Mots pour Maux : Marc Bouan, ingénieur, romancier et poète

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

 

PLAGES EN PERIL

 

                                                        En ces temps particulièrement difficiles…

                                                                    Pour s’évader en esprit…

                                                                    Par sollicitude pour nos compatriotes d’ici,

                                                                    Et de Métropole affectés par l’érosion des côtes.

                                                                                             

 

La vision de nos rivages nacrés nous faisait penser jusqu’ici

A une agitation joyeuse de vagues

Berçant nos maisons sur pilotis,

Ou brassant l’eau autour des pointes rocheuses,

Pour nous offrir sur la plage des bouquets d’algues,

Tandis que les cris des mouettes

Font monter en nous des saveurs iodées.

 

Finie la mobilité douce et toute naturelle du littoral,

Sous l’action combinée des vagues, du vent, des courants et des flores affectées

Fixatrices des sables et des vases.

La mer ne danse plus et les déferlantes océanes font peur aux paisibles passants.

Soumis aux douleurs de transitoire,

Le littoral recule significativement malgré

Les digues, les épis en bois ou autres ouvrages de protection.

L’urbanisation, les activités humaines, comme le nettoyage des plages et l’extraction,

La destruction des mangroves et la construction des barrages fluviaux

Contribuent à cette régression.

Dans le monde, l’estran1 se rétrécit parfois de façon spectaculaire

Et inquiétante.

A la faveur de la montée des eaux, et des tempêtes plus fréquentes, l’océan,

Avec sa brutalité primitive a raboté les côtes et ébranlé les falaises imperturbables,

Illustrant la délicate rencontre entre la terre et l’océan, et

Nous invite à rejoindre les anciennes cités englouties.

 

L’océan sera toujours là, immuable et infini, et constitue

A la fois une source de vie et un espace de mort.

Il est parcouru par des puissants courants qui représentent

Des métaphores du voyage.

Bruyant, fantasque et exigeant, il pulvérise le solide, le préjugé, le conformisme.

Il provoque un réajustement constant des équilibres et des idées.

Il stimule notre raison et nous rend plus humble.

 

Marc Bouan - 2014

 

 

1. Estran : portion de littoral comprise entre les plus hautes et les plus basses mer

Publié dans Ecrivain calédonien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article