Le numéro 78 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le numéro 78 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article.

è Téléchargez le dernier numéro de Nuelasin

Le plus de la rédaction :

Bozusë,

Drikona Yvon: Habituellement, j’envoyais Nuelasin vendredi dans la journée. Des fois, tôt. Parfois la veille quand je suis trop pris le lendemain. Pour cette année, mon emploi du temps me mène jusqu’à la fin des cours de l’après-midi. Faut après rester avec les élèves sous la guérite du collège pour attendre les parents …

Pour accompagner Nuelasin, je vous propose le texte ci-après. L’esprit de la forêt.  Bonne lecture. 

Wws 

Unetröhnitr 

Le diacre de Hunöj avait rapporté qu’un jour, un apiculteur venu d’Europe était arrivé au presbytère pour goûter son miel. Le spécialiste avait été étourdi par les différents arômes. Il avait été dans l’impossibilité de définir le type de miel, cela était dû aux diverses fleurs d’arbres très variés qui composaient la forêt. Des arbres que la communauté scientifique n’avait pas encore répertoriés.

Il n’était plus étonnant que sur Lifou, les autorités faisaient appel à la population pour aller chercher quelqu’un qui s’était perdu en forêt. Certaines personnes en sont revenues, d’autres jamais. Même des fins connaisseurs arrivent aussi à se perdre. Et pourtant, Lifou n’est pas grand. Une île aux mensurations légèrement plus grandes que l’île de Tahiti. Cela était surtout dû à la densité de la forêt. A Hunöj, Saipö un homme que tout le monde qualifiait de connaisseur et qui allait tout le temps ramasser des crabes de cocotier au bord de la mer disait que même avec lui, il arrivait que la forêt lui tourne la tête. Il disait par exemple d’éviter de marcher dans la forêt par temps couvert. Le soleil étant le bon moyen de s’orienter. Si l’on arrive à se faire surprendre par la nuit, il valait mieux tout laisser et attendre le lever du jour ; surtout que dans la tradition, les humains n’étaient pas les seuls êtres à marcher dans les forêts. Avec les animaux, il y avait aussi les esprits. Utiehmej a déjà fait une surprenante rencontre. Ce chasseur disait un jour qu’il avait rebroussé chemin parce qu’il avait entendu un drôle de bruit qui arrivait droit sur lui mais il ne voyait pas la chose d’où émanait le bruit. La manifestation a cessé lorsqu’il a tiré un coup de fusil en l’air. C’était l’histoire qui animait la tribu une semaine avant l’arrivée de Aelan. Atranganya aussi, une ramasseuse de coquillages à son retour de Mele fut surprise par la nuit. Elle décida de dormir dans la grande forêt en plein milieu du sentier. Au milieu de la nuit, elle vit un drôle d’énergumène fluorescent qui ressemblait à une jeune fille avec des antennes. Les yeux sortaient des orbites oculaires, tombaient jusqu’à toucher terre et revenaient dans ses cavités comme s’ils étaient retenus par des élastiques. Des yeux yoyos, peut-on dire. Cette pêcheuse de coquillages n’avait nullement peur du phénomène. Son oncle lui avait dit après que c’était un « unetröhnitr », un esprit de la forêt dont il ne faut pas avoir peur « Il est notre gardien dans la forêt, notre ange protecteur. » mais qu’il faut craindre.

A part les croyances et les grands arbres qui peuplaient la grande forêt, Lifou serait une île mystérieuse. Elle renfermerait des mystères aussi profonds que ses grottes. Muro le vieux diacre de la tribu conseillait d’ailleurs aux gens de ne jamais marcher de nuit pour éviter de chuter dans des crevasses en surabondance sur l’île.

Il s’agissait de cette forêt suspecte que les gens de Hunöj devaient traverser pour aller au bord de la mer afin de ramasser des crabes de cocotier et des coquillages ou tout simplement de jeter la ligne des falaises escarpées pour pêcher du poisson. Il fallait pour un bon marcheur une bonne heure. Un bonheur. C’était la partie de la forêt, la plus grande de Lifou. On s’en rendait bien compte quand on arrivait de Magenta en survolant l’île. 

Hnacipan Léopold, Ponoz, cordon ombilical

Publié dans Culture Kanak

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article