L’histoire de trois familles du domaine du château Hagen avec Marie-Thérèse Bury, Christian Canel, Ismet Kurtovitch

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Christophe Bouton, responsable du Château Hagen, Marie-Thérèse Bury, Christian Canel et Ismet Kurtovitch. Photo Joël PAUL Copyright © 2018
Christophe Bouton, responsable du Château Hagen, Marie-Thérèse Bury, Christian Canel et Ismet Kurtovitch. Photo Joël PAUL Copyright © 2018Christophe Bouton, responsable du Château Hagen, Marie-Thérèse Bury, Christian Canel et Ismet Kurtovitch. Photo Joël PAUL Copyright © 2018
Christophe Bouton, responsable du Château Hagen, Marie-Thérèse Bury, Christian Canel et Ismet Kurtovitch. Photo Joël PAUL Copyright © 2018

Christophe Bouton, responsable du Château Hagen, Marie-Thérèse Bury, Christian Canel et Ismet Kurtovitch. Photo Joël PAUL Copyright © 2018

L’histoire de trois familles du domaine du château Hagen avec Marie-Thérèse Bury, Christian Canel, Ismet Kurtovitch

Le Château Hagen fait partie du patrimoine architectural calédonien mais c’est aussi l’histoire de trois familles de pionniers, d’aventuriers, d’entrepreneurs de commerçants qui ont contribué au développement et à la prospérité de la Nouvelle-Calédonie et des Nouvelles-Hébrides indissociable du Caillou au début de la colonisation.

Isolée de « la mère patrie », la colonie était autonome économiquement à cette époque. On devait produire tout ce qu’on avait besoin. Les pionniers savaient tout faire et ne pouvaient compter que sur eux-mêmes. On retrouve cet état d’esprit chez les broussards, des gens dégourdis dès leur plus jeune âge, capables de mettre en pièce un moteur et de le remonter ou de construire un bâtiment. Le jeune ado que j'ai été, débarqué il y a 50 ans en Nouvelle-Calédonie, était ébahi de découvrir ça à la fin des années soixante. Je me souviens de l’étonnement de nos instructeurs militaires au camp de Nandaï qui apprenaient à tirer à des fines gâchettes qui rigolaient sous cape des conseils inutiles qu’ils recevaient. Pire encore, au stage Frac, pour apprendre à conduire, un copain de ma promotion, Flotat, a pris en main le pilotage du T46 de l’instructeur. Il conduisait comme un pied. Celui-ci en fit son adjoint au grand soulagement des bleus dans la benne qui priait pour que le zor ne prenne pas le volant. C’est ça l’héritage des pionniers. Des Calédoniens blancs différents de leurs frères kanak et de leurs cousins de métropole. JP

C’est en 1858, que Pierre Canel, maçon et briquetier s’installe sur le domaine de 13 hectares, au cœur de la Vallée de l’Infanterie (ancien nom de la Vallée-des-Colons). Jean Taragnat, ancien missionnaire s’y installe à son tour en 1863. Mais c’est la famille Préveraud de Sonneville qui prend la succession et construit la belle demeure devenue le « château ». Enfin, Lucy Hagen achète la propriété en 1903. Son fils Tiby s’y installe en 1916 et la famille a habité le domaine jusqu’en 1998. Date à laquelle la province Sud rachète le Château Hagen pour en faire un centre culturel à vocation artistique et éducative. (Source province Sud)

Christian Canel qui n’a pas de lien de parenté avec le pionnier a raconté la vie tumultueuse et mystérieuse de Pierre Canel qui a vécu 30 ans en Calédonie et a eu 3 fils. Cette rencontre à permis au conférencier d’apprendre qu’une de ses petites-filles âgées de 97 ans vit à la Vallée du Tir (la dame a toujours sa tête et aurait des choses à raconter) sur Pierre Canel Maçon, vigneron, voiturier. Christian a fait beaucoup de révélations, Pierre Canel par exemple était réserviste de l’armée républicaine. Il aurait pu participer à la rébellion suite au coup d’état de napoléon III. Son épouse était la fille d’un soldat de Napoléon 1er qui avait participé à la campagne de Russie, entre autres. Bref un régal d’anecdotes savoureuses. Une dernière pour ceux qui ont raté ce grand moment. Un procès et une peine d’emprisonnement qui a été infligé à Pierre Canel parce qu’il avait fait tirer sur Jean Fayard car le cheval de ce dernier venait manger ses vignes.

Marie-Thérèse Bury a narré la vie de Jean Taragnat originaire d’un petit village près de Lyon où il fit la connaissance d’un certain Douart (le premier évêque de Calédonie) avec qui il est parti comme missionnaire Mariste, un ordre fondé pour évangéliser les indigènes des colonies. Taragnat, comme Canel, était un homme entreprenant qui savait tout faire avec une vie aventureuse et des voyages fabuleux par Valparaiso et l’Australie. L’île continent était aussi une seconde patrie pour eux. Marie-Thérèse Bury comme Christian Canel a fait beaucoup de révélations et rappelée l’implication de Jean Taragnat missionnaire dans l’affaire de Varenne, l'attaque de la mission à Baïao, le massacre d'une partie de l'équipage de l'Alcmène. C’est Jean Taragnat qui négocia en langue vernaculaire qu’il maitrisait correctement pour récupérer des survivants otages.     

Ismet Kurtovitch s’est chargé de retracer la vie de Tiby Hagen, un roman a lui seul, un livre à écrire qui le sera un jour. Nicolas Frédéric Hagen était un pionnier hors norme issu d’une famille d’origine norvégienne Haagen. Il était allemand, deviendra Australien et enfin Français, un pirate des mers du Sud, armateur commerçant et prospecteur minier. Il exportait des marchandises, en importait d’autres. Un entrepreneur et touche à tout comme Canel et Taragnat. Plein d’humour et cultivé, pour décliner sa profession à son mariage civil à la mairie de Nouméa, il fit marquer gentleman. Il animait un cercle littéraire à Sydney etc. Ismet était à son affaire pour en parler. Ce dernier, conférencier et historien, a bouclé la boucle de cette agréable après-midi dans les jardins de la propriété. Tiby Hagen, a précisé l’historien, est considéré comme le dernier vrai pionnier de Nouvelle-Calédonie.

Le château Hagen et ses manifestations se bonifie avec le temps. Longue vie au château si bien entretenu.

Photos Joël PAUL Copyright © 2018 Photos Joël PAUL Copyright © 2018 Photos Joël PAUL Copyright © 2018
Photos Joël PAUL Copyright © 2018

Photos Joël PAUL Copyright © 2018

Publié dans Colonisation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article