Il y a cent treize ans que la bibliothèque Bernheim existe, une conférence de l’historienne Christiane Terrier.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Copyright © 2018 ecrivainducaillou.over-blog.com
Copyright © 2018 ecrivainducaillou.over-blog.com

Copyright © 2018 ecrivainducaillou.over-blog.com

La Bibliothèque Bernheim ou plus d’un siècle au service de la lecture publique en Nouvelle-Calédonie, présentée par Christiane Terrier, avec la participation de la famille Idoux dans la grande salle de lecture devant un public nombreux.

Christiane Terrier Copyright © 2018 ecrivainducaillou.over-blog.com

Il y a cent treize ans que la bibliothèque a ouvert ses portes au public, grâce au mécène Lucien Bernheim, un des rares mineurs qui après avoir fait fortune avec le commerce du nickel, a fait ce don à la colonie avec les fonds nécessaire pour le démarrage de ce qui était au départ, dans la petite salle Eiffel, (qui n’est pas le vrai nom de l’architecte), un musée-bibliothèque. Le bâtiment avait déjà servi de pavillon représentant la Nouvelle-Calédonie à l’exposition universelle de 1900 à Paris avant d’être rapatrié. Ensuite, il aura fallu attendre 1981 pour que soit inauguré le nouveau bâtiment qui deviendra la bibliothèque et la mise en place d’un vaste réseau de lecture publique à travers toute la Nouvelle-Calédonie. Le rappel de cette histoire, non dénuée de rebondissements et d’aléas ainsi que de ceux qui y ont occupé un rôle essentiel, comme Paul Idoux, représenté à la conférence par son fils, (1915-1978) a été raconté devant un public fort intéressé en présence de Sophie Rigal-Goulard lauréate 2018 du prix livre mon ami avec son ouvrage "15 jours sans réseau". Paul Idoux était le gendre de Jean-Baptiste Marillier fils. Il a été chef de laboratoire de chimie à la SLN, puis bibliothécaire conservateur en chef de la Bibliothèque Bernheim (1952-1975) et membre fondateur de la Société d’études historiques. Une rue de Magenta à Nouméa porte son nom. Christiane Terrier a raconté avec le brio qu’on lui connait et sa bonne humeur communicative, cette histoire. Tandis que le fils de Paul Idoux a raconté ses souvenirs et l’énorme travail effectué par son père. Deux ouvrages, signés Christiane Terrier, devraient voir le jour bientôt sur ce bâtiment qui fait partie de l’histoire calédonienne et de la ville de Nouméa. JP

Marguerite Baret, Le piublic avec les Idoux au premier rang, Le fils de Paul Idoux en conéfrence Copyright © 2018 ecrivainducaillou.over-blog.com
Marguerite Baret, Le piublic avec les Idoux au premier rang, Le fils de Paul Idoux en conéfrence Copyright © 2018 ecrivainducaillou.over-blog.com Marguerite Baret, Le piublic avec les Idoux au premier rang, Le fils de Paul Idoux en conéfrence Copyright © 2018 ecrivainducaillou.over-blog.com
Marguerite Baret, Le piublic avec les Idoux au premier rang, Le fils de Paul Idoux en conéfrence Copyright © 2018 ecrivainducaillou.over-blog.com

Marguerite Baret, Le piublic avec les Idoux au premier rang, Le fils de Paul Idoux en conéfrence Copyright © 2018 ecrivainducaillou.over-blog.com

Sophie Rigal-Goulard Copyright © 2018 ecrivainducaillou.over-blog.com
Sophie Rigal-Goulard Copyright © 2018 ecrivainducaillou.over-blog.com

Sophie Rigal-Goulard Copyright © 2018 ecrivainducaillou.over-blog.com

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article