Province Nord : Bonnes vacances aux rédacteurs du journal Nuelasin. Ils méritent un grand coup de chapeau.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Province Nord : Bonnes vacances aux rédacteurs du journal Nuelasin. Ils méritent un grand coup de chapeau.

Les élèves du collège de Tiéta à Voh ((FELP), peuvent partir tranquilles en vacance, ils ont fait le job. Bravo à ces jeunes du Nord et au rédacteur en chef monsieur Léopold Hnacipan.

La fin de l’année scolaire est déjà là. Il faut saluer le travail des élèves du collège de Tieta à Voh qui rédigent depuis plusieurs années sous la houlette de Léopold Hnacipan un journal participatif. Ils ont réussi à publier 28 numéros de leur journal cette année. Nuelasin, un journal pays, un journal du fin fond de la brousse. Une belle initiative qui a débuté depuis plusieurs années avec l’édition d’une première version Vetchaong qui sortait toutes les semaines et cela depuis 2008, et même avant. En français Vetchaong signifie "apprends-moi", tout un programme. La nouvelle formule est dans le même esprit, les élèves rédigent sur des sujets qui les inspirent et mettent en page. C’est pédagogique, ludique mais éducatif, un cours de français bien particulier. Léopold Hnacipan est un écrivain confirmé, il rédige souvent le chapeau ou un édito, les autres articles sont des élèves, suivre ce lien pour un aperçu de son talent. (suivre le lien)

Plus sur Nuelasin    Plus sur Vetchaong suivre les liens

Téléchargez le numéro 27    Téléchargez le numéro 28

Deux extraits du dernier numéro, le chapeau et un récit d’éléve :

Ma iesojë Il est 0h14 de ce 21 juin 20, la première heure de dimanche et je ne dors pas encore. Le sommeil ne vient pas comme je le souhaitais. J’arrive à l’instant du collège où je suis allé sur Internet pour diffuser le petit journal à une liste d’amis et surtout des personnes de la famille proche. Dans la journée, j’ai échangé avec un ancien collègue de Nédivin, originaire du Congo, c’était dans une grande surface à Koné. Je lui ai promis d’envoyer Nuelasin. J’allais ensuite sur fb et en mp, j’envoyais des messages aux relations pour que je leur file ma production. Alors que j’expédiais le petit canard tout azimut, je tombai sur un petit film qui m’a été adressé par un neveu et grand frère en même temps dans la vie. Lewatr m’a mis en pj un petit film montrant des gens en train de s’acharner sur une famille chrétienne africaine. Des hommes et des femmes à l’aide de fagots, fustigeaient leurs compatriotes jusqu’à ce que mort s’en suive. Ils jetaient ensuite les corps dans la tranchée pour les brûler en allumant des branchages et des bûches. Je ralentis ma recherche d’adresses et de contacts en pensant à la haine de l’être humain. Mon genre. Quand la conviction religieuse surpasse la raison, l’Être humanoïde n’est plus que le visage de la barbarie. Je fermai mon ordi et je descendis à la maison en marchant dans le noir. Bonne lecture quand même à vous. Wws

Qahnuma

A la tribu de Hunöj, deux dames répondent au nom de Qae. Qae munun et Qae xenuma. Je veux m'intéresser à la deuxième parce que son prénom renferme une coutume de Drehu. Xenuma est un mot composé de xen: manger et de uma: maison (case.) Le mot signifie : manger un aliment qui vient de la maison (case.) Quand le cadet vient d’avoir un enfant, il présente une coutume à son aîné. Le nom de cette coutume s'appelle qahnuma qui signifie littéralement "qui vient de dedans la case." Cela suppose que l'enfant avait été conçu à l'intérieur de la case. On comprend que le couple durant la période de la conception de la descendance ; en s'attelant à la tâche, ne s'est pas occupé des autres besoins de la famille et du clan. Par le geste, le cadet s'excuse auprès de son frère aîné de son absence. La coutume est faite d'ignames et d'autres produits du terroir, le tout est posé devant la case de l'aîné en présence des parents et surtout de l’enfant. Des échanges s'opèrent. Le contre-don est fait pour lever la coutume et sceller les alliances. L'aîné accepte le nouvel arrivant et le bénit. Il est intégré dans la lignée qui lui assure éducation et protection. Il occupera la fonction qui lui revient de droit dans la famille et dans le clan.

Collège privé de Tiéta (FELP)

Léopold Hnacipan :

Personnage curieux et passionné, Léopold est l’avant-dernier d’une fratrie de dix enfants. Adopté très jeune par ses oncles, il a été élevé dans un milieu très modeste où le combat pour la reconnaissance est un souci au quotidien. Il a livré bataille. Il est professeur et directeur dans un petit collège de la FELP à Voh, dans la vallée de la Tiéta. Là, entre ses cours et sa vie de famille, il écrit dans sa case de Cawiouko.

Publié dans Culture Kanak

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article