Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ecrivain caledonien

WANAMATCHA ! - Georges Nurdin une nouveauté calédonienne chez L'Harmattan

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Source Librairie Calédo Livres et les éditiosn Harmattan
Source Librairie Calédo Livres et les éditiosn Harmattan

Source Librairie Calédo Livres et les éditiosn Harmattan

Georges NURDIN par Georges NURDIN

Economiste

Né dans le Pacifique Sud, j’ai été éduqué en Europe et aux Etats Unis .

Je suis doté d’un tempérament naturellement curieux, ce qui m’ amène à m’ intéresser à de nombreux domaines , entre lesquels j’ aime à bâtir des ponts et des synthèses. Je m’intéresse particulièrement aux cultures et aux langues (j’en parle 6) , mais aussi aux mathématiques, aux sciences sociales et politiques , à l’histoire, à la philosophie, aux sciences de l’ éducation et bien entendu aux sciences économiques et managériales puisque c’est ma formation de base.

La vie m’ a donné de parcourir le monde , et de vivre d’ avantage de temps hors de France qu’ à l’ intérieur de l’ hexagone, ce qui m’ a , bien entendu amené à découvrir de nombreuses cultures et modes de vie , mais aussi et paradoxalement à me découvrir moi-même dans le regard de l’ autre et à m’enrichir de son altérité.

je suis un passionné de sports mécaniques, d 'équitation,d' arts martiaux de plongée sous marine, et de sports nautiques.

Georges Nurdin , ESCP Europe, MBA -MIT, Docteur ès sciences économiques, Fellow of the Institute of Directors, senior Fellow ESCP Europe, Membre du Conseil d'Orientation de University of London in Paris -ULIP- , Administrateur de l' ADAE, Lt-Colonel (rc) Armée de l' Air, a exercé le Management pendant plus de trente ans sur les 5 continents en tant que Directeur Général et Président de Conseil d' administration. Il est aujourd’hui' hui, après avoir été expert auprès des Nations Unies, puis Directeur de Paris School of Business et chargé d' enseignement à HEC Executive Education et ESCP Europe, Consultant International.

Une autre nouveauté calédonienne chez l'Harmattan également. (Harmattan, un éditeur très  ouvert aux auteurs calédoniens)

Une autre nouveauté calédonienne chez l'Harmattan également. (Harmattan, un éditeur très ouvert aux auteurs calédoniens)

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

« LA VALLÉE DU DIABLE », bande dessinée d’Anthony Pastor Éditeur Casterman

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Couverture du livre

Couverture du livre

Après "Le Sentier des Reines", le nouveau grand récit d'Anthony Pastor !

Nouvelle-Calédonie, 1925. Loin de leur Savoir natale, qu'ils ont fuie aux lendemains de la guerre, Blanca, Florentin, Pauline et Arpin ont fini par s'établir aux Antipodes. Mais cette nouvelle vie dans les colonies ne satisfait pas leur rêve de justice sociale et de liberté. Et, alors que l'air se fait de plus en plus irrespirable, l'heure des règlements de comptes est venue.

En Nouvelle Calédonie, les passions amoureuses se cristallisent au gré des conditions climatiques, sur fond de tensions post coloniales. Une nouvelle peinture sociale et sentimentale d'Anthony Pastor.

Anthony Pastor est né en 1973. Il a publié ses cinq premiers romans graphiques chez l’An 2.

Ice Cream (2006) a reçu le label « Attention talent » de la Fnac et Castilla Drive le prix du polar SNCF à Angoulême en 2013. Le Sentier des reines, paru chez Casterman en 2015, lui a valu un accueil enthousiaste de la profession et la presse. Il vit et travaille près d’Uzès, dans le Gard.

L'histoire :

Quelques mois après la fin de la première guerre mondiale, Blanca, Pauline, Florentin et Arpin ont quitté leur Savoie natale, pour refaire leur vie aux antipodes, en Nouvelle-Calédonie.

Au terme d’un voyage difficile, ils rencontrent un éleveur sur les quais de Sydney, James Jacques, qui leur offre de les aider à s’installer contre leur labeur au sein de sa propriété.

Cinq ans plus tard, Florentin est devenu un excellent cow-boy. Il est farouchement courtisé par Marie, la fille du riche éleveur mais il se refuse mystérieusement à elle.

Pauline, elle, s’est remariée avec Arpin, au grand désespoir de James, qui espérait bien en faire sa seconde femme.

Auguste, un Kanak lui aussi stockman sur la propriété, observe lucidement ce jeu trouble de séductions et de convoitises. Il est devenu ami avec Florentin et tente de le raisonner sur l’opportunité d’un mariage avec Marie. Auguste intériorise une rage envers une jeune femme kanak, Déwé, qui aurait dû être sa femme. Mais Déwé a fui sa tribu et se retrouve enceinte, dans le plus grand secret, d'Arpin…

Des images du livres pour vous donner envie de courir l'acheter.
Des images du livres pour vous donner envie de courir l'acheter.
Des images du livres pour vous donner envie de courir l'acheter.
Des images du livres pour vous donner envie de courir l'acheter.

Des images du livres pour vous donner envie de courir l'acheter.

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Nouveauté jeunesse, Dugong, mon trésor de Catherine C. Laurent

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La couverture du livre

La couverture du livre

Vert d'Ô, Éditions Cépages, 2018

Jeunesse - Album fiction illustré

Elodie, petite Calédonienne, vit dans un paradis naturel dont elle connaît toutes les merveilles. Lorsque son cousin vient passer les vacances chez elle, la petite fille ne peut s’empêcher de lui révéler un secret bien gardé : la cachette d’un extraordinaire animal...

Véritable initiation au voyage et à la préservation de la biodiversité, cet album jeunesse, à partir de 3 ans, tend à éveiller les plus petits à la beauté de la faune et de la flore par le biais d’une histoire courte superbement illustrée.

Source Pacific Book’in

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Paroles dans l'air du temps, Entretiens, de Alexandre Rosada

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Couverture du livre. L'auteur est l'undes invités du SILO 2018

Couverture du livre. L'auteur est l'undes invités du SILO 2018

Collection Portes océanes chez L’Harmattan

HISTOIRE BIOGRAPHIE TÉMOIGNAGE, AUTOBIOGRAPHIE, RÉCIT OCÉAN PACIFIQUE Nouvelle Calédonie

Ces "paroles dans l'air du temps" se veulent une traversée de ces trajectoires humaines. Père Iréné Wally, homme de foi catholique, Wakolo Pouyé, homme d'honneur et militant politique, ont imprimé leurs traces. Toute une époque lointaine et si proche à la fois. Avec Jean Paul Caillard, fils de pionnier calédonien et Élie Poigoune, fils de pasteur kanak, nous sommes dans le présent et l'avenir. Présent sûr. Avenir incertain. Paroles d'espoir. Le combat continu pourtant. Pour nous...

Alexandre Rosada est journaliste depuis 1985. Grand reporter à France Télévisions. Il vit en Nouvelle-Calédonie depuis 30 ans.

Rosada, TV, Récit, Entretiens
Avec cet auteur, on peut sans se tromper utiliser le slogan "Vu à la TV"

 

Les ouvrages parus de puis janvier 2017 de cette collection dirigée par Frédéric Angleviel et Paul Fizin

Les ouvrages parus de puis janvier 2017 de cette collection dirigée par Frédéric Angleviel et Paul Fizin

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Gros taros au marché de la baie de la Moselle

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Julie Dupré une auteure qui n'a pas peur de la concurrence des maraîchers du Caillou. Photos de Joël PAUL
Julie Dupré une auteure qui n'a pas peur de la concurrence des maraîchers du Caillou. Photos de Joël PAULJulie Dupré une auteure qui n'a pas peur de la concurrence des maraîchers du Caillou. Photos de Joël PAUL

Julie Dupré une auteure qui n'a pas peur de la concurrence des maraîchers du Caillou. Photos de Joël PAUL

Le gros Taro est un petit livre jeunesse des éditions Plume de Notou que les grands peuvent lire aussi. Le marché c'est jusqu'à midi ! Photos JP
Le gros Taro est un petit livre jeunesse des éditions Plume de Notou que les grands peuvent lire aussi. Le marché c'est jusqu'à midi ! Photos JP

Le gros Taro est un petit livre jeunesse des éditions Plume de Notou que les grands peuvent lire aussi. Le marché c'est jusqu'à midi ! Photos JP

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

LE GROS TARO, écrit et illustré par Julie Dupré, un album jeunesse trés attendu

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le gros Taro en rayon chez Calédo Livres

Le gros Taro en rayon chez Calédo Livres

LE GROS TARO, écrit et illustré par Julie Dupré.

publié par les Editions Plume de Notou

avec une aide de la Mission aux affaires culturelles début 2018.

Ce « petit conte rigolo » pour les petits de 2 à 7 ans amusera toute la famille. Il s’agit d’une adaptation du conte slave du gros navet, transposé en Océanie. Une page documentaire à la fin de l’album apporte des informations sur le rôle important du ver de terre et du taro.

Le tonton de Théo a planté un taro. Quand vient le temps de le déterrer, il tire, il tire, il tire, il peut toujours tirer, le taro est bien enterré !

L’arrachage d’un taro beaucoup trop gros pour être déterré par un seul homme nécessitera un vrai travail d’équipe : toute la famille, mais aussi les animaux sont mis à contribution jusqu’à la chute, des plus comiques.

Par sa structure et les nombreuses assonances et allitérations, cet album s’adresse aux plus jeunes et amusera les adultes qui le leur liront.

Le premier jet de ce conte a été écrit lors d’une formation sur les contes-randonnée avec la conteuse Anne-Gaël Gauducheau. Il s’agit d’une adaptation du conte slave du gros navet, transposé en Océanie.

Les illustrations sont réalisées à la gouache sur des chutes de tissus océaniens et jouent sur la transparence en laissant apparaître les motifs des tissus imprimés.

Dans un style naïf et humoristique, elles recèlent aussi une foule de détails à observer.

Le bonus documentaire : le ver de terre et le taro, humbles mais aux rôles très importants n’auront (presque) plus de secret pour les lecteurs de ce petit livre grâce à sa page documentaire.

   Prix de vente : 950 XPF chez les bons libraire.

Ce livre est distribué par Book'in Pacific 

+687) 28 38 03 ou par mail bookin-dis@canl.nc

 L’auteure

Après avoir grandi en Polynésie, Julie Dupré étudie à l’université d’Arts plastiques à Paris. Riche de nombreux voyages à travers le monde, elle revient à ses premières amours : la mer et les îles océaniennes qui ont bercé son enfance.

Elle enseigne et expose à Tahiti, puis met sur pied des ateliers d’art au Vanuatu, avant de s’installer en Nouvelle-Calédonie où elle devient infographiste et illustratrice. Elle a notamment illustré Scènes de vie polynésienne, recueil écrit par Isabelle Lurton aux éditions Haere Po, Mes animaux en mots animés, recueil de poèmes de Louna Tcherko aux éditions AMVIE et Aji et le soleil, un conte d’Ykson, aux éditions Plume de Notou.

Également conteuse, elle a crée un spectacle de contes-randonnées pour la petite enfance, « Le gros taro », qui a reçu une aide de la Mission aux affaires culturelles début 2018.

Aussi  chez cet éditeur calédonien

Aussi chez cet éditeur calédonien

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Un conte et une nouvelle pour la causerie de mercredi 23 mai à la librairie Calédo Livres

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Diego Jorquera auteur de ELLE et Jean Vanmai auteur de NEIKO

Diego Jorquera auteur de ELLE et Jean Vanmai auteur de NEIKO

Résumé du dossier de presse de Nicole CHARDON-ISCH présidente de l'association Ecrire en Océanie éditrice de ces deux ouvrages. JP

Diego et son sourire malicieux qui va quitter le Caillou bientôt. Photo JP

ELLE, NOUVELLE DE DIEGO JORQUERA

Résumé de l’analyse de

Présentation à la librairie Calédolivres mercredi 23 mai

Le récit de Diego, primé pour le concours de nouvelles fantastiques lancé en décembre 2017 par Ecrire en Océanie, pose une triple interrogation :

-        Comment le fantastique se nourrit-il de la réalité ?

-        Comment le récit bascule-t-il dans le surnaturel ?

-        Le personnage est-il maître de son destin ?

a)       De nombreux éléments ancrent le récit dans un cadre réel :

Les personnages, leur situation économique et sociale, des faits divers marquants, donc des éléments vérifiables.

-        D’un côté Josette CALVI, diplômée en droit, journaliste aux Nouvelles Calédoniennes,  décédée au CHS de Nouville après un an d’internement ; la fiche de suivi de la patiente indique un état psychotique perturbé, des idées délirantes, des rêves éveillés dans lesquels elle affirme qu’une femme cherche à prendre le contrôle de son esprit ; la posologie de son traitement est inscrite sur la fiche.

Un article des Nouvelles Calédoniennes du 04-10-2013 lance un appel à témoin : « Toute personne qui pourrait donner des informations permettant d’élucider le cas de Josette Calvi sera la bienvenue. Nous rappelons à nos lecteurs que cette excellente journaliste… a été retrouvée le 7 du mois dernier, presque nue et inanimée, dans un état de complet délabrement physique et mental, par des hommes de la tribu de Bâ, près de la bâtisse abandonnée du New country Hôtel, à Houaïlou. »p.13

Un autre article du 09-09 2014 annonce le décès et les obsèques de la patiente.

-        De l’autre une famille d’aventuriers enrichis grâce à la mine. « La famille Heimlich installée en NC en 1947, à Houaïlou,  avait possédé quelques terrains miniers dans la région de Poro, qu’elle avait rapidement cédés, fortune faite. M.Heimlich, dernier de la lignée, et sa femme Marie, née Mandéa en 1950, n’ayant pas eu d’enfants, s’occupaient à dépenser l’argent que la famille avait amassé. Si M.Heimlich avait des goûts et un train de vie modeste, il n’en allait pas de même de sa jeune épouse. Très souvent partie à Nouméa, à La Foa, ou en d’autres lieux dont on ne savait rien, elle semblait fréquenter alors un tas de gens pas très recommandables.  » p.8

Cette famille vit sur une propriété où est bâtie Le New Country Hôtel, un peu délabré, transformée en manoir privé ; le couple vit dans des ailes séparées à cause des fredaines de la dame.

Enfin un crime est commis dans des circonstances restées mystérieuses : Maria Heimlich est retrouvée poignardée, ligotée dans sa chambre ; le couteau porte ses empreintes ; la porte est fermée de l’intérieur.

Et si l’affaire est classée sans suite, elle n’en reste pas moins dans les mémoires et n’en alimente pas moins les hypothèses les plus folles.

Voici donc le soubassement réaliste de cette fiction, qui va nourrir le fantastique.

b)      Voyons maintenant comment le récit bascule dans le surnaturel

Diego a choisi la chronique à travers un document retrouvé dans les affaires de J. Calvi.

D’abord les espaces et le temps : le cadre est inquiétant ; que faisait-elle à Houaïlou près d’une propriété privée ? Etait-elle prédestinée, elle qui voulait  « être au plus près de l’événement » ?

Josette Calvi ne doit la vie qu’aux soins traditionnels donnés par les femmes de la tribu durant deux jours ; elle est transportée à l’hôpital G.Bourret puis au CHS Albert Bouquet. C’est un critère d’aliénation mentale. On est chez les fous, « elle semble avoir vécu une expérience terrifiante, bouleversante et stressante, qui l’a plongée dans l’inconnu », elle se croit possédée.

La chronique qu’elle tient révèle d’abondants champ lexicaux évoquant le mystère, l’inquiétante étrangeté, la peur, le malaise. Une double rangée de bougies entourent son lit : « je ne me souviens pas les y avoir mises » écrit-elle dans son journal. Les visions s’intensifient et se précisent : « elle porte une longue robe blanche déchirée, tachée de rouge, peut-être du sang… »

Quant à Maria Heimlich, la mise en scène de sa mort oriente vers quelque chose d’occulte ; elle est vêtue d’une longue robe blanche, des bougies allumées entourent son lit, les cordes qui la nouaient revenaient vers elles comme si elle avait pu les nouer elles-mêmes ; c’est la stupéfaction et l’irrationnel le plus complet.

Basé sur l'introduction d'un ou de plusieurs éléments fantastiques, irréels ou imaginaires dans un monde en apparence réel, le récit fantastique est caractérisé par un vaste éventail de possibilités. On oublie le rationnel, la logique, le monde fantastique déjoue toutes les perceptions et reste invraisemblable.

Le temps est bousculé, à la frontière entre plusieurs mondes : l’illusion, le vivant, la mort ; nous sommes tantôt à Houaïlou, à Nouville au centre Bousquet, dans une forêt lugubre, mais aussi dans l’au-delà ; le monde rationnel se télescope avec celui des fous, des malades mentaux dans un entre-deux dérangeant ; qui a tort, qui a raison ? Comment démêler le vrai du faux dans cette chronique, qui ne déparerait pas une enquête policière ?

c)       Le personnage est-il maître de son destin ?

Josette Calvi n’affirme rien.  Elle regarde le plafond et croit « y voir une forme qui bouge doucement à travers une sorte de brume diffuse… » ; elle sent sa volonté flancher et subit un curieux état de léthargie et de soumission de soi : « torpeur étrange ; plus forte que ma volonté ; je me  sens glisser vers le sommeil… j’ai du mal à lutter. »

 Elle  ne peut savoir si le monde est fantastique ou réel, et s'il existe une différence entre rêver et vivre.

L’irruption du surnaturel dans le réel, s’accompagne d’une hésitation et d’un doute sur la véracité de l’expérience. Mais elle ressent, elle voit et demeure sous emprise, c’est la seule certitude. Elle voit cette femme, elle voudrait lui parler mais l’apparition est fugace et s’empare de son esprit ; comme les personnages de la tragédie grecque, Josette Calvi ne maîtrise plus son destin ; l’envoûtement est fatal et la conduit à la mort, comme une répétition fatidique bien orchestrée.

Conclusion

L’épilogue, qui pourrait fournir les éléments explicatifs aptes à expliquer les faits, loin d’élucider quoi que ce soit, va plonger encore davantage le lecteur dans l’irrationnel et ouvrir la nouvelle sur une possible suite, levant tous les doutes sur le genre littéraire et le registre fantastique.

Nous nous rappelons bien sûr du Horla De MAUPASSANT et de son expérience du double qui vient le vampiriser et suçant son énergie et orientant ses actions.

Nous pensons aussi au film Nosferatu, qui nous entraîne dans une spirale effrayante de vampirisationet de dépossession de la personnalité.

Au terme de cette étude on peut se demander :

 Cela a-t-il vraiment existé? N’ai-je pas rêvé ? L’incertitude n’est pas levée à cause d’éléments plausibles.

Dans son introduction à la littérature fantastique Tzvetan TODOROV s’interrogeait : « réalité ou rêve ? Vérité ou illusion ? »  Ainsi la protagoniste se trouve amenée au coeur du fantastique et de l’effroyable. Dans un environnement reconnaissable, celui de tous les jours, se produisent des événements, des expériences qui ne peuvent s’expliquer par les lois rationnelles qui régissent son monde familier et le nôtre. Une fois encore saluons le talent du lauréat qui a su maîtriser les critères du genre.

NCI

Nicole Isch présente le crabe des cocotiers. Photo JP

NEIKO, NOUVELLE DE JEAN VANMAI

Une nouvelle tirée d’un projet de livre en 2004 de plusieurs chapitres qui est devenue une courte nouvelle que Jean Vanmai a présenté hier soir à la librairie Calédo Livres sous la férule de Nicole Isch, voici sa conclusion. JP

Conclusion :

Quelle leçon pouvons-nous tirer de ce conte ? : l’initiation de Neiko le Crabe vient de commencer ; il a la révélation de la Grande terre et de promesses de nouvelles découvertes ; l’avenir est ouvert pour le jeune explorateur, la quête n’est pas terminée.

Ce conte ressemble aux premiers pas d’un bachelier qui part seul affronter la lointaine métropole.

-        il montre la motivation que l’on peut avoir pour aller vers l’inconnu : le confort quotidien rassurant peut paraître ennuyeux et l’espace étrique

-        il fournit enseignement sur les qualités à avoir pour affronter ses ennemis

-        Il permet de démêler les rencontres toxiques et celles gratifiantes

-        En un mot il fournit une expérience personnelle capable de sonner son envol à tout apprenti de la vie

Il va plaire aux tout petits mais aussi aux plus grands par son caractère allégorique.

Les deux derniers prix Arembo Jean Vanmai et Jean-Marie Creugnet aux cotés de Cathie. Deux figures de la littérature calédonienne

Les deux derniers prix Arembo Jean Vanmai et Jean-Marie Creugnet aux cotés de Cathie. Deux figures de la littérature calédonienne

Les auteurs dédicacent et le public photos de Joël PAULLes auteurs dédicacent et le public photos de Joël PAUL
Les auteurs dédicacent et le public photos de Joël PAUL

Les auteurs dédicacent et le public photos de Joël PAUL

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Neiko le crabe ... Un conte philosophique de Jean Vanmai sera présenté le 23 mai ainsi que Elle la nouvelle de Diego Jorquera

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Neiko le crabe  ... Un conte philosophique de Jean Vanmai sera présenté le 23 mai ainsi que Elle la nouvelle de Diego Jorquera
Le fameux crabe

Le fameux crabe

Communiqué de presse Calédo Livres

Communiqué de presse Calédo Livres

Communiquer par l'association Ecrie en Océanie

Diego Jorquera sera aussi présent avec du fantastique !

Diégo a été le lauréat du concours fantastique organisé par l'association Ecrire en Océanie. Sa nouvelle, est publiée et elle sera présentée ce mercredi 23 mai à 18h, à la librairie Calédo Livres.

Soyez nombreux à venir découvrir cette nouvelle haletante !

À venir : Plein phare, théâtre de Firmin Mussard

Puis en juin l’album jeunesse de Nicole Irsh, le rêve d'Ana, édité chez l'Harmattan, illustré par Bernard Billot.

Enfin les résultats du concours Nana Coco à la fin de l'hiver.

La nouvelle de Diégo

La nouvelle de Diégo

« ELLE », une nouvelle étrange et fascinante de Diego Jorquera (premier prix du concours de nouvelles fantastiques organisé en 2017 par Écrire en Océanie).

Étrange, fascinant, le cas de Josette Calvi, internée au Centre hospitalier spécialisé de Nouville, nous interpelle ; est-ce un cas de délire psychotique ? Feue Marie Heimlich essaierait-elle de prendre possession de son esprit ? À la frontière entre le réel et le fantastique, ce récit composite de Diego Jorquera relate avec habileté et de manière haletante la chronique d’une mort annoncée.

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Le Rêve d'Ana, Nicole CHARDON-ISCH, L'harmattan 2018

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La couverture

La couverture

Bientôt en librairie, une exclusivité du blog ecrivainducaillou le dernier album-jeunesse de Nicole CHARDON-ISCH. Le Rêve d'Ana raconte la transformation merveilleuse d'Ana, la petite cane, en fillette ; elle va demander audience à la reine des Lutins. Mais il y a un prix à payer...

NB : L'illustration est de mon ami Bernard Billot dit Papou

Autres parutions de cette auteure :

Le Potager de Benjamin, 2016, Ecrire en Océanie

La Sève bleue, 2017, Ecrire en Océanie

Pourquoi le cochon est marron, 2017, Ecrire en Océanie

Le pneu du col de la Pirogue, Au pays des bulimes, 2016, Ecrire en océanie

Histoires de la Tamoa Nouvelles Portes océanes chez L’Harmattan

Le Rêve d'Ana, Nicole CHARDON-ISCH, L'harmattan 2018

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Mireille Pandolfi a rencontré ses lecteurs à la librairie Calédo Livres

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo Joël PAUL

Photo Joël PAUL

ETUDE DES VACANCES D'UNE POULE CONNECTEE

Par Nicole CHARDON-ISCH (Un court extrait de l’analyse Nicole Isch, qui excelle dans cet exercice)

Présentation à la librairie Calédolivres mercredi 16 mai 2018

Mireille Pandolfi nous propose ce soir une réflexion universelle sur la société et le portrait progressif d'une jeune vacancière qui, après bien des aléas et hésitations, se décide à séjourner en Nouvelle Calédonie, véritable défi, réel parcours initiatique.

L'aventure vers la NC est connotée négativement : « stupide idée, coup de tête, une folie ... » et le personnage n'en revient pas d'avoir osé partir si loin en dépit de ses limites: peurs, caractère insolite et audacieux du voyage, infraction aux règles familiales.

L'ennui, la monotonie caractérisent les vacances ordinaires d'Irène: « Elle passe ses vacances dans les Landes, où ses parents louent une maison avec la régularité de métronome »p.9. Elle n'a pas l'aval de son père, qui, furieux de la savoir partie la traite avec mépris de poule. Le quolibet tant redouté « Irène la sirène » lui est jeté en pleine figure. Elle commet des erreurs culturelles sur facebook et se fait railler par ses amies…

… Caustique et humoristique, la nouvelle montre les contradictions et les beautés de la société calédonienne, complexe et attachante. Lors de son tour de NC, Irène a relevé des incohérences {éléphants, girafes, passion du 4x4); elle a eu un haut-le-cœur à la foire de Bourail devant la proximité de bovins vivants, voisinant aux côtés de barbecues où grillent leurs congénères. Mais sa victoire réside dans sa capacité à démêler le vrai du faux, l'essentiel de l'illusoire. Délaissant l'aquarium, elle a plongé dans le lagon, au plus près de la réalité. Elle a ressenti et aimé ce pays calédonien. Se moquant de la déclaration de guerre de ses anciennes amies, elle découvre la transformation profonde de son être et fait fi de toute critique, désormais sûre d'elle et de ses choix.

La rencontre de l'Autre, l'ailleurs, les erreurs et errances auront permis à l'héroïne de se trouver, enfin apaisée, désormais capable de se démarquer de toute superficialité. Le voyage a fonctionné comme un révélateur. En dépit de quelques frayeurs, incompréhensions voire hostilités, ce pays lui a apporté une véritable libération-révélation…

… Cette seconde nouvelle de Mireille est l'affirmation qu'elle est maintenant lancée dans la grande aventure de l'écriture.

Photos de Joël PAUL dans la librairie Calédo LivresPhotos de Joël PAUL dans la librairie Calédo Livres
Photos de Joël PAUL dans la librairie Calédo Livres

Photos de Joël PAUL dans la librairie Calédo Livres

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 > >>