Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

44 résultats pour “Isabelle Merle

Le Dernier Voyage du capitaine Cook de Heinrich Zimmermann

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

"Dès qu'il posa un pied à terre, tout le monde se prosterna devant lui. Cook jeta des regards autour de lui puis éclata de rire ; il releva quelques personnes parmi les plus âgées et les plus nobles, qui se distinguaient par leurs vêtements, les prit dans les bras et leur fit des présents".

 

Suivi de Interpréter la mort de Cook : les enquêtes de Marshall Sahlins, par Isabelle Merle.

Traduit de l’allemand par Christophe Lucchese.

Introduction et notes d’Isabelle Merle

 

En 1776, Heinrich Zimmermann s’embarquait pour le troisième voyage d’exploration dans le Pacifique conduit par le légendaire capitaine James Cook.

 

Le matelot allemand en rapporta le récit fasciné de sa découverte, quatre années durant, des peuples du grand océan. Il y raconte ses périples, de la Nouvelle-Zélande aux rives de l’Alaska en passant par les Tonga, Tahiti et surtout Hawaï où, à la suite d’une énigmatique cérémonie, Cook fut mis à mort sous ses yeux par les insulaires.

Depuis plus de deux siècles, les raisons de ce meurtre comme son interprétation ont suscité quantité d’hypothèses.

Dans son essai clôturant cet ouvrage, l’historienne Isabelle Merle s’efforce d’ajuster la focale autour de l’événement, afin de pénétrer la texture de ces fameux « premiers contacts » qui jalonnent l’histoire complexe de l’Océanie.

Article sur Cook sur ce blog

Article sur Isabelle Merle

 

Commentaire d’une auteure calédonienne Frédérique Viole : « Voici un excellent livre très bien édité par Anacharsis et annoté préfacé postface par Isabelle Merle auteure invitée au SILO de Nouvelle-Calédonie. »

Publié dans Histoire

Partager cet article
Repost0

L’Indigénat. Genèses dans l’Empire français par Isabelle Merle et Adrian Muckle.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L’Indigénat. Genèses dans l’Empire français par Isabelle Merle et Adrian Muckle.
Adrian Muckle chez Calédo Livres et Isabelle Merle au Silo 2019
Adrian Muckle chez Calédo Livres et Isabelle Merle au Silo 2019

Adrian Muckle chez Calédo Livres et Isabelle Merle au Silo 2019

Une nouveauté disponible à Calédo Livres : « L’INDIGÉNAT. Genèses dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie » de Isabelle Merle et Adrian Muckle.

 

L’indigénat évoque une triste histoire. D’abord, pour les colonisés qui subirent pendant plus d’un demi-siècle les effets de ce régime juridique répressif. Ensuite, pour la nation française qui dévoya en colonie ses idéaux démocratiques en refusant de les étendre à ceux qu’elle soumettait.

Ce livre offre, pour la première fois, une histoire du régime de l’indigénat sur la longue durée, depuis ses origines les plus lointaines dans l’Algérie de la conquête jusqu’aux héritages les plus contemporains en Nouvelle-Calédonie. Dans ce pays, l’indigénat éclaire avec force les pratiques de la domination coloniale du point de vue de ceux qui l’exercent comme de ceux qui la subissent.

Isabelle Merle et Adrian Muckle offrent une réflexion au long cours sur la fabrique de la condition indigène et de l’exception coloniale à travers l’histoire singulière de la Nouvelle-Calédonie, dont la mémoire continue de hanter les débats contemporains.

Photo de couverture : Chefs au début du XXe siècle, probablement dans le nord de la Nouvelle-Calédonie. Archives de la Nouvelle-Calédonie, coll. Serge Kakou, cliché Charles Nething.

 

Isabelle Merle est directrice de recherche au CNRS ...

Adrian Muckle est membre du History Programme à la Victoria University of Wellington (Nouvelle-Zélande) ...

 

Une historienne et un historien de la colonisation spécialistes de l’histoire du Pacifique et plus particulièrement de la Nouvelle-Calédonie, Isabelle Merle et Adrian Muckle, ont publié un livre important qui offre, pour la première fois, une histoire du régime de l’indigénat sur la longue durée. Depuis ses origines les plus lointaines dans l’Algérie de la conquête jusqu’aux héritages les plus contemporains en Nouvelle-Calédonie, l’ouvrage débouche sur une réflexion sur l’exception coloniale à travers l’histoire singulière de la Nouvelle-Calédonie dont la mémoire continue de hanter les débats contemporains.

 

 

 

Isabelle Merle et Adrian Muckle, 
L’indigénat Genèses dans l’empire français 
Pratiques en Nouvelle-Calédonie

CNRS éditions, 2019. 525 pages. 25 €.

Présentation de l’éditeur :

L’indigénat évoque une triste histoire. D’abord, pour les colonisés qui subirent pendant plus d’un demi-siècle les effets de ce régime juridique répressif. Ensuite, pour la nation française qui dévoya en colonie ses idéaux démocratiques en refusant de les étendre à ceux qu’elle soumettait.

Ce livre offre, pour la première fois, une histoire du régime de l’indigénat sur la longue durée, depuis ses origines les plus lointaines dans l’Algérie de la conquête jusqu’aux héritages les plus contemporains en Nouvelle-Calédonie. Dans ce pays, l’indigénat éclaire avec force les pratiques de la domination coloniale du point de vue de ceux qui l’exercent comme de ceux qui la subissent.

Isabelle Merle et Adrian Muckle offrent une réflexion au long cours sur la fabrique de la condition indigène et de l’exception coloniale à travers l’histoire singulière de la Nouvelle-Calédonie, dont la mémoire continue de hanter les débats contemporains.

Isabelle Merle est directrice de recherche au CNRS.
Adrian Muckle est membre du History Programme à la Victoria University of Wellington (Nouvelle-Zélande).
Ils sont tous les deux historiens de la colonisation et spécialistes de l’histoire du Pacifique et plus particulièrement de la Nouvelle-Calédonie.

 

Publié dans Colonisation, Essai

Partager cet article
Repost0

Expériences coloniales de la Nouvelle Calédonie 1853-1920. Auteur : Isabelle Merle aux éditions Anacharsis

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Expériences coloniales de la Nouvelle Calédonie 1853-1920. Auteur : Isabelle Merle aux éditions Anacharsis

La Nouvelle-Calédonie (1853-1920)

En 1776, Heinrich Zimmermann s’embarquait pour le troisième voyage d’exploration dans le Pacifique conduit par le légendaire capitaine James Cook.

Le matelot allemand en rapporta le récit fasciné de sa découverte, quatre années durant, des peuples du grand océan. Il y raconte ses périples, de la Nouvelle-Zélande aux rives de l’Alaska en passant par les Tonga, Tahiti et surtout Hawaï où, à la suite d’une énigmatique cérémonie, Cook fut mis à mort sous ses yeux par les insulaires.

Depuis plus de deux siècles, les raisons de ce meurtre comme son interprétation ont suscité quantité d’hypothèses.

Dans son essai clôturant cet ouvrage, l’historienne Isabelle Merle s’efforce d’ajuster la focale autour de l’événement, afin de pénétrer la texture de ces fameux « premiers contacts...

Isabelle Merle est historienne, directrice de recherche au CNRS et spécialiste du monde océanien. Elle a notamment publié, avec Adrian Muckle, L’Indigénat. Genèse dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie (CNRS Éditions).

Présentation de l’Indigenat chez Calédo Livres suivre le lien

Chez le même éditeur

Chez le même éditeur

Partager cet article
Repost0

Présentation de l’essai L’INDIGÉNAT. Genèses dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie » d’Isabelle Merle et Adrian Muckle avant la conférence de ce soir.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Présentation de l’essai L’INDIGÉNAT. Genèses dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie » d’Isabelle Merle et Adrian Muckle avant la conférence de ce soir.
Présentation de l’essai L’INDIGÉNAT. Genèses dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie » d’Isabelle Merle et Adrian Muckle avant la conférence de ce soir.

Présentation de l’essai L’INDIGÉNAT. Genèses dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie » d’Isabelle Merle et Adrian Muckle avant la conférence de ce soir.

« L’indigénat évoque une triste histoire. D’abord, pour les colonisés qui subirent pendant plus d’un demi-siècle les effets de ce régime juridique répressif. Ensuite, pour la nation française qui dévoya en colonie ses idéaux démocratiques en refusant de les étendre à ceux qu’elle soumettait… » C’est sur ce thème extrait de la présentation de l’essai L’INDIGÉNAT. Genèses dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie » d’Isabelle Merle et Adrian Muckle que le public était convient chez Calédo Livres hier soir. Une rencontre avec deux historiens qui se sont associés pour comprendre et restituer par un ouvrage le même objet de recherche. Isabelle Merle avait fait préalablement des recherches sur les Colons et Adrian Muckle travaille depuis dix ans sur l’histoire du pays.

 

La causerie a débuté sur une question qu’est-ce que l’indigénat ? Avec une participation du public dès le début, puisque la chercheuse a posé cette question au public présent. Ensuite, les deux chercheurs ont apporté des éléments de réponse en indiquant par exemple que l’Indigénat est un statut mis en place dans presque toutes les colonies française de l’époque sauf dans les colonies qui avaient subi l’esclavage, une sorte de faveur pour faire oublier cette ignominie, un mot qu’ils n’ont pas prononcé mais en disant l’équivalent. Dans notre région, la Polynésie est une exception. Ils ont échappé à l’indigénat. Les habitants du fenua étaient citoyens français et l’ont ignoré longtemps. Par contre, l’indigénat a été appliqué en Nouvelle-Calédonie très tôt pour une raison particulière, avec une mobilisation qui a été massive pendant les guerres par exemple, pour remplacer la main-d’œuvre pénale. Ce statut qui permettait d’institut des corvées donc des obligations sans les droits applicables aux citoyens a été mal vécu, c’est une blessure pour le peuple colonisé avec des conséquences désastreuses sur les rapports entre le colonisateur et les colonisés. C’est Adrian Muckle qui a eu le mot de la fin en disant que l’histoire doit servir à éclairer l’avenir. Un éclaireur de plus dans notre pays qui en a bien besoin. Cette causerie n’est qu’une mise en bouche. Une conférence aura lieu ce soir au centre culturel Jean-Marie Tjibaou beaucoup des gens présents hier ont décidé d’y aller pour poursuivre le débat. JP

 

AU FONDEMENT D'UNE SOCIÉTÉ INÉGALITAIRE

 Jeudi 17 octobre 2019 à 18h15, salle Sisia

Rencontres de la Médiathèque

AU FONDEMENT D'UNE SOCIÉTÉ INÉGALITAIRE
L'INDIGÉNAT ET SES PRATIQUES EN NOUVELLE-CALÉDONIE (1887-1947)

Conférence d'Isabelle Merle, directrice de recherche au CNRS (CREDO, Marseille) et Adrian Muckle, Senior Lecturer, Victoria University of Wellington

Dans la mémoire des Anciens, l'indigénat est associé à toutes sortes de mesures, l'impôt de capitation, le travail forcé, les amendes, les peines de prison ou encore les interdictions de circulation. L'enjeu de cette conférence est de revenir sur les pratiques de l'indigénat sous ses différentes facettes pour  rappeler à quel point il détermina en Nouvelle-Calédonie, en particulier, la construction de rapports sociaux inégalitaires dont les effets se font encore sentir aujourd'hui.

Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles

Renseignements : 41.45.45   

Présentation de l’essai L’INDIGÉNAT. Genèses dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie » d’Isabelle Merle et Adrian Muckle avant la conférence de ce soir.
Présentation de l’essai L’INDIGÉNAT. Genèses dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie » d’Isabelle Merle et Adrian Muckle avant la conférence de ce soir.Présentation de l’essai L’INDIGÉNAT. Genèses dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie » d’Isabelle Merle et Adrian Muckle avant la conférence de ce soir.
Présentation de l’essai L’INDIGÉNAT. Genèses dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie » d’Isabelle Merle et Adrian Muckle avant la conférence de ce soir.

Publié dans Colonisation, Essai

Partager cet article
Repost0

Des images des rencontres autour de l'édition alternative et la conférence penser l'avenir de vendredi soir

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Luc Deborde a attiré du monde !
Luc Deborde a attiré du monde !

Luc Deborde a attiré du monde !

Le débat "penser l'avenir" a tenu ses promesses avec Isabelle Merle, Hamid Mokadden et Alice Zeniter. On a beaucoup parlé d'histoire de la colonisation avec des parallèles avec l'Algérie puisque Alice Zeniter en est une spécialiste. Hamid pourtant d'origine suédoise comme il l'a dit connaissait aussi bien ce sujet. Il a aussi beaucoup été question d'assumer le passé pour mieux avancer vers l'avenir. Ces spécialistes humanistes voire engagés ont fait beaucoup de pédagogie pour essayer d'expliquer leur travail. Bref du solide très instructif. Le public a bien participé notamment Paul Fizin l'historien kanak.

Personnellement je regrette l'absence de Drusilla Modjeska mais elle a annulé son déplacement en Calédonie pour des problèmes de santé. Article fait en vitesse après avoir dépanné mon blog demain je continue. JP

Les trois intervenants de penser l'avenir
Les trois intervenants de penser l'avenirLes trois intervenants de penser l'avenir

Les trois intervenants de penser l'avenir

Paul Fizin en portrait
Paul Fizin en portraitPaul Fizin en portrait

Paul Fizin en portrait

Partager cet article
Repost0

Penser l’avenir un grand rendez-vous du Silo 2019 vendredi 04 septembre à 16h40 à l’hôtel Nouvata.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Penser l’avenir un grand rendez-vous du Silo 2019 vendredi 04 septembre à 16h40 à l’hôtel Nouvata.

Pensez l’avenir, comment la connaissance de son histoire contribue-t-elle à s’émanciper ? Avec Alice Zeniter, Hamid Mokadden, Isabelle Merle, Drusilla Modjeska.

 

Avec Hamid Mokaddem, professeur agrégé de philosophie, docteur en anthropologie sociale et ethnologie, un grand spécialiste de l’histoire du pays et ses partenaires pour ce débat, des spécialistes de la colonisation, on peut s’attendre à du haut niveau de réflexion. « C’est du lourd » comme dirait quelqu’un que j’aime bien. Du haut niveau mais pas dans le sens d'André Gorz, le philosophe qui pensait l’avenir en terme de donner un sens au présent pour le préparer autrement que dans un contexte capitaliste en critiquant le modèle opulent des trente glorieuses. Ils vont débattre sur penser l’avenir dans un pays en cours de décolonisation et certainement aborder la colonisation et de l’après décolonisation puisque c’est le sujet du Maunten de Drusilla Modjeska l’une des participantes. Ce livre sur la Papouasie Nouvelle-Guinée qui fait l’actualité en ce moment est un gros pavé édité aux éditions Au Vent des Îles a été récompensé et couvert d’éloge par la presse australienne disponible en français avec la traduction de Mireille Vignol, le Silo est l’occasion de l’acheter et de se le faire dédicacer.

Après cette promenade du SILO dans l’intérieur et aux îles cette conférence sera surement l’un des temps forts de ce 12 ème SILO sur le thème du lien. Assister à ce débat devait être enrichissant et permettra d’amortir un peu notre investissement. Ce salon bénéficie d’un budget conséquent alloué par le gouvernement avec nos sous !

Plus sur ce livre

A lire un article sur Maunten du journal du dimanche. Extrait :

La montagne magique de Drusilla Modjeska

 

 

 

 

 

 

 

 

LA VIE EN NOIR - Que sait-on de la littérature en Papouasie-Nouvelle-Guinée? Pas grand chose. Alors, il faut remercier les Editions Au Vent des Iles qui fêteront leurs trente ans l'année prochaine. Seul éditeur en Polynésie, Christian Robert n'a eu de cesse de faire découvrir cette partie du monde. Cette fois, cet inconditionnel, qui se rend compte en parlant que les textes publiés sont à 80% écrits par des femmes, nous offre une magnifique fresque. Celle de Drusilla Modjeska qui à l'ombre de Maunten, nous conte une histoire d'amour prise dans la tourmente de la grande Histoire. (Suite de l'article)

Penser l’avenir un grand rendez-vous du Silo 2019 vendredi 04 septembre à 16h40 à l’hôtel Nouvata.
Penser l’avenir un grand rendez-vous du Silo 2019 vendredi 04 septembre à 16h40 à l’hôtel Nouvata.
Penser l’avenir un grand rendez-vous du Silo 2019 vendredi 04 septembre à 16h40 à l’hôtel Nouvata.
Partager cet article
Repost0

Pour le deuxième Prix du livre d’histoire des Outre-mer, deux ouvrages calédoniens dans le dernier carré.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Pour le deuxième Prix du livre d’histoire des Outre-mer, deux ouvrages calédoniens dans le dernier carré.

Communiqué de presse - Prix du livre d’histoire des Outre-mer

 

Le lauréat a été désigné :

Un regard poétique, rigoureux et inédit sur la "créolité" et l'ensemble du monde antillais au travers de l'étude des orpailleurs d'or de Guyane. Un témoignage sur un mode de vie disparu, conté avec amour et finesse.

"Cet ouvrage c'est tout d'abord de l'ethnographie de grand cru. Mais en même temps, l'étude de Baj Strobel – rigoureuse, personnelle et poétique – jette un regard inédit et convaincant sur la " créolité " et l'ensemble du monde antillais. Par le détour de la forêt guyanaise, elle nous met en situation d'aborder l'essentiel de ces sociétés insulaires, à la fois soumises et résistantes, repliées sur elles-mêmes et ouvertes – à leur façon – au " Tout-Monde ".
C'est le témoignage d'un mode de vie disparu, relaté avec amour et finesse. On y découvre tout une société nouvelle, minuscule, étrange et en fin de compte pleine de charmes. A travers contes, chansons, musiques, et minutieuses restitutions des travaux et des jours, on comprend pourquoi ces hommes se sont mis en quête de l'or et on saisit aussi les merveilleuses implications métaphysiques de cette ultime quête.
En centrant son propos sur les orpailleurs, l'auteur tisse une trame qui s'étend à l'ensemble de la Caraïbe. Au fil des cent ans d'histoire qu'elle nous raconte, nous pouvons voir les processus de créolisation qui se sont reproduits depuis les premières ébauches de communauté sur la plantation insulaire jusqu'aux réinventions de l'identité par les migrants caribéens que l'on retrouve aujourd'hui à Toronto, Miami ou Paris. C'est un témoignage sur le processus continu de la créolisation, sur la migration et la reconstitution."
Richard Price auteur de la préface

Michèle-Baj Strobel est ethnologue et enseignante en histoire des Arts. Elle a vécu et travaillé au Sénégal, en Guyane, Martinique et au Laos. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’ethnologie et les voyages.

Les cinq livres sélectionnés sur les vingt titres en lice ont été les suivants :
Frédéric AnglevielLa France aux Antipodes - Histoire de la Nouvelle-Calédonie, Vendémiaire, coll. "Chroniques", 2018.
Jacques BinocheLa France d’Outre-mer et sa représentation parlementaire de 1789 à nos jours, L’Harmattan, 2019
 Abel Alexis LouisLe livre et ses lecteurs en Martinique de la fin du Directoire à la Monarchie de Juillet (1799-1848). Essai d’histoire sociale et matérielle, L’Harmattan, coll. "Chemins de la Mémoire" (Série ’Histoire des Antilles’), 2018.
Isabelle Merle et Adrain MuckleL’indigénat. Genèses dans l’Empire français, pratiques en Nouvelle-Calédonie, CNRS Éditions, 2019.
 Michèle-Baj Strobel, Les gens de l’Or. Mémoire des orpailleurs du Maroni, Plon, coll. "Terre humaine", 2019. 

 

Téléchargez la recension de l'ouvrage de Frédéric Angleviel <== suivre le lien

Nos deux sélectionnés

Nos deux sélectionnés

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Causerie avec Adrian MUCKLE sur l’ouvrage Violences réelles et Violences imaginées

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le chercheur dans le canapé de la libraire Cathie Manné
Le chercheur dans le canapé de la libraire Cathie Manné

Le chercheur dans le canapé de la libraire Cathie Manné

Le chercheur néo-zélandais Adrian Muckle enseigne l’histoire du Pacifique des 19e et 20e siècles. C’est le premier historien à avoir réexaminé de manière exhaustive la guerre de 1917, prenant appui sur des documents d’archives officielles, dont des dossiers administratifs, la correspondance des missionnaires de l’époque, les procès-verbaux des enquêtes judiciaires postérieures au conflit et les comptes rendus du procès des 78 « rebelles » de 1917-1918. Ça fait maintenant 20 ans qu’il travaille sur l’histoire du pays pour en faire une thèse avant plusieurs ouvrages. Il a fait une causerie mercredi soir devant un public conquis d’avance car le chercheur est maintenant très connu ici, surtout depuis le succès du livre Les sanglots du pêcheur, coécrit avec Alban Bensa, Kacué Yvon Goromoedo et lui-même, sorti en juin 2015. Il a présenté son livre en commençant par rendre un hommage appuyé à son traducteur Philippe Boisserand qui a permis de réaliser une version française plus réussi que la version en anglais. Il a rappelé que cette révolte considéré comme la dernière grande révolte kanak de l’époque coloniale à l’ombre de la première guerre mondiale a été, certes un conflit modeste à l’échelle mondiale, mais d’une importance capitale pour les kanak et la colonie de l’époque. Les 300 morts de cette révolte ne pèsent pas lourd à côté des 18,6 millions de morts en Europe mais cette révolte a laissé des cicatrices qui ne sont pas refermées aujourd’hui dans la région entre Koné et Hienghène car entre avril 1917 et mars 1918, il y a eu 300 morts sur les 4000 ou 3000 âmes de cette région à l’époque. On en parle encore surtout à cause des conséquences, une grande déstabilisation, avec des déplacements de population, des procès des déportations. L’histoire a retenu le nom du grand chef Noël car la décapitation du leader présumé des « rebelles », Noël de Tiamou, en février 1918 a marqué les esprits. Le chercheur a mis en évidence qu’il existait plusieurs causes au conflit d’où peut-être ce titre de l’ouvrage Violences réelles et Violences imaginées, car ce livre met en évidence des peurs et des antagonismes entre Colons et kanak, kanak et kanak, kanak et administration voire colons et administration. Ce qui donne un récit neutre, juste, sans jugement et très instructif. Adrian Muckle a explique qu’il a débuté ce travail dans un contexte favorable en 1998 avec la renaissance de l’intérêt pour l’histoire locale grâce au renouveau politique avec une ouverture des archives sans restriction. Prochainement arrivera en librairie un autre ouvrage passionnant dont il est le coauteur avec Isabelle Merle L'Indigénat. Genèses dans l'Empire français. Pratiques en Nouvelle Calédonie. JP

 

Voir un reportage NC1er qui a lieu en 2017 et aussi cet autre reportage en 2015

 

NB : On peut rappeler que 1 010 Kanak avaient été recrutés comme volontaires et 385 Kanak sont morts à l’étranger pendant la Grande Guerre.

Publié dans Colonisation

Partager cet article
Repost0

Les Outre mer et Haïti au Salon du livre Paris 2018 avec notre Céline du Caillou et Isabelle du fenua

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

"livreparis" avec les outremer avec Isabelle Esquevin et son ouvrage sur le street art Polynésien vers la 9ème min puis Céline Fuentes et sa présentation de Un si petit voyage et Abécédaire et petits poèmes calédoniens vers la 12ème minutes.

Je suis trés content que des auteurs du Pacifique s'immicent dans ce reportage où les Caribéens sont naturellement bien représentés. Bravo Céline notre calédonienne. JP

 

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

LA DETTE roman d’Isabelle Flamand parution de 2017

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

LA DETTE roman d’Isabelle Flamand parution de 2017

La Dette aux éditions L'Harmattan, lettres du Pacifique

« Lui, savait. Avant lui, elle n'avait rien lu, rien écouté. Rien compris. Tout pour lui se centrait sur le Vanuatu. Les mythes océaniens et la tragédie de la colonisation. La musique, évidemment. L'art, tout autant. Pêle-mêle, elle découvrait les herminettes, le peuplement du Pacifique, les dessins dans le sable, les pirogues à balancier, les nakamals (...). Alice, avec lui, ne savait rien. Tout ce qu'il disait, elle l'ignorait. Lui, était à la fois l'origine du monde et son avenir. Elle, était le produit de la mondialisation, de la colonisation consentie. Presque de la collaboration. Elle se sentait redevable. Elle se sentait endettée... »

Biographie :

Née en 1972 en région parisienne, Isabelle Flamand est diplômée de l'Université Paris IV la Sorbonne en histoire. Enseignante en histoire-géographie depuis 1996, elle est actuellement en poste en Charente-Maritime, après avoir exercée en Nouvelle-Calédonie et en Seine-et-Marne.

L'écriture est une évidence depuis longtemps. De cahiers en journaux, elle arrive progressivement au roman. Le premier est publié en 2011. Depuis, elle consacre un temps quotidien à ses histoires, ces moments de vie et ses personnages... (Source site d’Isabelle Flamand)

Isabelle Flamand a dédicacé son roman "La Dette" lors du Salon du livre de Rochefort sur le stand de la Librairie Pierre Loti

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 > >>