Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

culture kanak

Naissance de Nuelasin, un petit journal que notre ami Léopold Hnacipan lance après ses dix ans d’expérience avec Vetchaong

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Naissance de Nuelasin, un petit journal que notre ami Léopold Hnacipan lance après ses dix ans d’expérience avec Vetchaong

Edito de la rédaction pour ce premier numéro :

Il est actuellement 1h04 à l’horloge de l’ordi. Et je suis en train de mettre en place ce petit journal d’une page. Je dis bien petit. Et si un jour il deviendra grand, je veux toujours qu’il soit petit en souvenir de l’humilité qui porte toujours haut notre peuple et les gens de chez nous à Hunöj. Cette idée de journal me trottait dans la tête depuis (je ne sais plus quand) mais un jour, dans la cité d’Anthony, un été lorsque étant encore étudiant, j’ai rendu visite à Buluz et Cyrille, j’ai longuement échangé sur cette pensée avec eux. Après, nous avons loué une Mercedes et nous sommes partis écumer les villes du Nord de la France. Je me souviens comme si c’était hier. Que du bon temps qui ne reviendront plus jamais. Buluz s’est marié avec ma sœur Bella et Cyrille, nous nous sommes perdus de vue. Hier, mon petit frère est passé à la maison, je lui ai dit que j’allais lancer ce journal pour les besoins de la tribu. Je sais où je pose mes pieds. Le journal Vetchaong de l’école que je dirige a déjà une durée de vie de plus de dix ans. Et je compte m’inspirer de cette expérience pour lancer Nuelasin. Tout mon être vibre à l’idée que ce bébé vivra aussi longtemps que je vivrai. Et ma pensée va en ce moment à ma génération : Eha, Oaf, Kaya, Waat, Honak’s, et bien sûr Nuelasin. Wws

Responsable de la publication : Léopold Hnacipan hnacipanl@gmail.com

Télécharger les quatre premiers numéros en suivant ce lien

Publié dans Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

ADCK : Jeudi 18 juin 2020 à 18h15, salle Sisia, conférence d'Olivier Fandos, Enseignant en Histoire, UNC

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

ADCK : Jeudi 18 juin 2020 à 18h15, salle Sisia, conférence d'Olivier Fandos, Enseignant en Histoire, UNC

Dans le cadre des rencontres de la Médiathèque

DESTIN COMMUN ET REVENDICATION INDÉPENDANTISTE KANAK FONT-IL BON MÉNAGE ? RETOUR SUR L'HISTOIRE CALÉDONIENNE

À la veille du second référendum d'autodétermination de la Nouvelle-Calédonie, prévu au second semestre 2020, le clivage politique entre indépendantistes et loyalistes tend à se radicaliser. Au-delà de la bipolarisation politique, les résultats du 1er référendum d'autodétermination du 4 novembre 2018 ont laissé transparaître une véritable fracture communautaire entre Kanak et non-Kanak. Ainsi, pour beaucoup, ces résultats électoraux démontrent l'échec du destin commun prôné par l'accord de Nouméa depuis 20 ans. Aux yeux de l'historien, il apparaît clairement que l'un des freins à cette construction du vivre-ensemble est la méconnaissance de l'Histoire de la Nouvelle-Calédonie par une majorité de ses habitants. En effet, peu étudiée au sein de l'école républicaine, elle se transmet surtout oralement au sein du cercle familial et communautaire. C'est donc principalement une Histoire subjective, remplie d'affect et d'émotion, racontée et transmise sous le prisme du traumatisme lié à la colonisation de l'archipel et à une récente guerre civile et coloniale. Le résultat est que chacun se regarde à travers une multitude d'idées reçues et de préjugés sur « l'autre », sans se comprendre. Cette conférence tentera de rappeler les grandes séquences de l'Histoire politique calédonienne, afin de mieux comprendre les enjeux du présent.

Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles

Renseignements : 41.45.45  

Publié dans conférences, Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

Causerie à Calédo Livre autour de Mon Amoureuse de Akel Waya

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Ci-dessus David Wéma au marché Lucien
Ci-dessus David Wéma au marché Lucien

Ci-dessus David Wéma au marché Lucien

Le jeune Kelema aime observer sa famille, son île de Maré, les gens… Mais il a parfois du mal à comprendre ce qui lui arrive et a l’impression que quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête.  Serait-il tombé amoureux ?

Ce court roman s'adresse aux adolescents et aux adultes.

Prix de vente : 1 500 F - Éditions Plume de Notou

Cet ouvrage a été réalisé avec le soutien de la province Sud.

Akel Waya est connu dans le monde de la musique avec son groupe, Nodeak. Il a commencé à écrire alors qu’il était loin de son île, Nengone, dans sa langue natale. Plus tard, en tant qu’enseignant, il crée et met en scène différents textes, en français.

Il écrit aussi des paroles de chansons et les met en musique. Il partage ses émotions, ses questionnements, sa perception de la société

Partager cet article
Repost0

Nouveauté fête des mères : Mères d'Océanie de Luc Énoka Camoui, Georges Waixen Wayewol, Setefano Vanai avec une préface d’Hamid Mokaddem

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Publié le 5 Juin 2020 par la courte échelle. éditions transit

Dans le cadre de la collection Kanaky.Calédonie co-éditée par les éditions Expressions de Noumée et la courte échelle.éditions transit de Marseille vient de paraître Mères d’Océanie de Luc Énoka Camoui Georges Waixen Wayewol Setefano Vanai avec une préface d’Hamid Mokaddem.

Trois courts récits sur les mères écrits par trois écrivains autochtones océaniens. Ici le travail de la langue exprime un rapport tendu, maltraité, déstructuré du lien singulier à la mère. Par conséquent, de la relation que les auteurs kanak et futunien entretiennent avec la langue française. Les textes font parler chacune des voix par de-là « domination masculine » et « pouvoir colonial blanc ».

Ce livre peut-être commandé dans toutes les librairies de France, d'Outre-mer et de l'étranger. Il est possible également de nous le commander directement soit par la poste (paiement par chèque), soit en payant par carte bancaire (voir notre bon de commande)

la courte échelle. éditions transit éditeur solidaire et associatif, art et politique, membre de l'Autre Livre

 

Photos d'archive de JP. Hamid Mokadden, Paul Fizin, Nicolas Kurtovitch, Georges Wayewol, une belle brochettes d'intellectuels calédoniens et Luc Camoui seulPhotos d'archive de JP. Hamid Mokadden, Paul Fizin, Nicolas Kurtovitch, Georges Wayewol, une belle brochettes d'intellectuels calédoniens et Luc Camoui seul

Photos d'archive de JP. Hamid Mokadden, Paul Fizin, Nicolas Kurtovitch, Georges Wayewol, une belle brochettes d'intellectuels calédoniens et Luc Camoui seul

Publié dans Culture Kanak, Essai

Partager cet article
Repost0

L’ouvrage de droit du docteur Raphaël Mapou est disponible à la librairie Calédo Livres

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L’ouvrage de droit du docteur Raphaël Mapou est disponible à la librairie Calédo Livres

Ci-dessus Photo FB de Comité Rhéébu Nùù

Première heure de cours pour Raphaël MAPOU à l'Université de NC.

Cours dispensé pour la première année de Licence de droit sur l'introduction au droit coutumier et calédonien.

ANALYSE DIALECTIQUE DES TRANSFORMATIONS DU DROIT EN NOUVELLE-CALÉDONIE de Raphaël Mapou

Cet ouvrage est le fruit d’un travail de six années de recherche ayant abouti à la thèse de droit public soutenue en 2018 par Raphaël Mapou.

« Il s’engage à 58 ans dans un doctorat de droit public parce qu’il a pris la mesure de l’importance de la question juridique aux différents niveaux de ses interrogations sociopolitiques : le droit lui est certes apparu comme une finalité et un instrument du politique mais également comme une expression identitaire et une modélisation de l’histoire et des luttes sociales de son archipel.  (…) Dès lors, cet ouvrage de droit rédigé par un Kanak autodidacte, sincère et engagé au service de son identité autochtone, est une contribution essentielle à la réflexion sur le contenu et la nature du destin commun de Nouvelle-Calédonie. » (Préface de François Féral, Professeur émérite de droit public).

Éditions L'Harmattan - Prix public : 6390 XPF Plus sur ce livre suivre ce lien

Raphaël Mapou est docteur en Droit Public de l'Université de Perpignan, et un chef de clan de la Chefferie d'Unia resté fidèle à la coutume kanak. En tant que militant indépendantiste d'abord engagé sur le plan politique et idéologique, il s'oriente à partir des années 2000 vers la lutte pour le respect des droits autochtones et de la protection de l'environnement autour de la construction de l'usine hydrométallurgique de nickel du Sud de la Grande Terre. Dès 2004, il approfondit la problématique des droits autochtones ou coutumiers en tant que chargé de mission du Sénat Coutumier, puis en faisant office de directeur de cabinet auprès des différents présidents du Sénat Coutumier, jusqu'en 2018. En 2013-2014, il est la cheville ouvrière du chantier engagé par le Sénat Coutumier, portant définition du socle commun des valeurs kanak dont l'aboutissement est la rédaction et l'adoption de la Charte du Peuple Kanak. Sa thèse de doctorat en droit public de l'université UPVD de Perpignan a été soutenue en juillet 2018.

Publié dans Culture Kanak, Essai

Partager cet article
Repost0

Comme il n’y a plus de vols sur Maré, les avocats se sont installés à Nouméa !

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Comme il n’y a plus de vols sur Maré, les avocats se sont installés à Nouméa !
Comme il n’y a plus de vols sur Maré, les avocats se sont installés à Nouméa !Comme il n’y a plus de vols sur Maré, les avocats se sont installés à Nouméa !

Samedi et dimanche, les installations de la SudIles sur les quais de Nouméa ont mis à l’honneur le fruit réputé de Nengone. Treize tonnes de produits vivriers, dont cinq tonnes d’avocats, étaient en vente sur les étals. Pour respecter les consignes de sécurité sanitaire, les visiteurs devaient s’inscrire sur une liste avant d’accéder au site malgré l’attente personne ne râlait l’avocat de Maré a une telle réputation qu’il vaut bien de patienter.

Ce sont treize tonnes de produits vivriers, dont cinq tonnes d’avocats, qui été acheminés par le Betico . Une opération menée conjointement entre la province des Iles et la SudIles avec un objectif : la promotion de la destination.

 

Comme il n’y a plus de vols sur Maré, les avocats se sont installés à Nouméa !Comme il n’y a plus de vols sur Maré, les avocats se sont installés à Nouméa !
Comme il n’y a plus de vols sur Maré, les avocats se sont installés à Nouméa !Comme il n’y a plus de vols sur Maré, les avocats se sont installés à Nouméa !
Partager cet article
Repost0

Mots pour Maux : Déwé Gorodé, une légende vivante, une poétesse, une femme de conviction, respect !

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

A L’ORÉE DU SABLE

 

Une salade du lagon

un verre de muscat

un rôti à l’ananas

un passage de mouettes

une dégaine marginale

se dorant au soleil

en début d’après-midi

frais comme de saison

de confidence Amicale

à la mesure du temps

en transparence turquoise

de lagon ensoleillé

à l’orée du sable

une image de gamin

fond en ma mémoire

et se confond en douceur

à celle du mien disparu

 

La mémoire est là

au début du sable

du temps

 

                     VIE INFINIE

 

Un ion est une poussière

de vie dans l’univers

une cellule est une victoire

vivante sur le froid de la mort

un millième de seconde

est une vie entière

dérobée à l’éternité

 

 

Infini                                 Une prière

accessible                        à l’aube

en fraction                      pour la grâce

de seconde                     d’un bout

du temps réel                d’éternité

 

    Instant

    de paix

    de l’âme

    en harmonie

 

frayant

en cosmogonie

de l’infini

 

HUMILITÉ

 

Dans le frais de l’aube

dans le bruit du vent

luit *Kaatâdaa

l’étoile du matin

en étincelles marines

lucioles argentées

sur la houle agitée

à l’idée du jour

en désir du soleil

 

 

Humble prière                                La paix de l’aube

sur le sable du temps                  est un rêve d’harmonie

qui nous emporte                         entre la nuit

vers les nôtres                                et le jour

vivant avec nous                           pour l’âme endormie

ou déjà partis                                 qui s’éveille

dans le cycle de la vie                 en quête de la vie

 

 

L’univers

l’infini

obligent à

l’humilité

* Mot en langue  paicî

Biographie longue car Déwé est une femme au destin exceptionnel :

Déwé Gorodé naît le 1er juin 1949, à Ponérihouen, sur la côte Est de la Grande Terre calédonienne, dans la tribu de Pwârâïriwâ, située à l'embouchure de la rivière qui donne au village son nom.

 

Études primaires dans la région de Houaïlou, baccalauréat de philosophie au lycée Lapérouse à Nouméa, licence de lettres modernes à l'Université Paul-Valéry de Montpellier : son parcours scolaire est brillant. En 1974, à son retour au pays, il la conduit à enseigner le français dans un collège catholique de la banlieue de Nouméa. Déjà, elle a dans ses cartons des poèmes dont l'écriture a commencé dès 1970, mais qui ne seront publiés que quinze ans plus tard.

 

En 1992, Déwé Gorodé participe à une mission de femmes au Mali. De 1994 à 1995, elle travaille pour l'Agence de développement de la culture kanak lors de la saison de préfiguration du Centre culturel Tjibaou. De 1996 à 1997, elle enseigne de nouveau le paicî à Houaïlou et Poindimié. De 1999 à 2001, elle dispense des cours d'histoire de la littérature du Pacifique et de littérature mélanésienne contemporaine à l'Université de Nouméa.

Dans le même temps, elle publie deux recueils de nouvelles et un recueil d'aphorismes.

 

Déwé Gorodé a assumé de 2001 à 2009 les fonctions de vice-présidente du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, en charge dans un premier temps de la culture et des sports, puis à partir de juin 2004 de la culture, de la condition féminine et de la citoyenneté. Depuis le scrutin de mai 2009, elle a quitté la vice-présidence mais demeure membre du gouvernement calédonien et a conservé le même portefeuille que dans la précédente mandature. Elle est, au 6 juillet 2019, la personne à avoir participé le plus longtemps aux Gouvernements néo-calédoniens, puisqu'elle en a été membre sans discontinuer de la création de cette institution en 1999 jusqu'en 2019.

Photo Déwé Gorodey à Sète en 2016 wikipédia

                                                  

Publié dans Poésie, Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

Mots pour Maux : un magnifique cadeau, Le chasseur de sons, Conte de Luc Enoka Camoui illustré par les élèves de l’école de Hyabe à Pweevo

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Pour s'imprégner de la culture kanak ce pilou des sons du pays

Duba

Résumé :

Un conte imaginaire contemporain dans le registre des mythes fondateurs.

Duba, chasseur de gibier va changer progressivement la quête initiale de son objet de désir parce que la Mère lui a imposé ses droits et en a décidé autrement.

Le cagou, oiseau endémique du territoire est l’adjuvant qui va faciliter la seconde quête de Duba vers le notou qui détient le secret des origines du Kanéka.Duba, grand chasseur de gibier, devient « Chasseur de sons ».

 

NB : Le livre est en téléchargement en fin d’article, les illustrations sont très touchantes.

 

Liste des élèves ayant participé :

• cycle 2 du maître Luc Enoka Camoui

(GS-CP-CE1)

• cycle 3 de la maîtresse Gilda Andi Jiane

(CE2-CM1-CM2)

Iman Zana CAMOUÏ - Tayron NUNEWAÏE - Randy TEINBWIT - Marietta TOIBAT - Junior FAGINOU - Maurice TIDA - Lorenzo TIDA - Claire JIANE - Remy TOIBAT- Joris HOUNDA - Ruben HOUNDA - Joris HEIEC - Mateo SEURU - Rosy DOUI - Luther HEO - Marjolaine HOUNDA - Louise TIDA - Lorenzo DOUI- Ralf NUNEWAÏE - Jean-Bosco TOIBAT - Ovelia CHENU - Joenzo HARPER - Laure JIANE - Yovena KAOUA - Michèle SAKILIA - Joyce GOUNA - Sauraya HOUNDA - Temara KAOUA - Camilla KOITUNE -

Tiale SEURU - Sosefo TAALA - Ginette TIDA - Landry TOIBAT - Kurtis DIEUMA - Davina DOUI - Jean-René DOUI - Sebastien DOUI - Didier GOUNA - Luciano KOITUNE - Wilma TOIBAT - Ludjia WAÏA - Yaelle THEIN -HIVAC - Patrick HEIEC - Toue NUNEWAÏE - Ethan TOIBAT - Damien HOUNDA - Eïdie TAROU - Samirah KAOUA - Rebecca JIANE - Roy DELRIEU - Ida DELRIEU - Bob THEIN-HIVAC.

 

PREFACE

Une fiction peut-elle en cacher une autre ? Ou bien, nous fait-elle simplement voguer entre rêve et réalité ? C’est le sens et l’essence même de ce petit bout de papier qui a fédéré autant d’énergie, de pédagogie, de conviction que de passion, autour d’un réseau partenarial avéré que « Douba, le Chasseur de Sons » naquit par le biais d’un projet d’école associant des intervenants culturels et artistiques de l’AFMI, l’ADACA, DK, l’ALK.

Honneur soit rendu aux élèves-acteurs du cycle 2 et du cycle3 de l’école de proximité de Hyabe Pweevo de l’ASEE quant au redéploiement efficient de leurs « Intelligences Multiples » pour que ce conte du registre « des mythes fondateurs-décisifs » soit perçu comme leur propre oeuvre dans l’exercice de leurs apprentissages exogènes en temps et espace scolaire…

Bref, il est des joies éclatantes expressives à en perdre le souffle avec brouhaha, mais, aussi des joies passives que l’on intériorise quand on est témoin de la joie et du plaisir de l’élève en difficulté exprimé d’une manière consciente la revalorisation de l’estime de soi peu ou prou…

Aussi, ce conte pour que la musique d’ici de Kanaky ou de Nouvelle-Calédonie, « le Kaneka » ; fasse « caisse de résonance » d’une Histoire à raconter ailleurs et à l’inscrire au concert des musiques du monde…

 

Remerciements

Pour mise à contribution réelle aux projets « Duba le chasseur de son » :

Les parents et élèves des cycles 2 et 3 de l’école de Yambé-Pouébo Dubaan Kâbe

• M. Touyada Austien (intervenant musique)

• M. Nerho Wilfried (intervenant musique et arts plastiques)

• M. Beley Christian (percussionniste)

• M. Dieuma Jonas (guitariste)

• Mlle Conan Anne-Sophie (intervenante théâtre)

• Les mamans de l’école

ALK (Académie de langue Kanak)

• Mlle Camoui Suzy (assistante en langue Jawe)

 

Télécharger le livre en suivant ce lien

 

Les premières pages ci-dessous :

Mots pour Maux : un magnifique cadeau, Le chasseur de sons, Conte de Luc Enoka Camoui illustré par les élèves de l’école de Hyabe à Pweevo
Mots pour Maux : un magnifique cadeau, Le chasseur de sons, Conte de Luc Enoka Camoui illustré par les élèves de l’école de Hyabe à Pweevo

Publié dans Culture Kanak, Nouvelles

Partager cet article
Repost0

Mots pour Maux : Daniel Miroux : linguiste et président de l’Alliance Champlain, un pilier de la francophonie en Nouvelle-Calédonie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

JEE HWEN HNYI MËËK ME JEE BOMENE

 

 

Haba hweciin ta jee hwen hnyei hia, me walee anyita hwen. Waleling ûnyi ate ma he ka haatr, me tootr hwege hnyin, a wale cici eling tha xaca ae beöönua. Aanee hanöötaa wisa puco hnyi anyita hwen, me waleling ûnyi ae ti beöönua, ame kunöötaa ga oogaanâ me ookabâ ke at me ke at aten bi ke hnyei. Ate maa ûoogaanöötaköu, atenee ka oogaanööta bi. Haba ga xûâ hwen anyin ke hnyei, me ame kunööta ga möötr helâ me aten hnyei eling. Kene haba ga op hnyei hobikâu jee lakutin biju hnyi anyirin jee ûen, mötinaa he ga puco hnyi hwen anyin ke at me ke at, a caa haca anyirin hwen möötin, a waleling bongon he ka ûnuukötaköu ke at kake at ame kunööta he ka ûmöötrköu hnyi tahau, a waleling hna op hweledraany hobikâu biju ta jee lakutin me ta jee laööbwiitin nyielee.

 

NOTE:  le IAAI est la langue parlée à Ouvéa par environ les 2/3 de la population, l’autre tiers a, comme langue, le hwen ûë ou faga uvea qui est parlée par les descendants des migrants d’origine wallisienne arrivés à Ouvéa au XVIIIe siècle.

 

 

LES LANGUES EN NOUVELLE-CALÉDONIE

 

Le destin commun ne pourra se réaliser que si chacun se nourrit et se fortifie de sa propre culture et donc de sa langue car celle-ci est le fondement de toute culture. Être authentique dans sa culture est une nécessité pour pouvoir communiquer avec ceux qui sont de culture différente. Le respect de l’Autre ne peut se faire que si on se respecte soi-même. Par ailleurs, la découverte d’une culture différente de la sienne ne peut se faire que par la langue. C’est en faisant l’effort d’apprendre la langue de l’Autre que l’on pourra lancer des passerelles entre accueillants et accueillis, car rien n’est plus complexe que de comprendre une culture qui n’est pas la sienne et de reconnaitre celui qui est différent de soi comme son égal. C’est ainsi que l’on pourra construire le pays de demain.

 

NB : Le livre Lexique français-iaai/ iaai-français, de Daniel Miroux, a obtenu en 2019  le prix catégorie scientifique du salon insulaire d'Ouessant.

Le iaai, langue austronésienne, fait partie du groupe des langues océaniennes. Il est principalement parlé dans l’ile d’Ouvéa, appelée aussi Iaai, située dans l’archipel des Loyauté en Nouvelle-Calédonie. JP

Partager cet article
Repost0

Mots pour Maux : Léopold Hnacipan, auteur kanak de Lifou, une des îles Loyauté de Nouvelle-Calédonie.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Öni aji (manger du rat)

Version en français, en anglais et hula (Fidji) en téléchargement à la fin du texte

Hune la ukahlokine eë, qaaqa a eaju la punei aji me dreudreuthe me nyiqaane pelepelethe la he. Thupei he, eahlo a kuiënepi la aji hune la eë, juneti hi laka tropa koi nyipine la eë. Nge eahlo hi a lapa thupëne. Kola palulu la eë hnine la lue mekei eahlo. Caa neköi sine sinöekö troa ujëne lapaan la aji wanga wele pi itre xaa hnepe ijöne. Asehë dreudreuth la itre pen, eahlo a hule pi la aji ka wetrewetre asëhi la ikupein. Eahlofe lai a papathe trijepi la ngöne i aji. Kolo jupehi lo aji, laka kapi wië me hmedre, a kupeine kacatr ; qaaqa hi lai a eaju, me kulumathepi. Ame la aqane atreinei eahlo ! Kolohi lai a hulepi la ketre nyö cile i aji qangöne la inganenyö fen me atëju ngöne la hni aji nge eahlo hi lai a kujepi la aji uti hë la taxoj, kola nenipi la trapaxel, eahlo hi lai a nango hulepi me amë hune la hnatresij, tropëhë a ce dreuthepe memine la itre hna xuitra me itre hnitr. Pëkö troa trije menun, ke tha kolokö lai a metrötrëne la xen. Ame la troa ule la pun, tre ketre aqanekö, ejekö thei itre ka atrein. Wanakoxumuono hi me wanakohulesep, öje ju hi hnei Waeju qatr la pune aji hnene lue ej, nge qaane la juneti, eahlohi lai a caa hulepi uti hë la pë. Hmalohmaloecatr e hna tro thengene la aqane qahleng ngöne eë. Celëhi la götrane hnenge hna ajane troa kuca ; ngo e fedre palaha la ikupeine kowe la jun, eni lai a thupatrijepi. Celëhi qaane la itre iwesitrë. Kola elë la hni qaaqa, matre eni minahi lai a qajajë lo itre hnei tretre Waloli hna qaja. Ame koi qaaqa tre tha metrötrëne köni la xen : « Tro Akötresie a upe la jiine koi së. » Öni eahlo e nango qaja.

Ame hë lo itre aji hna kuluhmath tre kola ha atuthe hnei dröne wacua, me amë hune la hnatresij, treqene la qaaqa a thinikëthe la lue drohno. Thupenelai, eahlo a seluthe pi la lue drohno tune lo satauro ekuhu trepene, eahlo a amë ju itre wej ka pepeija me itre igulago sinetrongei drai. E asehë, eahlo a atëju la itre aji hune la itre ihnyëxen, hna atë hnyawan nge hna sa la punei aji kowe la hni. Eahlo a hetrëne hmacaju hnei wej kapepeija me igulago. Pëkö xan nyine ahnyapan tune lo sootr, me soyu. Eahlo a hnyijeju memine lo lue pune drohno, me othe hnene lo june drohno hna triji june hnyawa. Eahlo a sine pi la dro ngöne la hnaeë me traihnyithe la neköi itra nge kolo pëhë a itreqe.

Eku fene la i polian, boelëhë la timi treetre Waloli. Eahlohë lai a hë hunijë troa iji ka idreuth me xeni lo itre munëne xeni ne eidri e hej hnei eahlo hna akeune hmaca. Tiqacatr hnei nyipi xeni me ihnyëxen : koko, kumala, wej. Ame la itre xeni asë tre hna wetrëne palahi hnei thiihlë, meketrë maine puaka wael ; ngo ame la xeni hna lapa treqene hnehuni asë tre, itra aji i qaaqa Waeju qatr.

Ame naene kolook, ame la kola traqa hnei Gaboroc kowe la itro kuli, atre hë huni kahape tha nanyikö qaaqa, tha hmitre kö matre fetrapi eahlo qangöne la ihmene gojenyi me itra aji hna xometrongën.

Ame Gaboroc tre, neköi thinene kuli eahlo, pëkö inue nyidro. Ame la ijine meci qaaqa, kola mecipife Gaboroc, ame koi huni tre, kösëpilo ka hape qaaqa hmaca a mec. Eahunia treije pine ej tune lo eahuni a treijepi qaaqa, nyipici, treetre Waloli pehi qathehun la ka tha hane treij, ma ka mecimekune eahlo.

E hohë itro kuli, maine nyiulili me pi ihej, eahunilai a isathil troa huliwa thoi nyimenyim maine pena eahuni petrehi lai a nyipi huliwa. Ame ni, tre enihëlai a thilicatr fene la itre hnitre katru, kösëlo eni ha wewë, nge itre xaa ijine enifelai a hulethea lo itre xa canekoko, ke loie ohnyinijë hnei hmihmi. Loie qanyi nyidrëtikö qaja koi ni kahape loijuhë. Atreini kahape, ceitungehi lai me Thuluë me Icica.

Ame itre keme me thinehun, angatr a hnyimafë lai kucahmëjolehun ngo kolo hi lai matre atimekë hun, me eacilë huni wanga tro minajëhun troa iwej hune la itre isinöe. Atre catre angatrelai kahape, ngazocatre la hnehun hna fekë. Tro hmaca pëhë angatre lai a bëek thupen troa wakecaan hnyawane la itre hnitre ka ngazo nge isa eahuni hmaca ha koilo a ini.

- Haa nekötrahmany, loi ju hë, trojëpe a xatua qaaqa.

Hne nyinawai hmiihmi lai. Enepe eahuni lai a isa mejë kösë lo itre qangöne elepetr a fetra matre jele la nyinawai aji. Kolohëlai a isa igoëë, ngo pëpikö troa pihnyima qëmekei itre mathin. Ihnyimapi pëhë e eëhuni hmekuje thupen. Ame itre mathineng tre, itre ka musicatr, xele angatre troa ihnyima hnine la hlapa. Qaaqa palahilai ka punelapa seijolene la melehun.

Eahuni lai a iwaja kowe lo uma wadratha troa xome lo munëne dröne haupuny me itre koko hna dreuth nge lapakacahae asë a nango tro koilo fenei wacua thei qaaqa. Ame la eahuni a traqa fenei la wacua, asehë thawa la xen.

Qaaqakö, e kuhu ezine la itra aji, asehë eë. Kolohë lai a isa köjahuni la itre trepai eahun. Hna elë hnyawanekö hnei eahlo hune itre dröne pahatre me itre dröne wacua nyine peleitre. Caa sine aji, maine caa aji ka pexej pena, thenge la etrune la itre tha e eidr ce tro me itre wej me itre xenyë. Xelefe Lulu ma hane xeni xenyë, matre eahuni lai a pune ieloon la edrö i angeic. Celë minafehi matre pune inyiengëhun pinelai. Nge ketre tretre kö a isa thawa koihun la itre koko hna dreuth me itre kap.

Nge eni me Thuluë la luetre nei trizanë dröne lemene koihuni asë, thupene lai nyio a xomejë la itre sine aji nyio me löölöfë e koië hnitr. Tropalahi eahunia sepë koi hnitr matre ananyi angatre itre katru, ke pëkö ce wenemekën. Itre xaa hnepe ijin, eahuni a drenge koilo qaaqa a wesitrë ketre mathin pine lapa huliwaahun, drengeju fehi huni koilo i hahae.

Pëkö meje hun, ke pëkö tro huni a ithanata qëmekene la itre katru. Eahunia nango xeni thaup, ngacama pi tro huni a hnyimasai angatre angetre folosa huni hna wesitrëne hnei qaaqa pi eahun. Thatrekö huni ngöne la ijine cili kahape angatre a ce enexöl.

Madrine catre huni koi qaaqa ka nyi xöle hun. Ke hnamajemine ngöne la hnalapa. Waeju qatrehi la atre acasi huni me angatre itre katru. Eahlohi a ase nue huni qangöne itre huliwa ne helep. Huliwa hmacajë edrahe hnaipajö qëmekene troa xen. Amehë la sooce huni tre, eahuni pëhë a troa elo e cili hnënge hnitr. Itre xane a elë utipalaha koho hnaidridripahone itre isinöe. Itre xane a wej aji maine thele iawa ka hmedr matre thupë thiihlë edrahe e hej. Nyimutre catre hnei huliwa hun.

Ngo ame la mano e naene o kolook tre, ceitune me ketre hna majemine hna ahmitrötrëne. Kosëpilo kahape qaaqa a troa ceamënine la hmi. Eahlo hmekujehi laka ithanata, nge eahuni a lapa thaup, tiqa la që hnei sine aji, kola isa pelikaca gönin.

E trona goeëne la meleng, eni a mekune la itre isa aqane drenge trotrohnineni la itre drai cili : tune lo enia ulume lo sine aji, kosë lo enia ketre menu laka kola ahleuhleunyihun, kola i nyizö, kola thinge la hnenge hna mano hnene la akötre cili. Kola ajolënife troa goeëne la ketre trejine me eni a ulumaxöxö la göni angeic. Ketre xapoti fe a xele ma igoeë me eni. Ame lai hnepe hace cili, eja tiithasë la lapa kacahae. Caasihi la aqane drengehun la hmahma cili lo kola öni thiihlë. Kola nango ahmahmanyisë e troa e së hnei angetre ka ijij me meköt: Itre lapa qatr me itre qatr.

Ame aji me thiihlë tre öni itre joxu, ame uzeqë tre ceitune me xeni koko qëmekene ihotrekeu me qëmeken iamanathithi qathei penëëti thei itre ka hmitööt ngöne la hnapet. Kola tha metrötrëne la itre wathebo, kola atrekënö la koko, ngacama koko qangöne zisëkö, ngo kola zae e troa xen, ka tune lo naene kolookehun e helep. Hetre isa ajasëkö, ajai ngönetrei.

Ngöne la itre drai thupen, ene la eni a bëeke koi kakati me nenë e Hunöj ; ame Havila la hnenge hna ini itre macatre ngöne collège tre kola köjani me ahmahmanyini kahape : atre öni aji, kösëpilo kahape hnenge hna kuca la ketre ngazo, iathixötrë. Nge maine hnathaipiëni, me wangaconyini, tha aqane hmahmaköni pine la huhnahmi nenë. Enia troa mec. E kuhuhnine, itre ini kahape kola xomihun tunelo itre kajidri palakö.

Ame la itre xötre atre eidre tre, angatre hi a xenituhun, ame lo ijine nekönaatr a inine troa xöleuthe hnyawa la itre hnei angeice hna drenge trotrohnine ngöne lae angeice me nööje ecili hutrö i angeic ; hanefehë lae eni a hna hane hnyimafë ngacama tha trotrohnine hnyawaneköni la ehacene la hna iwangaacony. Isi katru.

Ame la ketre drai, laka ije macatrehëla, ce eniju hi me ketre sine huliwang, ka ini physique me chimie ngöne la hnahage i itre tre ini. Eahlo a feepi la mokë melek paudra qangöne la ikalepany. Eahlo a pi hnëkë nyine iji kaidreuth matre troa aegöcatrenyi eahlo maca.

  • Eni a hnöötr, öni eahlo koini.
  • Cileju Maryline, kangazohë lai melek, eja pi, qeadridri palaha la hna lapa ngöne ikalepany ma caa macatrehëla, atre i ö ? Tha drenge kö eö la eja punepun ?
  • Hahahaéé ! Nyipëti laka ini qene wiwi, maine tro nyipë a atre hmekun la nöjei ewekë ka xulu qangöne la thelewekë i ange ka inamacan matre nyine xane la itre nyine xen e nöjei drai…, ma thatro ju kö nyipëti a qaja la mokë melek celë.

Lapa menupihini. Eni ; lo atre öni aji.

 

                                                           Léopold Hnacipan extrait de Passerelles 2017

Télécharger la version en français en suivant ce lien

Télécharger la version en anglais en suivant ce lien

Télécharger la version en hula(Fidji)en suivant ce lien traduction de  Valiraka Qaeze.

 

NB : Léopold Hnacipan écrit rarement en drehu, il est professeur de français (en brousse) à Tieta Koné, il a nous a fait parvenir ce texte pour ses amis et sa famille à Lifou avec la traduction pour les non-locuteurs de cette langue vernaculaire, une des 28 de notre Caillou. JP

Publié dans Culture Kanak, Nouvelles

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>