quelques tracts : « Depuis plusieurs années, la participation financière des collectivités s’amenuise et nous encaissons sans broncher », y lit-on. Désormais la « situation est catastrophique » pour l’établissement public de la Nouvelle-Calédonie. « On n’a aucune garantie d’avenir, pointe Serge Bonnenfant, un des porte-parole du mouvement. Il nous faut des réponses, une réaction urgente. » Un message adressé aux institutions, dont les représentants votaient, hier, en conseil d’administration, le budget 2018 de Bernheim. Suite sur LNC

La bibliothèque Bernheim et ses antennes, un outil du progrès social et de l’égalité menacé

Publié dans Notre Caillou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article