Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Paul Wamo invité au salon de Lire en Polynésie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo de la Maison de la Nouvelle-Calédonie
Photo de la Maison de la Nouvelle-Calédonie

Photo de la Maison de la Nouvelle-Calédonie

Paul Wamo est un poète, auteur-compositeur-interprète kanak né sur l'île de Lifou en 1981. Acteur incontournable de la scène artistique de Nouvelle-Calédonie, il s'illustre par son maniement habile et expressif des mots, à l'oral comme à l'écrit.

Il est installé en France métropolitaine depuis 2015

 

Je t'écris

Moi l'Amoureux Fou

Moi le Fils

Moi l'Amant

L'Inéxil

Le Non Fini

Moi celui qui rage une rage vieille de 3000 ans

Je t'écris

Mon Soleil Acharné

Et mes Cris qui remontent

Et ma Rage Fleur Flamboyant

 

Que je suis en chemin

 

Paul Wamo Taneisi

L'Inéxil

Vidéo récente filmée à la maison de la Calédonie

Paul Wamo au SIlO de Nouméa au centre culturel Jean-Marie tjibaou Photo JP

Paul Wamo au SIlO de Nouméa au centre culturel Jean-Marie tjibaou Photo JP

Publié dans Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

19ème édition de Lire en Polynésie : les îles et leurs histoires...

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

19ème édition de Lire en Polynésie : les îles et leurs histoires...

Du jeudi 14 au dimanche 17 novembre 2019

Lieu : La Maison de la Culture/ TFTN Papeete

 

Au programme de cette 19ème édition de Lire en Polynésie : les îles et leurs histoires...

Le thème retenu pour ce salon 2019 est Histoires d’îles, l’occasion pour les littératures insulaires de se rencontrer, de se découvrir, d’échanger et de se retrouver autour de ce qui les rapproche, les unit mais aussi de ce qui les rend uniques.

 

Une quinzaine d’invités, auteurs, illustrateurs, artistes et acteurs du monde du Livre, donnent rendez-vous aux lecteurs du Fenua lors de présentations d’ouvrages, rencontres, tables rondes, conférences et dédicaces. Les éditeurs polynésiens présenteront près de 30 nouveautés, accompagnés des écrivains locaux. Des ateliers d’illustration et d’écriture, des projections de films et documentaires sont proposés au public, avec un programme d’animations spécifique dédié à la jeunesse et aux familles le week-end.

19ème édition de Lire en Polynésie : les îles et leurs histoires...
19ème édition de Lire en Polynésie : les îles et leurs histoires...
Photo illustration Lire en Polynésie 2017 de JP

Photo illustration Lire en Polynésie 2017 de JP

Partager cet article
Repost0

ATAÏ, UN CHEF KANAK AU MUSÉE. Histoires d'un héritage colonial de Christelle Patin (préface de Alban Bensa). (2019)

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

ATAÏ, UN CHEF KANAK AU MUSÉE. Histoires d'un héritage colonial de Christelle Patin (préface de Alban Bensa). (2019)

Originaire de la région de la Foa en Nouvelle-Calédonie, le chef Ataï, personnage emblématique de l’insurrection kanak de 1878, fut tué lors des opérations de « pacification » de l’île. Sa tête et une main furent livrées par des auxiliaires kanaks à l’armée française puis envoyées dans les collections d’une société savante, la Société d’ Anthropologie de Paris. Débute alors, au sein du musée, la seconde vie d’Ataï marquée par une « transmutation » du trophée martial en spécimen scientifique. Sa dépouille sera rendue à ses descendants en 2014.

 

Tantôt figure du « sauvage » beau et anthropophage, ou du chef tacticien et insoumis, tantôt figure du révolutionnaire libérateur d’un peuple assujetti ou du pacificateur d’une colonie de peuplements, les interprétations passées et actuelles du Kanak Ataï offrent de multiples visages à explorer. Elles sont aussi indissociables de l’histoire plus générale des collections anthropologiques constituées de restes humains, héritage complexe aujourd’hui sensible.

Les chapitres de ce livre offrent des clés de lecture permettant d’appréhender les différents modes d’appropriation des éléments de corps humain du chef Ataï lors de leur parcours patrimonial, les logiques et les enjeux sous-jacents. À partir de l’analyse de nombreuses archives inexplorées, d’entretiens avec les scientifiques-conservateurs, l’auteur s’attache à reconstituer chacune des étapes de la patrimonialisation du chef kanak par la communauté des anthropologues — prélèvement du corps ou parties en 1878, transport, catégorisation, transformation, étude scientifique, exposition puis restitution en 2014 — afin d’en cerner l’évolution des mécanismes, intérêts personnels, enjeux collectifs et spécificités. L’analyse se veut aussi comparative, confrontant tour à tour les pratiques de la Société d’Anthropologie de Paris à celles du Muséum national d’Histoire naturelle ainsi que les destinées de spécimens collectés en Nouvelle-Calédonie en cette fin de xixe siècle.

Christelle Patin est professeure de sciences de la Vie et de la Terre et chercheure associée en anthropologie historique et culturelle au Centre Alexandre Koyré. Ses recherches portent sur la patrimonialisation des restes humains des collections d’histoire naturelle, leur histoire et dialectiques contemporaines.

 

Patin (Christelle), Ataï, un chef kanak au musée : histoires d'un héritage colonial, Paris : Muséum national d'Histoire naturelle, 2019, 543 p. (Archives ; 28).

Source Muséum de Paris

Image dans la page de garde du livre

Image dans la page de garde du livre

Publié dans Colonisation

Partager cet article
Repost0

Samo, l'enfant des vagues - tome1 : Le fafaru gang ! Une nouveauté des éditions des Mers Australes

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Samo, l'enfant des vagues - tome1 : Le fafaru gang ! Une nouveauté des éditions des Mers Australes
Samo, l'enfant des vagues - tome1 : Le fafaru gang ! Une nouveauté des éditions des Mers Australes

Samo l’enfant des vagues – TOME 1, Le Fafaru gang

 

Auteure et Illustratrice : Mickey Moto

 

Samo n’as que faire de l’école. Rien d’étonnant quand on a pour terrain de jeu l’océan Pacifique et pour complice Coyote, son meilleur pote, toujours à défier la houle et traîner savates à la gravière aux camions abandonnés. Tout irait presque pour le mieux si Samo ne nourrissait une autre véritable passion, celle du graffiti, au grand désespoir de la Mater. Notre effronté s’est mis une drôle d’idée en tête : greffer la légende d’Hina (la déesse de la lune) en grand format sur le mur de l’entrepôt du vieux Jéricho. Un rêve en technicolor, qui va l’entrainer dans une cascade de péripéties…

Réussira-t-il à emmagasiner assez de bombes ? à relever le défi imposé par « le Fafaru Gang » une bande rivale, qui n’aime pas qu’on empiète sur leur territoire ? Sans compter qu’il faut détourner l’attention de la Mater ! Et puis il y a cette fille, un peu perchée, Hina, elle ne fait rien comme les autres, un mystère…

 

L’auteure :

Petite, ses dessins animés préférés étaient « Souriceau Moto », et « Speedy Gonzales ». Alors quoi de plus normal de prendre pour pseudo Mickey Moto ! Plus tard, sur la trace de sa soeur aînée expatriée à Tahiti, elle découvre la Polynésie et fait ses premiers pas de graphiste dans un groupe de presse. Fascinée par les images au service des mots, la mise en page devient son dada. Mais les petits Mickey de son enfance resurgissent et l’illustration s’impose comme une évidence. Elle fait ses armes en réalisant des scripts et story-boards pour les agences de publicité de la place, illustre des fascicules d’apprentissage du tahitien pour les écoles primaires ainsiqu’un abécédaire de Tahiti et ses îles.

 

Vous pourrez rencontrer l'auteur et l'illustratrice, Mickey MOTO lors du salon du livre de Papeete du 14 au 17 novembre 2019 dans les jardins de la maison de la culture, pour des dédicaces et aussi dans le cadre d'ateliers scolaires

 

Et aussi de l’éditeur-auteur : Guy Wallart Illustrateur : euhhhh.. encore Guy WALLART

Une visite mouvementée

Une maîtresse et ses élèves,

Un chauffeur de bus et son truck,

Un gardien et son phare…

Tout semble en place pour une belle visite…

Oui…mais…

Une histoire courte à lire ou à se faire lire.

Samo, l'enfant des vagues - tome1 : Le fafaru gang ! Une nouveauté des éditions des Mers Australes

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Nicolas Kurtovitch rencontre du succès avec le public de Ouessant

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Nicolas Kurtovitch rencontre du succès avec le public de Ouessant
Nicolas Kurtovitch rencontre du succès avec le public de OuessantNicolas Kurtovitch rencontre du succès avec le public de Ouessant

En ce moment il y a beaucoup de touristes sur l’île. Les charmes de l’automne en pays breton et les tempêtes attirent du public. Nicolas Kurtovitch en profite pour présenter son travail d’auteur calédonien.

Les photos reçu par l’envoyé spécial d’ecrivainducaillou ont été prises au cours d’une soirée lecture de textes extraits du recueil « Trois femmes » lue par Isabelle Le Bal. Tandis que Nicolas a lu un extrait de chacun des deux livres en cours d’écriture.

 

La soirée c’est achevée par une petite séance de dédicaces ensuite et pot de l’amitié offert à tous.

 

Nicolas Kurtovitch est à mi-parcours de sa résidence. Les conditions favorables sur Ouessant et le relatif isolement permettent d’y consacrer l’essentiel. L’île par elle même est d’un grand soutien tant elle est vivante et dynamique, dit notre calédonien breton.

Ci-dessous un message audio de Nicolas pour ses amis du Caillou.

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Rencontre avec Crisse ce mercredi en avant première du week-end Geek organisé par le SCI-Fi Club du 9 au 11 Novembre.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Rencontre avec Crisse ce mercredi en avant première du week-end Geek organisé par le SCI-Fi Club du 9 au 11 Novembre.
Rencontre avec Crisse ce mercredi en avant première du week-end Geek organisé par le SCI-Fi Club du 9 au 11 Novembre.
Rencontre avec Crisse ce mercredi en avant première du week-end Geek organisé par le SCI-Fi Club du 9 au 11 Novembre.Rencontre avec Crisse ce mercredi en avant première du week-end Geek organisé par le SCI-Fi Club du 9 au 11 Novembre.

Organisé par la Bibliothèque Bernheim et le SCI - FI CLUB
 

C'est LA rencontre geek de l'année avec au menu les invités

Crisse, Chaosium, Kayane et Dean Rankine.

 

Didier Crisse est le pseudonyme de Didier Chrispeels, dessinateur et scénariste de bandes dessinées, né à Bruxelles. Installé en France, il créée la série l’Épée de cristal, une référence du genre. Cet après-midi il animait un atelier d’illustration à la bibliothèque Bernheim. L’ambiance était studieuse et l’illustrateur était semble-t-il ravi de dessiner et prodiguer des conseils à des petits cagous.

 

L'association ESNC sera présente au WEG, les 9 et 10 Novembre, pour vous proposer plusieurs activités autour du jeu vidéo et de la scène Esport ! Un stand PC sera à disposition pour vous essayer à différents jeux compétitifs contre vos amis, sur des licences bien connues comme League of Legends ou Fortnite !

 

Un stand Console sera évidemment de la partie pour vous permettre de vous mesurer à l'invitée vedette du Scifi CLUB : Kayane, détentrice de plus de 42 places de podiums dans les compétitions de jeux de combats !

 

Venez vérifier votre niveau face à une star de la scène esport des jeux de combats sur Soul Calibur et Street Fighter ! On vous attend nombreux !

 

PRIX CONCOURS COSPLAY du WEG 2019 organisé par le Sci-fi club

 

En plus des prix cosplay Amateur (Samedi 9 novembre) et Semi-Pro (Dimanche 10 novembre) tous les participants du concours cosplay sont qualifiables pour trois prix :

 

- Le Prix Show Patate : Meilleure prestation scénique

 

- Le Prix Lowcost cosplay : Meilleur cosplay à partir de matériel de récup

 

- Le Prix Jeune Talent : Meilleur jeune cosplayer

 

La remise de ces prix se fera Dimanche à partir de 15h45.

 

Faites chauffer vos manettes KAYANE EST LA. Faites chauffer vos dés CHAOSIUM INC VA VOUS FAIRE VIRE DES NOUVELLES AVENTURES. Sortez vos bandes dessinées des étagères CRISSE VA LES SUBLIMER. Ramener vos donnut’s RANKINE VA FAIRE SON SIMPSON.

Photo Sci-Fi club

Tous à la maison des artisans ce week-end pour 3 jours de folies

 

Arrivée à Nouméa de Kayane venue pour faire des émissions pour GAME ONE sur l’évènement « Week-end Geek » ! Vous pourrez la voir là-bas à la maison des artisans ! (Photo FB Sci-Fi Club)

Partager cet article
Repost0

Présentation la lauréate 2019 de la résidence d’écriture au Château Hagen Mme Leslie GOBILLE par la maison du livre

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Présentation la lauréate 2019 de la résidence d’écriture au Château Hagen Mme Leslie GOBILLE par la maison du livre

Nous sommes heureux de vous présenter la lauréate 2019 

de la résidence d’écriture au Château Hagen

Mme Leslie GOBILLE 

pour son projet de roman « Chroniques du fin fond ».

 

 

Leslie Gobille voit le jour dans la Sarthe le 2 avril 1980. L’univers rural et solitaire qui lui sert de berceau l’amène à nouer tout au long de son enfance, des amitiés intenses avec les animaux, les nuages et la littérature. Dès l’année de CP elle commence à écrire « des livres » - qu’elle tient à illustrer malgré son absence évidente de dispositions pour cet art - et déclare qu’elle deviendra « écrivaine ». Elle est donc - à cet âge précoce, et à son insu - déjà féministe. Après l’obtention d’un bac littéraire, elle décide de faire la part belle à sa seconde passion, celle de l’humain et de son roman intérieur, et engage des études de psychologie à l’université d’Angers. C’est avec son diplôme de psychologue clinicienne en poche, qui sera complété par la suite d’une spécialisation en criminologie, qu’elle s’installe en 2006 en Nouvelle-Calédonie. Elle y exerce son métier avec passion, essentiellement dans le secteur pénitentiaire. Loin de sa campagne et de son enfance elle n’a plus, aujourd’hui, beaucoup l’occasion de parler aux nuages. Sa plume trépigne d’impatience et elle rêve à présent d’une halte dans sa vie tourbillonnante, pour se consacrer de nouveau à l’écriture.

La lauréate 2019 dispose d’une matière conséquente et puissante pour l’écriture de sa fiction avec pour titre provisoire « Chroniques du fin fond ». Son projet d’écriture est celui d’un roman où se tissent trois destins de femmes ayant en commun de travailler en milieu carcéral. Le récit, qui se veut universel, prend pied dans un lieu qui n’est pas mentionné. La narration à trois voix dessine les portraits d’hommes et de femmes regardés par le prisme de leur humanité. Ce projet de roman est librement inspiré de l’expérience captivante, extrême, bouleversante, qu’a représentée l’immersion de l’autrice pendant dix années dans un quotidien carcéral.

 

Comment est né votre projet d’écriture ?

L’écriture a toujours fait partie de ma vie. Je ne suis pas une grande bavarde, et les mots me viennent mieux quand ils passent par la plume. Mais dix années d’une activité professionnelle intense et investie m’ont un peu éloignée de cet exercice, qui me demande des dispositions psychiques particulières : éteindre en moi le tumulte de la vie, m’arracher à l’urgence et surtout, avoir du temps. Il y a quatre ans, un burn-out m’a conduite à renouer avec l’écriture, qui a été ma thérapie. J’ai pu coucher sur le papier mes observations, réflexions et émotions, en lien avec mon expérience de psychologue en milieu carcéral et ainsi, en quelque sorte, la métaboliser. Quatre années plus tard, alors que je vis désormais une vie professionnelle épanouie, je me sens à même de renouer avec mon rêve de toujours : le roman. Mon vécu est désormais une matière qui m’inspire et à partir de laquelle je souhaite créer. La résidence d’écriture offre cette opportunité rare d’un temps et d’un lieu dévolus à la création, une oasis dans la course du quotidien.

 

Engager une fiction sur la base d’une matière réelle, est-ce là le plus grand défi de votre résidence d’écriture ?

C’est clairement le défi que je me suis lancé. Mon expérience n’est pas transmissible à l’état brut - je ne le souhaite d’ailleurs pas – car elle est encadrée par le secret professionnel. Mais elle m’a offert beaucoup des rencontres humaines, magnifiques, terribles, qui sont désormais en moi et ne demandent qu’à être transformées. Ce processus de transformation est, me semble-t-il, inhérent à toute création. J’aime beaucoup écouter les romanciers parler de leur travail car j’ai énormément d’admiration pour celles et ceux qui savent conduire jusqu’à sa réalisation ce désir d’écrire, si profond et pulsionnel. Il me semble que toutes et tous partent d’une matière réelle, qui peut appartenir à leur propre histoire, à l’histoire d’une autre ou à l’Histoire avec un grand H. Sur cette matière est posé un regard qui la sublime, la transforme, l’universalise ou au contraire, la rend unique. J’aimerais vraiment parvenir à accomplir ce beau travail de création.

 

Comment appréhendez-vous une telle résidence d’écriture pour finaliser votre projet ? Avez-vous déjà idée de l’organisation, de la démarche opérationnelle… ?

Hum… très bonne question ! Je suis généralement quelqu’un d’organisé et de méthodique. Mais écrire un livre, c’est quelque chose que je n’ai jamais fait. Je risque donc de tâtonner un peu, et de demander beaucoup de conseils ! Quand les organisateurs de la résidence m’ont proposé un accompagnement à l’écriture par des personnes qualifiées, je n’ai pas hésité une seconde. Je sais que j’en aurai besoin. J’ai déjà bien en tête mes personnages, avec lesquels je vis un peu tous les jours, ainsi que quelques scènes phares de la narration. Je compte également réaliser des entretiens avec des personnes qui pourront m’apporter de l’information, voire de l’inspiration, concernant certains sujets dont je ne suis pas spécialiste. Mais je pense qu’il faut d’abord que je fasse un premier travail d’écriture, car c’est en m’y confrontant que les questions de vraisemblance, notamment, se poseront à moi

 

Comment voyez-vous la suite de cette aventure, au lendemain de votre résidence ? Parvenir à finaliser votre texte et lui donner une forme publiable ?

Mon objectif est d’avancer suffisamment dans l’écriture pendant la résidence pour qu’à l’issue de celle-ci, une fois revenue dans le tourbillon de la vie, je ne puisse pas me laisser d’autre choix que de finaliser le texte, de me donner du temps pour cela. Et bien sûr, sa publication serait mon but ultime. Mais je n’ose pas encore trop y penser, j’aurais l’impression de vendre la peau de l’ours !

Présentation la lauréate 2019 de la résidence d’écriture au Château Hagen Mme Leslie GOBILLE par la maison du livre

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article
Repost0

19ème salon du livre Lire en Polynésie la semaine prochaine

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

19ème salon du livre Lire en Polynésie la semaine prochaine

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Nouveauté jeunesse : Deux histoires de Louna Tcherko, drôles et sensibles, pour aider les enfants à mieux se comprendre. Chez Calédo Livres

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

 

« UN GÂTEAU AUX CERISES »

Les élèves d’une même classe vont à la découverte d’œuvres d’art, deux tableaux parmi les plus connus au monde. Ainsi, en s’ouvrant à une nouvelle facette culturelle, même lointaine, ils ont l’opportunité de parler d’eux-mêmes, de leur vie en famille, de leurs goûts, de leurs désirs… et, « cerise sur le gâteau », de se familiariser avec le vocabulaire des émotions, ces émotions qui leur permettent de mieux se comprendre.

 

« LES MONSTRES DE LA NUIT »

Quel enfant n’a pas eu peur de la nuit ? Lucas est comme les autres, il n’aime pas la nuit tout seul… Un soir, il engage, de manière inattendue, une conversation qui va durer toute la nuit, avec un « avocat » de la gente animale. Cela l’amène à s’interroger sur ses peurs et surtout à porter un autre regard sur nos frères animaux, un regard sensible et fraternel.

 

Biographie :

Louna Tcherko (pseudonyme) se présente chez son éditeur : "Une rencontre improbable orchestrée par l’Histoire et les émois m’a fait naître d’une conjugaison italo-arménienne. Depuis, fascinée par les rencontres et les langues, je suis partie à la découverte de la relativité à travers d’autres cultures. J’ai approché l’espagnol, l’anglais, le portugais, le langage des rêves et du tarot, et j’ai flirté avec beaucoup d’autres, abandonnées à regret en chemin, en l’absence de mécénat…

Ex-enseignante de lettres et d’espagnol en collège et résidente dans la commune de Houailou (Nouvelle-Calédonie) pendant 30 ans – autre rencontre improbable - j’ai cheminé en apprentissage de moi, de l’autre et de la mère nature. L’écoute des enfants, les histoires entendues, les croyances entrevues, les témoignages et les moments de partage vécus

avec les gens du pays, lors de ce long séjour ont été riches d’enseignement et source de découverte et d’inspiration dans ma quête. Certaines histoires que j’ai écrites, pour enfants de tous âges, se sont nourries de cet imaginaire, ont été tissées des fibres de ce pays : Au cœur de la pierre (en coécriture avec Sandro Emilio), La vengeance du banyan, L’enfant de la nuit, qui sont autant de parcours initiatiques.

Depuis 2008, je partage mon temps entre la Nouvelle-Calédonie et le Pérou, le voyage intérieur ayant succédé à la découverte d’autres lieux."

Illustration Les chants de l’âme paru en 2013 de  Louna Tcherko & Sandro Emilio chez Humanis

 

Source : http://www.editions-humanis.com

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Week-end Geek en fin de semaine à Nouméa

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Week-end Geek en fin de semaine à Nouméa

Ecoutez la musique pour en appuyant sur le bouton musique d'ambiance Geek

Atelier / Rencontre avec Crisse

Organisé par la Bibliothèque Bernheim et le SCI - FI CLUB

Mercredi 6 novembre 2019 de 14:00 à 17:00

 

Didier Crisse est l'invité d'honneur de cette année pour le WEG mais il y a d'autres.

 

Auteur et dessinateur de bande dessinée, comme "L’épée de cristal, Kookaburra, Atalante ou Lunna".

 

Il sera donc présent le 9 et le 10 Novembre pour vous dédicacer ses ouvrages, mais il vient aussi avec des dessins originaux (A partir de 3 000 f l’original).

 

Donc si vous êtes intéressé pour le découvrir et/ou pour une dédicace, rendez-vous au WEG-019, du 9 au 11 Novembre à la maison des artisans.

 

C'est LA rencontre geek de l'année avec au menu les invités

Crisse, Chaosium, Kayane et Dean Rankine.

Des stands, des jeux, du cosplay, bref que du bonheur !

Kayane

Joueuse professionnelle française de jeu vidéo. Elle est animatrice de télévision sur la chaîne spécialisée Game One dans l'émission hebdomadaire Game One esports depuis octobre 2013. Elle donne rendez-vous aux abonnés de Canal + jeudi 7 novembre à l’Endroit pour le Tournoi gaming de la chaîne.

Didier Crisse

Crisse est le pseudonyme de Didier Chrispeels, dessinateur et scénariste de bandes dessinées, né à Bruxelles.

Installé en France, il créée la série l’Épée de cristal, une référence du genre.

Dean Rankine

Dean Rankine vient d’Australie, il est surtout connu comme dessinateur de Futurama, Dick & Morty et les Simpsons, version papier.

Type 40

Allan Carey est un cosplayer australien, connu pour la marque Type 40 et pour ses réalisations d’accessoires très réalistes, comme le bouclier de Captain America, le marteau de Thor ou les terribles batarangs, les armes de Batman.

Chaosium Inc

Chaosium Inc est l'une des plus anciennes sociétés américaines d'édition de jeux de rôle.

 

PRIX CONCOURS COSPLAY du WEG 2019 organisé par le Sci-fi club

En plus des prix cosplay Amateur (Samedi 9 novembre) et Semi-Pro (Dimanche 10 novembre) tous les participants du concours cosplay sont qualifiables pour trois prix :

 

- Le Prix Show Patate : Meilleure prestation scénique

- Le Prix Lowcost cosplay : Meilleur cosplay à partir de matériel de récup

- Le Prix Jeune Talent : Meilleur jeune cosplayer

 

La remise de ces prix se fera Dimanche à partir de 15h45.

Didier Crisse est bien là ! Photo du FB de Thomas d'Antonio

 

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>