Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

divers sur joel paul

Noël avec les lumières de Nouméa en famille

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo de mon fils Didier (c'est le bonnet de Léïa 7ans le sapin)

Photo de mon fils Didier (c'est le bonnet de Léïa 7ans le sapin)

à écouter sans modération

Joël PAUL avec "le vrai père Noël"

Joël PAUL avec "le vrai père Noël"

 

Bonne fête à tous les enfants du monde.

Merci aux visiteurs de mon blog

et bon réveillon de Noël.

Le père Joël

Des photos de Didier
Des photos de Didier
Des photos de Didier
Des photos de Didier
Des photos de Didier
Des photos de Didier
Des photos de Didier
Des photos de Didier
Des photos de Didier
Des photos de Didier
Des photos de Didier

Des photos de Didier

Partager cet article
Repost0

Vœux cycloniques d’écrivainducaillou

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Bonne fin d'année à tous et faites de bons repas entre amis. Amicalement Joël

PS : Petite pensée à nos proches disparus et à nos étudiants ou famille en Europe. Bon courage à tous. Ne restez pas seul pour les fêtes. C'est mauvais pour le moral. 

Partager cet article
Repost0

La vidéo de l’Avent avec les ouvrages qui ont marqué 2021

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La vidéo de l’Avent avec les ouvrages qui ont marqué 2021

À qui reviendra la Popaï jeunesse, le Popaï littérature de 2021 en stand-by cause le report du SILO. 2021 sera-t-elle l’année Isa ? Les sélectionnés du Popaï littérature sont tous éligibles, qui sera nommé ? J’évoque aussi le lauréat de la résidence d’écriture du Château Hagen 2021, Basile Galais, dans cette vidéo de l’Avent. Après, il faut voir !

Voir sur FB Calédo livres

Plus (sur les vidéos ecrivainducaillou)

Partager cet article
Repost0

La littérature Jeunesse sur le Caillou, une vidéo et article avant Noël

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La littérature Jeunesse sur le Caillou, une vidéo et article avant Noël

Le salon du livre de Papeete, Lire en Polynésie est à peine terminé mais il est déjà temps de revenir au pays avec nos auteurs et nos ouvrages. Les fêtes de Noël approchent. J’ai pensé que la littérature jeunesse était un bon thème. J’ai opté pour le look père Noël et nattes de Greta Thunberg avec son beau sourire pour le climat pour évoquer mon sujet du jour « le livre Jeunesse en Calédonie » au début de la vidéo ci-dessus. J’espère que les enfants apprécieront !

La vie trépidante que nous avons de nos jours ne permet plus de prendre son temps. Il faut que ça aille vite. J’ai lu que les gens sont attentifs pour lire une vidéo que 3 mn en moyenne, ce qui explique les formats très courts diffusés. Pour moi, ce ne sont que des flashs de publicité. C’est trop superficiel, mais on peut dire beaucoup de choses en très peu de temps, les pros font ça très bien. Pour les amateurs comme moi, c’est une autre affaire. J’essaie de rester en dessous des 10 minutes mais c’est impossible de faire vraiment le tour d’un sujet dans ce laps de temps. Pour celui-ci, j’ai élagué en évoquant quelques auteurs ou maisons d’édition jeunesse du Caillou seulement, les autres comprendront.

À tout seigneur tout honneur, j’ai commencé par Isa Qala avec son roman La tribu des Veuves édité chez Plume de Notou, vient d’obtenir le prix Vi Nimö, un prix décerné par des lycéens du pays. Ça tombe bien puisque Liliane Tauru, éditrice qui devait être invitée au SILO 2021 à l'occasion des 10 ans de sa maison d'édition Plume de Notou et de la sortie du conte Sedrenila, d'Isa Qala et Niko, Nicolas Yann Martin est illustrateur. Il est paru en 2021.

Liliane Tauru depuis 10 ans à la tête de la Maison d'édition Plume de Notou est un pilier de la littérature jeunesse depuis de longues années aux côtés de l'ADCK-CCT, de l'ALK, de Lire en Calédonie. Il faut saluer ses actions culturelles au Médipole. J’avais une passerelle pour parler de Niko et SOLO, Sosthène Desanges, auteur, scénariste BD comme sa saga fantastique "Ash & Vanille". Mais il contribue à "Passeurs d'Histoires", un programme bien spécifique au territoire. Il s’agit, pour les auteurs qui participent, de collecter des histoires auprès de la population, s’inscrivant dans la tradition de l’oralité. Les histoires sont ensuite retranscrites sous forme de spectacles, contes, livres. Sosthène sur FB Je me suis attardé sur ce beau projet car j’ai eu l’occasion en rapport avec ce travail de passeur d’histoire d’entendre une belle lecture HISTOIRE DE DEVA d’après le récit de Blaise Moimbeu et Ito Waïa. Un texte remarquable de Sosthène Desanges lu par le talentueux comédien Stéphane Piochaud qui a su captiver l’auditoire au centre culturel Jean-Marie Tjibaou pour La nuit des idées - être vivant.

Ce n’est pas tout ! J’évoque d’autres talentueux auteurs que je vous laisse découvrir avec le père Joël.

Partager cet article
Repost0

La 21e édition du salon du livre Lire en Polynésie avec Franck Chanloup et une nouvelle vidéo, la n°5

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La 5ème vidéo de ecrivainducaillou vidéo pour un évoquer le salon du livre polynésien

La 21e édition du salon du livre Lire en Polynésie avec Franck Chanloup et une nouvelle vidéo, la n°5
Logo et l'auteure de cette belle affiche

Logo et l'auteure de cette belle affiche

Un article et une nouvelle vidéo pour évoquer la 21e édition du salon du livre « Lire en Polynésie », se déroulera du 18 au 21 novembre 2021 à la Maison de la culture de Papeete (Tahiti). Une occasion pour moi de revenir sur le 17ème salon en 2017 où j’ai l’honneur d’être invité en 2017. Cette année c’est Franck Chanloup auteur calédonien l’invité du Caillou. Ça a va être la bringue ! Franck avec Les Enchaînés dans le sillage du Mémoriel du bagne calédonien de Louis-José Barbançon a réussi à faire un beau succès de librairie mérité en Nouvelle-Calédonie et en métropole avec Au Vent des Îles, il a bénéficié de la réputation de Christian Robert et de ses nombreux ouvrages qui vont une fois de plus inonder ce salon, pour le grand plaisir des lecteurs d’ouvrage du Pacifique. L'Union européenne veut renforcer sa présence et ses actions dans la zone indopacifique, Christian Robert le fait depuis plus de 30 ans !


Salon du livre 2021

Du 18 au 21 novembre – Maison de la Culture, Tahiti

L’association des Éditeurs de Tahiti et des îles (AETI) est une association régie par la loi du 1er juillet 1901. L’AETI a pour objet la promotion, le développement et la défense des droits et libertés de l’édition et des éditeurs de Polynésie française qui sont ses membres.

Le Salon « Lire en Polynésie » est le grand événement annuel réunissant tous les acteurs du monde du livre. Quatre jours de littérature, de rencontres avec les auteurs locaux et les invités extérieurs, les éditeurs et touts ceux qui font cette industrie. « Lire en Polynésie » reste une belle occasion pour la littérature du Pacifique de rencontrer la littérature d’ailleurs, mais aussi et surtout le public du fenua. Ce salon est aussi l’opportunité de sensibiliser la jeunesse à l’écrit et à la lecture. Chaque année, un programme riche et varié est mis en place pour le plus grand bonheur des quelques 2500 scolaires en visite du salon.

Le livre, véritable fer de lance de la liberté de pensée, vecteur de connaissances, de savoir-faire culturels et de la liberté d’expression, traverse actuellement une période de turbulences. Bien que premier producteur de contenus culturels en France, l’industrie du livre et les métiers de ce secteur (auteurs, éditeurs, distributeurs…) sont ébranlés par le passage au numérique, les pressions commerciales exercées par l’effervescence des acteurs de la vente en ligne, le développement de nouvelles formes de consultation des ouvrages et les transformations comportementales des lecteurs.

« Le patrimoine littéraire est un bien collectif et un témoignage essentiel de la pensée d’un présent que nous avons le devoir de transmettre aux générations futures. Une transmission dont aucun peuple ne peut être privée. »

Christian Robert – Président de l’Association des éditeurs de Tahiti et des Îles

Au Vent des Îles, éditeur du fenua a toujours des nouveautés à nous faire découvrir. Cet éditeur du Pacifique est incontournable.

À l’échelle de la Polynésie, le challenge est de taille face à une culture où le constat factuel met en évidence que livre le plus commun reste la Bible. Le livre comme support de lecture loisir, pédagogique ou culturel reste encore en marge. Conscient de l’ampleur du défi, la volonté de partager le patrimoine culturel polynésien a su l’emporter, en véhiculant une expression libérée et authentique, agrémentée d’ouvrages métissés entre le français, le tahitien, l’anglais, le chinois… Le rôle des éditeurs est en ce sens remarquable, de par leur engagement à accompagner les auteurs et leur ténacité à soutenir la diffusion de leurs ouvrages.

Partager cet article
Repost0

Maison Célières, maison du Livre, la vidéo n° 4 d’écrivainducaillou

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Maison Célières, maison du Livre, la vidéo n° 4 d’écrivainducaillou

La vidéo n°4 du blog écrivainducaillou est terminée. À temps pour ce nouveau week-end de confinement strict, c’est encore un court-métrage, il faudra la visionner plusieurs fois pour tuer le temps. Je ne me lance pas encore dans le long métrage mais soyez patient. Pour mon plaisir et le votre, j’espère. Je relate mes souvenirs de notre belle maison coloniale du Faubourg Blanchot, la maison Célières qui restera pour moi la maison du livre. Pour retrouver la maison du livre, Frédéric Ohlen et mon vivaneau. Je vous invite à la regarder. Je remercie pour ses conseils  Jilème, Joël Le Masson, le papa de Léannie. Il vous recommande, Les profs, un album qui sort aujourd’hui. La BD antimorosité recommandée par l'Éducation nationale ! JP

Ps : On peut s’abonner à la chaîne, un bouton à appuyer en bas à droite de la vidéo.

La famille Célières, originaire de l’île de La Réunion, débarque à Nouméa en 1891 pour commencer une nouvelle vie. Le fils, Paul Joseph Célières, surnommé « Thomy », épouse la Calédonienne Marie Ohlen avec qui il a trois filles : Paule, Yvette et Renée. C’est lui qui entreprend en 1898 la construction de cette bâtisse dans le quartier du Faubourg-Blanchot et en confie les travaux à l’entrepreneur M. Gérosa.

La maison Célières, à l’architecture de style colonial, a un plan de distribution symétrique. Sur la façade principale, un porche d’entrée avec un escalier à deux volées mène à une véranda ouverte. Puis une porte d’entrée débouche sur un couloir desservant les 4 pièces du bloc central carré. D’un côté, les chambres et, de l’autre, la salle à manger et le salon, séparés par un portique en bois ouvragé. Au bout de ce corridor, la véranda arrière, d’un usage plus privé, est habillée de persiennes. Les vérandas permettent de rejoindre les 4 pavillons d’angle servant de bureau, de bibliothèque, de cabinet de toilette et d’office. La cuisine est située à l’extérieur, comme dans toutes les maisons d’époque, pour éviter tout risque d’incendie, fréquent dans les habitations en bois. Le bâtiment repose sur un soubassement de pierres et de briques. Les caves, utilisées comme remises, participent également à la ventilation du bâtiment.

Cette demeure, comme la plupart des maisons coloniales, possède deux jardins. L’un, à l’avant, est ornemental et l’autre, à l’arrière, est destiné principalement au potager, tout en étant un espace de vie extérieur.

Au décès de ses parents, Renée Célières obtient la jouissance de ce patrimoine et y habite jusqu’à sa mort. Après plusieurs années d’abandon, le bâtiment est classé monument historique puis racheté en 2003 par la Ville de Nouméa. Dès lors, et sous l’impulsion de l’Association témoignage d’un passé, des travaux de restauration sont entrepris entre 2006 à 2009, date à laquelle la maison Célières devient la Maison du livre.

La maison Célières : le portail et le jardin d'ornement de la maison Célières

Paul Joseph Célières, le premier propriétaire de la maison, et son épouse Marie Ohlen avaient l'habitude d'accueillir leurs visiteurs au portail, limite entre les domaines public et privé. Cet ouvrage en fer forgé était appelé par ses occupants « le Baro ». Ce nom créole vient de La Réunion où il est utilisé pour désigner un portail. On retrouve dans toute la maison des éléments rappelant l’île de naissance de M. Célières.

PS : Source des informations ci-dessus principalement la ville de Nouméa

Partager cet article
Repost0

Parlons SILO, et surtout SILO hors les murs, avec un café littéraire réussi

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Quelques photos souvenirs d'ecrivainducaillou Joël PAUL
Quelques photos souvenirs d'ecrivainducaillou Joël PAUL
Quelques photos souvenirs d'ecrivainducaillou Joël PAUL
Quelques photos souvenirs d'ecrivainducaillou Joël PAUL
Quelques photos souvenirs d'ecrivainducaillou Joël PAUL
Quelques photos souvenirs d'ecrivainducaillou Joël PAUL
Quelques photos souvenirs d'ecrivainducaillou Joël PAUL
Quelques photos souvenirs d'ecrivainducaillou Joël PAUL
Quelques photos souvenirs d'ecrivainducaillou Joël PAUL
Quelques photos souvenirs d'ecrivainducaillou Joël PAUL
Quelques photos souvenirs d'ecrivainducaillou Joël PAUL

Quelques photos souvenirs d'ecrivainducaillou Joël PAUL

Dans le cadre des animations « Hors les murs » du SILO 2020, un café littéraire a eu lieu  le 12 septembre au restaurant l’Envergure à Boulari avec la participation de 9 auteurs calédoniens  Nicole Isch, Nicolas Kurtovich, Bernard de la Vega, Sylvie Baille, Michèle Beaudeau, Claudine Jacques, Joël Paul et JM Creugnet. Je reviens sur cet événement très réussi avec ma troisième vidéo sur la chaîne You Tube dans les Vidéos d’écrivainducaillou et pensez à vous abonner en appuyant sur le gros bouton à droite en dessous la vidéo. ( :

Historique du salon international du livre, le SILO.

Le salon international du Livre océanien (SILO) est un salon consacré à la littérature océanienne qui se déroule en Nouvelle-Calédonie, soit à Poindimié sur la côte Est de la Grande Terre en Province Nord, soit à Nouméa sur la côte Ouest de la Grande Terre en Province Sud, depuis 2003 d’une manière générale à part quelques variantes dans les dernières éditions.

Déwé Gorodé naît le 1er juin 1949, à Ponérihouen, sur la côte Est de la Grande Terre calédonienne, dans la tribu de Pwârâïriwâ, située à l'embouchure de la rivière qui donne au village son nom est l’âme du SILO. Auteure de renom sur le Caillou et ancienne vice présidente du gouvernement de Nouvelle-Calédonie en charge de la culture, elle est à l’origine de cet événement littéraire.

C'est à l'occasion du Salon du livre insulaire d'Ouessant en août 2002, lors duquel la Nouvelle-Calédonie est l'invitée d'honneur, que les écrivains néo-calédoniens présents sur place développent l'idée d'organiser une manifestation similaire dans leur archipel afin d'aider à la promotion de l'écriture, de la lecture et de l'édition. Une des participantes à cette délégation, l'écrivain kanak Déwé Gorodey, était par ailleurs membre du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie chargée, entre autres, de la culture. Elle relaya  ainsi sur le plan politique ce projet.

Il est choisi d'organiser cette nouvelle manifestation à Poindimié, dans un souci de rééquilibrage par rapport à la Province Sud et de la côte Ouest, plus peuplées, plus riches et mieux dotées en termes d'équipements culturels que la Province Nord et la côte Est. De plus, selon les organisateurs, il était nécessaire de proposer « une première décentralisée qui se démarque radicalement de la plupart des autres salons : le salon du Livre est un espace de rencontres et d’échanges avant d’être une opération commerciale ». De plus, cet événement doit initialement coïncider avec l'inauguration des locaux de la Médiathèque provinciale du Nord à Poindimié afin d'aider au lancement de cette nouvelle structure en lui donnant une dimension internationale, mais des retards dans les travaux obligent à repousser cette inauguration après le Salon.

SILO 2008 JP La Fourmi d'Auschwitz

La première édition se tiendra ainsi à la salle omnisports de Poindimié du 17 au 19 octobre 2003. Médias, organisateurs, invités et visiteurs s'accordent, au lendemain de la clôture de ce premier SILO, pour y voir un succès, et la manifestation devient régulière sous la forme d'une biennale à Poindimié (délocalisé pour une seule fois à Hienghène en 2007) jusqu'en 2013, puis d'une manifestation annuelle en alternance entre Nouméa et Poindimié par la suite. A partir de l'édition 2018 Nouméa, au centre culturel Tjibaou du 7 au 9 septembre 2018, c'est la Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie (structure régionale pour le livre et membre de la FILL) qui est chargée de l'organisation. Un comité organisateur est formé, composé de représentants des écrivains, des éditeurs, des libraires et des acteurs culturels volontaires associés à l'organisation. En 2020, après une série d’événement hors les murs et sans invités internationaux sur place cause covid-19 le SILO 2020 sur le thème Soyons nature a eu lieu au centre culturel Jean-Marie Tjibaou du 06 au 11 octobre. On  attend avec impatience que la situation se débloque pour espérer voir un SILO 2021 !

Plus avec la vidéo de Sari Oedin pour la maison du livre

Partager cet article
Repost0

Dans le «pas» des baleines, la vidéo n°2 de la chaîne ecrivainducaillou vidéo avec Alain Lincker, François Garde, Loli et ma famille

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Sur pleine écran sur You Tube pour voir la baleine en entier, c'est mieux, c'est gros une baleine !

La vidéo n°2 de la chaîne ecrivainducaillou vidéo

Inspiré par un film familial du 18 août 2007, une sortie baleine.

J’évoque dans cette vidéo Le Prince Océan d’Alain Lincker et La baleine dans tous ses états de François Garde ainsi que LÔL festival calédonien, L’Île aux Livres.

Partager la vidéo appuyez sur le bouton

Lorsqu’une baleine plonge sous la surface de l’eau, elle ne laisse pour seul indice une nappe ovale d’eau calme, qui persiste parfois pendant plusieurs minutes. C’est ce qu’on appelle «le pas» de baleine. (J’ai pu lire pour la première fois cette explication dans le livre La baleine dans tous ses états de François Garde.

Alain Lincker « Le Prince Océan »

Aux éditions Tourneciel coécrit avec Jean Linnhoff

Le Prince Océan

Alain Lincker et Jean Linnhoff nous donnent à voir une île mystérieuse où la vie même possède un autre souffle, un supplément d’âme qui rend toute chose plus belle.

Quelle est cette île mystérieuse où tout est différent, où la vie même possède un autre souffle, un supplément d’âme qui rend toute chose plus belle. Les enfants bercés par l’océan y vivent des jours paisibles, épanouis dans une nature resplendissante.

Je te croyais hors du temps, hors du monde, isolée dans les miroitements des lumières du Pacifique, flottant entre les eaux, quelque peu irréelle, intouchable.

Aussi tu avais ton prince qui savait tous tes secrets, il savait la musique et le vent, la poésie enclose dans les profondeurs de l’océan dans lequel tu te plonges. Prince Océan sauras-tu protéger ton île des menaces qui se profilent à l’horizon ?

Dans l’évidence des mots, dans l’évidence de ce qui se tisse et demeure dans la mémoire de nos rêves, puisse ce conte devenir source de lumière, d’échanges et d’émotions entre les hommes. Pour qu’existe encore un avenir pour nos enfants en ce monde.

Un conte initiatique qui prend sa source dans la lumière du Pacifique.

"Une île mystérieuse et son prince face à leurs destins. Dans la magie du Pacifique réside un lieu à nul autre pareil, où se mêlent l’appel des conques, le souffle des alizés. Un conte écologique et initiatique en écho aux bouleversements du monde : l’homme pourra-t-il longtemps encore percevoir les confidences des baleines et s’abriter du tumulte de l’océan qui gronde ? " AL

Alain Lincker est poète et Calédonien d’adoption Plus sur Alain

François Garde « La baleine dans tous ses états »

Collection Blanche, Gallimard  Parution : 05-03-2015

FRANÇOIS GARDE

La baleine dans tous ses états

Collection Blanche, Gallimard - Parution : 05-03-2015

Ni récit de voyage ni traité scientifique, ce livre part sur les traces d'une des plus fascinantes créatures du règne animal, la baleine. Loin des grilles d'analyse des spécialistes, François Garde a choisi au contraire de mener son enquête le nez au vent, débusquant dans les recoins les plus inattendus de notre planète et de notre culture histoires, souvenirs, paysages, qu'il a tissés ensemble pour former une sorte d'épopée.

On découvrira ou redécouvrira ici la baleine des livres : Jonas, Moby Dick, Pinocchio. La baleine des baleiniers : chasses héroïques, usines baleinières à l'abandon, gestes oubliés. Les secrets de la place de la Baleine à Lyon ou de la rivière de la Baleine au Québec. Les baleines des images publicitaires, les baleines en peluche, les baleines de musée et tant d'autres traces énigmatiques ou familières, monumentales ou presque invisibles des rencontres entre l'homme et la baleine.

Animé tout du long par la curiosité insatiable et l'inventivité narrative de François Garde, La baleine dans tous ses états est un livre méditatif et ironique, burlesque et profond, poétique et érudit. Un livre ouvert sur le monde, inquiet parfois, sans jamais être mélancolique ou moralisateur.

  • François Garde a reçu le prix Goncourt du Premier Roman en 2012
  • Diplômé en 1984 de l'ENA (promotion Louise Michel),
  • Secrétaire général adjoint de la Nouvelle-Calédonie de 1991 à 1993
  • Administrateur supérieur des Terres australes et antarctiques françaises (du 25 mai 20002 au 19 décembre 2004),
  • Secrétaire général du gouvernement de Nouvelle-Calédonie, (août 2009 - août 2010),
  • Vice-président du tribunal administratif de Dijon, puis de Grenoble.

Photo par JP de François Garde pour présenter l’effroi son dernier roman chez Gallimard dans la collection Blanche. Prix Mottart 2017

Plus sur François Garde

LÔL et François Garde avec Pierre Faessel en 2019 à la bibliothèque Bernheim
LÔL et François Garde avec Pierre Faessel en 2019 à la bibliothèque Bernheim

LÔL et François Garde avec Pierre Faessel en 2019 à la bibliothèque Bernheim

Partager cet article
Repost0

Sillages d’Océanie 2021 Joël PAUL sur Youtube ! Un Auguste sur les Bancs du Congrès

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Une vidéo pour vous parler de l’ouvrage collectif annuel de l’association des auteurs de Nouvelle-Calédonie, avec une présentation de l’essai, Un auguste sur les bancs du congrès. Dans cette vidéo, tous les auteurs de cet ouvrage collectif sont mentionnés. Ce livre est publié annuellement avant le salon international du livre océanien. C'est un bon moyen pour découvrir un maximum d'auteurs en une seule fois. Bon visionnage et bonne lecture Joël PAUL

Extrait du début :

Au cours du long week-end de mai 2013, lors d’un pont du genre viaduc, pour fêter l’armistice, l’ascension, l’abolition de l’esclavage et la fête de l’Europe, j’ai lu « Effroyables jardins » de Michel Quint.

Aussi loin que je puisse me retourner […], les clowns m’ont déclenché le chagrin. Des désirs de larmes et de déchirants désespoirs, de cuisantes douleurs, et des hontes de paria. Plus que tout, j’ai détesté les augustes.

EJ : 14-15

Effroyables jardins, pour ceux qui n’ont pas eu la chance de lire ce court roman, est un livre dans lequel Michel Quint raconte les souvenirs d’un jeune garçon honteux des clowneries incessantes de son père. Il apprendra, par son oncle, un secret familial datant de la deuxième guerre mondiale qui lui fera comprendre pourquoi son père faisait le clown dans des situations qui ne s’y prêtaient pas en apparence. Une péripétie qui donne une telle saveur à ce roman… (suite sur Sillages d’Océanie)

Pour se procurer l'ouvrage voir Calédo Livres 

NB : De nombreuses vidéos de présentation des différents auteurs sont disponibles sur la toile. 

Partager cet article
Repost0

Un auguste sur les bancs du congrès, un essai de l’ouvrage collectif SILLAGES D’OCEANIE 2021 - TRESSONS LE MONDE

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Couverture du livre et Gif extrait du film Effroyables Jardins
Couverture du livre et Gif extrait du film Effroyables Jardins

Couverture du livre et Gif extrait du film Effroyables Jardins

Un auguste sur les bancs du congrès, un essai de l’ouvrage collectif SILLAGES D’OCEANIE 2021  -  TRESSONS LE MONDE

N’ayant pas encore reçu mon exemplaire de cette nouvelle édition qui devait être présentée au SILO de Poindimié, je ne peux pas faire la promotion d’un texte en particulier d’autant que cette année la qualité est, paraît-il au rendez-vous. Le choix aurait été difficile. Je vais donc vous parler de la contribution d’un auteur que je connais bien, moi ( : J’ai écrit un essai Un Auguste sur les Bancs du congrès, un texte sur l’importance du vivre ensemble inspiré d’une lecture Effroyables jardins de Michel Quint et du film, Le Pont, de Bernhard Wicki, deux souvenirs émouvants pour moi. J’ai tressé, non pas le monde, mais ma natte avec nos propres discordes comme celle des deux poilus de Koné avec une chute que je réserve aux lecteurs de Sillages 2021. Ci-dessous les premières lignes de mon essai en attendant la fin du confinement et une présentation de l’auteur. On peut se procurer l’ouvrage en le commandant à la librairie Calédo Livres. JP

Plus sur Sillages en suivant ce lien une anthologie publiée depuis 2007 par l’AENC.  

Quelques lignes du début de l’essai :

Un auguste sur les bancs du congrès

Au cours du long week-end de mai 2013, lors d’un pont du genre viaduc, pour fêter l’armistice, l’ascension, l’abolition de l’esclavage et la fête de l’Europe, j’ai lu Effroyables jardins de Michel Quint[1].

Aussi loin que je puisse me retourner […], les clowns m’ont déclenché le chagrin. Des désirs de larmes et de déchirants désespoirs, de cuisantes douleurs, et des hontes de paria. Plus que tout, j’ai détesté les augustes.

EJ : 14-15

Effroyables jardins, pour ceux qui n’ont pas eu la chance de lire ce court roman, est un livre dans lequel Michel Quint raconte les souvenirs d’un jeune garçon honteux des clowneries incessantes de son père. Il apprendra, par son oncle, un secret familial datant de la deuxième guerre mondiale qui lui fera comprendre pourquoi son père faisait le clown dans des situations qui ne s’y prêtaient pas en apparence. Une péripétie qui donne une telle saveur à ce roman.

Le titre de l’œuvre fait référence au poème Les grenadines repentantes de Guillaume Apollinaire. Véritable succès, Effroyables jardins a été traduit en 25 langues, adapté au cinéma et au théâtre, offrant l’occasion à Michel Quint de se faire connaitre d’un large public. En 2002, l’auteur propose un second volet, Aimer à peine, dans lequel il raconte les difficultés pour le narrateur, qui découvre l’amour, d’être confronté à l’un des officiers qui ont arrêté son père.

 Résumé (source PetitLittéraire.fr)

« Le récit commence par la présence inhabituelle d’un clown lors du procès de Maurice Papon, homme politique et haut fonctionnaire qui a collaboré à la déportation des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Le narrateur rappelle plusieurs lois de Vichy : il s’agit de mesures prises contre les Juifs pour les empêcher d’accéder à un travail, d’exercer le métier de comédien ou pour les priver de nationalité. Il déteste depuis toujours les clowns à cause de son père qui se costume régulièrement ; il lui en veut énormément de jouer ce rôle. Avant chaque représentation de clown, après le coup de fil lui annonçant le lieu où il doit se rendre, au moment de partir, le père hésite, mais sa famille, excepté le narrateur, l’encourage toujours. Le narrateur est révolté contre sa famille : « Moi, leurs manières à tous m’emmerdaient » (p. 17). Lorsqu’il apprend que son père, André, va recevoir la Légion d’honneur, il ne comprend pas, mais le récit que lui fait son oncle Gaston change tout ».

Dans Effroyables jardins, lorsque l’oncle raconte la guerre à son neveu, cela réveille mes propres souvenirs. Dans ce passage, Gaston raconte à son neveu un acte de résistance accompli par son père et lui. Ce sabotage, un attentat, et surtout son dénouement, expliquait les clowneries du papa. Il lui révèle cet épisode de leur vie pendant l’occupation, dans un petit café, tandis que le père s’était éloigné à une autre table. Ils sortaient tous du cinéma après avoir vu le film, Le Pont, un film allemand de Bernhard Wicki[2], sorti en 1959. Ils étaient allés à la séance en famille, avec les parents du narrateur, le neveu de Gaston et sa femme.

Lorsque j’ai vu ce film en 1962, j’avais 10 ans…

Joël Paul Né en 1952 en Picardie débarque en Nouvelle-Calédonie à la fin des années soixante après un voyage de 45 jours à bord du Calédonien, paquebot des Messageries Maritimes. Marié et père de quatre enfants. Après une carrière de technicien dans le domaine de l’électricité, il est devenu écrivant en dilettante et blogueur littéraire ecrivainducaillou sur over-blog.

1998, La balade du petit tricot (prix jeunesse Bernheim) édité en 2007 par la direction provinciale de l’enseignement traduit en plusieurs langues vernaculaires, 2001 Le Ben Ameur, nouvelle, 2006 Coup de soleil sur le Caillou, recueil de nouvelles, 2008 Le Calédonien, roman, sélectionné dans plusieurs concours, 2009, Entropie Edilivre, 2011, Che si ascuiga le castagne ora, nouvelle prix des bibliothécaire de la province nord, C’est ça le destin commun une nouvelle/scénario pour le théâtre lauréate d’un concours de la bibliothèque Bernheim, 2012, Le Vigile du dispatcheur sélectionné dans le cadre du festival Ecrits d’ici : Métiers de nuit, monologue théâtraux a été lu, par la compagnie toulonnaise "Le bruit des hommes", 2013, Mes nuits avec Roymata, recueil de nouvelles, Cthulhu et le tabou kanak finaliste du concours du Très très court Short Edition, 2014, "I'have a dream" monologue concours "lâchez-vous" pour la fête des Fous à Lier, Les visiteurs de Château Hagen, roman, Nostalgie pour la compagnie théâtrale "Les Artgonautes, 2015, Allāhu ākbar", maison du livre (MLNC) en soutien à la liberté d'expression suite à l'attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo, 2016, participation à l’écriture de Paroles de Thio, un spectacle de la compagnie Les Artgonautes, 2017, Les Moustaches de Tigres, roman lancé au salon de Papeete. Depuis 2017, participation dans de nombreux ouvrages collectifs, les Sillages de l'AENC, 2018, 2019,2020 et 2021 pour les SILO, salon international du livre océanien et Chroniques Insulaires 2019,2020 (paroles de Nouvelle-Calédonie) et Le Chaudron de Nick, une nouvelle paru chez Ecrire en Océanie en 2020.

 

[1] Michel Quint est un écrivain né le 17 novembre 1949 à Leforest dans le Pas-de-Calais

[2] Bernhard Wicki, né le 28 octobre 1919 à Sankt Pölten (Autriche) et décédé le 5 janvier 2000 à Rosenheim, Allemagne, est un réalisateur et acteur suisse.

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 > >>