Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

8 résultats pour “Buzance

Décès de Dominique Buzance le fondateur de Calédo Livres

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Dominique Buzance photo d'Eric Dell'Erba

Dominique Buzance photo d'Eric Dell'Erba

C'est avec une grande tristesse que je viens d'apprendre le décès de Dominique Buzance, le fondateur de Calédo Livres. Je garde le souvenir de sa gentillesse, de sa compétence et de son engagement pour le livre calédonien. Sincères condoléances à sa famille et ses proches. Cathie

Ci-dessus le message de Cathie Manné je ne trouve rien à ajouter. Un de mes fils a participé à la cyclo cancer à Tontouta ce week-end. Je l'ai félicité avec une pensée à tous les malheureux atteints par ce fléau. JP

 Le message de la MLNC 

L’équipe de la Maison du Livre est triste de vous annoncer le décès de notre ami et professionnel de la librairie M. Dominique Buzance. Un homme avec d’immenses qualités humaines… Un grand professionnel. Une personne qui aura marqué de nombreux Calédoniens.

Merci Monsieur Buzance d’avoir été ce défenseur fidèle de la production et des auteurs du pays. Quel parcours !

Merci Dominique d’avoir croisé nos chemins de cette si belle manière. Quelle générosité !

Nous sommes nombreux dans tout le pays et au-delà à être en deuil.

Une veillée se tiendra ce mardi 13 juin au centre funéraire de Nouméa, de 14h30 à 20 heures.

Une bénédiction sera célébrée en salle de veille mercredi 14 juin à 8 heures, suivie de l’incinération au crématorium du 5e km.

Sincères condoléances à sa famille et ses proches.

     Adieux très cher ami.

Photo Eric

beaucoup de souvenirs Chez le libraire des Calédoniens
beaucoup de souvenirs Chez le libraire des Calédoniens
beaucoup de souvenirs Chez le libraire des Calédoniens
beaucoup de souvenirs Chez le libraire des Calédoniens
beaucoup de souvenirs Chez le libraire des Calédoniens
beaucoup de souvenirs Chez le libraire des Calédoniens

beaucoup de souvenirs Chez le libraire des Calédoniens

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

« Des livres et nous » en public à la Maison du Livre

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Domique Buzance beau grâce à Eric Dell'ErbaLa maison Célières était bien trop petite pour accueillir l’abondance de matériels nécessaire aux professionnels de la radio et de la télévision pour la première émission de l’année, « DES LIVRES ET NOUS » qui a mis à l'honneur Dominique Buzance, le libraire de Calédo Livres.

Cris recevait également Patrick Génin, Jean-Marie Annonier et Sosthène Desanges, les auteurs de la rentrée.

Comme toujours il régnait dans l’auguste demeure une ambiance conviviale malgré le manque de place pour le public pourtant convié à assister à l’émission et les craquements du parquet qui ont terrorisés les preneurs de son mais NC 1er aime la maison du livre, les lecteurs et auteurs en sont ravis.

Pierre Faessel a eu l’honneur de faire l’éloge de l’invité d'honneur Dominique Buzance. Ancien libraire lui-même, il était le mieux placé pour le faire. Un exercice assez facile car Dominique Buzance est grand professionnel passionné. C’est probablement le seul libraire qui lit tout ce qu’il vend et même des manuscrits pour rendre service. C’est le monsieur parfait du livre calédonien qui fait l’unanimité. Si trouver des qualités à l’invité était une chose aisée, pour le dire avec brio il faut s’appeler Ohlen ou Faessel. Hier soir, ce fut Pierre faessel l’orateur désigné. Il a bien fait passer au public et aux auditeurs son admiration pour son ancien confrère... suite : CaledonianPost

http://www.caledonianpost.com/des-livres-nous-en-public-la-maison-du-livre-au-faubourg-blanchot#axzz2u7q0yWfy  

Pierre en interview

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article
Repost0

Les meilleures ventes de livres 2015 en Calédonie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les meilleures ventes de livres 2015 en Calédonie
Le Nickel d’Anne Pitoiset plébiscité par les lecteurs

L’ouvrage Le Nickel, une passion calédonienne d’Anne Pitoiset semble être l’heureux élu 2015 des ventes d’après le libraire Dominique Buzance de Calédo Livres. Votre chroniqueur n’est pas étonné. Il aurait parié sur ce résultat, ce livre est remarquable. Facile à lire, il est truffé de renseignements sur l’or vert. Connaître le nickel et son histoire, c’est apprendre aussi l’histoire récente du Caillou imbriquée avec. Ci-dessous des liens des articles du CalédonianPost sur ce livre. JP

Les autres ouvrages qui ont bien marché en 2015 sont :

La pêche traditionnelle en pays drehu, d’Ernest Unë (juin 2015) ; Histoire illustrée de la Nouvelle-Calédonie, de Frédéric Angleviel (novembre 2013) ; Le pays d’entre-deux (Le destin commun 1900-1957), de Bernard Berger (octobre 2014) ; Les sanglots de l’aigle pêcheur (La guerre kanak de 1917), d’Alban Bensa, Kacué Yvon Goromoedo, Adrian Muckle (juillet 2015) ; Casse-tête et massues kanak, de Roger Boulay (juin 2015) ; Carnet d’un jardinier (Conseils de culture et fiches pratiques), de Pierre Camilles (août 2014) ; L’enfant de la route (un auteur une nouvelle), d’Isa Qala (septembre 2015) ; Un drame de la colonisation (Ouvéa, Nouvelle-Calédonie, mai 1988) de Frédéric Angleviel (février 2015) ; Cagou (comptine calédonienne avec DVD), de Liliane Tauru et Isabelle Ritzenhaler (juin 2012).

A noter que l’histoire et les documentaires font recette tandis que les romans sont boudés.

Les meilleures ventes de livres 2015 en Calédonie
Les meilleures ventes de livres 2015 en Calédonie
Les meilleures ventes de livres 2015 en Calédonie
Les meilleures ventes de livres 2015 en Calédonie
Les meilleures ventes de livres 2015 en Calédonie
Les meilleures ventes de livres 2015 en Calédonie

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Prix AREMBO 2015

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Prix AREMBO 2015
Les Editions Ecrire en Océanie, Noir au Blanc « Voix d’Océanie », Humanis ont décerné Le Prix littéraire AREMBO 2015 Lors d’une soirée de gala ce jeudi 5 mars 2015 A 19 h 00
Le Prix littéraire AREMBO s’attache à récompenser l’œuvre d’un auteur résidant en Océanie, écrivant en français, notamment pour sa contribution au développement culturel de son pays ainsi que pour sa capacité à livrer un témoignage sur son époque.

 

Le jury a désigné Jean-Marie Creugnet à l’unanimité de ses membres. Cet auteur prolifique a donc reçu ce prix, le jour de ses 75 ans, devant un parterre d’amis et de nombreuses personnes de sa famille réunis pour fêter l’anniversaire. Ce cadeau inattendu a comblé Jean-Marie ému aux larmes.

Une première surprise attendait les convives en début de soirée puisqu’un prix des meilleurs libraires a été décerné à Barbara Cheron et Dominique Buzance des librairies Pentecost et Caledo Livres. On peut qualifier cette soirée, de soirée entre amis, puisque Jean-Marie Creugnet n’a que des amis qu’il a remerciés chaleureusement lors de son discours improvisé après la remise du prix Arembo.

Il y a peu de prix littéraire en Nouvelle-Calédonie. Il faut saluer cette initiative attendu par les auteurs. La présence de nombreux écrivains, du président de la Maison du Livre et du président de l’association des écrivains pour entériner ce nouveau prix l’atteste. JP

Sur cette photo Claudine Jacques (d'Ecrire en Océanie), Jean-Marie Creugnet et Luc Deborde (Editions Humanis)
Sur cette photo Claudine Jacques (d'Ecrire en Océanie), Jean-Marie Creugnet et Luc Deborde (Editions Humanis)

Sur cette photo Claudine Jacques (d'Ecrire en Océanie), Jean-Marie Creugnet et Luc Deborde (Editions Humanis)

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Cathie Manné mère courage du livre en Océanie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Cathie manné photo JP

Cathie manné photo JP

Après une formation en marketing puis en gestion. Cathie Manné fonde les éditions Grain de Sable avec Laurence Viallard. La maison d’Edition Grain de Sable a disparu depuis quelques années et la pauvre Laurence est décédée. Cathie Manné, heureusement pour les auteurs du Pacifique, est toujours là, et toujours très impliquée dans la filière du livre en Nouvelle-Calédonie avec sa société de diffusion Book’In, un bel outil culturel au service des auteurs et des éditeurs, et depuis peu, avec une librairie, celle du regretté Dominique Buzance. Elle est toujours sur la brèche. Infatigable, après la charge énorme de travail pour son déplacement au Silo de Poindimié dont elle est le pivot, grâce à sa grande taille comme un joueur de basket. (C’est une plaisanterie), grâce à l’attention qu’elle porte sur cet espace de vente, de rencontres et de dédicaces. Elle sera au salon de Papeete au début novembre. JP

Le 17e Salon du livre de Tahiti se tiendra du jeudi 16 au dimanche 19 novembre, à la Maison de la culture, sur le thème [vɛ ʁ].

Ci-dessous quelques photos prises dans la grande librairie.

Photos JO
Photos JOPhotos JO

Photos JO

La librairie lieu de rencontre Photos JP
La librairie lieu de rencontre Photos JP
La librairie lieu de rencontre Photos JP
La librairie lieu de rencontre Photos JP

La librairie lieu de rencontre Photos JP

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Le dernier roman de Thierry Charton La Mort Libre disponible en librairie à Nouméa.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le dernier roman de Thierry Charton La Mort Libre disponible en librairie à Nouméa.
Le dernier roman de Thierry Charton La Mort Libre disponible en librairie à Nouméa.

J’ai lu le dernier roman de Thierry Charton. Je l’ai lu d’une traite. Une admiratrice de l’auteur a écrit sur page Face Book que ce court roman est à lire lentement pour mieux le savourer mais personnellement quand j’accroche de cette manière et que je ne lâche pas l’ouvrage, c’est plutôt bon signe pour le billet que je vais rédiger.

On peut effectivement y revenir pour le savourer, pendre son temps, mais je suis un homme pressé. J’avais hâte de retrouver le philosophe, son style et son écriture vive. Le philosophe est présent dès les premières pages mais cet ouvrage n’est pas comme les précédents, le philosophe bulldozer est absent ou à contre emploi. C’est un roman d’une grande tendresse, d’une grande beauté.

Il est dédié à Dominique Buzance. Ceux qui l’ont connu comprennent pourquoi, c’est un sceau de qualité. Dominique était très exigeant, Thierry a relevé le pari en l’honorant. Il a su se renouveler avec brio. Ce roman de la maturité parle d’amour, du temps qui passe et du terminus, la mort après la rencontre avec Philippe, le quatrième personnage. Deux, des protagonistes de cette histoire sont le couple Julien et Jeanne qui s’aiment. « Ils craignent toujours de frapper l’autre injustement de prononcer des mots qui eussent dépassé leurs pensées. Comme des enfants jurent de s’aimer jusqu’à la mort en taillant leurs initiales sur l’écorche d’un arbre… », Dit le narrateur. On imagine en lisant ces lignes le cœur gravé, avec « Jullien aime Jeanne », un bel hommage de Julien pour Jeanne férue de botanique. Ce livre est un petit bijou de tendresse même après l’arrivée de Philippe qui traîne la mort dans son sillage. Un autre personnage Raphaël et ses mains rugueuses apporte le terroir, le bon sens paysan, de la rusticité dans un univers d’intellectuels. Du tout bon, bravo chez Calédo Livres 1950 F

Thierry Charton signe ici son troisième roman, une méditation philosophique sur notre capacité à aimer la vie au moment même où nous sommes conduits à la quitter.

Publié dans Roman

Partager cet article
Repost0

Claudine Minel, Sandra Dumeix, Léopold Hnacipan et Joël PAUL en dédicace

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Barbara Chéron libraire, Sandra Dumeix auteur et Joël PAUL (écrivainducaillou)

Barbara Chéron libraire, Sandra Dumeix auteur et Joël PAUL (écrivainducaillou)

Samedi matin à la librairie Calédolivres, dans une ambiance familiale et conviviale, quatre auteurs se sont retrouvés pour dédicacer leur dernier livre. Dominique Buzance fait le maximum pour promouvoir les ouvrages calédoniens en organisant des séances de dédicaces les samedis et des causeries presque tous les mercredis. Son opiniâtreté est remarquable car le chaland est difficile à attirer en cette période d’avant les fêtes quand toutes les vitrines des commerçants brillent de mille feux.

Claudine Minel après avoir enseigné pendant vingt-sept ans à Nouméa, en qualité de directrice des Coulisses de la danse et du théâtre, a pris sa retraite pour pouvoir passer du temps en Métropole et vivre autrement sa passion. Elle était présente pour son ouvrage Re-création car elle s'est lancée dans l'écriture théâtrale. De Lancelot à Schéhérazade en passant par D’Artagnan et Tarzan, Claudine Minel s’est librement inspirée de thèmes ou de personnages classiques pour créer des spectacles pleins de verves, de rebondissements, de tragique et d’humour qui furent interprétés par la troupe Comedia.

Ce recueil est l’occasion de découvrir ou de redécouvrir ces textes magnifiques.

Sandra Dumeix une météorite dans le paysage littéraire calédonien, tombée du ciel depuis peu qui s’est faite connaître avec son  premier roman « La poussière des âmes ». Elle présentait son livre « la Symphonie des âmes », un roman où le surnaturel est très présent. Sandra est passionnante, elle dégage une énergie positive incroyable. « Rien ne nous appartient, nous sommes des âmes qui naissent sur terre, et nos corps retournent à cette terre avant nos réincarnations » comme elle l’écrivait dans son premier roman. Sandra Dumeix, comme les sœurs Dumortier, éditrices et auteurs de littérature jeunesse, est l’image du sang neuf et de  la jeunesse dont la littérature calédonienne à bien besoin.

Léopold Hnacipan c’est l’écrivain kanak que l’on ne présente plus. À peine rentré du salon du livre en Polynésie et d’un séjour à Fidji, il n’a pas hésité à prendre la route aux aurores pour descendre de brousse et venir à la dédicace pour son ouvrage « De séduction en séduction », un recueil de huit nouvelles. Né à Lifou, Léopold Hnacipan enseigne le français au collège de Tiéta à Voh. Il commence à avoir une belle bibliographie et il est durablement installé dans le monde littéraire calédonien.

Joël PAUL auteur calédonien de nouvelles et de romans était présent pour dédicacer son dernier roman « 3 minutes avant la fin monde ». Un thriller fantastique, tout public, puisque jeunes et moins jeunes semblent l’apprécier. Un livre d’actualité (c’est pour rire) puisque le synopsis c’est la troisième guerre mondiale, mais ce n’est pas tout, il y du Jules Verne dans ce livre avec un calmar géant qui rôde dans une mer démontée. A offrir pour les fêtes et découvrir le dénouement de cette histoire (de guerre).JP

Claudine Minel, Sandra Dumeix, Léopold Hnacipan et Joël PAUL en dédicace
Claudine Minel, Sandra Dumeix, Léopold Hnacipan et Joël PAUL en dédicace
Claudine Minel, Sandra Dumeix, Léopold Hnacipan et Joël PAUL en dédicace
Claudine Minel, Sandra Dumeix, Léopold Hnacipan et Joël PAUL en dédicace
Claudine Minel, Sandra Dumeix, Léopold Hnacipan et Joël PAUL en dédicace

Publié dans Divers sur Joël PAUL

Partager cet article
Repost0

Causerie autour de Paysage

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Hier soir mercredi 09 avril un plumeau d’auteurs calédoniens étaient réunis pour épousseter le paysage littéraire en présentant les textes d’un ouvrage collectif Paysage, une édition de l’association Ecrire en Océanie.

Ce recueil rassemble les textes de formes variées. Un échantillon des différentes formes littéraires (fragments, poèmes, théâtre, nouvelles...) de douze auteurs.

Cyril Pigeau (prix Ecrire en Océanie)

Mireille Rolly (prix Médiathèque Ouest)

Alain Lincker (prix Association des bibliothécaires du Nord)

Christine Cho (lauréate 2012) Frédérique Viole (lauréate 2011) Léopold Hnacipan (lauréat 2010) et des auteurs membres du jury :

Michel Chevrier, Claudine Jacques, Firmin Mussard, Frédéric Ohlen, Nicole Perrier et Roland Rossero.

Une belle soirée organisée par Dominique Buzance qui a de plus en plus de succès avec ses causeries. La littérature calédonienne est en plein essor. Nos locomotives comme Frédéric Ohlen, Dewé Gorodé et Nicolas Kurtovitch absents pour cause de divers salons en métropole pourrons surement en témoigner lors des manifestations à venir. L’émission NC 1er Itinéraires filmé de main de maître par Alan Nogues a montré de beaux portraits d’écrivains de Nouvelle-Calédonie hier mardi 08 avril. Certains d’entre eux sont coauteurs de l’ouvrage Paysage.

À noter la belle illustration de couverture de Bernard Billot

La production d’ouvrages en Nouvelle-Calédonie n’est pas peut-être pas proportionnelle aux nombres de lecteurs. On est encore loin d’approcher la ferveur des Islandais. Voir ci-dessous cet extrait d’un article de libération :

Islande Le givre et les lettres en 2012

…Peu d’Européens du continent connaissent l’existence de ce mystère, qui n’a rien, ou trop peu, à voir avec le roman noir dont on estampille souvent l’ensemble de la production scandinave. L’incroyable tient en une phrase, formulée par le poète : «Le texte occupe une place spéciale dans la société islandaise.» Autrement dit : sur cette île peuplée de 320 000 âmes dont les deux tiers vivent à Reykjavik, les gens lisent et écrivent comme nulle part ailleurs.

Difficile de faire l’impasse sur les chiffres tant ils sont étourdissants : en 2010 et 2011, 70 % des habitants de la capitale ont emprunté un livre à la bibliothèque municipale. L’an dernier, 1,1 million d’ouvrages en sont sortis. En 2009, 64,5 % des Islandais se sont acheté au moins un livre et 82 % ont dit en avoir lu un par plaisir. L’Islande est le pays qui compte le plus grand nombre de livres publiés par tête au monde : 5 pour 1 000 habitants (contre 2 à 2,5 dans les autres pays scandinaves). Le tirage moyen d’un ouvrage y est de 1 000 exemplaires - ce qui aux Etats-Unis équivaudrait à un million ! La fièvre littéraire atteint son climax à la fin de l’année, le livre étant le cadeau de Noël le plus répandu…

Causerie autour de Paysage

Petit aparté sur fond de Paysage
J’aurais pu et j’aurais aimé être l’un des élus de l’association Ecrire en Océanie pour figurer dans le casting. J’ai été lauréat avec ma nouvelle Che si ascuiga le castagne ora (Qui va sécher les châtaignes maintenant) en 2011 du prix Association des bibliothécaires du Nord ainsi que pour C’est ça le destin commun un concours organisé par la bibliothèque Bernheim la même année mais j’aurais fait le treizième homme.
Le chiffre 13 est sans aucun doute le plus significatif des nombres d'un point de vue superstitieux. Je ne m’élèverai pas contre les triskaidékaphobes qui usent de pratiques discriminatoires à l’égard du chiffre 13 étant moi-même superstitieux. Je pense avoir échappé à la malédiction. A noter que les trois lauréats 2013 sans date mentionnée au début de la liste des auteurs est un signe révélateur de cette phobie du 13. Joël Paul

Mon article du CaledonianPost

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0