Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ecrivain caledonien

« Effluves Ephémères », le dernier roman de Bob Cooper

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Couverture du dernier Bob Cooper, Journaliste et écrivain calédonien

Couverture du dernier Bob Cooper, Journaliste et écrivain calédonien

Effluves Ephémères est une œuvre singulière dans la bibliographie de cet auteur. Avec Bob Cooper, Jean-Marie Creugnet se libère, il ose, il innove et surprend le lecteur.

Ce roman démarre dans la colonie naissante, l’époque de prédilection de Jean-Marie, mais devient vite, au fil des pages, un véritable traité des phénomènes paranormaux, une vulgarisation, qui a certainement demandé une documentation considérable. Ce livre, est aussi, une réflexion sur la vie après la mort. Une tentative de réponses aux questions que les sciences occultes abordent depuis la nuit des temps et que la rigueur des expériences scientifiques ne permet pas toujours de mettre en évidence. Dans cet ouvrage une conversation à trois s’installe petit à petit entre le journaliste Bob, Théo le héros doué de dons exceptionnels et le narrateur, l’auteur, pour nous guider, nous initier sur le sujet. Les mots de fin du quatrième de couverture sont « Essai transformé ». C’est exactement cela, une réussite de plus pour le lauréat du prix Arembo 2015 qui sera sûrement une des vedettes du prochain SILO au mois d’octobre. JP

Cathie et Jean-Marie Creugnet chez Calédo Livres

Cathie et Jean-Marie Creugnet chez Calédo Livres

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

François Garde « La baleine dans tous ses états »

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

François Garde « La baleine dans tous ses états »
François Garde « La baleine dans tous ses états »
François Garde est actuellement à Nouméa pour la promotion de son livre. La Nouvelle-Calédonie est aussi son pays. Il est considéré sur le Caillou comme un auteur presque calédonien. JP
François Garde « La baleine dans tous ses états »

Collection Blanche, Gallimard  Parution : 05-03-2015

Ni récit de voyage ni traité scientifique, ce livre part sur les traces d'une des plus fascinantes créatures du règne animal, la baleine. Loin des grilles d'analyse des spécialistes, François Garde a choisi au contraire de mener son enquête le nez au vent, débusquant dans les recoins les plus inattendus de notre planète et de notre culture histoires, souvenirs, paysages, qu'il a tissés ensemble pour former une sorte d'épopée.

On découvrira ou redécouvrira ici la baleine des livres : Jonas, Moby Dick, Pinocchio. La baleine des baleiniers : chasses héroïques, usines baleinières à l'abandon, gestes oubliés. Les secrets de la place de la Baleine à Lyon ou de la rivière de la Baleine au Québec. Les baleines des images publicitaires, les baleines en peluche, les baleines de musée et tant d'autres traces énigmatiques ou familières, monumentales ou presque invisibles des rencontres entre l'homme et la baleine.

Animé tout du long par la curiosité insatiable et l'inventivité narrative de François Garde, La baleine dans tous ses états est un livre méditatif et ironique, burlesque et profond, poétique et érudit. Un livre ouvert sur le monde, inquiet parfois, sans jamais être mélancolique ou moralisateur.

François Garde a reçu le prix Goncourt du Premier Roman en 2012

Diplômé en 1984 de l'ENA (promotion Louise Michel),

Secrétaire général adjoint de la Nouvelle-Calédonie de 1991 à 1993

Administrateur supérieur des Terres australes et antarctiques françaises (du 25 mai 20002 au 19 décembre 20043),

Secrétaire général du gouvernement de Nouvelle-Calédonie, (août 2009 - août 2010),

Vice-président du tribunal administratif de Dijon, puis de Grenoble.

Haut fonctionnaire du corps préfectoral, auteur du roman Ce qu’il advint du sauvage blanc, François Garde a fréquenté la baleine lorsqu’il était en poste en Martinique et aux îles Kerguelen. Jeudi soir, il a donné une conférence à la bibliothèque Bernheim pour communiquer sa passion pour cet animal fantastique devant un public nombreux. – François Garde compte de nombreux amis en Nouvelle-Calédonie –

Ce samedi matin, c’est à la librairie Pentecost à Nouméa que l’on pouvait le rencontrer. Son ami Frédéric Ohlen édité comme lui chez Gallimard était aussi présent à l’heure où je m’y suis moi-même rendu cela valait donc le déplacement. François Grade qui repart mardi après un séjour pas seulement littéraire n’a pas chômé pendant cette grosse semaine.

La Baleine, l'une des plus fascinantes créatures du règne animal, François Garde a voulu en parler dans un livre qui est ni récit de voyage, ni traité scientifique, mais qui est à la fois une quête personnelle, une enquête, une illustration et défense du cétacé en péril, a-t-il expliqué dans de nombreux interviews et conférences.

Le livre est composé d'une trentaine de chapitres et divisé en trois parties - « L'animal », « La chasse », « Le ciel ». Les arguments de François Garde pour convaincre les futurs lecteurs ne manquent pas. La baleine pèse autant que 27 éléphants ; sa langue, seule, pèse trois tonnes. Aux quatre coins du monde, en bord de mer, des rues portent son nom. Qu’est-ce qui justifie une place de la Baleine à Lyon ? L’une des filles de l’auteur (il en a deux) lui pose cette colle un matin. Nous sommes heureux d’apercevoir sa famille : son obsession baleinière ne le coupe pas du monde. Il enquête et trouve la réponse : la rumeur courait au Moyen Age qu’une baleine circulait dans le Rhône. Une rue de la Baleine à Saint-Jean-de-Luz ? Rien de plus normal : inventeurs de la baïonnette, du nom du port de Bayonne, les Basques furent les rois de la chasse à la baleine.

En 1988, tandis que François Garde occupe son premier poste comme sous-préfet en Martinique, il doit trouver le moyen de débarrasser une plage d’une baleine morte : « J’avais appris deux ou trois choses à l’ENA, mais rien sur les baleines.» L’unique solution consiste à faire exploser l’animal pensait-il. Un militaire était à deux doigts de refuser ses hommes : « Ils sont soldats, pas bouchers ! »

Un caporal se lance. Une fois hissé sur le dos de l’animal, il a le plus grand mal à percer son lard. Il supporte le jaillissement d’un « geyser de matières liquides en décomposition», puis enfonce le bras jusqu’à l’épaule pour déposer les pains de plastic. Le capitaine avait vu juste : c’est une vraie boucherie. « A ma façon, j’avais porté atteinte à la dignité d’un cadavre», écrit F. Garde.

La baleine dans tous ses états est un livre à la fois méditatif et ironique, poétique et érudit, dans un esprit très XVIIIe siècle. Un livre ouvert sur le monde, soulignant la richesse autant que la vanité des aventures humaines, inquiet parfois, sans jamais être mélancolique ou moralisateur peut-on lire sur les blogs des critiques littéraires. JP

CalédonianPost

Joël PAUL, François GARDE, Frédéric OHLEN

Joël PAUL, François GARDE, Frédéric OHLEN

François Garde « La baleine dans tous ses états »

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

La poussière des âmes de Sandra Dumeix

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La poussière des âmes de Sandra Dumeix

Publié par les éditions Humanis de mon ami Luc Deborde, mon éditeur pour mon roman « Les Visiteurs du Château Hagen », à qui je souhaite un prompt rétablissement. Ce premier roman d’une jeune auteure calédonienne a reçu le soutien de la province Sud. JP

Invitée à partager la vie d’une communauté aborigène, Athénaïs, une jeune femme grecque, découvre un monde qui la bouleverse. Elle s’éprend de Tjukurpa, un enfant meurtri qui l’accepte peu à peu pour mère, et envisage de s’installer à jamais dans cette nouvelle existence, si proche de la nature et de ses richesses. Mais son ancien compagnon, Georgio, est à sa recherche… C’est sa propre expérience romancée que l’auteur nous invite à découvrir dans ce récit puissant et émouvant. Deux années inoubliables qui ne tarderont pas à hanter vos propres rêves.

Petit extrait du début livre

Sandra Dumeix

La poussière des âmes
(White Mama)

Tjukurpa

Désert australien, Broome, terre ancestrale des Aborigènes.

Une longue traînée de terre rouge signale l’unique route qui mène vers le désert australien. À ce moment de l’année, le vent souffle avec force sur les espaces poussiéreux du Grand Nord. La saison des cyclones s’annonce, et avec elle, le regain des esprits et la régénération de la nature. Toutes les communautés aborigènes sont dans l’attente de cette phase brève et intense.

À l’écart de sa communauté, tournant le dos à la mangrove, Tjukurpa, assis en tailleur, laisse errer son regard sur les étendues austères que la lune montante baigne d’une lueur diffuse. La lune… sa mère. Tout comme le soleil est son père.

C’est ainsi qu’il voit les choses depuis la perte de ses parents. Sa communauté lui a servi de pilier familial, mais c’est dans la Nature qu’il trouve l’apaisement. C’est elle qui le berce comme une mère aimante berce son enfant. C’est elle qui le ramène parfois violemment sur son chemin, en lui fouettant le visage d’un vent corrosif.

L’esprit vif, le jeune Tjukurpa montre une intelligence agile et une maturité précoce, comme si les forces de la terre, souvent confuses au moment de la conception des âmes, s’étaient accordées sur celle de ce petit être. Au moindre sourire, son visage semble éclater d’une lumière qui contraste avec la teinte sombre de son corps. Et quand la tristesse le gagne, elle teinte ses yeux noisette de nuances profondes.

Une mystérieuse agitation l’a tiré du sommeil ; il est parti affronter la froideur de la nuit, longeant un maigre ruisseau qui reflétait le ciel, jusqu’à la lisière du désert silencieux. Une vacuité propice au dialogue avec les esprits des ancêtres. Ce lieu est son refuge depuis son plus jeune âge.

Il songe au temps du rêve où sont nées toutes les légendes. Il chante.

Rien ne nous appartient, nous sommes des âmes qui naissent sur terre, et nos corps retournent à cette terre avant nos réincarnations.

Editions Humanis

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

DANS LES PAS DU LIEUTENANT DESTELLE EN NOUVELLE CALÉDONIE

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

DANS LES PAS DU LIEUTENANT DESTELLE EN NOUVELLE CALÉDONIE
Une mission, une carte, un rapport controversé de Jean-Pierre Destelle, Association In Memoriam
Collection Lettres du Pacifique chez l’Harmattan
ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, CIVILISATION GÉOGRAPHIE HISTOIRE OCÉAN PACIFIQUE Nouvelle Calédonie 

De 1878 à 1882, le lieutenant d'infanterie de marine Émile Destelle est affecté à la Mission topographique chargée d'établir la première carte complète de la Nouvelle-Calédonie. Ses carnets où il note jour après jour les événements et décrit les paysages traversés tout au long de ses expéditions, permettent au lecteur de placer ses pas dans les siens et de le suivre sur les sentiers alors méconnus de la Grande Terre.

E.H Destelle a fait plusieurs séjours de longue durée en Nouvelle-Calédonie. (Extrait du site Journaux du colonel Destelle)

°°°

Séjour à la presqu’île Ducos

Pendant un an, du 20 Juillet 1878 au 19 Juillet 1879, il est sur la presqu’île Ducos au poste de M’Bi, en face de l’île Nou où il est chargé notamment de la garde du camp des déportés politiques.

Il a 22 ans, il est sous-lieutenant  au 4ème régiment d’Infanterie de Marine.

C’est sa première affectation outre-mer après sa sortie de Saint-Cyr.

Puis pendant plus de trois ans et demi, du 20 Juillet 1879 au 26 Avril 1882, il est affecté aux brigades topographiques qui font les relevés nécessaires à l’établissement de la carte de la Nouvelle-Calédonie.

Au cours de ces missions, à chaque fois de plusieurs semaines, il parcourt avec sa brigade, l’île en tout sens, souvent dans des contrées inexplorées ou à peine connues.

Ils campent ou dorment à la belle étoile, et vivent à chaque fois dans des conditions très ardues, exposés aux rigueurs du climat (pluies torrentielles, ouragans) et aux difficultés du terrain (montagnes, rivières, forêts épaisses).

Ils rencontrent aussi des kanak, et de rares colons.

Il tient à cette occasion des carnets de route qui, grâce à des descriptions fouillées et des anecdotes variées sont des témoignages précieux sur la Nouvelle-Calédonie à cette époque.

Fin 1883, il est capitaine-adjudant-major au 4e Régiment d’Infanterie de Marine. Il retourne à Nouméa diriger et terminer la cartographie de l’île.

Il emmène avec lui sa femme Angèle, qu’il a épousée en Février 1883.

Ils habitent à Nouméa.

Pendant ce séjour, ils ont une petite fille, Émelie, qui naît le 15 Avril 1885, et qui meurt de maladie, à l’âge de 9 mois, le 31 Janvier 1886 à Nouméa.

Comme il destine ses carnets et son journal à sa femme, nous ne disposons pas de ses carnets pendant cette période.

On trouvera cependant des documents, notes, exemples de cartes.

Lieutenant Destelle et en groupe au centre à NouméaLieutenant Destelle et en groupe au centre à Nouméa

Lieutenant Destelle et en groupe au centre à Nouméa

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Prix AREMBO 2015

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Prix AREMBO 2015
Les Editions Ecrire en Océanie, Noir au Blanc « Voix d’Océanie », Humanis ont décerné Le Prix littéraire AREMBO 2015 Lors d’une soirée de gala ce jeudi 5 mars 2015 A 19 h 00
Le Prix littéraire AREMBO s’attache à récompenser l’œuvre d’un auteur résidant en Océanie, écrivant en français, notamment pour sa contribution au développement culturel de son pays ainsi que pour sa capacité à livrer un témoignage sur son époque.

 

Le jury a désigné Jean-Marie Creugnet à l’unanimité de ses membres. Cet auteur prolifique a donc reçu ce prix, le jour de ses 75 ans, devant un parterre d’amis et de nombreuses personnes de sa famille réunis pour fêter l’anniversaire. Ce cadeau inattendu a comblé Jean-Marie ému aux larmes.

Une première surprise attendait les convives en début de soirée puisqu’un prix des meilleurs libraires a été décerné à Barbara Cheron et Dominique Buzance des librairies Pentecost et Caledo Livres. On peut qualifier cette soirée, de soirée entre amis, puisque Jean-Marie Creugnet n’a que des amis qu’il a remerciés chaleureusement lors de son discours improvisé après la remise du prix Arembo.

Il y a peu de prix littéraire en Nouvelle-Calédonie. Il faut saluer cette initiative attendu par les auteurs. La présence de nombreux écrivains, du président de la Maison du Livre et du président de l’association des écrivains pour entériner ce nouveau prix l’atteste. JP

Sur cette photo Claudine Jacques (d'Ecrire en Océanie), Jean-Marie Creugnet et Luc Deborde (Editions Humanis)
Sur cette photo Claudine Jacques (d'Ecrire en Océanie), Jean-Marie Creugnet et Luc Deborde (Editions Humanis)

Sur cette photo Claudine Jacques (d'Ecrire en Océanie), Jean-Marie Creugnet et Luc Deborde (Editions Humanis)

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Conférence, exposition, lecture autour de l'écrivain Francis Carco

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Conférence, exposition, lecture autour de l'écrivain Francis Carco
Un solide fil d’Ariane est tissé entre une auteure récemment en résidence au Randell Cottage de Nouvelle-Zélande, la Nouvelle-Calédonie et l’auteur calédonien Francis Carcopino.
Thanh-Van TRAN-NHUT, c’est le nom de cet écrivain remarquable qui n’a pas oublié le Caillou et continue sa quête. Elle participe activement à diverses manifestations autour de l'écrivain Francis Carco et de Katherine Mansfield organisées par l'Office du tourisme de Val de Gray et la ville qui sont à l'origine de la commération. Elle nous communique également son actualité littéraire. JP
Le voyage indiscret
Katherine Mansfield rejoint Francis Carco à Gray le 19 février 1915
Vendredi 20, samedi 21 et dimanche 22 février 2015 au Théâtre de Gray

Conférence, exposition, lecture, spectacle dans le cadre des commémorations du centenaire de la guerre 14-18, autour de l'écrivain Francis Carco mobilisé à Gray en février 1915, et de l'auteure néo-zélandaise Katherine Mansfield - rendez-vous au théâtre les 20 21 et 22 février !

En parallèle des manifestations sur Katherine Mansfield au théâtre : Rencontre suivie de dédicaces avec Thanh-Van Tran-Nhut à La Librairie, 1 rue Vanoise, samedi 21 février à 18h

Cette ancienne élève du lycée Cournot de Gray et lauréate en 2014 de la résidence d’écrivains Randell Cottage à Wellington, présentera Les enquêtes du mandarin Tân, sa série de romans policiers situés dans le Viêt-Nam du XVIIe siècle, et parlera de son séjour en Nouvelle-Zélande. Elle racontera comment cette résidence d’écrivains, gérée conjointement par l’Ambassade de France en Nouvelle-Zélande, le Randell Cottage Writers Trust et le Fonds d’Amitié France-Nouvelle-Zélande, l’a amenée à voyager en Australie et en Nouvelle-Calédonie, lieu de naissance de Francis Carco. Elle évoquera sa visite à la maison natale de Katherine Mansfield, à dix minutes du cottage historique où elle résidait, et abordera son roman en cours qui liera la France à la Nouvelle-Zélande.

Voici le contenu de son message aux Calédoniens qui ont eu le plaisir de la rencontrer à la maison du livre au Faubourg Blanchot :

Chers Tous,

Le 19 février 1915, après un long voyage en train de Paris, K. Mansfield arrive dans une petite ville dans l'est de la France. Elle tente d'entrer dans la zone des armées avec une fausse invitation d'une de ses "tantes" et est accueillie par un caporal qui lui intime de le suivre.

Le militaire est Francis Carco, mobilisé depuis novembre 1914. Ils passeront quatre nuits ensemble, avant que K. Mansfield ne reparte en Angleterre. Cette rencontre est racontée dans "An Indiscreet Journey", mais le nom de la ville est omis. Il faut regarder dans les carnets de Mansfield pour savoir que les amants se sont retrouvés à Gray, une ville au bord de la Saône.

Seuls les spécialistes de Mansfield savent où cette brève histoire d'amour a eu lieu. Connaissiez-vous l'endroit? Les Graylois, quant à eux, n'en savaient rien. Je peux vous le certifier: j'ai grandi à Gray !

J'ai entendu parler de cette rencontre il y a seulement quelques jours.
Ayant récemment eu vent de la visite des deux écrivains en 1915, la ville va organiser la commémoration du centenaire de l'événement (20, 21, 22 février 2015, à Gray). Il y aura des conférences données par des membres de la K. Mansfield Society, une représentation théâtrale, une expo... Les organisateurs ont aussi invité Monsieur James Kember, Ambassadeur de Nouvelle-Zélande en France.

De façon fortuite, ils ont appris que j'avais des liens avec la Nouvelle-Zélande. Je reviendrai donc parler de ma récente expérience en tant qu'écrivain en résidence au Randell Cottage. Je compte aussi évoquer mon voyage en Nouvelle-Calédonie, lieu de naissance de Carco.

Franchement, quelle est la probabilité que, 99 ans après le passage de Mansfield et de Carco à Gray, une personne de Gray soit lauréate d'une résidence d'écrivains à Wellington, vienne s'installer à 10 mn de la maison natale de Mansfield et se rende en Nouvelle-Calédonie dans la foulée? La coïncidence est assez remarquable, non ?

Si vous disposez de documents sur Francis Carco (photos, textes...) que vous aimeriez voir inclus dans l'expo, n'hésitez pas à me les envoyer.

Je suis en train de terminer mon roman autour des voyages d'exploration scientifique français, arrivés en Nouvelle-Zélande au XIXe siècle (projet pour le Randell Cottage). Ensuite, il faut chercher un éditeur - toute une aventure !
J'espère que vous allez bien. J'ai revu dernièrement des photos de mon blog et me souviens des moments chaleureux passés ensemble. Je serais heureuse d'avoir de vos nouvelles.

Bien amicalement,

Thanh-Van TRAN-NHUT

Page Facebook des organisateurs:

Conférence, exposition, lecture autour de l'écrivain Francis Carco
Le salon de K. Mansfield en NZ et Thanh-Van TRAN-NHUT à la MLNC
Le salon de K. Mansfield en NZ et Thanh-Van TRAN-NHUT à la MLNC
Le salon de K. Mansfield en NZ et Thanh-Van TRAN-NHUT à la MLNC

Le salon de K. Mansfield en NZ et Thanh-Van TRAN-NHUT à la MLNC

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Pour les fêtes de fin d’année, pensez à offrir un livre.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Pour les fêtes de fin d’année, pensez à offrir un livre.

Je vous en propose trois, choisis au hasard, Le Calédonien un roman d’aventure, un témoignage sur le Pacifique et la Nouvelle-Calédonie, Coup de Soleil sur le Caillou, des nouvelles de mon île, mon premier livre et enfin mon dernier ouvrage Les visiteurs du Château Hagen, un court roman de fiction à déguster sans modération. Par avance merci Joël PAUL

Lien Coup de Soleil chez Harmattan (11.25 euros version papier) voir également les autres sites de vente en ligne

Lien Le Calédonien chez Harmattan (24.70 euros version papier) voir également les autres sites de vente en ligne

Lien Les Visiteurs du Château Hagen chez Amazone  (10.22 euros version papier broché) et lien maison d’édition Humanis Les visiteurs en Vidéo (clip)

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

"ET TOUJOURS SOURIRE..." Un livre pour la bonne cause

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Présentation du livre au SILO 2014 par Nicolas Kurtovitch et Claudine Jacques

Présentation du livre au SILO 2014 par Nicolas Kurtovitch et Claudine Jacques

Des membres de l'Association des Ecrivains de Nouvelle-Calédonie offrent des textes les plus divers, dans le fond et la forme, pour aider avec leurs mots des malades dont les soins les obligent à quitter leur île.

La recette sera intégralement reversée à l'association AVEC (Aide Volontaire aux Evacués Calédoniens) pour participer à l'amélioration du quotidien des malades.

A noter :  que l'imprimeur calédonien EIP n'a pas fait payer l'impression et la mise et page et la correction ont été faites gracieusement par des bénévoles. Le livre est en librairie à Nouméa et par le net chez Book'in Pacifique de Cathy Manné

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

SILO 2014 : Remise des prix la Nouvelle Calédonie en 2034

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Mélissa Wahnapo avec son prix (Sa première nouvelle et un premier prix)

Mélissa Wahnapo avec son prix (Sa première nouvelle et un premier prix)

Samedi 11 octobre à 18h00 sur la terrasse de l’Etrave qui accueille les manifestations des soirées du SILO a eu lieu la remise des prix du concours « la Nouvelle Calédonie en 2034 » Organisé par l’association écrire en Océnaie et les Médiathèques du pays.

A la façon du 1984 de Georges Orwell les participants au concours devaient écrire un texte d'anticipation concernant la Nouvelle Calédonie en 2034.

Prix Ecrire en Océanie : 2034 République NicQel de AbKar (pseudo)

Prix de la Médiathèque Ouest : Jonas 2034 de Jemma Lys (pseudo)

Prix des lecteurs décerné par l’ABPN : Génération sacrifiée de Mélissa Wahnapo

A remarquer l’excellent texte de Cyril Pigeau, Laka, (hors concours puisque lauréat 2012).

Remise du prix des lecteurs à Mélissa par Amélence Darbois de la bibliothèque du Nord et les trois lauréats attablés
Remise du prix des lecteurs à Mélissa par Amélence Darbois de la bibliothèque du Nord et les trois lauréats attablés

Remise du prix des lecteurs à Mélissa par Amélence Darbois de la bibliothèque du Nord et les trois lauréats attablés

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Félonie, le dernier roman de Bob Cooper

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Félonie, le dernier roman de Bob Cooper

Le nouveau roman de Bob Cooper, avec la complicité d’un auteur Calédonien bien connu, qui signe Cooper, reporter du Sydney Morning Hérald à Nouméa au début du XXème siècle, pour ses romans historiques afin qu’il n’y ait pas de confusion avec ses livres sur les sagas familiales et ses chroniques du temps des pionniers écrits avec la rigueur d’un historien. Les romans de Bob Cooper sont rédigés avec la même rigueur et avec toujours une importante documentation en amont « mais c’est un peu romancé », dit-il.

Pour moi, c’est toujours l’histoire racontée à la manière de … Avec des révélations enrichissantes et parfois étonnantes. Ce roman, Félonie, fera peut-être découvrir aux lecteurs une facette méconnue du grand chef Ataï. Bob Cooper avait déjà dans son livre « Le Mercenaire » fait la démonstration que cette période n’avait aucun secret pour lui. JP

La veuve Tournier a vécu, en 1878, une aventure peu commune.

En relation épisodique avec le chef de la rébellion kanak, elle pensait tirer son épingle du jeu en détournant de sa vocation celui qui croyait être l'élu de Dieu pour sauver le peuple de l'oppression colonialiste.

Aimée de lui, détestée des autres, la Félonie navigue aujourd'hui entre histoire et légende.

Davantage inconnue, cette digression romantique, que d'aucuns préfèrent oublier, ne ferait qu'entacher la légende...

Allez savoir !

Des livres du même auteur disponibles en librairie à Nouméa ou Pacific Book'in
Des livres du même auteur disponibles en librairie à Nouméa ou Pacific Book'in
Des livres du même auteur disponibles en librairie à Nouméa ou Pacific Book'in

Des livres du même auteur disponibles en librairie à Nouméa ou Pacific Book'in

A noter le salon international du livre océanien (SILO) se déroulera à Nouméa du 09 octobre au 12 octobre. Je serai en compagnie de cet auteur pour des dédicaces samedi 11 octobre en fin d'après-midi sur la Promenade de l'Anse Vata avec mon dernier Roman "Les visiteurs du Château Hagen" suivre le lien pour en savoir plus

Joël PAUL

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>