Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'histoire des Aborigènes d'Australie en vidéo qui interpelle

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Une victoire historique des peuples aborigènes en Australie

Explication 

 

La justice australienne, saisie en appel par les aborigènes du territoire du Nord d’Australie, a reconnu, mercredi 13 mars, une spoliation des droits des populations autochtones.

Le territoire du Nord devra verser plus d’un million et demi d’euros d’indemnité à deux peuples.

Publié dans Colonisation, Histoire

Partager cet article
Repost0

Le salon de la Gastronomie des Outre-Mer porté par la chef Babette de Rozieres revient et nous ?

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le salon de la Gastronomie des Outre-Mer porté par la chef Babette de Rozieres revient et nous ?

Le salon de la Gastronomie des Outre-Mer porté par la chef Babette de Rozieres revient du 31 janvier au 2 février 2020 à la Porte de Versailles.

Pour promouvoir la cuisine des Outre-mer, Babette invite plus de 100 chefs, producteurs et artisans d'outre-mer à Paris, pour un salon grand public du 31 janvier au 2 février 2020 : le Salon de la Gastronomie des Outremers.

 

Ce salon sous le signe des cuisines exotique, antillaise et créole vous permettra de découvrir et goûter à toutes les saveurs venues d’Outre-Mer. Un voyage dans la Gastronomie et les Arts Culinaires des Antilles à l’Océan Indien, du Pacifique à l’Amérique du Sud.

 

Vous pourrez découvrir au travers d’une large exposition les grands classiques de la cuisine des Outremers, mais aussi les évolutions et les nouvelles tendances. Les plus grands chefs, dont Babette de Rozières, fondatrice du Salon et célèbre chef de cuisine, seront présents pour vous initier aux secrets de la cuisine créole et vous présenter leurs dernières créations.

 

Est-ce que nos cuisiniers et auteurs d’ouvrages de gastronomie Pacifique iront défendre nos couleurs ? J’espère bien. Si cet article pouvait donner des idées à certains, j’en serait très heureux car c’est « fin bon » nos préparations et nos produits ! JP

 

Flexi food Cuisine saine et gourmande de Valérie Muller

Au vent des îles, 2019

Embarquez pour un voyage culinaire passionné et passionnant où gourmandise et diététique se marient pour notre plus grand plaisir. L’auteure partage sa cuisine santé en nous livrant une foule d’informations et d’astuces. Quels sont les meilleurs modes de cuisson, qu’est-ce qu’un glucide ? Faire le point sur les huiles et les farines, quelle orientation alimentaire choisir pour conserver ou retrouver la santé ?

 

140 recettes pour se régaler, recevoir ses amis, faire attention à sa ligne et se faire du bien !

 

 

 

Saveurs polynésiennes à quatre mains de DESPERIERS Jean-Pierre et Taina

Au vent des îles, 2015

Un livre de recettes composées « à quatre mains » pour ouvrir l’appétit des choses essentielles : la simplicité, le goût et le savoir-faire longuement éprouvé. Jean-Pierre Desperiers dévoile ici son art de la bonne chère, de la confection des mets les plus variés au dressage des assiettes sans omettre l’accord d’un vin dûment sélectionné. Et la magie opère… laissant se révéler l’aliment cuisiné, à nous faire saliver. En fervent promoteur des produits locaux, qui cette fois s’est allié les talents et papilles de Taina, sa fille, il donne libre cours à sa créativité qui invite au voyage entre un bouquet français et les saveurs îliennes de la Polynésie.

 

Cuisine couleurs locales Alejandra RINCK RAMIREZ, David CANO

De bas en haut, 2018

Cet ouvrage, au concept original, propose 24 recettes élaborées par un chef, attaché à la mise valeur de la culture culinaire du pays. Entièrement illustré de dessins d’artiste, il s’adresse à ceux qui recherchent un livre de cuisine calédonien, mais également un cadeau à offrir ou à s’offrir !

 

 

Cuisine faim facile en Nouvelle-Calédonie de Mike Hosken

Editions Footprint Pacifique, 2006

Ce livre, sans être exhausif de la multitude des mets qu’on peut trouver en Nouvelle-Calédonie, est cependant une collection de soixante recettes, toutes faites avec amour, ingrédient indispensable dans toute cuisine. “Cuisine Faim Facile” à réaliser et à partager entre amis.

 

Les feuilles comestibles du Pacifique.

Mettez du vert dans votre assiette !

 

Communauté du Pacifique Sud (CPS), 2019

 

Cet ouvrage présente les principales feuilles comestibles qui sont consommées en Océanie, ainsi que la façon de les préparer et de les accommoder, à travers une cinquantaine de recettes.

Ces plantes – que l’on trouve facilement sur les étals des marchés – présentent un intérêt nutritionnel certain. Elles sont excellentes pour la santé et permettent d’augmenter la consommation quotidienne de légumes à moindre coût, de façon durable et responsable.

Publié dans Vie Pratique

Partager cet article
Repost0

Promotion de la francophonie dans la région avec la Nouvelle-Calédonie mais avec les francophones africains pour le reste du monde.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La Nouvelle-Calédonie entend ainsi poursuivre son investissement pour la promotion de la francophonie dans la région. Une prochaine étape sera d’ailleurs d’évoluer du statut de membre associé de l’OIF à celui de membre à part entière. « Des démarches en ce sens sont en cours », a assuré Yoann Lecourieux, membre du gouvernement notamment en charge de la francophonie le mercredi 28 août au cours de la présentation du 12e Forum francophone du Pacifique a lieu du 5 au 7 septembre 2019, à Nouméa.

 

Pays francophone le plus éloigné de la France hexagonale, aux antipodes, un avant-poste dans la région, la Nouvelle-Calédonie peut et doit probablement servir de relais pour la promotion de la langue française et des valeurs portées par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Si nous avons un petit rôle à jouer, c’est néanmoins l’Afrique le principal vecteur de la langue française et qui le sera de plus en plus, c’est le sujet de ce petit article pour vous faire découvrir des auteurs africains qui l’abordent une vidéo de 2019 sur la francophonie vue d’Afrique. JP

 

NB : Ce sont des informations piochés dans le Monde et Le site Mondesfrancophones.com avec deux titres que j’ai choisi. JP

 

I La francophonie, oui, le ghetto : non !

 

Alain Mabanckou a déclaré dans un article de 2018 : « La littérature-monde en langue française est la reconnaissance et la prise de conscience de notre apport à l’intelligence humaine, avec cet outil qu’est la langue française, cet outil que beaucoup ont hérité de manière conflictuel, d’autres part choix, d’autres encore parce que leurs ancêtres étaient Gaulois — mais faut-il passer notre existence à accuser le passé ou à bâtir un avenir ? Notre tâche est de suivre la marche de cette littérature-monde en langue française, (…) de regarder dans un ensemble plus étendu, plus éclaté, plus bruyant, c’est-à-dire le monde. La fratrie francophone est en route. Nous ne viendrons plus de tel pays, de tel continent, mais de telle langue. Et notre proximité de création ne sera plus que celle des univers.» (« La francophonie, oui, le ghetto : non ! ». Le Monde

Son dernier livre : Dictionnaire enjoué des cultures africaines d'Abdourahman Waberi et Alain Mabanckou

Description : Abécédaire buissonnier, ce livre propose une sorte de portrait ou plus exactement une mythographie qui donne à voir et à sentir le pouls de l’Afrique. Un très grand continent dont la puissance culturelle est en train de se déployer sous nos yeux. ... Plus

 

II Vive la « littérature-monde en langue française »

 

L’auteur présenté dans cet article considère que :

« La francophonie et ses littératures sont une opportunité d’humanisation de la mondialisation »

 

Extrait d’une rubrique de Marcel Ateufack Dongmo que l’on peut retrouver en intégralité en suivant ce lien Marcel Ateufack Dongmo

 

Rodrigue Marcel Ateufack Dongmo est né à Dschang, une petite ville de la région de l’Ouest Cameroun. Membre de la “Cameroon Debete Association“, Initiateur de “l’Association pour la Défense et la Promotion du CamFranGlais“ (ADPC). Rodrigue Marcel Ateufack Dongmo est originaire de l’Ouest Cameroun. Il a été assistant de littératures de langue française au romanisches seminar de l’université de Zurich (Suisse), où il défendu une thèse de doctorat PhD sur les représentations littéraires de la diaspora africaine de France. Il est auteur de plusieurs articles et d’un ouvrage intitulé "L’intermédialité comme paradigme de l’écriture romanesque". Ses travaux s’articulent autour des rapports de la littérature aux autres médias et aux autres domaines du savoir ; les questions identitaires et les représentations littéraires de l’Afrique.

 

Dans cet article Marcel Ateufack présente le livre ci-dessous :

Francophonie, postcolonialisme et mondialisation, un livre d’Yves Clavaron

 

Yves Clavaron, Francophonie, postcolonialisme et mondialisation, Classiques Garnier, 2018, 258 pages

 

Francophonie, postcolonialisme et mondialisation est un ouvrage d’yves Clavaron publié en 2018 aux éditions Classiques Garnier. Comme l’indique son titre, il s’articule autour des notions de francophonie, de postcolonialisme et de mondialisation, trois notions dont l’auteur se propose de « mettre en jeu les interrelations » (13). « Les littératures postcoloniales ou migrantes [découplent] l’association langue/nation » (11), soulignant ainsi les limites d’une telle association dans les études littéraires. Par ailleurs, le contexte de mondialisation rend obsolète « le schéma traditionnel de l’Etat-nation et de ses frontières, [ce qui invite à nous] déprendre du « nationalisme méthodologique» pour prendre en compte la « cosmopolitisation » contemporaine » (11). A partir de ces deux constats, l’auteur entreprend « d’examiner la place des littératures d’expression française dans le cadre de la mondialisation tout en élargissant la réflexion à des phénomènes non spécifiquement francophones, de relier les cultures de la décolonisation, de l’immigration et de la mondialisation dans une planétarité où s’entend encore le français » (13). Il se propose ainsi de « construire des espaces littéraires transnationaux inédits, où la langue française renouvelle les modèles politiques qui lui sont traditionnellement associés (…) par une pratique poétique de la différence (…) et de la résistance dans les domaines mondialisés qu’elle investit (…) » (13). Ce projet est fondé sur l’hypothèse selon laquelle les « Globalization Studies » constituent une voie de sortie « des représentations sociopolitiques exclusivement nationales et un prolongement des études postcoloniales » (12). [A ce titre], elles marquent la fin «d’un intérêt pour les processus d’impérialisme culturel ou de néo-colonialisme [au profit] des phénomènes d’ambivalence, de relativisme et d’interrelations au sein d’une société globale innervée par des flux transnationaux (…) » (12). Dans cette dynamique de passage et d’échange, « la dimension conflictuelle ou antagoniste s’estompe » (12). L’auteur considère également que « la francophonie » et ses littératures sont une « opportunité d’humanisation de la mondialisation » (12). Globalement, la réflexion de cet ouvrage comporte deux mouvements structurés en cinq sections qui charrient la thèse suivante : le déclin de l’Etat-nation nourrit des pratiques culturelles et littéraires qui se veulent transculturelle, hybride et anti-impérialismes, suggérant ainsi une « post-francophonie » à l’échelle planétaire portée par une « littérature-monde » qui transcende les frontières culturelle, nationale et linguistique et qui invite par son anti-impérialisme et son caractère monde à prendre en compte les « problématiques écologistes ». Le concept de « littérature-monde en français » apparaît ainsi comme un catalyseur à l’élaboration de dynamiques nouvelles. L’originalité de l’ouvrage réside entre autres dans sa proposition de deux outils d’analyse globalisant pour cerner un monde globalisé : le « comparatisme global » et l’ « écocritique postcolonial ».

 

Pour une approche nouvelle des littéraires francophones

 

Le premier mouvement de cet ouvrage — correspondant à sa première section : « Le monde en français » (17-47) —, est la théorisation d’une post-francophonie (par la mise en relation des études postcoloniales et du monde anglophone en général) débarrassée du francocentrisme et considéré comme un contrepoids de l’impérialisme occidental…  Suite

 

PS : Professeur des universités, Yves Clavaron enseigne la littérature générale et comparée à l'Université de Saint-Étienne. Ses travaux portent sur les littératures coloniale et postcoloniale, sur la littérature de voyage et sur les relations entre littérature et espaces. L’Ecrivain du Caillou suppose que les universitaires arriveront à suivre mais je n’y suis pas arrivé totalement, mon bagage est trop léger pour ce chercheur. Cet article n’a qu’un seul but l’ouverture d’esprit de ceux qui cherchent comme moi à comprendre. JP

 

La francophonie avec une vidéo pour faire le point sachant que :

Le continent africain abritera 70% des francophones en 2050.

Publié dans Evénement culturel

Partager cet article
Repost0

Pierre Faessel, ancien monsieur librairie Montaigne vend ses livres.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Pierre Faessel, ancien monsieur librairie Montaigne vend ses livres.
Pierre Faessel, ancien monsieur librairie Montaigne vend ses livres.

En 2016, un Français sur deux a acheté au moins un livre, et un quart plus de 5 livres. Autre fait intéressant : 11,5% des Français ont acheté au moins un livre d’occasion imprimé, alors qu’ils ne sont que 4,5% à avoir acquis un livre numérique. Bref, le marché du livre-objet, qu’il soit neuf ou d’occasion, a encore de beaux jours devant lui. Pierre Faessel l’ancien libraire et animateur de la célèbre émission littéraire « Des Livres et Nous » sur NC 1er vend ses livres. Il y a du choix exposé dans la galerie mais ce n’est qu’une infime partie de ses trésors. Pierre est un grand collectionneur, il faut lui demander ce que l’on cherche. Sa réserve de livres est colossale.

 

Du 07 au 31 Janvier BD, Romans, livres de poche et DVD vous attendent à la Galerie Lec Lec Tic sur l’Anse Vata. Il faut savoir que Pierre Faessel vend ses livres à l’unité mais qu’il dispose de fonds, des collections de plusieurs milliers d’ouvrages vous êtes collectionneur ou vous avez envie de le devenir, allez à la rencontre de Pierre Faessel, il détient dans un dock de 60 m2 la plus belle collection d’ouvrages francophone de Mélanésie. Il préfère vendre des lots de livres par collection pour les amateurs. On peut lui rendre visite à l’Anse Vata simplement pour parler littérature ou cinéma. Pierre est un « Trésor territorial calédonien vivant », mais comme il n’est pas Japonais, disons du patrimoine vivant. Une conversation avec lui est toujours enrichissante.

NB : La galerie expose comme d’habitude et les livres de l’éditeur LEclectique sont aussi disponibles à la vente.

 

PS : Des fonds de livres de Pierre Faessel sont disponibles à la bibliothèque de l’université de Nouvelle-Calédonie qui met à disposition des participants de l’université du temps libre une large offre documentaire. Une petite information qui n’est connu que des rats de bibliothèques et des étudiants.

De 14h30 à 18h30 jusqu’au 31 janvier

Voyez ci-joint quelques images de cette première journée pour illustrer cet article.

On peut reconnaître Vincent Vuibert, lauréat du prix Michel Lagneau 2013, publié aux éditions Madrépores venu fouiner
On peut reconnaître Vincent Vuibert, lauréat du prix Michel Lagneau 2013, publié aux éditions Madrépores venu fouinerOn peut reconnaître Vincent Vuibert, lauréat du prix Michel Lagneau 2013, publié aux éditions Madrépores venu fouiner

On peut reconnaître Vincent Vuibert, lauréat du prix Michel Lagneau 2013, publié aux éditions Madrépores venu fouiner

Publié dans Evénement culturel

Partager cet article
Repost0

Fin du séjour de Nicolas Kurtovitch, écrivain kanak en résidence au sémaphore du Créac’h

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo du télégramme lors de sa dernière rencontre avec ses admirateurs bretons le 26 décembre

Photo du télégramme lors de sa dernière rencontre avec ses admirateurs bretons le 26 décembre

Lundi 30 décembre, pour son dernier jour à Ouessant, Nicolas Kurtovitch, écrivain kanak en résidence au sémaphore du Créac’h depuis quatre mois, avait invité l’auteur-compositeur Gweltaz Ar Fur. Ensemble, ils ont participé à une lecture au Musée des Phares et Balises. Le premier lisait en français, le second avait adapté en breton quelques-uns de ses poèmes. « Adapté » et non pas « traduit » a-t-il expliqué, « parce que certains jeux de mots et de sonorités ne sont pas transposables du français au breton ».

 

Extrait d’un article Gweltaz Ar Fur adapte Nicolas Kurtovitch du journal Le Télégramme Publié le 02 janvier 2020 à 14h19

Gweltaz Ar Fur et Nicolas Kurtovitch entourés par les membres de l'association Cali.

 

Nicolas Kurtovitch a quitté l’île le mardi 31 décembre, le cœur gros de tout ce qu’elle lui a donné. Son texte sur Ouessant fera l’objet d’une édition en breton.

 

NB : Je relaie avec plaisir le périple de cet écrivain, un copain, mais aussi parce que les images de Bretagne me touchent toujours. Mon grand-père Robert Le Gohlisse est né à Crac'h qui est située dans le canton d'Auray. Mais Nicolas connait mieux la Bretagne que moi, (il écrit en breton !). J’y suis allé une seule fois. JP

 

PS : Gweltaz Ar Fur (Gildas Le Fur en français, "Ar Fur" = "Le Sage") est un auteur-compositeur-interprète breton, né à Hennebont (près de Lorient) le 25 avril 1950.

Partager cet article
Repost0

Des livres historiques calédoniens disponibles sur Amazon

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Des Romans historiques : "Nouvelle Calédonie" disponible chez Amazon

 

Les innocents. roman. (Français) Broché – 1936 de Carco Francis

Il ne se trouve plus que d'occasion mais c'est possible (voir sur Amazon)

 

Des livres historiques calédoniens disponibles sur Amazon
Des livres historiques calédoniens disponibles sur Amazon
Des livres historiques calédoniens disponibles sur Amazon

Publié dans Ecrivain calédonien, Roman

Partager cet article
Repost0

Nouveauté disponible à Calédo Livres : ZACHARIE BLONDEL, VOLEUR DE POULES de Philippe Cuisset

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Nouveauté disponible à Calédo Livres : ZACHARIE BLONDEL, VOLEUR DE POULES de Philippe Cuisset

Philippe Cuisset vit à Reims où il enseigne le français. (Information et photo site de l’éditeur).

 

Zacharie Blondel, voleur de poules est son premier roman publié. Ce texte a pour but d'illustrer la parole de Jim Harrison : « La responsabilité de l'écrivain, c'est de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. »

 

Dans ce roman, inspiré de l'histoire d'un vrai bagnard de Nouvelle-Calédonie, rend la parole et le droit au souvenir à des hommes dont la « déchéance » servit de prétexte pour en faire des esclaves oubliés de tous, broyés en toute légalité.

 

Prix de vente : 3150 F

 

 

Résumé :

Après la Commune de Paris, de nouvelles lois vont réprimer les populations potentiellement dangereuses. La politique d'épuration sociale, déjà violente sous le Second Empire, se durcit sous la IIIe République. Déportation, transportation et relégation remplissent les bagnes de métropole ou d'Outre-Mer. Les travaux forcés, vantés par d'honorables ministres républicains, doivent aboutir à une forme de rédemption laïque que les bagnards sont censés porter jusqu'aux antipodes. Mais cette image colonisatrice d'une France modernisée, industrielle et triomphante, n'est qu'une façade. En réalité, on nettoie le territoire de cette intarissable veine de misère, on rassure les honnêtes gens, on offre ainsi aux puissantes exploitations agricoles et minières une main d'œuvre à bas prix. L'administration pénitentiaire signe avec la direction de la Société Le Nickel des « contrats de chair humaine ».

 

Charles Zacharie Blondel, petit agriculteur ruiné, braconnier et voleur de poules, condamné à la relégation à l'île des Pins, fut victime au bagne de Nouvelle-Calédonie de ce tout premier avatar du néo-esclavagisme colonial.

 

Kyklos Editions, à l’image de son logo, définit sa politique éditoriale sans discrimination de temps, de lieu, d’identité, d’idée ou de style des œuvres qui forment son catalogue.

 

Maison d’édition indépendante, Kyklos a pour but d’assurer la sélection, la publication et le suivi des œuvres de ses auteurs.

Son catalogue est constitué de titres multiples, éclectiques au sein d’une unité cognitive, en vue de poser les bases de l’intérêt et de la réflexion chez ses lecteurs.

La politique éditoriale de Kyklos Editions ne se cantonne ni géographiquement ni culturellement.

Au travers de deux cents millions de francophones répartis sur cinq continents, du recours à la traduction, Kyklos Editions n’a pas de trajectoire linéaire, soutient la polémique par une liberté d’expression non assujettie à sa politique éditoriale.

Le ton des éditions est rigoureux, divertissant et intellectuellement stimulant. Si les ouvrages présentés s’avèrent dérangeants, Kyklos Editions en assumera les conséquences, s’opposant énergiquement à toute forme de censure, restant fidèle à sa voix dissonante par laquelle elle tente de séduire, sans forcément chercher à plaire.

Du nouveau, de l’ancien pour du renouveau, au moyen d’une communication multi supports, Kyklos Editions entend renouer avec la vocation première d’un éditeur : mettre en relation textes et lecteurs.

Fabrice Berthet, directeur éditorial

Publié dans Colonisation, Roman

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2