Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

culture kanak

Académie des Langues Kanak, une nouvelle parution de Louis-José Barbançon traduit dans les trois langues des Loyauté

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo subtilisée sur une publication FB de mon copain Paul Fizin (masqué)

Photo subtilisée sur une publication FB de mon copain Paul Fizin (masqué)

Nos ailes ont des racines

Bozu së itre sinee ne la pepa ka bulu i ALK.

Hanawange la sine i tusi ka troa mama e cikön.

En Drehu :

La itre iape së ka hetre iwaan" hna cinyihane hnei Louis-José Barbançon nge hna ujëne ngöne la koni qenelapa ne loialetri.

En français :

Bonjour les amis de la page bleue de ALK. Voici le livre qui paraîtra bientôt. Nos ailes ont des racines de Louis-José Barbançon traduit dans les trois langues des Loyauté.

L’Académie des Langues Kanak développe depuis 2009, une politique éditoriale variée : propositions d'écriture des langues kanak, dictionnaires, lexiques thématiques, recueils de textes, etc.

Pour avoir un aperçu des principales parutions actuellement en vente, suivre ce lien

Pour les commander, veuillez faire une demande de proforma à l’adresse suivante : alk@alk.nc.

Pour les amateurs en suivant ce lien vous retrouverez un article de ecrivainducaillou de 2014 sur les langues vernaculaires

Publié dans Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

Le numéro 68 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article avec un vidéo surprise

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le numéro 68 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article avec un vidéo surprise

èTéléchargez le dernier numéro de Nuelasin

Le plus de la rédaction : Bonne lecture à vous. Wws

Bozu et bon confinement à tous.

En lecture en plus de votre petit journal, je vous livre le texte (drehu/français), l’origine du proverbe de chez nous : « axö ojei Qahemë.) Je me suis offert le travail d’un petit frère de Jokin du grand Wetr, Jokin. Oleti à lui.

Comme nouvelle de la vallée, il fait toujours froid les matins-réveils. Le soleil est toujours avare pour ses rayons. Au collège, comme en ce moment, permanence pour le téléphone et le courrier. Aucune présence, pas même un chat, disons-nous. Nous avons déjà envoyé le premier devoir mercredi. On travaille pour le deuxième dossier, l’envoi est fixé pour lundi. Beaucoup d’appels des parents qui se soucient pour les devoirs de leurs enfants. Le plus difficile pour nous, à l’heure de maintenant, sont les ilots du nord, Iedjeban, Tanlo, Belep… où Mme Claudia, notre prof référente est obligée de tenir compte du mouvement des marées vers Boat-pass. Sinon, la vie est toujours belle et n’a d’équivalence qu’elle-même. 

Bonne lecture et bon confinement à tous. Wws

Axö ojei Qahemë & Élevage de murène de Qahemë

 Pengö i qatre föe me api i eahlo e Ngöni Muj

=>Ame la pengö i nyidro, tre, hnei nyidro lue tremapin hna lapa caas easenyine la hnagejë e cili e Ngöni. Nge ame la ejen lai api i qatreföe, tre, Qahemë. E nöjei drai tro nyën a lapaa tro troa elo agö e kuhu hnangöni ; tro nyën a lapaa nango jele hupupuny. Ame hnei nyën hna pune traqa fë kowe la qaaqa i nyën matre troa pune nango dreuth.

E ketre drai hnei nyën hna tro hmaca troa jele hnangöni. Ame hnei nyën hna öhn la drai cili, la caa hupupuny nge caa neköi oj. Ame hnei nyën hna madrin atraqatr kowe la lue ewekë cili. Ngo co hi la hnei nyën hna madrin kowe la hupupuny ke ka calogitr la ngöne i nyën, ngo atraqatre catr la hnei nyën hna madrin kowe la oj ke ka qea nge ka menyike catr la ngönetrei nyën, nge lolo catr la qëmekei nyën.

Ame hnei Qahemë hna traqa fë lai lue ewekë cili e koho thei qaaqa i nyën. Ame hnei qatreföe hna qaja koi Qahemë ka hape :

- « Aping, tha tro kö hmunë a axöj lai oj ke atreine ej troa humuthi hmunë epin. Ngo loi pe troa nyi si hmunë lai hupupuny ke tro nyëne lai a nyi sewen. Nge pëkö ketre ewekë tro nyën a kuca koi hmunë ngo tro pe hmunë a öni nyën ».

Öni nekönatr koi qatreföe : « Ohea , xeleni lai ngazo qëmek nge ka calogitr la ngön, nge xele ni lai ka hopatr. Ngo loi pe la singe oj, ka lolo la ngön, nge ka menyik nge lolo qëmek nge ka lolo la ngönetrei i nyën ».

Hawe, öhnëhë qatreföe laka catrehë la mekunai nyën me ajai nyën laka pitro palua a si nyën la neköi oj.

Öni qatreföe : « Ka loi, maine ajai hmunë tre, thaa trofekö ni a hane qaja ».

Ame hnei Qahemë hna axöj lai oj nge hna hamëne pe la hupupuny koi qatreföe a troa dreuth. Haawe nekönatre pe a axöj lai oj.

Thupen la itre treu me macatre, ame hna kökötrepi lo oj a co hi la itre xaa sinöe atraqatr. 

Nge hetre caa atr hoean lai un. Nge thatreine hmaca kö Qahemë troa thele an me önine lai un, ke thaa kacokö ngo atraqatrei hmauli. Ame hnene lai un si Qahemë hna ulumi Qahemë nge nyën a tro pi. Nge e ketre drai hmaca, ame hnei un hna traqa hmaca me ulumi qatre föe penaha, lo qaaqa i Qahemë. Matre meci asë hë lue tremapin hnene lolai axö öni i Qahemë, ene la axö neköi oj.

Ekölöhini qatre föe, a kola hane xeni pun la thaa idrei me catreqë i api hmunë. 

Traduction en langue française !

Une Grand-mère et son petit-fils à Ngöni => une Grand-mère et son petit-fils, nommé « Qahemë » vivaient près de la plage de Ngöni. Tous les jours, l’enfant descendait jouer à la plage. Il s’amusait à chercher des crabes-tortues dans le sable. Il les rapportait ensuite à sa Grand-mère qui les faisait griller pour les manger.

Un jour, Qahemë repartit jouer sur le sable. Ce jour-là, il ne trouva qu’un crabe-tortue ainsi qu’une petite murène, du moins le croyait-il. Il pensa à les garder et à les domestiquer pour en faire ses amis. Mais de ces deux trouvailles, l’enfant appréciait moins le crabe-tortue à la carapace rugueuse et dure. Il préférait de loin la créature au corps allongé et à la peau douce qu’il trouvait adorable.

Qahemë montra les deux bêtes à sa Grand-mère. Celle-ci lui dit : « Mon petit, ne garde pas la murène car elle est dangereuse et elle te tuera plus tard ; par contre, tu peux élever le crabe-tortue car il deviendra une tortue que tu mangeras (sic).

Qahemë répondit : « Non, je ne garderai pas cette affreuse bête, je préfère garder la petite murène à la peau si douce ».

La Grand-mère, voyant que Qahemë s’entêtait dans son idée, lui dit : « Comme tu voudras ». Elle fit griller le crabe-tortue pendant que Qahemë commençait à s’occuper de la petite murène.

Des mois et des années passèrent. La petite murène en grandissant s’était transformée en serpent et avait atteint une taille gigantesque. Son corps était comme un tronc d’arbre et mesurait plusieurs mètres. Qahemë commençait à éprouver des difficultés pour nourrir le monstrueux serpent. Tant et si bien qu’un beau jour, le serpent l’engloutit et s’échappa. Plus tard, il revint et engloutit à son tour la vielle femme. Ainsi périrent Qahemë et sa Grand-mère à cause de l’élevage de l’enfant. Ce dernier récoltait ainsi le fruit de sa désobéissance à la Grand-mère qui par contrecoup a aussi été tuée.

Voilà, c’est la fin de cette belle légende !

En hommage au rédacteur en chef de ce journal qui a réussir à sortir ce numéro malgré le confinement, vous trouverez ci-dessous l’interview qu’il a accordé à Alexandre Rosada. Il ne faut pas oublié que Léopold Hanicipan est un auteur kanak reconnu du pays. JP

Publié dans Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

Le numéro 67 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le numéro 67 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

èTéléchargez le dernier numéro de Nuelasin

Le plus de la rédaction : Bonne lecture à vous. Wws

Bozu. 

Cela me fait très drôle de vous envoyer Nuelasin à cette heure. Vendredi dernier, je l’ai fait à 1H. A 6h, je prenais le Bético pour Drehu.

Une petite réflexion comme ça pour survoler et partager avec vous l’éducation kanak des enfants dans l’ancien temps aux îles Loyauté. Tout ça n’est pas approfondi. Je publie pour enclencher des réflexions comme des scintillements d’étoiles épars dans le firmament. Ensemble, nous finirons bien par amener les réflexions au grand jour et nous finirons par briller comme des soleils. N’est-ce pas ?

Bonne lecture à vous de la vallée où il fait toujours froid même les matins ensoleillés. 

Wws 

L’éducation 

Les enfants kanak grandissent dans une culture où ils sont aussi le centre des relations. Le nom se réfère toujours à un lieu-dit, un tertre. Il définit ainsi l’être par rapport à son entourage.  Le terme d’individu n’a de sens que dans le rapport à un groupe. Par le nom, l’enfant occupe déjà une fonction dans la société. Il occupe d’abord la fonction d’enfant parce qu’il est jeune. Il est plutôt vu comme « un vide à remplir »[1], il doit respect aux grandes personnes qui lui doivent une éducation. C’est à la lignée maternelle à qui revient cette tâche. L’enfant kanak se destine ensuite, dès sa naissance à occuper un rôle dans la société. Il reçoit ainsi une éducation pour le rôle auquel il est appelé à exercer dans sa vie future.

La terre dans la société kanak occupe un rôle important. Elle est sacrée. L’être humain se définit par rapport à elle. « L’homme n’est jamais individu ; il est le noyau d’un ensemble. Il est le centre de relations et il a un rôle à jouer dans un centre de relations données. » [2]Ce sont des contraintes, des obligations, qui font qu’il y a continuité. La séparation, la coupure ne sont pas des concepts de la culture kanak. « On thésaurise les relations. Cela veut dire qu’il faut tisser des relations, qu’il faut investir dans la construction et l’harmonie du système. (…) On donne de la sagesse, du bien, de l’accueil en permanence. On ne peut jamais être millionnaire ; mais les vieux disent qu’en donnant, on met en quelque sorte à la caisse d’épargne… »[3]

 L’éducation dans l’ancien temps

a) L’éducation des filles 

La fille passe la plupart de son temps auprès de ses parents. Au sein de la famille, la mère reste le personnage le plus proche de l’enfant. Elle s’occupe de l’éduquer au travail de femme : aider la mère à s’occuper des enfants en bas âge par exemple ou encore faire cuire la nourriture apportée par le père. Il existe dans les tertres, une case réservée uniquement pour les femmes ; les hommes n’y ont pas accès. La femme la plus âgée du groupe enseigne la jeunesse. Elle complète l’éducation de la maison. Le mariage et les questions de la vie d’adulte y sont professés. C’est un endroit où la jeune fille apprend le rôle qu’elle doit jouer dans le groupe le reste de sa vie. Une volonté d’arracher la jeune fille de l’adolescence et de la préparer au rôle de femme. Future mère oblige. La case est aussi le lieu retiré où dorment les femmes pendant la période de leurs menstruations ou celles qui viennent d’avoir un enfant. Elles sont impures et elles y resteront jusqu’au moment où elles n’auront plus d’écoulement de sang.

b) L’éducation des garçons : 

Le jeune garçon est vite séparé de sa famille. L’éducation est prise en charge par le plus âgé des jeunes[4]. A Lifou (une des îles Loyauté) les garçons se regroupent dans le « Hnehmelöm » ; case réservée aux hommes. Le jeune garçon y reçoit son éducation, une éducation toujours basée sur le respect, mais aussi sur la prise en compte de la hiérarchie existante, exactement comme pour les jeunes filles de leur âge. Le respect du plus âgé ne signifie pas seulement respecter le doyen du groupe. Il signifie respecter le plus âgé que soi. Ne connaissant jamais l’âge d’autrui, ils finissent toujours par se respecter mutuellement. En réalité, c’est le respect de l’être humain qui est le maître mot dans cette éducation. Un mot au sens très fort qui va choquer jusqu’à perdre la vie. Quand on va au bord de mer de l’île de Lifou à Ciolé plus précisément, on tombe sur une terre circulaire surélevée à quelques centimètres du sol. Elle correspond à un ancien « Hnehmelöm ». Des garçons de ces tertres claniques avaient été surpris dans leur sommeil, par un feu allumé par des ennemis, venant du Sud de l’île. Tous avaient péri, brûlés vifs. Les seuls survivants qui avaient réussi à s’échapper du brasier de chairs, étaient revenus sur leurs pas et s’étaient jetés à leur tour dans la fournaise. Ceux-là n’acceptaient pas l’idée de vivre alors que leurs frères compagnons mouraient. L’éducation à la vie sociale fut terriblement inculquée chez ces jeunes gens de Ciolé, que mourir ensemble est aussi valide que vivre ensemble. La vie et la mort chez le kanak font la paire. On vit parce qu’on ne meurt pas et on meurt parce qu’on ne vit plus. La mort étant le prolongement de la vie. Je ne pense pas que ces jeunes miraculés du brasier de chair auraient été accueillis par la société kanak de l’époque. Ils avaient sûrement compris que leur place était parmi leurs « frères » qui périssaient dans la fournaise. C’est le mauvais côté de cette éducation, à mon sens. On s’aime parce qu’on aime la vie. On ne s’aime pas pour mourir ensemble.

Note personnelle : Quand j’ai interrogé le vieux Maten-qatr de Kirinata sur le tertre brulé de l’époque, et de chez lui, il me disait d’une voix tremblotante : « Thupëtresijiö, (homme adulte, que tu es) c’était à ton âge que nos jeunes ont péri. C’était un peu notre manière à nous d’aimer la Vie. S’aimer et mourir ensemble. » Il pleurait. 

  1. [1] Terme de Alain Mougniotte dans son cours sur la Pédagogie Traditionnelle : Nouméa fev. 2001
  2. [2] Entretien que J.M Tchibaou a accordé à Alain PLAGNE le 6 mai 1985. 
  3. Cité par Hamid MOKADDEM dans L’échec scolaire calédonien. p. 49
  4. [3] Id.
  5. [4] Il a un statut. C’est au fait le plus âgé des hommes célibataires. De nos jours on les appelle tous, les jeunes. Le mariage modifiera son statut dans la société. Un homme célibataire de plus de la quarantaine est toujours appelé jeune.

Publié dans Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

Le numéro 66 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le numéro 66 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

èTéléchargez le dernier numéro de Nuelasin

Le plus de la rédaction :

Bozu. Il est minuit passé. A 6h, direction Betico pour accompagner mon grand-frère vers sa dernière demeure. Il sera inhumé à Hnatro, le cimetière de la tribu dans la journée de samedi. 
En dessous, un texte compte rendu de notre sortie dans un village de Papua pendant le festival des arts mélanésiens en 2014.
Bonne lecture et à vendredi prochain.  Wws

La sortie dans le village de Tatana.

Le dernier dimanche à Papouasie, nous étions sortis dans le village de Tatana. Une paroisse située à plus d'une trentaine de kilomètres de Port Moresby. Il faut quitter l'autoroute peu avant Ela Beach en entrant sous un pont pour s'y rendre. On roule alors en longeant le littoral. Le paysage ressemble au littoral de la côte Ouest de la Grande-Terre. On y rencontre des villages de pêcheurs avec des maisons sur pilotis bondées de palétuviers.

Notre groupe de chants, avait assuré des taperas pour ce rendez-vous. À l'occasion, pour sûr que nous avions été remplis de chants avec des voix qui filtraient par nos pores. Enivrant, ces voix de femmes très haut perchées contrebalancées par les voix graves des hommes. Harmonique. Surprenant. Ces chants nous portaient vers un monde qu'on aime. Une plénitude. L’être est rempli de tous côtés. Impossible d'en échapper. J'aime.

C'était à la demande des religieux responsables de la paroisse. Ils exhortaient alors la troupe de donner le meilleur d’elle-même. Chaque groupe a alors pris le défi à bras-le-corps. Je peux dire que les jeunes de Kejëny ont déroulé le grand jeu. Qu'ils se la jouaient. Sans complexe. Même topo. Même assurance. Ils se sont donnés à cœur joie sur l'asphalte. Les Kejëny vibraient au rythme endiablé de la caisse. Le public qui avait fait un cercle au milieu duquel les artistes jouaient. Un public d'enfants, de vieux, de riches, de pauvres et même de chiens. Tout ce que le village avait de retenu était sorti sur la place ce jour-là. Un grand jour pour tous. Le village mais aussi pour nous. La communion des êtres. Tendu jusqu'au bout des nerfs. Les danseurs assuraient. Les cris de guerre fusaient de la piste. Ils battaient le coaltar de leurs pieds comme nos vieux sûrement sur ce même sol. Ils défiaient les esprits de l'endroit. Les gens des hauts plateaux de Drehu ont pris possession de ce lieu où la mer venait lécher les pieds des maisons sur pilotis qui portaient les autres villageois qui sont sortis sur la plate-forme avancée de leur porte. Le spectacle était suivi comme des gradins. Les artistes dansaient, en se libérant comme des bêtes enfermées sorties de leurs enclos. Ils se lâchaient et ils allaient vers le public en lançant leur regard de démons  pour effrayer les petits qui s'avançaient trop près de la scène. Ses enfants riaient en se repliant en arrière dans le public. Chacun était transporté vers ses années enfantines. C'était peut-être cela la communion. Une joie explosive qui s’offrait à nous sur le visage de ces enfants. Une joie partagée pour communiquer la joie de vivre que la délégation était venue apporter. Le ciel était aussi de la partie. Surtout que pendant le service dominical de la matinée, il avait plu. C'était pour nous rafraîchir pour que les danseurs se donnent à fond et pour qu'ils soient bien suivis. Tout vibrait gaiement dans ce lieu où la misère se vit au quotidien. Le show des iliens contre un peu de paradis sur terre. Dieu était descendu ce jour-là. On était heureux, on était joyeux. Après la prestation, le public fut convié sur la piste par un morceau de musique bien de chez nous. Gurejele suivi de Relative qui prenait son envol. Marisena la miséreuse dans une composition qui incite à voyager. Mère de Dieu ! Après le show, nous sommes allés dans la salle de partage pour prendre le repas en notre honneur préparé par les mamans. Dans la petite rue qui mène vers le temple du village, il y a une plaque commémorative fixée contre la paroi d’un mur. Elle rappelle qu'en ce lieu, des missionnaires de la LMS avaient foulé le sol de ce lieu en 1872. Je me disais que nos arrières grands-pères étaient sûrement dans le groupe. Ils étaient arrivés à Orub dans le détroit de Torrès en 1871 avec le révérend père Mac Farlane. Surement, qu'ils étaient dans cette campagne d'évangélisation à mettre leurs pieds sur les bords de la mer de ce petit village de la Papouasie. Nous ne faisions que marcher alors sur les traces de nos ancêtres. Ils avaient quitté les iles Loyauté pour le travail de Dieu.

Après le repas, nous avons donné le geste d’au-revoir avant de redescendre vers les bus qui nous attendaient pour le retour. Nous étions arrivés au campus avec les phares allumés. C'était déjà la nuit.

Publié dans Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

Le numéro 65 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le numéro 65 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

èTéléchargez le dernier numéro de Nuelasin

Le plus de la rédaction : 

Bozu, bozu.

Je suis très heureux de ma journée d’hier (et des autres jours d’ailleurs, mais bon !) où je suis allé à la tribu de l’Embouchure pour rendre visite à Mme Dewe. Cela fait longtemps que je ne l’ai pas vue. J’ai failli rater la rentrée de la maison. Heureusement, un groupe de jeunes gens se trouvaient de l’autre côté de la route en face de la maison commune. Je me suis arrêté pour leur demander les renseignements. « Ah ! Je vous connais, je vous ai déjà vu à la télé. » Me lança le jeune homme en me montrant la route. Je suis resté quelques minutes avec elle, quoi ! Une vingtaine de minutes et c’est la route à nouveau. Aujourd’hui, je vous propose la parole du banian de chez les Fëmeigötr. 

Bonne lecture et bon weekend. Wws

Paroles de banian 

Jeudi 8 juin 2006 (4H20) Eika de Ponoz 

            La case de la cousine Nyiatrë n’est pas encore terminée. La pose de la couverture arrive seulement vers le hnë thipi tepolo. Et puis, il faut aller demander d’autres de paille chez les uns et les autres qui en ont dans leurs champs. Là où elle pousse dru. Hier, toute la compagnie a passé le reste du jour chez les Pöj. Nous avons plus ri qu’arraché. Ede qatr, Dra, Zorro et Trehle sont nos vieux. Ils étaient avec nous à se dépenser pour arracher et les plaisanteries étaient notre carbure. Fallait bien entretenir la morale de la troupe. J’étais haut perché. Dans les nuages. Heureux de fouler les terres de la tribu. Fier que mon corps se plante dans les champs de mes aïeuls. Au milieu de la famille avant de repartir à Voh pour le travail, je remuais discrètement les lèvres pour m’adresser à l’Invisible de l’endroit pour ces moments qu’on ne peut savourer qu’une fois. Ma joie ne me quitte pas. Elle colle à ma peau comme l’habit que je vêts. Sauf que ma joie va au plus profond pour me réchauffer. Tout de l’intérieur. 

            Hier, j’ai donné mon billet à Hnyela. Elle devait réserver ma place à l’agence d’Air-cal de Wé. Je ne connais pas où l’affaire en est en ce moment. Le doute ne me vient pas. Je ne m’inquiète pas pour mon billet et je ne sais pas pourquoi. La vie pourvoie toujours. Partirai-je après avoir couvert la case de la grande sœur ? Certainement. Le vrai est au-dessus de tout. Je bénis le ciel pour qu’il me vienne en aide. La rentrée scolaire : lundi. 

            Vendredi 9 juin 2006 (21H25) Eika de Ponoz

            Je viens d’arriver de Hnyamala avec Pasteur Belë où nous avons mangé la soupe. Le Dieu de nos aïeuls s’est encore manifesté. Il continue d’agir dans les secrets de nos vies. Je n’ai pas de place pour repartir sur Nouméa. A koië, certains de mes neveux se posaient aussi des questions à mon sujet. Ils s’inquiétaient pour moi. Les vols sont pleins jusqu’à mardi. De mon côté, la vie a toujours coulé sans heurt. Je ne m’inquiétais même pas. Je suis rempli d’une assurance, d’abord celle d’être sur mon île. Il est vrai que je me suis déjà habitué à passer ma vie en dehors de Lifou. Alors je continuais de rester à Hnyamala à donner la main aux neveux pour finir le chantier de la case. Jusqu’à la fin, je resterai. 

(…) Un moment, un des fils de la maison me surprit : « Oncle, tu as une place, il sourit en même temps, mais il faut rester pour terminer la maison de nos deux mamans (Ixoe et Nyiatrë. Leurs deux mamans de Fëmeigötr, sont mes deux sœurs par nos liens) L’esprit de la maison t’accompagne. » J’ouvris grand les yeux. Il se fit plus précis : « Le banian a des yeux et des oreilles. » tout en continuant sa besogne. Il grattait une gaulette qu’il maintenait ferme dans la main. Ce langage, je le connais. Lotip orienta mon regard en levant ses sourcils vers la petite forêt derrière la case en construction en faisant un coup de bouc. Geste qu’il gratifia d’un sourire. Derrière la maison, poussait un très grand banian plus que centenaire. Il étendait ses gigantesques troncs tentaculaires à plusieurs mètres à la ronde et en plongeant puissamment ses racines dans les entrailles de la terre. C’est l’habitat des Finiwan, premiers occupants des terres claniques de chez eux. Ils sont les petits diables du clan.  

… à mon réveil, je retournais à Koië pour manger les grattons que Saipö a cuisinés la veille. Et au retour chez Drikone, je prévins Kiri d’aller m’informer à Eika si Hnyela revenait de Wé. Hnyefe s’était mise en deux pour me trouver une place. Fini le tour de Willy. Je sentis la fatigue me gagner. Une fatigue physique à cause des veillées à Koië et psy, la mauvaise tendance venait à pas de loup. Je m’endormis aussitôt sur mon matelas, de l’autre côté du foyer. Même que Iloie, le neveu, mari de Hélène m’avait vu. Il était passé à Eika pour voir Pasteur. 

Vers une heure, Kiri arriva et me réveilla. « Papa Wawes, voilà ton billet. Hnyela a dit qu’il n’y a plus de place jusqu’à mardi. Mieux vaut aller voir sur place. » Je pris le temps de me réveiller et de bien me rendre compte de ma situation qui devenait alarmante. Je pris le billet que ma nièce me tendait. Elle se rendait bien compte de mon abattement qui gagnait peu à peu. Je relevai un pan de la natte sur laquelle je dormais pour glisser le billet dessous et je me remis à dormir en tirant vers l’autre partie de la journée. 

Mon réveil fut brutal. Pasteur était debout à la porte. Il voulait que je l’amène à sa réunion à Hnaeu. Je me levai de ma couche en reprenant le billet. Je me préparais et on partit. Il pleuvait fort sur la route. « Grand bien qu’il pleuve maintenant que nous avions fini le chantier. » fit-il, en remontant très haut la vitre de sa portière. J’enjoignis la promesse du neveu dans notre discussion au sujet de la ‘parole’ du banian. « Mais tu sais Wws, ces êtres invisibles-là, sont toujours avec nous. Ils se manifestent au besoin. D’extrêmes nécessités… » Foi de pasteur, j’acquiesçai en me concentrant toujours plus sur ma conduite. J’évitais même des nids de poule imaginaires sur la chaussée. 

            A Wé, devant l’agence, il n’y avait plus la foule des grands jours. Je rentrai. La guichetière qui me connaissait, affichait le sourire. « Bonjour M. Hnacipan, vous voulez une place pour quand ? » me demanda-t-elle. « Demain, si c’est possible » lui répondis-je. 

- la matinée ou dans l’après-midi ?

- pourquoi, vous avez de la place ? 

- Ben oui. Aujourd’hui, demain et toujours. (Je tiquai et cela ne lui a pas échappé. Elle ria très fort que la dame de l’autre guichet se retourna.) Oui, M. Hnacipan ; y a de la place pour vous. Mais restez encore quelques jours avec nous. Vous autres, êtes toujours pressés de repartir. 

- T’arrêtes. Je reprends les cours lundi. Je voudrai bien partir demain matin, s’il te plait.

- Dans le vol de 10H, je te confirme. Mais il y a aussi de la place dans le dernier vol de ce soir. (Elle attendit un instant pour me laisser réagir avant de pianoter son clavier)

Quelques temps après, elle me tendit mon titre de transport en me souriant. Je sortis de l’agence tout radieux. Je lançai même des remerciements à Oncle Taïn qui, du bureau annexe me donna tout en riant des nouvelles du dernier mariage de Kumo. Chez les oncles de ma mère où, avec Lönë, nous avions préparé la soupe le vendredi, une semaine plutôt.

            Avant de repartir et reprendre Pasteur au lieu de sa réunion, je remerciai le grand banian du neveu et de son clan en levant les yeux au ciel. L’impossible n’existe pas ou alors rêveusement il attend … pour un autre défi. 

Mais ça ?... 

Publié dans Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

Vivres et vivre en terre A’jië, cuisine et culture en Nouvelle-Calédonie, un publication de l’ALK

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Vivres et vivre en terre A’jië, cuisine et culture en Nouvelle-Calédonie, un publication de l’ALK
Vivres et vivre en terre A’jië, cuisine et culture en Nouvelle-Calédonie, un publication de l’ALK

L’Académie des langues a publié cet ouvrage sur les pratiques culinaires, une des multiples missions de l’ALK. Weniko Ihage, est le directeur de cet établissement.

Vivres et vivre en terre A’jië, cuisine et culture en Nouvelle-Calédonie

Cet ouvrage, qui s’adresse plutôt au grand public. Il est le fruit d’un travail d’Yvette Boawe  et Jacqueline de la Fontinelle-Kasarhérou, une linguiste de renom, qui a également associé plusieurs membres de sa famille. L’ouvrage part du principe que la nourriture est un moyen universel de s’ouvrir sur le monde. Elle permet d’aborder aussi bien des questions historiques que sociales. Ce livre rédigé en français, en a’jië et en anglais est une porte d’entrée sur des « rituels sociaux complexes qui donnent sens à la vie, insiste Jacqueline de la Fontinelle-Kasarhérou. La nourriture est un excellent moyen pour commencer à étudier l’environnement, les contes et les récits ».

Cet ouvrage est destiné aux Calédoniens, mais surtout aux Européens qui ne connaissent pas véritablement la Brousse, ainsi qu’aux personnes intéressées extérieures à la Calédonie, avec des explications en langue anglaise. Plus sur l’ALK avec cet article de DNC

Celeneraw est restaurant créé par Alphonse Koce, en photo ci-dessus, un grand chef cuisinier du pays maintenant très connu. Il participera à la causerie chez Calédo Livres.

 

 Celeneraw : 37 rue Jean Jaurès, Place des Cocotiers, 98800

Les crevettes d'Alphonse, dans New calédonia tourisme

 

Publié dans Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

Le numéro 64 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le numéro 64 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

è Téléchargez le dernier numéro de Nuelasin

Le plus de la rédaction : Bonne lecture à vous. Wws

J’attends ma fille qui arrive ce matin de Nouméa par le bus de 11h, je la récupère à Koumac et on part dans l’extrême nord vers Djou. Au nord de Tiabet. C’est de là que l’on va prendre le bateau pour nous rendre à Tanlo. Un îlot au large de Boat-Pass. Nous serons de retour sur la Grande-Terre pour le week-end. Un endroit où il y a très peu de réseau téléphonique et je n’ai aucune idée pour Internet. Voilà pourquoi une première fois j’avance la sortie de votre Nuelasin. 

Et pour cette sortie exceptionnelle de votre journal, je propose ce texte/réflexion d’un frère sur le sujet du mariage. Il est de Drueulu, une tribu du district de Gaica du pays Drehu. Il est un lecteur assidu de Nuelasin. 

J’ai aussi une pensée pour l’ASEE qui fête ses soixante-trois ans d’existence. Hnamelangatr, c’est l’école de la tribu. 90 ans, elle a et dans 10 ans, elle est centenaire comme Do-Néva ; Havila. C’est là que j’ai débuté ma formation scolaire pour la vie. Longue vie à l’ASEE. 

Bonne lecture à vous et à vendredi prochain. Wws

Se marier

Il est des couples qui vivent en concubinage depuis de très longues années avant de convoler en juste noce. Mais le problème de certains relève des aspects sociaux culturels, d'autres d'aspect religieux. Nous avons beaucoup de préjugés vis à vis de ces couples qui aspirent à rendre leur situation digne et en règle face à la communauté. Mais celle-ci ne leur rend pas la tâche facile. Aussi, vivent-ils des années avec des enfants reconnus plus ou moins par ceux-ci. Jusqu'à ce que des personnes animées par des esprits très compréhensifs les prennent en charge pour les rendre légaux aux yeux de la loi et de l'église. La plupart des cas relèvent des problèmes d'ordre financier.  Le mariage en effet sous-tend une sacrée organisation quant à la préparation logistique, matérielle et spirituelle. En deçà des attentes particulières de la famille et du garçon, et de la fille, les couples en question n'ont qu'une issue possible de faire appel à l'autorité du petit chef, et seulement sous sa gouvernance les deux partis préalablement avisés en temps et en heure des préparatifs jugés pour le moins acceptables pour tous. Gain de temps et moins de dépenses. Mais comme toujours des irréductibles prônant leur capacité à réaliser sans l'aide du petit chef, afin d'afficher aux yeux de tout le monde leur moyen matériel. Sans doute de la vanité, or cela a un prix que chacun doit assumer. Nous nous plaignons d'être accablés de ces choses que nous accumulons au fil des ans, parfois très superficielles mais que nous ne parvenons pas à nous en débarrasser. Mentalité conservatrice d'une tradition qu'il faut juste réajuster et malgré les séminaires diligentés par des personnes animées d'un désir de changement puisque trop pesant pour certaines familles modestes. Nous oublions l'essentiel du mariage car si  nous sommes rassemblés là c'est pour le couple à marier. Non, on se focalise sur le côté matériel et on laisse le côté spirituel. Aussi les mariages aujourd'hui représentent une vraie manne d’économie financière pour le commerce, les services de transport : avions, bateaux, location de voitures. Jugés utiles puisque l'on ne peut pas se passer de ces services. La population augmente d'année en année et cela représente beaucoup en matière d'économie et d'énergie. Une bonne gestion s'impose... En tous les cas rien ne se perd lorsque des mariages s'annoncent, ça fait renforcer l'économie du pays. Tout ce que je souhaite c'est que la jeunesse voit et prenne marque des difficultés de leurs aînés et change de cap pour un avenir meilleur... 

Zim Haluatr

Au jour d'aujourd'hui, une bonne trentaine voire plus, de jeunes se marient. Avec les moyens de locomotion et de transport, les échanges se font très facilement et s'étendent au delà des îles Loyauté. Cela entraîne le métissage des liens avec les autres îles voisines, Vanuatu, Wallis, la Polynésie, et la métropole et d'ailleurs. Alors qu'il y a 40 ou 50 ans les mariages étaient plutôt rares et ils représentaient les seules occasions des retrouvailles alors les préparatifs duraient sur des mois. Déjà les différentes étapes du mariage font que le temps compte. Il faut savoir qu'en ces moments là, les fiançailles se passent par l'entremise de la famille et du clan. Le garçon, s'il est plus dégourdi en matière de femmes rendrait la tâche facile à la famille. Or la plupart des cas relèvent d'un parcours de combattant. On se réunit et l'on demande au jeune s'il a une petite amie au préalable en vue, sinon la famille et le clan se chargent de tout.

Première étape, parcourir les différentes tribus à la recherche d'une fille à demander en mariage. Dans le cas d'un oui potentiel, les dons et contre dons se font dans un rituel immuable.  Chez le garçon, les vieux et le reste attendent sagement le retour des éclaireurs. Au son des klaxons, on reconnaît tout de suite un bon présage. On fixe alors un nouveau rendez-vous chez la fille pour prétendre à la dot : signe que la fille a accepté l'offre du garçon et de son clan. C’est la date du mariage qui est fixée en accord avec la fille et sa famille. Le garçon pourrait ainsi dormir sur ses deux oreilles. Mais il arrive que certaines familles essuient des refus. C’est l’échec. Ces problèmes se corsent mais grâce à la solidarité des familles et les clans alliés, on ne se plaint pas de manquer de quoi que ce soit. J'admire ces époques parce que malgré tout on se contente du peu et de ce que chacun amène en contribution.

En cas de désaccord, on se remet autour de la natte pour de nouveaux consensus. Et les tractations se renouvellent, encore et encore. Mais tout ça dans un flegme collectif. Personne ne se plaint, au contraire chacun est fier d'apporter sa petite pierre à l'édifice. Aujourd'hui nous devenons facilement taciturnes et revanchards. A la moindre difficulté, on abandonne et l'on accuse le monde d'être là cause de son malheur. Mais tout n'est pas que malheur, la modernité apporte également son lot de bien-être. Les relations se tissent assez facilement et rapidement. Les moyens de locomotion facilitent également les échanges. Merci pour votre lecture et votre réponse, si vous le souhaitez. Zim

Hnamelangatr de 1931 à 1960, des pasteurs, moniteurs puis enseignants se sont succédés à la direction de Hnamelangatr. Il s’agit de Ajapuhnya Waikata, Wamo Weniko, Iwa Sinepö, Gorode Waia, Wapotro Drumë, Wadriako Thapan, Tchako Daniel et de Wabet Hukan. De 1960 à 1995, Mole Moka, Sihnyeu Ipinë, Bako Fia et Wahmetu Johannes.  

Actuellement l’école compte sept enseignants dont Hmaloko Abel qui en est le directeur et intervenant en LCR, Luenu Gisele (SP&SG), Wejieme Francoise (SG&CP), Hmeun Jacques (CP&CE1), Sio Adèle (CE2), Hnacipan Willy (CM1&CM), et Qazing Albertine (ASK E) et en attente de formation, et 84 élèves de la maternelle jusqu’au cours moyens 2, les sept enseignants sont titulaires d’un diplôme d’enseignement au primaire. La plupart des élèves sont originaires de la tribu de Hunöj. Le reste vient des tribus circonvoisines. 

Ps/oleti Lewatr pour les infos ci-dessus

Publié dans Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

Le numéro 63 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le numéro 63 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

èTéléchargez le dernier numéro de Nuelasin

Le plus de la rédaction : Bonne lecture à vous. Wws

Bozusë. Je vous présente un texte (auquel j’ai apporté quelques touches) d’une demande en mariage. A la fin, on comprend que la fille ait accepté la parole de celui/celle qui l’ait prononcée sans avoir vu son futur époux. Je me suis inspiré de faits réels. Je me suis aussi trouvé dans des groupes de marieurs où nos plus vieux usent de la rhétorique telle que la désirée à la fin de la cérémonie ne savait même plus où se mettre la tête ni pourquoi elle a dit « oui. » 

            Je ne veux pas trop m’avancer sur le sujet avec mes yeux de 2021 et d’une culture franco-kanak. Je sais seulement pour avoir discuté avec des femmes qui ont vécu la situation, qu’elles étaient ‘heureuses’. Alors, comment comprendre le jour où les gens de Hunöj à une époque étaient allés demander la main d’une jeune femme dans une tribu voisine, les marieurs étaient revenus avec le « oui » d’une autre demoiselle. Pas de celle à qui ils ont demandé la main. A la fin, comme dans tous les contes, le couple vécut heureux et eut beaucoup d’enfants… 

Une demande en mariage

Le lendemain, tout le monde était sur la route. En général, ce travail incombait aux femmes. Mais il était aussi courant de voir dans le groupe, des hommes et des enfants. 

C’était ce qui se passait chaque année, avant la fête de l’igname nouvelle. 

Ce jour-là, Soletë, en compagnie d’autres femmes de la tribu, était à Mou pour tondre la parcelle de son clan. 

A l’heure de la pause matinale, toutes les femmes se regroupèrent sous l’arbre à pain pour casser la croûte. Enga, vieille fille d’une quarantaine d’années, proche des clans de la chefferie, apporta du café et une boisson rafraîchissante. Lorsqu’elle tendit le geste coutumier qui accompagnait ses dons respectueux et qui réclamait une parole, Soletë se leva :

- Ma petite sœur Enga, je remercierai ton geste après parce que j’ai une pensée. Je vais emprunter un détour. C’est pour te jeter une parole. Ma parole. Là-haut, à la tribu, Jeamenu, un vieux garçon[1] est venu à la maison pour se plaindre de son sort. Il voulait prendre femme. C’était il y a deux ans. Il est revenu une ou deux fois après. Hier, j’ai été réveillée par mon vieux. Il m’a dit d’aller chercher son cousin. Mon vieux avait envie de lui parler. J’ai envoyé le petit Wenek mais il ne l’a pas trouvé. Il souhaitait savoir si le intéressé désirait vraiment se marier. Voilà, ma parole et je prends les autres femmes à témoin. Je te dis que je veux te réserver pour que tu deviennes son épouse. Je ne vais pas aller par quatre chemins ni demander ton avis. A mon retour d’ici, je rendrai compte à mon mari. Après, j’irai rencontrer le grand frère de Jeamenu, le vieux Simano pour lui dire que j’ai déjà un nom au sujet de l’épouse de son petit frère et qu’il faut maintenant s’atteler à son mariage. Importe peu qu’il soit d’accord ou pas, j’engage mon vieux et mon clan pour assumer le travail. Son célibat n’a que trop duré. Si les gens de son côté ne sont pas capables de le marier, hé bien nous, on le sera. Simano voit bien que son petit frère est déjà très avancé en âge, et il ne fait rien. Leur chef de clan non plus ne dit rien. Jeamenu, il arrive de Hnacaöm, avant c’était Jokin. On avait aussi entendu qu’il avait vécu dans d’autres tribus du Wetr[2]. Ce vagabondage n’a que trop duré. Et, ce que je te dis là, est officiel. Nous reviendrons dans la semaine pour voir tes deux vieux à la maison. C’est tout. Oleti[3]. Seraï, allez, sers-moi un peu de la boisson fraîche, j’ai soif.

- Soletë, mais tu veux toujours manger et boire ! Tu n’as pas remercié le geste que voici ! s’exclama Watrane.

Aï, c’est vrai, Watrane, tu n’as qu’à remercier. J’ai déjà assez parlé. En plus, j’ai oublié que Enga était venue avec son geste pour nous apporter le rafraîchissement.

Le groupe de femmes se mit à glousser à voix haute. L’atmosphère se détendit. Toutes étaient surprises par les paroles de la vieille Soletë. Enga n’avait même pas ouvert la bouche. Elle était assise non loin du tronc de l’arbre à pain, sur une grosse racine. Elle fixait le sol et se morfondait, ramassait des brins d’herbe pour les porter à sa bouche, les mâchouillait en laissant aller sa pensée. A la manière d’une poule, elle ratissait le sol à portée de ses doigts à la recherche d’on ne sait quoi. Il fallait bien tuer le temps ! Soletë se surprenait souvent à trop parler. En réalité, elle débitait son monologue d’entremetteuse. Seule l’envie de boire une citronnade pouvait l’arrêter. Madame Soletë avait déjà marié beaucoup de filles. A la fin, elle obtenait toujours son propre satisfecit. La plupart des nouveaux couples étaient composés de vieilles filles et de vieux garçons. La réponse de Engaimportait peu. Si la demande était déboutée, Soletë dirait qu’elle avait accompli son devoir. Un devoir que les gens du clan de ce vieux garçon n’avaient pas été capables d’assumer. Et, pour un autre vieux garçon, elle serait toujours prête à dérouler ce genre de propos aux quatre vents.   Hnacipan Léopold (extrait de Simano 2015 ; édition: Ecrire en Océanie

 Demain soir, c’est le départ de Madue, un responsable, prédicateur de l’église libre de Nouvelle-Calédonie et lecteur assidu de Nuelasin. Il part pour des études de psycho socio à Brest. Ma pensée entière et toutes mes prières l’accompagnent dans son choix. Samedi dernier, c’était son repas d’au revoir chez lui au mont-d’or. Une journée de partage où il avait exposé son projet. Nuelasin servira de trait d’union entre nous. Je lui dédie ce numéro.

Bonne lecture et à Mad, que l’Invisible soit toujours de ton côté et te porte haut et très loin dans tes ambitions. Wws


[1] Un homme célibataire d’un certain âge qui ne s’est pas mis en ménage 

[2] Un des trois districts de Lifou. (Lössi, Gaïca et Wetr) 

[3] Merci

Publié dans Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

Le numéro 62 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le numéro 62 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

èTéléchargez le dernier numéro de Nuelasin

Le plus de la rédaction : Bonne lecture à vous. Wws

Celë petrehi la hnapan e Gaijoli

Ame la uma ne meköle troa pane jidri Iengenë me föi angeic, tre hna hnëkëne hë thatraqane lai hejine ase faipoipo. Asehë hnëkë hnene la lue föe qangöne la lapai Catreie, qangöne la qenenöj troa ceme nyidro lue trefëne ngöne lai pane jidr. Kola troa wai Iengenë ka hape nyipi jajinyikö. E cili, tro lapai trahmany hmaca a hamëne la ketre trenge mani me itre xaa sinakoko koi kem me thinei jajiny. Kösëlo ole laka nyipi jajiny, pëkö caa hnepe mekune ne nyitru troa ti thupene la hnaopene i fiju, laka troa cili thenge la he i neköi tixene lapa. Ame la sine maano ka wië ka simadra ne la ifiju tre troa amamane kowe la itre hene la lapa, angetre troa amanathithine elany la faipoipo fene la ihmelekap laka lue lapa asëhi kuhu. Troa hai Iengenë maine troa hnyimafë pena. Celëhi matre kaloi koi angeic e thatrokö a tro menu e qëmekene ikötresai. Ngo e ka tromenu amelo itre tremeien me thinei trahmany laka angatrehi la angetre nyi göhnei Iengenë hnine la lapa kacahae tre, tropenaha angatre a ceitune me itre öni ka ihej troa jele kapë hnënyöngönë angeic.

Amehi la kola ase hamëne la hna ahetrenyine, Huline hi, tane nyikeine a hë Catreieti jë : « Thei Iengenëtijë nge trojë wai Copaqatr ke eahlo lo atre troa thueimei epone makanu. The thëthëhminekö hamënefe koi eahlo lo sine maano. » Kola cilethili hnei Catreie, kola xele ma goeë tixei angeic. Kola isiine troa dredrehnyima hnei angeic, ngo kola amamane la akötre i atre xötrei faipoipo laka, ketre itupath katrulai troa traqa koi angetre xötrei ikötresae. Hetre itre xötrehë qëmekei angeic, hnei angatre hna cili thengefe.

Traqaha e Gaijoli, Copaqatr me Yaelaqatr a lapajupe fenei hmelekap, nge lue trefën a löjë hnine la uma ne meköl. E faif hnaipajö

E koilo uma i huhnami, kolo palahi a xen, nge muzik fekö lai a tha cilekö, kolokö a nango iqeqëth e celë, me i ameköti, matre madricatre ha nekönatr. Jidri ka troa qeacatr la jidrice.

Hnine la uma kola iaja hnei Catreie me Iengenë ngo pëkö ithahnata. Nyidro a isa lapa, pëkö mej me thele hna goe, ke xou ma igoeë. Hna thewe nyidro hnei hnaeë nge kamel palahi la eë hnine la hnatresij. Lue qatreföe palahi kuhu fenei hmelekap a nango qatuëne koilo uma ne meköl laka hna fe acone la qëhnelö.

Enepe ithahnatapi :

- Hnauën laka tro palapihë epun atro Jokin a troa ihujë me eni ? Öni Iengenë.

- Troa hnyingë Hnepehni föi Iwedr ajai angeic hnei föi angeic matre kapajuhë hnei angatr asë. Tha ka ngazokö, eni a kapa madrine la ajai angeic. Ka mingöming catre eö, angetre Hunöj a qaja tunelai. Itrexan a qaja kahape kalolo catr la ajai Hnepe. Öhnyiöhë hnei angeic lo ijine keremes e Havila. Ma trejine epone ?

Pour la toute première fois, chez Gaijoli

La case où Iengenë devait se donner pour la première fois à son mari, avait été préparée pour le soir du mariage.

Deux femmes âgées, du clan de la famille de Catreie, étaient prêtes, comme de coutume, pour assister les époux dans l’épreuve véritable : s’assurer de la virginité d’Iengenë. Le clan du mari, dans ce cas, verserait une somme d’argent supplémentaire et quelques ignames de plus aux parents de la fille, récompense accordée à sa pureté préservée, aucune arrogance n’ayant défrayé l’orifice vaginal, voie par laquelle devait passer la tête de l’héritier. Le mouchoir blanc, taché du sang virginal, serait montré aux autorités claniques qui attribuent la qualité de «vraie fille» à Iengenë. Ces personnes garantes de la paix du clan donneraient leur bénédiction le lendemain du mariage sous la tonnelle devant les notables des deux familles réunies. Iengenë serait alors sujet d’admiration ou de raillerie. Il valait mieux pour elle qu’elle n’ait pas connu d’aventure avant le mariage. Si c’était le cas, les belles-sœurs et la belle-mère, sensées assurer la bonne adhésion d’Iengenë dans sa nouvelle famille, se transformeraient en véritables bêtes féroces pour l’avilir.

Sitôt la remise de cadeaux terminée, Huline, le responsable du mariage fit venir Catreie.

– Appelle Iengenë et partez voir Copa qatr, c’est elle qui a la charge de vous apporter le coco vert. Tu n’oublies pas de lui remettre le mouchoir.

Catreie regardait fixement le sol afin de fuir le regard du grand frère. Un sourire forcé déchira son visage et révéla le mal-être du jeune marié qui doit subir son examen de passage vers le monde conjugal. D’autres générations bien avant lui avaient connu cette même épreuve. De feu.

Chez Gaijoli, Copa qatr et Yaella qatr furent laissées sous la tonnelle et le couple entra de suite dans la case.

Il était environ cinq heures de l’après-midi.

Là-bas, à la maison commune, tout le monde continuait de manger, la musique ne s’arrêtait plus. Quelques démonstrations d’excès de boisson et de règlements de compte avaient déjà commencé à la très grande joie des enfants.

La nuit risquait d’être longue.

Dans la case, Catreie et Iengenë s’appréciaient. Se parlaient- ils? Non, ils se taisaient et se fuyaient même du regard, gênés de se regarder dans les yeux, l’un et l’autre. Pendant longtemps ils restèrent séparés par le foyer où le feu continuait de brûler dans la cendre.

Dehors, l’attention des deux vieilles était toujours fixée sur la porte de la case mi-close.

Puis... vint le temps des paroles.

- Pourquoi avoir été jusqu’à Jokin pour me demander en mariage? Se risqua Iengenë.

- Il faut demander à Hnepehni, la femme à Iwedr, c’est elle qui a donné l’idée à son mari, le groupe a suivi. Ce n’est pas triste, personnellement je suis heureux de son choix. Tu parais belle, et tout le monde aussi le dit. à Hunöj, les gens disent que Hnepe a eu le bon ton. Elle t’avait déjà à l’œil depuis qu’elle t’a rencontrée à la kermesse de Havila. Tu es sa cousine, n’est-ce pas?

For the very first time, at Gaïjoli’s

The hut where Iengenë was to give herself to her husband for the first time had been prepared for the evening of the mariage. Two elderly women, belonging to the clan of Catreie’s family were ready, as usual, to help the married couple during the genuine event, that of confirming Iengenë’s virginity. In that case, the husband’s clan would pay a supplementary amount of money and some more yams to the girl’s parents as a reward authorized for preserving the purity of whom the hymen, the way by which the crown of the heir must pass through, had submitted no humiliation. The white handkerchief stained with the blood of the virgin would be shown to the authorities of the clan, who gurantee peace, responsible for assigning the quality of ‘’virgin » to Iengenë and would bless the couple before the notables of the two families united under the latticework of creepers the day after the marriage. Iengenë would then be the subject of admiration or mockery. It would have been better for her if she hadn’t had love affairs before her marriage. If so, her sisters-in-law and her mother-in-law, supposed to ensure Iengenë’s good intergration in the family, would be transformed into real ferocious animals to degrade her. As soon as all the gifts were handed out, Huline, responsable for the marriage summoned Catreie. « Call Iengenë and go and see old Copa qatr*. She’s the one in charge of bringing you green coconuts. Don’t forget to give her the handkerchief. » Catreie stared at the floor to avoid been looked at by his big brother. He forced out a smile which revealed the newlywed’s uneasiness about passing the marital test. Well before him, other generations had gone through the same thing. To be on trial. At Gaïjoli’s, the two old ladies, Copa qatr* and Yaella qatr* were left on their own under the latticework and the couple entered the hut one after the other. It was about five o’clock in the afternoon. Over there, in the Common House everybody continued to eat, the music non-stop. Some people displayed effects of excessive drinking while others had scores to settle amongst themselves to the delight of the children. There was every chance that the night would be long. In the hut, Catreie and Iengenë were getting acquainted with each other. Were they conversing with each other ? No, they kept quiet and avoided looking at each other, embarrassed to look into one another’s eyes. For a long while, they stayed apart, separated by the hearth where the fire continued to burn among the ashes. From the outside, the two old ladies kept their attention fixed on the half- closed door. Then, words began to be spoken. « Why go right up to Jokin to ask for my hand in marriage ? » Iengenë dared. « You have to ask Hnepehni, Iwedr’s wife. She’s the one who gave the idea to her husband and everyone followed it. It’s not bad, I myself am happy about her choice. You look beautiful and everybody also says it. At Hunöj people say that Hnepe has good taste. She kept an eye on you since she met you at the village fair at Havila. You are her cousin- sister, aren’t you ? »

Publié dans Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

Le numéro 61 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le numéro 61 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

èTéléchargez le dernier numéro de Nuelasin

Bosusë. En cette période froide de l’année, je vous livre le iji wacitr. Boire l’eau de mer mais bon, ce n’est pas la période. Qui c’est qui va descendre dans l’eau à 11°c (hier à Tiéta) C’est un de mes souvenirs d’enfance. Bonne lecture à vous et bon weekend.

Wws

Iji wacitr, boire l’eau de mer. (La purge)

La journée de purge consiste à boire des feuilles médicamenteuses trempées dans l'eau de mer, du lever du jour jusqu'à son coucher. Comprenons que cela peut varier selon l'âge et la santé du patient. Comprenons aussi que tout homme est un homme malade en puissance et par conséquent, il est toujours d'intérêt de boire cette décoction que les gens de Drehu appellent couramment wacitr. Le mot ne convient pas parce qu'il correspond à l'eau saumâtre bue vers l’autre moitié de la journée. Mélange d'eau salée et d'eau douce. Or, la première étape consiste à descendre directement dans la mer avec les plantes, mélange de feuilles, de lianes et d'écorce de bois râpé, ficelé dans de jeunes feuilles palmées de cocos-germés. Les buveurs de wacitr se rendent dans la mer jusqu’à la ceinture pour ingurgiter de l’eau salée, la bouche grande ouverte au vent du large. La responsable trempe l'enveloppe de feuilles dans l'eau et la soulève au-dessus de la bouche du patient qui naturellement s'impatiente d’avaler le breuvage. Deux jusqu'à cinq levées au plus, avant de passer au tour du suivant. Après quatre à cinq descentes dans l'eau, l'enveloppe est défaite. Un feu allumé sous la cocoteraie, chauffe des pierres. La maîtresse aidée des garçons, retire alors les pierres chauffées au rouge et les place au milieu des feuilles médicamenteuses. L'enveloppe est ensuite bien refermée. Après avoir ficelé le tout, les buveurs descendent à nouveau dans l’eau pour la dernière fois. C'est la partie appelée 'boire le médicament chaud' pour mettre fin au cycle de ‘boire de l’eau salée.’ Après cet exercice, tout le monde passe à l'eau saumâtre mélangée à d'autres feuilles médicamenteuses macérées dans une grosse bassine. Il n’est pas loin de la mi-journée et les buveurs, le visage quelque peu avachi par la fatigue mais surtout par l’eau salée, se retrouvent sous la cocoteraie, allongés sur des nattes ou sur des nids de feuillages. D'autres personnes, les plus coriaces, on va dire, passent le plus clair du temps à rester dans l'eau ou comme un engin flottant pendant toute la journée. Et c'est ce que les mamans préfèrent pour faciliter la surveillance. Les plus jeunes tenaillés par la faim réclament constamment de la nourriture. La consigne étant bien sûr de ne pas manger pour laisser l'eau de mer et les feuilles agir sur tout l'organisme. Il arrive que des jeunes qui ne le savent pas et qui ne tiennent, trouvent à manger sous la cocoteraie. Pas de chance, ils se font toujours prendre. A la descente dans l'eau pour boire la gorgée ou bien au moment de boire la bassine de wacitr, le récalcitrant rejette tout. On assiste alors à des scènes hilarantes. La grand-mère se saisit de l’adolescent et le noie. Il boit alors la gorgée, le double voire le triple de ce qui lui aurait été proposé s'il l’avait bue normalement. 

Il peut aussi arriver que des jeunes ne tiennent pas le coup. Ils ne sont pas habitués à de telle breuvage, soit qu’ils sont malades le jour de la descente dans l’eau. Ils sont alors ramenés à la tribu au plateau pour qu'ils n'aient pas de mauvaises influences sur les autres.

Pendant toute la journée, le corps se vide de tout son contenu et on va au petit coin toutes les demi-heures voire les quarts. Mais il y en a aussi qui ne vont pas se soulager au petit coin. Ceux-là vomissent. Ils sont les plus souffrants et les plus épuisés. Vers la fin de la journée, tout le monde sait que la libération est proche. On va redevenir normal prêt à vivre le nouveau cycle, la nouvelle année, la nouvelle igname, la nouvelle vie. Le feu qui a servi à brûler les pierres pour chauffer le paquet de breuvage, chauffe à présent les cocos verts qui vont être bus pour bien faire partir les dernières toxines que l'organisme n'a pas évacuées dans la journée. A ce moment-là, mieux vaut pour soi plonger à nouveau dans l'eau pour refroidir les fesses en feu causé par les déjections. Les buveurs de wacitr marchent alors tels des canards en écartant bien les jambes. Après le coco vert chaud, une tisane ou bien un thé attend le groupe. Il est dit alors que le groupe vient de recouvrer la vraie vie. Des petits jésus qui reviennent. Le soir, une grande soupe et un bon repas attendent tout le monde mais l'attention et le service sont toujours accordés aux ressuscités.

Les gens de l'île ne boivent pas l'eau de mer parce qu'ils sont malades. L’habitude est ancrée dans le sang d’une génération à une autre. Une affaire de famille où les gens viennent pour passer du bon temps. Des fois, Lifou assiste à des arrivées massives des familles des autres îles ou bien de la Grande-Terre comme s'ils ont signé le contrat pour vider l'océan. 

Publié dans Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>