Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

47 résultats pour “Christine Bourrelly

11e édition du festival Rochefort Pacifique c'est parti !

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

11e édition du festival Rochefort Pacifique c'est parti !
11e édition du festival Rochefort Pacifique c'est parti !
 

La thématique portera principalement sur la Nouvelle-Calédonie, la Papouasie (PNG & West Papua) et le monde mélanésien en général.

Cependant d'autres parties de l'Océanie pourront être présentées.

Rochefort Pacifique, cinéma et littérature, 11ème édition :
Unique en Europe, ce festival est le rendez-vous des passionnés du cinéma d’ailleurs, des acteurs et des observateurs du monde océanien et des découvreurs de la littérature du Pacifique. 


Le festival met en valeur la diversité culturelle d’Océanie et invite, pour combiner cinéma et littérature, des auteurs et des réalisateurs de toute la zone du Pacifique : la Polynésie Française, Wallis et Futuna, la Papouasie, la Nouvelle Zélande, l’Australie et la Vanuatu. 


Le Festival 2017 a pour invité la Nouvelle-Calédonie. 

Autour des films et des livres, Rochefort va vivre au rythme du Pacifique : 

Quelques exemples :

L’ouvrage d’Alban BENSA Les sanglots de l’aigle pêcheur, Nouvelle-Calédonie : la guerre kanak de 1917 et le film d’Alan NOGUES La dernière révolte seront suivis d’une table ronde. 

Parmi les fictions
- Yam : quand l’igname raconte l’histoire des Hommes de Dominique ROBERJOT et Christine DELLA-MAGGIORA 
- Cap Bocage de Jim MABROOK 
- Papous, mémoire de boucliers de Daniel VIGNE…. 


Rendez-vous : Palais des congrès et la médiathèque, la Corderie Royale 

11e édition du festival Rochefort Pacifique c'est parti !

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Un beau livre de photographies anciennes en présentation à Calédo Livres

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Frédéric Angleviel et Mike Hosken photos de Joël PAUL
Frédéric Angleviel et Mike Hosken photos de Joël PAUL

Frédéric Angleviel et Mike Hosken photos de Joël PAUL

La librairie Calédo Livres ne désemplie pas depuis le début du mois. Les beaux livres ont des adeptes. Hier soir, la dernière création de Photo Print Pacifique, le livre de Frédéric Angleviel était présenté à un public de connaisseurs, Historiens et collectionneurs.

Mike Hoksen et Frédéric Angleviel ont justifié leurs choix pour élaborer ce magnifique ouvrage. D’abord la période, à partir de 1848 et 1918, ensuite 350 clichés sortis des archives et de collectionneurs privés soit 80% de photos peu connues du grand public et 30 % de photos inédites, celles des collectionneurs. L’auteur a privilégié les belles photos ce qui explique le pourcentage de photos inédites. Les photographies de cet album bien choisies et restaurées par Christine sont très belles Certaines sont coloriées d’origine (sur les plaques) avec un rendu désuet mais plein de charme. Ce beau livre, un pan de notre patrimoine devrait trouver sa place dans les bonnes bibliothèques des Calédoniens. JP

L’histoire photographique de la Nouvelle-Calédonie est riche grâce à la présence conjointe de photographes professionnels et d’amateurs passionnés et éclairés. Depuis les travaux du RP Patrick O’Reilly , complétés par l’étude de Serge Kakou , nous connaissons les noms et l’oeuvre des photographes professionnels. Á Nouméa Ernest Robin, James Peace, Allan Hughan, Édouard-Henri Dufty puis Charles Nething  et à Thio F. Darras. Nous avons fait le choix de ne pas paraphraser nos aînés et de vous présenter directement leurs œuvres, non pas par « auteurs », mais au fil des thématiques présentées. La même démarche a été suivie pour les photographes amateurs reconnus, tels que Évenor de Greslan, Léon Devambez, Théotime Bray, Maurice Leenhardt, Charles Mitride ou encore le géomètre Nicolas Ratzel. Très nombreux sont les inconnus qui ont participés à la création du fonds patrimonial photographique calédonien. Le classement qui vous est proposé commence par la présentation des pays kanak traditionnel, puis la fondation de Port-de-France. Dans une seconde partie, sont présentés le bagne dans sa diversité et le kaléidoscope des populations calédoniennes. Une troisième partie porte sur les hommes ainsi que les activités minières et agricoles. La dernière partie présente la lente évolution des transports et un « tour de côte » de la Grande terre et les îles Loyauté. Les clichés issus de daguerrotypes sont peu nombreux du fait de leur faible qualité et de leur remplacement dès les années 1850 par le processus négatif-positif, plus rapide et moins coûteux.

Plus avec des photos du livre (cliquez sur ce lien)

NB : Julia Trison de LNC a fait un bel article dans notre quoditien du 21 décembre 2017

Photo JP : Christine qui a "nettoyé" les photographies est la dame en bleu sur la deuxième image.Photo JP : Christine qui a "nettoyé" les photographies est la dame en bleu sur la deuxième image.
Photo JP : Christine qui a "nettoyé" les photographies est la dame en bleu sur la deuxième image.Photo JP : Christine qui a "nettoyé" les photographies est la dame en bleu sur la deuxième image.

Photo JP : Christine qui a "nettoyé" les photographies est la dame en bleu sur la deuxième image.

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

14ème FIFO !

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

14ème FIFO !
14ème FIFO !
14ème FIFO !
Le 14ème FIFO a démarré ce mardi 7 février.
14 Films en compétition seront présentés au Jury dans la catégorie Films-En-Compétition lors du 14è édition du Festival International du Film Documentaire Océanien à la Maison de la Culture à Papeete du lundi 7 au dimanche 12 février 2017.
Gros plan sur Yam.
Yam: Quand l'igname raconte les Hommes (12 juillet 2016)
Extrait de l’article de Karine Boppdupont, publié le 05/07/ dans Itinéraire le magazine de Patrick Durand-Gaillard
"Yam: Quand l'igname raconte les Hommes" est le premier film documentaire du Réseau de télévisions de la Mélanésie. Ce réseau a été initié à Maré en juillet 2014 par les directeurs des chaînes de télévision des différents pays de la Mélanésie.

Extrait Yam

Dans ce film, l’igname raconte… Elle nous parle des hommes à travers sa propre histoire et laisse les hommes parler d’elle à travers leur histoire… De la Nouvelle-Calédonie, à la Papouasie Nouvelle-Guinée, en passant par les Îles Salomon et le Vanuatu, elle nous raconte les chemins coutumiers qui tissent les liens entre les peuples de la Mélanésie. Elle nous parle d’hier, d’aujourd’hui et des questionnements sur demain… Elle nous fait appréhender ce lien intrinsèque qui l’unit aux mélanésiens dans un cycle de vie qu’il faut perpétuellement renouveler…

Les réalisatrices

Dominique Roberjot et Christine Della-Maggiora sont les deux fondatrices de la maison Latitude 21 Pacific. Elles travaillent depuis 15 ans avec les Peuples Premiers d’Afrique, du Pacifique et d’Amérique Latine pour donner la parole aux communautés isolées et parler de la diversité culturelle. C’est en organisant l’exposition «rencontres sur la même latitude» qu’elles se rencontrent. Cette exposition itinérante a été présentée dans les écoles, villages, centres culturels de nombreuses communautés autochtones à travers le monde et à l’UNESCO au Paraguay. Elles se lancent dans la réalisation en 2003 d’abord dans le cadre de leur association «Dekomane» (en nengone «il n’y a pas d’argent», puis avec leur société de production Latitude 21 Pacific. A ce jour une dizaine de collaborations, ont déjà été réalisées avec les 1ère et France Ô.

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Editions des Mers Australes Guy et Vatiti Wallart

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Guy Wallart au SILO à Poindimié en 2013. Photo JP
Guy Wallart au SILO à Poindimié en 2013. Photo JP
Guy Wallart au SILO à Poindimié en 2013. Photo JP

Guy Wallart au SILO à Poindimié en 2013. Photo JP

Editions des Mers Australes

Tita et le voleur de couleurs – Ophélie Marten-Jeanroy

Tahiti court un grand danger : les couleurs de l’île sont en train de disparaître. Et la petite Tita va prendre tous les risques pour arrêter ce maléfice avant qu’il ne soit trop tard. Quitte à sauter dans l’œil d’un cyclone, s’aventurer dans le dixième ciel, et à parlementer avec les dieux…

Hani et les légendes oubliées – Maruata N. Neri

Hanii cover vers02_Couverture Hani ver02

Hani, petite fille de 9 ans, a, pour meilleur ami, un enfant imaginaire, Iti. Son grand frère Teva supporte tant bien que mal ses excentricités jusqu’au jour où un mystérieux mal rend la petite fille malade. Elle, ainsi que d’autres enfants. Teva en vient tant bien que mal à comprendre qu’Iti n’est peut-être pas si imaginaire que ça et que, pour sauver sa sœur, lui et ses deux meilleurs amis, Tom et Hotu, devront affronter les créatures qui peuplent les contes et légendes polynésiennes.


 Raro, les boutons – Virginie Monbtison, Robert Rioux et Guy Wallart

Cover_Raro04_lesboutons_version02_Mise en page 1

Aujourd’hui est un mauvais jour ! Raro ne veux pas sortir de sa coquille. Il ne veut voir personne. Patapata, la coccinelle se demande bien pourquoi !

 

Cover_Comptineurs 
Les comptineurs – Jérôme Descamps et Christine Vinolo

65 comptines et chansons déjà enregistrées entre 2008 et 2014 ! Depuis leur arrivée à Tahiti, ces musiciens s’inspirent de la Polynésie, de son environnement sonore, de sa faune, de sa flore, pour écrire des chansons destinées aux enfants. Avec ce nouveau livre/disque vous plongerez dans leur univers plein de malice et de poésie.

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Dictée du Pacifique : des images et les résultats

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Dictée du Pacifique : des images et les résultats
Dictée du Pacifique : des images et les résultats

C’est dans une chaleur étouffante, une température habituelle pour la dictée du Pacifique, que les courageux et les inconditionnels de l’événement annuel qui marque le début de la semaine de la francophonie organisée par l’Alliance Champlain se sont installés dans la grande salle de la mairie de Nouméa. Une bonne participation après deux années perturbées par la pandémie. La vie culturelle du caillou reprend petit à petit.

De retour de la dictée avec le roman de Jean Vanmai

Les participants se sont affrontés sur un texte de l’écrivain Jean Vanmai Nouméa Guadalcanal de son ouvrage Pilou-Pilou, La ville aux mille collines ? À-priori sans difficulté majeur, pourtant, il n’y a pas eu de 0 fautes. Les lauréats juniors sont :

Luong Lyss, une jeune fille et en deuxième place un garçon de 13 ans Hoarau Hays Ethan qui a 13 ans.

Pour la première place Sénior, c’est madame Tillier Huguette qui décroche le pompon avec 1 faute.

Pour la deuxième place, il a fallu refaire une dictée pour départager 4 ex aequo Georgeon Gilbert, Labéribe Aristide et deux dames Brahic Christine et madame Duquesne.

Daniel Miroux et ses deux assistantes et les lauréats juniors avec madame Tillier la gagnante sénior

Comme chaque année Daniel Miroux a réussi sa dictée mais la semaine s’annonce éprouvante pour lui. Souhaitons-lui du courage.

 

Résultats définitifs après la dictée bis

JUNIORS

1/ Mlle Lys LUONG

2/ M. Ethan HOARAU-HAYS

SÉNIORS

1/ Huguette TILLIER

2/ Gilbert GEORGEON

3/ Suzanne DUQUESNE

Ma photo préférée, Fabienne en beauté

Ma photo préférée, Fabienne en beauté

La dictée bis des ex aequo

La dictée bis des ex aequo

A noter une belle table de Kiwanis !A noter une belle table de Kiwanis !A noter une belle table de Kiwanis !
A noter une belle table de Kiwanis !A noter une belle table de Kiwanis !
A noter une belle table de Kiwanis !A noter une belle table de Kiwanis !

A noter une belle table de Kiwanis !

Publié dans Evénement culturel

Partager cet article
Repost0

Les Espagnols et l'océan Pacifique, une conférence de Gilbert Castet, président du musée maritime de Nouvelle-Calédonie.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Jeudi 11 avril 2019 à 18h00, entrée libre dans la limite des places disponibles (durée env 1h)

 

Extrait d'une gravure ancienne

L'océan Pacifique était totalement inconnu des Européens jusqu'au XVIème siècle. De 1519 à 1522, Magellan accomplit l'exploit de réaliser le 1er voyage de circumnavigation et navigue sur cette immense tendue d'eau entre l’Amérique et l’Asie qu’il nomme « pacifique ». Il ouvre ainsi à d’autres une nouvelle route de découvertes. Tout au long du XVIème siècle, les explorateurs espagnols entreprennent de sillonner cet océan non seulement pour trouver une nouvelle voie d’accès aux « îles des épices » mais aussi en vue de découvrir de nouvelles richesses et y poser les bases d’une future évangélisation. Entre 1567 et 1607, trois grandes expéditions espagnoles explorent la partie méridionale de l’océan Pacifique. La première et la seconde sont menées par Mendaña et la dernière par Quiros.Au cours de ces voyages, les Espagnols touchent des archipels alors inconnus des Européens, telles que les îles Salomon, les Marquises, les Tuamotu, une partie des îles Cook et le Vanuatu. Lors de la dernière expédition, le pilote de Quiros, Torrès, parti à la recherche de la terre australe, passera non loin de la Nouvelle-Calédonie…Gilbert Castet, président du musée maritime de Nouvelle-Calédonie, vous invite à embarquer pour suivre le cours de ces passionnants voyages d’exploration et de découvertes !

 

Plus avec un article de 2015 sur la conférence de Christine Bousquet maître de conférences en histoire médiévale qui avait fait une conférence sur les premiers navigateurs occidentaux au musée maritime de Nouméa.

 

Depuis le début du XVIème siècle les Européens devinent l'existence d'un océan mais ne prendront conscience de sa taille et de son rôle que petit à petit. Toutes les grandes nations européennes s'y intéressent et grâce à quelques navigateurs aventureux, Magellan, Urdaneta, Quiros, Tasman, Behring, Cook, La Pérouse... la découverte du Pacifique s'affine : un nouveau monde apparaît sous les yeux des Occidentaux…

Un livre sur ce sujet : À travers le pacifique Le capitaine Pedro Fernández de Quirós (1560-1615) Annie Baert aux éditions L’Harmattan dans la collection Portes océanes.

Un livre sur ce sujet : À travers le pacifique Le capitaine Pedro Fernández de Quirós (1560-1615) Annie Baert aux éditions L’Harmattan dans la collection Portes océanes.

Partager cet article
Repost0

Loli Laurence Viallard, le karma d’une pionnière de l’édition calédonienne

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Chez elle à Pondichery

Chez elle à Pondichery

C’est avec stupeur que le monde de la littérature locale a appris la nouvelle. Laurence Viallard, promotrice de l'édition calédonienne moderne dans les années 1990 avec sa maison d’édition Grain de Sable, est décédée mercredi dans un accident en Inde. Elle s'y était installée quelques mois par an depuis qu’elle avait cessée ses activités en Nouvelle-Calédonie. Elle avait 52 ans. Dans l'hindouisme, la mort est comme un changement de vêtements car l'âme change de corps d'une manière similaire après la mort. Elle va probablement revêtir un habit de lumière pour continuer à rayonner. Elle fourmillait d’idée. Elle préparait le festival d’Auroville (Sud de l’Inde) pour février 2017.

Extrait d’un article de 2016 : elle y parle de ce festival

J’avais un rêve

J’avais un rêve : celui de faire quelque chose, de participer à une action pour les femmes. J’ai bien souvent été bouleversée par les terribles récits relatant les viols, suicides, assassinats de bébés filles en Inde Cette insupportable injustice brûlait mon cœur. Indignée, terrorisée, et cependant immobile, je restais seule et sage dans mon cocon, l’ashram de Sri Aurobindo à Pondichéry, depuis presque 10 ans. Une fois, j’ai même rêvé de créer une association « Women Sacred Link » après la pendaison de deux jeunes filles violées dans le nord de l’Inde. Ma chair avait mal, que pouvais-je faire seule ? RIEN. Seule, je ne peux rien faire. Dans ma conscience, un seul mot battait : ensemble, être ensemble pour agir, pour changer quelque chose, pour combattre l’ignorance et la violence. Comme d’autres, j’ai compris que je ne pourrais agir si d’abord je ne changeais pas les peurs, l’ignorance en moi. Alors j’ai crié, j’ai pleuré, j’ai demandé de me montrer la voie, la réponse a été claire : « Ose et va ! » En 2012, je devais trouver la force de sortir, de voir le monde, la réalité, mais aussi prendre le risque de me laisser voir, pour qu’un jour mon rêve puisse être une réalité. Pour répondre à d’autres mots : spiritualiser la matière, être une force d’action, de réalisation et de création dans le monde. Et c’est là que Christine Gatineau a su voir mon intériorité à travers mes collages, sur ma page Facebook. C’est elle qui a tiré le fil qui m’a amenée au Centre TAO Paris et où j’ai rencontré Delphine, Cécile, Pol, Imanou. Nous avons fait connaissance autour d’un repas, et mon cœur a vibré très fort quand j’ai entendu qu’ils connaissaient Auroville et la pensée de Mère et de Sri Aurobindo. C’était pour moi le signe évident que j’étais sur le bon chemin. Mon cœur s’est ouvert très grand d’un seul coup. Ainsi, comme une évidence, j’ai suivi le lien et j’en ai même créé un pour le Festival du Féminin à Paris. Enfin pour la première fois, je pouvais matérialiser ce lien entre les femmes. Jamais je n’aurais imaginé qu’il ferait le tour de la terre et surtout qu’il reviendrait à Auroville, au Pavillon de la culture Tibétaine, lieu où j’ai fait mon premier cercle de création « Sacred Link » entre femmes. Faire le premier pas est le début d’un long pèlerinage. C’est ainsi qu’un jour, après avoir vécu le festival à Paris, je m’engage et dis « Oui », comme si, enfin je relevais la tête, je disais oui à l’« Aventure de la Conscience » qui s’ancre dans la matière vivante de nos corps et de nos âmes. Et, comme Christine et Delphine sont de « sacrées » passeuses, elles m’ont fait rencontrer Nirmala de Pondichéry. Comme par magie, une grande et belle Tamoule est arrivée dans un café, et j’ai encore dit « Oui, Oui » pour la co-création et la co-organisation du festival en février 2017 à Auroville, en Inde.

Le rêve est devenu réalité !

Nous unir pour célébrer l’émergence des femmes comme force sociale et de changement. Pour remplir de puissance et de joie le silence de toutes celles, de par le monde, qui n’ont pas le droit d’exister, d’être libres et sauvages, d’être elles-mêmes, femmes tout simplement.

Loli Laurence Viallard Plasticienne-photographe, poète et facilitatrice en transmission des savoirs créatifs Praticienne en rituel http://sacredlink.blogspot.fr le chemin de l’engagement Page 3 sur 27

Ses activités ne s’arrêtaient pas là. Loli Laurence Viallard, plasticienne-photographe et écrivaine, créait des cercles et des performances « SacredLink, lien sacré ». Elle proposait des performances-création (colliers « mala », fils de merveilles, fil du pardon…) pour se relier en conscience et co-créer une intention impactant le monde

En s'installant à Nouméa, cette graphiste était surement loin de se douter qu'elle aurait une vie si riche malgré sa courte durée. Elle a édité les principaux auteurs locaux (Jean Mariotti, Déwé Gorodé, Nicolas Kurtovitch, Frédéric Ohlen). Avec ses petits livres, format carte postale, elle populariserait la lecture au pays de l'oralité. « Je voulais que le plus grand nombre puisse avoir accès à la culture locale pour le prix d'un paquet de cigarettes. », disait-elle. Après plusieurs dizaines d’ouvrages, couvrant la littérature, la faune, la flore et la cuisine, la directrice des éditions Grain de Sable s’était lancée dans la littérature jeunesse. Je ne connais pas la quantité globale de sa production, mais elle manque toujours en Nouvelle-Calédonie. JP

Á noter : Cathie Manné, gérante du distributeur Book’In a été cofondatrice de l'aventure à l’époque et Jean-Brice Peirano actuel directeur de la maison du livre a été pendant plusieurs années l’un des collaborateurs de la maison d'édition Grain de Sable.

Les organisatrices du Festival du Féminin à Auroville : Laurence Loli Viallard & Nirmala Gustave. Elles signent la charte du Festival !

Les organisatrices du Festival du Féminin à Auroville : Laurence Loli Viallard & Nirmala Gustave. Elles signent la charte du Festival !

Photos divers de ses activités en provenance de son site
Photos divers de ses activités en provenance de son sitePhotos divers de ses activités en provenance de son site
Photos divers de ses activités en provenance de son site

Photos divers de ses activités en provenance de son site

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

Lancement du Festival ce mardi 27 septembre 2016 à la Bibliothèque Bernheim

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Une partie des conteurs invités et Daniel Monnet
Une partie des conteurs invités et Daniel Monnet

Une partie des conteurs invités et Daniel Monnet

TEMBEU est le nom du Festival du Conte à Thio (Cöö). Mardi soir a eu lieu la soirée de lancement et la présentation des conteurs invités. Ce troisième festival se tiendra principalement à la tribu de Koua le 1er et 2 octobre. Il promet d’être un grand cru. Le premier était super, le deuxième génial, comme l’a souligné Christophe Augias le directeur de la bibliothèque Bernheim, on se demande quel qualificatif on pourra trouver pour le troisième. Les invités et les conteurs de Thio ont donné au public de la bibliothèque un bel aperçu de leur talent. Emotions et rires étaient au rendez-vous. Ce festival au pays de l’oralité est une grande réussite. Voir ci-joint dans cet article quelques une de mes photos JP.

NB : Le maire de Thio est très fier de ce festival. Il invite les visiteurs de cet événement gratuit à découvrir sa commune pour l’occasion.

Une soirée de contes avec les porteurs de parole de l'extérieur.

Myriam MALAO (Vanuatu) - Cyril COPPINI (Japon) - Nordine HASSANI (France) - Marcel MELTHERORONG (Vanuatu) - Manfeï OBIN (Côte d'Ivoire) - Jordan TEMAIRIA (Tahiti)

Rappel des noms des porteurs de parole d’ici : Rosa ATTI (Yaté)  - Ginette Mere BOAHOUME-ARHOU (Koumac) - Catherine DINEVAN (Nouméa) - Adélaïde EURIMINDIA (Houailou) - Violaine MAHEU (Nouméa) - Marie-Christine MATHIEU (Nouméa) - Rose-Hélène NEREGOTE (Canala) - Georgette NONKE (Thio) - Julie PERROCHAUD (Nouméa) - Marie-Yvonne RAGUE (Dumbéa) - Maïté SIWENE (Nouméa) - Marie TAMAÏ (Thio) - (Sébastien ATTI (Yaté) - Erwan BOTREL (Nouméa) - Sylvain LORGNIER (Nouméa) - Jimmy OEDIN (Nouméa) ( Louis OUETCHO (Yaté)  - (Ricardo POIWI (La Foa) - Jean-Pascal ROULET-AUDY (Nouméa) - Louis TAHMUMU (Maré) - Siman Ludovic WENETHEM (Nouméa)

Sans oublier : ARTCÖO (Association des artistes de Thio) −Collectif « DOBWE » − Classe 608 du collège Francis Carco − ALK −Bibliothèque Bernheim − Maison du livre − Lire en Calédonie

PROGRAMME TEMBEU 2016

Disponible sur www.thio.nc ou sur la page Facebook du festival

CONTACTS :

Daniel MONNET, Animateur communal et Coordinateur du Festival

Tél : 44.80.30 – Mob : 77.97.85 Email : d.monnet@mairie-thio.nc

Sylvain LORGNIER, Conteur et Programmateur du Festival

Tél : 75.43.72 Email : lesartgonautes@hotmail.fr

Donia NONMOIRA, Secrétaire du Comité d'Animation de Thio

Tél : 44.80.30 Email : catthio79@hotmail.fr

Françoise WENEHOUA, Bibliothécaire et Co-coordinatrice du Festival

Tél : 44.17.82 Email : f.wenehoua@mairie-thio.nc

Cyril COPPINI (Japon)  Manfeï OBIN (Côte d'Ivoire) et Sylvain Lornier
Cyril COPPINI (Japon)  Manfeï OBIN (Côte d'Ivoire) et Sylvain LornierCyril COPPINI (Japon)  Manfeï OBIN (Côte d'Ivoire) et Sylvain Lornier

Cyril COPPINI (Japon) Manfeï OBIN (Côte d'Ivoire) et Sylvain Lornier

Lancement du Festival ce mardi 27 septembre 2016 à la  Bibliothèque Bernheim
Lancement du Festival ce mardi 27 septembre 2016 à la  Bibliothèque Bernheim
Lancement du Festival ce mardi 27 septembre 2016 à la  Bibliothèque Bernheim
Lancement du Festival ce mardi 27 septembre 2016 à la  Bibliothèque Bernheim
Lancement du Festival ce mardi 27 septembre 2016 à la  Bibliothèque Bernheim
Lancement du Festival ce mardi 27 septembre 2016 à la  Bibliothèque Bernheim
Lancement du Festival ce mardi 27 septembre 2016 à la  Bibliothèque Bernheim

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

LA COUTUME KANAK DANS L'ETAT

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

LA COUTUME KANAK DANS L'ETAT
LA COUTUME KANAK DANS L'ETAT
Sous la direction de Benoît Trépied et Christine Demmer

Cahiers du Pacifique Sud Nouvelle Calédonie chez l’Harmattan

ACTUALITÉ SOCIALE ET POLITIQUE OCÉAN PACIFIQUE

La Nouvelle-Calédonie approche désormais du référendum d'autodétermination de 2018 devant décider de son avenir politique. Vingt ans après l'accord de Nouméa, ce scrutin clôturera un processus de décolonisation dans la République, qui incluait la création d'une citoyenneté néo-calédonienne fondée sur la reconnaissance préalable de l'identité kanak. L'inscription progressive de la "coutume" dans les domaines du droit, de la justice et de la politique a eu pour effet de cliver le débat sur les formes possibles de l'émancipation kanak. Cet ouvrage éclaire les enjeux et tensions. Le cas calédonien renouvelle la réflexion sur l'unicité de l'Etat et ses limites en situation coloniale et postcoloniale.

Benoît TREPIED Chargé de recherche CNRS

Domaines de recherche

Benoît Trépied mène une anthropologie historique de la citoyenneté en situation coloniale et postcoloniale. Ses recherches portent en particulier sur les relations raciales et la politique locale en Nouvelle-Calédonie coloniale, les enjeux contemporains de la décolonisation dans le Pacifique et l’outre-mer français, et la construction des savoirs en contexte colonial et postcolonial. Au croisement de l’ethnographie, de l’histoire et de la sociologie, ses travaux questionnent les conditions de production des sources, la pratique réflexive de l’enquête et les rapports entre savoir et pouvoir.

Fondée sur une longue enquête de terrain (deux années sur place) et aux archives, sa thèse de doctorat, soutenue en 2007 et publiée en 2010, portait sur les transformations des rapports sociaux et politiques à l’échelle de la commune rurale de Koné, au nord-ouest de la Nouvelle-Calédonie, à partir de l’accession des Kanak à la citoyenneté (1946). Au-delà des clivages raciaux et disciplinaires – entre anthropologie du monde kanak et histoire des colons –, cette recherche pluridisciplinaire « au ras du sol » était simultanément inscrite dans une réflexion plus large sur les grands changements juridiques et politiques de la Nouvelle-Calédonie et de la France d’outre-mer après la Seconde guerre mondiale. Dans la continuité de cette recherche, il travaille désormais sur les transformations des relations raciales à Koné du XIXe siècle à nos jours, en collaboration avec l’historien Adrian Muckle.

Benoît Trépied enquête également sur le processus actuel de décolonisation en Nouvelle-Calédonie et les nouvelles tensions qu’il génère, notamment du point de vue des diverses stratégies kanak de recouvrement de souveraineté (par l’indépendance statutaire, la citoyenneté française, ou les « droits autochtones »). Il s’intéresse en particulier aux enjeux soulevés par la mise en œuvre d’un droit civil coutumier kanak au sein du système judiciaire français, à partir de l’observation ethnographique des séances du tribunal coutumier et d’entretiens avec les « assesseurs coutumiers » kanak. Il s’interroge aussi sur les liens entre recherche et décolonisation, en replaçant notamment sa propre expérience au sein d’une histoire longue des rapports entre le savant et le politique dans le contexte calédonien.

Publié dans Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

Caty et Gilbert Banneville invités du salon du livre de Papeete

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photos des invités site de lire en Polynésie
Photos des invités site de lire en Polynésie

Photos des invités site de lire en Polynésie

Caty et Gilbert Banneville sont en couple sur la scène littéraire comme dans la vie. Ils signent pour cette nouvelle édition du salon du livre Le voyage de la flûte de roseau aux Marquises, un album jeunesse proposé par les éditions Haere Po.

La première fois que la peintre Caty Banneville a exposé à la Maison de la culture, une chorale chantait un morceau de Josquin Des Près dans la salle voisine.

"C’est la musique qui accompagnait mon travail quand nous étions aux Marquises", précise l’artiste. Les chanteurs sont venus au vernissage et ont chanté à nouveau. "J’ai pris une toile, je l’ai découpée en autant de morceaux qu’il y avait de chanteurs. C’était magique !"

Le lendemain, Caty Banneville se mettait en route pour trouver un éditeur susceptible de publier leur premier livre à elle et son mari Gilbert. "On m’a parlé des éditions Haere Pō que j’ai contactées." Denise Koening l’a reçue et, pour se présenter, à eu ces mots :

"Caty, j’ai chanté le morceau de Joaquin Des Prés pour toi au vernissage, pourquoi ne m’as-tu pas dit que vous écriviez un livre ? Tu as carte blanche !" Ainsi commençait la vie littéraire du duo… Suite (sur lire en Polynésie)

Voyage d’une flûte de roseau aux Marquises - Te koute‘e o te vivo kakaho

Photo de couverture flûte Éd. Haere Pō (2017)

Résumé :

Dans le sillage d’une flûte en roseau péruvienne se dessine la rencontre entre les peuples de l’Amérique du Sud et de l’Océanie — ainsi qu’une belle histoire d’amour entre une jeune fille de la vallée de Hakaui à Nukuhiva et un jeune garçon qui a quitté ses Andes natales.

Illustré par Caty Banneville, le texte français de Gilbert Banneville et marquisien de Marie-Christine Teikitohe rend compte de ce moment mémorable.

Ils n’en sont pas à leur premier ouvrage. Ils sont les auteurs de Te Hakamanu le premier conte marquisien passé de la tradition orale à la publication, réalisé aux marquises en 1999. Le résultat d’une collaboration entre Gilbert Banneville et Lucien Kimitete pour les textes et Caty Banneville pour les illustrations.

TE HAKAMANU – La danse de l’oiseau

Cette légende marquisienne, recueillie par Lucien Kimitete, illustrée et réécrite par Caty et Gilbert Banneville, raconte l’histoire de la sœur d’un chef des îles Marquises qui refuse de mourir… Un pêcheur recueille sur la plage une forme humaine… Un fils en naît, grandit et se fait capturer… Pour le sauver la mère livra son secret : la danse de l’oiseau.

De Nuku Hiva à Ua Pou, de la pirogue des jeunes guerriers à la pirogue cercueil , entre le monde des vivants et le monde des morts, la danse de l’oiseau c’est la danse de l’amour et de la vie sur la Terre des Hommes…

C’est en juin 1989, au premier Festival des arts des îles Marquises, que le groupe de Nuku Hiva réinvente le Hakamanu oublié depuis près d’un siècle.

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 > >>