Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Calédonien sélectionné pour le festival à l'île de Groix

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le-Caledonien-selectionne.jpg

Partager cet article

Repost 0

Livres du Caillou à commander

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Couverture.jpg

Succès planétaire pour mes livres voir cette affiche. N'hésitez plus à les commander. Toute plaisanterie à part, Entropie mon dernier livre démarre bien aidez-le à vivre. Je travaille et retravaille sur mon prochain, ce sera un thriller, une enquête sur notre Caillou dans le monde de la mine. J'ai repris plusieurs fois la trame, je commence à en voir le bout. Chers éditeurs n'hésitez pas à me contacter. J.P

Coup de soleil sur le Caillou : Des nouvelles pour faire connaissance avec mon Caillou avec humour garanti

Le Calédonien : Roman-Témoignage découverte du Pacifique, les évènements de 84-88, tout sur la Nouvelle-Calédonie

(Le Calédonien est un roman qui vient d'être sélection pour un festival littéraire sur l'île de Groix en Bretagne dans le cadre du FIFIG. Il était en lice avec 15 autres romans des meilleurs écrivains calédoniens. 4 livres d'auteurs du Caillou sont encore en compétition et seront départagés par le vote du public qui aura lu ces oeuvres jusqu'au mois de huillet 2011. Cette sélection inattendue de mon livre me comble de joie)

Entropie : Le désordre, en route pour la fin d'un monde en quatre nouvelles mais avec toujours de l'humour au programme.

Partager cet article

Repost 0

Sydney janvier 2011

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Dung-et-moi-shopping.jpg

sydney-1.jpgUn petit billet sur mon voyage à Sydney métropole du NSW et chef-lieu de villégiature urbaine des calédoniens. J’ai découvert cette ville il y a plus de quarante ans. Je l’ai retrouvé comme une vieille copine. Elle n’a pas la beauté de Paris ni le prestige de New-York mais ces dernières sont un peu éloignées pour nous. Cela faisait un moment que je n’y étais pas retourné et ayant de plus en plus de mal à me traîner, je rappelais à mon épouse et à mon jeune garçon que Sydney tout comme Marseille, c’est avant tout un port et qu’à l’instar de Marseille les grandes avenues comme  Pitt st, Georges st et les autres descendaient vers le port vers Circular Quay, le Vieux-Port des pokens, mais il fallait aussi les remonter après ces avenues plongeantes. Bonjour les ampoules aux pieds !

Sydney-2.jpg

Dans une grande ville comme Sydney, on marche, on monte, on descend, on fait ce qu’on ne fait plus à Nouméa mais comme on ne redevient pas sportif en trois jours, c’est dur les vacances ! Heureusement les transports en commun sont très développés ; train, métro, tram, taxi, et surtout les ferry-boats qui sillonnent la baie de Sydney à toute heure du jour et de  la nuit saluant l’Opéra à chaque passage, un formidable trafic qui doit rivaliser avec les plus grands ports du monde. Pas plus de cinq minutes ne s’écoulent sans qu’un ferry accoste ou quitte un quai. Epoustouflant et super organisé car si les trains sont à l’heure en Europe, à Sydney les ferry-boats sont à l’heure. Se déplacer en ferry c’est pour moi l’idéal dans cette ville d’autant que j’avais élu domicile à Darling Harbour, une quarantaine de restaurants, un complexe d’une centaine de boutiques, Harbour Side, le musée maritime, le cirque de Moscou, l’aquarium et même l’Edeavour, la réplique du navire de Cook fièrement ancré près du musée et je ne vous parle pas des virés en jet boat pour faire plaisir à mon fils.

Bref, tout était réuni pour de bonnes vacances avec spa, piscine et sauna dans notre OAKS ainsi que des masseurs chinois à chaque coin de rue. Mais les images télévisées que l’on pouvait visionner volontairement ou accidentellement un  peu partout nous montraient aussi beaucoup de tristesse « floods qld », des inondations terribles qui ravageaient le Nord australiens Brisbane y compris, l’horreur, des dizaines de morts, des familles entières englouties. J’étais revenu du Vanuatu l’année dernière avec Haïti. Cette année les inondations d’Australie m’auront encore rappelées que nous sommes peu de chose sur Terre. Pour clôturer ce billet, le retour à l’aéroport allait nous révéler un gros problème devant nous, un tourbillon, une toupie finale pour finir nos vacances. La photocopie d’une carte météo montrant le monstre qui attendait les passagers à l’embarquement du vol SB0141. Le cyclone Vania qui abordait notre Caillou rendait notre départ incertain. Avec du retard nous décollerons quand même par le dernier vol d’Aircalin avant la fermeture de Tontouta, l’aéroport international de Nouvelle-Calédonie. De mon siège, 5C, je verrai tout de l’approche. Ça tombait bien j’aimais le pilotage. Suite à un trou d’air, la porte du cockpit s’ouvrit en claquant sur la paroi. J’ai pu ainsi voir la piste en phase d’approche et la tension de Jean-Marc le commandant de bord, Merveilleux atterrissage dans des conditions difficiles qui déclenchera les applaudissements des passagers car l’avion s’arrêta rapidement. Je n’osais pas comprendre, mais avec un vent de face de près de 80 kilomètres/heure, il n’y avait pas besoin de parachute pour freiner l’appareil. Le seul bémol de ce séjour fut les quelques personnes désagréables rencontrées, souvent de petites gens, caissières ou autres qui font une allergie au français, ils font la moue en entendant notre accent et en faisant répéter inutilement un mot qu’ils ont parfaitement compris mais qui n’a pas été bien prononcé. Un peu rageant mais l’Australie qui sera le premier pays « White » à devenir chinois a  atteint son seuil d’intolérance pour certains Aussies de base, trop d’étrangers pour ces petits blancs. Il faut dire que les cireurs de chaussures que j’ai vu sont blancs, assis au ras des trottoirs comme les rares aborigènes que l’on peut rencontrer soufflant à s’époumoner dans un didgeridoo des vibrations amplifiées par un micro qui s’envolent entre les immeubles qui bordent les avenues. Des incantations magiques qui doivent dire « vous nous avez marginalisés vous allez vous aussi disparaître ». JP Janvier 2011

Sydney 3

Partager cet article

Repost 0

Un livre... Une île, Coup de coeur pour le Caillou

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Un-livre-une-ile.jpg

Choix du thème

L’objectif de notre association est de faire se rencontrer les habitants de l’île de Groix à travers la lecture. Un comité de lecture s’est constitué à la recherche d’un thème. Il a finalement décidé de s’adosser sur le choix du Festival international du film insulaire de l’île de Groix (FIFIG) qui, chaque année depuis 2001, nous fait découvrir une île par le cinéma documentaire. A titre d’exemple, nous avons découvert en 2005 les îles du Cap Vert, en 2006 Madagascar, en 2007 Cuba, en 2008 l’Islande et en 2009 le Sri Lanka, en 2010 Haiti.

En 2011, à l’occasion de son onzième anniversaire, le FIFIG propose de nous faire découvrir la Nouvelle Calédonie.

Fort de ses dix années d’existence, le FIFIG a acquis une flatteuse notoriété lui permettant de recevoir de très nombreux visiteurs, tant français qu’étrangers, et de bénéficier d’une couverture médiatique de plus en plus large.

 

Sélection

Nous avons lu quinze ouvrages calédoniens et en avons sélectionné cinq :

 

Pour qu'un ciel flamboie- Bernard de la Vega- Editions Grain de Sable

Tôghan- Marcel Meltherorong- Editions Alliance Francaise du Vanuatu

Nomade's Land- Roland Rossero- Editions Amalthée

 Le Calédonien- Joel Paul- Editions L'Harmattan

En courant vers le minotaure- Pascal Gonthier- Editions Publibook

 

Comment faire lire ces cinq romans

Les cinq romans retenus sont mis à la disposition des habitants de Groix dans les lieux de vie suivants :

Boucherie Le Maréchal,

Pharmacie,

Les lunettes de Groix,

La médiathèque municipale,

Bar,tabac Le Pub Tavern,

Crêpes Evelyne – Les Halles

La période de lecture est prévue de fin janvier à fin juin 2011.

 

Vote et remise du « coup de cœur du caillou »

Le vote sera précédé d’un débat permettant aux lecteurs d’échanger leur sentiment sur les cinq ouvrages en compétition. Ils seront ensuite invités à voter solennellement dans l’urne municipale. Le « coup de cœur » des lecteurs de l’île sera décerné mi-juillet, lors de l’avant-première du Festival du film insulaire sur le site de Port-Lay.

 

Historique des éditions précédentes

- En 2008, sur le thème de l’Islande, une centaine d’habitants de l’île a pu participer au « coup de cœur » et choisi pour lauréat : Je m’appelle Isbjörg, je suis lion de Vigdis Grimsdottir

- En 2009, sur le thème du Sri Lanka, élargi à l’Inde du Sud, 150 lecteurs ont élu : Récifs de Romesh Gunesekera

- En 2010, sur le thème d'Haïti, 150 lecteurs ont élu: La couleur de l'aube, de Yannick Lahens

 

Promotion

Les cinq romans seront proposés à la vente dans la librairie du festival pendant la durée du FIFIG, du 17 au 21 août 2011, et le « coup de cœur » particulièrement mis en avant. A titre d’exemple, notre association y a vendu l’an dernier plus d'une centaine d’exemplaires des romans sélectionnés .

Par ailleurs, le lauréat ainsi que les autres ouvrages retenus bénéficient d’une belle couverture médiatique (nombreux articles dans Ouest-France et Le Télégramme) et d’une importante promotion tant à la Médiathèque municipale qu’à la librairie l’Ecume des Jours.

Voir site de l'association

Partager cet article

Repost 0