Les quartiers de Port-Vila, une exposition de Marc Faucompré, Paul Tavo et Stéphane Camille

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Affiche et toile du maître

Affiche et toile du maître

Du 26 août au 8 novembre 2020

SILO hors-les-murs : EXPOSITION "Les Quartiers de Port-Vila", avec l'ADCK-CCT.

Salle Kavitara du 25 août au 11 octobre 202

 « L'idée d'une exposition sur les quartiers de Port-Vila est née de la lecture du livre de Paul Tavo Quand le cannibale ricane. Au cours d'un séjour à Honiara, j'ai lu ce long récit où l'on découvre l'état intérieur déchiré d'un jeune vanuatais déambulant dans les quartiers de Port-Vila. Le regard critique et sans concession porté sur la société urbaine vanuataise correspondait à beaucoup d'aspects de la vie familiale dont j'avais été le témoin à Port-Vila. En 2018, au cours du SILO à Nouméa, j'ai proposé à Paul Tavo d'entamer une aventure commune sur le thème des quartiers où des extraits de ses livres viendraient soutenir mes dessins. Pour apporter un autre regard plus distant mais également sans concession, j'ai proposé à Stéphane Camille de nous accompagner sur ce chemin. » Marc Faucompré.

 

Cette exposition est présentée dans le cadre du Salon International du Livre Océanien qui se tiendra du 6 aux 11 octobre au centre culturel Tjibaou.

***

Né à Mallicolo en 1983, d’un père originaire de Lamap et d’une mère de Paama, Paul Tavo grandit dans la baie de Port-Sandwich jusqu’à son départ pour la capitale en 1996 où il entreprendra ses études.

Photo JP souvenir de Des Livres et Nous

Cinquième d’une famille de huit enfants, Paul a fait ses études au collège de Montmartre (pas celui de Paris mais Port-Vila) avant de passer son Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires (DAEU) au lycée Antoine de Bougainville en 2003. Il obtient une licence de Lettres modernes à l'Université de Nouvelle-Calédonie en 2006. Il est également titulaire d'un Master de Littérature comparé obtenu à l'Université d'Aix-en-Provence en 2013. Passionnée depuis son adolescence par la littérature française et progressivement par la poésie, il est influencé par diverses lectures : Hugo, Balzac, Rousseau, Rimbaud, Verlaine, et surtout Shakespeare et Baudelaire.

Dès son entrée à l’université, Paul commence à rédiger ses premiers poèmes. C’est durant un échange universitaire de six mois à l’Université d’Adélaïde en Australie que l’écriture devient une véritable passion, une évidence pour décrire et cristalliser des émotions contradictoires. En juin 2011, il participe à l'opération culturelle et scientifique Incantation au Feu des Origines et devient le premier artiste au monde à créer et déclamer un poème au bord du cratère d'un volcan en activité, le Yasur.  "L’âme du kava", ouvrage paru en août 2011 aux Editions Alliance française du Vanuatu, compile différents poèmes écrits à des époques différentes entre 2006 et 2010. En 2015, l'Alliance française publie le premier roman de Paul Tavo: "Quand le cannibale ricane". Avec ce premier roman, Paul Tavo puise dans ses expériences personnelles pour nous faire vivre, au fil de poèmes, dialogues intérieurs et narration, les errances nocturnes et la quête identitaire de son personnage, William. Ce jeune homme devient le porte-parole de la colère, l’indignation et le bouillonnement intellectuel de l’auteur, jusqu’à risquer de s’y faire engloutir complètement."

***

Biographie de Marc Faucompré (source son blog lien à suivre pour en savoir sur l’expo)

J’ai fait des études universitaires en sciences physiques à Villeneuve d’Ascq (Nord). Mon père était peintre et professeur de dessin à l’école des Beaux Arts de Tourcoing. Quelques années après avoir commencé à enseigner la physique dans la région de Lille, je me suis intéressé à l’œuvre de mon père et j’ai organisé une exposition rétrospective de ses dessins et toiles (1993).

En 1995, je suis venu m’installer à Nouméa pour poursuivre mon métier d’enseignant. Depuis, je peins et photographie le monde qui m’entoure.

En 2006, j’ai fait la connaissance de Johanin Bangdor, sculpteur vanuatais originaire de l’île d’Ambrym. Pendant plus de 2 ans, je l’ai aidé à mettre en forme son travail en vue d’une exposition en Nouvelle-Calédonie. Cette longue phase de préparation a abouti à une exposition au centre Tjibaou de mars à juin 2008. Cette collaboration a été l’occasion d’un réel échange d’idées. Après cette exposition, nous avons eu l’occasion de faire un livre consacré aux légendes d’Ambrym. Ce projet a été réalisé au cours de l’année 2009. L’année suivante (2010), nous avons distribué gratuitement 400 exemplaires de ce livre dans toutes les écoles d’Ambrym. Au cours de ce voyage, j’ai pris un grand nombre de photos et réalisé une série d’interviews des instituteurs et des chefs coutumiers. Ce travail m’a permis de rentrer au cœur des préoccupations des gens d’Ambrym. Bien éloignée du cliché touristique d’une coutume préservée, j’ai découvert une société en mutation qui tente d’accéder aux richesses matérielles du monde occidental tout en préservant sa culture ancestrale.

***

Ecrivain et traducteur (anglais-français), Stéphane Camille, né en 1968, est désormais installé en Nouvelle-Calédonie.

Son premier roman, Ramdam, a été publié par Actes Sud en 2001.

Il est l'auteur de plusieurs traductions d'auteurs anglophones.

Depuis plusieurs années, il développe une activité de rédacteur de presse pour différents titres. Il propose également des critiques littéraires, notamment pour la revue culturelle "Endemix".

Bibliographie :

OUVRAGES PERSONNELS :

Ramdam, roman aux éditions Acte Sud, Arles, 2001.

Le Souffle coupé, roman aux éditions Acte Sud, Arles, 2004.

Chaque baleine est une île, texte de Stéphane Camille, illustrations de Mathieu Venon, album aux éditions Madrépores, Nouméa, 2008.

Cet ouvrage est inspiré de l’exposition de Mathieu Venon « Chaque baleine est une île », organisée à Nouméa, dans la salle Eiffel de la bibliothèque Bernheim, du 13 mai au 7 juin 2008.

Jour du vernissage les responsables de l'ADCK, le directeur de MLNC et Marc Faucompré (La photo vient de son FB)

Jour du vernissage les responsables de l'ADCK, le directeur de MLNC et Marc Faucompré (La photo vient de son FB)

Publié dans Evénement culturel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article