La parution de Sillages d'Océanie 2019 et une conférence de Christiane TERRIER au musée de la Seconde Guerre mondiale le 27 août

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La parution de Sillages d'Océanie 2019 et une conférence de Christiane TERRIER au musée de la Seconde Guerre mondiale le 27 août

Numéro coordonné par Jean Vanmai. Responsable d’édition : Nicole Isch. Mise en page et publication et diffusion : Éditions Humanis. Illustration de couverture : « Les Autres », Bernard Billot. La présentation a été écrite par Bernard Berger. 

Le thème du l'édition 2019 de Sillages d'Océanie est « Les Autres ». Les auteurs de cet ouvrage sont : Papou, Frédéric Ohlen, Roland Rossero, Bernard de la Vega, Claudine Jacques, Nicole Chardon-Isch, Firmin Mussard, Hamid Mokaddem, Nicolas Kurtovitch, Bob Cooper, Patrick Genin, Joël Paul, Samir Bouhadjadj, Alexandre Rosada, Marc Bouan, Imasango Waej, Juni-Génin, Sylvie Coquillard, Jean Vanmai, Frédéric Angleviel dans l’ordre des nouvelles du livre.

Présentation Bernard Berger
« L’art ne reproduit pas le visible, il le rend visible », écrivait en 1920 le peintre Paul Klee dans sa théorie de l’art moderne. L’art d’écrire serait donc celui de rendre visibles à d’autres les réalités captées par un être humain particulier.
S’il est un thème inhérent à la littérature, celui des « autres », tel un fantôme, hante depuis toujours les livres et leurs auteurs sans que la forme qu’il prendra soit toujours perceptible. Je ne parle pas, ici, des œuvres dont leurs auteurs veulent faire croire qu’elles révèlent ce fantôme d’un point de vue philosophique. Ainsi, Jean-Paul Sartre, dans sa pièce de théâtre Huis Clos. Car, même là, le philosophe est obligé de rappeler aux autres, lecteurs et critiques, le sens de sa célèbre tirade « l’enfer c’est les autres » : « L’enfer c’est les autres a toujours été mal compris. On a cru que je voulais dire par là que nos rapports avec les autres étaient toujours empoisonnés, que c’étaient toujours des rapports infernaux. Or c’est tout autre chose que je veux dire. Je veux dire que si les rapports avec autrui sont viciés, alors l’autre ne peut être que l’enfer. Pourquoi ? Parce que les autres sont au fond ce qu’il y a de plus important en nous-mêmes, pour notre propre connaissance de nous-mêmes [...] Quoi que je dise sur moi, toujours, le jugement d’autrui entre dedans. Quoi que je sente en moi, le jugement d’autrui entre dedans. Ce qui veut dire que, si mes rapports sont mauvais, je me mets dans la totale dépendance d’autrui. Et alors, en effet, je suis en enfer [...] Mais cela ne veut nullement dire qu’on ne puisse avoir d’autres rapports avec les autres. » Théâtre de Situations, Paris, Gallimard, 1973.  

Un auteur, aussi talentueux soit-il, ne maîtriserait donc pas le rapport avec ce fantôme errant au travers de l’architecture de ses écrits. Mais le point de vue philosophique, psychanalytique, politique ou social n’est pas littérature en soi. Donc ce n’est pas là que se glisse notre fantôme. La littérature est un art avec ses possibles et ses contraintes. Poésie, théâtre, roman s’écrivent avec le pluriel des anciens qui les ont fait apparaître, et avec la singularité des contemporains de tout temps qui en perpétuent les rites. Tous les écrivains-artistes sont exposés à la réalité du support qu’ils ont choisi parmi les modes d’expression de leur temps et de leur culture. Le vocabulaire, la grammaire ou le style en sont la matière première qu’ils vont manipuler en respectant ou en triturant des règles littéraires communes à l’ensemble du système de la société d’où elles ont émergé.
C’est sans doute dans ses choix et peut-être même uniquement dans ses choix des règles, consciemment opérés ou non, totalement maîtrisés ou non, en adhésion avec un grand nombre de lecteurs ou non, que l’écrivain découvre le fantôme de son texte : l’autre, qu’il rend visible, cet autre qui est lui-même avant que son texte devienne lisible au lecteur. « Je est un autre » avait formulé Rimbaud dans une lettre du 15 mai 1871 à Paul Demeny.
Les auteurs qui se sont regroupés au sein de l’Association des écrivains de la Nouvelle-Calédonie proposent, dans ce numéro du magazine Sillages d’Océanie, de rassembler leurs textes issus de ce thème commun : « les Autres ». Chacun à sa façon, puisqu’il ne saurait y avoir d’école calédonienne dans la littérature actuelle, ni dans le style ni dans le fond. Des écritures singulières réunies dans un ensemble qui permettra au lecteur de passer, rendu visible, d’un style à l’autre.

27 août 2019 Conférence : D’Auschwitz à la tanière du loup, itinéraires à travers un pays martyr : la Pologne  

 

Mardi 27 août 2019 – au musée de la Seconde Guerre mondiale à 18 heures.

 

Le Cercle des musées de la ville de Nouméa et le musée de la Ville de Nouméa vous proposent une conférence présentée par Christiane TERRIER au musée de la Seconde Guerre mondiale.

Il y a 80 ans, le 1er septembre 1939, Hitler lançait la Seconde Guerre mondiale en attaquant la Pologne.

Désignée par le IIIe Reich comme l’espace de la solution finale pour tous les juifs de l’Europe occupée, c’est en 1945 un pays martyr qui a perdu 14 % de sa population d’avant-guerre, soit 5,4 millions de morts. De plus, l’âpreté des combats s’est traduite par la destruction quasi-totale de pratiquement toutes ses villes.

Quels sont les espaces qui ont été principalement affectés par le conflit ? Quels sont les vestiges qui subsistent de cette époque ? et comment la Pologne actuelle gère-t-elle une mémoire aussi douloureuse ?

L’objectif de cette conférence, fondée sur de nombreuses photos prises sur place vise, à travers la présentation d’un certain nombre de lieux symboliques, à répondre à ces trois questions.

 

NB : Dans le Sillages spécial SILO 2019, un ouvrage collectif des écrivains de l’AENC qui m’ont gentiment offert un petite place, j’ai écrit une nouvelle Le travail rend libre (Arbeit match frei). Ce titre, c’est l’inscription de la grille d'entrée Arbeit macht frei (Le travail rend libre) du camp de concentration d'Auschwitz I. Une nouvelle écrite en mémoire de mon grand-père. Joël PAUL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Encore une fois un article bien tourné et efficace ! bravo Joël !!!
Répondre