Tupaia, le pilote polynésien du capitaine Cook par Joan Druett aux éditions URA

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Une belle initiative d’un éditeur polynésien tandis que l’on reparle en ce moment de l’histoire commune entre Polynésiens et Amérindiens grâce à l’audace de leurs navigateurs.

Les amoureux de voyages maritimes, de culture et d’histoire polynésienne peuvent se réjouir de la traduction d’un ouvrage majeur, écrit en 2010 par l’historienne et romancière néo-zélandaise Joan Druett et plusieurs fois primé.

Tupaia, le pilote polynésien du capitaine Cook, restitue l’incroyable destin de ce Raiatéen de haute naissance qui fut le navigateur et l’interprète de James Cook, en particulier en Nouvelle-Zélande, mais était également un initié et un érudit de culture polynésienne – grand-prêtre au marae de Taputapuatea – fin diplomate, linguiste émérite, brillant orateur, dessinateur de talent… et bien évidemment, expert en géographie du Pacifique.

L’auteur qui, dans son introduction, présente Tupaia comme « le Machiavel tahitien de son époque », explique pourquoi il fallait tirer de l’oubli cet homme au destin exceptionnel, qui a tant contribué au succès du voyage de l’Endeavour et qui, pourtant, « n’a jamais fait partie de la légende populaire qui entoure le capitaine Cook. »

À propos de Tupaia, une critique de Paul Little, dans le magazine North and South : « On nous a souvent dit quels grands navigateurs étaient les Polynésiens d’autrefois, mais on nous l’a rarement démontré de façon si convaincante et avec autant de clarté. »

Cet ouvrage de 415 pages, enrichi d’une bibliographie d’une grande richesse, d’illustrations de la main même de Tupaia et d’un lexique maritime approprié, a été traduit de l’anglais par Henri Theureau et Luc Duflos, tous deux résidents de Raiatea.

Henri Theureau est le traducteur de la trilogie de l’Arbre à pain (de Célestine Hitiura Vaite, éditions Au Vent des Îles), de Panne Sèche (No More Gas, de Nordhoff & Hall, éditions ‘URA) et de Un Rêve d’Îles (de Gavan Daws, éditions ‘URA).

Luc Duflos, ancien capitaine de la marine marchande dans le Pacifique, puis pilote maritime de Nouvelle-Calédonie, est féru de vieux gréements et d'histoire océanienne.

Contact éditeur : contact@ura.pf

Joan Druett

L’historienne et romancière, Joan Druett, née en 1939, vit à Wellington en Nouvelle-Zélande. Elle est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages historiques et d’une dizaine de romans, tous liés à la mer.

Dans son ouvrage Tupaia, le pilote polynésien du capitaine Cook, paru en langue française chez 'Ura éditions, elle restitue l’incroyable destin de ce Raiatéen de haute naissance qui fut le navigateur et l’interprète de James Cook, en particulier en Nouvelle-Zélande, mais était également un initié et un érudit de culture polynésienne – grand-prêtre au marae de Taputapuatea – fin diplomate, linguiste émérite, brillant orateur, dessinateur de talent… et bien évidemment, expert en géographie du Pacifique.

Henri Theureau, est le traducteur de la trilogie de l’Arbre à pain (de Célestine Hitiura Vaite, éditions Au Vent des Îles), de Panne Sèche (No More Gas, de Nordhoff & Hall, éditions ‘URA), de Tupaia, le pilote polynésien du capitaine Cook (de Joan Druett, éditions 'URA) et de Un Rêve d’Îles (de Gavan Daws, éditions ‘URA). Il habite à Ra'iatea aux Iles sous le Vent de Tahiti.

Publié dans Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article