Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

35 résultats pour “Thierry

Exposition les femmes, musique classique et causerie avec Nicolas Kurtovitch au château Hagen

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

l'orchestre au début du concert
l'orchestre au début du concertl'orchestre au début du concert

l'orchestre au début du concert

Cette photo plus tard dans la soirée est de Valérie Chardonnet empruntée sur le FB du directeur Cris Bouton

Cette photo plus tard dans la soirée est de Valérie Chardonnet empruntée sur le FB du directeur Cris Bouton

Les femmes qui ont fait vivre le château entre 1858 et 1998... Photographies, vidéo, objets de la vie quotidienne... tout un univers qui rend hommage à la Femme dans l'Histoire... à visiter dans les salles de la demeure prestigieuse, des activités en pleine, une causerie avec un célèbre auteur et un concert au programme dans les jardins du château. Le temps était assez maussade mais le public a néanmoins répondu présent par vagues successives jusqu’au concert l’événement phare de cette journée. Beethoven, John Willians, Edvard Grieg, Tchaïkovski et Mozart au programme de quoi satisfaire les mélomanes les plus exigeants joué par l’orchestre dirigé par la cheffe Claire Ghesquière.

Pour l’envoyé spécial de ce blog littéraire JP, c’est la causerie de Nicolas Kurtovitch qui a été le temps fort de cette journée. Est-ce la magie du lieu ou le souffle des ancêtres de l’auteur qui a été déterminant pour nous offrir ce bon moment de partage, pour découvrir en profondeur un écrivain majeur de notre pays ? La réponse est peut-être les deux, mais c’est ce type de manifestation qui peut souligner la spécificité de notre écriture calédonienne.

Le passé, la diversité culturelle de notre territoire est toujours présente dans les œuvres des écrivains du Caillou, à condition de faire l’effort de gratter un peu, de lire entre les lignes. C’est ce que Thierry Charton a fait. L’animateur de cette causerie qui avait déjà présenté les Trois femmes de Nicolas Kurtovitch a su pousser l’auteur dans ses retranchements pour mettre en relief tout ce qui était enfoui dans ses souvenirs. Le duo Nicolas Thierry a fonctionné à merveille. Thierry Charton dans le rôle de graphologue des trois nouvelles, tandis que Nicolas ponctuait cette analyse par des lectures d’extraits qui avaient tous un dénominateur commun, la demeure majestueuse que le public avait en arrière plan.

 La causerie a eu lieu dans l’ancienne carrière où Nicolas enfant faisait des feux pour ses soirées rêveries. C’est un lieu maintenant aménagé comme un théâtre grec à flanc de colline. Le public était installé sur le theatron pour écouter les acteurs de cette tragédie. Les souvenirs d’enfance de Nicolas sont aussi des peines qu’il a abordées ce dimanche. Il était chez lui dans ce parc du château, il en connait tous les recoins. Son enfance est remontée à la surface avec probablement l’aide du souffle de ses ancêtres matérialisé par des rafales de feuilles mortes, un phénomène pas si courant que ça sous nos latitudes. Les petites feuilles marron tombaient en pluie régulièrement sur l’ancienne carrière pour l’encourager à parler. Une belle causerie qui doit inciter les lecteurs à lire, Trois femmes de Nicolas Kurtovitch.

 

Plus sur Trois femmes suivre ce lien

Éditeur : Au vent des îles

Des vies « sans défaite ni combat », dans tout ce que l’ordinaire peut offrir de merveilleux pour celui qui sait observer, ressentir et dire le moindre souffle, la plus infime palpitation. Nicolas Kurtovitch compose ici l’un de ses recueils les plus personnels où souvenirs, contes et réflexions poétiques s’entremêlent. Tisserand, il noue un à un les fils des mémoires et des instants vécus ou imaginaires pour nous dire l’importance d’être au monde en pleine conscience, de transmettre, de célébrer le pouvoir de la littérature et de l’humanité

Exposition les femmes, musique classique et causerie avec Nicolas Kurtovitch au château Hagen
Exposition les femmes, musique classique et causerie avec Nicolas Kurtovitch au château Hagen
Exposition les femmes, musique classique et causerie avec Nicolas Kurtovitch au château Hagen
Exposition les femmes, musique classique et causerie avec Nicolas Kurtovitch au château Hagen
Exposition les femmes, musique classique et causerie avec Nicolas Kurtovitch au château Hagen
Exposition les femmes, musique classique et causerie avec Nicolas Kurtovitch au château Hagen
Exposition les femmes, musique classique et causerie avec Nicolas Kurtovitch au château Hagen
Exposition les femmes, musique classique et causerie avec Nicolas Kurtovitch au château Hagen
Exposition les femmes, musique classique et causerie avec Nicolas Kurtovitch au château Hagen
Exposition les femmes, musique classique et causerie avec Nicolas Kurtovitch au château Hagen
Exposition les femmes, musique classique et causerie avec Nicolas Kurtovitch au château Hagen
Partager cet article
Repost0

Causerie autour du dernier livre de Nicolas Kurtovitch à la librairie Calédo Livres

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Causerie autour du dernier livre de Nicolas Kurtovitch à la librairie Calédo Livres
Causerie autour du dernier livre de Nicolas Kurtovitch à la librairie Calédo Livres Causerie autour du dernier livre de Nicolas Kurtovitch à la librairie Calédo Livres

Ce moment privilégié pour échanger avec Nicolas Kurtovitch autour de son parcours et ses sources d'inspiration pour ce recueil de nouvelles ont attiré du monde, d’autant que cette rencontre était animée par Thierry Charton l’auteur en vue du moment. Il a fait une belle présentation de l’ouvrage, un véritable éloge. Le professeur de philosophie avait préparé avec soin son intervention. Un chroniqueur de littérature est né hier soir !

De cette présentation très fouillée, il serait difficile de faire un résumé mais d’emblée une citation de Marguerite Yourcenar nouvelliste, poétesse qui se reconnaissait dans l’humanisme situait bien le niveau auquel Thierry a placé le garçon du château Hagen. Les trois nouvelles de Nicolas auraient pu être écrites d’une fenêtre du château même la vie de Nicolas n’en a pas été une. Ce recueil est un retour sur une écriture pays, le citoyen du monde a délibérément avec ses souvenirs et ses personnages de femmes de diverses ethnies orienté son ouvrage sur le vive ensemble, une préoccupation constante pour les Calédoniens de la génération de l’auteur. Sa jeunesse, ses plus belles années, a été marquée par les événements douloureux des années 80 et nous sommes toujours en 2020 à se poser des questions sur notre avenir. Ce n’est pas un hasard si Thierry Charton a aussi comparé Nicolas avec Albert Camus et évoqué son ouvrage l’Etranger car dans les nouvelles de Nicolas on sent bien qu’il cherche un chemin vers la réconciliation, son amour pour le pays est immense. C’est le cas pour la plupart des auteurs du pays qui ne sont pas souvent invités par les médias pour le dire. Les interventions du public avec les intellectuels présents ont enrichi le débat. Les historiens étaient présents, Hamid Mokadden a apporté son éclairage sur Albert Camus. Cette causerie a été une réussite, il faut maintenant se procurer l’ouvrage qui complète bien celui de Claudine Jacques Calédonia Blues pour parfaire sa connaissance du Caillou. JP

Présentation de l’éditeur Au vent des îles

Des vies « sans défaite ni combat », dans tout ce que l’ordinaire peut offrir de merveilleux pour celui qui sait observer, ressentir et dire le moindre souffle, la plus infime palpitation. Nicolas Kurtovitch compose ici l’un de ses recueils les plus personnels où souvenirs, contes et réflexions poétiques s’entremêlent. Tisserand, il noue un à un les fils des mémoires et des instants vécus ou imaginaires pour nous dire l’importance d’être au monde en pleine conscience, de transmettre, de célébrer le pouvoir de la littérature et de l’humanité.

Cet ouvrage a bénéficié du soutien de la Province Sud.

Lire un extrait

TROIS FEMMES, Nicolas KURTOVITCH, étude de Nicole CHARDON-ISCH suivre les liens ci-dessus

Causerie autour du dernier livre de Nicolas Kurtovitch à la librairie Calédo Livres
Causerie autour du dernier livre de Nicolas Kurtovitch à la librairie Calédo Livres Causerie autour du dernier livre de Nicolas Kurtovitch à la librairie Calédo Livres
Causerie autour du dernier livre de Nicolas Kurtovitch à la librairie Calédo Livres
Causerie autour du dernier livre de Nicolas Kurtovitch à la librairie Calédo Livres Causerie autour du dernier livre de Nicolas Kurtovitch à la librairie Calédo Livres
Causerie autour du dernier livre de Nicolas Kurtovitch à la librairie Calédo Livres Causerie autour du dernier livre de Nicolas Kurtovitch à la librairie Calédo Livres

Publié dans Nouvelles

Partager cet article
Repost0

Conférence sur l'appel du 18 Juin à l'auditorium de Blaise Pascal à 18h00 : Intervenant, Ismet Kurtovitch

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Conférence sur l'appel du 18 Juin à l'auditorium de Blaise Pascal à 18h00 : Intervenant, Ismet Kurtovitch

Conférence d’Ismet Kurtovitch, Historien, suivie d’échanges et discussions

Résumé de l’exposé : L’année de Gaulle est le bon moment pour dire ce que fut la Nouvelle-Calédonie pour le général de Gaulle plutôt que l’inverse. On sera surpris de constater qu’un lien politique particulier nous relie au Général mais également son attachement personnel et même littéraire à notre Archipel et à quelques-uns de ses enfants.

Du Ralliement à France-libre en septembre 1940, par un coup d’état réussi, au referendum constitutionnel de 1958 en passant par l’affaire Thierry d’Argenlieu et la question de l’Usine du Sud, sans oublier « ses » deux Calédoniennes à Londres, la Nouvelle-Calédonie a été pour le Général une alliée opportune et décisive et une source d’inspiration.

Où l’on découvre aux antipodes de l’Europe qu’un petit pays, faiblement peuplé, ait pu autant représenter pour un homme dont l’histoire personnelle et l’envergure de ses fonctions auraient pu en détourner le regard.

Entrée libre et gratuite

Contact : universitepopulairenoumea@gmail.com

Publié dans conférences

Partager cet article
Repost0

Causerie Thierry Charton ce mercredi 25 novembre à Calédo livres

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Causerie Thierry Charton ce mercredi 25 novembre à Calédo livres
Causerie Thierry Charton ce mercredi 25 novembre à Calédo livres

Résumer les propos de Thierry Charton, ce n’est pas aisé. L’auteur, philosophe, entier, débordant d’énergie, franc du collier pour utiliser une expression populaire, est parfois déroutant. C’est le roi des phrases longues comme dans sa présentation de Fin du malentendu ; il a tellement de choses à dire, de désir de communiquer sans filtre et sans tabou.

À chacune de ses interventions son fan club grossit. Il a encore réussi à captiver le public, il a parlé avec passion de son écriture, de la musique de ses textes, il aime les sons qu’il arrive à faire passer avec des mots. Il faut que ça claque, il est percutant comme on entre dans une mêlée de rugby, son sport préféré. Il a bien voulu me faire cadeau de sa propre recension, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Ci-dessous, vous trouverez la première partie. L’intégralité est téléchargeable en suivant le lien en fin de l’extrait. JP

Le texte de Thierry Charton à propos de son ouvrage :

Ecrire, se jeter dans une petite lumière comme dans un grand brasier, quand les mots ont encore des préférences, des audaces pulsionnelles, du rentre dedans, dedans soi-même, mais pour s’expulser de cette construction familiale, sociale, philosophique, professionnelle, dès le départ, bien comprendre sa nature artificielle, moi, je, ces falsifications de la machine intérieure dans laquelle nous croyons être un, tangible, reconnaissable, d’une seule pièce manufacturée, cette magnifique foutaise qui nous tient en lieu et place d’une illusion, d’une raison d’être sans être, d’une prison dont les quatre murs prennent aussi l’apparence d’une nature idéalisée, projection d’un moi idéalisé, ces beautés conventionnelles, ces montagnes plates, ces altitudes de serpent, cet air vicié, ces mots remâchés, digérés, desséchés dans la langue des poètes infirmes, quand les autres, eux aussi, ne sont que des faire-valoir pour une recherche effrénée de respectabilité, de reconnaissance héroïque, quand la machine égotique se fortifie au contact des autres machines égotiques, brosse à reliure, courbettes, salons, vernissages, causeries, quand l’infatuation prend le contrôle, quand sa puissance œuvre dans le feutré des avis sans intelligence, sans pertinence, sans acide, langue de bois, langue de vipère, brosse à reluire, ce grand bal des faux-culs artistes, quand le pire est à venir, outre ces flagorneries, complaisances, médisances, méchancetés, quand c’est l’art qui en pâtit lui-même, se trouve mal, dégueule dans un coin de roman, de tableau, de partition musicale, quand cet artiste des bacs à sable tue l’art par manque d’intelligence, de travail, de sensibilité, cet imbécile qui aurait dû se tuer, implacablement, méthodiquement, définitivement, devenir ce grain de sable au cœur de sa machinerie douloureuse, familiale, sexuelle, pour enfin réussir, peut-être, à se sortir de son malentendu natal, de son propre désastre, faire face enfin à tout ce qui le dépasse, à toute son horreur, à toute sa nuit, à tous ses mensonges, à toutes ces beautés interdites, en définitive, à tout ce qui l’empêche d’accéder à sa sensibilité sauvage et à la source de ses affections primordiales.

Fin du malentendu est la narration d’une libération maladroite, chaotique jusqu’à la décision finale du grand voyage vers la Nouvelle-Calédonie, récit-récif contre lequel le fond romanesque s’écrase, où la violence - sport, alcool, suicide, sexe, sadisme, illuminations en tous genres – indique les degrés d’une confrontation totale avec mon ombre, ma tristesse, ma grande joie, mes excès, si loin des prismes de la censure morale, de la bienséance, de la demi-mesure, ces langages de la machinerie punitive qui transforme souvent la littérature en machines répressives, tous ces romans, nouvelles, poèmes, ces expressions pauvres venues de pulsions refoulées, de mots proscrits, de phrases mutiques, où la Nature est réduite à un pauvre agencement syntaxique qui se donne l’air, sans queue ni tête, mots creux, sans objet, sans horizon, sans expérience décisive, sans corps, sans bile, anémiés à force d’avoir été saigné comme on saignait autrefois les corps malades, qu’on ligotait les âmes folles, qu’on torturait les femmes sorcières, les poètes fous, les écrivains visionnaires, tous ces êtres hors-norme, à l’opposé de ces écrivains, écrivaines, petits chiens, petites chiennes, ces censeurs tristes, oiseaux sans hauteur, mer trop étale, corps au piquet… Lire la suite en suivant ce lien

Thierry, Nicolas et Aline
Thierry, Nicolas et Aline

Thierry, Nicolas et Aline

Publié dans Roman, Evénement culturel

Partager cet article
Repost0

Santé, mensonges et (toujours) propagande de Jeremy Anso (Auteur), Thierry Souccar (Préface), Isabelle Robard (Préface)

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Santé, mensonges et (toujours) propagande de Jeremy Anso (Auteur), Thierry Souccar (Préface), Isabelle Robard (Préface)

Ce genre de livre vient souvent d’ailleurs. Celui-ci est Calédonien. Son auteur, docteur ès sciences à l’université de la Nouvelle-Calédonie depuis 2016, également diplômé d’un master en comportement animal et humain de l’université de Rennes 1 dédicacera à Nouméa. Cet ouvrage est en vente à la FNAC et dans les bonnes librairies de la place ainsi que sur le net au prix de 19.90 Euros. Il est sorti le 29 novembre 2018.

 

Arrêtons d'avaler n'importe quoi !

Les recommandations nutritionnelles et médicales sont-elles toutes en accord avec la science ? Non, montre de manière éclatante Jérémy Anso : bon nombre d'entre elles, devenues vérités premières, peuvent même nuire à votre santé. Surtout quand elles sont dictées par les lobbies pharmaceutique et agroalimentaire.

 

Parmi les révélations de ce livre :

• Obésité : 50 ans de conseils nutritionnels erronés.

• Les produits laitiers ne protègent (toujours) pas des fractures.

• L'industrie agroalimentaire utilise les mêmes pratiques que l'industrie du tabac...

• Le dépistage du cancer de la prostate ne réduit pas la mortalité totale.

• Les nouveaux médicaments contre le cancer sont hors de prix mais n'ont pas d'efficacité prouvée.

• De nombreux diabétiques de type 2 pourraient guérir... si on leur donnait les bons conseils.

 

Plus de dix ans après Santé, mensonges et propagande de Thierry Souccar et Isabelle Robard, la nouvelle enquête de Jérémy Anso montre que même si les liens entre experts et industriels sont plus transparents, on continue de nous faire avaler n'importe quoi.

 

" La santé reste le bien le plus précieux de l'Homme que nul intérêt économique ne saurait asservir. "

Isabelle Robard

Les liens utiles :  Lire un extrait Blog de Jérémy Anso

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Hélène Bessette l’oubliée de l'histoire littéraire, une conférence de Thierry Charton, écrivain philosophe du Caillou

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Thierry en conférence avec Julien Doussinaul et une photo en lecture de la liste des personnes à remercier
Thierry en conférence avec Julien Doussinaul et une photo en lecture de la liste des personnes à remercierThierry en conférence avec Julien Doussinaul et une photo en lecture de la liste des personnes à remercier

Thierry en conférence avec Julien Doussinaul et une photo en lecture de la liste des personnes à remercier

Un choix cornélien se présentait cet après-midi aux amateurs de culture ce samedi 26 juin, l’omelette de Dumbéa ou Bessette de Nouméa. Faire le plein de produits locaux et déguster l’omelette au saucisson de « serfe » sera pour dimanche. J’ai opté pour la nourriture intellectuelle après avoir trouvé cette citation de Gustave Le Bon « La nourriture intellectuelle donnée par l’instruction est comparable à la nourriture matérielle. Ce n’est pas ce qu’on mange qui nourrit, mais seulement ce qu’on digère ». En doublant ma dose de Duphalac, ça devrait le faire. Je sais tout maintenant de cette auteure grâce à Thierry Charton qui avait préparé à sa manière la finale du top 14 entre La Rochelle et Toulouse en lisant les 14 romans de l’écrivaine dont La Grande Balade le plus calédonien de tous. (Voir ci-dessous)

Je pense que je n’aurai pas besoin de médicament pour digérer, la conférence de Thierry Charton était brillante, limpide. Une conférence éclairage sur un partie de sa vie en Calédonie complètement méconnue comme l'a souligné son biographe Julien Doussinault qui est intervenu en direct en visioconférence. Dans la salle des témoins de l’époque étaient présents. Billy Watopro a clôturé la conférence avec un petit discours. Il fallait faire cette conférence. Bravo !

J’adore une phrase de cette écrivaine disons « maudite », elle n’a pas connu la reconnaissance de son vivant. « J’ai besoin que l’on soit gentil avec moi », c’est fait mais c’est un peu tard. Le monde littéraire, le microcosme est souvent injuste. C’est triste. C’est vrai en Nouvelle-Calédonie, maintenant, à l’époque de Jean Mariotti et de celui d’Hélène Bessette. JP

NB : Causerie le 30 juin chez Calédo Livres autour de l’ouvrage « La grande balade » de Hélène Bessette avec Thierry Charton, Nicolas Kurtovitch et Jacques Eschenbrenner.

La grande balade

« Toi qui peux tout. Baisse les rideaux. Les paupières de ceux qui pourraient voir.» 

 

Roman français d’Hélène Bessette - Couverture de Dominique Bordes

Le livre

La vie crève. La réalité explose. Et Hélène Bessette vous invite au voyage. « Embarquement pour l’Etrange » ! Forcez le destin, ouvrez l’horizon, La Grande Balade est un manifeste en faveur de l’inconnu, synonyme de grande vie, de grands fonds, et d’une recherche intérieure aussi sereine que le décor en est grandiose et pur.

Ce poème universel de la nature axé sur une traversée des océans dense en couleurs emporte le lecteur comme un livre d’images, un roman d’aventures, un catalogue de destinations exotiques. Dépaysement total au pays du verbe.

L’auteure Hélène Bessette

Hélène Bessette (1918-2000) a publié 13 romans chez Gallimard entre 1953 et 1973, gagné le prix Cazes en 1954, été à deux reprises en lice pour le prix Goncourt et le prix Médicis. Acclamée par plusieurs auteurs et critiques renommés, cette écrivaine majeure reste encore aujourd’hui étrangement peu connue. Ses romans avant-gardistes mettent à mal les codes narratifs traditionnels. En plus de son œuvre romanesque, elle a tenu une série de journaux et d’œuvres autobiographiques dans lesquelles elle analysa ses influences littéraires, de Chandler à la poésie aborigène, et la souffrance causée par l’absence de reconnaissance qui la mena au bord de la folie.

Cet oubli injustifié fut comblé par l’éditrice et écrivaine Laure Limongi, qui a publié sept romans d’Hélène Bessette aux Éditions Léo Scheer : Le Bonheur de la nuit (2006), MaternA (2007), Suite suisse (2008), Ida ou le Délire (2009), La Tour (2010), Si (2011), N’avez-vous pas froid (2011), tandis que Julien Doussinault lui a consacré une biographie, la première, en 2008. (Source le nouvel Attila éditeur)

En amont de ce cette conférence dès l’été 2018, lors d’un colloque d’une semaine consacré à l’écrivaine au Centre international de Cerisy-la-Salle, sous la direction de Claudine Hunault, Cédric Jullion et Julien Doussinault (biographe d’Hélène Bessette), Anne Bihan, avait œuvré à un premier défrichage et éclairage à propos du séjour calédonien d’Hélène Bessette, et de son rôle majeur dans sa trajectoire littéraire. Fondée, nous précise-t-elle, sur un travail ayant mobilisé tout particulièrement Ismet Kurtovitch et Christophe Dervieux du Service des archives de Nouvelle-Calédonie, ainsi que de nombreux témoins dont Madame Evelyne Lèques, fille du pasteur Lacheret ayant connu Hélène Bessette, son intervention intitulée « Hélène Bessette – D’un autre hémisphère » paraîtra très prochainement dans les actes de ce colloque au Nouvel Attila. Anne poursuit ses recherches et interventions relatives à Hélène Bessette, son œuvre et la Nouvelle-Calédonie. Une rencontre est notamment prévue le 22 septembre au Théâtre – Scène nationale de Saint-Nazaire, à l’invitation de l’association L’Ecrit parle. Elle a également évoqué l’œuvre à l’Institut français de Stockholm, et lors de diverses lectures.

Hélène Bessette l’oubliée de l'histoire littéraire, une conférence de Thierry Charton, écrivain philosophe du CaillouHélène Bessette l’oubliée de l'histoire littéraire, une conférence de Thierry Charton, écrivain philosophe du Caillou
Hélène Bessette l’oubliée de l'histoire littéraire, une conférence de Thierry Charton, écrivain philosophe du CaillouHélène Bessette l’oubliée de l'histoire littéraire, une conférence de Thierry Charton, écrivain philosophe du Caillou
Hélène Bessette l’oubliée de l'histoire littéraire, une conférence de Thierry Charton, écrivain philosophe du CaillouHélène Bessette l’oubliée de l'histoire littéraire, une conférence de Thierry Charton, écrivain philosophe du Caillou

Publié dans conférences

Partager cet article
Repost0

Les bibliothèques sont toujours en fête pour le bonheur des petits et des grands.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les bibliothèques sont toujours en fête pour le bonheur des petits et des grands.
Les bibliothèques sont toujours en fête pour le bonheur des petits et des grands.Les bibliothèques sont toujours en fête pour le bonheur des petits et des grands.
Les médiathèques de Rivière-Salée et de Kaméré célébraient la Fête des bibliothèques samedi ainsi que la bibliothèque Bernheim à Nouméa. Aujourd’hui mercredi 26 avril la fête a continué en brousse avec la médiathèque du Nord à Koné avec des ateliers, une projection pour les enfants, une vente de livres déclassés, un marché de produits locaux, un vide-grenier et, une soirée Karaoké.
Cet après-midi Sylvain Lorgnier, conteur infatigable de la compagnie des Argonautes du Pacifique, a évoqué des contes issus de tradition et mythe du monde entier à la médiathèque de la rivière salée dans le prolongement de cette fête des bibliothèques. (Voir les photos avec cet article).

Mais ce n’est pas terminé. Vendredi, c’est Moindou qui organise sa fête des bibliothèques à la médiathèque François Burck avec des livres dédiés aux plantes et aussi au programme, Viviguili, l’histoire de Galagaoui par la compagnie histoire de marionnette avec Christine Rigault etc. Plus de renseignements biblio-moindou@canl.nc

Le soutien des collectivités locales pour que vivent ces bibliothèques et médiathèques est indispensable pour que perdure une diffusion gratuite de la culture. C’est le b.a.-ba après l’enseignement. Á l’heure où tous les acteurs de la culture réclament des aides, il faut bien cibler les destinataires. Comme disait l'ancien argentier du gouvernement, Thierry Cornaille (Quand y'a pas, y'a pas !) Mais quand y a un peu, il faut définir des priorités. JP

Les bibliothèques sont toujours en fête pour le bonheur des petits et des grands.
Les bibliothèques sont toujours en fête pour le bonheur des petits et des grands.

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

Le dernier film d'Alan Nogues à voir très prochainement !

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

En avant première au Centre Tjibaou mercredi 27 avril à 18h30 sur entrée libre et gratuite
 Sur Nc1ère le mardi 10 mai dans l'émission "Itinéraires"

Visions fulgurantes d'un écosystème digne d'une autre planète, Terre de Métal est l'histoire d'une fascination. Celle de l'homme envers les puissances détenues par l'un des sous-sols les plus riches que la Terre n'ait jamais portée. Exploration de la relation mystérieuse entre l'homme et son environnement, à la frontière des genres et des idées, du botaniste Benjamin Balansa à la fièvre du Nickel Rush, de Fritz Sarasin à Jean Mariotti, en passant d'un contexte d'hier jusqu'à nos jours, plongez dans l'histoire d'une Nouvelle-Calédonie vue à travers le prisme déformant de ses métaux lourds.

Prod : Emotion Capturée / France Télévisions / ADCK / IRD

 Réalisateur : Alan Nogues - Musique : Loik Brédolese - Durée : 52min

Avec Farlan Moss David Djemaoun Vincent Kerrigui Louis Georges Viale Thierry Salesne et les voix de Didier Bernard et Laurent Rossini

 Musique originale: Loik Brédolèse de Greow records

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

Mots pour Maux : remerciements aux auteurs calédoniens

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La photos des sourires pour oublier nos malheurs

La photos des sourires pour oublier nos malheurs

L’opération solidarité des écrivains calédoniens, la mise en ligne de textes en soutien à la population confinée ou malade, a été un franc succès. Cette action va probablement continuer tant que nous recevrons des textes. La Nouvelle-Calédonie va progressivement revivre mais ailleurs la pandémie fait encore des ravages. Nous sommes des citoyens du monde et la toile n’a pas de frontières alors vos poèmes, nouvelles, extraits d’ouvrage sont encore les biens venus pour réchauffer les cœurs.

Un grand merci aux 33 participants qui ont envoyé parfois plusieurs textes et à mon partenaire Nicolas Kurtovitch. Merci aux Nouvelles Calédoniennes qui m’a envoyé un journaliste pour me prendre en photo au début du confinement pour relayer cette action, l’article n’est toujours pas paru mais c’est l’intention qui compte. Merci à tous les auteur(e)s du pays. La lutte continue ! JP

Marc Bouan, Joël Paul, Odile Dufant, Claudia Rizet-Blancher, Alain Brianchon, Alain Lincker, Imasango, Sylvie Baille, Nicolas kurtovitch, Georges Macar, Benoit Seaudeau, Patrice Guirao, Céline Fuentes, Luc Enoka Camoui, Daniel Miroux, Sylvie Coquillard, Léopold Hnacipian, Michèle, Jean Vanmai, Bernard Billot, Catherine C. Laurent, Hamid Mokadden, Christine Bourrelly, Paul Fizin, Anne-Marie Jorge Pralong-Valour, Sandrine Teyssonneyre, Patricia Artigue, Huguette Montagne, Frédéric Ohlen, Bernard Suprin, Evelyne André-Guidici, Dewé Gorodé, Thierry Chartron.

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Sillages 2021 la publication annuelle de l'AENC est disponible

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Un carton (photo AENC)

Un carton (photo AENC)

Sillages 2021 la publication annuelle de l'AENC est disponible
Sillages 2021 la publication annuelle de l'AENC est disponible

SILLAGES D’OCEANIE 2021  -  TRESSONS LE MONDE

NOUVELLES et CONTES

ALI Julien                                 La couronne
BAILLE Sylvie                           Le bus
BILLOT Bernard                        La tenture malienne
BOUHADJADJ  Samir                 Les rivières enlacent les fleuves et ensemble ils épousent les océans.
BOURRELLY Christine                Le pacte du caméléon
BRIAL André                             Wakli et ses 3 duels
BRIANCHON Alain                     Cocon qui se défile
COOPER Bob                             Diatribe « tressante »
GENIN Patrick                           L’indécis thaumaturge ou le consensus
ISCH Nicole                              L’Herbe au bord du chemin
JACQUES Claudine                     L’oubli
ROSADA Alexandre                    L’histoire d’Ulum, tresseur de vie

POESIES
CAMOUI Enoka Luc                                          Poème d’espérance
KURTOVITCH Nicolas                                       Tresser l’instant
MOKADDEM Hamid                                          Quatorzaine
OHLEN  Frédéric                                              Entrelacs
PRALONG-VALOUR Anne-Marie Jorge                 Poème  et Bateau Rouge
TOURAILLE MANUEL et SIOREMU Lyncey           Skyline
WAYEWOL Waixen                                           Sur les traces des aînés

ESSAIS
ANGLEVIEL  Frédéric                 Qui es-tu ? Réflexions sur le tressage communautaire
BEAUDEAU Michèle                   La natte de l’équilibre
BOUAN Marc                            Tresser le monde des arts, du travail et de la vie en général
CHARTON Thierry                     Se tresser dans l’exil
Coquillard Sylvie                       Fils croisés
FIZIN Paul                                Nouville nous tisse
LAURENT Catherine C                Un jardin au pied de l’Atlas
Paul Joël                                   Un auguste sur les bancs du congrès
ROSSERO Roland                       Tisser ou en découdre
SAUDEAU Benoit                       L’ennui naquit un jour
VANMAI Jean                            Ne pas défaire le monde

Publié dans Nouvelles

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>