Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« Groenland est » à Ouessant, le salon démarre la semaine prochaine

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

On peut reconnaître Anne Bihan sur cette photo du "staff" et le logo de la MLNC

On peut reconnaître Anne Bihan sur cette photo du "staff" et le logo de la MLNC

Le salon international du livre insulaire, organisé à Ouessant pour sa 19e édition du 24 au 27 août 2017, présentera au public :  livres rares, éditions souvent d’un loin ailleurs, écrivains nissologue ou nissophile, et des artistes , des créateurs.

Découvrir les Sagas islandaises? Pourquoi pas !

Cette 19e édition du salon du livre insulaire présente deux thèmes principaux qui s’entremêlent comme à chaque fois. A savoir un thème géographique et un thème littéraire et s’y ajoute un hommage au passé.

L’île qui nous intéresse est l’Islande et nous remercions tout particulièrement l’Association France-Islande pour son accompagnement et ses précieux conseils. Le public pourra trouver non seulement des livres de tous genres sur la littérature islandaise, mais aussi participer à des conférences ou dialoguer avec traducteur ou conférencier pour mieux connaître cette île.

Le thème littéraire que nous avons plaisir à vous faire découvrir est celui de la Saga.* Tout comme en Caraïbes nous avons des récits de pirates, en Islande nous avons des sagas, et cela depuis très longtemps.

La commémoration , l’hommage aux disparus, est celle d’une fortune de mer très célèbre : le naufrage en Islande du navire « Le pourquoi pas » en 1936, expédition polaire du Commandant Charcot, dont il y eu  un seul rescapé, un douarneniste, alors que les autres membres d’équipage, ouessantin ou finistériens périrent dans la catastrophe.

Ce fil conducteur vous permet de rencontrer des écrivains, des éditeurs, mais aussi des artistes. Le salon du livre insulaire est aussi le lieu de rencontres d’autres inspirations des îles, et vous pourrez y découvrir des livres d’autres îles comme celle de l’Océan Indien, ou aussi de Bretagne; y voir même des films sur les femmes du Cap Vert.

C’est un salon qui ne ressemble à aucun autre … et bien heureusement 😉

Merci à nos partenaires culturels, maritimes et financiers, merci à vous de venir nous visiter, et un salut amical très fort à tous els bénévoles de l’association qui ont tant travaillé pour vous.

Bon festival à tous !

Isabelle Le BAL (site du festival)

*Une saga (mot islandais, pluriel sögur) est un genre littéraire développé dans l’Islande médiévale, aux XIIe et XIIIe siècles, consistant en un récit historique en prose, ou bien une fiction ou légende.

PS : La nissophilie c'est la passion pour les îles. (J'ai vérifié pour moi, JP)

Plusieurs auteurs calédoniens sont en lice pour les prix littéraires voir la sélection

Par Isabelle LE BAL le 11 août 2017 un billet sur Sophie Tessier

Sophie Tessier fut lauréate du prix du Livre insulaire catégorie poésie en 2013 pour un premier recueil intitulé Groenland est. 5 ans plus tard, elle présente au salon d’Ouessant 2017 un nouveau livre, un premier roman, intitulé Varech paru aux éditions Diabase. En résumé le sujet présenté par l’éditeur : »Anselme, Le Chantôme, Gaspard. Sans oublier le chat. Ils attendent sur un rivage que les hommes ont fui, la mer les enserre et les appelle, dans une étrange suspension du temps où passé et présent, réalité et imaginaire, perdent peu à peu leurs frontières. Sophie Tessier tisse un récit où l’amour resurgit pour tout bouleverser et signe un premier roman d’une singulière puissance poétique. »

« Groenland est » à Ouessant, le salon démarre la semaine prochaine« Groenland est » à Ouessant, le salon démarre la semaine prochaine« Groenland est » à Ouessant, le salon démarre la semaine prochaine
« Groenland est » à Ouessant, le salon démarre la semaine prochaine

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

C’est la rentrée en Polynésie, la Nouvelle-Calédonie est une exception

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L'éditeur Vent des Îles propose ses nouveautés pour la rentrée

L'éditeur Vent des Îles propose ses nouveautés pour la rentrée

La rentrée scolaire a lieu en Polynésie les 11, 14 et 16 août pour les enseignants et les 16 (second degré) et 17 août (CJA et 1er degré) pour les élèves. Les vacances de juillet / août sont réduites à 5 semaines et demie.

Ci-dessous un extrait d’article de 2016 de la Réunion LINFO.RE – créé le 30.07.2016 sur les dates de la rentrée outremer. La Calédonie est une exception. JP

La date de la rentrée scolaire n’est pas forcément la même pour la France métropolitaine et les départements d’outre-mer. Voici les dates importantes à ne pas oublier pour la rentrée des classes pour l’année 2016-2017.

Les élèves qui vont reprendre au mois de septembre

Pour les élèves en France métropolitaine, la date de la rentrée reste la même pour toutes les zones. Le jour de la reprise des études est le jeudi 1er septembre 2016, que ce soit pour la zone A, la B ou bien la C. En ce qui concerne les départements d’outre-mer, certaines régions ont adopté la même date que dans l’Hexagone pour la rentrée scolaire pour l’année 2016-2017. En effet, pour la Guyane française et la Martinique, la date est pratiquement la même, le 1er septembre. Pour la Guadeloupe, les responsables ont décidé de décaler d’une journée la rentrée des classes. Les élèves guadeloupéens commenceront donc leur nouvelle année scolaire le vendredi 2 septembre 2016, selon les sites officiels du ministère de l’Éducation nationale.

Ceux qui ont un calendrier décalé

Pour la Réunion, le calendrier scolaire est légèrement décalé par rapport à celui des élèves de l’Hexagone. La rentrée scolaire 2016-2017 des élèves réunionnais va se faire le mercredi 17 août 2016.

Selon le calendrier scolaire délivré par le vice-rectorat de Mayotte, les élèves mahorais devraient reprendre leurs cahiers et leurs stylos à partir du mercredi 24 août prochain. À noter que Mayotte adopte également un calendrier tout à fait différent de celui de la France Métropolitaine.

Les Polynésiens quant à eux vont commencer l’année scolaire le 16 août prochain. La rentrée des classes pour la Nouvelle-Calédonie est également très décalée des calendriers des autres départements. A Nouméa, la rentrée scolaire pour l’année 2016-2017 a été faite le lundi 15 février 2016 dernier.

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Le guide des fruits de Daniel Pardon au Vent des îles présenté au salon du livre

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le guide des fruits de Daniel Pardon au Vent des îles présenté au salon du livre
Le guide des fruits de Daniel Pardon au Vent des îles présenté au salon du livre

Vendredi 17 novembre au centre culturel de Papeete

dans le cadre du salon du livre de 16h15 à 16h30

Présentation du Guide des fruits de Tahiti et ses îles

[Éd. Au vent des îles] par Daniel Pardon

GUIDE DES FRUITS DE TAHITI ET SES ÎLES.

Ce guide se veut avant tout pratique. Il est destiné aux amateurs, promeneurs, curieux, nouveaux arrivants et à tous les Polynésiens de souche ayant parfois perdu le souvenir des fruits dégustés pendant leur enfance. Ce livre s’adresse également à tous les enfants qui pourront ainsi donner un nom à ce qu’ils voient quotidiennement sans savoir précisément de quoi il s’agit. Fruits comestibles, fruits toxiques, des montagnes, des vallées, des parcs, des jardins, des atolls, des plantations, des fa’a’apu, notre sélection est forcément subjective et incomplète, mais elle devrait permettre à tous, avec plus de 250 espèces et variétés décrites et photographiées (plus de 1 200 références dans l’index), de s’y retrouver dans la “jungle” qu’est parfois la flore tropicale.

PRIX 29.4 € - 3 500 CFP

Seconde édition augmentée.

La passion et l’enthousiasme de Daniel Pardon, plus connu pour ses qualités de journaliste, lui ont permis de s’attaquer avec succès à ce juteux et coloré morceau que constituent les fruits polynésiens. Il a su aller chercher l’information, à partir de ses propres observations, auprès de nombreuses personnes ressources, dans différents ouvrages ou sur le net, afin de rédiger initialement en 2005 la première édition de ce guide puis de le refondre et l’actualiser en 2017.

Par cet ouvrage, il fait connaître la plupart des fruits qui ont fait la réputation de Tahiti et de la Polynésie française à travers le Pacifique, comme le fruit à pain lié à la Bounty, la banane plantain de montagne fë’i au régime érigé, l’orange autrefois exportée en Californie, le pamplemousse de Harrison Smith ou encore les très nombreux cultivars de manguiers rapprochés, quant à eux, de la pomme-Cythère ou vï en tahitien.

Préfacé par Jean-François Butaud.

PARDON DANIEL

Arrivé à Tahiti au début de l’année 1984, Daniel Pardon a été successivement rédacteur en chef du quotidien La Dépêche de Tahiti pendant près de dix-huit ans, puis, pendant treize ans, rédacteur en chef du pôle Magazines accolé à La Dépêche, pôle qu’il a créé en remettant à flot des titres comme Tiki Mag et Fenua’Orama ou en lançant certains autres titres, notamment Maisons du Fenua et Fenua Economie.

Originaire de Lyon, Daniel Pardon avait été journaliste une dizaine d’années entre Rhône et Saône dans divers médias, dont le groupe Dauphiné Libéré (il était, avant son départ à Tahiti, chef du service économique et boursier du Journal Rhône-Alpes). C’est sa passion pour la plongée sous-marine qui l’a fait s’installer à Tahiti où il a pu réaliser ses “rêves de gosse” et devenir notamment photographe sous-marin. Petit à petit, il a bifurqué vers l’étude de la flore locale ; on lui doit déjà un guide des fleurs de Tahiti et un guide des fruits de Tahiti.

Auteur de plusieurs livres, dont :

– Tahiti entre ciel et mer (Editions Glénat, 1992),

– Mururoa, Fangataufa, état des lieux (Editions Glénat, 1995),

– Guide des fruits de Tahiti (Editions Au vent des îles, 2005),

– Guide de l’île de Pâques (Editions Au vent des îles, 2008),

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Tiko et Poapi de Yannick Prigent avec les images colorées de Dominique Berton

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L’histoire de Tiko et Poapi, merveilleusement racontée par Yannick Prigent, est une aventure rythmée, aux multiples rebondissements, puisée dans la mythologie mélanésienne. Les images colorées de Dominique Berton illustrent parfaitement ce conte, avec poésie et une pointe d’humour.

Poapi a été enlevée. Elle est prisonnière du dieu du pays des Morts. Tiko est courageux et rusé, mais pour la délivrer il doit voyager très loin, résoudre les énigmes du gardien, et déjouer les pièges tendus par le dieu.

Combien de temps marcha Tiko ?

Personne ne l’a jamais su…

Mais il marcha plus de jours et de nuits que ne compte de poils la barbe du gardien des Morts… Aé… Aé… Aé…

Tiko et Poapi est un récit puisé dans la mythologie mélanésienne, une aventure aux multiples rebondissements. L’écriture de Yannick Prigent est toujours plongée dans ce qui fait l’originalité de cette terre. L’histoire est parsemée de formules enchanteresses et de trouvailles géniales. L’aspect visuel de l’album, illustré par Dominique Berton, est également à souligner : les images colorées sont réalisées avec des techniques diverses – collage, empreintes, peinture, crayon – et illustrent le texte avec poésie et une pointe d’humour.

Dominique Berton, artiste plasticienne née en Nouvelle-Calédonie, a dessiné ce pays dès ses premières esquisses. Elle suit les enseignements de différents artistes calédoniens et de l’école d’Art de Nouméa avant d’obtenir son diplôme universitaire en Histoire des Arts en Océanie en 2013. Elle représente la Nouvelle-Calédonie au Salon du Livre de Paris et au Festival Rochefort Pacifique en 2017. Elle a déjà illustré des contes kanak aux éditions de l’ADCK-centre culturel Tjibaou : Adrapo & Wanimoc, L’igname amère et Xii, le faucon de Ngwéétu, et des romans jeunesse aux éditions Joy.

Yannick Prigent est né à Nouméa et, dès sa petite enfance, il est captivé par les récits, mythes et légendes kanak qu’on raconte autour de lui.
Il étudie à Paris, voyage, exerce divers métiers, puis décide de se consacrer à l’écriture. S’appuyant sur des notes prises pendant l’adolescence, il fait paraître deux recueils de nouvelles, Le Facteur de la Tchamba et Une enfance au Nuôc-Mâm. Il publie aussi des essais, des pièces de théâtre et des albums jeunesse. Il est lauréat du prix Popaï 2010 et l’invité du prix Livre Mon Ami en 2011 pour La petite tresseuse kanak illustré par Caroline Palayer et édité chez Vents d’ailleurs.

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Kate HOLDEN invité du prochain SILO 2017

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Kate HOLDEN invité du prochain SILO 2017
Kate HOLDEN invité du prochain SILO 2017

Le SILO édition 2017 se tiendra à Poindimié

du 28 septembre au 1 octobre

Photo en Une Kate Holden news.com.au

Kate HOLDEN

Kate Holden est née à Melbourne en 1972. Elle a vécu à Rome, Shanghai et Londres avant de fréquenter l'Université de Melbourne pour y étudier la littérature classique. Elle débute sa vie professionnelle comme serveuse en pâtisserie et mannequin coiffure avant de sombrer dans le monde des addictions. Kate est l'auteure, entre autre, d'un ouvrage dans lequel elle raconte comment une jeune fille de bonne famille, cultivée et raisonnable, s'enfonce dans la spirale de la drogue et de la prostitution. "Dans ma peau, mémoire d'une prostituée" raconte un flirt avec le diable, la véritable histoire d’une femme qui découvre son pouvoir sur les hommes en même temps que sa vulnérabilité face aux dépendances de la drogue et du sexe.

En dehors de sa production littéraire, Kate Holden exerce une activité de journaliste, éditorialiste et critique dans la presse australienne.

Dans ma peau : Mémoires d'une prostituée de Kate Holden

François Mazin (Traducteur)

Éditeur : EDITIONS HÉLOÏSE D'ORMESSON (05/11/2009)

Comment une jeune fille de bonne famille, cultivée, raisonnable, sombre-t-elle dans la spirale infernale de la drogue et de la prostitution ? Des notes de Nirvana et des volutes de soirées estudiantines à la griserie des corps et l'extase des expériences illicites, il n'y a qu'un pas. Dans ma peau est l'histoire vraie d'un flirt avec le diable, d'une jeune femme qui découvre son ascendant sur les hommes, et sa vulnérabilité face à la dépendance. Un témoignage cru qui explique, avec une simplicité déconcertante, le mécanisme insidieux qui fait glisser une vie dans l'engrenage de l'addiction à l'héroïne et au sexe.

« C'est mon premier livre, que j'ai commencé à écrire lors de mon écriture scolaire par écrit et qui a été publié par Text Publishing en 2005. Il s'agit des cinq années de ma vie où j'étais travailleuse du sexe et un utilisateur d'héroïne à Melbourne. J'ai écrit de façon honnête, ouverte et authentique que je le pouvais ». Avait-t-elle déclaré dans un article d’Anna Dunkley en 2011 (Titre en anglais In my skin)

Prix Nita B. Kibble Dobbie (Meilleures débuts) 2005; Prix ​​australien de la librairie et de l'édition (Best New-comer) 2006. Énuméré dans la promotion Books Alive Great Read en 2006; Vote du public l'un des 5 meilleurs titres de The State Readers de State Library of Victoria en 2007/8. Choisi comme support de lecture pour le programme CAE 2009 de Melbourne / Glasgow.

Dans la vidéo (en anglais) qui suit Kate Holden parle de son addiction en 2015

Partager cet article
Repost0

Gotz laisse un beau souvenir à la Bi Bou

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photos JP
Photos JP

Photos JP

Le troisième jour, Gotz créa le collier de coquillages. C’était le stade de la création de ce jeudi matin, d’une fresque sur bois sur trois panneaux, un triptyque comme au Moyen Âge. Une grande peinture que Gotz affectionne de faire. Une femme noire, thème du festival de la BD 2017. Il n’en est pas à son coup d’essai. Il aime le grand format. « C’est comme pour visionner un film, je préfère le grand écran », dit-il. Bravo l’artiste !

Le peintre et illustrateur de Moorea s’est adonné à une performance avec cette peinture sur bois pour la bibliothèque de Boulouparis, la Bi Bou, dans le cadre du festival de la BD 2017. Il a travaillé trois matinées devant des admirateurs conquis.

Gotz vit en Polynésie depuis bientôt 27 ans. Il réside à Pao-Pao, dans "sa grotte" comme il aime à dire. En dehors de l’illustration BD (Pito Ma), il est sculpteur et peint beaucoup de vahiné avec une particularité : des femmes à la chevelure rouge. Ses sujets ne sont « que des supports », des prétextes pour exprimer ses émotions et les paysages et pour rechercher la lumière, la force des éléments de l'Univers (la terre, l'eau, le feu et l'air. Il s'inspire également des légendes comme celle de Pele, la déesse hawaiienne du feu, des éclairs, de la danse, des volcans et de la violence. Lors d'un voyage en Asie pour présenter ses sculptures Gotz a été mordu par la peinture chinoise. Cet autodidacte n’a pas eu besoin des beaux-arts pour apprendre et créer des œuvres magnifiques. Il expose régulièrement. JP

Son dernier album Pito Mâ, Tome 11, Radio cocotier, Gotz, Marotea, Au Vent Des Iles. Avec Pito Mâ Gotz (Dessinateur) Marotea (Scénario) est paru le 12 décembre 2016.

la bibliothécaire, Gotz et son assistante en herbe, Gotz fin content, Le collier de coquillages (début)la bibliothécaire, Gotz et son assistante en herbe, Gotz fin content, Le collier de coquillages (début)
la bibliothécaire, Gotz et son assistante en herbe, Gotz fin content, Le collier de coquillages (début)la bibliothécaire, Gotz et son assistante en herbe, Gotz fin content, Le collier de coquillages (début)

la bibliothécaire, Gotz et son assistante en herbe, Gotz fin content, Le collier de coquillages (début)

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

La force du pardon : Hommage à Simone Veil par Jean Vanmai

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Image de Franceinfo Mort de Simone Veil : son biographe, Maurice Szafran, salue une vie marquée par "d'interminables combats difficiles et pénibles"

Image de Franceinfo Mort de Simone Veil : son biographe, Maurice Szafran, salue une vie marquée par "d'interminables combats difficiles et pénibles"

Cet article était dans le Chien Bleu que j'ai acheté ce matin. JP

Cet article était dans le Chien Bleu que j'ai acheté ce matin. JP

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Agora Gallery Galerie d'art à New York avec Caroline Degroiselle

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Une artiste peintre calédonienne mondialement connue que l'on ne présente plus ici, sur le Caillou, mais que nous sommes fiers de suivre dans sa réussite. Cavalière et amoureuse des chevaux, c'est avec ses tableaux magnifiques tableaux de chevaux que je l'ai découverte. J'adore son travail. JP

Vernissage du 6 juillet

Une petite interview pour présenter mon travail à New-York

Un, des tableaux exposés avec les commentaires.

Un, des tableaux exposés avec les commentaires.

"The colors create the subject with boldness, vibrancy, vitality, love and joy, just like me, a happy artist!" says Caroline Degroiselle who resides in New Caledonia in the South Pacific. Mirroring the variations of the world she lives in, her paintings let viewers experience its lush physicality and vibrant sense of positivity.
Caroline Degroiselle, Artiste Peintre

In My Marine Heart Garden | Acrylic on Canvas is part of Sensorial Realities, on view at the gallery until July 25th.

" les couleurs créent le sujet avec audace, dynamisme, vitalité, amour et joie, tout comme moi, un artiste heureux !" dit Caroline Degroiselle qui réside en nouvelle-Calédonie dans le pacifique sud. Reflétant les variations du monde dans lequel elle vit, ses peintures laissent les spectateurs expérimenter son luxuriante et son sens vibrant de la positivité.
Partager cet article
Repost0

Tim FLANNERY invité du prochain SILO 2017

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo du site d'info australien illawarra mercury du 26 juillet
Photo du site d'info australien illawarra mercury du 26 juillet

Photo du site d'info australien illawarra mercury du 26 juillet

Le SILO édition 2017 se tiendra à Poindimié

du 28 septembre au 1 octobre

Tim FLANNERY

Né en 1956, Tim Flannery est un scientifique australien qui partage son temps entre la recherche, l’enseignement et le militantisme écologique. Il est conseillé pour les questions environnementales auprès du Parlement fédéral australien, conseiller pour le Conseil pour l'avenir du monde et président du Conseil de Copenhague sur le climat. Il a publié plus de trente ouvrages dont beaucoup sont traduits en français (Les Faiseurs de pluie, Agissons pour sauver la planète, Penser la terre). Il y propose des solutions simples et concrètes pour sauvegarder une planète déjà endommagée, encourage inlassablement la prise de conscience collective et célèbre l'action individuelle.

Son engagement passionné contre le réchauffement climatique lui a valu d'être nommé Australien de l'année en 2007.

Bibliographie :

Les faiseurs de pluie, Éditions Héloïse d'Ormesson, 2006 (ISBN 2-35087-023-5)

Alerte rouge : Agir contre le réchauffement climatique, Éditions Héloïse d'Ormesson, 2010

Au plus secret des îles. Aventures dans le Pacifique, Éditions Noir sur Blanc, 2015

Penser la Terre. Plaidoyer optimiste pour notre futur, Éditions Buchet/Chastel, 2013

Sauver le climat. Tout est encore possible, Éditions Buchet/Chastel, 2015

Les changements climatiques sont aujourd’hui au cœur de l’actualité et nous commençons enfin à prendre la mesure de la catastrophe que nous subissons et dont nous sommes les premiers responsables.

Cette crise n’est pas inévitable, mais le temps presse. Tout peut encore changer si nous réagissons. Certaines solutions porteuses d’espoir s’esquissent un peu partout sur Terre, d’autres sont encore au stade de la théorie : capturer du carbone atmosphérique grâce à des plantations extensives d’algues, produire de la neige de CO2 en Antarctique, fabriquer du biochar, un charbon de bois enrichi en carbone...

Dans cet essai très documenté, Tim Flannery n’épargne ni les dirigeants des grandes puissances politiques ni les chefs d’entreprise tout autour de la planète et il démontre à quel point des intérêts à court terme ont des effets délétères.

Un cri d’alarme et d’espoir pour sauver la vie sur Terre. Une lecture indispensable pour tous ceux qui s’inquiètent de l’avenir.

Quelques uns de ses livres. (Un petit échantillon)

Tim FLANNERY invité du prochain SILO 2017
Tim FLANNERY invité du prochain SILO 2017
Tim FLANNERY invité du prochain SILO 2017
Tim FLANNERY invité du prochain SILO 2017

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

Les salons du livre 2017 en Mélanésie et en Polynésie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Tandis que le SILO 2017 sur le Caillou est finalisé, la 17e édition du Salon du livre « Lire en Polynésie » se prépare ! Pirogue 2017, Salon du livre de Port-Vila au Vanuatu en avril avait donné le coup d’envoi.

Du jeudi 16 au dimanche 19 novembre 2017,

à la Maison de la Culture

Sur le thème « vɛʁ »…

Les sujets relatifs au thème « vɛʁ » se croisent et se répondent dans la littérature polynésienne, dans la littérature francophone et internationale, tel un terreau fécond source de création, de culture et d’expression. Un terme à la phonétique simple mais aux nombreux sens, homonymes, synonymes, antonymes, etc. Et qui fait référence à un panel sans fin de sujets d’ouverture et d’échange.

« vɛʁ »

Ver, verre, vert, vers, vair… Toutes les déclinaisons sont possibles avec ce terme à la phonétique si abstraite, impalpable et dont les sens se déclinent dans toutes les directions, correspondent à maintes sujets… Préposition ou nom, adjectif — singulier ou pluriel — ou substantif, voire locution, le son « vɛʁ » désigne tantôt une direction, un état, tantôt un animal, un fruit ou un objet. Ou encore, quelques mots composant une strophe d’un poème.

“Lire en Polynésie” est ainsi une belle occasion, pour notre littérature du Pacifique et ses lecteurs, de rencontrer la littérature d’ailleurs. Les échanges et les rencontres sont autant d’opportunités qui permettront à nos auteurs d’être connus et reconnus dans le Pacifique mais aussi au sein d’une littérature mondiale.

NB : Le thème choisi, en dehors du fait qu'il évoque notamment la poésie, écrit en phonétique pour ce salon démontre bien l’attachement aux langues, à la langue polynésienne, le tahitien. Comme en Nouvelle-Calédonie, les Tahitiens se démènent pour la conservation et la diffusion de la culture du pays.

Le tahitien (en tahitien reo tahiti, prononcé /ˈreo taˈhiti/) est une des cinq langues reconnues de la Polynésie française, où il reste la seconde langue véhiculaire, en concurrence avec le français, unique langue officielle du Fenua.

La langue tahitienne est parlée dans les îles de la Société, notamment à Tahiti, au Nord-Ouest des Tuamotu et à Tubuai. Elle est également la langue maternelle d'une partie des Tahitiens de Nouvelle-Calédonie.

C'est une langue de tradition orale, transcrite pour la première fois au début du XIXe siècle par des évangélisateurs chrétiens de la Société missionnaire de Londres pour la traduction de la Bible. (plus sur wikipédia)

Lorsqu'à la fin du XVIIIe siècle, les Européens arrivent à Tahiti, il n'y existe pas d'écriture, tout se transmet oralement d’où peut-être cet intérêt pour la phonétique. JP

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 > >>