Le billet d’humeur de Ibn Khaldoun Sören Platon, une rubrique spéciale confinement. Humeur 17 et 18

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Humeur 17 L'insoutenable lourdeur d’être confiné.e

Et vous ? Le confinement commence à peser. Ça devient lourd ! Certes la liberté la glose sur la liberté il y a de quoi méditer pour celles et ceux qui ont le loisir, la capacité de pouvoir le faire. L’exercice suppose tout de même une atmosphère une condition un moment souverain : le poêle de Descartes, la cuisine d’Héraclite, le jardin d’Épicure, l’Académie ou le Lycée de Platon-Aristote et Socrate son Agora. Allez soyons inclusif : BHL Onfray et la télévision. Sartre … que décidément j’ai du mal à suivre malgré une petite admiration pour certaines pages notamment ce magnifique texte « élections piège à cons » … affirme que nous n’avions jamais été aussi libre que pendant l’occupation nazie. Ouais ! Ce confinement ennuie vide de mouvement tout être. Autour de soi voir l’immobilisme du Monde ne réjouit guère n’est guère réjouissant ; sentir persister et peser l’idée de mort et de lutte de la vie contre la mort à armes inégales lutte qui dure depuis trop longtemps qui bloque la mécanique du mouvement et surtout en Océanie où lien relation mouvement perpétuel et permanent sont les essences des sociétés c’est catastrophique. Hier j’ai vu perler de tristesse et désarroi les yeux du président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie ému par le travail du personnel de la santé, j’ai vu comme tout le monde, le président du congrès de la Nouvelle-Calédonie, et je l’ai entendu dire qu’il fallait après la pandémie changer la politique publique de la santé. La pandémie mettrait à jour l’inégalité de la santé … Ce confinement certes sans doute nécessaire pèse devient lourd et ne pourra durer. Impossible d’empêcher le Monde d’être ce qu’il est : Mouvement.

Quoi ce n’est que cela ! Oui amie amis et autres je suis en proie à l’humeur. Je fais en sorte qu’elle ne devienne pas mauvaise.

Humeur 18 Les sociétés de contrôle 

Les Puissances (institutions, capitalisme, machine de l’enseignement obligatoire) sont constitutives des sociétés de contrôle. Aujourd’hui, le capitalisme de surveillance révolutionne les technologies politiques dont les pratiques administratives telles que suivi des traces, contrôle par les évaluations ou encore fabrique de l’opinion. Une caractéristique des sociétés de contrôle reste la production du « mot d’ordre ». En 1990, Deleuze dans un entretien avec Toni Negri, affirmait que « nous entrons dans des sociétés de contrôle, qui fonctionnent non plus par enfermement, mais par contrôle continu et communication instantanée » (Gilles Deleuze, Pourparlers, Paris, Minuit 1990 : 236). Et avant, en 1980, Félix Guattari avec Gilles Deleuze polémiquaient contre les théories des communications. La langue ne communique pas. Elle est un marqueur de pouvoir. L’énoncé de base de la langue n’est pas le signe linguistique mais le mot d’ordre, marqueur de pouvoir. Les communiqués ne communiquent rien. Ils sont des mots d’ordre : Voici ce que vous devez savoir ! Le mot d’ordre n’est pas un ordre qui ne prendrait que la forme impérative. La consigne pédagogique des professeur.e.s d’écoles ensigne (néologisme de Deleuze/Guattari) et encode dans une machine sémiotique les élèves. Même avec le ton mielleux ! Même avec le style « océanien » !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article