Un guide pour l’identification de la faune des forêts sèches : lumière sur les habitants de cet écosystème plein de richesses !

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Un guide pour l’identification de la faune des forêts sèches : lumière sur les habitants de cet écosystème plein de richesses !

Avis aux curieux de nature, les promenades en forêt sèche risquent de prendre une toute autre dimension avec la parution du guide d’identification de la faune des forêts sèches de Nouvelle-Calédonie !

 

Nouvellement édité, cet ouvrage rejoint la collection de guides déjà existants sur les plantes et les oiseaux des forêts sèches du pays. Il est le premier ouvrage illustré qui s’attèle à décrire 54 espèces animales, habitants ou seulement de passage dans les forêts sèches, que vous aurez peut-être la chance de voir lors de vos sorties.

 

Du sol à la canopée, le guide d’identification de la faune des forêts sèches de Nouvelle-Calédonie est une invitation à la découverte de ceux qui, en toute discrétion, habitent cet écosystème patrimonial.

 

Il balaye une grande diversité d’animaux, des mammifères aux vers en passant par les squamates, insectes, araignées et mollusques. Parmi eux, 28 espèces endémiques, 15 autochtones mais également 11 espèces introduites et envahissantes qui ont aujourd’hui un impact sur la flore et la faune des forêts sèches.

 

Le guide d’identification de la faune des forêts sèches de Nouvelle-Calédonie sera disponible en librairie très prochainement, et consultable dans les centres de documentation des établissements scolaires du territoire ainsi que dans les bibliothèques et médiathèques publiques.

 

LA GENÈSE DE LA STRUCTURE : UNE IDÉE NÉE DE LA RÉUSSITE DU PROGRAMME "FORÊT SÈCHE"

Du programme de conservation des forêts sèches au groupement d’intérêt public

Les forêts sèches de Nouvelle-Calédonie sont des écosystèmes terrestres très riches en terme de biodiversité mais gravement menacés de disparition. Pour leur conservation, un programme "forêt sèche" a été lancé en 2001 sur l’initiative du WWF, des provinces Nord et Sud, du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et de l’Etat.

Ce programme, de type contractuel, n’avait pas de personnalité juridique. Il était hébergé par l’Institut Agronomique Calédonien, qui en assurait la gestion administrative.

Dès la fin de l’année 2003, et devant le succès de cette initiative, les provinces Nord et Sud et le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie ont proposé de conforter ce programme et de l’étendre à d’autres milieux naturels de Nouvelle-Calédonie en créant une structure autonome pour favoriser son action.

 

Par ailleurs, d’autres milieux naturels et paysages néo-calédoniens sont soumis à des perturbations d’origine naturelle ou anthropique qui menacent leur équilibre et leur survie, et seule une approche globale et concertée entre tous les acteurs et usagers permet de prendre en compte les interactions entre ces milieux et leur valeur écologique, patrimoniale, socio-économique et culturelle.

 

En Nouvelle-Calédonie, bien que la compétence environnementale soit dévolue aux provinces et à la Nouvelle-Calédonie, plusieurs démarches partenariales entreprises dans le Pays ont cependant montré tout l’intérêt d’un regroupement des compétences, des volontés et des moyens.

 

Ces différentes considérations ont milité en faveur de la mise en place d’une structure de coopération entre partenaires publics et privés dédiée aux milieux naturels néo-calédoniens… Suite sur le site du CEN

Cet ouvrage est disponible dans toutes les librairies de Nouvelle-Calédonie.

Publié dans Vie Pratique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article