Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les prix littéraires 2017 du SILO à Poindimié

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Jean-Brice Peirano et Christophe Augias les inséparables complices du SILO Photos JP
Jean-Brice Peirano et Christophe Augias les inséparables complices du SILO Photos JP

Jean-Brice Peirano et Christophe Augias les inséparables complices du SILO Photos JP

C’est à 13h30 tapantes (les 3 /4 d’heure de retard) que la cérémonie des prix s’est déroulée dans une ambiance survoltée.

Le prix POPAÏ tant attendu est revenu à Ismet Kurtovich pour son livre de pièces de théâtre bien calédoniennes. Plus sur Ismet

Le prix POPAÏ jeunesse est revenu à Dominique Berton pour sa belle illustration de Tiko. Plus sur Tiko

Le prix Vi Nimö des lycées a été attribué à Dora Wadrawane pour l’Hom Wazo Roman Prix Michel Lagneau 2009 aux éditions Madrépores.

Ce prix a été décerné après une émouvante et parfois hilarante présentation des livres par les élèves du Lycée Do Kamo a été un des grands moments dans cette cérémonie.

Plus sur les prix 2015

Photos des lauréats JP
Photos des lauréats JP
Photos des lauréats JP

Photos des lauréats JP

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Silo 2017 c'est parti

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Peter Bakowski, Imasango Katia avec au centre Frédéric  Ohlen modérateur Photo JP
Peter Bakowski, Imasango Katia avec au centre Frédéric  Ohlen modérateur Photo JP

Peter Bakowski, Imasango Katia avec au centre Frédéric Ohlen modérateur Photo JP

Chaleur et sécheresse, c'est le paysage calamiteux qui attend les courageux qui partiront de Nouméa avec au passage le spectacle des champs de maïs OGM, "Organisme génétiquement mort" brûlés par le soleil. Mais la récompense est au bout de la route. Poète, ecrivains, philosophes, et la grande Librairie sont à la disposition des visiteurs. JP

Le Silo c'est jusqu'à dimanche. Venez voir les auteurs d'ici et d'ailleurs.

Dominique Berton et Auriane Dumortier en dédicace à la grande librairie Photos JP
Dominique Berton et Auriane Dumortier en dédicace à la grande librairie Photos JPDominique Berton et Auriane Dumortier en dédicace à la grande librairie Photos JP
Dominique Berton et Auriane Dumortier en dédicace à la grande librairie Photos JP

Dominique Berton et Auriane Dumortier en dédicace à la grande librairie Photos JP

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Magazine interculturel Francophonies, n° 31 Francophonies océaniennes

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Magazine interculturel Francophonies, n° 31 Francophonies océaniennes

Magazine interculturel Francophonies, n° 31, juin-juillet 2017: Francophonies océaniennes

Des textes réunis et présentés par Andréas Pfersmann et Titaua Porcher-Wiart (Université de la Polynésie française)

 


Quatrième de couverture


Les littératures océaniennes d’expression française demeurent un objet rare, assez peu connu du grand public malgré la percée remarquable d’œuvres issues de la Nouvelle Calédonie, de la Polynésie française ou du Vanuatu depuis le début du XXIe siècle. Ces littératures qui ont relevé le défi de dépasser le carcan folklorique, offrent un point de vue original sur les rapports de domination politique, culturelle et linguistique dans des contextes coloniaux différents, mais culturellement très proches. Réunis par Andréas Pfersmann et Titaua Porcher-Wiart, avec la colla- boration d’Hamid Mokkadem et Malika Combes, les textes de ce volume proposent des éclairages complémentaires sur cette petite littérature ainsi qu’une anthologie des œuvres francophones d’Océanie. La première partie du numéro s’intéresse aux questions identitaires et politiques, la deuxième concerne la question des langues et leurs enjeux en contextes diglossiques ou multiglossiques et le dernier volet, qui adopte une perspective davantage anthropologique, analyse les liens spécifiques des Océaniens à leur espace et au corps. 


Sommaire


Ouverture

11. Andréas Pfersmann – Titaua Porcher-Wiart, Présentation

25. Dominique Jouve, Court panorama de la littérature de Nouvelle-Calédonie 
Questions identitaires et politiques
65. Eddy Banaré, Okorenetit? Où est le droit?: le théâtre de Pierre Wakaw Gope et la mobilisation des espaces en Nouvelle-Calédonie

87. Mounira Chatti, Les voleurs de langue

99. Fritz Peter Kirsch, Mutismes tahitiens et jeux occitans « a la talvera ». Sur deux littératures dominées

117. Andréas Pfersmann, L’écrire dominé


L’enjeu des langues

145. Odile Gannier, Le français Pacifique: jeux d’idiomes

173. Stéphanie Geneix-Rabault, Francophonies océaniennes dans le multilinguisme. Créativité littéraire et voix contemporaines slamées: contextes, enjeux et mises en voix

197. Hamid Mokaddem, Les rapports subjectifs kanak à la langue française. Étude de quelques textes en Nouvelle-Calédonie

223. Audrey Ogès, « L'interlangue », ou l'unicité attaquée dans les œuvres de trois auteures francophones océaniennes: Flora Devatine, Déwé Gorodé, Chantal Spitz

 

Corps / parole /espace: regards anthropologiques et éco-critiques
249. Anne-Sophie Close, Corpus littéraire, corps du monde et corps de l’homme: de l’organicité des textes à la réaffirmation sensorielle de l’autochtonie polynésienne contemporaine. Éclairage éco-océanique

273. Julia Frengs, Une écocritique océanienne? Des réponses aux injustices environnementales dans la littérature de l’océanie francophone

293. Titaua Porcher-Wiart, Flora Devatine: le corps en résonance

311. Daniel Henri Pageaux, L’écharde, roman « australien » de Paul Wenz

Anthologie portative de la littérature francophone du Pacifique

A) Tahiti

329. Flora Devatine, En-quête d’écriture (extraits)

345. Chantal Spitz, Et la mer pour demeure

351. Ariirau Richard-Vivi, Un sacrifice amoureux 

B) Nouvelle Calédonie (textes réunis par Hamid Mokaddem)
360. Déwé Gorodé, Parole de lutte /  Des millénaires

363. Luc Énoka Camoui, Interculturalité / Pluie de Niña / Reviens mon fils / Scrutin local fatidique           

370. Pierre GOPE, Le Dernier crépuscule (extraits)

377. Claudine Jacques, Le canapé (nouvelle inédite)

386. Nicolas Kurtovich, Le labyrinthe (extrait de Dans le ciel splendide)

390. Frédéric Ohlen, Nouméa

Conclusion
399. Andréas Pfersmann – Titaua Porcher Wiart, Orientation bibliographique

407. Bio-bibliographie sommaire des collaborateurs

415. Les Numéros d'Interculturel Francophonies

 

NB : Le lecteur trouvera le début du roman inédit de Frédéric Ohlen invité du SILO La Rivière invisible, texte intitulé Nouméa aux pages 390-395. Captivante et fascinante description moderne de la ville-capitale !

Dans la catégorie « nouvelles », bien qu’absente, on pourra trouver un  très beau texte inédit de Claudine Jacques intitulé Le canapé

Il est probable que ce livre-dossier sera sur les étals du salon.

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Lancement du SILO 2017 à Nouméa

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Discours d'ouverture. Photo JP
Discours d'ouverture. Photo JP

Discours d'ouverture. Photo JP

Sympathique cocktail traditionnel de lancement du SILO à Nouméa avant l’ouverture officielle à Poindimié. L’événement a été cependant entaché par l’absence d’une partie des invités extérieurs, à cause de la grève des pilotes d’Aircalin. À l’heure des restrictions budgétaires, des gains de productivité énormes demandés à certaines professions, tandis que les retraités voient chaque année leur pouvoir d’achat diminué. Cette grève, ce n’est pas la lutte des classes mais la lutte de la classe business des nantis égoïstes.

Malgré ce raté, la fête du livre aura bien lieu et les auteurs otages, dispersés dans la nature, seront présents à Poindimié. Certains se sont jetés à l’eau et nagent courageusement pour rejoindre la cote Est, d’après les dernières informations recueillies au cours de cette soirée. La littérature ça donne aussi des palmes mais pas toujours académiques. JP

Les invités australiens. Photo JP

Les invités australiens. Photo JP

Photos de la soirée avec quelques uns des invités locaux. JP
Photos de la soirée avec quelques uns des invités locaux. JP
Photos de la soirée avec quelques uns des invités locaux. JP
Photos de la soirée avec quelques uns des invités locaux. JP

Photos de la soirée avec quelques uns des invités locaux. JP

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Prix Ecrire en Océanie 2017 : Diego Jorquera

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le jury d’Ecrire en Océanie qui s’est réuni le dimanche 17 septembre à Bouraké a sélectionné la nouvelle

« Elle »

de Diego Jorquera.

Félicitations à l’auteur qui reçoit le Prix Ecrire en Océanie 2017, prix qui lui sera remis le vendredi 13 octobre à Boulouparis.

 

 

Aucun autre prix n’a été décerné. Plus

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Plantes remarquables du Vanuatu de Chanel Sam et Laurence Ramon + Poème JP

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Plantes remarquables du Vanuatu de Chanel Sam et Laurence Ramon + Poème JP
Plantes remarquables du Vanuatu de Chanel Sam et Laurence Ramon + Poème JP

Paru en 2015, cet ouvrage est actuellement en vente En vente actuellement à l'Alliance française au prix de 3900 VT.

Ce guide sur la flore remarquable du Vanuatu a pour ambition de sensibiliser à la diversité végétale du Vanuatu et aux enjeux de conservation qui y sont associés.

Les 236 plantes présentées ont été sélectionnées pour leur caractère remarquable : espèces communément rencontrées, caractères morphologiques particuliers (gros fruit, belles fleurs, feuillage urticant, etc.) ou des propriétés notables (plantes médicinales, ornementales, etc.). Ont été ajoutées quelques espèces plus rares et discrètes mais remarquables car endémiques du pays et parfois vulnérables. Toutes les espèces sont illustrées par de magnifiques dessins en couleurs qui permettent une première identification des espèces ; le texte des notices privilégie les caractères non apparents sur les illustrations.

L'ouvrage est bilingue français/anglais

Le livre est organisé en deux parties : la première partie présente les plantes à graines, regroupées en quatre sous-parties selon leur type biologique : arbres et arbustes, buissons, herbes et lianes ; la seconde partie concerne les fougères et lycophytes (plantes à spores).

Outre des descriptions morphologiques, l’ouvrage indique pour chaque plante ses noms communs en bichelamar, français et anglais, de préférence utilisés au Vanuatu. Un index en fin d’ouvrage présente les noms vernaculaires des plantes dans plusieurs langues du Vanuatu.

Chanel Sam est botaniste au Département des forêts du Vanuatu et conservateur de l'Herbier.

Laurence Ramon est ingénieur agronome et dessinatrice naturaliste.

Une pensée pour les Vanuatais menacés par les éruptions volcananiques.

Les autorités du Vanuatu se préparaient à évacuer jusqu’à 5000 personnes car l’éruption volcanique sur l’île d’Ambae continue à s’intensifier. Geohazards a élevé samedi le niveau d’alerte de trois à quatre, signe d’une « éruption modérée ». Mais ce n’est pas seulement au Vanuatu à Bali et partout dans le monde la Terre se rebiffe des agressions humaines. Les catastrophes dites naturelles ne le sont peut-être pas. J’ai composé récemment un poème sur le thème volcan. Je le dédie aux gens d’Ambae. JP

Dans le feu du nakamal

Un jeune homme, anéanti par la fatigue de son travail et ses deux shells de kava goulûment ingurgités, se laissa hypnotiser par les flammes du feu d’un nakamal de l’île des oubliés.

À demi-endormi, son esprit, libéré de son corps, s’éleva. Il planait au dessus du quai des déportés, quand un vent fort l’emporta jusqu’au milieu de la chaîne, au fin fond d’une vallée.

Il devînt spectateur d’un pilou endiablé. Hommes et femmes séparés tournaient en spirale comme des damnés. Les guerriers à demi nus portaient des armes du temps passé.

Irrésistiblement, attiré par les lointaines lueurs des rivières de lave sur l’île noire, il se dirigea vers les feux d’Ambrym, piquetant ses pupilles d’étincelles projetées des abîmes.

Les sons des tambours, mêlés aux cliquetis cadencés des bracelets de graines aux chevilles des danseurs, d’une sorte de farandole pour flatter les Dieux, le fit frissonner.

Les exécutants de ce carnaval, un danis raund[1] de Malampa[2] se trémoussaient, à l’unisson de leurs frères de la Grande Terre, dans le même respect des coutumes et de la prière.

Le jeune homme de la ville blanche se réveilla hébété. Son regard illuminé croisa celui d’un vieux hébridais, assis, face à lui. Il le fixait à travers le rideau déchiré de la flambée.

Le vieux néo, comme l’appelaient les squatteurs du quartier, souriait. Il savait comment, et où, le jeune homme avait été entraîné, par la magie de ses ancêtres vanuatais.

Joël Paul Juillet 2017

 

[1] Equivalent du pilou kanak appelé couramment le carnaval

[2] Province au nord de l’archipel

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

LA BAIE DES DAMES, un récit Danielle Dambreville

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

LA BAIE DES DAMES, un récit Danielle Dambreville

La baie des Dames raconte l'aventure calédonienne de Louise Michel, suite à l'échec de la Commune. Après une traversée homérique de 4 mois, elle va rejoindre le camp retranché de Ducos près de Nouméa, pour exécuter sa peine de déportée. Son existence en sera alors bouleversée.

Professeure de français, Danielle Dambreville a séjourné en Nouvelle-Calédonie, où elle a enseigné dans un collège de Nouméa et s'est intéressée à l'histoire calédonienne des déportés de la Commune.

Broché ISBN : 978-2-343-11882-6 • septembre 2017 • 250 pages

Chez L’Harmattan au prix de 23 Euros

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Gauguin - Voyage de Tahiti film du cinéaste Édouard Deluc

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le film du cinéaste Édouard Deluc a fait le choix de se concentrer sur la période tahitienne du célèbre peintre interprété par Vincent Cassel. L'acteur «incarne Paul Gauguin avec détermination et, par moments, un enthousiasme qui fait plaisir à voir disent les critiques.

Espérons que ce film, ça semble le cas, soit fidèle à l’histoire et la réalité car on se souvient de la réussite commerciale du film Les Révoltés du Bounty (Mutiny on the Bounty), un film américain réalisé par Lewis Milestone, sorti en 1962. Le film raconte l'histoire « authentique » de la mutinerie menée par Fletcher Christian qui a eu lieu en 1789 à bord du Bounty. Le capitaine William Bligh faisait preuve de cruauté envers son équipage et la plupart des officiers.

Je me souviens des conférences de l’inénarrable Riquet Goiran, un ancien compagnon du commandant Cousteau. Il ne tarissait pas d’éloges sur le vrai héros, d’après lui, le capitaine William Bligh. À la suite du tournage, Marlon Brando achètera l'île de Tetiaroa, proche de Tahiti, pour y fonder son foyer, c’est surement l’aspect le plus positif du film américain. JP

Bande-annonce de Gauguin - Voyage de Tahiti d'Édouard Deluc, en salles ce mercredi 20 septembre.

D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? est une des œuvres les plus connues de Paul Gauguin. Peinte à Tahiti en 1897-1898,

D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? est une des œuvres les plus connues de Paul Gauguin. Peinte à Tahiti en 1897-1898,

Paul Gauguin part à Tahiti 4 avril 1891 court extrait d’un article de Camille Vignolle publié sur Herodote.net en 2016

Le 4 avril 1891, Paul Gauguin (43 ans) s'embarque pour Tahiti à la recherche de nouvelles sensations.

L'artiste est alors au sommet de la gloire et il a déjà accompli une première révolution picturale. Son voyage va en occasionner une nouvelle et changer aussi notre regard sur la Polynésie.

L'artiste, de retour à Paris, profite de la vente de quelques œuvres pour organiser son départ pour Tahiti. Proche du symbolisme, il met en pratique à sa manière un célèbre poème de ce mouvement :

«La chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres.

Fuir ! Là-bas fuir ! Je sens que des oiseaux sont ivres

D'être parmi l'écume inconnue et les cieux !»

(Stéphane Mallarmé, Brise marine)

À Tahiti, colonisée depuis peu par la France, le peintre cherche auprès des indigènes maoris de nouvelles sources d'inspiration. Mais la réalité triviale le déçoit et il revient en Europe en juillet 1893. C'est pour repartir deux ans plus tard à Tahiti puis en août 1901 aux îles Marquises, encore païennes et tenues à l'écart de la civilisation occidentale. Dans ses refuges polynésiens, Gauguin se comporte en colon ordinaire, vindicatif à l'égard de l'administration, méprisant pour les indigènes, porté sur l'alcool et gavé de chair juvénile.

Nevermore O. Taiti, toile 60x116 cm (Paul Gauguin, 1897), Courtauld Institute, Londres

Ses peintures et ses sculptures représentent l'amour triste et les yeux vides des indigènes. Ponctuées de points d'interrogation («D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? »...), elles traduisent les affres d'une culture en crise ; la culture indigène ou la culture occidentale. À chacun de se faire son opinion.

Mort de misère et d'alcoolisme, le 8 mai 1903, aux Marquises, Gauguin fait figure de précurseur de l'Art nouveau.

Quelques livres sur Gauguin (choisis au hasard, il y en a des dizaines d'autres)
Quelques livres sur Gauguin (choisis au hasard, il y en a des dizaines d'autres)
Quelques livres sur Gauguin (choisis au hasard, il y en a des dizaines d'autres)

Quelques livres sur Gauguin (choisis au hasard, il y en a des dizaines d'autres)

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Nouveauté : LES MOUSTACHES DE TIGRE de Joël Paul invité du salon de Tahiti

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Couverture du roman "Les Moustaches de Tigre"

Couverture du roman "Les Moustaches de Tigre"

« En vɛ ʁ et contre tout, mon livre sera prêt pour le SILO de Tahiti, j’y vais comme invité reporter amateur et accessoirement écrivain, mais j’aurai l’air moins bête d’y aller avec un ouvrage récent. Je suis satisfait de mon travail, j’y ai mis tout mon cœur pour le plaisir de le partager avec vous, mes amis lecteurs. J’émerge doucement, j’ai le temps, je suis encore jeune. « Cette fois c’est la bonne ». L’espoir fait vivre.

La bonne correction, grâce à la bonne adresse fournit par Luc Deborde des éditions Humanis, et de la belle couverture d’Aldo Ganter de Totem production de Nouméa vont bien m’aider. Il est recommandé de le commander avant épuisement en attendant que Cathie Mannée de Pacifique Bookin, chargée de la distribution, en fasse venir sur le Caillou. » JP

 

Les Moustaches de Tigre - Une aventure indochinoise

Collection Portes océanes

LITTÉRATURE DOCUMENTS, RÉCITS ASIE Cambodge Chine Laos Vietnam

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, la situation en Indochine se dégrade très rapidement. Maurice Morin, jeune lieutenant et fils d'un riche colon, échappe au massacre et se réfugie au Laos. Isolé, il devient opiomane. Revenu sur le domaine familial grâce à son père qui veut le guérir, Maurice décide de repartir et de monter une affaire de transport avec Thanh, son frère de lait. Du Tonkin en Cochinchine, cette famille, victime de l'histoire, va se débattre dans les tourments de la décolonisation...

Broché ISBN : 978-2-343-12822-1 • septembre 2017 • 280 pages

Biographie de Joël PAUL

Fils de boulanger, né en 1952 en Picardie. Joël PAUL commencera sa vie active comme commis dans la boulangerie familiale. Son père ayant fait le choix de s’exiler en Nouvelle-Calédonie, il embarque à 17 ans sur Le Calédonien des messageries Maritimes en 1969 pour le rejoindre. Un voyage de 45 jours qui lui inspirera un roman paru en 2007 chez l’Harmattan Le Calédonien.

Joël PAUL ne quittera plus le Pacifique. Après une carrière à ENERCAL, Société Néo-Calédonienne d'Énergie. Titulaire d’un DESE du CNAM, il est aujourd’hui retraité. Il se consacre en dilettante à l’écriture et la rédaction d’articles principalement littéraires sur des blogs.

Père de quatre enfants, son épouse Vietnamienne lui permet de tisser des liens avec l’Indochine qui lui inspireront son dernier roman en 2017, Les Moustaches de Tigre, édité chez l’Harmattan dans la collection « Portes océanes » dirigée par Frédéric Angleviel, professeur des universités en histoire et Paul Magulue Fizin, docteur en histoire. Ce retour chez l’Harmattan a été entrecoupé de romans édités chez Humanis : Les visiteurs du Château Hagen et 3 minutes avant la fin du monde ainsi que des recueils de nouvelles en autoédition.

Deux ateliers d’écriture avec Yves Borrini comédien émérite à la maison du livre de Nouvelle-Calédonie pour la compagnie Kalachakra à la recherche de monologues sur « Métiers de Nuit NC » lui donneront l’envie d’écrire pour le théâtre deux sketchs pour la compagnie les Artgonautes du Pacifique. Il est également coauteur du spectacle « Paroles de Thio » encore en tournée en Nouvelle-Calédonie en 2017.

  • En 1998, lauréat d’un concours d’histoires pour la jeunesse organisé par la bibliothèque Bernheim à Nouméa avec La balade du petit tricot
  • Prix 2011 des bibliothécaires de la province Nord pour la nouvelle Che si ascuiga le castagne ora
  • En juillet 2011, sélection pour le coup de cœur du festival de Groix en Bretagne avec son roman Le Calédonien
  • Prix 2011 Destin Commun avec une nouvelle C’est ça le destin commun concours Ecrire Les vies D’Ici
  • En 2013, Finaliste du prix d’automne de Short édition avec Cthulhu et le Tabou Kanak
  • En 2015, sélection par la troupe les Artgonautes pour l’écriture d’une partie du spectacle Paroles de Thio.
Partager cet article
Repost0

Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de viet kieu de BALOUP Clément, DAUM Pierre

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de viet kieu de BALOUP Clément, DAUM Pierre
Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de viet kieu de BALOUP Clément, DAUM Pierre

Suite d'un précédent article sur les Công Binh

L'histoire...

Mars 2004, Camargue. Alors qu’il couvre le conflit provoqué par la fermeture annoncée de l’usine Lustucru d’Arles, Pierre Daum, journaliste, découvre que cette usine ne fabrique pas seulement des pâtes : elle conditionne également le riz cultivé par des producteurs locaux. Il décide alors de se renseigner sur les conséquences de cette fermeture pour ces petits producteurs.

A l’occasion de ses recherches, il visite un Musée du riz où certaines photos l’interpellent : des Vietnamiens seraient venus planter du riz en Camargue pendant la Seconde Guerre Mondiale ? Pourquoi ce fait est-il si peu connu ?

Il entame alors une enquête minutieuse pour retrouver des témoins de cette époque, susceptibles de lui en dire davantage. Il découvre que 20.000 travailleurs indochinois ont été forcés dans les années 1940 à venir travailler en métropole pour “participer à l’effort de guerre”…

Une enquête prenante entre deux continents, qui s’attache à un pan volontairement oublié de l’Histoire. Un Hors Série émouvant et sensible des Mémoires de Viet-Kieu.

Prix : 14 €

Collection : Contre-cœur

Extrait de Culture BD la présentation de Pierre Daum

Pigiste pour Libération, Pierre Daum découvre par hasard un musée dédié au riz qu’il s’empresse de visiter. Une photo attire son regard : elle représente deux paysans indochinois en train de planter du riz en 1942 en Camargue. Son instinct le convainc très vite qu’il tient là un sacré sujet. Son livre, Immigrés de force, publié en 2009 n’a pas échappé au regard de Clément Baloup qui, dans la lignée de ses Mémoires de Viet Kieu, l’adapte en bande dessinée.

Les Linh Tho, qu’on peut traduire par « travailleurs soldats » ont été arrachés à leurs familles en 1939 par le colonisateur français en Indochine pour participer à l’effort de guerre. Ils sont 20 000 à être acheminés à bord de cargos, traités comme du bétail, pour venir travailler dans nos usines ou dans les exploitations agricoles. Leur expérience de la culture du riz a notamment été utilisée pour développer les rizières camarguaises. Mal nourris, mal logés, en butte au racisme « ordinaire », ils ont été exploités sans le moindre salaire, jusqu’en 1945 où la plupart sont repartis chez eux. Mais beaucoup sont aussi restés en France et ont fondé des familles.

NB : « Công Binh » ou « Linh Tho » au Viêt Nam

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

1 2 3 > >>