Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La baleine de l’île Ô livres est arrivée à Nouméa

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photos du discours (JP)
Photos du discours (JP)

Photos du discours (JP)

Sous un soleil radieux l’inauguration a eu lieu ce mercredi à 14h00 par les membres de l’association organisatrice, des élus de la mairie et de la province Sud avec les nombreux invités.

Des fées, une création de Nivane Fouad avec ses violonistes ont donné l’aubade (de l’après-midi) dansant et jouant du violon tout en chantant à tue-tête pour le grand plaisir des petits et des grands. Cinq jours de fêtes sont prévus. Voir le programme maison du livre et divers sites.

Juliette Maes, la cheville ouvrière de ce festival peut se réjouir, c’est déjà un succès. JP

Le Festival se déroulera durant cinq jours à Nouméa dans trois lieux situés au cœur de la ville (la place des Cocotiers, le kiosque à musique et la Maison Higginson).

Toutes les animations sont gratuites à l’exception des masters classes. Le nombre de places est limité par atelier pour permettre le meilleur confort aux participants. L’inscription se fait sur place 1 heure avant les animations, aux points d'accueil (kiosque à musique ou à l’entrée de la Maison Higginson). Pendant toute la durée du festival, vente de livres à la Grande librairie, animée par un collectif de libraires Ludik, Book’In, As de Trèfle et Hachette NC. Des jeux sont également proposés.

Des artistes et des auteurs à l’honneur

5 auteurs illustrateurs de métropole connus dans le monde du livre jeunesse et de la BD à Nouméa devant le kiosque à musique place des cocotiers pour participer à la 2e édition du festival L’île ô livres : Fred Bernard, Justine Brax, Edouard Manceau, François Roca, Olivier Tallec.

Des fées Photos JP
Des fées Photos JP

Des fées Photos JP

Danse des fées, le public, des affiches, des stands et la coutume (Photo JP)
Danse des fées, le public, des affiches, des stands et la coutume (Photo JP)
Danse des fées, le public, des affiches, des stands et la coutume (Photo JP)
Danse des fées, le public, des affiches, des stands et la coutume (Photo JP)
Danse des fées, le public, des affiches, des stands et la coutume (Photo JP)
Danse des fées, le public, des affiches, des stands et la coutume (Photo JP)

Danse des fées, le public, des affiches, des stands et la coutume (Photo JP)

Diane et son petit lecteur, des invités, Juliette Maes, Manuel Touraille et Dominique Berton (Photos JP en cliquant dessus "c'est plus meilleur")
Diane et son petit lecteur, des invités, Juliette Maes, Manuel Touraille et Dominique Berton (Photos JP en cliquant dessus "c'est plus meilleur")
Diane et son petit lecteur, des invités, Juliette Maes, Manuel Touraille et Dominique Berton (Photos JP en cliquant dessus "c'est plus meilleur")
Diane et son petit lecteur, des invités, Juliette Maes, Manuel Touraille et Dominique Berton (Photos JP en cliquant dessus "c'est plus meilleur")
Diane et son petit lecteur, des invités, Juliette Maes, Manuel Touraille et Dominique Berton (Photos JP en cliquant dessus "c'est plus meilleur")

Diane et son petit lecteur, des invités, Juliette Maes, Manuel Touraille et Dominique Berton (Photos JP en cliquant dessus "c'est plus meilleur")

Coin librairie et dédicaces (JP)Coin librairie et dédicaces (JP)

Coin librairie et dédicaces (JP)

Partager cet article

Repost 0

La Sève bleue et autres nouvelles un recueil de nouvelles de Nicole Chardon-Isch

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La Sève bleue  (Ecrire en Océanie)

         Cinq nouvelles du terroir, différentes, trouvent leur unité dans l’art du portrait.

Dans La Sève bleue, Clément tombe par accident dans une grotte et découvre les pouvoirs du Pycnandra.

Bouc-Bel-Air raconte un amour improbable entre un Kanak boiteux et une calédonienne aisée.

La passion de Christophe le torture, il veut sculpter la tête du saint éponyme, mais le curé n’est pas d’accord ! Alors…

Enchantements et désillusions, déshérence et résilience, c’est tout l’univers du squat qui est dépeint dans la première nouvelle.

Enfin, la toute dernière pose des questions clés pour un écrivain :

Comment et où écrire ?

L’auteure

Née à la Martinique, Nicole Chardon-Isch est professeure de lettres classiques et docteure en linguistique. Elle partage son temps entre l’enseignement du latin, l’animation d’ateliers d’écriture et la découverte de la nature. Depuis 2010, elle publie ses analyses pédagogiques d’œuvres calédoniennes sur le site Écrire en Océanie.

Bercée dans son enfance par les récits des veillées et le talent oratoire d’un père conteur et musicien, Nicole Chardon-Isch a gardé le goût des mots enchanteurs. Devenue enseignante, elle fait naître, par l’observation des biotopes naturels et des lieux de vie marginalisés, une écriture réaliste et poétique.

La Sève bleue et autres nouvelles est son second recueil calédonien. Elle est également l'auteure de contes pour enfants et d’un recueil de nouvelles chez l’Harmattan Histoires de la Tamoa dans la collection Portes Océanes

Le livre de Nicole dans la collection Portes Océanes ; à paraître dans cette même collection "Les Moustaches de Tigre" de Joël PAUL, un roman que je suis impatient de vous présenter. JP

Le livre de Nicole dans la collection Portes Océanes ; à paraître dans cette même collection "Les Moustaches de Tigre" de Joël PAUL, un roman que je suis impatient de vous présenter. JP

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Flora Devatine directrice du Fare Vana’a

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Flora Devatine directrice du Fare Vana’a

Après l’écrivain Moteai Brotherson élu député, c’est une poétesse qui fait la une des journaux de Polynésie. La littérature polynésienne a le vent en poupe.

L’Académie tahitienne a renouvelé son bureau vendredi matin en nommant l’auteure Flora Devatine directrice du Fare Vana’a. Elle succède à John Doom, disparu en mars dernier. Etienne Chimin succède à Raymond Pietri au poste de Chancelier.

Après l’intégration de ses trois nouveaux membres, l’Académie tahitienne a renouvelé vendredi matin son bureau pour les quatre prochaines années. Le poste de directeur du Fare Vana’a était vacant depuis le décès de John Doom en mars dernier. C’est Flora Devatine qui a été choisie par les académiciens pour lui succéder. Membre du Fare Vana’a depuis sa création en 1972, Flora Devatine a été successivement professeure d’espagnol et de tahitien, déléguée d’Etat à la condition féminine, poète, chercheuse, directrice de la revue Littérama’ohi et membres de nombreuses associations féminines et culturelles.

Elle succède à John Doom, disparu en mars dernier. Etienne Chimin succède à Raymond Pietri au poste de Chancelier. (Extrait d’un article de radio Tahiti)

Origine de la création d'une Académie Tahitienne

John MARTIN L'idée d'une Académie tahitienne semble être née à peu près en même temps chez deux hommes et sans qu'ils se consultent.

Il est assez symptomatique de constater qu'il s'agit de Martial Iorss, alors le spécialiste reconnu de la langue tahitienne et de John Martin, qui, à la tête du programme tahitien de Radio Tahiti, exerce la mission que nous avons décrite plus haut.

L'un et l'autre réalisent, chacun dans son domaine, la nécessité d'une autorité collective pour désigner les règles du bon usage et pour enrichir le vocabulaire de tous les termes qui font encore défaut à la langue pour qu'elle puisse devenir une langue de communication moderne… Suite le site de l’académie

Flora Devatine a été la première directrice (2002-2007) de la revue Littérama’ohi, Ramées de Littérature Polynésienne, l’un des fruits d’un groupe « apolitique d’écrivains polynésiens associés librement », comprenant Flora Devatine, Patrick Amaru, Michou Chaze, Danièle-Taoahere Helma, Marie-Claude Teissier-Landgraf, Jimmy Ly et Chantal T. Spitz.

Flora Devatine est aujourd’hui Présidente de l’Association Groupe Littérama’ohi et mène sur tous les fronts un combat pour la reconnaissance d’une « conscience polynésienne ».

2017 Prix Heredia de l’Académie française, pour Au vent de la piroguière – Tifaifai.

Œuvres principales :

Vaitiare, Humeurs. Papeete: Polytram, 1980, 190 pages.

Tergiversations et rêveries de l’écriture orale : Te Pahu a Hono’ura. Papeete: Au Vent des îles, 1998, 232 pages.

Au vent de la piroguière – Tifaifai. Paris: Bruno Doucey, 2016, 144 pages.

Flora Devatine en compagnie de Chantal Spitz prix Popaï 2016 au centre culturel Jean-Marie Tjibaou à l'ouverture du SILO (photo JP)

Flora Devatine en compagnie de Chantal Spitz prix Popaï 2016 au centre culturel Jean-Marie Tjibaou à l'ouverture du SILO (photo JP)

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article

Repost 0

Festival de la littérature jeunesse "L'île Ô Livres" 2017

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Festival de la littérature jeunesse "L'île Ô Livres" 2017

A l’occasion du festival du livre jeunesse, L’île ô livres (LÔL), qui se déroule du 28 juin au 2 juillet à Nouméa et les 5 et 6 juillet à Voh, la Ville de Nouméa soutient et accompagne l’association Lire en Calédonie.

Le festival LÔL est prêt à "Partir en livre" !

La 2e édition du Festival de littérature jeunesse invite, une nouvelle fois à "Partir en livre", avec plus de 200 rendez-vous. Ce festival initié par l’association Lire en Calédonie a pour objectifs de favoriser la rencontre avec le livre jeunesse sous toutes ses formes et de promouvoir la lecture.

Le festival mettra à l’honneur la thématique de l’illustration avec la présence de 7 auteurs illustrateurs internationaux invités (France et Japon), de 20 auteurs et illustrateurs et plus de 30 intervenants et artistes de Nouvelle-Calédonie.

A Nouméa, un programme varié est proposé avec des rencontres-dédicaces, des ateliers, des spectacles, des projections de films et des expositions durant 5 jours au coeur de la ville sur la place des Cocotiers, au kiosque à musique et à la Maison Higginson.

Le festival se délocalisera également dans de nombreux centres culturels, médiathèques et établissements scolaires en province Sud et province Nord.

« Cette manifestation gratuite, populaire et festive permet de sortir les livres des lieux habituels pour aller à la rencontre de notre jeunesse. Nul doute que ce programme riche d’interactions nourrira leur rêverie et leur transmettra le plaisir de lire par des récits étonnants.»

Sonia Lagarde, Maire de Nouméa

« Le Festival L’ÎLE Ô LIVRES est devenu, dès sa 1ère édition en 2015, un rendez-vous culturel majeur de la littérature jeunesse en Nouvelle-Calédonie. Un évènement riche, généreux et convivial, autour du livre mais aussi de l’image, de la musique, du théâtre … Il a pour ambition de faire que les livres jeunesse et la lecture se partagent comme une gourmandise qu’on ne peut manger tout seul et, au-delà, de permettre aux enfants de mieux se comprendre et d’interroger le monde… »

Juliette Maes, présidente de l’association Lire en Calédonie

Le festival L’île ô livres (LOL) a reçu le label "Partir en livre" du Centre national du livre (CNL), organisateur de la Fête du livre pour la jeunesse qui se déroulera dans différentes villes de France du 19 au 30 juillet 2017, sous l’impulsion du Ministère de la Culture et de la Communication.

Des artistes et des auteurs à l’honneur

7 auteurs illustrateurs connus dans le monde du livre jeunesse et de la BD viendront à Nouméa pour participer à la 2e édition du festival L’île ô livres : Fred Bernard, Justine Brax, Edouard Manceau, François Roca, Olivier Tallec, Masato et Yuki Goto.

Pratiquement tous les auteurs et acteurs de la filière livres jeunesse calédoniens seront présents et animeront des ateliers. Ce festival s’annonce grandiose.

Le Festival se déroulera durant cinq jours à Nouméa dans trois lieux situés au coeur de la ville (la place des Cocotiers, le kiosque à musique et la Maison Higginson).

Toutes les animations sont gratuites à l’exception des masters classes. Le nombre de places est limité par atelier pour permettre le meilleur confort aux participants. L’inscription se fait sur place 1 heure avant les animations, aux points d'accueil (kiosque à musique ou à l’entrée de la Maison Higginson).

L’ouverture du festival se déroulera mercredi 28 juin à 13h30 au kiosque à musique.

La clôture du festival à Nouméa aura lieu, dimanche 2 juillet, avec le spectacle « Fils de dragon », à 18h.

Juliette Maes (présidente de l'association Lire En Calédonie) et Amélence Darbois (bibliothécaire et membre du comité organisateur de LÔL en Province Nord) nous parlent du festival :

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Marché Musico-Alternatif au Parc Zoologique Et Forestier de Nouméa

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Marché Musico-Alternatif au Parc Zoologique Et Forestier de Nouméa
Marché Musico-Alternatif au Parc Zoologique Et Forestier de Nouméa

Cette 3ème Edition du marché alternatif du parc forestier où une dizaine de concerts, des ateliers pour enfants et plein de surprises sont programmés, a attiré beaucoup de monde, dès 9h00 du matin.

On y trouve des produits originaux et bons pour la planète ainsi que des produits respectueux de l'environnement. C’est ce samedi 24 juin de 9h à 17h30 dans le prolongement de la fête de la musique et de toutes les animations dans la ville de Nouméa. Les nouméens n’ont que l’embarras du choix ce week-end. JP

Marché Musico-Alternatif au Parc Zoologique Et Forestier de Nouméa
Marché Musico-Alternatif au Parc Zoologique Et Forestier de Nouméa

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article

Repost 0

Nouveauté et causerie de Mireille Pandolfi "Vieillir"

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Nouveauté et causerie de Mireille Pandolfi "Vieillir"

Mercredi 28 juin 2017 à 18h00

Mireille Pandolfi présentera sa nouvelle : Vieillir

Causerie animée par Nicole Chardon-Isch

Dans un temps où les Vieux sont traités par-dessous la jambe et sont obligés de monnayer un peu d’humanité, Mireille Pandolfi nous fait le récit fort et émouvant d’un drame qui interpelle la société : celui de la vieillesse, de la souffrance morale et de la solitude ; une vieille dame refuse la décrépitude, l’escroquerie et la déchéance.

Cette histoire, inspirée par de nombreuses observations, rejoint celle de dizaines de personnes âgées maltraitées dans leur âme, déshumanisées, réduites à un « on » débilitant. Pour ces personnes, la mort volontaire devient un acte de résistance et de libération.

L’auteure

« Que dire de moi et de ce texte ? J’ai toujours aimé les voyages loin des foules, pour découvrir les merveilles que nous offre la nature. Ma curiosité insatiable s’ouvre à toutes les sciences, mais vogue aussi vers des domaines plus ésotériques.

Très jeune, j’ai été confrontée à la souffrance consécutive de l’acharnement thérapeutique. Personnes âgées, accidentées ou atteintes de maladies incurables n'ayant pas le goût pour une survie morne, ont alimenté ma réflexion sur le difficile sujet du droit à mourir. Ou plutôt du droit à refuser l’indignité.

On peut être handicapé et bien dans sa peau. Heureusement ! Mais je pense qu'on a aussi le droit de dire stop. Ce qui est très mal considéré dans notre société. Et ce sentiment de transgresser un tabou puissant, associé à la force de l’instinct de vie complique le débat. Car parmi ceux qui appellent la mort de tous leurs souhaits, combien oseraient presser le bouton si la possibilité leur en était donnée ?

Ma nouvelle souhaite nous interroger sur notre relation à la mort qui fait partie de la vie, ne l’oublions pas. Une question que les progrès de la médecine rendent de plus en plus envahissante. Une société prétendument moderne, peut-elle durablement se cacher derrière l’hypocrisie d’institutions dont les murs opaques enferment des souffrances que nous n’avons pas le courage d’affronter ?

Si plutôt qu'au judéo-christianisme rigide qui nous tourmente, nous nous ouvrions à l’infinie mansuétude chantée par le grand Fabrizio de Andrè avec sa « preghiera in gennaio », dans laquelle un dieu miséricordieux accueille avec amour ceux qui « à la haine et à l’ignorance, préférèrent la mort » ? »

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Moetai Brotherson député écrivain

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo du nouvel élu pour son entrée à l'assemblée habillé comme chez nous. (:
Photo du nouvel élu pour son entrée à l'assemblée habillé comme chez nous. (:

Photo du nouvel élu pour son entrée à l'assemblée habillé comme chez nous. (:

Le monde littéraire du Pacifique peut se féliciter d’avoir un auteur d’Océanie à l’assemblée nationale. Moetai Brotherson est élu avec ses deux consœurs Nicole Sanquer et Maina Sage du Tapura tandis que Moetai est du Tavini un parti indépendantiste.

Photo journal de Tahiti de Moetai Brotherson et Teua Temaru mariés en janvier 2017.

Moetai Brotherson, auteur du Roi absent prix du meilleur roman du Salon du livre « Lire en Polynésie » (Papeete), membre du Tavini Huiraatira est aussi conseiller municipal à Faa'a. Teua Temaru est la fille d'Oscar Temaru, leader du Tavini et maire de la commune. Teua a été ministre de l'Environnement et du développement durable dans le gouvernement de Gaston Flosse en 2008.

Biographie (courte extrait de divers site)

Moetai Brotherson se définit comme conteur. Il aime inscrire les histoires dans l’Histoire et tresser les fils du réel à ceux des légendes. Enfant de Huahine (archipel des îles Sous-le-Vent), il écrit depuis l’âge de quatorze ans. Passionné par son pays et sa culture, il part pourtant s’installer et travailler à New-York. Là, il vivra directement les événements du 11 septembre 2001 qui le feront revenir au fenua. Paradoxalement, il écrit par amour de l’oralité, considérant que le livre n’est que la partition d’une mélodie que chaque lecteur est libre d’interpréter.

En 1986, il obtient son baccalauréat au Lycée Paul Gauguin à Papeete (Tahiti). En 1987, il fait une année de « prépa » H.E.C. au Lycée du Taaone à Pirae, seul moyen à l’époque de préparer le programme de Maths-Sup et Maths-Spé et de se présenter aux concours d’écoles d’ingénieurs, sans partir en métropole. Moetai intègre ensuite une école d’ingénieur en région parisienne, l’E.I.S.T.I. (École Internationale des Sciences du Traitement de l’information), option ingénierie logicielle, formation qu’il complète par un « Master of Computer Science » obtenu au F.I.T. (Florida Institute of Technology) en 1991.

De 1999 à 2001, Moetai Brotherson travaille à New York en plein boom de l’Internet en tant que « Systems architect » pour B.M.S. (Bertelsmann Media Systems), la filiale Internet du géant des médias Bertelsmann. Il vit en direct l’événement du 11 septembre. En ce jour historique, il a d’ailleurs un rendez-vous professionnel dans l’une des tours jumelles du World Trade Center. Éprouvé par cette journée et la psychose de l’anthrax, Moetai décide de rentrer au fenua (Tahiti) fin octobre 2001 avec toute sa famille.

Son livre au Vent des Îles

 

 

Roman du quotidien polynésien plein d’ironie, de fureur, de douleur, de tristesse et de quelques joies aussi…

 

L’histoire d’une vie extraordinaire, celle de Moanam — de Nuku Hiva (Marquises) à Papeete en passant par Huahine et Paris — qui passe du choc…

Disponibilité : En stock au prix de 2250 XFP

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article

Repost 0

Nouveauté jeunesse "POINDI, la tourterelle et le corbeau"

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Nouveauté jeunesse "POINDI, la tourterelle et le corbeau"

Aux éditions De BAS En HAUT. C’est leur troisième album jeunesse dans la collection PATRIMOINE CALÉDONIEN :

POINDI, la tourterelle et le corbeau

Illustré par Alejandra RINCK RAMIREZ, il s’agit d’une libre adaptation pour la jeunesse par Nicolas RINCK d’un des Contes de POINDI de Jean Mariotti, la tourterelle et le corbeau.

Disponible partout !!!

De bas En Haut : Édition de livres pour enfants en Nouvelle-Calédonie créée par Sophie DUMORTIER et Auriane DUMORTIER

Nouveauté jeunesse "POINDI, la tourterelle et le corbeau"

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Décès de Dominique Buzance le fondateur de Calédo Livres

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Dominique Buzance photo d'Eric Dell'Erba

Dominique Buzance photo d'Eric Dell'Erba

C'est avec une grande tristesse que je viens d'apprendre le décès de Dominique Buzance, le fondateur de Calédo Livres. Je garde le souvenir de sa gentillesse, de sa compétence et de son engagement pour le livre calédonien. Sincères condoléances à sa famille et ses proches. Cathie

Ci-dessus le message de Cathie Manné je ne trouve rien à ajouter. Un de mes fils a participé à la cyclo cancer à Tontouta ce week-end. Je l'ai félicité avec une pensée à tous les malheureux atteints par ce fléau. JP

 Le message de la MLNC 

L’équipe de la Maison du Livre est triste de vous annoncer le décès de notre ami et professionnel de la librairie M. Dominique Buzance. Un homme avec d’immenses qualités humaines… Un grand professionnel. Une personne qui aura marqué de nombreux Calédoniens.

Merci Monsieur Buzance d’avoir été ce défenseur fidèle de la production et des auteurs du pays. Quel parcours !

Merci Dominique d’avoir croisé nos chemins de cette si belle manière. Quelle générosité !

Nous sommes nombreux dans tout le pays et au-delà à être en deuil.

Une veillée se tiendra ce mardi 13 juin au centre funéraire de Nouméa, de 14h30 à 20 heures.

Une bénédiction sera célébrée en salle de veille mercredi 14 juin à 8 heures, suivie de l’incinération au crématorium du 5e km.

Sincères condoléances à sa famille et ses proches.

     Adieux très cher ami.

Photo Eric

beaucoup de souvenirs Chez le libraire des Calédoniens
beaucoup de souvenirs Chez le libraire des Calédoniens
beaucoup de souvenirs Chez le libraire des Calédoniens
beaucoup de souvenirs Chez le libraire des Calédoniens
beaucoup de souvenirs Chez le libraire des Calédoniens
beaucoup de souvenirs Chez le libraire des Calédoniens

beaucoup de souvenirs Chez le libraire des Calédoniens

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

La quatrième édition du festival Caledonia +687 est une formidable réussite

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Tim Sameke portrait et quand il rend la coutume à Tahiti nui (photos JP)
Tim Sameke portrait et quand il rend la coutume à Tahiti nui (photos JP)

Tim Sameke portrait et quand il rend la coutume à Tahiti nui (photos JP)

Bravo à Tim Sameke belle leçon de vivre ensemble

Il se déroule ce week-end à Nouméa place de la Marne. Il est destiné à rassembler tous les Calédoniens pour commémorer la poignée de main de 1988.

Si les concerts du samedi soir constituent un temps fort, les animations, et particulièrement les danses, assurées par les associations culturelles occupent une grande partie des deux journées. La manifestation a été créée par Tim Sameke. Il a déclaré dans les Nouvelles Calédoniennes : « C’est dommage qu’on ne commémore pas la poignée de main. Ce 26 juin 1988, c’est le point zéro, le début de la Nouvelle-Calédonie contemporaine. Cette graine plantée par Jean-Marie Tjibaou et Jacques Lafleur, c’est la paix : est-ce qu’elle a poussé ? Est-ce qu’elle a donné des fruits, après 30 ans ? ». Avec cette manifestation, il veut rassembler des communautés jadis opposées.

Le collectif Caledonia +687 s’appuie sur les quartiers, avec les associations des femmes de Jacarandas 2 et des tours de Magenta. Sur des stands de nourriture et artisanat, le public verra des femmes de toutes les communautés œuvrant ensemble.

Le festival se terminera, dimanche vers 16 heures, par un « méga-pilou » : un moment festif et symbolique où se côtoieront des tenues traditionnelles de différentes communautés.

Danseuses (photos JP)
Danseuses (photos JP)
Danseuses (photos JP)
Danseuses (photos JP)

Danseuses (photos JP)

(Photos JP) en cliquant elles sont plus jolies(Photos JP) en cliquant elles sont plus jolies
(Photos JP) en cliquant elles sont plus jolies

(Photos JP) en cliquant elles sont plus jolies

Que des belles filles (Photos JP)
Que des belles filles (Photos JP)
Que des belles filles (Photos JP)
Que des belles filles (Photos JP)
Que des belles filles (Photos JP)

Que des belles filles (Photos JP)

(Photos JP)
(Photos JP)(Photos JP)

(Photos JP)

Publié dans Notre Caillou

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>