Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Boukan, un journal papier pour changer de perspective sur les Outremer

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Boukan, un journal papier pour changer de perspective sur les Outremer

Le premier numéro fait un focus sur la Nouvelle-Calédonie. Sébastien Lebegue signe la photo de couverture avec un jeune de Canala. Un petit clin d’œil à son passage à Nanon-Kénérou.

 

Boukan est le premier journal en kiosque dédié à l’actualité des territoires ultramarins, à la valorisation de ses cultures, de son patrimoine naturel à travers une ligne éditoriale exigeante. Un journal papier, pour être présent dans tous les points presse de France hexagonale, mais aussi dans les territoires ultramarins !

 

10 ans d'expérience avec Une saison en Guyane

 

Cela fait une décennie que nous éditons le semestriel Une saison en Guyane. Nous pensons qu'il est temps de proposer à tous les territoires ultramarins un média papier de référence.

 

Un journal au delà des idées reçues

 

L’image des territoires ultramarins est coincée entre des clichés exotiques et des clichés sociaux. Nous allons développer une ligne éditoriale originale avec l’ambition de renouveler cette vision, tout en valorisant le travail des journalistes et des photographes professionnels locaux.

 

Aujourd'hui, c'est à vous de jouer, préabonnez-vous ! Ensemble, renouvelons le paysage de la presse des Outremer, ouvrons un nouvel espace d'expression et faisons évoluer les mentalités !

 

Les territoires d'Outremer méritent leur place en kiosque

En 2018, il n’existe aucun média papier dans les points presse pour parler des Antilles, de la Guyane, de Mayotte, de la Réunion, de la Nouvelle-Calédonie, de la Polynésie, de St Pierre & Miquelon ou des Terres australes. Si l’on observe l’offre des rayons presse, et des médias en général, il est évident que les territoires ultramarins souffrent d’un manque de visibilité…. plus

 

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

LE TUEUR aux 12 MARTEAUX - Terreur à Nouméa de Jean-Marc FERNANDEZ aux éditions Sudocean

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

LE TUEUR aux 12 MARTEAUX  - Terreur à Nouméa de Jean-Marc FERNANDEZ aux éditions Sudocean

Passionné d'histoire générale, ce retraité autodidacte s'est investi depuis quelques années dans des recherches relatives à la Nouvelle-Calédonie. Cet engouement l'a mené à diffuser quatre ouvrages relatifs à notre Territoire :

2013 : NOS ANCÊTRES LES KANADONIENS : Origine et développement du peuplement de la Nouvelle-Calédonie en concomitance avec une chronologie des principaux événements mondiaux.

2015 : MEMORIAL DE LA CALEDONIE : Près de 2300 sujets développés, concernant toute l'histoire du Pays.

2017 : ROUSSETTE ou SECRETS D'UN BAGNARD : Roman historique : à travers le vécu d'un bagnard, le lecteur découvrira une aventure passionnante dans l'univers du bagne, tout en parcourant l'histoire de la Nouvelle-Calédonie.

2019 : LE TUEUR AUX 12 MARTEAUX : Sur le thème d'un tueur en série, ce roman fera vivre une enquête policière des plus énigmatiques dont l'action se déroule principalement en Nouvelle-Calédonie.

Cet ouvrage est disponible en librairie. Au prix de vente public de 2990 Francs.

PREFACE :

            Les tueurs en série peuvent apparaître comme des individus manifestant soudainement des pulsions inattendues qui les mènent à commettre les actes les plus odieux.

            Cette interprétation des faits ne reflète cependant pas la triste réalité des circonstances qui conduisent nombre d’entre eux à se transformer en des prédateurs abominables, dont l’analyse comportementale dévoile souvent des personnalités introverties capables de mises en scène réfléchies.

            Sûrs d’eux, organisés, ceux-ci opèrent de façon très structurée, calculent avec précision tous leurs gestes, et s’appliquent à suivre un scénario mûrement conçu et approprié à leur motivation. D’une nature très prudente, ils s’organisent bien à l’avance pour préparer seuls leur plan, et en prenant soin de ne pas éveiller l’attention de la part des voisins ou autres personnes qu’ils pourraient croiser en se rendant chez leurs victimes.

            Vivant très certainement repliés sur eux-mêmes, d’une personnalité au-dessus de tout soupçon, ils fréquentent seulement quelques relations, choisies avec prudence, auxquelles ils ne confient bien sûr pas leurs secrets.

            Les perfectionnistes accomplissent leurs méfaits avec une grande patience, allant jusqu’à l’obsession. Méticuleux, ils prennent ainsi toutes les précautions utiles pour ne laisser aucune trace compromettante sur les lieux qu’ils ont choisis.

            Provocateurs, quelque peu narcissiques, ils affichent une grande maîtrise de soi en laissant parfois un indice destiné à montrer leur supériorité et à brouiller les pistes pour narguer les enquêteurs.

            Leur rituel immuable dénote une attitude impassible et déterminée à poursuivre jusqu’au bout  l’action qu’ils s’étaient fixé. Tout est donc étudié pour  réaliser un plan  d’où l’on  peut extraire les détails ayant conduit à leur motivation profonde.

            Celle-ci peut alors être de nature diverse, se traduisant par une volonté d’apparaître comme des êtres supérieurs, de faire parler d’eux en réalisant des actes significatifs, d’un besoin de faire souffrir ou de tuer simplement par des méthodes diverses, mais aussi pour accomplir une vengeance programmée bien longtemps à l’avance.

            Dans ce dernier cas ils doivent parfaitement maîtriser leurs émotions et cultiver une volonté infaillible pour étaler leurs crimes et suivre un calendrier précis en étudiant préalablement toutes les données. Ils ne doivent éveiller aucun soupçon auprès de leurs proches et opérer seuls pour éviter toute identification ultérieure.

            Très énigmatiques et doués souvent d’une intelligence surprenante, ils réalisent parfois un mode opératoire assez compliqué qui repose sur un psychisme peu ordinaire. Aussi, ils s’attachent à éviter toute erreur propre à les incriminer.

            Mais réussir le crime parfait est très exceptionnel. Souvent en effet, un mobile, un indice, un signe anodin, un mode opératoire immuable, un témoin inattendu, orienteront les enquêteurs dans leurs investigations.

            En ce qui concerne   le tueur en série de la présente affaire, ils se heurteront à une personne d’une froideur impressionnante, d’un perfectionnisme exceptionnel, ayant savamment élaboré un scénario d’une méticulosité obsessionnelle dont ils auront bien du mal à dénouer les fils.

            Cependant, malgré son attention à prévoir ainsi le moindre détail et à tout planifier avec une extrême rigueur, les policiers parviendront à découvrir la faille qui leur permettra de l’identifier et d’élucider enfin une affaire ténébreuse. Malheureusement, après qu’il ait pu mettre à exécution son plan machiavélique.

            Ils seront alors stupéfaits d’apprendre à quel individu ils avaient été confrontés pendant si longtemps.

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Une histoire de tortues

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

En attendant le cyclone OMA un beau petit film à regarder

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Rester debout - Pierre-Claver Mbonimpa: Entretiens avec Antoine Kaburahe Broché – 10 janvier 2019 de Antoine Kaburahe (Auteur)

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Rester debout - Pierre-Claver Mbonimpa: Entretiens avec Antoine Kaburahe Broché – 10 janvier 2019 de Antoine Kaburahe (Auteur)

Cet écrivain n’est pas du Pacifique. C’est un journaliste courageux qui aime son pays le Burundi et qui mérite qu’on s’intéresse à lui. Nous, citoyens de Nouvelle-Calédonie, avons de la chance de vivre dans un territoire prospère et en paix mais nous avons vécu et les anciens, plus encore, des périodes agitées. En Afrique, les conflits et les divisions sont parfois beaucoup plus douloureux, comme en Papouasie-Nouvelle-Guinée, notre voisin d'Océanie. J’ai noué une relation d’amitié avec Antoine, je vous présente son dernier livre. JP

 

Un livre fort, un témoignage poignant. Un livre qui interpelle et éclaire sur la vie d’un homme exceptionnel et de son pays, le Burundi. «Rester debout» nous raconte une double histoire : celle d’un humaniste, militant des droits de l’homme, mais aussi celle du Burundi. Un pays beau, mais qui est à nouveau, dramatiquement, au cœur de l’actualité africaine. Pierre-Claver Mbonimpa, le «Mandela burundais», est né sous la monarchie et a vécu sous toutes les républiques. Il s’est engagé en politique, a connu la prison, a souffert dans sa chair. Fort de son expérience de détenu, solide comme une montagne, il a tracé son chemin sans jamais faiblir, il s’est mis au service des droits de l’homme, il est devenu le principal acteur et la figure emblématique de la société civile burundaise. Il en a payé le prix fort : il a survécu miraculeusement à une tentative d’assassinat ; son fils et son beau-fils n’ont pas eu cette chance. Au rythme de questions simples, mais toujours pertinentes, le journaliste-écrivain Antoine Kaburahe nous met en communion avec cet homme hors du commun. Malgré ses blessures physiques et intérieures, « Mutama », le Vieux, comme on l’appelle affectueusement au Burundi, véhicule un message de paix, de justice et d’espoir. Celui d’un homme convaincu, malgré le pessimisme ambiant, que «la longue nuit finira» et que «la lumière nous attend au bout du tunnel.» Aujourd’hui réfugié politique en Belgique, il ne désarme pas, il poursuit son travail de veille et d’alerte. Son témoignage est capital pour un Burundi toujours en crise et hanté par les démons de l’ethnisme. L’Université libre de Bruxelles (ULB) et la Vrije Universiteit Brussel (VUB) ont remis le 3 mai 2018 les insignes de Docteur Honoris Causa à Pierre Claver Mbonimpa.

Commander le livre en suivant ce lien

 

 

Extrait de ANTOINE KABURAHE UN JOURNALISTE EN EXIL, MAIS DEBOUT

 Jean-François Pollet JEAN-FRANÇOIS POLLET 22 NOVEMBRE 2018 du site CNCD-11.11.11[1]

 

Imagine demain le monde - Depuis la Belgique où il vit en exil, Antoine Kaburahe, directeur d’Iwacu, le dernier média indépendant du Burundi, suit à distance la survie de cet hebdomadaire de référence qu’il a cofondé. Témoignage d’un intellectuel contraint de fuir ce pays d’Afrique centrale en lutte contre les démons de l’ethnisme.

 

« Les journalistes d’Iwacu sont des héros du quotidien. Ils travaillent dans des conditions très difficiles pour informer les lecteurs », s’inquiète Antoine Kaburahe, directeur d’Iwacu, (« Chez nous » en Kirundi, la langue nationale), le dernier média indépendant du Burundi. Les trente journalistes qui alimentent l’hebdomadaire papier, le journal en ligne et la web radio évoluent dans une ambiance très particulière. Ils restent en poste, alors que tous leurs confrères des autres médias indépendants sont en fuite. Leur propre directeur vit en exil en Belgique depuis novembre 2015 pour échapper à la prison. Et cet été, ils commémoreront la disparition, il y a deux ans, de leur collègue Jean Bigirimana, journaliste du service politique, enlevé par des escadrons de la mort. « Malgré le double choc de mon départ et de l’assassinat de Jean, poursuit Antoine, le journal continue à sortir. Mon réconfort est de voir que le projet survive à mon absence. L’institution apparaît plus forte que les hommes, car j’ai vraiment pris mes distances, je n’écris plus d’éditorial pour éviter que l’on ne prétende que le journal est dirigé depuis la Belgique… »

 

[1] Coupole des ONG et associations belges francophones et germanophones engagées dans la solidarité internationale, le Centre national de coopération au développement, CNCD-11.11.11, est un acteur de premier plan en Belgique en matière de solidarité internationale.

 

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Art Kanak, Peintures et dessins de Jean Michon, objets du bagne et d’Extrême orient exposé au château Hagen

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Du 15 février au 13 avril 2019, une partie de la prestigieuse collection d'art de Wiliam Costes est exposés au Château Hagen dans un espace dédié. Art Kanak, Peintures et dessins de Jean Michon, objets du bagne et d’Extrême orient, tous de qualités muséales sont proposés au grand public pour la première fois.

 

En faisant don à la province Sud de l’ensemble de sa collection privé d’art, William Costes aura droit, post-mortem, à un espace dédié au château Hagen.

 

C’est une collection d’art qui lui avait valu les honneurs du magazine Géo en 2010. Par testament en date du 18 septembre 2016, le collectionneur William Costes a en effet fait don de l’ensemble de sa collection d’art kanak, ainsi que de son domicile à la province Sud.

 

Sa volonté était que sa collection puisse être exposée au public dans un lieu dédié afin d’en faire profiter les Calédoniens et les amoureux de l’art. Disparu au mois de décembre 2017, il était prévu que le  château Hagen accueille un lieu portant son patronyme, « l’espace Costes », en son sein. C’est fait ! (Source Province Sud)

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

L'artothèque de Nouméa : sortie d'un livre sur le peintre Henri Crocq, Paysages intérieurs.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L'artothèque de Nouméa : sortie d'un livre sur le peintre Henri Crocq, Paysages intérieurs.

Très prochainement sortie d'un livre sur le peintre Henri Crocq, "Paysages intérieurs", réalisé sous la direction de Dominique Deberge qui prépare par ailleurs une rétrospective Crocq. Cette manifestation, mise en place avec la collaboration de la mairie de Nouméa, se tiendra à la maison Higginson, à partir du 21 février.

Le livre sera sans doute en vente pendant l'exposition sur le lieu de l'exposition, dans les librairies de Nouméa, au centre culturel Tjibaou et à la galerie Lec lec tic.

L'artothèque de Nouméa a pour but de développer l’accès à l’art par :

 

- le soutien à la création et à la diffusion de l’art dans un cadre différent de l’espace muséal traditionnel.

- l’organisation d’événements artistiques sur et hors territoire : conférences, séances de dédicaces, projections de vidéos d'artistes, etc.

- élargir le public des arts plastiques en rendant l’art contemporain accessible à tous, tout en faisant connaître les artistes. Ce n’est plus le public qui se rend au musée pour voir les œuvres, c’est le musée qui se déplace à domicile grâce au prêt d’œuvres.

Courriel : artotheque@lagoon.nc

 

Quelques exemples d’actions de l’Artothèque :

 

- "Les Chemins de la déportation", dans le cadre de « 2011, année des Outre-mer », 38 artistes calédoniens au musée du Montparnasse, avec un graveur de bambous en résidence,

 

- Petits Claps du FRAC-Lorraine à Metz, 2011, avec 2 vidéastes calédoniens.

 

- "Cuevas de Rojales (Alicante, Espagne), 2012, avec un sculpteur en résidence.

 

- "La Nouvelle-Calédonie vue par ses peintres", Hobart (Tasmanie), en 2012, curatrice Ann Ward, avec 8 peintres calédoniens.

 

- "Le Corps à l’œuvre", en février 2013, exposition à l’Atelier du musée du Montparnasse des œuvres de 23 artistes calédoniens, avec un graffiteur-musicien en résidence.

 

- "Un pont par-dessus les océans", 2014, accueil de 14 Corses dont 3 sculpteurs en résidence, exposition hall d’honneur de la Province Sud, avec la participation de 12 artistes calédoniens.

 

- 2015 "Un pont par-dessus les océans" au Bastion de Porto-Vecchio, Corse, avec 17 artistes locaux dont 7 en résidence et une conférencière.

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Deux nouveautés de Nouvelle-Calédonie chez L’Harmattan

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Deux nouveautés de Nouvelle-Calédonie chez L’Harmattan

MOI, SALIKÉRA... d’Elizabeth Fromenteau-Pucheu

 

Un jour je ferai un grand voyage

Portes océanes Chez L’Harmattan Suivre ce lien pour commander le livre

JEUNESSE OCÉAN PACIFIQUE Nouvelle Calédonie

 

Salikéra habite avec sa maman dans le sud de la France, un petit village des Albères, sur le bord de la Méditerranée. Ses cheveux très bouclés, son teint mat, son sourire aux dents blanches ne peuvent néanmoins cacher une "différence" que certains enfants à l'école lui renverront cruellement. Qui est son père ? Sa maman diffère toujours le moment de l'aveu, mais un concours de circonstances provoqué par l'enfant va obliger sa mère à révéler enfin ce secret.

Du même auteur :
Moi Sachem… Blanc de parents noirs, Hachette Calédonie, Editions du Cagou, 2010 
Moi Shéreissa… ou le retour en tribu, Hachette Calédonie, Editions du Cagou, 2012 

 

Diplômée de Lettres et titulaire d'un troisième cycle d'ethnologie, Elizabeth Fromenteau-Pucheu a su écouter et partager avec les élèves de tous les âges. Elle a travaillé en métropole et en Nouvelle-Calédonie.

 Le commentaire de la présidente EEO

Tout à la fois informatif, psychologique, social et historique, ce petit roman résolument positif plaira aux jeunes et aux plus âgés par ses valeurs humanistes. Porteur de l'investissement littéraire et social d'Elizabeth Fromenteau-Pucheu, il permet de mieux comprendre les notions d'altérité et de littérature du monde. 
 
Nicole CHARDON-ISCH Présidente de l'association Ecrire en Océanie 

MON PARCOURS DE LA CORSE À NOUMÉA de Marc Quilichini

 

(1961-1993)

Lettres du Pacifique Chez L’Harmattan

LITTÉRATURE TÉMOIGNAGE, AUTOBIOGRAPHIE, RÉCIT OCÉAN PACIFIQUE Nouvelle Calédonie

 

Marc Quilichini décrit le parcours bien rempli d'une vie d'officier de Paix, mais où la chanson et la musique ont joué un rôle important. Après une enfance heureuse dans son village corse de Poggio di Tallano, il s'engage dans l'armée au sein de la Coloniale et découvre la Nouvelle-Calédonie, où il reviendra comme policier. Secrétaire général très actif du syndicat des policiers, engagé politiquement au parti RPCR local, il n'oublie pas sa passion pour la musique, et les poèmes et chansons qu'il compose, interprétés par des chanteurs Calédoniens et Tahitiens. Toutes ces créations déclinent son amour pour les deux îles qui ont marqué sa vie.

 

Retraité, vivant à Nouméa depuis cinq décennies, c'est avec beaucoup de simplicité, sans rien cacher des aléas d'une carrière de fonctionnaire, que l'auteur nous livre ses souvenirs, et porte témoignage d'une époque révolue du Pacifique. Il est marié à une Calédonnienne issue de l'immigration japonaise au 19e siècle, et a 3 enfants.

Lien Moustaches de Tigre

Une autre corde (à sa guitare) L'auteur de MON PARCOURS DE LA CORSE À NOUMÉA chante

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

AU VENT DES ILES - Livre Paris, des rendez-vous à ne pas rater au stand F19

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Ce matin régime de bananes, un thé, mon journal avec le Vents des Îles comme rafraîchissement.

Ce matin régime de bananes, un thé, mon journal avec le Vents des Îles comme rafraîchissement.

AU VENT DES ILES Polynésie Française Stand : F19

Editeur - Editeur de livres numériques

Arts - Beaux-livres

Jeunesse (2-14 ans)

Littérature générale

Livres pratiques

Sciences humaines et sociales

Fondée en 1990, la maison d’édition Au vent des îles est basée à Tahiti, au coeur même de l’Océanie, cet ensemble de terres, d’archipels et d’îles égrenées de part et d’autre du Pacifique sud, qui englobe l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Mélanésie, la Micronésie et la Polynésie.

La littérature océanienne, encore méconnue en territoires francophones, mérite d’être lue. Forts d’une revendication identitaire marquée et d’un style ancré, pour ne pas dire encré, dans la tradition orale, ces auteurs portent un message unique, gage saisissant d’une décolonisation morale amorcée depuis quelques décennies. C’est dans cette dynamique que notre catalogue s’est étoffé au cours des vingt cinq dernières années, construit dans une logique de diversification des œuvres de nos auteurs autant que dans une démarche d’enrichissement au regard de la diversité des plumes océaniennes, passant par la traduction d’auteurs majeurs du Pacifique.

 

Dédicaces au stand F19

 

Tamari’i volontaires de J-C SHIGETOMI

Organisateur(s) MINISTERE DES OUTRE-MER

15 mars 2019, 14 :00 - 15 :00

Jean-Christophe SHIGETOMI, viendra dédicacer son ouvrage dédié aux Tamari'i Volontaires, les Tahitiens engagés dans la seconde guerre mondiale à 14h sur le stand F19.

 

Cette édition - en deux volumes - du travail minutieux et exhaustif de Jean-Christophe Teva Shigetomi retrace avec beaucoup de précision les destins individuels des soldats polynésiens, ces combattants dont les sacrifices étaient voués à l’oubli. Leur épopée est racontée au-delà des seuls faits historiques, car de par leur chaleureuse humanité et leurs qualités au combat, ils ont su marquer profondément la mémoire de ceux qui les ont croisés. Avec des centaines de photos, parfois inédites issues des fonds familiaux, et complété par les illustrations exceptionnelles de Jean-Louis Saquet, ces ouvrages ont pour vocation de préserver le souvenir et de faire connaître une contribution méconnue des Polynésiens aux grands enjeux de la Nation française.

 

 

LE LIVRE DES ÎLES NOIRES de Pierre Furlan

Organisateur Au vent des Îles

16 mars 2019, 14 :00 - 16 :00

En 1923, l’aventurier anglais R.J. Fletcher quitte les Nouvelles-Hébrides, laissant là l’enfant qu’il a eu d’une Mélanésienne. Épuisé, sans le sou, il ne se doute pas que dans une autre vie et sous le pseudonyme d’Asterisk, il sera un auteur célèbre pour avoir écrit des lettres scandaleuses dépeignant les Nouvelles-Hébrides comme des « îles d’illusion » plus infernales que paradisiaques. Presque un siècle plus tard, Pierre Furlan parcourt à son tour l’île d’Épi. Guidé par la petite-fille mélanésienne de Fletcher.

 

COUTUME KANAK de Sébastien Lebègue

Organisateur Au vent des Îles

16 mars 2019, 16 :00 – 19 :00

Sébastien Lebègue signera son dernier ouvrage : Coutume Kanak.

Reportage graphique et photographique, cet ouvrage est original par sa forme. Il n’est en rien un carnet de voyage en Nouvelle-Calédonie, cumulant dessins et photos exotiques. Sébastien Lebègue est un reporter, observateur du présent et de l’humain, en pleine intégration, il partage l’intime et nous le restitue en photographie et en illustration. Son ouvrage propose une vision riche et complexe de la coutume kanak.

 

DANS LE CIEL SPLENDIDE de Nicolas Kurtovitch

Organisateur Au Vent des Îles

17 mars 2019, 14 :00 – 18 :00

Nicolas Kurtovitch, dont l’écriture dépasse les genres qu’il a tous visités – poésie, nouvelle, essai, théâtre – offre avec ce roman des témoignages de vies calédoniennes, afghanes, bosniaques ou tibétaines.

Ce roman de Nicolas Kurtovitch, un des écrivains majeurs de la Nouvelle-Calédonie, offre des témoignages de vies calédoniennes, afghanes, bosniaques ou tibétaines, patchwork d’une humanité qui se cherche dans sa complexité et où « vivre ensemble » semble trouver son épilogue.

 

QUEL AVENIR POUR LA NOUVELLE CALÉDONIE ? de LATHAM MARC

Organisateur(s) LES EDITIONS DE L'OFFICINE

17 mars 2019, 10 :00 – 17 :00

Analyse des caractéristiques et des potentiels de l'archipel, tant sur le plan politique, économique, social et géophysique.

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Palmarès du 16ème FIFO en Polynésie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La liste des films primés vient d’être dévoilée. Ces derniers seront programmés ce week-end pour que le public puisse voir ou revoir le meilleur de cette édition 2018 ! source Megazap ou vous trouverez le programme complet

 

FILMS PRIMÉS

 

Prix du marathon d’écriture VAIORA de Itia PRILLARD

 

Prix du meilleur court-métrage de fiction UNDISCOVERED COUNTRY 

NOUVELLE-ZÉLANDE – 2018 Réal. : Tyson MOWARIN 

Prod. : Weeriana Street Media 

 

Prix du meilleur court-métrage documentaire APRILA PAPOUASIE OCCIDENTALE – 2018  Réal. : Rohan RADHEYA Prod. : APRO PRODUCTIONS 

 

Prix spécial du jury ISLAND OF THE HUNGRY GHOSTS  AUTRICHE – 2017 

Réal.: Gabrielle BRADY Prod.: Chromosom Film, Third films, Various films, EchotangoKartemquin Films

 

Prix special du jury GURRUMUL AUSTRALIE – 2017 

Réal.: Paul Damien WILLIAMS Prod. : Resolution Media – 6 seasons 

 

Prix Spécial du jury AU NOM DU PÈRE, DU FILS ET DES ESPRITS 

NOUVELLE-CALÉDONIE – 2018 Réal. : Emmanuel DESBOUIGES et Dorothée TROMPARENT Prod. : Foulala Productions, Grand Angle Productions, France Télévisions. 

 

Prix du public POLYNÉSIE FRANÇAISE – 2018 PATUTIKI, L’ART DU TATOUAGE DES ÎLES MARQUISES Réal. : Heretu TETAHIOTUPA et Christophe CORDIER 

Prod. : Les Studios Hashtag, EkaEka Productions, Association Patutiki, Sydélia Guirao

 

Grand prix FIFO-France Télévisions ANOTE’S ARK CANADA – 2018 

Réal. : Matthieu RYTZ  Prod. : EyeSteelFilm

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Livre Paris liste des auteurs qui ont confirmé leur présence.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L'Europe à l'honneur

L'Europe à l'honneur

Rencontrez plus de 3 900 auteurs sur les scènes ou sur les stands de leurs éditeurs, c'est possible à Livre Paris ! Echangez et partagez avec eux leur passion pour l'univers du livre.

Parmi les premiers noms confirmés : Voir la liste en suivant ce lien

 

Des dizaines d’écrivains, d’intellectuels, de romanciers, de poètes, d’éditeurs et de peintres omanais seront à Livre Paris 2019 pour mettre en avant l'ouverture d’esprit, l'histoire millénaire et le vivre ensemble du Sultanat d'Oman, invité spécial

 

Retour en vidéo sur l’édition 2018

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 > >>