Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les plantes sauvages comestibles avec deux spécialistes. Une conférence au REX jeudi 18 avril

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les plantes sauvages comestibles avec deux spécialistes. Une conférence au REX jeudi 18 avril

Bernard Suprin était consultant en études et formation, mais aussi prospecteur botaniste, spécialiste de l’étiquetage botanique passionné de photographie.

 

Il a retrouvé en mai 2002 le Pittosporum tanianum réputé disparu. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la botanique néo-calédonienne et du « Guide botanique du jardin Lacroix à Dumbéa ». « Mille et une plantes en Nouvelle-Calédonie », le livre de poche préféré des randonneurs, son précédent ouvrage, est un guide botanique de terrain pour faciliter la reconnaissance des espèces traitées en détail dans ses précédents ouvrages « Plantes du littoral en Nouvelle-Calédonie » et « Florilège des plantes en Nouvelle-Calédonie » qui ont eu un grand succès et reçus le prix POPAI 2013 au salon international du livre océanien.

 

Gabriel Levionnois est un chef atypique : né à Tahiti, il grandit en Nouvelle-Calédonie. Après des études supérieures de sciences économiques, Gaby poursuit son cursus universitaire avec un sport études judo. Sa passion pour la cuisine l’emporte et il intègre ensuite un CAP de cuisine. Il débutera sous les auspices du chef William Deleuil (élu meilleur chef Gault et Millau en 2012) dans deux restaurants de Guy Savoy à Paris durant 4 ans. Après un retour au pays, il part voguer comme chef sur les yachts de luxe durant 6 ans. Il y travaille des produits d’exception avec carte blanche ! C’est en 2007 que Gaby rentre définitivement sur son caillou et ouvre Au P’tit Café.

 

Avec ces deux conférenciers de cet acabit, une belle soirée est garantie !

 

Quelques exemples des livres disponibles en Nouvelle-Calédonie de Bernard Suprin.

 

De fleur en fleur. Guide des plantes mellifères en Nouvelle-Calédonie de Bernard Suprin, 2016

De fleur en fleur répond aux questions que se posent tous les apicullteurs calédoniens, professionnels ou amateurs. L’objectif de ce guide est de cerner les plantes les plus fréquentées par les abeilles. Les espèces traitées sont indigènes (40 % du total) et introduites.

 

Mille et une plantes en Nouvelle-Calédonie de Bernard Suprin, 2013

Ce guide d’identification, au format pratique, pouvant être apporté avec soi sur le terrain, traite 1020 plantes à l’aide de 1400 photos et illustrations de qualité pour une lisibilité optimale. Les espèces sont présentées par couleurs de fleurs pour faciliter l'accès à l'information ; des pictogrammes signalent les espèces endémiques, protégées et envahissantes.

 

Florilège des plantes en Nouvelle-Calédonie, tome 2 de Bernard Suprin, 2011

L’ambition du Florilège des plantes en Nouvelle-Calédonie est d’apporter des connaissances sur la flore exceptionnelle de Nouvelle-Calédonie, avec à l’appui des visuels de qualité visant à simplifier l’identification sur le terrain.

 

Plantes du littoral en Nouvelle-Calédonie de Bernard Suprin, 2008

Dans ce volume richement documenté et illustré par une iconographie de qualité, l’auteur nous livre le fruit d’années de patientes compilations et de milliers d'heures de terrain. Les 172 dossiers clairs et concis fourmillent de renseignements souvent étonnants, parfois inédits, enrichis de nombreuses anecdotes.

 

Tous ces livres peuvent être commandés chez book’in Pacific ou achetés en librairie

Partager cet article
Repost0

Lorànt Deutsch à Nouméa dédicace à la FNAC ce samedi 13 avril 2019

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La file d'attente et Lorànt Deutsch en dédicace
La file d'attente et Lorànt Deutsch en dédicace

La file d'attente et Lorànt Deutsch en dédicace

Lorànt serait une forme hongroise de Roland mais Lorànt m’a confié que ce prénom équivalait à Philippe et voulait dire Valet et beaucoup d’autres choses. En tout cas Lorànt Deutsch a eu du succès. Pourtant pour sa dédicace, il était retranché au fond de la FNAC inaccessible sans franchir une belle tranchée à cause des travaux de la rue de l’Alma qui aurait mérité un pont comme celui de l'Alma situé à Paris qui traverse la Seine qu’il connait bien. Lorànt est charmant, il a beaucoup de fans sur le caillou, ses deux conférences au théâtre de l'Île ont été à guichet fermé, les places se sont arrachées. La langue française, une langue unique, originale et délicieuse, plus vivante que jamais que Lorànt Deutsch revendique comme une langue d'accueil. Il est descendant d’Hongrois, il sait de quoi il parle. JP

 

Couverture Michel Lafon, 18 oct. 2018 - 275 pages

 

Romanesque - La folle aventure de la langue française

 

Après Paris et les routes de France, Lorànt Deutsch aborde un sujet passionnant où son talent de conteur fait merveille !

Première surprise : l'ancêtre du français, ce n'est pas le gaulois mais le " roman ", la langue romaine issue du latin de Jules César, le vainqueur de la Gaule !

En effet, au fil des invasions et de nos propres conquêtes, ce latin s'est transformé et enrichi de multiples apports : germaniques avec les Francs, nordiques avec les Vikings, arabes au moment des croisades, italiens à la Renaissance... avant de devenir un français triomphant dans toutes les cours d'Europe au XVIIIe siècle, grâce à nos philosophes.

 

Lorànt Deutsch et Joël PAUL

 

Lorànt Deutsch, né le 27 octobre 1975 à Alençon, est un acteur comédien très célèbre et aussi un écrivain français.

 

Il débute comme acteur dans son adolescence, puis gagne en notoriété en apparaissant dans des films comme Le Ciel, les Oiseaux et... ta mère !, Ripoux, ou 3 zéros.

 

Il est également connu pour avoir publié plusieurs ouvrages de vulgarisation sur l'histoire de France, dont Métronome : l'histoire de France au rythme du métro parisien, paru en 2009, ou Hexagone.

Quelques ouvrages de cet auteur :

2009 : Métronome, l'histoire de France au rythme du métro parisien, avec Emmanuel Haymann, Michel Lafon (ISBN 9782749910116)

2012 : Histoires de France - Tome 1 : XVIe siècle - François Ier et le Connétable de Bourbon, avec Sylvain Runberg et Eduardo Ocaña, coédition Casterman et Michel Lafon (ISBN 978-2203060227)

2013 : Hexagone, Michel Lafon (ISBN 9782749917832)

2014 : Hexagone illustré, Michel Lafon (ISBN 9782749922362) : Version avec moins de texte mais avec des illustrations.

2016 : Métronome 2. Paris intime au fil de ses rues, Michel Lafon, 2016, 431 pages (ISBN 9782749925110)

2018 : Romanesque, la folle histoire de la langue française, Michel Lafon, 2018.

 

 

Partager cet article
Repost0

En attendant  la conférence du musée maritime Magellan sur Arte

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

En attendant  la conférence du musée maritime de jeudi soir voir ci-dessous, un court film sur Magellan ci-dessus pour vous mettre en appétit.

Les Espagnols et l'océan Pacifique, une conférence de Gilbert Castet, président du musée maritime de Nouvelle-Calédonie. (cliquez sur le lien pour accéder à l'article)

Hier, vous étiez 100 personnes à assister à la conférence de Gilbert Castet sur les explorateurs espagnols dans le Pacifique. Merci à notre conférencier pour sa performance et à notre fidèle public d'être venu! La conférence sera bientôt diffusée sur .

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

ESCAPAD Carnet de voyage insolite de Béatrice Camallonga et Damien Faugerolles.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

ESCAPAD Carnet de voyage insolite de Béatrice Camallonga et Damien Faugerolles.

Une nouveauté à découvrir à Calédo Livres : « ESCAPAD Carnet de voyage insolite et poétique. Kanaky Nouvelle-Calédonie » de Béatrice Camallonga et Damien Faugerolles.

 

« Escapad » nous invite à voyage original qui donne à voir et à penser, à croire et à songer...

Les « iPadraws », créations fantasques de Béatrice Camallonga, sont des photographies stylisées à partir d’un iPad avec un stylet tactile. Ces œuvres, habituellement fermement imprimées sur plexi se sont mystérieusement évadées de leur écrin glacé pour venir chercher l’aventure dans le papier de ce livre.

Damien Faugerolles, du bout d’une plume non moins fantasque, les chatouille, les grattouile, les éclaire, les fait sourire ou s’émouvoir. (Source FB de Calédo Livres Librairie indépendante)

 

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Un livre, un jour - Bluff de David Fauquemberg

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Un livre remarquable que j'ai bien aimé. Je vous le recommande :

"Silence quand il entra, pas un regard sur lui - il aurait pu être un fantôme. Dehors il pleuvait froid, c'était la tempête. Dockers et pêcheurs désœuvrés : si cette assemblée d'hommes ne vous dissuadait pas, c'est que vous cherchiez les histoires. On ne poussait jamais par hasard la porte de l'Anchorage Café, surtout en plein hiver austral, quand les rafales soufflées de l'Antarctique tourmentaient sans répit le sud de la Nouvelle-Zélande. On apercevait d'ici la fumée blanche des déferlantes qui saccageaient depuis deux jours les eaux pourtant abritées de Bluff Harbour. Au large, c'était l'enfer".

Au Vent des îles

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Les Espagnols et l'océan Pacifique, une conférence de Gilbert Castet, président du musée maritime de Nouvelle-Calédonie.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Jeudi 11 avril 2019 à 18h00, entrée libre dans la limite des places disponibles (durée env 1h)

 

Extrait d'une gravure ancienne

L'océan Pacifique était totalement inconnu des Européens jusqu'au XVIème siècle. De 1519 à 1522, Magellan accomplit l'exploit de réaliser le 1er voyage de circumnavigation et navigue sur cette immense tendue d'eau entre l’Amérique et l’Asie qu’il nomme « pacifique ». Il ouvre ainsi à d’autres une nouvelle route de découvertes. Tout au long du XVIème siècle, les explorateurs espagnols entreprennent de sillonner cet océan non seulement pour trouver une nouvelle voie d’accès aux « îles des épices » mais aussi en vue de découvrir de nouvelles richesses et y poser les bases d’une future évangélisation. Entre 1567 et 1607, trois grandes expéditions espagnoles explorent la partie méridionale de l’océan Pacifique. La première et la seconde sont menées par Mendaña et la dernière par Quiros.Au cours de ces voyages, les Espagnols touchent des archipels alors inconnus des Européens, telles que les îles Salomon, les Marquises, les Tuamotu, une partie des îles Cook et le Vanuatu. Lors de la dernière expédition, le pilote de Quiros, Torrès, parti à la recherche de la terre australe, passera non loin de la Nouvelle-Calédonie…Gilbert Castet, président du musée maritime de Nouvelle-Calédonie, vous invite à embarquer pour suivre le cours de ces passionnants voyages d’exploration et de découvertes !

 

Plus avec un article de 2015 sur la conférence de Christine Bousquet maître de conférences en histoire médiévale qui avait fait une conférence sur les premiers navigateurs occidentaux au musée maritime de Nouméa.

 

Depuis le début du XVIème siècle les Européens devinent l'existence d'un océan mais ne prendront conscience de sa taille et de son rôle que petit à petit. Toutes les grandes nations européennes s'y intéressent et grâce à quelques navigateurs aventureux, Magellan, Urdaneta, Quiros, Tasman, Behring, Cook, La Pérouse... la découverte du Pacifique s'affine : un nouveau monde apparaît sous les yeux des Occidentaux…

Un livre sur ce sujet : À travers le pacifique Le capitaine Pedro Fernández de Quirós (1560-1615) Annie Baert aux éditions L’Harmattan dans la collection Portes océanes.

Un livre sur ce sujet : À travers le pacifique Le capitaine Pedro Fernández de Quirós (1560-1615) Annie Baert aux éditions L’Harmattan dans la collection Portes océanes.

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

LA GENDARMERIE OUTRE-MER par Sarah-Marie Cabon, François Dieu, Xavier Latour

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Un ouvrage très sérieux sur un sujet très sérieux, disponible pour l’instant en ligne sur le site de L’Harmattan uniquement. JP

 

Diversité territoriale et singularité institutionnelle

Le cas de la Polynésie française

Sécurité et société

DÉFENSE, ARMÉE, SÉCURITÉ OCÉAN PACIFIQUE Polynésie française Chez L’Harmattan

 

Pour répondre aux besoins de sécurité en Polynésie française, mais aussi parce qu'elle incarne la puissance publique, la gendarmerie a su adapter son organisation, au contact direct des populations et en partenariat avec les autres acteurs publics et privés. Cet ouvrage propose des repères et des éléments de réflexion sur les modalités concrètes de cette adaptation à cette diversité territoriale de cette singularité institutionnelle que constitue encore aujourd'hui la gendarmerie nationale.

 

Sarah-Marie Cabon est Maître de conférences en droit privé et sciences criminelles à l'Université de la Polynésie française.

 

François Dieu est Professeur de sociologie à l'Université Toulouse 1 Capitole.

 

Xavier Latour est Professeur de droit public à l'Université Côte d'Azur.

 

Broché - format : 13,5 x 21,5 cm

ISBN : 978-2-343-17231-6 • 2 avril 2019 • 152 pages

Lire un extrait

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Conférence d’Hamid Mokaddem à l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Conférence d’Hamid Mokaddem à l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise

Îles d'Océanie : les littératures francophones

Sous les cendres des conques, l'écriture de Déwé Gorodé

Discutant : HOSHINO Moriyuki (univ. de Tokyo)

 

Mardi 9 avril 2019, de 18 h 30 à 20 h 30 - Avec traduction simultanée - Auditorium de la Maison franco-japonaise 3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo, 150-0013

 

Hamid Mokadden

L’Océanie est un continent invisible pour reprendre le mot de JMG Le Clezio. Pour être encore plus précis, les îles et archipels « invisibles » sont pourtant visibles par leurs histoires. L’écrivain tongien Epeli Hau’ofa et son ami anthropologue américain Marshal Sahlins parlaient tour à tour des îles d’Océanie et d’îles d’histoires. Les archipels océaniens francophones, ces îles où les locuteurs du Pacifique y parlent le français (Wallis et Futuna, la Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie, le Vanuatu) à côté des langues du Pacifique, entretiennent des rapports littéraires singuliers avec les langues véhiculaires et dominantes, le français et l’anglais. En prenant l’exemple des littératures kanak de Nouvelle-Calédonie, la conférence propose d’analyser ces rapports avec la langue française en reprenant la « reformulation permanente », à Jean-Marie Tjibaou qui répondait aux objections faites à sa revendication politique culturelle que la « coutume kanak » serait un retour rétrograde vers la tradition contre la « modernité ». Jean-Marie Tjibaou, qu’Aimé Césaire considérait être comme une figure politique exceptionnelle, avait su valoriser ce petit peuple en misant sur la survie culturelle. M. Mokaddem Hamid montrera comment les genres, pratiques et styles oraux sont reformulés par les écritures actuelles. Dans la continuité et en complément, M. Hoshino Moriyuki présentera ses travaux de traduction et d’analyse de l’œuvre d’une des écrivaines les plus performantes d’Océanie, celle de l’écrivaine kanak Dewe Gorode.

 

Extrait d’une interview de Déwé Gorodé sur le sujet :

 

BLANDINE STEFANSON : Parlez-nous du symbolisme du titre de « Sous les cendres des conques » !

DÉWÉ GORODÉ : La conque, c'est ce grand coquillage qu'on utilise pour appeler le clan, les Kanaks, à la réunion dans la case commune. « Sous les cendres … », c'est ce qui restait des conques, de l'unité kanak, du fait d'être ensemble. Qu'est-ce qui en est resté après les délimitations des territoires et l'institution des réserves ? On est devenu une société fortement éclatée, divisée. Cet éparpillement des clans kanak, cette perte a provoqué l'éclatement de nos valeurs, de notre unité qu'on a retrouvée par la suite dans la lutte pour la libération nationale. J'ai publié le recueil à un moment où cette unité commençait à se retrouver dans la lutte politique. A travers le FLNKS, c'est la première fois que le mouvement d'unité a pris une dimension nationale. C'est à partir des Évènements, en 84, qu'on peut parler d'un nationalisme kanak. Mon fils avait deux ans et il a fait ses premiers pas pendant cette période.

Extrait d'un Entretien avec Déwé Gorodé, Notre Librairie, n° 134, Littérature de Nouvelle-Calédonie, mai-août 1998, p. 78

EXTRAIT 

Terre kanake

Terre brisée

Terre brimée

Terre aimée

 

Cité par Alban Bensa, in « Nouvelle-Calédonie: un paradis dans la tourmente », Paris : Gallimard (Découvertes, 85), 199

 

Un spectacle "Sous les cendres des conques" a eu lieu dans l'auditorium du complexe culturel de Koohnê en septembre 2013.

 

C'est dans le cadre de la fête de la Citoyenneté 2013 que cette création musicale et chorégraphique autour de l'oeuvre de Déwé GORODE avait été proposée par le Conservatoire de Musique et de Danse de la Nouvelle-Calédonie.

Publié dans Culture Kanak, Poésie

Partager cet article
Repost0

Les Calédoniens et leur histoire : Une conférence de Christiane Terrier et un livre de Frédéric Angleviel pour en parler.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La conférencière Christiane Terrier et le public parfois sur les marches faute de places
La conférencière Christiane Terrier et le public parfois sur les marches faute de places

La conférencière Christiane Terrier et le public parfois sur les marches faute de places

L’histoire fait recette sur le Caillou, une véritable addiction pour bon nombre de Calédoniens. La salle était comble dans l’Amphithéâtre du lycée Blaise Pascal pour écouter l’exposé de Christiane Terrier, invitée de l’université populaire ce 04 avril 2019. Christiane Terrier a choisi de faire sa conférence en s’appuyant sur la projection d’un diaporama des nombreuses publications et des événements qui ont contribué à diffuser l’histoire.

Elle a réussi, à faire le tri et à classer cette histoire écrite par et pour les Européens depuis le début de la colonisation, pour finir avec les acquis et l’évolution qui a permis de prendre en compte et de comprendre l’histoire postcoloniale qui relève de l’oralité. L’histoire calédonienne n’a pas commencé en 1843, mais fallait-il se pencher dessus. Les premiers récits, écrits, l’étaient par les missionnaires et les militaires. Une source de renseignements essentielle pour les historiens mais ce n’était pas des livres d’histoire. Le premier livre d’histoire, comme on le conçoit de nos jours, date de 1929. Il a été rédigé par Clovis Savoie avec Le gouvernement militaire. Nos historiens descendent donc de Clovis, c’en est fini de nos ancêtres les Gaulois, Les historiens sont les enfants d’un Franc, et ils ont peut-être brisé les vases Lapita recollés et exposés dans les musées (lol). La conférence a permis de comprendre l’évolution des mentalités, l’acceptation de l’histoire vraie par les Calédoniens avec des précurseurs comme Louis-José Barbançon avec son pays du non-dit. Des non-dits, précisera Christiane Terrier, non-dit des rapports des colonisateurs avec les kanak et non-dit du bagne. En dehors de Louis-José Barbançon, l’historien en chef. Christiane Terrier a cité Frédéric Angleviel qui est, de loin, le plus prolifique (en fin d’article, vous trouverez des informations sur son dernier livre) ; Ismet Kurtovitch, pour sa thèse sur l’histoire de 1940 à 1953 ; Sylvette Boyer, pour son travail sur la Guerre 14 ; Jerry Delathière, l’homme des communes du centre ouest de la Calédonie ; Hamid Mokaddem, le philosophe engagé ; Jean Guiart et ses témoignages sulfureux ; Alban Bensa et son fameux ouvrage, Les sanglots de l’aigle pêcheur. Ainsi que des chercheurs Australiens ou Néozélandais, comme Dorothy Shineberg et Adrian Mucke. De nombreux autres contributeurs de la transmission de l’histoire ont été cités, une liste presqu’exhaustive dans laquelle figure Bernard Berger qui a beaucoup fait pour démocratiser l’histoire. Elle a aussi parlé de la relève avec Caroline Graille, Paul Fizin, Louis Lagarde, Fanny Pascual maître de conférences à l'université de Nouvelle-Calédonie et Jean-Krist Ukeiwé. Ce n’est qu’un petit résumé de deux heures de présentation très instructives. JP

 

Les Calédoniens et leur histoire, Quels sont les rapports entre la société calédonienne et l’histoire depuis 1988 ? Par Christiane Terrier ce jeudi 4 avril de 18h00 à 19h30.

 

I - Cette conférence de Christiane Terrier, Professeure agrégée et Docteure en Histoire, suivie d’échanges et de discussions à l’Amphithéâtre du lycée Blaise Pascal a attiré du monde. L’historienne est réputée pour la justesse de ses propos et sa grande connaissance de l’histoire du Caillou. Ci-joint quelques images de cette belle rencontre.

 

Résumé de l’exposé

Plus de 30 années se sont écoulées depuis qu’ont été signés, en juin 1988, les accords Matignon-Oudinot. Si nul ne conteste leur importance politique décisive, leurs incidences sociologiques et culturelles restent encore trop souvent mal cernées, notamment en ce qui concerne les rapports qu’entretiennent désormais les Calédoniens avec leur histoire (et leur patrimoine car les deux sont intimement liés).

 

En s’appuyant sur la présentation d’un certain nombre de documents, cette conférence va tout d’abord, s’attacher à rappeler, quelles ont été les publications les plus marquantes dans ce domaine. Puis seront évoquées les principales initiatives générées, soit par les collectivités publiques et les médias, soit par les associations patrimoniales et enfin, au niveau de l’enseignement, grâce aux démarches d’adaptation des programmes. La conférence s’achèvera sur le bilan qu’on peut actuellement esquisser ainsi que les nombreux freins qui subsistent encore à l’élaboration d’une histoire commune.

 

II - Pour approfondir et réviser ses connaissances sur le Caillou, un livre récent, La France aux antipodes Histoire de la Nouvelle-Calédonie de Frédéric ANGLEVIEL. Cet ouvrage est un formidable condensé des recherches historiques depuis le début de la colonisation.

 

Déjà plus de 1200 exemplaires vendus en Métropole ! Depuis son lancement en août 2018. C’est mérité.

 

« Ce livre résume parfaitement l’histoire de la Nouvelle-Calédonie de l’époque postcoloniale jusqu’à nos jours. C’est une des meilleures synthèses de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie disponible et récente que les Calédoniens devraient lire pour mieux comprendre leur propre pays ». Joël PAUL

 

Complexe, fascinante et pourtant largement méconnue, l’histoire de ces territoires si éloignés de la métropole est indispensable pour comprendre la situation actuelle, aboutissement de plusieurs décennies de conflits et de malentendus.

 

De l’arrivée des civilisations austronésiennes, il y a trois mille ans, aux « années de cendre » et au drame d’Ouvéa en 1988, en passant par les terribles épidémies du XVIIIe siècle, les missions d’évangélisation, l’implantation du bagne et l’exploitation du nickel, Frédéric Angleviel retrace l’évolution de cette terre qui fut, avec l’Algérie, la deuxième colonie de peuplement de l’Empire français.

 

Une parution de fin 2018 dans les chroniques vendémiaires qu’il faut avoir dans sa bibliothèque. Disponible à Nouméa en librairie et sur le net.

 

Une version pour les anglophones est disponible ainsi qu’une édition du GRHOC papier. Avec l’éditeur Lulu.com un Ebook pour l’international par Amazon pour toucher l’Amérique du Nord. Plus

Les intervenants ou responsables de l'université populaireLes intervenants ou responsables de l'université populaire
Les intervenants ou responsables de l'université populaireLes intervenants ou responsables de l'université populaire

Les intervenants ou responsables de l'université populaire

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

La maison d’édition Madrepores de Gilbert Bladinières prix Popaï fiction 2018, un éditeur discret et efficace.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo JP (écrivainducaillou)

Photo JP (écrivainducaillou)

Gilbert Bladinières est éditeur, auteur, commissaire d’exposition et acteur du monde culturel, en Nouvelle-Calédonie où il est né, en mai 1968. Journaliste de formation, il dirige, dès 1998, divers ouvrages à caractère encyclopédique dont Chroniques du pays kanak, une collection en quatre volumes, pour les éditions Planète Mémo, à Nouméa. Il étudie le management de l’édition à l’école supérieure de commerce de Paris et fait ses armes aux éditions Assimil, Gründ et Hatier de 2000 à 2002.

 

Il lance sa maison d’édition, Madrépores (littérature/culture), en 2005, avec le premier roman kanak, L’épave de Déwé Gorodé. Partenaire du prix Michel Lagneau, cette modeste structure soutient les auteurs émergents et s’ouvre à l’édition de théâtre en 2013.

 

Gilbert Bladinières est également l’auteur de divers ouvrages d’art dont Nicolaï Michoutouchkine – Aloï Pilioko : 50 ans de création en Océanie, livre de l’exposition éponyme organisée en 2007 au centre culturel Tjibaou, à Nouméa, et Paul Mascart & Roland Mascart : Dans la lumière – Un autre regard sur la Nouvelle-Calédonie des années 1930, paru en 2011, aux éditions de l’ADCK.

 

Président de l’association des éditeurs et diffuseurs de la Nouvelle-Calédonie (AEDE), d’octobre 2005 à mars 2010, il est actuellement chargé de mission au Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.

 

Des titres disponibles aux Madrépores :

Âmes errantes - Le destin tragique des émigrants d'Okinawa en Nouvelle-Calédonie - Chronique historique de Mutsumi Tsuda - Juillet 2012

Chaque baleine est une île - Album de Mathieu Venon et Stéphane Camille - Mai 2008

Des récifs et des hommes - Histoires de pêcheurs de Nouvelle-Calédonie, de Matthieu et Bertrand Juncker - Avril 2018

Fin mal barrés ! - Pièce de théâtre de Jenny Briffa - Janvier 2018

Graines de pin colonnaire - Roman de Déwé Gorodé - Septembre 2009

L'épave - Roman de Déwé Gorodé - Novembre 2005

L'Hom Wazo - Roman de Dora Wadrawane - Septembre 2009

Le poids des rêves - Nouvelle de Samir Bouhadjadj - Avril 2007

Nicolaï Michoutouchkine - Aloï Pilioko : 50 ans de création en Océanie - Livre d'art, collectif - Février 2008

 

Contact

Gilbert Bladinières

BP 9040 - 98807 Nouméa, Nouvelle-Calédonie

Tél. : 96.41.60

Email : madrepores@gmail.com

Site Internet : madrepores.blogspot.com/

 

Le SILO est l'occasion de la remise des Prix Popaï du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, les éditions Madrepores ont été lauréat de la dernière édition en 2018. Ci-dessous l’historique des Popaï :

Popaï signifie en paicî, langue kanak parlée dans la région de Poindimié, « parole » et de là « histoire ».

 

29 octobre 2005 :

Ouvrage de fiction (poésie, roman, nouvelle), auteurs locaux de moins de 35 ans : L’Enfant kaori de Jocelyne Maléta Houmbouy et Isabelle Goulou ;

Ouvrage de fiction jeunesse, auteurs locaux : Balthazar est en pétard de Firmin Mussard ;

Ouvrage de fiction, auteurs locaux de plus de 35 ans : La Lumière du monde de Frédéric Ohlen ;

Ouvrage documentaire scientifique, auteurs locaux : Kibo, le serment gravé : essai de synthèse sur les pétroglyphes calédoniens de Christophe Sand et Jean Monnin ;

Ouvrage documentaire de type artistique ou vie pratique : Art vivant d'Hélène Ibanez Bueno ;

Ouvrage de fiction, auteurs invités : Graine de France de Geoff Cush (Nouvelle-Zélande).

3 novembre 2007 :

Fiction adultes : L'Épave de Déwé Gorodé ;

Fiction jeunesse : Toutoute, berceuses, comptines et jeux de doigts de l'Association Lire en Calédonie ;

Livre documentaire scientifique : Ce Souffle venu des ancêtres, l’œuvre politique de Jean-Marie Tjibaou de Hamid Mokaddem ;

Livre artistique ou vie pratique : Promenade dans les jardins de Nouméa de Véronique Menet.

5 septembre 2009 :

Fiction adultes : Nomade's Land de Roland Rossero ;

Fiction jeunesse : Le Petit Marcel illustré de Bernard Berger ;

Livre documentaire scientifique : Parcours archéologique, deux décennies de recherches du département Archéologie de Nouvelle-Calédonie (1991 - 2007) de Christophe Sand, Jacques Bolé, André Ouetcho et David Baret ;

Livre artistique ou vie pratique : L’Accord musical : histoire des musiques en Nouvelle-Calédonie de Véronique Defrance.

12 novembre 2011 :

Fiction adultes : Les Heures italiques de Nicolas Kurtovitch ;

Fiction jeunesse : La Petite tresseuse kanak de Yannick Prigent et Caroline Palayer.

10 août 2013 :

Mille et une plantes en Nouvelle-Calédonie de Bernard Suprin.

7 octobre 2015 :

Documentaire : Les sanglots de l’aigle pêcheur. Nouvelle-Calédonie : la guerre kanak de 1917 d'Alban Bensa, Kacué Yvon Goromoedo et Adrian Muckle.

Fiction : Quintet de Frédéric Ohlen.

8 octobre 2016 :

Documentaire : Flore ornementale de Nouvelle-Calédonie de Gildas Gâteblé.

Littérature du Pacifique : Chantal Spitz pour l'ensemble de son œuvre.

30 septembre 2017 :

Littérature : Pastorale calédonienne, suivi de Monologue pour Richard d'Ismet Kurtovitch.

Littérature jeunesse : illustrations de Tiko et Poapi par Dominique Berton.

Prix 2018 :

Prix Popaï fiction Fin mal barrés de Jenny Briffa aux éditions Madrépores

Les Calédoniens de Catherine C. Laurent Prix Popaï du documentaire Éditions Ateliers Henry Dougier

 

PS : Si après ça Gilbert ne met pas un lien vers mon blog sur son site, je supprime l’article ( : JP

Des livres Madrepores
Des livres Madrepores
Des livres Madrepores
Des livres Madrepores

Des livres Madrepores

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 > >>