Mots pour Maux : Odile Dufant réalisatrice

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Abrutis.com, une nouvelle de Odile Dufant

 

Photo NC 1er

— Papa, Théo saigne vraiment. 

— Tu vois pas que je travaille, bordel ! 

 

Jules a refermé la porte de mon bureau. Il fallait que j’arrive à transférer le fichier vidéo compressé pour le balancer sur le serveur et le petit rectangle du chargement était bloqué sur le milieu depuis cinq minutes. Je vérifiais à nouveau mes branchements, l’export, les câbles, les entrées et les sorties des disques externes. La porte s’est ouverte à nouveau et la voix de mon fils aîné a repris sa litanie.

 

— Théo saigne beaucoup et si tu ne viens pas, Maman va piquer une crise parce qu’il saigne sur le tapis, moi je m’en fous mais c’est le tapis tout neuf.

— Mais qu’est-ce qu’il fout sur le tapis du salon ! Il peut pas aller saigner ailleurs !

 

J’ai gueulé le nez sur mon écran d’ordinateur, la main crispée sur la souris, les yeux prêts à sortir de leurs orbites, tellement la contrariété me rendait fou. Puis je me suis levé.

C’était plutôt le rapport à la couleur du tapis et aux colères de ma femme qui m'obligea à lâcher l'affaire. Théo jouait avec ses petites voitures, bien installé sur le tapis de laine vierge beige et gris. Tapis très clair, trop clair, je lui avais pourtant bien dit, à l’achat de ce foutu tapis.

 

Et il était rouge, d'un beau rouge vermillon, le sang qui tombait de l’arcade sourcilière de mon fils.

 

Cela formait plein de petits points foncés à ses pieds...

 

J’ai attrapé Théo et je me suis baladé avec lui au bout des bras, dans le grand salon. Je ne savais pas où le poser avec tout ce sang qui pissait. Je l’ai assis sur l’évier de la cuisine. Puis je me suis à frotter ces foutues traces sur le tapis comme un forcené.

 

Et je suis retourné aussi sec, voir si ce putain de curseur avait avancé. En claquant bien la porte, pour ne plus être emmerdé par ma progéniture.

 

Ouf ! le fichier était bien compressé et dans le bon format. J’allais pouvoir l’envoyer.

Je me suis assis soulagé. J’ai visionné l’ensemble du film avant l’export. On voyait Théo qui jouait à s’étourdir en tournant sur lui-même. Puis il perdait l’équilibre et s’écroulait sur la table basse dans une pirouette assez spectaculaire, le dos à angle droit.

 

Les enfants sont d’une souplesse inimaginable. On pourrait croire qu’il s’était fait très mal et même cassé quelques vertèbres. Mais non ! Il se relevait hilare. C’était une magnifique séquence et je l’envoyais illico à l’émission Vidéo-plans puis sur mes comptes MonTube, Vibéo, FaceLook, Personnal Making, Watch.Me, King of Little.

 

J’allais le poster sur Rigole.Com et Gamelles. Tubes quand ma femme a ouvert la porte en grand.

 

Derrière elle, dans le prolongement du couloir, j’ai pu voir Théo blanc comme un linge, toujours assis sur l’évier. Je me suis levé d’un bond pour aller le chercher, mais elle m’a  poussé sur mon siège méchamment.   - Tu sais que Théo s’est ouvert l’arcade ? Vu la profondeur de l’entaille, je vais devoir le conduire aux urgences et je pense qu’on va le recoudre. Je peux savoir combien de temps tu l’as laissé tout seul là-bas ? 

J’ai essayé rapidement de calculer la durée globale des différents exports. Quand j’ai réalisé que cela faisait plus de trente minutes, ma femme avait disparu avec Théo. J’ai soupiré. Heureusement qu’elle n’avait pas vu l’auréole brunâtre sur le tapis ! J’en profitais pour me remettre à mes envois.

 

 J’avoue que j’étais assez fier de mon petit film.

 

Odile Dufant en 2019 21ème festival de cinéma de La Foa

Trois prix pour « Go to Bac »

« Go to bac » d’Odile Dufant est le grand gagnant de la soirée. En plus du prix d’interprétation, le film rafle le prix de l’Agence du court-métrage et le prix NC la 1ère du meilleur court-métrage. Récompenses méritées pour ce joli film, inspiré d’une histoire vraie.

Publié dans Nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
???? Cela donne à réfléchir ????
Répondre