Les Constellations du Frangipanier de Dominique Marinet-Carrier, un recueil de poésie bientôt en kiosque.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les Constellations du Frangipanier de Dominique Marinet-Carrier, un recueil de poésie bientôt en kiosque.

Dominique Carrier souhaite véritablement contribuer à l'existence d'une poésie calédonienne, une poésie écrite avec les mots ordinaires de chacun, donc très accessible. Une poésie visuelle et courte, telle un tableau sur une page, palette complémentaire de celle du peintre, non pour illustrer des œuvres existantes mais pour exprimer des émotions intraduisibles comme elle le fait par les moyens de la peinture. Cette complémentarité est sa signature d'artiste.

Dominique se sent Métisse culturelle, calédonienne, de sang mêlé de la Métropole et du Caillou. Dans ce deuxième recueil qui fait suite à La Mémoire des Gaiacs (EEO), Ce recueil, Les Constellations du Frangipanier, nous propose 87 Poèmes. Les deux tiers sont inspirés par la Nouvelle-Calédonie, le dernier tiers est inspiré de sa terre natale.

Il figure au catalogue des Editions Spinelle. Déjà en vente en ligne, il faudra un peu de patience pour le trouver en libraire à Nouméa mais la commande est passée.

***

« Le rire des jeunes filles s’envole

et leur gaîté perce la rue sonore

D’un trottoir à l’autre

Si le soleil se lève pour tout le monde

Le rire des jeunes filles aussi. »

De formation littéraire universitaire et autodidacte en arts plastiques, Dominique Marinet-Carrier se définit ouvertement comme « une métisse culturelle ».

Artiste reconnue, elle choisit la poésie, sa deuxième palette, pour parler de son ancrage en Nouvelle-Calédonie depuis 1982. Les Constellations du frangipanier, après La Mémoire des gaïacs, paru en 2018, réaffirme cet ancrage sur le sol calédonien où elle a choisi de vivre tout en évoquant sa terre natale, source de réminiscences affectives.

La coloriste qu’elle est se laisse deviner dans ces poèmes aux atmosphères proches de la gaîté et de la spontanéité sensible de sa peinture.

De l’humour perle, sous-jacent, frais comme cette part d’enfance qui court entre les lignes, sauvegardée.

Une poésie à la fois visuelle, dense, fraîche avec laquelle le lecteur se trouvera en complicité.

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
👏👏👍
Répondre