Nuelasin numéro 56, avec téléchargement gratuit disponible sur cet article

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Nuelasin numéro 56, avec téléchargement gratuit disponible sur cet article

  è Téléchargez le Nuelasin 56 en suivant ce lien

Le petit plus de la rédaction

La coupe du monde à Hunöj.

Avant les années 80, les hommes de la tribu dormaient dans une seule case. C’était une habitude comme si l’équipe de foot allait jouer le lendemain. Pendant la période de la coupe du monde, les footeux se retrouvaient chez un frère pour regarder le match diffusé en direct à la télé ou bien à la radio. Palpitant ! A cette époque-là, il n’y avait pas beaucoup de foyers à la tribu ni même dans l’île qui avaient des postes de télé. Et s’il y en avait, c’était le noir et blanc avec plein de petits points grésillants à l’écran. Mais quelle vie et quel engouement générait le ballon rond ! Pour des matchs qui se déroulaient à des heures indues, les hommes veillaient pour ne pas rater le coup d’envoi. Et c’était bol de café sur bol de café. Tout le monde suivait même les hymnes des deux pays. Chacun connaissait les noms de tous les joueurs. Tous les joueurs de tous les pays du monde. Du monde entier. Un homme savait même situer le pays participant dans son continent. C’étaient des cours de géographie que les uns donnaient aux autres. L’émulation faisait du coup des intellectuels faits maison (le temps de la coupe.) Des noms bizarres de pays et de joueur sortaient comme par enchantement. On se toisait, on pavanait. Mais si on s’intéressait de plus près à cette horde de supporters hunöjois, on se rend vite compte qu’ils avaient quitté très tôt les bancs de l’école pour des raisons que l’on connaît déjà. Manques de moyens financiers, manques de modèles, manques de motivations, manques de… etc… à n’en plus finir et ces raisons précitées ne sont guère révolues. 

Le lendemain de chaque match, chacun vaquait à ses occupations comme aller à son champ d’ignames… en pleine forme. Le Atr dans toute sa dokamoïté. Le foot a tout résorbé. Il a absorbé même les soucis du quotidien. Le football revigore … en attendant de se revoir à l’occasion du prochain match dans la même case. 

                  Allez ! Pour l’Euro 2021, je me lance ; mon cœur bat pour les bleus. A chacun sa potence. 

Et, en souvenir de ces années 80, je vous dédie cette chanson de Kobi de Orian en pensant bien sûr à Wana e fei wanadro. 

Bonne lecture et bonne écoute à vous.

Wws

Publié dans Culture Kanak

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article