Une belle promesse de liberté débattue ce mercredi à Calédo Livres autour de l’ouvrage Nouvelle-Calédonie le Oui minoritaire

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les intervenants et le livre
Les intervenants et le livre
Les intervenants et le livre

Les intervenants et le livre

Lors du référendum du 4 novembre 2018, à la question « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? », 56,7 % des électeurs ont répondu non et 43,3 % oui. Le score des indépendantistes a été plus fort que prévu et a rendu espoir au peuple kanak. Luc Énoka Camoui, Georges Waixen Wayewol et Aurore Hamene avec Christophe Pantz chercheur associé au LARJE. (Géopolitique, géographie, élections référendum, décolonisation) comme animateur ont rencontré un public nombreux hier soir à la librairie Calédo Livres pour parler de Nouvelle-Calédonie le Oui minoritaire. Hamid Mokaddem et le chercheur du Japon Makoto Katsumata coauteurs de ce petit livre étaient absents. Petit livre, mais grande ferveur des auteurs avec l’espoir de la réalisation d’une promesse (d’indépendance) que les auteurs présents ont tenté d’expliquer. Ils en sont convaincus, ils attendent la réalisation d’une promesse, une parole donnée par la France pour en finir avec la colonisation. Ils ont beaucoup parlé d’espoir de réparer une injustice. Le résultat de ce référendum, gagné par les partisans de la France, a boosté l’espoir de la pleine souveraineté chez les indépendantistes, un paradoxe. Tout le contraire de ce pronostiquaient les sondages, ceci, expliquant peut-être cela, L’effet d’annonce d’une large victoire du « non » a fait grimper les « oui ». Luc Énoka Camoui, Georges Waixen Wayewol ne sont pas des militants extrémistes mais plutôt des papas, des sages, des poètes. C’est pour cela que leurs propos reflètent bien l’attente du peuple kanak. Ils en rêvent de la décolonisation. Luc, poète est aussi un militant engagé dans la société civile à travers des associations caritatives, culturelles et artistiques. Georges est Titulaire d’une licence d’administration publique. Ils sont représentatifs de la société kanak. Ce ne sont pas des activistes mais des chercheurs, des chercheurs de solution. L’indépendance, c’est un droit, ont-ils dit, mais ces convictions et cette attente partagées par une majorité des kanak, doivent passer par le concensus, une adhésion des autres, du peule calédonien arc-en-ciel car la réalité du pays c’est 120 000 kanak dans un pays de 300 000 habitants. Un clivage malsain et confirmé par le référendum est contradictoire avec le vivre ensemble. Donc il faut convaincre. Le Oui minoritaire a peut-être libéré la parole. Quand des poètes affichent leur conviction de cette manière, cela veut dire que les lignes bougent. Pierre Christophe Pantz a remarquablement mené les débats et la jeune auteure Aurore Hamene a bien représenté la jeunesse en développant que le discours des politiques ne sont plus aussi concis qu’avant. Les jeunes sont politisés, mais la politique politicienne ne les intéressent pas, d’où la différence de participation entre le référendum et les provinciales, a-t-elle expliquée. Pour approfondir cette réflexion et mieux comprendre la pensée kanak, Jean-Marie Tjibaou, Motip vhalik, la parole qui fait exister les hommes, la conférence d'Emmanuel Tjibaou et Yvon Kona à l’ADCK le 20 juin devrait apporter un puissant éclairage à ceux qui veulent comprendre. Les auteurs du livre présenté hier soir vous donnent rendez-vous le 25 juin à l’UNC. On avance, en attendant le nom du nouveau président ! JP

 

Ce livre de la collection Kanaky-Calédonie, La Courte Échelle / Éditions du Transit, 2019 est en vente chez Calédo Livres au prix de 855 XPF / 7.16€.

Le public, Des interventions pendant le débat, Georges Waixen Wayewol et Aurore Hamene
Le public, Des interventions pendant le débat, Georges Waixen Wayewol et Aurore HameneLe public, Des interventions pendant le débat, Georges Waixen Wayewol et Aurore Hamene

Le public, Des interventions pendant le débat, Georges Waixen Wayewol et Aurore Hamene

Publié dans Colonisation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article