Nouveauté Au Vent des Îles MÉRIDIEN ZÉRO, roman d’Olivier Mourareau.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Nouveauté Au Vent des Îles MÉRIDIEN ZÉRO, roman d’Olivier Mourareau.

« Bleu, larvé dans son canapé, déambule avec paresse devant les programmes insignifiants du télécran. Le président est mort sous des mégaoctets d’insultes mais il s’en inquiète peu, il est en rade de clopes. Au travail règne l’ambiance tortionnaire des cols blancs rangés en batterie, répondant à des ordres brûlants depuis leurs cubiques. Il se sent claquemuré dans cette ville ravagée. Bientôt elle l’aura englouti comme ces millions d’existences anonymes. Un documentaire lui murmure « TA-HI-TI » et ces trois syllabes font tilt dans sa tête de branlomane végétatif. Intérieurement, c’est l’appel de la forêt. Dehors — le déluge. Lui rêve de troquer une nécropole pour de délicieux jardins abandonnés mais ni Rose, sa belle revenue en train du Sud, ni Trézor son bichon maltais obsédé, ne semblent convaincus par ces idées saugrenues. Leur embrigadement spontané en quête de pays neuf reste conditionné par l’avachissement moutonnier de nos aventuriers autoproclamés.»

Écrit par MOURAREAU. Disponible à la librairie Calédo Livres

 

 

Né à Tahiti d’un père breton alcoolique auto-terminé et d’une mère chinoise, bourgeoise assumée, Mourareau fêtait ses deux mois d’existence à la chute de l’URSS, a été télé-témoin la France de 1998, du 11 septembre et de Lehman-Brothers. Il a grandi sur une île paumée et a étudié sans conviction ni docilité dans une grande école quelconque. Fonctionnaire éphémère, il a démissionné pour répondre à l’appel de la Start-up Nation.

 

Autre Nouveauté Au vent des Îles

Publié par Plon en 1895, ce livre d’aventures représente ce que les mers du Sud ont suscité de plus curieux et de meilleur. À bord de la Boussole, William Leblanc nous transporte de la Normandie aux îles Marquises, au milieu du XIXe siècle.

 

 Curieux de tout, il a participé à des combats entre tribus, sillonné tous les sentiers de l’île de Nuku Hiva, vécu dans l’intimité de ses habitants, assisté à certaines pratiques rituelles jamais décrites avant lui. De surcroît, il conte de manière admirable et avec force détails le destin inouï de son ami d’enfance, Adolphe Bénard, un Français obligé de quitter son pays, aventurier échoué́ à Nuku Hiva après de nombreux exploits au Pérou, et devenu « Manou Tavayé », l’Oiseau blanc, futur grand chef de la tribu des Atitoka.

 

 

 

Écrit par William Leblanc.

Publié dans Roman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article