Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Chien Bleu prend la défense du livre dans son numéro de juin 2019

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

En-tête de l'article

En-tête de l'article

Le Centre de documentation pédagogique a fermé fin 2018. Tous les profs le connaissent. C'est un organisme chargé d'éditer et de distribuer des ouvrages pédagogiques pour aider les profs. Il y en a dans toutes les régions françaises. Le CDP, qui a longtemps été rattaché au vice-rectorat, est un organisme très important dans le système éducatif. Les enseignants avaient à disposition des milliers d'ouvrages papier ou audiovisuels qui abordaient divers aspects de la Calédonie. On y trouvait des mines d'informations, aussi bien sur le tourisme que sur les langues, la géographie, l'économie, l'histoire, la botanique, etc. Le CDP abordait tous les sujets contenus dans les programmes scolaires. Des dizaines d'auteurs calédoniens ou non, y ont collaboré ces trente dernières années.

Une catastrophe pour les profs !

Cette fermeture est un scandale absolu. C'est une catastrophe pour les profs qui ne trouvent plus les outils pédagogiques dont ils ont besoin. On sourit (jaune) quand on entend le vice-recteur vanter les mérites de nos établissements scolaires. C'est un peu comme si on se réjouissait d'avoir de bons clubs de foot, tout en empêchant les entraîneurs de travailler.

On y trouvait en effet des ouvrages introuvables ailleurs. Alors que la Calédonie s'émancipe et que le secteur de l'enseignement a été transféré, cet élément clé de notre système éducatif est fermé.

Une catastrophe pour le livre

Cette catastrophe en cache une autre. Cet organisme possède un stock de milliers d'ouvrages. Ils dorment on ne sait où. Puisque l'Administration fait défaut, la moindre des choses serait de permettre la vente des ouvrages du CDP dans les librairies. Non seulement ce serait utile pour les enseignants et les étudiants, mais ça permettrait aussi d'aider les librairies qui en ont bien besoin. Cela représente aussi beaucoup d'argent (et d'énergie) gaspillé ... Quand les librairies locales auront fermé, il sera trop tard pour se plaindre. Ce n'est plus de la lourdeur administrative, c'est de l'incompétence ...

 

 

Lire aussi deux autres sujets livre :

musée replié sur lui-même

Et les institutions à côté de la plaque

 

Il a souvent du flaire le molosse ! JP

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Les nègres du pacifique sud de Gilles Gérard

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Couverture

Couverture

Histoire des Polynésiens engagés-esclaves à la Réunion

HISTOIRE OCÉAN INDIEN OCÉAN PACIFIQUE Réunion chez L’Harmattan

 

Kidnappés sur des îlots sablonneux dans des archipels du Sud de l'océan Pacifique, quelques dizaines d'hommes et de femmes vont être déportés, après un très long périple, jusqu'à l'île de La Réunion où ils seront qualifiés d'engagés volontaires pour cinq ans. Cet ouvrage relate leur histoire méconnue, depuis l'embarquement à bord d'un bateau anglais, le Sutton, jusqu'à leur arrivée dans les champs de canne à sucre de cette île de l'océan Indien. Elle se poursuit par leur lente agonie, quelques mois pour la plupart, dans cette société coloniale raciste.

Prix sur le site L’Harmattan 14,5 € Pas encore disponible en librairie à Nouméa

 

Anthropologue et historien, Gilles Gérard s'attache depuis plus de trente ans à appréhender et à expliquer la société réunionnaise par des recherches sur ses faces cachées dans les domaines du peuplement, de la culture, de la langue ou de la famille, en particulier aux XIXe et XXe siècles.

 

Extrait de la page 11 et 12 où l’on parle des kanak en début du livre PLus

 

L'objet de ce livre n'est pas une étude de l'engagisme à La Réunion de manière globale mais une approche limitée à un groupe particulier dont la période d'arrivée sur l'île, le petit nombre de personnes concernées et le relatif oubli dans les mémoires et travaux de recherches les plus divers soulèvent pourtant un certain nombre d'interrogations et par là-même de tentatives d'explications.

Une soixantaine de Polynésiens, au regard des 130 000 engagés indiens ou face aux 60 000 Africains de la côte Est, cela peut sembler anecdotique. Cela l'est certainement, quantitativement et également sur le plan des apports à la société-réunionnaise. Mais cela pose la question de la démarche des négociants-traiteurs-armateurs allant dans des espaces aussi reculés, par rapport à La Réunion et peu connus à l'époque par les propriétaires de l'ile. Cela interroge sur l'assimilation ou non par les différents pouvoirs des modifications non seulement juridiques mais surtout sociales survenues depuis 1848. Cela, enfin, oblige à poser à nouveau la question de la distinction entre engagisme et esclavage.

Le comportement des planteurs réunionnais apparaît d'une constance vraiment remarquable. Déjà, lors de l'interdiction de la traite par le gouvernement anglais suite à sa prise de contrôle de l'île en 1810, les propriétaires s'inquiétaient de la difficulté à faire fonctionner l'économie sans bras.

Cette angoisse du manque de main-d’œuvre va être permanente jusqu'à l'approche de la Seconde Guerre mondiale. Après celle-ci, l'obsession des pouvoirs publics sera le trop-plein de bras, justifiant le départ vers la France de milliers de Réunionnais. A aucun moment, la question de l'origine de ce manque de bras ne semble être abordée autrement que par la stigmatisation des travailleurs affranchis. Parfois, le pouvoir politique indiquera que la conception du travail par ces derniers, les rémunérations ou les conditions de vie sont peut-être des raisons à la désertion des habitations et au refus des anciens esclaves et de leurs descendants de rester dans un système d'asservissement. L'idée que des engagés volontaires accepteraient ce système va être avancée à chaque essai de recrutement nouveau.

On va ainsi se féliciter de la qualité des travailleurs indiens, puis des Chinois, des Africains ou des Polynésiens, avant quelque temps plus tard de vitupérer leurs faiblesse, fainéantise, ivrognerie ou indiscipline. Puis, arguant de lieux de recrutement mal choisis, on va tenter de réitérer les mêmes démarches en voulant recruter plus à l'intérieur des terres que sur les côtes, donc plutôt des Kanaks, nouvelles victimes de la colonisation, que des insulaires.

De même que la traite des esclaves, interdite une première fois à Bourbon à l'époque anglaise, de 1810 à 1815, puis par le gouvernement français à partir de 1817, se poursuivra pourtant de manière bien peu discrète jusqu'en 1830, puis de manière moins importante et bien plus dissimulée, de même l'esclavage, aboli par décret en 1848, semble s'être poursuivi au moins jusqu'en 1860 pour certains groupes humains.

 

Voir aussi :

LE CODE DE L'INDIGÉNAT

 

Historique en Afrique francophone 1887-1946

Ousmane Gueye

Préface de Abdoulaye Elimane Kane - Postface de Souleymane Bachir Diagne

Le passage de l'esclavage à l'Indigénat et de l'Indigénat à la citoyenneté pleine et entière en considérant la mitoyenneté entre ces trois notions est un lieu de production de sens. Le temps du Code enjambe la Guerre 39/45 et la Grande Guerre, il va de l'avènement de la IIème à la Vème République - 1887 à 1946 -. Ce qui heurte l'entendement est que cela se soit produit 98 ans après 1789 - Liberté Égalité Fraternité - et les Lumières ! Un traitement philosophique a permis de déshabiller des textes souvent oubliés ou volontairement occultés

Publié dans Colonisation

Partager cet article
Repost0

Bientôt à Nouméa Cap'taine Alizée, un album de Catherine C. Laurent et Dominique Berton

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

© ALB 10 ans après une première collaboration, les Calédoniennes Catherine Laurent et Dominique Berton sorte ce mercredi 12 mai un ouvrage intitulé "Cap'taine Alizée"

© ALB 10 ans après une première collaboration, les Calédoniennes Catherine Laurent et Dominique Berton sorte ce mercredi 12 mai un ouvrage intitulé "Cap'taine Alizée"

Alizée, petite métisse calédonienne coule des jours heureux sur l'île des Pins dans le Pacifique... jusqu'au jour où...

Le destin de Cap'taine Alizée, un magnifique album de Catherine C. Laurent et Dominique Berton aux éditions Cépages ! à lire l'Article outremer 1er Par Angélique Le Bouter publié le 14/06/2019 à 15h26, mis à jour le 14/06/2019 à 16h37 d'où est tirée la photo ci-dessus 

 

CAP'TAINE ALIZEE

" Papa, emmène-moi sur le lagon aujourd'hui ! "

 

Petite métisse calédonienne, Alizée vit une enfance heureuse au milieu des cocotiers et des tortues marines de l’île des Pins. Elle aime par-dessus tout partir en pirogue sur le lagon avec Théo, son papa kanak. Mais les parents de la petite fille ne se comprennent plus et sa maman lui annonce qu’elles vont déménager à Nantes. Que va devenir Alizée arrachée à cet océan Pacifique sur lequel elle rêve de naviguer ?

 

 Texte : Catherine C. Laurent

Illustrations : Dominique Berton

Prix : 16 euros en métropole

Extrait du livre source éditions CépagesExtrait du livre source éditions Cépages
Extrait du livre source éditions Cépages
Extrait du livre source éditions CépagesExtrait du livre source éditions Cépages

Extrait du livre source éditions Cépages

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Sylvie Coquillard ambassadrice de la poésie calédonienne en tournée en France

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Avec Bruno Doucey à Saint Sulpice

Avec Bruno Doucey à Saint Sulpice

Au Salon-"Marché de la Poésie" qui se tenait à Paris, Place St -Sulpice.

Pluie battante et température avoisinant les 14 degrés !!! Les amoureux de la poésie étaient au RV mais peu se sont attardés aux stands ; les parapluies ruisselants rendaient la lecture trop incommode.

Très chaleureuse rencontre avec Bruno DOUCEY, poète généreux et si accueillant !... Le soleil s'était invité de façon bien inattendue ! Superbe dernier ouvrage, "Marianne" aux illustrations magnifiques signées R. LOBET, lui aussi présent et adorable. Qui oserait dire que les artistes sont inaccessibles et peu communicatifs ?

 

Avec Patrice Guirao et Dominque Berton avec Catherine C Laurent en tournée de promotion en Gaule le Pacifique se défend bien. Vive nous !

Sylvie Coquillard ambassadrice de la poésie calédonienne en tournée en FranceSylvie Coquillard ambassadrice de la poésie calédonienne en tournée en France

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Deux ouvrages de contes Réhéma et la cascade des Géants avec Le Prince Océan d’Alain Lincker

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Alain Lincker et son dernier bébé

Alain Lincker et son dernier bébé

Alain Lincker que nous connaissons bien en Nouvelle-Calédonie sera présent au festival du Livre jeunesse l'Ïle Ô Livres 2019 (Lôl) pour la présentation au public de Nouvelle-Calédonie de ses deux dernières publications :

 

- Un conte des origines Réhéma et la cascade des Géants écrit à Mayotte.

 

- Un "conte écologique Le Prince Océan Ados/adultes (Livre illustré "jeunesse", et tout public, pour un authentique partage intergénérationnel des citoyens du monde.

"Une île mystérieuse et son prince face à leurs destins. Dans la magie du Pacifique réside un lieu à nul autre pareil, où se mêlent l’appel des conques, le souffle des alizés. Un conte écologique et initiatique en écho aux bouleversements du monde : l’homme pourra-t-il longtemps encore percevoir les confidences des baleines et s’abriter du tumulte de l’océan qui gronde ? " AL

Ces deux livres ne sont peut-être pas arrivés sur le territoire mais soyez patients !

Deux ouvrages de contes Réhéma et la cascade des Géants avec Le Prince Océan d’Alain Lincker

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

La Guerre d’Indochine : Un hommage exceptionnel a été rendu le 8 juin à Paris

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La Guerre d’Indochine : Un hommage exceptionnel a été rendu le 8 juin à Paris

La Guerre d’Indochine (19 décembre 1946 - 21 juillet 1954) qui a entraîné le décès de plus de 100 000 hommes, dont 29 000 soldats métropolitains, 11 600 légionnaires, 15 200 africains et nord-africains, un hommage samedi 8 juin 2019 à l’Hôtel national des Invalides à Paris accueillait dans la cour d’honneur une cérémonie exceptionnelle qui répondait à la commémoration de la Journée nationale d’hommage aux morts pour la France en Indochine, présidée par le Premier ministre Édouard Philippe.

 

En 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le conflit avec l'empire du Japon aboutit à la désorganisation complète de l'administration coloniale française en Indochine. ... La guerre éclate au grand jour à la fin 1946, quand le Việt Minh tente un coup de force contre les Français puis prend le maquis.

La guerre d’Indochine ou guerre d'indépendance d'Indochine, également désignée au Viêt Nam comme la guerre de résistance anti-française ou encore la première guerre d'Indochine dans le monde anglo-saxon, est un conflit armé qui se déroula de 1946 à 1954 en Indochine française (actuels Vietnam, Laos et Cambodge). Il aboutit à la dissolution de cette fédération, ainsi qu’à la sortie de l’Empire colonial français des pays la composant et à la division en deux États rivaux du territoire vietnamien. Ce conflit fit plus de 500 000 victimes12.

 

En août 1945, le Việt Minh, mouvement indépendantiste vietnamien d'obédience communiste, profitant de la prise de contrôle de l'Indochine par les Japonais, cinq mois auparavant, dans le contexte de la guerre du Pacifique, prit le pouvoir de la colonie française. Si le Gouvernement provisoire de la République française ne tarda pas à envoyer un Corps expéditionnaire afin de reprendre en main son territoire, la situation se mua rapidement, après novembre 1946, en guerre ouverte entre forces du Việt Minh et Français.

 

Le conflit peut être divisé en deux phases historiques. La première, entre 1946 et 1949, voit le Việt Minh appliquer une guérilla meurtrière. La guerre est alors semblable à une simple lutte de décolonisation. Mais l'aspect communiste du Việt Minh, le déclenchement de la guerre de Corée en 1950, l'avènement d'une Chine communiste en 1949 qui assura une aide logistique importante au Việt Minh et la confrontation de plus en plus avouée entre les États-Unis et le monde marxiste-léniniste, achevèrent de procurer à la guerre d'Indochine la figure d'un conflit armé ancré dans la Guerre froide. C'est la seconde phase, qui s'étend de 1949 jusqu'à la fin des combats, en 1954 : tout en bénéficiant de l'aide matérielle et logistique des Américains, les Français menèrent lors de cette période une guerre de plus en plus directe et frontale avec leurs ennemis, auxquels le soutien des Chinois allait permettre de mettre sur pied une véritable armée conventionnelle et formée.

 

Malgré l'intervention indirecte américaine, les forces françaises, exténuées par la résistance adverse et plusieurs années de combats de plus en plus impopulaires en métropole, durent renoncer, surtout après la lourde défaite de Diên Biên Phu de mai 1954. Les accords de Genève, signés en juillet 1954, consacraient le départ des Français du Nord du Vietnam (Tonkin) et la division du Viêt Nam en deux, la limite étant le 17e parallèle : la République démocratique du Viêt Nam au nord, communiste, le Centre et le Sud sous administration française, avec des élections prévues en 1956 pour réunifier le pays. En 1955, un coup d'État dans le Sud organisé par le président Diem, un fervent catholique qui n'accepte pas une collaboration avec le régime du Nord, donc qui ne veut pas entendre parler d'élections réunifiant le pays, crée une république du Viêt Nam soutenue financièrement, puis militairement par les États-Unis (qui n'ont pas signé les accords). Les Français quittent le Sud ; c'est le tout début de ce qui va devenir la guerre du Vietnam.

 

Considérée comme la Première Guerre d'Indochine, la guerre entre Français et Việt Minh, outre un lourd bilan humain et matériel, aura d'importantes conséquences dans l'avenir du Viêt Nam, du Laos et du Cambodge. Le départ des Français laissera face à face, d’un côté, les Américains et de l’autre, les Nord-Vietnamiens soutenus par la Chine et l'URSS. Très tôt allait éclater la Seconde Guerre d'Indochine (soit la guerre du Viêt Nam), qui débouchait, en 1975, sur la victoire complète du Nord-Viêt Nam et du communisme dans cette partie de l'Asie, avec l'absorption par le Nord-Viêt Nam de la république du Viêt Nam.

 

Sur ce sujet mon livre les Moustaches de Tigre vous fera revivre le début de cette guerre d'indépendance d'Indochine :

 

Partager cet article
Repost0

Boucan Film de fiction historique calédonien d'Alan Nogues au festival de La Foa

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Affiche du film

Affiche du film

 

Film de fiction historique calédonien d'Alan Nogues produit par Emotion Capturée, NC la 1ère et l'ADCK. 1h10. VF. Avec Fanny Torre, Simon Saumier. Vincent Kerriguy, le petit Simon, Adjé, Pierre Poudewa, Stéphane Piochaud, Karl Baudoin, Julien Guillaume...

Teaser du film

Synopsis

Encouragé par les campagnes du gouverneur Feillet qui veut « fermer le robinet d’eau sale » de la pénitentiaire et développer la culture du café en Nouvelle-Calédonie, Vincent Boyer et sa famille s’installent dans la région de La Foa-Canala pour mettre à profit la terre que leur a confié l’administration. Mais en dépit de l’expansion coloniale, les tabous ancestraux demeurent.

Critiques

« Une page d’histoire de la Nouvelle-Calédonie, portée à l’écran avec conviction. » La Foa Mag

Note sur le réalisateur

Réalisateur, auteur et directeur de la photo spécialisé dans le documentaire-fiction, Alan Nogues est un passionné d'images, de littérature, d'histoire, de sciences naturelles, de danse et de cuisine. C'est avec une certaine idée esthétique et intellectuelle du documentaire qu'il aborde ses sujets.

Faire des films exigeants tant sur la forme que sur le fond, donner la parole à l'imaginaire et la poésie, à la violence et la souffrance, à la beauté comme à la laideur, pour peut-être exprimer la complexité d'une Nouvelle-Calédonie loin des clichés, celle des gens qui la vivent et la rêvent.

 

Il a notamment signé L’Île continent (2013), La Dernière Révolte (2015), Terre de Métal (2016).

Boucan est son premier long-métrage de fiction, entièrement tourné en Nouvelle-Calédonie.

Projections

Rex Nouméa : mercredi 26, 18h30 (préfiguration - entrée libre)

 

Ciné La Foa : mercredi 3, 17h00 (entrée libre)

 

Les séances seront suivies d’une rencontre avec le réalisateur et les comédiens.

Film parrainé par

 

Publié dans Colonisation

Partager cet article
Repost0

Une belle promesse de liberté débattue ce mercredi à Calédo Livres autour de l’ouvrage Nouvelle-Calédonie le Oui minoritaire

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les intervenants et le livre
Les intervenants et le livre
Les intervenants et le livre

Les intervenants et le livre

Lors du référendum du 4 novembre 2018, à la question « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? », 56,7 % des électeurs ont répondu non et 43,3 % oui. Le score des indépendantistes a été plus fort que prévu et a rendu espoir au peuple kanak. Luc Énoka Camoui, Georges Waixen Wayewol et Aurore Hamene avec Christophe Pantz chercheur associé au LARJE. (Géopolitique, géographie, élections référendum, décolonisation) comme animateur ont rencontré un public nombreux hier soir à la librairie Calédo Livres pour parler de Nouvelle-Calédonie le Oui minoritaire. Hamid Mokaddem et le chercheur du Japon Makoto Katsumata coauteurs de ce petit livre étaient absents. Petit livre, mais grande ferveur des auteurs avec l’espoir de la réalisation d’une promesse (d’indépendance) que les auteurs présents ont tenté d’expliquer. Ils en sont convaincus, ils attendent la réalisation d’une promesse, une parole donnée par la France pour en finir avec la colonisation. Ils ont beaucoup parlé d’espoir de réparer une injustice. Le résultat de ce référendum, gagné par les partisans de la France, a boosté l’espoir de la pleine souveraineté chez les indépendantistes, un paradoxe. Tout le contraire de ce pronostiquaient les sondages, ceci, expliquant peut-être cela, L’effet d’annonce d’une large victoire du « non » a fait grimper les « oui ». Luc Énoka Camoui, Georges Waixen Wayewol ne sont pas des militants extrémistes mais plutôt des papas, des sages, des poètes. C’est pour cela que leurs propos reflètent bien l’attente du peuple kanak. Ils en rêvent de la décolonisation. Luc, poète est aussi un militant engagé dans la société civile à travers des associations caritatives, culturelles et artistiques. Georges est Titulaire d’une licence d’administration publique. Ils sont représentatifs de la société kanak. Ce ne sont pas des activistes mais des chercheurs, des chercheurs de solution. L’indépendance, c’est un droit, ont-ils dit, mais ces convictions et cette attente partagées par une majorité des kanak, doivent passer par le concensus, une adhésion des autres, du peule calédonien arc-en-ciel car la réalité du pays c’est 120 000 kanak dans un pays de 300 000 habitants. Un clivage malsain et confirmé par le référendum est contradictoire avec le vivre ensemble. Donc il faut convaincre. Le Oui minoritaire a peut-être libéré la parole. Quand des poètes affichent leur conviction de cette manière, cela veut dire que les lignes bougent. Pierre Christophe Pantz a remarquablement mené les débats et la jeune auteure Aurore Hamene a bien représenté la jeunesse en développant que le discours des politiques ne sont plus aussi concis qu’avant. Les jeunes sont politisés, mais la politique politicienne ne les intéressent pas, d’où la différence de participation entre le référendum et les provinciales, a-t-elle expliquée. Pour approfondir cette réflexion et mieux comprendre la pensée kanak, Jean-Marie Tjibaou, Motip vhalik, la parole qui fait exister les hommes, la conférence d'Emmanuel Tjibaou et Yvon Kona à l’ADCK le 20 juin devrait apporter un puissant éclairage à ceux qui veulent comprendre. Les auteurs du livre présenté hier soir vous donnent rendez-vous le 25 juin à l’UNC. On avance, en attendant le nom du nouveau président ! JP

 

Ce livre de la collection Kanaky-Calédonie, La Courte Échelle / Éditions du Transit, 2019 est en vente chez Calédo Livres au prix de 855 XPF / 7.16€.

Le public, Des interventions pendant le débat, Georges Waixen Wayewol et Aurore Hamene
Le public, Des interventions pendant le débat, Georges Waixen Wayewol et Aurore HameneLe public, Des interventions pendant le débat, Georges Waixen Wayewol et Aurore Hamene

Le public, Des interventions pendant le débat, Georges Waixen Wayewol et Aurore Hamene

Publié dans Colonisation

Partager cet article
Repost0

Salon des collectionneurs le salon 2019 est terminé, vivement le salon 2020 des trésors sont détenus et exposés chaque année.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La plus belle pièce exposée digne d’un musée, une sculpture en ébène des Les Îles Salomon. C’est un « nguzu nguzu », figure de proue que les guerriers mettaient en avant de leur canoé, de source sûre et amicale

La plus belle pièce exposée digne d’un musée, une sculpture en ébène des Les Îles Salomon. C’est un « nguzu nguzu », figure de proue que les guerriers mettaient en avant de leur canoé, de source sûre et amicale

Sur la photo ci-dessus, le fils de Jean Rolland décédé à l'âge de 85 ans et fondateur et président de l'association Témoignage d'un Passé en 1975 perpétue la mémoire Calédoniennes avec le livre de son père sur "Les Rails Calédoniens de 1892 à 1953". L'auteur était un passionné des Chemins de fer. Gabriel Valet le président de la société historique rappelle aussi à ceux qui l’ont rencontré au salon qu'en 1889, le conseil général adoptait un projet de Monorail entre Nouméa et Bourail. Tous les exposants sont des passionnés, des historiens même lorsqu’ils prétendent être des amateurs. Vivement le salon 2020 pour découvrir de nouveaux trésors et revoir les anciens.

NB : Société savante fondée en 1969, la SEH-NC fêtera en décembre 2019 ses 50 ans d'existence. Grâce à l'activité de ses membres, elle a publié 69 livres et 198 bulletins trimestriels, sans discontinuité. Les bulletins d'une centaine de pages totalisent 1508 articles intéressant la Nouvelle-Calédonie et le Pacifique, sur des sujets et des thèmes très variés.

Les livres anciens et une pépite dénichée à Paris par Alain Janet cette collection des voyages de Cook
Les livres anciens et une pépite dénichée à Paris par Alain Janet cette collection des voyages de CookLes livres anciens et une pépite dénichée à Paris par Alain Janet cette collection des voyages de Cook

Les livres anciens et une pépite dénichée à Paris par Alain Janet cette collection des voyages de Cook

Frédéric Angleviel historien et collectionneur sur son stand et mon épouse à gauche intéressée par les objets en provenance du Vietnam qu’il exposait.
Frédéric Angleviel historien et collectionneur sur son stand et mon épouse à gauche intéressée par les objets en provenance du Vietnam qu’il exposait. Frédéric Angleviel historien et collectionneur sur son stand et mon épouse à gauche intéressée par les objets en provenance du Vietnam qu’il exposait.

Frédéric Angleviel historien et collectionneur sur son stand et mon épouse à gauche intéressée par les objets en provenance du Vietnam qu’il exposait.

Quelques écrivains calédoniens dédicaçaient ce lundi matin et Le stand Le Cagou avec deux des cagouilleurs en chef comme disent les québécois d’après Daniel Miroux
Quelques écrivains calédoniens dédicaçaient ce lundi matin et Le stand Le Cagou avec deux des cagouilleurs en chef comme disent les québécois d’après Daniel Miroux

Quelques écrivains calédoniens dédicaçaient ce lundi matin et Le stand Le Cagou avec deux des cagouilleurs en chef comme disent les québécois d’après Daniel Miroux

Quelques autres photos pour le plaisir partagé
Quelques autres photos pour le plaisir partagé
Quelques autres photos pour le plaisir partagé
Quelques autres photos pour le plaisir partagé
Quelques autres photos pour le plaisir partagé
Quelques autres photos pour le plaisir partagé
Quelques autres photos pour le plaisir partagé

Quelques autres photos pour le plaisir partagé

Publié dans Notre Caillou

Partager cet article
Repost0

Un livre Nouveau de Sandra Dumeix, illustration de couverture de Junsunn Lo.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Un livre Nouveau de Sandra Dumeix, illustration de couverture de Junsunn Lo.

 Le visage de l’Infini

 

 Le Visage de l'Infini (French Edition) Kindle Edition by Sandra Dumeix (Author), Junsunn Lo (Illustrator) sur Amazon

 

 L’agitation de la nature. La parole luit en mélodie. Prestigieuse franchise des alizées. Et je chuchote la bourrasque de la destinée. C’est la terre, bleu azur, qui étincelle la parole de la révélation. C’est le ciel, ébloui de sa parure d’or, qui siffle le mutisme éternel. C’est le soleil, qui craquèle le mistral de prestige. Et la lune, étincelante, qui chante l’éclat des marabouts. Ô, que la terre chantonne un flot aigu silencieux, tandis que les grillons impérieux se dérobent dans la vallée de l’invisible.

 

Résumé :

 Sous l'euphorie d'échanges sensuels, une jeune femme déclame cette surprise, cette douceur et ce bouleversement. Contemplation du visage de son compagnon se modifier, se tranformer. Elle se laisse, s'abandonne aux bercements dans cet espace vide où néant et fusion intérieure s'expriment sous le Visage de l'Infini.

 

Extrait du récit “Le visage de l’Infini” :

 “Chacun de vos corps, j'anime. Chaque bouche que je nourris, je me remplis, chaque cœur que j'enlace, je m'embrasse. Chaque parole dictée, je la compose et la réécoute en prose.

 Chaque regard s'éternise mon spectacle lumineux. Chaque geste est une caresse de mon Être et toutes vibrations apportent le chant de l'unisson. Dans cette sphère s'enlace la puissance de la bienveillance et s'harmonise l'immensité.”

 

Aussi : Nouveau livre de poésie à découvrir à partir de demain sur amazon et kindle :

"de ta joie"

Saint-Esprit

" à travers tes yeux,

L'infini est révélé

Et fermez l'œil du diable dans une lumière d'ange.

Une vision successive de la luminosité

Je suis venu et ce désir profond

Pour contempler l'éclat du Saint-Esprit.

L'heure du silence,

Le ciel a apporté la voix d'un profond bonheur."

Voir aussi des nouveautés du même auteure
Voir aussi des nouveautés du même auteure

Voir aussi des nouveautés du même auteure

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 > >>