Retour sur l’ouvrage La Nouvelle-Calédonie face à son destin à l’approche du SILO 2018

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Retour sur l’ouvrage La Nouvelle-Calédonie face à son destin à l’approche du SILO 2018
Retour sur l’ouvrage La Nouvelle-Calédonie face à son destin à l’approche du SILO 2018

La Nouvelle-Calédonie face à son destin, un livre écrit à quatre mains, qui a été présenté à la maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris (voir la vidéo en fin d’article) et au centre culturel Jean-Marie Tjibaou en 2017. C’est aussi à l’ADCK que se tiendra le prochain salon international du livre océanien. Cet ouvrage devrait comme d’autres contribuer à éclairer les futurs électeurs pour le référendum de novembre d’où l'idée d’en reparler JP.

Auteurs BOUARD Séverine, SOURISSEAU Jean-Michel, GERONIMI Vincent, BLAISE Séverine et Roi Laïsa (éd.) co-auteurs de l'ouvrage

La maison d'édition Karthala chez Book’in distribution à Nouméa 4 745 XPF / 39.76€ et dans les librairies de la place

La Nouvelle-Calédonie s’apprête à prendre un virage institutionnel et politique dans un monde qui a radicalement changé depuis les premières luttes pour la décolonisation. Vingt-huit ans après les accords de Matignon-Oudinot, alors que se profile une nouvelle date clé pour son avenir institutionnel et politique avec la sortie programmée de l’accord de Nouméa, où en est la Nouvelle-Calédonie ? Son modèle économique a-t-il fondamentalement changé ? Sa trajectoire de développement estelle soutenable ? Alors que le pays est engagé dans un processus de décolonisation négocié, quels sont ses atouts et ses options stratégiques pour affronter la mondialisation et ses nouvelles formes ?

Le pays est en effet de plus en plus intégré à des marchés mondiaux libéralisés et dérégulés ; l’urbanisation se confirme mais elle prend des formes et a des impacts qui déjouent certains pronostics et tendances observées ailleurs ; vingt-cinq années de croissance soutenue ont dopé le marché intérieur ; en lien avec la croissance des mobilités, la place du non-marchand et de la coutume est restée essentielle à son développement humain ; les transferts de compétences de l’État français vers le territoire opérés au cours des vingt dernières années ont transformé les lieux et les acteurs de la décision politique ; l’industrialisation par la métallurgie a changé la donne quant à la répartition de la rente du nickel ; la bipolarisation politique a fait place à davantage de pluralisme... pour ne citer que certaines des évolutions les plus emblématiques.

A la veille de la consultation sur le transfert des dernières compétences, quels sont les futurs possibles pour l’économie très politique de la Nouvelle-Calédonie ? Sur quels acquis institutionnels et économiques de la trajectoire récente s’appuyer ? Quels relais de croissance activer et, au-delà et surtout, quel modèle de développement et quel « contrat social » renégocier ?

Publié dans Colonisation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article