Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

publication de joel paul

Au 17e salon de lire en Polynésie avec Dung

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Avant mon départ, je me suis mouillé pour le salon et la photo en dessous, c'est la photos de famille à la conférence de presse
Avant mon départ, je me suis mouillé pour le salon et la photo en dessous, c'est la photos de famille à la conférence de presse

Avant mon départ, je me suis mouillé pour le salon et la photo en dessous, c'est la photos de famille à la conférence de presse

Quel magnifique cadeau cette invitation de lire en Polynésie pour assister au plus beau salon du Pacifique francophone. Christian Robert de la maison d'éditions Vent des îles, m’a comblé. Mon épouse était du voyage. Nous n’avons pas les moyens de prendre souvent des vacances. Nous sommes revenus enchantés.

Je n’avais jamais été aussi gâté en Nouvelle-Calédonie par les responsables de notre culture. J’avais bénéficié d’une invitation au SILO une année (J’avais gagné deux concours cette année là), sinon rien, pourtant j’ai toujours fait un gros travail de promotion pour mon plaisir sur les autres auteurs et la maison du livre en particulier sans regret, le président Ohlen est mon ami.

L’association des écrivains de Nouvelle-Calédonie, AENC, m’a fait attendre 10 ans en me proposant seulement une place aujourd’hui. Trop tard, j’ai trop souffert de cette mise à l’écart. Je fais cavalier seul sans faire partie d’un clan. J’ai profité de l’opportunité de ce salon pour lancer mon dernier livre « Les Moustaches de Tigre », qui a, semble-t-il, été bien accueilli. Je regrette néanmoins le comportement de la délégation calédonienne qui n’a même pas daigné m’assister et me soutenir pendant mes interventions pourtant je les ai encouragé, comme toujours. Du coup j’ai gardé un paquet de photos d’eux, pour moi. J’ai l’habitude de cette marginalisation. En Calédonie, tu es dans la bande ou non. Je n’y suis pas, mais le directeur de la maison du livre, avec un seul écrivain calédonien présent au salon de Papeete en dehors la charmante Auriane Dumortier, aurait pu faire un effort. La littérature calédonienne souffre beaucoup des petits arrangements entre amis.

La culture au fenua paraît formidablement soutenue par les politiques du moins dans les discours. Les auteurs polynésiens sont remarquables. Nous avons le même potentiel en Nouvelle-Calédonie sauf que c’est « Règlement de compte à OK Corral » à tous les étages. Mais notre salade locale n’a pas perturbé mon merveilleux séjour. Je pense que je me suis fait de nombreux amis et que j’en ai beaucoup sur le Caillou. J’en aurai peut-être un peu moins demain mais je ne supporte plus toutes ces critiques dévastatrices surtout quand elles viennent d’en haut. Les auteurs d’ici, je parle surtout de littérature générale, méritent mieux que cela. Nos historiens, chercheurs, anthropologues, ethnologues et archéologues et spécialistes en tous genres font un super travail et des livres magnifiques. Ils sont moins concernés par les partialités sauf qu’ils auraient besoin de profiter des salons plus que d’autres. Je ne suis pas gêné pour dire cela, je connais mes limites, c’est entre autres, le blogueur qui était invité au fenua. J’ai fait le job. Merci à tous mes amis de partager avec moi ma grande joie d’avoir été l’un des invités de ce salon littéraire de Polynésie formidablement organisé.

Je n’oublierai jamais Pina’ina’i, un spectacle fabuleux. Peter Sipeli le fidjien performeur, Mireille Vignol et ses joutes de traduction. Marcus Malte (un prix Fémina pas plus fier pour ça). Thanh-Van Tran-Nhut, la savante. Iain Levison, le ténébreux romancier américain. Steeven Labeau mon ami nordiste. Caty & Gilbert Banneville un couple admirable. Hélène Kérillis, une personne très chaleureuse, Estelle Castro-Koshy et son bébé la mascotte des invités. Les éditeurs polynésiens ; Au vent des îles, Editions Haere pō, Editions des Mers Australes, Editions ‘Ura, Littérama’ohi Te pito o te fenua, Le rocher à la voile de Jean Guiard, la Société des études océaniennes, Maevalulu, les Editions Univers Polynésiens et tous les auteurs de Polynésie que je ne peux pas tous citer. Ils ont été très sympathiques avec moi et Titaua Peu a été lauréate d’un grand prix avec Pina. Je partage sa joie et celle de son éditeur. Lire en Polynésie a démontré, une fois de plus, qu’on peut faire rayonner la littérature océanienne dans le monde d’une belle manière. JP (ENCORE MERCI !)

Deux personnes que j'aime bien à la conférence de presseDeux personnes que j'aime bien à la conférence de presse

Deux personnes que j'aime bien à la conférence de presse

La découverte de l'Hotel avec les colliers de fleurs de notre arrivée à l'aéroportLa découverte de l'Hotel avec les colliers de fleurs de notre arrivée à l'aéroport
La découverte de l'Hotel avec les colliers de fleurs de notre arrivée à l'aéroport

La découverte de l'Hotel avec les colliers de fleurs de notre arrivée à l'aéroport

L'inauguration officielleL'inauguration officielle
L'inauguration officielleL'inauguration officielle

L'inauguration officielle

Mes moustaches et moi et mon épouse avec Thanh Van Tran Nuth
Mes moustaches et moi et mon épouse avec Thanh Van Tran Nuth
Mes moustaches et moi et mon épouse avec Thanh Van Tran Nuth
Mes moustaches et moi et mon épouse avec Thanh Van Tran Nuth

Mes moustaches et moi et mon épouse avec Thanh Van Tran Nuth

Avec Christophe Augias, le trés apprécié directeur de la bibliothèque Bernheim et la présenttion de ma pomme par Lire en Polynésie
Avec Christophe Augias, le trés apprécié directeur de la bibliothèque Bernheim et la présenttion de ma pomme par Lire en Polynésie

Avec Christophe Augias, le trés apprécié directeur de la bibliothèque Bernheim et la présenttion de ma pomme par Lire en Polynésie

La danse omniprésente, même mon épouse s'y est mise.La danse omniprésente, même mon épouse s'y est mise.
La danse omniprésente, même mon épouse s'y est mise.La danse omniprésente, même mon épouse s'y est mise.

La danse omniprésente, même mon épouse s'y est mise.

Pina'ina'i le spectacle merveilleux avec chantal Spitz en dernière image. Fabuleux !
Pina'ina'i le spectacle merveilleux avec chantal Spitz en dernière image. Fabuleux !
Pina'ina'i le spectacle merveilleux avec chantal Spitz en dernière image. Fabuleux !
Pina'ina'i le spectacle merveilleux avec chantal Spitz en dernière image. Fabuleux !
Pina'ina'i le spectacle merveilleux avec chantal Spitz en dernière image. Fabuleux !

Pina'ina'i le spectacle merveilleux avec chantal Spitz en dernière image. Fabuleux !

Papeete : L'hôtel de ville, Sous la pluie, le marché, les perlesde culturePapeete : L'hôtel de ville, Sous la pluie, le marché, les perlesde culture
Papeete : L'hôtel de ville, Sous la pluie, le marché, les perlesde culturePapeete : L'hôtel de ville, Sous la pluie, le marché, les perlesde culture

Papeete : L'hôtel de ville, Sous la pluie, le marché, les perlesde culture

Partager cet article
Repost0

Mon roman "3 minutes avant la fin du monde"

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La couverture du roman

La couverture du roman

La source de mes inspirations

L'horloge de l'Apocalypse est une horloge virtuelle qui décompte le nombre de minutes qu'il reste avant minuit pour l'Apocalypse. L'horloge de l'Apocalypse ou de la fin du monde (Doomsday Clock) fut créée en 1947

L'aiguille de l' « Horloge de l'apocalypse », le pointeur symbolique qui sur le « Bulletin of the Atomic Scientists ». Cette association, qui compte pas moins de 17 prix Nobel a averti la communauté internationale : "la probabilité d'une catastrophe mondiale est très élevée". L’horloge indique à combien de minutes nous sommes du minuit de la guerre nucléaire, a été déplacée vers l'avant : de minuit moins 5 en 2012 à minuit moins 3 en Janvier 2015.

Quand des savants avisés comme ceux-là remettent les pendules à l’heure. Il y a de quoi trembler mais cette annonce n’a pas fait la une des médias longtemps. Pourtant cette information semble de plus en plus crédible et m’a inspirée pour mon roman « 3 minutes avant la fin du monde » ainsi que divers articles qui ont alimenté l’imagination de l’écrivain.

 Mais il ne faut perdre de vue que mon livre est un roman, unr fiction pour distraire et jouer à se faire peur comme nous le faisions enfant, mes références à Jules Verne l’attestent.

Il y aura bel et bien un troisième conflit mondial si l’on consulte les nombreux sites consacrés aux prédictions qui font froid dans le dos. « Jamais deux sans trois » comme le dit le dicton. Quant à Albert Einstein, voici ce qu’aurait dit : « Je ne sais pas comment sera la troisième guerre mondiale, mais je sais qu’il n’y aura plus beaucoup de monde pour voir la quatrième. ». JP

Résumé de mon histoire

Tandis que le capitaine Tadatoshi se débat avec son bateau en perdition au milieu d’un océan Pacifique déchaîné, quelques hommes de bonne volonté tentent de mettre fin à l’escalade militaire qui semble mener le monde vers la troisième Guerre Mondiale.

 Le professeur Peter Roberto, éminent spécialiste du nucléaire, se retrouve chargé d’une mission qui décidera du sort de l’humanité. Lorsqu’il rencontrera les dirigeants russes qu’il doit absolument convaincre de mettre fin à leurs actions militaires, il ne reste que trois minutes avant la fin du monde.

Lien 3 minutes chez l’éditeur Humanis

La femme qui sait ce qui déclenchera la 3ème Guerre mondiale

Née en Zambie de parents économistes, diplômée à Harvard et Oxford, embauchée par la Banque mondiale et Goldman Sachs, Dambisa Moyo l'affirme : la tension autour des ressources naturelles grandit de jour en jour, en particulier face à la montée de la demande chinoise. Et les conséquences pourraient être catastrophiques... Un article d’Atlantico du Publié le 29 Juin 2012

La Chine est devenue, ces dernières années, une très grosse consommatrice mondiale de ressources naturelles. Le fer, le cuivre, le pétrole, le soja, le blé… Pour soutenir son énorme croissance et les nouveaux besoins et désirs de sa population, elle sécurise ses approvisionnements et tente d’en obtenir de nouveaux. Mais elle est loin d’être la seule.

En 1950, la population mondiale ne dépassait pas 2,5 milliards d'habitants. L’année dernière, elle a dépassé les 7 milliards, et certaines projections la font atteindre les 10 milliards en 2050. Et avec le taux de croissance des économies émergentes, ce seront près de 2 milliards de personnes qui rejoindront les rangs de la classe moyenne en 2030.

"Vu autrement, explique Dambisa Moyo, écrivaine et économiste, dans son livre « Winner take all », dans moins de 20 ans, nous verrons l’émergence d’une classe moyenne de la même taille que la population actuelle de l’Afrique, de l’Amérique du Nord et de l’Europe réunies." Dambisa Moyo sait de quoi elle parle.

Née en Zambie de parents économistes, elle obtient ses diplômes à Harvard et Oxford, puis travaille pour la Banque mondiale et Goldman Sachs et publie ses premiers livres. Le magazine Time la place dans les 100 personnalités les plus influentes du monde. Elle pourfend dans son livre, sous-titré « La course de la Chine pour les ressources, et ce que cela signifie pour nous », l’attitude de l’Occident face à l’inévitable croissance de l’Empire du Milieu.

Cette classe moyenne dont parle Dambisa Moyo voudra s’équiper en téléphones mobiles, réfrigérateurs, voitures et machines à laver. Pour donner un exemple, 2 000 voitures rejoignent les rues de Beijing, la capitale chinoise, tous les jours. La demande globale de nourriture et d’eau devraient s’accroitre respectivement de 50% et 30% en 2030. La pression actuelle sur les ressources telles que le plomb, le zinc ou le maïs se révèle extrêmement forte. Difficile de dire d’où viendra toute l’énergie dont nous aurons tous besoin…

Cette demande croissante vire à la guerre mondiale. Partout, des entreprises chinoises subventionnées par l’État font main basse sur les marchandises à travers l’Afrique, l’Amérique du Sud et le Moyen-Orient. Et lorsque ces marchandises viendront à manquer, les conséquences risquent d’être catastrophiques. Déjà, depuis 1980, 18 conflits violents ont été déclenchés par une compétition pour les ressources à travers le monde.

Un sous-marin russe doté de 20 missiles balistiques Intercontinentaux et 200 têtes nucléaires vogue vers la Syrie

Un sous-marin russe doté de 20 missiles balistiques Intercontinentaux et 200 têtes nucléaires vogue vers la Syrie* Le plus gros sous-marin au monde, le Dmitri Donskoy (TK-208), nom de code au sein de l’OTAN, le Typhoon (ou Typhon) navigue vers la Méditerranée avec la côte syrienne pour destination, selon ce que révèlent les sources des renseignements militaires de Debkafile. A bord du sous-marin, on trouve 20 missiles balistiques intercontinentaux Bulava (nom de code à l’OTAN. Info du 04 septembre 2015)

Autre article encore plus fort mais beaucoup plus farfelu à mon avis, mais j’adore de source http://www.nouvelordremondial.cc/

Les prédictions du Voyageur Temporel John Titor pour 2015

Le 2 novembre de l’an 2000, un utilisateur du nom de ‘TimeTravel_0’ sur le ‘Time Travel Institute Forums’ a lancé un fil de conversation où il a déclaré qu’il était de l’an 2036 et a commencé à répondre aux questions des utilisateurs.

Prédictions-2015

L’utilisateur a, plus tard, révélé que son vrai nom était John Titor. Dans ses publications (en novembre 2000) il déclare être un soldat américain de l’an 2036 basé à Tampa dans le conté d’Hillsborough en Floride, qui avait été affecté à un projet ultra top secret pour revenir en l’an 1975 où il devait trouver un ordinateur IBM 5100 et a ensuite voyagé en l’an 2000 pour des raisons personnelles (récupérer des livres et des photos).

L’ordinateur IBM 5100 a été récupéré car il était nécessaire pour déboguer le problème ‘UNIX de l’an 2038’, qui a apparemment anéanti tous les systèmes informatiques sur Terre. Il parle de la guerre civile américaine de 2005 à 2015 et qui prendra fin par un largage de bombes nucléaires russe sur le sol Américain et le reste du monde entrera dans la troisième guerre mondiale. La troisième guerre mondiale était brève mais intense. Elle a tué 3 milliards de gens et a divisé l’Amérique en 5 districts dont la plupart se concentrant sur l’agriculture et l’élevage. Tous les gens dans les villes travaillent ensemble (des populations de 2000 à 3000 individus). Il explique que ses générations méprises les sociétés ingrates et égoïstes des années 2000. Il parle de la façon dont la santé s’est détériorée tandis que la technologie a fait un boom.

Il rentre dans les détails sur la façon dont son voyage dans le temps fonctionne et explique qu’il n’est pas la pour changer le cours de l’histoire et que les voyages dans le temps ne fonctionnent pas de cette façon là. Pour revenir dans son futur par exemple il doit revenir une micro seconde avant son arrivée en l’an 1975 pour rejoindre son véritable futur. Il a expliqué dans plusieurs réponses sur le forum qu’il s’en fichait de savoir si les gens le croyaient ou pas et il a donné des détails incroyables sur le fonctionnement d’une machine temporelle.

Il a aussi expliqué que sa famille n’avait pas remarqué le temps qui s’était écoulé alors qu’il a passé 2 années dans notre ‘univers parallèle’. Il décrit combien chaque secondes transforment à tout jamais le futur et combien elles altèrent définitivement les différentes possibilités quant à l’avenir. Cependant il y a un moyen pour qu’il revienne dans son futur à lui.

Il y a plein de fans qui continuent de mettre le site JohnTitor.com à jour. Plusieurs livres et documentaires se sont inspirés de l’histoire de John Titor par la suite.

Si John Titor a raison alors il ne nous reste qu’un ou deux avant qu’une guerre intense ne se déclare et qui dévastera notre monde.

La vidéo de l'apochalypse selon John Titor

Mon roman "3 minutes avant la fin du monde"
Une de mes pêches miraculeuses de monstres des abysses et ma petite fille qui admire mon livre
Une de mes pêches miraculeuses de monstres des abysses et ma petite fille qui admire mon livre

Une de mes pêches miraculeuses de monstres des abysses et ma petite fille qui admire mon livre

Ma première dédicace de "3 minutes avant la fin du monde" au SILO 2015 à Poindimié

Ma première dédicace de "3 minutes avant la fin du monde" au SILO 2015 à Poindimié

Partager cet article
Repost0