Soirée Poétique à la librairie Calédo Livres avec Anne-Marie Jorge Pralong-Valour et Nicolas Kurtovitch

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Anne-Marie, Canelle et Nicolas
Anne-Marie, Canelle et NicolasAnne-Marie, Canelle et Nicolas

Anne-Marie, Canelle et Nicolas

Une petite respiration poétique à la librairie Calédo Livres a réuni tout le gratin de la poésie de Nouméa ce mercredi, veille du 24 septembre, la fête de citoyenneté en Nouvelle-Calédonie depuis l’abolition de la fête de la prise de possession.

La causerie, introduite par Cannelle Irsh a été suivie d’un échange entre Nicolas Kurtovitch et Anne-Marie Jorge Pralong-Valour et émaillé de lecture. Anne-Marie Jorge Pralong-Valour a récité plusieurs poèmes de son troisième ouvrage édité par l’association écrire en Océanie Aube Pacifique dès le début de son intervention. Une belle manière de commencer une causerie poétique. Quoi de mieux que de ce délecter, avant tout, des mots si joliment mis en valeur par des poètes ou poétesses. Anne-Marie a précisé, après la lecture de ces premiers, qu’ils étaient « le reflet de ce qu’elle est », donc une belle âme, si on se fit à ceux qu’elle a déclamés.

Nicolas Kurtovitch a lu un extrait de son recueil de poésie Les Invisibles, inspiré d’un voyage aux Etats-Unis, avant de poursuivre avec un poème d’amour de la Nouvelle-Calédonie qui a été droit au cœur du public présent, composé en majorité de poétesses avec une sensibilisé à fleur de peau, comme il se doit. Nicole Irsh est intervenue après ces premières lectures pour présenter les auteurs avec des arguments toujours aussi percutants. Le dernier volet de cette causerie originale, une interview croisée entre les deux poètes, a permis d’en savoir encore plus sur ces deux rhétoriqueurs calédoniens. Ce moment convivial a comblé les amateurs de vers, de tercet, de quatrain, strophe de quatre vers ou plus qui pourraient donner le tournis à un amateur de verres comme votre serviteur. Je préfère laisser un poète conclure ce billet.

La poésie est la langue de tous les âges de l'humanité, naïve et simple au berceau des nations, conteuse et merveilleuse comme la nourrice au chevet de l'enfant.

Citation de Alphonse de Lamartine ; Des destinées de la poésie (1834).

Je vous recommande de lire nos poètes calédoniens. Personnellement, plus je les écoute plus je les aime. JP

NB : Anne-Marie Jorge Pralong-Valour viens d’être cooptée grâce à mes trois recueils édités, dont Aube Pacifique, et elle devenue sociétaire de la Société des Poètes Français depuis début septembre.

Anne Marie Jorge PRALONG-VALOUR

Professeure de lettres, de français langue étrangère, de français langue seconde, Anne-Marie Jorge Pralong-Valour, accompagnée de son mari et de deux de leurs 4 filles est arrivée en Nouvelle-Calédonie en 1980. C'est en Calédonie et à Tahiti que sont nées ses deux autres enfants. Elle enseigne à l’école publique de Plum après deux ans d’École Normale à Nouméa puis au collège de Magenta après avoir obtenu le CAPEGC Français / Histoire-Géographie à l’École Normale d’Auteuil (Paris)… Sa biographie intégrale est disponible sur le site de l’AENC.

Elle a coutume de dire que la poésie fait partie de sa vie, qu’elle coule dans son sang et la nourrit.

Les Éditions métropolitaines Z4 ont édité deux recueils de poésies dans la collection Les quatre saisons :

Tant qu’il y aura une aube en 2019

Margeride en 2020, consacré à sa région natale l’Auvergne et plus particulièrement à la Haute-Loire des montagnes et du Haut Allier, où elle a passé son enfance et son adolescence et à laquelle elle reste très attachée.

Les Éditions Écrire en Océanie ont publié en 2020 Aube Pacifique, recueil consacré à son territoire d’adoption La Nouvelle- Calédonie. Ci-dessous sa présentation :

« Le titre AUBE PACIFIQUE fait écho au titre de mon premier recueil : « TANT QU’IL Y AURA UNE AUBE » composé de poèmes divers consacrés soit à l’Auvergne, soit à l’Asie du Sud-est, soit à la Calédonie. Ce recueil est entièrement consacré à la Nouvelle Calédonie, mon pays d’adoption, c’est pourquoi j’ai utilisé le qualificatif Pacifique. J’ai fait de cet adjectif un nom pour nommer l’océan mais en filigrane, il est fait allusion aussi au calme, à la paix auxquels aspire le peuple calédonien. (Poème très court page 47) Pour ce qui est du mot aube, il est bien entendu que toute sa symbolique est contenue dans ce titre, aussi bien celle du jour qui se lève, de la nature qui s’éveille, de la vie et de l’espoir. L’espoir de jours meilleurs…(pages 30, page 34) l’espoir de se réveiller de la nuit. Je suis aussi une lève-tôt et j’aime particulièrement ce moment entre la nuit et le jour où je guette souvent la première lueur ou le premier chant d’oiseau. Les différents moments de la journée sont un des fils conducteurs de mon recueil. Mon genre littéraire de prédilection .... » Plus sur EEO suivre le lien

Le poète et écrivain Nicolas Kurtovitch a une énorme bibliographie et a déjà fait l’objet de nombreux articles sur ce blog. C’est l’un des invités du SILO 2020 qui se déroulera du 06 au 11 octobre 2020 au centre culturel Jean-Marie Tjibaou à Nouméa.

Poétesses en nombre présente à la causeriePoétesses en nombre présente à la causerie
Poétesses en nombre présente à la causerie
Poétesses en nombre présente à la causeriePoétesses en nombre présente à la causerie

Poétesses en nombre présente à la causerie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article