Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chroniques calédoniennes d'hier et d'aujourd'hui, un recueil de nouvelles coordonné par Frédéric Angleviel

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Chroniques calédoniennes d'hier et d'aujourd'hui, un recueil de nouvelles coordonné par Frédéric Angleviel

Chroniques calédoniennes d'hier et d'aujourd'hui

Nouvelles historiques et paroles de Nouvelle-Calédonie

Ouvrage collectif coordonné par Frédéric Angleviel

 

 

Date de publication : 29/08/2019

ISBN : 9782414370641

 

Disponible chez Edilivre et autres plateformes en ligne et bientôt en librairie à Nouméa Chez Calédo Livres

 

 Livre papier      17,00 € - Livre numérique : format Pdf  4,99 €

 

Résumé

Voici seize nouvelles historiques évoquant la Nouvelle-Calédonie avant-hier, hier et aujourd'hui. Des contes traditionnels évoquent le monde kanak pré-contact. Des nouvelles présentent divers aspects de l'humour ou de la spiritualité kanak. Des récits historisants décrivent la grande révolte de 1878, la vie d'un transporté ou encore celle d'un Communard déporté à « La Nouvelle ». Une nouvelle faisant revivre un naufrage et un sauvetage, ferme, sans le clôturer, ce livre collectif, un et divisible.

 

Ces paroles calédoniennes libres, diverses et plurielles, apportent un kaléidoscope d'approches et de sensibilités qui ont vocation à offrir distractions, thèmes de réflexion et outils pédagogiques au grand public et au monde de l'éducation

 

Plusieurs récits mettent en scène différentes communautés calédoniennes : Kanak, Caldoches-Calédoniens, Vietnamiens, Métropolitains ou encore Wallisiens-Futuniens. Une belle chronique du premier docteur en histoire kanak, Les chroniques référendaires de Paul Magulue Fizin évoque de manière réaliste et impressionniste le référendum de novembre 2018, alors que deux textes-manifestes s'intéressent aux enjeux politiques actuels…

 

 

Ouvrage collectif coordonné par Frédéric Angleviel

 

Ce recueil a été écrit par 14 co-auteurs néo-calédoniens, qu'ils soient issus du peuple premier qui s'est forgé au fil des siècles ou de la seconde vague de migration qui a commencé dans les années 1830 : aventuriers, colons, libérés, engagés océaniens puis asiatiques, ouvriers polynésiens et citoyens du monde. L'Histoire de la Nouvelle-Calédonie est complexe et la littérature permet des approches plus libres afin de mieux appréhender cet archipel ultramarin et antipodéen.

 

Les auteurs : Tamunu Ajapuhnya, Frédéric Angleviel, Christine Bourrelly, Nicole Chardon-Isch, Jerry Delathière, Paul Magulue Fizin, Olivier Houdan, Téa Pwiwik Kamou, Dominique Lataste, Luc Legeard, Joël Paul, Manuel Touraille, Jean Vanmai & Luther Voudjo.

 

Sommaire

 

Le temps d'avant

Les cinq frères de Lifou (îles Loyauté) par Tamunu Ajapuhnya (narrateur)

L'oiseau kaulul – Le trompeur. Conte kanak du nord de la Grande terre par Téa Pwiwik Kamou (narrateur)

Il y a très très longtemps. Au commencement était la terre par Frédéric Angleviel

Le bao de Houaïlou (Grande Terre) par Manuel Touraille.

 

Hier

Lucien Estienne dit « Lulu l’artiste » par Christine Bourrelly

Ma part sauvage. Un Communard à Ducos (Nouméa) par Luc Legeard

Insurrection kanak de 1878. Épisodes de la pacification dans la région de Thio par Jerry Delathière

Merveilleuse nouvelle & retrouvailles. Vietnam - Nouvelle-Calédonie par Jean Vanmai

Rédemption à Saint Louis (grand Nouméa) par Frédéric Angleviel

 

Aujourd'hui

Les chroniques référendaires de Paul Magulue Fizin

Les Tapas de la colère par Nicole Chardon-Isch

Mosso et Malia. Wallis - Nouvelle-Calédonie par Dominique Lataste

La “terrible classe de Quatrième K” du collège de Magenta par Olivier Houdan

Le souffle clair et chaud de la révolte : manifeste du Mouvement Néo-Indépendantiste Souverainiste par Luther Voudjo

Rêvons d’un nouveau préambule pour notre Pays ! par Frédéric Angleviel

Naufrage sur le lagon calédonien par Joël Paul votre serviteur.

 

Deuxième recueil, le concours est ouvert :

Il sera coordonné par Paul Fizin et Frédéric Angleviel

 

Thème : Insularité et histoire de la Nouvelle-Calédonie

Utilisation pédagogique : L'idée est de regrouper des textes permettant de lancer des études transversales entre les cours d'histoire et les cours de lettres ; et cela dans le cadre de l'adaptation continuelle des programmes et  l'appréhension des milieux locaux

Typologie : éviter les articles historiques classique pour mêler histoire et fiction, écriture littéraire et approche historique ; aussi bien des nouvelles classiques que des approches théâtrales, poésies, etc

Le calendrier est simple : remise des nouvelles avant le 1er mars 2020.

Taille : 3000 à 30.000 signes, soit 1 à 10 pages A4.

Divers : une ou éventuelles deux nouvelles par auteur ; times new roman, 12, justifié, corrections par les auteurs, puisque les cordonnateurs non ni les compétences ni les moyens de payer un relecteur salarié. Le contrat sera signé par Frédéric Angleviel pour une question technique : Edilivre ne donne de royalties que lorsque l'on arrive à 75 euro, donc si on partageait les royalties entre tous les auteurs, on n'y arriverait jamais. Là, FA devrait récupéer environ 100 euro de royalties au bout de deux ans, et il prend à sa charge l'option de la couverture couleur (100 euro) et l'envoi d'un exemplaire gratuit à chaque auteur.

---

A votre disposition pour toutes informations complémentaires

Toutes les bonnes volontés sont la bienvenue.

Paul FIZIN et Frédéric ANGLEVIEL

Partager cet article
Repost0

Les plantes sauvages comestibles au REX jeudi soir ont fait recette avec la vidéo de cette conférence

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Bernard Suprin, Gabriel Leviennois Remy Gazeu et un membre de l'association Male'Va
Bernard Suprin, Gabriel Leviennois Remy Gazeu et un membre de l'association Male'Va

Bernard Suprin, Gabriel Leviennois Remy Gazeu et un membre de l'association Male'Va

Pour une soirée, le REX est devenu la cathédrale des plantes sauvages comestibles avec une grande messe dite par Bernard Suprin et ses amis. Il y avait foule. Les croyants à une nouvelle, et ancienne, façon de s’alimenter pour sauver la planète et freiner la prochaine extinction de masse (celle de l’espèce humaine) étaient, « tout ouïe », pour écouter le botaniste émérite. Victor Hugo a écrit : Depuis six mille ans la guerre/ Plait aux peuples querelleurs,/ Et Dieu perd son temps à faire/ Les étoiles et les fleurs. Bernard Suprin a dit : « il faut les manger, les fleurs » et Gabriel Levionnois, le chef cuisinier a confirmé ses propos. Billy Watropo était là pour attester de l’importance des plantes sauvages comestibles pour les kanak, pas si sauvage que ça. Le pourpier, par exemple, était prisé depuis l’antiquité avant d’être oublié a expliqué Bernard Suprin, c’est excellent à manger. Bernard Suprin a raconté beaucoup d’anecdotes comme l’introduction de la pomme-de-terre en Europe, une plante sauvage, une plante du diable au moment de son introduction. On connait la suite. C’est Rémy Gazeu le président de l’association Male’va qui a ouvert la conférence en présentant son association qui prêche pour la généralisation de la permaculture, pour une recherche d’autonomie alimentaire mais pas que. La permaculture, c’est une philosophie de vie. Un retour aux sources et une nouvelle façon d’appréhender le futur d’une manière écologique. Il a beaucoup été question d’autonomie alimentaire et de condition de vie. Bernard Suprin a présenté de nombreuses plantes qu’on arrache ou arrose de désherbant Roundup avec rage par ignorance. Ce n’est pas bien, il faut manger nos mauvaises herbes. Elles sont bonnes au goût et pour la santé. Il y a un grand retour à la recherche du goût sauvage et ce n’est pas une pub pour un parfum. Coincé dans mon fauteuil à cause mon surpoids, j’ai écouté attentivement, en jetant des coups d’œil inquiets à mes voisins dans le public, maigres et en pleine forme. Devant le succès de cette conférence organisée avec la mairie de Nouméa, on peut penser qu’il y en aura surement d’autres. Les plantes font recette (de cuisine). JP

 

Bernard Suprin, Gabriel Levionnois et Billy Watropo

Pacific Food Lab est le nouvel espace digital co-créé par les Chefs, pour les Chefs ! C’est en créant du lien entre les professionnels de la restauration (collective et traditionnelle), et les autres acteurs du système alimentaire que l’on va pouvoir agir de manière bénéfique sur le bien-être alimentaire des Calédoniens, vers une meilleure autosuffisance alimentaire !

 

MALE’VA – Pratiques Écologiques et Solidarité Locale et Internationale

Association culturelle et environnementale de N.CALÉDONIE (ouverte aux échanges internationaux).

MALE’VA (assoc. loi 1901) créée dans le grand Nord de la Nouvelle-Calédonie en février 2011

« MALE’VA » (langue Kanak parlée dans le Grand Nord du Pays) englobe 2 mots : « Malep » (VIVRE) et « Vaa » (PAROLE)

 

« MALE’VA » regroupe toutes les personnes impliquées dans une recherche et des activités visant l’amélioration des conditions de vie de l’être humain, dans son environnement naturel. – Autosuffisance et Souveraineté alimentaire sont à la base de nos réflexions

 

Male’va est plus qu’une association :

Elle se veut être un courant de pensée, un espace d’échanges, de partages et de rencontres entre personnes de tous horizons partageant des réflexions et prises de conscience communes.

La recherche de solutions écologiques et alternatives viables et durables prenant en compte notre environnement local, régional et international est au centre de nos échanges et actions

Président : Rémy GAZEU (85 61 09). presidence@maleva.nc

Quelques images de cette soirée
Quelques images de cette soirée
Quelques images de cette soirée
Quelques images de cette soirée
Quelques images de cette soirée
Quelques images de cette soirée
Quelques images de cette soirée
Quelques images de cette soirée
Quelques images de cette soirée
Quelques images de cette soirée

Quelques images de cette soirée

Partager cet article
Repost0

Jean-Baptiste Delfaut un bagnard pas comme les autres raconté par Michel Soulard à la librairie Calédo Livres ce mercredi 11 septembre 2019

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Michel Soulard et louis-José BarbançonMichel Soulard et louis-José Barbançon
Michel Soulard et louis-José Barbançon

Michel Soulard et louis-José Barbançon

« Délinquant multirécidiviste, escroc et déserteur, Jean-Baptiste Delfaut a 28 ans lorsqu’il est déporté au bagne de Nouvelle-Calédonie. Toute sa vie, il emploiera son talent d’écrivain à raconter le bagne et lui-même, livrant ici des observations et des réflexions pertinentes sur le système pénitentiaire, et là, des fictions parfois rocambolesques dans lesquelles il enjolive ses actes et minimise la gravité de ses fautes… »

Michel Soulard en compagnie de Louis-José Barbançon qui est à l’origine de cette enquête car il lui avait remis des documents et un dossier pour démarrer ce travail, nous ont parlé de ce bagnard pour le moins atypique, Jean-Baptiste Delfaut. Il a passé 50 ans de sa vie au bagne et a écrit énormément tout en encadrant les autres bagnards en corvée pour la construction de route par exemple, un vrai ingénieur TP sans la formation initiale. Il a aussi accompli des actions dignes d’un héros, en tuant un colosse tortionnaire des autres détenus du bagne, en sauvant un enfant de gardien tombé dans un puits ou en arrachant des flammes les habitants d’une maison en feu. C’était un intello mais aussi un dur inclassable. Un personnage à part parmi les relégués que l’on ne pouvait classer ni dans les sages qui bénéficiaient rapidement d’une concession, les porte-clefs qui travaillaient avec l’administration ou les incorrigibles qui passaient leur temps au cachot. Delfaut n’appartenait à aucune des ces catégories, il savait écrire ! Il servait d’écrivain public pour les autres, même pour les surveillants. Il écrivait aussi beaucoup pour lui. Ces récits ne racontaient pas des histoires du bagne mais il pensait le bagne, le critiquait, en décortiquait les rouages comme un spécialiste du droit en dénonçant les dysfonctionnements comme un Albert Londres de l’intérieur. Son érudition donnait mauvaise conscience aux fonctionnaires de la pénitentiaire souvent incultes qui ne le rataient pas à chaque faux pas. Il écrivait aussi pour se construire un personnage. C’était un affabulateur génial qui a même envoyé un manuscrit à Zola. Un peu mythomane, il romançait sa vie qui était pourtant un vrai roman mais elle ne devait pas le satisfaire. Il attirait la bienveillance de personnes haut placées, mais ça se terminait toujours mal. Beaucoup d’historiens calédoniens ou d’écrivains ont écrit sur lui. Mais Michel Soulard, en rééditant les écrits de Jean-Baptiste Delfaut pour garder l’authenticité de ses œuvres et le faire connaître, a écrit, avec le deuxième livre, Le Bagne et la plume, la vraie vie de Delfaut, en réussissant à conserver de l’intérêt pour ce petit bonhomme, car il était petit bien qu’on n’ait aucune photographie de lui. Il faut lire ces deux ouvrages pour découvrir un bagnard pas comme les autres. Il semble que d’autres biographies de personnages qui sont passés par La Nouvelle devaient paraître dans les prochaines années. Les deux historiens nous l’ont fait miroiter. JP

 

Louis-José Barbançon qui apprécie le canapé de la librairie Calédo Livres vous donne rendez-vous mercredi prochain pour parler du Non-dit qui vient d’être réédité

Michel Soulard présente Les Damnés du Pacifique un livre signé Daufelt (Auteur) pseudonyme de Delfault.

Michel Soulard présente Les Damnés du Pacifique un livre signé Daufelt (Auteur) pseudonyme de Delfault.

Public nombreux pour ces historiens éméritent
Public nombreux pour ces historiens éméritent
Public nombreux pour ces historiens éméritent

Public nombreux pour ces historiens éméritent

Publié dans Colonisation

Partager cet article
Repost0

Deux nouvelles parutions de Michel Soulard passionné d’Histoire calédonienne sur Jean-Baptiste Delfaut pour les amateurs d’histoire du bagne.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Causerie mercredi 11 septembre à 18h00 à Calédo Livres

Causerie mercredi 11 septembre à 18h00 à Calédo Livres

Michel Soulard passionné d’Histoire calédonienne s’est intéressé à la vie et aux écrits de Pauline de Aranda-Fouché puis aux écrits d’Achille Ballière, déporté de la Commune de Paris, qui ont fait l’objet d’une édition comparée présentant les différentes étapes du texte racontant son périple en Nouvelle-Calédonie. En 2019, c’est au tour de Jean-Baptiste Delfaut, déporté de droit commun au bagne de Nouvelle-Calédonie, qui fait l’objet d’une étude approfondie du même genre et de deux nouvelles publications. Michel Soulard c’est une référence d’ouvrages de qualité et de recherches approfondies. Ces deux nouvelles parutions vont enrichir les bibliothèques des amateurs d’histoire de la Nouvelle-Calédonie.

 

Ouvrages précédents publiés chez Humanis :

La Mine d’or

La Grande évasion, au temps du bagne de Nouvelle-Calédonie

Voir aussi un article sur ce blog et d’autres en tapant Soulard sur recherche.

 

Après un premier séjour à Bourail en 1969-1970, Michel Soulard est revenu en Nouvelle-Calédonie comme professeur de français au collège de la Rivière Salée où il est resté vingt-six ans. En 1998, il a, dans le cadre de l’éphémère DEA Imago mundi de l’Université du Pacifique, consacré un mémoire aux romans calédoniens d’Alin Laubreaux.

 

Participant durant plusieurs années aux classes patrimoine, il s’est intéressé aux écrits inédits de Pauline de Aranda-Fouché qu’il a étudiés avec ses élèves et publiés au CDP de Nouvelle-Calédonie en 2003. Par la suite, il s’est attaché à La Mine d’or, seule œuvre publiée (en 1944) par Pauline de Aranda-Fouché et a décidé de la faire rééditer en l’enrichissant de commentaires sur l’histoire de Bélep.

Deux nouvelles parutions de Michel Soulard passionné d’Histoire calédonienne sur Jean-Baptiste Delfaut pour les amateurs d’histoire du bagne.
Deux nouvelles parutions de Michel Soulard passionné d’Histoire calédonienne sur Jean-Baptiste Delfaut pour les amateurs d’histoire du bagne.

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Nouveauté jeunesse disponible à Calédo Livres : MAEVA PEINT, album écrit par Magdalena et illustré par Christine Davenier.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Nouveauté jeunesse disponible à Calédo Livres : MAEVA PEINT, album écrit par Magdalena et illustré par Christine Davenier.

Maeva est une petite fille tête en l’air mais pleine d’envies.

Qui avec de la peinture met de la couleur dans nos vies !

 

Une auteure et une illustratrice renommées ont mis leurs talents en commun pour ce petit livre universel.

Cet album illustré raconte l’histoire d’une petite fille qui préfère la peinture à l’école !

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Le salon du livre de Port-Vila, Pirogue 2019 du 16 au 19 septembre

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le salon du livre de Port-Vila, Pirogue 2019 du 16 au 19 septembre

Le salon du livre de Port-Vila « Pirogue » se déroulera pour sa 4e édition du lundi 16 septembre au mercredi 18 septembre à l’Alliance Française de Port-Vila. Nous accueillerons des écrivaines de Polynésie Française, de Nouvelle-Calédonie et du Vanuatu et notamment Titaua Peu, Isa Qala, Julie Dupré, Telstar Jimmy, Anna Naupa... Cette édition 2019 met en effet en valeur les femmes écrivains du Pacifique.

 

Au programme : des rencontres avec les auteurs, des tables rondes, des ateliers d’écriture, un spectacle de conte, une projection de film…

 

L’essentiel des manifestations se déroulera principalement en français mais certaines manifestations seront en bichelamar ou en anglais.

 

Un grand merci aux sponsors 2019 : Mission aux Affaires culturelles de Nouméa, Maison du livre de Nouvelle-Calédonie, Ambassade de France au Vanuatu, Coopération Régionale, Poemart, Aircalin

 

Plus d'information ici : https://www.alliancefr.vu/fr/

 

Lien sur articles Titaua Peu, Isa Qala, Julie Dupré

 

Gros plan sur deux femmes invitées du Vanuatu

 

Telstar Jimmy

La journaliste étudiante du Vanuatu lance son premier recueil de poésie et vise plus haut

Par PMC Editor - 24 octobre 2018 (extrait ci-dessous)

 

La journaliste étudiante du Vanuatu, Telstar Jimmy, a publié son premier livre de poésie aux Fidji la semaine dernière et promet de grands projets pour aider à stimuler la publication dans son pays.

 

Bien qu'il lui ait fallu plusieurs années pour réaliser sa passion, Jimmy était fière que tout le monde autour d'elle profite du moment.

 

«Je suis soulagée de pouvoir enfin publiée et je suis ravie de pouvoir partager mes poèmes avec d’autres, pas seulement à Vanuatu, mais dans le Pacifique, car des amis des Îles Salomon, de Fidji et de Nauru ont déjà commencé à acheter le livre et me renvoient beaucoup de commentaires positifs à ce sujet », dit-elle.

 

Le plan de Jimmy est maintenant de trouver d'autres poètes au Vanuatu et de promouvoir leur travail dans une collection d'anthologies pouvant leur donner une reconnaissance et les faire connaître.

 

«Je sais que beaucoup ont le potentiel, mais ils n'ont pas eu l'occasion de briller et de partager leurs histoires», dit-elle.

 

Alors qu’elle était sur le point de terminer son baccalauréat à l’Université du Pacifique Sud avec une spécialisation en journalisme, langue et littérature à la fin de cette année, le lancement de son livre marque un double point fort dans son parcours universitaire... Suite

 

Le titre de l'ouvrage est Journey of Truth avec quatre chapitres et 76 pages

L'année dernière, Telstar Jimmy a présenté une vidéo sur les changements climatiques aux médias du Pacific Media Center, rédigée par Julie Cleaver et Kendall Hutt, journalistes étudiants de l'AUT. Asia Pacific Report a conclu un accord de partage de contenu avec Vanuatu Daily Post.

 

Anna Naupa

Anna Naupa est le nouvelle directrice des pays de l'APTC pour le Vanuatu et Nauru

21 février 2019 (extrait ci-dessous du Daily Post)

 

L'Australian Pacific Training Coalition (APTC) a le plaisir d'annoncer la nomination de Mme Anna Naupa au poste de directrice de pays pour le Vanuatu et le Nauru.

 

Mme Naupa, qui a pris ses nouvelles fonctions en décembre 2018, a rejoint APTC du bureau de l'UNESCAP - Pacific à Fidji. Elle possède une vaste expérience en matière de politique de développement, de programmation et d'analyse économique et politique et a également été conseillère régionale principale au secrétariat du Forum des îles du Pacifique.

 

En tant que première directrice nationale de l'APTC pour le ni-Vanuatu, Mme Naupa mettra à profit sa vaste expérience en matière de dialogue avec les gouvernements des îles du Pacifique, les organisations de la société civile et les partenaires de développement de la région… Suite

 

Pirogue 2019 un recueil de textes sur les jeunesses du Vanuatu et de NC sera proposé à l'occasion du 3e salon du livre PIROGUE (Port-Vila).

- Thème : Jeunesses et égarements. Le livre sortira le 16 septembre durant notre salon du livre Pirogue.

Dans le cadre d’une action culturelle de coopération interrégionale, assurée par l'Ambassade de France du Vanuatu, l'Alliance Française du Vanuatu et la Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie.

 

NB : Une de mes nouvelles a été sélectionnée pour faire partie de cet ouvrage Joël PAUL

 

L'APTC est le programme phare de l'Australie pour l'excellence de la formation. Il aide les citoyens des îles du Pacifique à acquérir les compétences et les qualifications australiennes pour un large éventail de carrières professionnelles. Environ 13 000 diplômés ont obtenu leur diplôme de l’APTC depuis sa mise en service en 2007.

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Conférence Littérature en NC par Laurent Edo

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Conférence Littérature en NC par Laurent Edo
Conférence Littérature en NC par Laurent Edo

Jeudi soir une conférence sur la littérature en NC aurait pu attirer le petit monde de la littérature calédonienne car le thème était accrocheur voire provocateur. Il aurait pu provoquer un débat et des discussions animés mais les acteurs de la littérature n’ont pas daigné venir s’expliquer ou présenter leurs actions pourtant, « Les auteurs néocalédoniens peinent à être reconnus. Les directions de la culture des trois provinces et les institutions gouvernementales telles que la Maison du Livre mettent peu de moyens pour accompagner les auteurs dans leur création et peu d’œuvres sont finalement éditée…  » Une des phrases extraite du résumé de l’exposé avait lancé un débat, avant le débat qui n’a pas eu lieu. Sans contradicteur, la montagne a accouché d’une souris. Ce n’est peut-être pas pour un manque d’intérêt que les écrivains ou responsables d’institutions publiques ne sont pas venus. La prolifération des animations culturelles éparpille un public qui n’est pas extensible à l’infini. Les conférences de l’université populaire résistent néanmoins à la désertification des rendez-vous culturels, car sa raison d’être, de permettre de mieux comprendre les rouages du système, a un noyau dur de membres et d’adeptes. C’était la 29ème conférence de l’ARES Pacifique et il y en a d’autres programmées.

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Lauréat 2019 du prix Livre Mon Ami Le Ciel d'Homère d'Agnès de Lestrade

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Lauréat 2019 du prix Livre Mon Ami Le Ciel d'Homère d'Agnès de Lestrade

C'est le roman Le Ciel d'Homère d'Agnès de Lestrade qui remporte le prix Livre, Mon Ami 2019.

Agnès n'est pas une inconnue pour nous car son roman Un Indien dans mon jardin faisait déjà partie de la sélection 2012.

«Le Ciel d’Homère» gagnant du vingt-troisième prix Livre, mon ami a été désigné ce mercredi. Une belle histoire d'amitié, celle qui va se lier entre Anouck, neuf ans, et un drôle de vieux monsieur qui n’a plus de toit. Agnès de Lestrade viendra rencontrer son jeune public.

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

Poum, le cri d’Eloka, un cri du cœur, un livre de Fabrice Ménager

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Fabrice Ménager l'auteur _ Cathie Manné et Eliane Jacquet hypnotisées par l'auteurFabrice Ménager l'auteur _ Cathie Manné et Eliane Jacquet hypnotisées par l'auteur
Fabrice Ménager l'auteur _ Cathie Manné et Eliane Jacquet hypnotisées par l'auteur

Fabrice Ménager l'auteur _ Cathie Manné et Eliane Jacquet hypnotisées par l'auteur

"Au nord de la Nouvelle-Calédonie, il est une terre de légendes et de mystères, de magie et de brume que les Kanak appellent « Pum », la fumée.

Sur ces terres, le sage Ice, bâton en main, s’aventure.

À ses yeux émerveillés se dévoilent les tribus de Tiabet et d’Arama, la majestueuse forêt d’Ougne et la mine Pilou…"

Ainsi commence le guide de Poum, le cri d’Eloka de Fabrice Ménager. Sur la couverture l’ouvrage, qualifié de guide, car c’est un vrai plaidoyer pour la commune du Nord, l’ancien gendarme, puisqu’il prend bientôt sa retraite a rédigé un vrai roman d’amour pour cette région et la Nouvelle-Calédonie. L’auteur est charismatique. Son parcours de vie est original, il est magnétiseur et sophrologue et malgré un public restreint, il a fait une causerie fort sympathique. C’est un homme bienveillant, curieux, étonnant par rapport à sa profession. La Poste a eu son facteur Cheval, la gendarmerie a son gendarme sophrologue-magnétiseur et auteur. C’est son deuxième ouvrage et un troisième est en préparation. Malheureusement, il regagne la métropole. La Calédonie aurait pu hériter d’un écrivain original. Son livre est un cri du cœur, plein de valeurs humaines. Il est en vente à la librairie Calédo Livres et dans les hôtels et gites de Poum. JP

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Conférence de Laurent Edo Littérature en NC Université Populaire de la NC – ARES Pacifique

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Conférence de Laurent Edo Littérature en NC Université Populaire de la NC – ARES Pacifique

Université Populaire de la NC – ARES Pacifique

29e conférence de l’UPNC

 

«Littérature en NC»

Témoignage d’un auteur prolifique

 

Jeudi 5 septembre 2019 de 18h à 19h30

Amphithéâtre du lycée Blaise Pascal (22 rue Blaise Pascal, Anse-Vata)

 

 

Conférence de Laurent Edo, lauréat du premier prix Hachette Roman Jeunesse NC suivie d’échanges et de discussions

 

Résumé de l’exposé : Malgré l’énorme production locale, les auteurs néocalédoniens peinent à être reconnus. Les directions de la culture des trois provinces et les institutions gouvernementales telles que la Maison du Livre mettent peu de moyens pour accompagner les auteurs dans leur création et peu d’œuvres sont finalement éditées. Celles qui le sont le sont localement sans possibilité d’accéder au monde francophone par manque de diffuseurs majeurs et ne permettent jamais à l’auteur de s’y retrouver financièrement.

Il y a bien des associations dynamiques qui font vivre la littérature en NC. Lôl par exemple organise une fois tous les deux ans un festival riche en découvertes. Mais la plupart des événements littéraires tournés vers l’extérieur permettent plus aux lecteurs locaux de découvrir de la littérature extérieure que l’inverse. C’est le cas des actions menées par le SILO ou Livre mon Ami qui a l’avantage énorme d’être en partenariat avec le vice-rectorat et qui a accès aux jeunes scolaires.

Bref, si mondialement l’industrie du livre est en crise, la situation en NC est pire encore.

Cet exposé a pour objectif de brosser un état des lieux succinct de la création littéraire locale et de donner quelques pistes aux jeunes auteurs désireux d’accéder à l’édition internationale.

 

Entrée libre et gratuite

Contact : universitepopulairenoumea@gmail.com

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>